Page 53

( 47 ) voyage à faire, et qui prenait presque toute la matinée. Après le dîner, s'il n'y avait pas menace d'orage, nous dirigions nos pas , Fleurette et moi, vers les parties les plus romantiques du vallon , vers les ombrages les plus attirans. Quelquefois , nous allions abattre des choux palmistes , qu'on rencontre assez fréquemment sur les collines boisées, ou cueillir les fruits du gouyavier, dont Fleurette savait faire d'excellentes dulcerias (I) ; plus ordinairement nous ne marchions que pour le plaisir d'errer dans la solitude , libres des soucis de la vie commune, et sans aucune de ces pensées rarement paisibles et saines , qui viennent assiéger l'esprit et l'obstruer d'une manière bien misérable au (I) Conserves.

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement