Page 103

ESPÈCES ET RACES DE CULTURES.

— CAFÉIER DE LIBERIA.

91

reries centrales 1 franc la livre anglaise, c'est-à-dire qu'on y crédite les sous-agents de l'intérieur de 1 franc par livre anglaise, niais on n'en trouve ni régulièrement ni en quantité. Il tend à disparaître.

Caféier du Haut-Oubanghi. Voir page 237, Partie botanique.

Native coffee. — On désigne sous ce nom dans l'Inde et dans quelques pays de l'extrême Orient, non seulement le café récolté par les indigènes, mais aussi toute espèce de café séché en cerises pendant un mois environ. Les natifs le pilent dans un mortier ou, à défaut, dans un trou fait dans le sol; ils vannent ensuite dans des paniers en bambou. Café soufrière. — Les Anglais désignent sous le nom de Café soufrière un caféier très rustique qui se distingue de l'Arabica (dont il constituerait une race spéciale) par des graines bien plus fortes, sans qu'elles atteignent cependant la grosseur des graines de Libéria. Les feuilles ne sont pas beaucoup plus grandes que dans l'Arabica. Mais ce plant a une qualité qui l'a fait propager, c'est sa rusticité, sa robustesse et sa résistance aux attaques des parasites en général, mais plus particulièrement sa résistance aux attaques des insectes. Caféier dit de Moka. — Beaucoup de personnes, supposant que la qualité des Mokas d'Arabie provient d'un mode de culture spécial, nous ont écrit pour nous demander des renseignements sur les procédés culturaux des Arabes. Afin d'éviter à l'avenir l'envoi de lettres auxquelles nous avons bien peu de temps pour répondre, nous avons pris le parti de dire ici quelques mots des « Mokas » et de la culture du caféier en Arabie. Les lecteurs, que cette question intéresserait, trouveront de plus amples détails dans le voyage de Niebuhr en Arabie, Amsterdam 1774, dans le récit du voyage que Bréon effectua dans le même pays en 1820 ou 1822 et enfin dans le travail plus récent de M. de Fiers ( Voyage au Yémen, par A. de Fiers ; Paris, Paul Klincksieck, éditeur), travail qui nous a permis de compléter les renseignements que nous avions pris nous-même dans le pays.

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Manuel pratique des cultures tropicales et des plantations des pays chauds. T. 2, 1ère partie  

Auteur. Raoul, E. F. A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commu...

Profile for scduag
Advertisement