Page 101

— 91

quelles furent les prouesses des nôtres; niais l'histoire aussi nous démontre quelle a été , depuis la fin du règne de Louis XIV, l'incurie des gouvernements qui lui ont succédé à l'endroit de la marine. L'Angleterre, sachant donc que ses forces maritimes pouvaient seules consolider sa puissance coloniale, tandis qu'en France on s'en tenait à des projets, votait des fonds pour sa marine, s'imposait d'énormes sacrifices pour rétablir, dans ses colonies, les dégâts de la guerre, réglait les questions commerciales intéressant ses négociants et s'occupait activement de la consolidation des nouveaux domaines qu'elle nous avait enlevés. A Saint-Christophe , l'élément anglais avait remplacé cette vieille nationalité française que nos colons avaient implantée sutune partie de cette île ; mais si pouvant, grâce à l'expulsion des Français de Saint-Christophe, se concentrer dans leurs fies du Vent, les Anglais se voyaient moins inquiétés de ce côté, le développement que prenaient nos possessions du Canada était pour eux un sujet de crainte. Dès lors , ayant en outre à redouter le patriotisme, contenu à grand'peine, des Français dans l'Acadie, celte possession, jadis française, devint, en 1749, l'objet de leur sollicitude. La paix, qui, pour lors, laissait bien des bras dans l'inaction, leur fournit, par la réforme des troupes, le moyen de peupler un vaste terrain. Le ministère britannique, lui-même , tandis que le nôtre, comme nous l'avons vu, repoussait la colonisation par les blancs, adopta ce projet et offrit à tout soldat, à tout matelot, à tout ouvrier qui voudrait aller s'établir en Acadie, cinquante acres de terre, et dix pour chaque personne que chacun d'eux amènerait de sa famille. Quatre-vingts acres fuient offerts aux bas officiers qui s'expatrieraient, et quinze acres devaient être concédés à leurs femmes, si elles les suivaient, et ainsi proportionnellement; les offres faites aux divers grades de l'armée, les avantages promis dés que l'installation aurait lieu décidèrent, en mai 1749, trois mille sept cent cinquante personnes à quitter

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Histoire générale des Antilles. T. 5 et 2 de la deuxième série.(1-1)  

Auteur. Dessalles, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Université des Antilles et de la Guyane, Service commun de...

Profile for scduag
Advertisement