Page 14

4

chande, avait décidé le gouvernement français à prêter mainforte à l'Espagne, à armer des escadres, ù lever des marins, une question de limite sur le Rhin, la crainte de perdre quelques bourgades, ou l'espoir d'en rattacher de nouvelles au grand corps de l'Etat, avaient fait porter les regards de la cour vers l'Allemagne. Cependant, l'urgence d'opposer à l'envahissement de l'Angleterre des forces navales capables de contenir ses flottes, avait dû apparaître à nos ministres. Maurepas, chez lequel devaient s'être infiltrées des notions maritimes, Maurepas, dont le nom était, en quelque sorte, identifié avec le portefeuille qui lui était confié, au sortir de la guerre, allait sans doute réorganiser noire matériel maritime, remplir les magasins de nos ports de guerre des bois nécessaires à la construction des vaisseaux qui nous manquaient, et rétablir les perles que la guerre avait values à notre marine? Peut-être y songeait-il; peut-être allait-il profiler des leçons de cette guerre, si sublime de dévouements de la part de nos marins ; peut-être la réflexion allait-elle faire place à la légèreté de caractère qu'avait ce ministre, et peut-être, sous lui, la marine française allait-elle reprendre son rang? Mais, comme nous l'avons dit, Louis XV, courbant son front royal sous le despotisme de quelques impudiques créatures, cédait aux sollicitations de ses maîtresses , et Maurepas fut sacrifié à la Pornpadour (l).

(1) Maurepas aimait à chansonner, et amusait le roi par son esprit malin. Plusieurs fois déjà il avait, sur le compte de la Pompadour, donné essor à sa verve satirique, et le roi en avait ri ; mais la maîtresse en titre, ayant un soir trouvé sous sa serviette les quatre vers suivants, demanda et obtint la disgrâce de ce ministre. La marquise a bien des appas; Ses traits sont vifs, ses grâces franches, Et les (leurs naissent sous ses pas; Mais, hélas! ce sont dos fleurs blanches. On a prétendu que ce quatrain n'était point du ministre; mais la chanson suivante, qui était bien de lui, pouvait lui avoir attiré la colère de

la favorite.

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement