Page 72

( 66 ) voltans à des Européens, mais qui choquent peu l'oreille des nègres ; et, en se retirant, ils purent se flatter que leur part de liqueurs et d'eau-de-vie n'avait pas été la moindre, » Le cortège qui m'avait accompagne cl les parens de Mabiala nous conduisirent à ma demeure. Des joueurs d'instrumens , des danseurs, des chanteurs de profession marchaient sur nos pas et entraînaient à leur suite une foule de curieux. Les brambrams-sonnettes , les bamboulas, les cornes de buffle, les buccins fesaient un bruit à étourdir , laissant toutefois passer à certains intervalles des chansons aussi bizarres, aussi licencieuses que les hymnes et cantiques du mariage chantes par les prêtres. Les unes exprimaient noire éloge en termes

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement