Page 308

( 252 ) de Saint-Joseph , sur Je golfe de Paria , et près l'embouchure du Caroni : les rues en sont larges et régulières ; il est le siège des autorités civiles et militaires. Lorsque nous y abordâmes , la garnison consistait en deux bataillons d'infanterie, l'un Anglais et l'autre Allemand; les fortifications étaient peu nombreuses et en mauvais état de défense. La rade, nommée Chaguaramas, est rarement agitée par les vents, ce qui en rend les eaux très-sales; les vaisseaux y trouvent un mouillage sûr et spacieux. En 1778, le ministre Galvez associa la Trinité au ressort de la compagnie de Caracas; et, en 1780 , il supprima les entraves mises à son commerce. En 1782, la population de cette île ne comprenait que 1000 Espagnols, 200 Français et Irlandais, 1072 nègres et 1800 Indiens civilisés qui payaient capitation ; total 3872. Ces derniers engageaient alors leurs services pour un franc par jour et la nourriture; ce sont de bons ouvriers, mais trop adonnés à l'ivrognerie et un peu paresseux. Celle population a beaucoup augmenté (Connaiss. des temps, 1810). Longit. 63° 40' 20"; Latit. 10° 39' (Carte gravée à Paris , an 13).

Voyage aux îles de Ténériffe, la Trinité, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Porto Ricco  

Auteur. Ledru, A.-P. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Voyage aux îles de Ténériffe, la Trinité, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Porto Ricco  

Auteur. Ledru, A.-P. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Advertisement