Page 100

( 94 ) Mouinzé, mais je l'entendis m'appeler et se plaindre. Ce fut un coup affreux ; où l'avait-on menée ? Quels étaient ses maîtres ? Etaient-ils bons ou méchans ? Le nombre de ces derniers se présentait à mon esprit comme le plus considérable de beaucoup. Peu m'importait que le sort m'en réservât un de ce genre , la destinée incertaine de Mouinzé m'occupait tout entier. Quelques jours après, il me fallut pourtant bien songer à moi. Un mulâtre m'acheta ; ce n'était pas un méchant homme , mais il voulait tirer le meilleur parti possible de son argent. Possesseur d'un bateau, allant à la pèche,transportant d'un lieu à un autre des hommes et des marchandises, il lit de moi son matelot. La mer ne me déplaisait pas.

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Ossolinski, ou Marseille et St-Domingue, après 1794 et en 1815 : mémoires contemporains. T.3  

Auteur. Masse, E.-M. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique de manioc. Université des Antilles et de la Guyane, service commun d...

Profile for scduag
Advertisement