Page 168

156

MANUEL

DES

CULTURES

TROPICALES.

Havre, du type « premier régulier » des places de Bordeaux et de Marseille et du type « good first ordinary » du commerce anglais et américain. Les exportateurs du Brésil ont adopté le classement anglais, simplement comme une échelle, dont les degrés sont séparés par des intervalles à peu près déterminés, dont le point de départ varie, non seulement suivant l'année, mais même suivant l'exportateur. Chacun d'eux, au début d'une campagne de vente, classe l'ensemble des produits de sa récolte ou de ses achats, et, suivant la moyenne, il affecte telle ou telle désignation à telle ou telle série de cafés dont il est détenteur (1). Les C. Rio, sur certaines places de commerce, sont classés : C. Rio bon goût et C. Rio mauvais goût; ces désignations sont peu appliquées au Havre et à Bordeaux; à Marseille, la dénomination de mauvais goût s'applique aux classements inférieurs. Caractères distinctifs des C. du Brésil. — Il n'est pas possible de suivre, pour les cafés du Brésil, l'ordre géographique auquel on s'est astreint jusqu'ici. Les cafés des provinces de Céara et de Bahia dérivent, plus ou moins, du C. Rio, et seront décrits après celui-ci; de même, dans les descriptions, l'on a dû donner la priorité aux caractères les plus saillants.

Caractère commun à tous les C. du Brésil.

— EMBALLAGE.

— Les C. du Brésil sont exportés en sacs de 60 kilogrammes nets; les sacs sont en toile de jute, à fils assez fins, à trame droite, du poids de 360 à 400 grammes. Quelquefois, les C. de Bahia sont exportés en sacs de coton blanc, à fils un peu gros, beaux à l'oeil, mais peu solides. Les C. du Brésil non lavés sont expédiés sous simple toile; les cafés lavés, le plus souvent, sous double toile. Caractères distinctifs des C. Rio. — Le caractère le plus saillant, caractéristique des C. Rio, est leur odeur sui generis, que l'on retrouve toujours, facilement perceptible, à tous les (1) Les contrats fermes avec le commerce du Brésil se font sur échantillons; à l'arrivée (les cafés en France, on ne constate pas toujours la conformité du type livré au type échantillon; mais l'on examine si la valeur moyenne de l'ensemble de la livraison correspond à la valeur du type échantillon, qui peut ne figurer dans aucune série. Dans le cas contraire, on procède à l'arbitrage par courtier.

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Profile for scduag
Advertisement