Page 205

— 195 — Abercombrie avait été rappelé et remplacé par Amherst, dont les plans vastes ne devaient s'arrêter que devant la prise de Québec. Cette capitale entre les mains des Anglais, Amherst avait compté sur une capitulation infaillible. Ce projet concerté, trois corps d'armée, prenant chacun une route opposée , s'étaient donné rendez-vous sous les murs de celte cité. Les forts de Tycondéroga, de Crownpoint et du Niagara, attaqués par Amherst et Johnson, tombèrent au pouvoir des Anglais; mais, battus par Montcalm, ils se virent tellement maltraités, que le brigadier Wolff se trouva abandonné seul dans l'entreprise la plus périlleuse, la conquête de Québec. Embarqué à Louisbourg, avec huit mille hommes, vers la fin de juin 1759, Wolff débarqua ses troupes sur l'île d'Orléans, située dans le fleuve Saint-Laurent, au dessous de Québec. Les secours envoyés de Londres et conduits par l'escadre de Saunders, faisaient espérer aux Anglais une conquête facile ; néanmoins, la résolution des Français et la saison avancée, qui ne permettait à Wolff de recevoir aucun renfort avant le dégel, lui faisaient un devoir de se retrancher; mais, avant de reculer devant une entreprise hasardée, avec ses seules forces, il voulut tenter un effort. Québec, bâtie sur la rive septentrionale du Saint-Laurent et sur la rive occidentale du Saint-Charles, qui, immédiatement sous la" ville, se jette dans le premier de ces deux fleuves, était d'une étendue assez considérable, et se trouvait admirablement fortifiée. La ville se, divisait en partie basse, construite au pied du rocher sur lequel est bâtie la ville haute. Du côté de ce rocher, parallèle au Saint-Laurent, Québec pouvait passer pour imprenable ; de l'autre côté, la partie basse était défendue par des vaisseaux armés et des batteries flottantes sur le SaintCharles, dont l'embouchure était garantie par une barre trèsforte. Les bords du Saint-Charles, d'un accès difficile et coupés de ravins, offraient un autre obstacle à vaincre : sur sa rive orientale était campée l'armée française, forte de cinq mille hommes.

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement