Page 253

( 197 ) paraît certain qu'il n'en existe pas dans ces îles (1). Cependant les auteurs espagnols qui ont écrit l'histoire des Guanches, disent que ces anciens habitants des îles Canaries péchaient les poissons de leurs mers et de leurs rivières (2). Il est probable que la disette d'eau n'était pas aussi grande anciennement qu'elle l'est de nos jours.-Les montagnes, couvertes en partie par des forêts épaisses , devaien t rendre les pluies "moins rares et plus abondantes, tandis que le solde ces mêmes montagnes revêtues peut-être d'une couche vol-

(1) « Je n'ai pas eu occasion de voir les poissons du pays, je ne sais pas même s'il doit y en avoir d'eau douce. Corneille, d'après les voyageurs, parle des poissons des Canaries; mais on ne peut rien connaître au peu qu'il en dit. On trouve à ce sujet une notice très-plaisante dans la compilation intitulée : Abrégé de P Histoire des Voyages, où il est dit qu'on estime assez aux Canaries une sorte d'anguille qui a six pu sept queues longues d'une aune, jointes à un corps qui. a une tête de même longueur (Bory de Saint-Vincent, Essais sur les îles Fortunées , page 364.) (a) Fragments d'un voyage en Afrique , par M. Golberry, 1802, tome I, page 89.

Voyage aux îles de Ténériffe, la Trinité, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Porto Ricco  

Auteur. Ledru, A.-P. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Voyage aux îles de Ténériffe, la Trinité, Saint-Thomas, Sainte-Croix et Porto Ricco  

Auteur. Ledru, A.-P. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Advertisement