Page 151

( 145 ) jour, don Cristoval de Cuellar vint me trouver à Navalmaçano. En le voyant apparaître sur sa mule, j'eus d'abord l'idée qu'il avait maille à partir avec nous pour d'anciens comptes, car c'était bien le plus rigide contador qu'il y eût dans toute la Castille. J'ouvrais déjà le petit tiroir où le défunt enfermait les quittances diverses , quand don Cristoval , sautant à bas de sa mule avec un air de joie qui ne lui était pas ordinaire, me remit une lettre que Panfilo écrivait à mon pauvre mari, dont il ignorait la mort. Dans cette lettre, il annonçait que sa fortune était en bon chemin, puisque l'adélantado l'avait fait son premier capitaine ; il rappelait son affection pour Juanita qui, dès long-temps , avait touIII 7

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement