Page 47

CAFÉIER.

— MALADIES.

35

en papillon de la larve, permettent également la destruction d'un grand nombre de papillons. On peut aussi faire secouer fortement par les temps de pluie les pieds de caféier. Les papillons abrités sous les feuilles s'envolent et sont atteints par la pluie, qui les fait périr. Les oiseaux insectivores et les petits lézards déjà cités ont donné également de très bons résultats. Enfin, si le fléau causait trop de ravages dans une île ou une région de préservation facile, il ne faudrait pas hésiter à faire prendre, par l'administration, une mesure édictant l'obligation de faire couper partout et à la même heure toutes les branches feuillues des caféiers et à les incinérer. En opérant à l'époque où les papillons sont transformés en chenilles et fixés dans les feuilles, on détruirait ainsi un nombre considérable de larves. La mouche (Fly). — On désigne sous ce nom, dans l'extrême Orient, un coléoptère, le Clytus coffeophagus, DUNNING ; Xylotrupes coffea indica, W. PRINGLE, sans pouvoir térébrant personnel, mais procréant une larve térébrante. L'insecte ailé cherche, pour déposer ses œufs, une fissure ou crevasse de l'écorce, échauffée par le soleil, mais située du côté opposé à celui que viennent frapper les pluies de la mousson, car les pluies détruisent les œufs. Les larves apparaissent au bout d'une semaine et demie ou seulement de quatre semaines, selon qu'elles reçoivent plus ou moins la chaleur solaire. La larve perce le caféier et sécrète une matière gommeuse, qui forme avec la sciure produite par l'insecte un enduit assez dur qui obstrue le canal de pénétration. Du troisième au sixième mois, transformation en chrysalide au voisinage de l'écorce, et trois, quatre ou cinq semaines après, selon la température et l'insolation, transformation en insecte parfait qui arrive à percer l'écorce et à s'échapper. Mais très fréquemment, en coupant les caféiers, on trouve au centre des insectes qui n'ont pu sortir, parce que la chrysalide avait été formée trop loin de l'écorce et que l'insecte n'avait pu percer la couche de bois. Cet insecte, assez commun dans le Coorg, a une durée de vie totale d'environ six mois. M. W. Pringle a publié qu'il était en

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Profile for scduag
Advertisement