Page 80

( 74 ) écoule. Les vieillards qui, sur l'autre bord, étaient chargés de garder nos pirogues , et de venir nous prendre au premier signal, nous avaient presqu'entièrement oubliés ; car il y avait déjà plusieurs lunes que nous étions absens. A peine sept à huit embarcations purentelles se détacher et venir au-devant de nous. Elles reçurent nos armes et le peu qui nous restait de munitions. Les prisonniers que nous avions faits d'abord , avaient trouvé dans notre fuite , comme vous pouvez croire, l'occasion de rejoindre leurs gens; plusieurs des nôtres avaient été pris, quelques - uns tués. Epuisés de fatigue, pressés par l'ennemi, nous fûmes contraints de passer à la nage le bras du fleuve que nous avions traversé dans de nombreuses pirogues et avec de si belles espérances.

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement