Page 8

( 2 ) l'aurore d'aucune entreprise. Les lieux charmans où je comptais finir mes jours, m'offraient plus de beautés encore , et des beautés plus touchantes que la première fois. Je m'enivrais de l'extase où Fleurette se montrait plongée , et les ravissemens de l'amour ajoutaient leurs grâces ineffables aux pompes merveilleuses de la nature. Nous fîmes notre premier repas sous le même grand arbre qui nous avait ombragés , don Pedro et moi. Philippe mangeait ordinairement avec nous ; cette fois , la présence d'un autre noir lui donna des scrupules de déférence : il prit sa portion et alla s'établir avec l'étranger à quelque distance. Je le rappelai; il me répondit qu'il était ancien et qu'il n'ignorait pas ses obligations. Mais,

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement