Page 124

— 114 — bien vite, proclamons-le bien haut, l'incurie de nos hommes d'Étal cherchait à se mettre à couvert. De 1749 à 1756, sept années se sont écoulées, sept années, pendant lesquelles la marine, négligée, livrée à l'incapacité de courtisans ignares et stupides, n'avait reçu aucun encouragement. Et certes, pour en faire reconnaître l'utilité, pour en faire ressortir l'importance, avant même de raconter nos désastres, reportons-nous sur nos belles pages maritimes du règne de Louis XIV, et sur celles non moins belles du règne de l'infortuné Louis XVI. Entre ces deux périodes, s'en trouve une désastreuse; nous voudrions la couvrir d'un crêpe noir, mais comme, au milieu de ce brouillard , surgirent parfois de lumineux météores, disons au moins, à notre gloire, quelles furent les appréhensions de notre rivale, de cette Angleterre qui voudrait, à elle seule, avaler toutes les mers du globe. La lutte, comme nous l'avons dit, de nos colons du Canada s'était projetée dans l'Inde, ou plutôt, dans l'Inde comme au Canada , les Anglais, voulant nous supplanter partout, nous avaient, pendant la paix, fait une guerre tout aussi peu loyale que celle que nous avons racontée. En 1756, et cela pendant que Montcalm, qui, au Canada, avait remplacé Dieskau, en qualité de commandant des troupes de terre, remportait de nombreux avantages sur les Anglais, leur enlevait les forts d'Oswego, do Ontario et de Georges, que Vaudreuil, gouverneurgénéral, leur capturait des hommes, des canons et sept navires de guerre, dans l'Inde, les habitants du pays, secondés par nous, les chassaient de Calicotta, du fort Guillaume et de tous les établissements qu'ils avaient sur la côte de Bengale. Les pertes de l'Angleterre, outre les avantages qu'elle retirait du commerce immense qu'elle faisait dans cette partie de l'Inde, furent évaluées à cinquante millions effectifs. Sa dette, en 1756, se montant à quatre-vingt-cinq millions de livres sterlings (l), on conçoit combien les torts que nous lui valions devaient lui être sensibles. (1) Histoire de Walpoole, tome 1er, page 137.

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement