Page 329

— 319 — » ù trois mille. Le commerce étranger les donne à meilleur » marché et d'une meilleure espèce. Si vous désirez voir M. de » Ponthieu le fils, qui est à Paris, j'aurai l'honneur de vous le » présenter; il me paraît avoir de l'intelligence; il vous expli» quera lui-même l'offre que fait son père au gouvernemenl. » Dans l'état où sont nos colonies, par le défaut de nègres, » pourvu que nous en ayons, par où ils nous viennent, la chose » me paraît assez égale. Il m'a paru qu'il était dans vos projets » d'en acheter pour les travaux du roi; vous trouverez, dans la » proposition de M. de Ponthieu, de quoi remplir une partie » ou la totalité, peut-Cire, de votre objet. » Le second Mémoire, coté B (I), m'a été remis avec le pre') mier, par le fils de M. de Ponthieu. Il a quatre bâtiments » prêts ù mettre à la voile pour la Martinique. Vous verrez, » Monsieur le duc, par ce Mémoire, l'objet de sa demande, » qu'il ne peut en avoir que dans le cas où, par des vents con-

(1) Mémoire coté B. « Quand la Martinique fut prise, les négociants français dans cette île » se virent obligés, pour leur propre avantage aussi bien que celui de » leur patrie, de se lier d'affaires avec des négociants de Londres. » Les plus considérables ont donné leurs commissions à MM. de Pon» thieu, de ladite ville. » Ayant trouvé moyen d'introduire aux îles des vins et autres pro>' doits manufacturés de France, cette maison, par ordre et pour compte » de leurs amis à la Martinique, a fait de grosses empiètes à Marseille, " à Bordeaux, dans les mois d'octobre et de novembre passés. » Les navires destinés pour aller chercher ces marchandises dans les » ports do France, furent détenus dans la Tamise six semaines par les » vents contraires, après quoi la gelée est survenue, et ces navires n'ont » été expédiés que dans le mois de mars. » MM. de Ponthieu étant persuadés que la cour de France désire » avec ardeur le bien de ses sujets, ont jugé à propos de mettre ces » faits devant les yeux de M. le marquis de Fénélon, le priant d'obte» nir permission de la cour pour l'entrée des navires ci-après mention» nés, si par hasard ils arrivaient quelques jours après l'évacuation des » îles par les troupes anglaises. » (Joint à la lettre ci-dessus. Cartons Martinique, 1763, Archives de la marine.)

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement