Page 296

— 286 —

dominicains, se borna à une simple invitation officielle, après laquelle, malgré le refus des moines, il les soulagea, en retirant de chez eux la moitié de la garnison qui s'y était casernée. Celle allégeance fut vivement appréciée des moines qui s'en félicitaient, lorsque de nouvelles discussions s'établirent entre eux et les officiers qu'on les avait contraints de loger et de nourrir. Les orgies des Anglais, leur incontinence et leurs débordements s'accroissant à ce point qu'ils avaient autorisé dans la cour du couvent un cabaret tenu par dés filles, les moines écrivirent de nouveau, se plaignirent encore, mais n'obtinrent aucune justice, et cela jusqu'au départ des Anglais de la Martinique ; c'est-à dire jusqu'à la nous reste à le dire, cette île sous La conduite des dominicains tance, l'estime de toutes les à mes

paix qui replaça , comme il le drapeau de la France.

leur attira, dans cette circonshonnêtes, de tous les habitants notables et même delà populace, si empressée à souscrire au scandale. Les raisons qu'ils avaient alléguées pour l'appuyer, avaient paru cependant en contradiction avec ce qui s'était passé parfois dans les premiers temps de l'Église, lors de l'adjonction de la Lorraine à la France, dans le Béarn et dans le Canada, où, alors qu'ils s'opposaient à lu profanation d'un temple catholique, l'évêque de cette colonie permettait le prêche dans la cathédrale de Québec. Les jésuites, se saisissant de ces exemples, avaient cherché à prouver que leur conduite ne blessait point le dogme catholique; que les vases sacrés retirés de l'église, il n'y avait plus que ses murs, et que la profanation ne pouvait pas les atteindre. Le père Lavalette, moteur du scandale qui avait éloigné les fidèles de l'église du Fort, avait été môme plus loin, et, pour se blanchir du mauvais effet qu'avait produit dans le public sa complaisance, il avait fait circuler quelques écrits, qui pouvaient refroidir le zèle religieux et impliquer les dominicains. A ces écrits, les dominicains avaient répondu par des passages de saint Ambroise, de Tertulien, par des traits tirés de l'Histoire de Fleuri], passages et traits qui ne laissaient aucun

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement