Page 193

( 187 ) ma fille. Tout-à-coup, les Indiens des canots que. nous avions trouve's dans la baie, et qui s'étaient approchés de nous, entonnèrent un chant auquel les Indiens qui nous menaient répondirent, et , l'instant d'après, tous les Castillans , saisis à l'improviste par quatre hommes contre un , Curent jetés dans les flots. A coups de pagaie on les écartait des canots où ils voulaient rentrer; on les frappait surtout à la tète. En vain quelques-uns essayèrent-ils de se sauver à la nage ; tous les canots s'étaient réunis , et on assommait impitoyablement quiconque n'était pas déjà noyé! De tout le sang espagnol qui jouissait encore de la vue du ciel quelques minutes auparavant , nous étions restées seules. L'effroi dont ce terrible spectacle nous

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement