Page 210

( 204 )

sur un sable doux et luisant, Lechaparal ou câprier d'Amérique couvrait de ses belles fleurs blanches les aspérités nues des rochers, ainsi que les troncs des arbres où il mêlait son feuillage vert aux mousses grisâtres dont ils sont revêtus. Confiantes dans le respect qui ne cessait pas de nous entourer, nous allions souvent nous baigner dans cette petite anse, fort solitaire , où nul autre bruit que le chant desoiseaux du ciel, les murmures de la brise , et les plaintes légères des flots, qui venaient expirer sur le sable, n'arrivait à nos oreilles. Un jour où je me trouvai un peu indisposée, ma fille y alla seule. C'était une imprudence, car elle avait bien vu dans les regards du cacique l'amour lutter avec le respect, et ce dernier souvent prêt à céder.

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement