Page 157

( 151 ) qui passait sur des collines que le mois de mai avait couvertes de fleurs, nous apportait, pour la dernière fois, l'air embaume de la patrie; nous entendîmes encore une fois les coqs saluer le matin, et les douces brebis confondre leurs bêlemens graves avec les bêlemens plus aigus de leurs nouveau-nés. Depuis, en traversant une partie de l'Espagne , je ne vis plus rien, hors quelques scènes champêtres et pastorales, qui me rappelaient les lieu* chéris d'où je m'éloignais toujours plus. Je ne pris pas même garde à Séville, la merveille des Espagnes; mais la vue de la mer me saisit, me troubla, quand je l'aperçus tout à coup des premières hauteurs et que l'horizon s'offrit aux yeux net et sans bornes, montrant à peine la ligne où les eaux et le ciel se touchaient au bout de

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement