Page 248

(242) dire, un séide plus ardent. Toutefois!, cet esprit qui voulait s'élever à la transcendance la plus dédaigneuse, la plus insolente, avait conservé , dans un petit coin , du respect, et de la croyance poulies plus ridicules et les plus évidentes superstitions. De grosses fourmis blanches avaient pénétré dans ma case. Il prétendit avoir un moyen efficace de les chasser. Je lui dis que la seule ma-? nière connue était d'empoisonner leurs trous. Il voulut à toute force employer ses exorcismes magiques, et je ne pus m'empêcher de lire en voyant avec quelle gravité, avec quelle assurance, ce grand philosophe proférait des mots baroques auxquels il attachait tant de vertu. Mon incrédulité le blessa ; il me le lit connaître ; moi cependant je n'avais rien marqué dont il pût se plaindre,

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement