Page 181

— 171 — avec de Saint-Aroman et Potrizel, fut chargé de protéger plusieurs habitations que les Anglais avaient mainte fois déjà essayé d'incendier. Ce secours, qui s'était grossi de quelques volontaires de la Dominique, était le second que recevait la Guadeloupe. Douville, officier de troupes, avait déjà, à la tôle de quelques volontaires de la Martinique, annoncé à la Guadeloupe qu'elle serait secourue. Les Anglais étant maîtres de la mer, et nos corsaires n'osant plus sortir des rades, Nadau avait craint de ne pouvoir communiquer avec de Beauharnais. Néanmoins, comme nous le savons, des nouvelles, parvenues à la Martinique, avaient révélé la triste position dans laquelle se trouvait la Guadeloupe. Nadau, ne recevant point l'annonce d'un renfort de troupes, sachant surtout la Martinique sans escadre et sans vivres, se voyant réduit à ses propres ressources, s'était cantonné dans les retranchements du Dos-d'Ane, se considérant trop heureux de maîtriser les forces ennemies. Les escarmouches se poursuivant avec vigueur de la part de plusieurs postes occupés par les Anglais leur

nos colons ,

furent enlevés. Les canons qui les garnissaient, conduits dans nos retranchements, se dirigèrent alors contre les points occupés par eux, et encouragés par ces succès, en face de forces si imposantes, Nadau projetait un assaut sur lequel il comptait pour chasser les Anglais du fort Saint-Charles, lorsqu'il apprit que le fort Louis de la Grande-Terre venait d'être abandonné. Moore, désespérant de pouvoir réduire les colons au Dosd'Ane, avait engagé Opson à tenter ce nouveau coup de main. Pouvant resserrer les colons de ce côté, espérant leur couper toute communication, il comptait les affamer dans leurs camps. Pour réussir dans son projet, rien n'avait été épargné. Sept vaisseaux et trois galiotes à bombes, embossés à la Grande-Terre , comme à la Basse-Terre, avaient, en peu de temps, criblé la batterie Dauphine, dont la défense n'avait pu être longue , son feu étant dominé par le feu des hunes des vaisseaux anglais. Restait le fort Louis, dans lequel se trouvaient de braves de-

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement