Page 85

( 79 ) n'avaient pu compléter leur traite au Mayombé ; nous fîmes leur affaire. Un moment, je craignis plus que jamais qu'on ne me séparât des miens ; mon fils fut sur le point d'être rebuté , car il était un peu souffrant, et les Français , mettant plus de choix que les autres nations dans leurs cargaisons d'esclaves , n'aiment pas à prendre les enfans qui sont encore dans les bras de leur mère , et rejettent avec soin tout ce qui leur paraît avoir quelque infirmité ou quelque vice de conformation. » Les deux vaisseaux qui appartenaient au même armateur, mirent ensemble à la voile. J'étais sur le même bord que Mabiala et mes enfans : ce qui pourtant n'était pas une consolation; car nous ne pouvions pas nous

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement