Page 177

( 171 ) implorer la commisération de ces sauvages, qu'alors ils regardaient bien comme des hommes semblables à eux, les Castillans reçurent un accueil tout semblable à celui qu'on avait fait à Colomb, puis à Sébastien d'Ocampo, quand ce dernier, par les ordres de l'amiral, avait tourné l'île toute entière. La bienveillance dont Ojeda et ses compagnons se virent l'objet, fut même plus empressée, plus active , et surtout plus désintéressée. Ils n'avaient pas à donner de ces grelots, qui fesaient un bruit si merveilleux , ni toute autre de ces bagatelles qui valaient en retour, de la part des Indiens, tout ce qu'ils pouvaient offrir de meilleur en fruits de leurs arbres et en vivres. Cependant Ojeda avait quelque chose

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement