Page 306

— 296 — mais les Anglais, employant toutes les ressources que leur offrait leur flotte, employant les balles de coton qu'ils liraient de la Jamaïque, à former des redoutes à l'abri desquelles se plaçaient leurs troupes et s'élevaient de nouveaux travaux, le 30 juillet, c'est-à-dire deux mois après l'arrivée de Pocok devant la Havane, un assaut général fut donné au Mono, et le drapeau anglais flotta sur ces murs, vierges jusque-là. La Punta suivit de près le sort du Morro; mais, quoique maîtres des deux forts, qui étaient en quelque sorte les sentinelles avancées de la Havane, les Anglais se virent inquiétés par les batteries que les Espagnols avaient, à la hâte, disposées sur les hauteurs dominant la ville et la rade. Yelasco, qui, dans le siège du Morro avait trouvé une mort glorieuse, avait réveillé dans l'âme des Espagnols ce courage sur lequel ils s'endorment parfois. Son successeur, le marquis de Gonçalez, y avait également perdu la vie. Albermale, Keppel, Carleton, Stuart, redoublèrent d'activité, en présence des nouveaux efforts des Espagnols et des colons de Cuba, mais malgré les bonnes dispositions de défense que ses troupes manifestaient, don Prado se prêta, le 13 août 1762, à signer une capitulation qui plaça entre les mains des Anglais la Havane, son port, et, par suite, l'Ile entière, dont ils se disposèrent à accomplir la conquête (1). Cette nouvelle, parvenue a Londres, le 29 septembre 1762, à huit heures du soir, fut transmise à la ville par des coups de canon tirés à minuit de la Tour, qui réveillèrent l'exaltation du peuple. Le butin fait à la Havane était estimé cinquante millions; on avait trouvé, dans ce port si riche, douze vaisseaux de lilos Caro, don Luis d'Aguiar, colonel des milices, don Laureane Chacon et Pepa Antonio, chefs de guérillas. Voir, pour plus amples renseignements, les gazettes do l'époque, où, jour par jour, se trouvent transcrites les marches et contre-marches des Anglais. Voir également la relation qui nous en a été faite par M. E. M. Masse, dans son livre intitulé: L'lie de Cuba et la Havane. Paris, 1825, pages 134 et suivantes. (1) Extrait tiré des gazettes, 1762

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement