Page 78

68 —

lité sévère, qui , appuyée d'une fermeté inébranlable, fil bientôt cesser toutes les craintes qu'en France on avait conçues sur les intentions des colons de celle lie. Mais alors que les habitants de la Guadeloupe, d'abord prévenus contre ce nouveau chef, commençaient à lui rendre la justice qui lui était duc, la maladie l'ayant forcé à repasser en France, sur un simple congé de Bompar, cette colonie, de nouveau livrée aux soins du lieutenant de roi de Lafond, se vit encore en proie à l'anarchie des pouvoirs subalternes qui en dirigeaient l'administration. Cherchant sans cesse à se contre barrer , ces pouvoirs provoquèrent des rixes, des discussions d'autant plus fâcheuses, que le mauvais vouloir des Anglais n'était plus chose douteuse, et que, d'après des ordres transmis à Bompar par le ministre, on s'attendait, chaque jour, à une déclaration de guerre dans les formes (1). A Saint-Domingue, que nous avons laissée à la suite des discussions suscitées par l'espèce de fanfaronnade ministérielle au sujet des îles Turques, fanfaronnade à laquelle s'était livré de Rouillé avant de céder son portefeuille, la disette s'était lait ressentir après le tremblement de terre dont celle colonie fut victime. Le vaste territoire que nous possédions alors sur ces côtes, offrait aux navires de nos ports de France toutes les commodités possibles, et le Port-au-Prince, dont la situation était si avantageuse, aurait dû attirer, dans ses bassins, le plus grand nombre des navires qui se rendaient à Saint-Domingue. Mais tel est l'effet de l'habitude sur l' homme, que si la colonie souffrait généralement de la disette, la partie avoisinant cette dernière ville se serait vue sur le point de manquer de vivres, par suite de l'acharnement du commerce à se maintenir au Cap et dans quelques autres ports, sans la permission qui fut donnée aux étrangers d'approvisionner le Port-au-Prince. Cette permission n'aurait pas manqué de soulever les plaintes du commerce français, pour peu qu'elle se fût prolongée, mais (1) Cartons Guadeloupe, 1756, Archives de la marine.

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement