Page 43

37 d o n t , même en ce j o u r , il tenait sa mission, M. Blanchet dont la couleur devait inspirer naturellement de la jalousie, dans un pays où les trois quarts de la population sont entièrement noirs , a-t-il observé les convenances du pays et celles que sa profession lui imposait? Vic-Sama n'avait précédemment eu rien à démêler avec lui. Quoi qu'il en soit, si, inférieur en talent, VicSama n'a répondu que par des injures grossières à M. Blanchet, innocent de toute provocation, celui-ci ne devait-il pas les mépriser? n'était-il pas assez vengé par cette opinion publique q u i , selon lui, a fait explosion en sa faveur à celte occasion? Dans tous les cas, les convenances de sa profession ne l'obligeaient-elles pas à en demander la réparation par les voies légales ? Au lieu de cela, que fît M. Blanchet? De son aveu, pendantle délibéré du tribunal, il alla p r o voquer son adversaire. Il est vrai que, selon l u i , il ne le fit pas publiquement. L e colonel Vic-Sama en porta sur-le-champ sa plainte au commissaire du gouvernement, M. Lespinasse, qui fit citer aussitôt M. Blanchet devant le magistrat de police. Cette intervention de la part du ministère public établit une présomption contre M. Blanchet. Celui-ci déclina la compétence du juge de

Mémoire pour S. Ex. le Président de la République d'Haïti, contre Me Blanchet, avocat...  

Auteur. Isambert, F.-A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Mémoire pour S. Ex. le Président de la République d'Haïti, contre Me Blanchet, avocat...  

Auteur. Isambert, F.-A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement