Page 96

( 90 ) lées sur les mâts ; une chaleur étouffante nous accablait, même quand nous étions hors de notre cachot, devenu de jour en jour horriblement fétide; et une profonde consternation se laissait voir sur le visage des blancs, naguères si actifs. Nous nous aperçûmes bientôt qu'on avait réduit nos misérables rations de vivres. L'eau surtout était ménagée avec une économie qui nous désespérait. » Notre conserve n'avait pas reparu depuis le premier jour de calme. Il était présumable qu'ayant suivi la brise plus long-temps que nous, et clans une meilleure direction , elle avait eu le bonheur de gagner les vents variables, bientôt, nos rations furent plus faibles encore ; on les réduisit à la demi, enfin au quart.

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement