Page 23

( 17 ) vent en portiques au-dessus des forets équatoriales, et contrastent d'une manière surprenante avec l'épaisse ramée et les ombrages profonds du ceiba. Il n'est pas de couvent, dans l'Amérique espagnole , dont l'enclos ne renferme quelqu'individu de cette famille végétale, ou quelque pirijao , non moins beau , et dont les feuilles pointent également vers le ciel. Ces arbres ajoutent je ne sais quoi de grand et de religieux à la forme extérieure d'une église et des bâtimens d'un monastère, à peu près comme ces dattier» stériles et ces pins d'Italie, qui donnent une expression si singulière aux ruines de Rome, et comme ce palmier de Délos, qui s'élevait à côté des murs consacrés aux dieux, et dont la vue excita chez Ulysse un transport d'admiration , auquel plus tard il se plut à comI* III

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement