Page 68

( 62 ) le plus heureux des hommes, malgré la fièvre qui ne manquait jamais de m'assaillir pendant les deux lunes qui précèdent le temps où déborde le fleuve. Je voulus faire partager mon bonheur à une jeune compagne, n'étant pas assez riche pour le répandre avec peu de sagesse entre plusieurs, comme font mes compatriotes dont les champs , plus vastes que n'était le mien, doivent de grands produits à la sueur des esclaves. Un de mes voisins avait une fille que les matrones venaient de déclarer propre au mariage; surveillée dès lors par sa mère avec plus de soin, mais pouvant se livrer en la société de ses amies, à des jeux et à des danses, dont les jeunes nègres étaient volontiers spectateurs, elle offrit à mon examen cette vivacité tendre qui promet en amour tant de félicité. Sa

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement