Page 70

( 64 ) J'offris alors à Mabiala des ornemens de corail et de verroterie, qui avaient appartenu à ma mère; elle accepta mes dons et me laissa prendre le baiser des fiançailles. Le père et moi nous convînmes du jour où elle viendrait habiter ma hutte. » Ce jour étant arrivé, je rassemblai tous mes amis ; habillés le plus magnifiquement qu'il fut en notre pouvoir, nous nous rendîmes à la case de mon futur beau-père, qui, entouré de sa famille , vêtue avec autant d'éclat que nous, reçut ma visite. Le consentement public des parens et le nôtre fut donné. Nous échangeâmes plusieurs talismans , qui avaient, disait-on , porté bonheur à nos ancêtres, et chacune des personnes invitées nous fit son cadeau. Mais ces

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement