Page 113

ESPÈCES ET RACES DE CULTURES. — CAFÉIER DE LIBÉRIA.

101

entre 28 et 30 mois, mais dans la région équatoriale on a souvent des fleurs dès la deuxième année. La troisième année, on commence à avoir une petite récolte, mais ce n'est qu'à 5 ou 6 ans que l'arbre est en plein rapport. Il est donc à cet égard un peu plus hâtif que le Coffea arabica. Les fruits même mûrs peuvent rester, sans inconvénient aucun, sur l'arbre, de 4 à 6 semaines. Cueillettes. — Le Libéria mûrit ses fruits pendant la plus grande partie de l'année. Il ne faut donc pas parler de la récolte, mais bien de cueillettes successives qui doivent se pratiquer tous les deux ou trois mois, suivant la latitude et sans attendre que tous les fruits soient parvenus à maturité. Tous les fruits de couleur rouge ou même jaune rougeâtre, s'ils sont nettement tendres au toucher, doivent être cueillis. Les grains noirs sont des grains avariés ou malades, qu'il faut jeter. Préparation. — Le Libéria se prépare comme l'Arabica, avec cette différence que, pour avoir un produit de bonne qualité, nous ne saurions trop recommander aux planteurs de laisser le grain deux années dans sa coque rougeàtre. Ce procédé parait supérieur à celui de la fermentation prôné par quelques planteurs des Indes néerlandaises. La machine de M. E. S. Morris and C° de Philadelphie a été construite spécialement pour la préparation du café séché dans la cerise (in the cracknel state). La difficulté de la dépulpation du Libéria tient d'abord à ce que les cerises sont de grosseur inégale, et à ce que la pulpe, loin d'être molle comme l'Arabica, se sèche en une masse fibreuse faisant presque corps avec le grain. Cependant Wigman dit, dans un travail que nous avons déjà cité, que MM. Walker and C° viennent de construire, sur les instances de P. C. van Motman, un « pulper » nouveau modèle pour la plantation de Dramag à Buitenzorg (Java). M. Dabry de Thiersant recommande sans aucun autre détail pour le dépulpage du Libéria, la machine E. S. Morris et C", de Philadelphie.

Dans cet appareil, l'eau amène les cerises dans le « pulper » mis à point pour les cerises les plus grosses; la pulpe produite

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Profile for scduag
Advertisement