Page 195

( 189 ) Enfin Juanita lit quelque mouvement ; ceux qui étaient le plus près d'elle transmirent aux autres la joie que ce signe de vie leur causait. En un instant, ils se mirent tous à chanter et à danser ; puis, par intervalles , ils tombaient à genoux, croisant leurs bras sur la poitrine avec une humilité bien grande , et s'écriant tous à la fois , Ave Maria ! Ave Maria! En me rappelant l'histoire du pauvre matelot et celle d'Alonso d'Ojeda , je me disais que ma fille était la première jeune femme d'Europe que ces Indiens eussent vue, et cette jeune femme était belle, lime sembla, dès-lors, entrevoir dans quelles illusions ces malheureux Indiens s'étaient jetés. Cependant Juanita commençait à re-

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement