Page 132

( 126 ) aperçue. Dire que Fleurette partageait entièrement, au sujet de notre fille, ma manière de voir, ce serait une assertion qu'on ne croirait point. Son esprit n'était pas capable d'une si grande confiance en l'avenir, et plus elle se sentait de tendresse, plus elle craignait que Marie ne fut née dans un état qui l'empêcherait un jour d'être heureuse. 11 aurait presque fallu, pour la satisfaire , que cette enfant naquît tout-à-fait blanche ; mais ce miracle n'était pas au pouvoir de l'amour, qui en fait tant d'autres. Il fallait bien se contenter de ce que le ciel nous avait envoyé. Heureusement , il y avait pour Fleurette, dans ses devoirs et ses soins de mère, une suite d'utiles distractions qui eurent bientôt chassé de son esprit toute préoccupalion fâcheuse, et je puis dire que les

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement