Page 168

( l62 ) peter souvent Y Ave Maria , devant l'image de sa protectrice, et il engageait les Indiens qui l'entouraient à faire comme lui. Devenu un peu plus fort, il dressa , avec des branches d'arbres et des feuillages, une cabane indienne plus grande que celle où on l'avait mis pour recouvrer la santé ; l'image vénérée y fut placée sur un petit autel. Le bon matelot aimait à déployer devant les pauvres Indiens tout ce qu'il savait de la religion chrétienne ; mais ce dont il leur parlait le plus et avec une onction plus grande, c'était de la bonne Vierge , qui était l'étoile de la mer, la protectrice de ceux qui naviguaient,la consolatrice des âmes affligées, l'appui de quiconque était en détresse. Les Indiens goûtèrent beaucoup toutes

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement