Page 1

MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


C H . S A U V A G E O T

de l'Acadie Royle de Musique

MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


DE L A DANSE. PAR

M O R E A U

DE

SAINT-MÉRY,

CONSEILLER

D'ETAT,

MEMBRE DE P L U S I E U R S S O C I E T E S ET

SAVANTES

LITTÉRAIRES.

A PARME. IMPRIMÉ

P A R BODONI. 1801

154696 R


D

É

AUX

PAR

MOREAU

D

I

É

CRÉOLES.

LEUR

DE

ADMIRATEUR.

SAINT-MÉRY.


AVERTISSEMENT.

C e morceau ayant été l u dans quelques Sociétés littéraires de P a r i s , i l en a p a r u des traits si incorrects et si défigurés, que l ' A u t e u r a c r u devoir le p u b l i e r en entier et t e l q u ' i l l ' a composé en 1789. C'est u n des n o m b r e u x articles d'une espèce d'Encyclopédie Coloniale , entreprise

dans le

dessein de familiariser l ' E u r o p e avec des idées justes sur les C o l o -


niés, en les l u i présentant dans u n ordre q u i devait aider et simplifier les recherches, et q u i ramenait souvent l a comparaison des diverses Colonies entr'elles. L ' a d o p t i o n d u titre s i m p l e de Notions Coloniales était née de la persuasion q u ' u n seul h o m me ne peut oser promettre un ouvrage encyclopédique , et d u désir qu'avait l ' A u t e u r d ' e x c i ter des plumes plus savantes à perfectionner et même à rectifier ce q u i serait sorti de l a s i e n n e . Des obstacles de plus d ' u n genre enchaînent encore le zèle q u i avait inspiré ce p l a n .


D A N S E . A R T I C L E EXTRAIT

D'UN

OUVRAGE

INTITULÉ :

NOTIONS PAR

ORDRE

COLONIALES, ALPHABÉTIQUE.


CET

ARTICLE

A ÉTÉ RÉDIGÉ A U DE

COMMENCEMENT

L'ANNÉE

1789.


D E

L A

D A N S E .

I l serait extrêmement ridicule de chercher quelle a pu être l'origine de la danse, puisque ce serait l u i en supposer une autre que celle de tons les grands mouvemens de l'ame qui appartiennent aux passions. En effet, celui qui éprouve un transport d'allégresse, l'exprime par dos mouvemens semblables en tout a ceux de la danse; et si cette joie est commune à plusieurs individus, i l est naturel que s'unissant presque involontairement, par les mains, par les bras, d'une manière qui les enchaîne en quelque sorte I


2 les uns aux autres, leurs mouvemens semêlent

et se confondent.

Sans doute i l y a un immense i n t e r v a l l e entre cette expression de l a j o i e de l ' h o m m e s i m p l e et les grâces voluptueuses de l a danse des peuples c i v i l i sés; mais i l est facile de v o i r q u ' e n cel a , comme en une foule d'autres choses, l ' a r t n'a fait q u ' e m b e l l i r l a nature. M a l g r é le tumulte et l a confusion que produisent les élans do l a joie dans des i n d i v i d u s r é n n i s en c e r t a i n nombre, dès que ces élans prennent le c a r a c t è r e do l a danse, m ê m e l a plus g r o s s i è r e , i l s'établit

une

sorte

d'ensemhle et

de

s i m u l t a n é i t é , q u i finit par les d i r i g e r . On en a l a preuve dans l a danse ronde qui

est é v i d e m m e n t l a danse p r i m i t i -

v e , p u i s q u ' e l l e est r é e l l e m e n t l a danse c h a m p ê t r e , et q u ' e l l e redevient l e partage des peuples r a m e n é s du plus haut d e g r é de c i v i l i s a t i o n à l ' é t a t d'asservissement, comme on peut l'observer chez


3

les Grecs modernes. Dans l a danse r o n de, chaque personne est l i é e au c e r c l e , charpie personne v o i t toutes les autres, et l a c h a î n e que forment tons les bras, devient l e r é g u l a t e u r des

mouvemens

des danseurs. On c o n ç o i t comment, lorsque le nombre de c e u x - c i a é t é trop g r a n d , lorsqne l a danse n'a pas été l'effet d'une satisfaction

subite,

mais 1 expression

d'un souvenir g a i , on u n moyen de trouver l e d é l a s s e m e n t dans le p l a i s i r , on aura

substitué

aux cris dissonans

bizarres d'une foule presqn'en

et

délire,

les accens de quelques v o i x . On aura r e m a r q u é ensuite qu'un seul chanteur donnait plus d'ensemble à l a danse, l a v o i x l a plus bruyante premiers honneurs, goût q u i , quoique

et

aura eu les

jusqu'à

ce que l e

t a r d i f quelquefois,

a r r i v e toujours pour i n s p i r e r des g r â ces nouvelles, ait appris à p r é f é r e r des sons

flexibles

rustique.

aux éclats d'un

gosier


4 L ' A m o u r , ce grand p r é c e p t e u r , aura d i t à son tour que l a voix m é l o d i e u s e d'une b e r g è r e ajoutait encore quelque chose au p l a i s i r . Enfin l a d é c o u v e r t e des instrumens de musique sera venue p r ê t e r à l a danse des charmes inconnus jusqu'alors, en l a rendant plus a n i m é e , en l a prolongeant d'avantage; et S y r i n x p l a i n t i v e sons les l è v r e s b r û l a n t e s du D i e u P a n , aura p o r t é dans l'ame, des sensations nouvelles, et de nouvelles semences do v o l u p t é . Ce tableau raccourci q u i offre c e pendant une longue suite de s i è c l e s , nous m è n e à pressentir tous les p r o g r è s de l a danse. Nous concevons comment se p r ê t a n t aux c a r a c t è r e s des divers peuples et m ê m e aux idées des différentes classes du m ê m e p e u p l e , elle a pu recevoir toutes les modifications; et ne pouvons - nous pas v o i r dans le m ê m e jour,

l a joie pure des habitans

des

c h a m p s , qu'une musette ou u n violon


5 discord fait sauter eu rond avec des mouvemens que l a l é g è r e t é ne conduit pas, et l a magie enchanteresse des G u i m a r d , des S a u l n i e r , des M i l l e r ,

des

d ' A u b e r v a l , des V e s t r i s , des G a r d e l , des T h é o d o r e , des N i v e l o n , des Labor i e , dont les grâces et l a v o l u p t é , d i rigent chaque pas. Les anciens avaient des danses solemnelles q u i prenaient u n c a r a c t è r e analogue aux personnages qu'on c é l é b r a i t , à l ' é v é n e m e n t qu'on r a p p e l l a i t . T a n t ô t graves, t a n t ô t v i v e s , quelquefois présidées par l a pudeur

l a plus

austère,

d'autrefois capables de l'alarmer., elles peignaient

toujours on l e génie d'un

p e u p l e , ou ses opinions. Quelquefois l a danse é t a i t d e s t i n é e à retracer

l'image des combats,

afin

que jusques dans ses p l a i s i r s , l e guerr i e r put n o u r r i r son ame des sentimens q u i le faisaient voler à l a g l o i r e ; et l e souris d'une jeune b e a u t é a n n o n ç a i t an


6

Spartiate quel serait le p r i x Je ses exp l o i t s . U n fait g l o r i e u x é t a i t

repro-

d u i t , de l a m ê m e m a n i è r e , sons les yeux d'un peuple tout e n t i e r , et l ' a mour de l a p a t r i e , r é v e i l l é dans les coeurs avec tout le prestige des sens, y faisait r é p é t e r le serment do v i v r e et de m o u r i r pour e l l e . Quel moyen plus puissant pour enflammer ces hommes, qu'un grand courage rend quelquefois les bienfaiteurs de l e u r pays, l o r s q u ' i l s sont assez vertueux pour redouter euxm ê m e s d'en devenir l e

fléau;

danses où l e triomphateur

que ces s'enivrait

encore en contemplant l a peinture de ses belles actions, d'ou l ' o n avait fait d i s p a r a î t r e l'affreux aspect du carnage, pour ne donner à l a v i c t o i r e que des charmes s é d u c t e u r s ! I l n'y a pas eu jusqu'aux religions q u i n'ayent adopté des danses propres a les m a i n t e n i r , à les propager, on à conserver l'idée de leurs bases p r i m i t i ?


7 ves; l e souvenir des danses c é l è b r e s consacrées à Bacchus est a r r i v é

jusqu'à

n o u s . L e tems n'est pas encore t r è s éloigné o ù , p a r m i les C h r é t i e n s m ê m e s , à certaines époques et dans des jours remarquables, les p r ê t r e s et les fidelles se tenant

par l a m a i n , dansaient en

rond dans les églises, en admettant à cette expression d'une joie sainte, les vierges timides dont le regard humble et les charmes innocens, montraient l e plus b e l ouvrage de l a n a t u r e . L a danse chez les peuples c i v i l i s é s est assujettie, comme presque toutes les antres parties de leurs moeurs, aux caprices de l a mode; tandis que les peuples simples ou sauvages, pour me servir de l ' é p i t h è t e que l'orgueil e m ployé danse,

à leur égard,

conservent une

en quelque sorte

invariable.

Une plus grande somme d'idées offrant plus de combinaisons, l a v a r i é t é

6n

tout genre ne peut g u è r e ê t r e l ' a t t r i b u t


8 que d'un peuple plus p e r f e c t i o n n é ; et peut-être la danse des divers peuples p o u r r a i t - e l l e s e r v i r , comme g r a d u e l l e , pour

connaître

d'échelle

leur degré

do c i v i l i s a t i o n . On sent, par e x e m p l e , qu'une v i e u n i f o r m e , des jours sacrés presque tout

con-

entiers à se pro-

c u r e r les premiers besoins de l a v i e , sont peu favorables aux p r o g r è s de l a danse. Cependant cette r è g l e ne saurait ê t r e r e g a r d é e comme absolue, parce q u ' e l l e du

climat

et du genre de n o u r r i t u r e de

est

encore

dépendante

et

chaque

peuple. Sous les Zônes que l a nature a l i vrées à un froid excessif, e l l e n'a créé que des ê t r e s capables de l u t t e r t i n u e l l e m e n t contre

elle,

tontes ses r i g u e u r s . Obligés de t e r r e r , pour long

ainsi

con-

et de braver s'en-

d i r e , pendant

espace de tems,

un

forcés par des

vents i m p é t u e u x , et par toutes les a g i -


9 tations de l'atmosphère, à vivre presque sans communication les uns avec les autres, ils prennent quelque chose, de la férocité des bêtes fauves auxquelles ils ont arraché leurs vêtemens. En un mot, l'homme de ces affreux climats n'a que la force en partage; mais l a force produit l a rudesse des mœurs, et si elle n'éteint pas l a sensibilité, elle émousse du moins ces sensations délicates qui appartiennent à l a volupté. Comment la danse, cette fille du plaisir, oserait-elle se montrer au milieu de glaces et de neiges presqu'éternelles! Dans les climats tempérés an contraire, la renaissance des beaux jours excite dans tous les êtres un mouvement secret dont le charme irrésistible semble procurer une existence nouvelle. L'horizon s'éclaircit, l'azur des cieux reparait, la terre reprend sa verdure, les prés commencent à s'émailler,

l'air

est devenu un baume réparateur; par2


10 tout l a nature est douce et suave, et les feux de l'astre q u i l a f é c o n d e , belissent

encore

ses

brillantes

emdra-

peries : tout semble avoir une ame et l ' e n t r ' o u v r i r au p l a i s i r . C'est alors que l a jeunesse,

heureuse , m ê m e de

son

i n e x p é r i e n c e , v i e n t f o l â t r e r au m i l i e u des danses c h a m p ê t r e s , et g o û t e r charme

délicieux,

q u i ne peut

un être

v r a i m e n t senti que par des c œ u r s i n nocens. I l est cependant des peuples pour lesquels ce r é v e i l de tout ce q u i respire est en

quelque sorte perdu;

ce sont

ceux q u i , ne v i v a n t que de l a chasse ou de l a p ê c h e , sont obligés de compter le repos pour une jouissance r é e l l e , et q u i ne connaissent et n'aiment que de p é n i b l e s et utiles exercices. Mais partout où l'homme est pasteur ou n o u r r i par les bienfaits de l ' a g r i c u l t u r e , son ame plus douce, se p r ê t e mieux aux i m pressions du p l a i s i r , et quelle que soit.


11

sa s i m p l i c i t é , on l e trouve e n c l i n à l a danse, et d é s i r a n t l e printems comme l ' é p o q u e où e l l e semble l u i ê t r e i n s p i r é e par l e tableau r i a n t q u i le frappe de tonte p a r t . Ce n'est que dans les v i l l e s où les p l a i s i r s e u x - m ê m e s ont u n air a p p r ê t é , qu'on a choisi pour l a danse l a saison des f r i m a t s . Les goûts y sont assez d é p r a v é s pour que c e l u i des

jouissances

simples fasse

place

quelquefois

aux

folies du l u x e , q u i p r é s i d e seul à des bals que fuit la g a i e t é , pour a l l e r b r i l l e r dans ceux où elle est s û r e d ' ê t r e l a compagne du p l a i s i r . On semble cependant regretter alors que l a nature soit r e v ê t u e de deuil pour u n long i n t e r v a l l e ; on c r o i r a i t , à l a peine qu'on prend pour retracer le souvenir de ce qu'elle a de s é d u i s a n t , pour se ranimer dans cotte esp è c e d'abandon, qu'on é p i e l e retour du p r i n t e m s ; mais n o n , c'est pour les seules campagnes q u ' i l e s t un bonheur; et


12

tes b e a u t é s de nos c i t é s , toujours trop frêles ou trop m é t h o d i q u e s pour aimer l e p l a i s i r q u i n'a pas une époque c o n v e n u e , c r o i r a i e n t se rapprocher du v i l lageois,

si elles prenaient

la

même

saison que l u i , pour des fêtes qu'on p o u r r a i t appeler l e plus souvent une lutte d'amour-propre. Mais c'est pour les climats que l e s o l e i l semble embraser, que l a danse p a r a î t avoir é t é c r é é e . Par-tout c'est un p l a i s i r ; l à c'est une passion. Le sang a l l u m é par une chaleur presque

con-

t i n u e l l e , contient le germe de tontes les v o l u p t é s , et dans leur rapide existence, les peuples du

M i d i veulent compter

tous leurs momens par des jouissances. Ce sont p r i n c i p a l e m e n t ceux

d'entre

eux q u i sont, a g r i c u l t e u r s , qu'on v o i t aimer la danse avec transport. Le p l a i sir est u n a l i m e n t qu'ils savourent avec d é l i c e s . L a nature, toujours a n i m é e pour eux, varie ses s c è n e s , sans jamais quit-


13 ter sa pompe; h â t i v e , r i c h e , p r o d i g u e , elle les accable de ses faveurs; et comme

e l l e l e u r accorde, p o u r ê t r e juste,

moins de jours qu'à l'homme des climats g l a c é s , on c r o i r a i t q u ' i l s redoutent d'en perdre un seul i n s t a n t . Ce que je viens de d i r e du r a p p o r t q u i existe entre l a danse et l e c l i m a t , les moeurs et les habitudes d'un peup l e , est facile à vérifier par l'observat i o n , et comme l ' A m é r i q u e est l'objet p r i n c i p a l de mes recherches, i l m'est aisé d'y trouver des preuves de ce que j'avance. Ce serait on v a i n qu'on chercherait la danse et ses vives agitations chez les habitans des parties

les plus

Septen-

trionales de l ' A m é r i q u e . L ' E s q u i m a u , glacé m a l g r é l a fourrure q u i l e c o u v r e , songe sans cesse à assurer sa subsistance pour l a saison q u i n'a que des t e m p ê t e s . Les peuples q u i avoisinent plus le N o r d , sont encore moins aptes que l'Esquimau


14

à trouver l e p l a i s i r dans l a danse, eux que l'astre du jour réchauffe à p e i n e , eux q u ' i l semble

fuir

pendant de si

longs i n t e r v a l l e s . Ce sort est commun à presque tons les hahitans des mêmes p a r a l l è l e s , et jamais le Lapon ne sera c i t é comme un amant de l a danse. Mais en parcourant l'espace compris entre l e c i n q u a n t i è m e degré do latitude et l a ligne du t r o p i q u e , on trouve les peuples plus on moins l i v r é s à l a danse suivant l e u r c l i m a t p a r t i c u l i e r , leurs mœurs et l a nature de leurs a l i m e n s . Je ne parle pas seulement des E u r o p é e n s q u i ont t r a n s p o r t é leurs goûts dans l e Nouveau-Monde, mais des En

effet

Indigènes.

les sauvages du Canada, du

M i s s i s s i p i , et de tout ce vaste C o n t i nent, se livrent, quelquefois à des danses, on I'on distingue le c a r a c t è r e du farouche A l g o n q u i n , celui dit fier Natchez, et j u s q u ' à l a fureur de quelques hordes q u i , semblables à l ' a n c i e n V i r g i -


15 n i e n , font é c l a t e r l e u r joie cruelle à l a vue de sacrifices humains. A i n s i l'ame do chaque peuple se peint dans sa danse, et r i e n ne prouve mieux que cette d i v e r s i t é m ê m e , qu'elle a l'origine que je l u i a i a t t r i b u é e . Mais tandis que l a f é r o c i t é des uns est l ' u n i q u e cause de l a d é m o n s t r a t i o n d'une joie sanguinaire, les autres plus doux, parce q u ' i l s trouvent dans les travaux de l a culture une partie de l e u r n o u r r i t u r e , se l i v r e n t à des plaisirs t r a n q u i l l e s . L a danse est pour eux un d é l a s s e m e n t , guerre

q u i les rend

et sans l a

toujours atroces

pour leurs p r i s o n n i e r s , i l s n ' e x p r i m e raient pas, de l a même m a n i è r e , et l a satisfaction

barbare qu'ils trouvent à

les i m m o l e r , et le p l a i s i r pur q u i les anime quelquefois. Une

observation g é n é r a l e nous a p -

prend que l a danse de tous les peuples sauvages, compris entre le

vingt-cin-

q u i è m e et le c i n q u a n t i è m e d e g r é , est


16

toujours triste et monotone. U n t a m bour sur l e q u e l on frappe, et quelques chansons q u i i m i t e n t assez l a psalmodie, sont les excitateurs de mouvemens où l a force et l e r i d i c u l e ont seuls quelque p a r t . C'est sur-tout depuis que l ' i n s a t i a b l e c u p i d i t é des E u r o p é e n s a d o n n é le g o û t i m m o d é r é des liqueurs fortes à ces hommes dont i l fallait p l u t ô t adoucir q u ' i r r i t e r les passions, que leurs danses sont devenues encore plus

lugubres,

et qu'elles ont é t é l a cause de d i v i s i o n s , de querelles et de combats. Maintenant s i nous considérons les babitans q u i sont entre les tropiques, nous les trouverons c h a r m é s de l a danse, et s'y l i v r a n t avec plus ou moins de volupté;

car i l est encore v r a i , par

rapport à eux, que l a t e m p é r a t u r e loc a l e , et leur genre de vie influent sur ce p l a i s i r comme sur tous les traits de l e u r c a r a c t è r e . L a Guyane suffit seule pour faire cette preuve, puisque les


17 Indiens chasseurs y sont peu disposes à l a danse q u i serait presque une fatigue nouvelle pour e u x , tandis que les I n diens cultivateurs l a c h é r i s s e n t et l a comptent au nombre de leurs p l a i s i r s les plus d o u x . T o u t confirme donc ce f a i t , que l a danse est une sorte de f r é n é s i e ,

pour

les ê t r e s soumis à l ' a c t i o n plus directe et plus constante de l'astre du j o u r : i l s s'y l i v r e n t sans r é s e r v e , et l o r s q u ' e l l e amène l a fatigue, l e d é s i r q u i subsiste encore n'attend que de nouvelles forces pour reproduire les mêmes jouissances. On a une n o u v e l l e preuve de cette influence du climat dans les Colonies de l ' A m é r i q u e , en comparant les danses de leurs habitans avec celles de leurs différentes m é t r o p o l e s E u r o p é e n n e s . L a mode y montre, à cet égard, autant d'empire que dans ces m é t r o p o l e s m ê m e s ; c ' e s t - à - d i r e , que dans les C o lonies f r a n ç a i s e s , par exemple, le m e -

3


18 nuet a eu son r è g n e , puis l a c o n t r e danse à rigaudon, ou à pas d'allemande. Tantôt

c'est l'anglaise q u i r a v i t les

suffrages; t a n t ô t i l faut savoir valser et faire des jetés-batus,

ou renoncer

à figurer p a r m i les danseurs à r é p u t a t i o n . Mais ce q u i appartient au c l i m a t , c'est l a v i v a c i t é , c'est l a d u r é e de l a passion pour l a danse, c'est l'ardeur avec l a q u e l l e on cherche à l a satisfaire , et l a crainte q u ' o n a d'en perdre une seule occasion . Ces créoles à maintien l a n g o u r e u x , dont l'indolence semble ê t r e l e goût d o m i n a n t , prennent u n n o u v e l ê t r e au b a l . Dans tous leurs mouvemens une

grace n a ï v e et touchante;

est

leurs

regards sont a n i m é s , on y v o i t n a î t r e et b r i l l e r l a v o l u p t é ; pressant encore do leurs pas légers une mesure que les E u r o p é e n n e s auraient peine à s u i v r e , on c r o i r a i t qu'elles redoutent de ne pas atteindre l e plaisir q u i les

entraîne


19 vers l u i . E t qu'on no croye pas que l a chaleur vive

soit u n obstacle à une

jouissance, les feux

du

aussi climat

deviennent ceux du d é s i r . On m u r m u r e quelquefois contre l a trop courte d u r é e des nuits passées au b a l , et contre l e retour du s o l e i l , q u i a v e r t i t q u ' i l faut enfin g o û t e r le repos. Dans l ' i n t e r v a l l e d'un b a l à u n autre on se p l a i n t f r é quemment

d'une

longue

attente

qui

serait insupportable sans les 6oins que procure le projet de b r i l l e r dans u n nouv e l ajustement. U n g o û t exquis v e i l l e à son accomplissement, et tout ce que des v ê t e m e n s légers peuvent encore ajouter à l ' é l é g a n c e des femmes des pays chauds est mis en usage. Ah! puisqne p l a i r e est pour ce sexe charmant le bonheur s u p r ê m e ; sachons l u i g r é de tant de recherches pour a r r i v e r à ce bonheur q u i assure l e n ô t r e ! Mais q u i pourrait d é c r i r e tous les mouvemens q u i se s u c c è d e n t et se con-


20

fondent dans le c œ u r de cette jeune C r é o l e , à l a q u e l l e l a nature semble avoir tout p r o d i g u é pour s é d u i r e , lorsqu'en a r r i v a n t au b a l , tons les regards se tournent vers elle! U n art enchanteur a p r é sidé à sa t o i l e t t e ; et

i l l ' a d'autant

m i e u x servie, q u ' i l a su se cacher dans son propre t r i o m p b e . I l n'est pas une fleur,

pas un noeud , q u i ne doive sa

place à une é t u d e heureuse, et l ' o n croir a i t que le hazard a tout disposé. E l l e inspire l a v o l u p t é , et ses y e u x q u i l a peignent, sont encore embellis par l e charme que l a décence sait y m ê l e r . Son m i r o i r l u i avait d i t j u s q u ' à quel p o i n t e l l e é t a i t touchante; mais les éloges qui l'environnent sont un hommage m i l l e fois plus doux. Ces éloges redoublent à l'instant où le son des

instruments fait éclore de

nouvelles s é d u c t i o n s . U n pas l é g e r , un bras flexible, une t a i l l e svelte, des mouvemens faciles et gracieux, l a rendent


21 encore plus dangereuse. P e u - à - p e u son teint se c o l o r e , ses y e u x d é c è l e n t l'émotion de son ame, elle ne garde b i e n t ô t plus de sa p r é c i e u s e t i m i d i t é , que ce q u ' i l en faut pour q u ' e l l e paraisse encore plus b e l l e . Quel charme puissant le p l a i s i r a mis dans l a danse! Ces mains q u i se t o u chent, ces bras q u i s'entrelacent, sont autant de

conducteurs

électriques

à

l'aide desquels i l produit un effet aussi prompt

que

s û r . E t comment

échapperait-elle

à d'aussi

l'ame

délicieuses

sensations, que tout favorise à l ' e n v i ? Déjà

l'un

des sens est v i v e m e n t é m u

par le b r u i t des instrumens; l a vue est flattée

de tout ce que l a mode a fait i n -

venter pour e l l e , de tout ce qu'un b a l r é u n i t d'attraits dans les b e a u t é s q u ' i l rassemble; l'odorat est c h a r m é par les parfums

que

l a toilette e m p l o i e ; et

quand toutes ces causes sont aidées par la

sensation de l a danse

m ê m e , leur


22

puissance est presque i r r é s i s t i b l e . Que l'amour l a c o n n a î t bien cette puissance, que son empire est grand dans u n b a l , et q u ' i l l ' y exerce avec de nombreux succès! E t comment en s e r a i t - i l autrement ? Cette jeune b e a u t é à q u i une m è r e p r u dente et m ê m e s é v è r e , r é p è t e sans cesse, que l a t i m i d i t é est l'apanage de son sexe, à q u i l'on est toujours p r ê t à reprocher une l é g è r e t é , une i n c o n s é q u e n c e , que l'on environne de soins pour l a g a r a n t i r de m i l l e propos flatteurs , est cependant conduite dans u n b a l comme pour y faire une e x p é r i e n c e c o n t r a i r e , t e m a î t r e à danser l u i a d i t qu'on devait fixer d'un a i r aimable c e l u i avec lequel on danse ; i l l u i a enseigné toutes les grâces de ces attitudes q u i é g a r e n t l ' i m a g i n a t i o n ; sa main qu'elle sait b i e n qu'un homme ne doit pas toucher, est cependant t o u c h é e et m ê m e pressée au bal par une heureuse

m a i n ; dans les


23 courts repos d'une contredanse, elle ne peut pas empêcher que son danseur ne l a trouve charmante, ne le l u i dise, et ne le l u i r é p è t e . Je sais bien que l'esprit se défend et é c h a p p e à tant de p é r i l s ; mais si le c œ u r trouble et égare l ' e s p r i t ? Ah! i l faudrait n'avoir jamais dansé avec l'objet qu'on aime, pour ignorer l a force de ce m a g n é t i s m e trop r é e l . Q u i n'a pas d û un succès quelconque à ce p l a i s i r ou l ' â m e est conduite à une sorte de d é l i r e ! E n vain les m è r e s attentives et les é p o u x jaloux redoubleront de s u r v e i l l a n c e ; q u ' i l s sachent b i e n que s ' i l existe des b a l s , les objets q u i l e u r sont chers y i n s p i r e r o n t des

sentimens

tendres, et qu'on n'est pas toujours i n sensible aux maux qu'on a c a u s é s . L ' i n f l u e n c e de l a danse est g é n é r a l e ment connue dans les Colonies,

surtout

dans celles où l ' o n a a d o p t é l'usage de choisir

l e c a r n a v a l pour le tems des

b a l s . On y d i t , lorsque cette é p o q u e


24

approche, que le teins des mariages avance; car l ' o n a vérilié que c'est au bal que commence l e projet d'un grand nombre d'unions; p e u t - ê t r e même seraiti l juste d'attribuer à ce motif quelque chose de l'empressement qu'on montre alors pour l a danse. Ce serait i c i l e moment de citer u n usage que j ' a i o b s e r v é dans quelques Colonies, et notamment à Saint-Domingue; c'est c e l u i de se l i v r e r dans l e carnaval à une dépense

d'ajustemens

q u i contraste quelquefois avec l a f o r tune des jeunes personnes q u i en sont l'objet. On v e u t , je le sais, les rendre encore p l u s attrayantes,

et l e u r p r é -

parer l a c o n q u ê t e d'un m a r i ; mais j'oser a i d i r e que ce système en a p e u t - ê t r e éloigné plus d'un; et l'homme r a i s o n nable q u i remarque un goût de luxe et de d é p e n s e q u ' i l c r a i n t de ne p o u v o i r pas satisfaire, r é s i s t e à sa propre i n c l i nation.


25

Jugez donc de ce q u ' i l doit penser dans les l i e u x ou l ' o n a v u des femmes assez orgueilleuses, ou assez r i d i c u l e s , pour affecter de changer j u s q u ' à c i n q fois d'habillemens dans le même b a l , et croire qu'elles auraient à rougir si l ' h a b i l l e m e n t qu'elles

avaient m o n t r é

dans un b a l , avait jamais reparu dans un a u t r e ! Ce n'est pourtant pas à de jeunes Créoles que l e u r amour propre abuse trop facilement, que j'adresse ce reproche, mais à des parens q u i dev r a i e n t penser que celle q u i est destin é e à devenir mère de f a m i l l e , i n s p i r e peu l e d é s i r de l'adopter à ce t i t r e , quand elle montre des goûts et futiles et dispendieux. Autrefois le p l a i s i r de l a danse é t a i t affaibli par une autre espèce d'amourpropre q u i avait fait inventer u n c é r é monial pour tous les bals p a r t i c u l i e r s . Il fallait une grande m é t h o d e et même des recherches pour a r r ê t e r par q u i le 4


26

b a l dlevait ê t r e ouvert,

et dans q u e l

ordre chaque i n v i t é devait danser son p r e m i e r menuet. I l y avait u n m a î t r e des c é r é m o n i e s , quelquefois m ê m e p l u sieurs, dont les fonctions é t a i e n t tout à l a fois p é n i b l e s , désagréables et m ê m e dangereuses: p é n i b l e s , parce q u ' i l f a l l a i t v e i l l e r sans cesse à ce que l a liste fût

suivie;

désagréables , parce

qu'il

é t a i t presque impossible que quelque d o u a i r i è r e ne p r é t e n d î t

pas qu'on l a

faisait danser hors de son r a n g , et a p r è s u n e femme dont elle faisait alors l a généalogie avec des notes d'autant p l u s c r i t i q u e s , que l a p r é f é r é e

était

plus

j o l i e ; dangereuses, parce que tous les mécontentemens

rejaillissaient

sur l e

m a î t r e des c é r é m o n i e s , qu'on chargeait quelquefois de défendre l ' e n t r é e du b a l ou à des personnes n o n - i n v i t é e s , ou aux masques, et que dans des l i e u x OÙ l ' o n a l a passion de l a danse, et où l ' o n n'est pas exempt de s u s c e p t i b i l i t é , on


27 onduro difficilement un

p a r e i l refus.

A u s s i tel m a î t r e de c é r é m o n i e s é t a i t - i l o b l i g é d'aller compromettre sa vie pour soutenir l a d i g n i t é de sa place. Enfin l'on a senti q u ' u n d i v e r t i s s e ment n ' é t a i t pas u n cours d ' é t i q u e t t e s , et depuis long-tems, après que les grands parens ont feint de commencer u n menuet et se sont e m b r a s s é s , des contredanses se forment sans c h o i x . C'est an m a î t r e et à l a m a î t r e s s e de l a maison à v e i l l e r à ce que tout le monde se l i v r e à l'amusement. S i quelque danseuse est. d é l a i s s é e , un jeune parent, u n ami complaisant se

dévoue

et

promène,

du

m o i n s , celle q u i ne sait pas que le d é faut de charmes ou de grâces est i r r é missible au b a l . C r a i n t - o n que l'ardeur des danseurs ne les trompe, on supprime par intervalles quelques-unes des contredanses, on fait danser des menuets ou par des personnes d'un âge m û r , q u i , prenant


28 ainsi part à l a joie commune, l ' e x c i t e n t encore, ou par «les danseurs dont les talens sont capables d'obtenir des applaudissemens, m a l g r é l a s é v é r i t é avec l a q u e l l e on s'est a c c o u t u m é à juger le mennet depuis quelques a n n é e s . Lorsque l ' o n voit que les danseurs n'ont plus que du courage, lorsque des danseuses parlent de r e t r a i t e , ce q u i est une espèce de signal p o u r toutes les autres, les A l l e m a n d e s , l ' A n g l a i s e , ou le menuet Congo, viennent encore employer q u e l ques heures gaies,

q u i ne sont n i les moins

n i les moins rapidement e m -

ployées. L e b a l cesse enfin, et t e l l e danseuse q u i a pris une place pour le commenc e r , ne l a q u i t t e que parce q u ' i l a f i n i . Les embrassemens des jeunes personnes sont accompagnés de promesses de se trouver au premier bal p r o j e t t é ,

et

chacune d'elles va reposer des attraits que l a fatigue rend encore plus touchans,


29 et auxquels le p l a i s i r a donné un caract è r e encore p l u s s é d u c t e u r .

Heureux

l'amant q u i r a m è n e celle q u ' i l aime, et q u i a é p r o u v é que l a danse est une des inventions les plus propices à l'amour! P l u s heureux encore, c e l u i q u i trouve l a v o l u p t é dans ce trouble des sens, et q u i sait tout ce q u ' u n bal peut ajouter au bonheur qu'on peut g o û t e r avec une jolie Créole. Comme l a passion de l a danse est quelquefois n u i s i b l e à l a santé dans u n c l i m a t où les veilles sont p é n i b l e s , et q u ' i l é t a i t difficile de faire g o û t e r , sur ce p o i n t , les p r é c e p t e s les plus é v i d e n s , on a i m a g i n é à Saint-Domingue, depuis l ' a n n é e 1 7 8 0 , de substituer aux bals p u b l i c s de n u i t , des bals a p p e l l é s doutes,

Re-

q u i ont l i e u deux fois par se-

m a i n e , et q u i ne durent que depuis c i n q heures du soir j u s q u ' à neuf. L ' a musement

est moins l o n g , mais plus

f r é q u e n t , et les mères n'ont plus le


30 p r é t e x t e de l a fatigue des nuits pour ne pas aller au b a l . ]'ai vu de ces redoutes

au C a p - F r a n ç a i s ,

où , p a r m i

quatre-vingt femmes, i l en é t a i t

un

grand nombre q u i auraient rendu u n choix t r è s - d i f f i c i l e , m ê m e POUX l e S u l tan l e m i e u x i n s t r u i t des perfections q u ' i l c r o i t que Mahomet l u i r é s e r v e dans les célestes H o u r i s . Autrefois l e p l a i s i r de l a danse é t a i t plus f r é q u e n t ,

parce que l a

réunion

simple et sans a p p r ê t de quelques jeunes personnes et de quelques instruments formait u n b a l . Mais à mesure que l e l u x e a étendu son e m p i r e , ou p l u t ô t ses ravages, on a vu d i s p a r a î t r e ces a i m a bles amusemens; l ' o n n'a plus dansé que dans des fêtes somptueuses, ou dans des bals publics, où l'esprit des sociétés part i c u l i è r e s ou Coteries,

se reproduit,

entretient et n o u r r i t des r i v a l i t é s , et offre un grand rassemblement, où chaque société p a r t i c u l i è r e s'isole des autre?.


31 L'affabilité sociale, l a politesse m ê m e , y ont encore perdu quelque chose, et l ' o n en a la preuve dans les scènes trop communes des derniers jours du c a r n a v a l , où les bals de n u i t q u i ont l i e u a l o r s , offrent

un

grand concours de

masques, dont presque tout le r ô l e consiste à reprocher aux différons

petits

cercles q u i se sont formés dans les bals p r é c é d e n s , et quelquefois avec

amer-

t u m e , les torts dont on croit avoir r é ciproquement à se p l a i n d r e . Sans l'ascendant des personnes

rai-

sonnables l a danse ne se r a l l e n t i r a i t pas m ê m e dans l a saison l a plus chaude, et l ' o n peut s'en convaincre par l a conduite des affranchis et des esclaves q u i ne connaissent pas cette salutaire mod é r a t i o n . On doit l a c o n s i d é r e r comme une vertu r é e l l e dans les colons blancs, q u i donnent lieu à une double observation; l a p r e m i è r e , qu'on peut retrouver chez eux des nuances du c a r a c t è r e


32 national , en ce que le colon Anglais danse moins que

le colon

Français,

l ' E s p a g n o l , plus que l ' A n g l a i s ; et l a seconde, que les Créols se l i v r e n t t o u jours avec plus d'ardeur à cet exercice, que les E u r o p é e n s de l a m ê m e n a t i o n . Les affranchis et leur

descendance

aiment aussi l a danse avec

transport.

Ils suivent exactement les blancs dans l e choix de leur danse, et l a mode leur est commune sur ce p o i n t . La danse a cependant

en j u s q u ' i c i u n charme de

plus pour e u x , c'est qu'elle ne l e u r est pas toujours permise; et l a difficulté est un grand assaisonnement

pour le

plaisir. Dans certaines Colonies, les affranchies négresses ne dansent jamais qu'entr'elles, parce que les autres ne les admettent p o i n t à leurs divertissemens . I l n'est pas é t o n n a n t que dans des l i e u x où tous les avantages appartiennent

à

une seule nuance, les autres i n d i v i d u s


33 t i r e n t v a n i t é de s'en rapprocher, et par c o n s é q u e n t que l e m é l a n g e avec l e sang b l a n c l e u r inspire quelque idée de s u périorité. I l est un antre o r g u e i l q u i a aussi sa b i z a r r e r i e , c'est q u e , soit dans les l i e u x où les affranchies de tontes les

nuances

se m ê l e n t e n t r ' e l l e s , soit dans les Colonies, où des nuances affaiblies forment des classes, i l y a des bals où les femmes affranchies ne dansent qu'avec des blancs, sans qu'elles v e u i l l e n t y

recevoir les

hommes de l a m ê m e teinte q u ' e l l e s . P o u r que les bals des femmes de couleur pussent offrir un c o u p - d ' œ i l a g r é a b l e , i l faudrait qu'elles cessassent de croire qu'elles doivent faire i n d i s t i n c tement usage des ajustemens

employés

pat les blanches. Comment no pas v o i r , lorsque l a m ê m e fleur n ' e m b e l l i t pas également, et l a blonde langoureuse, et la brune p i q u a n t e , que de plus grands contrastes veulent encore de plus grands

5


34

m é n a g e m e n s ? et pourquoi ne pas avoir sa coquetterie à soi? I l faudrait encore qu'elles fussent persuadées que l'analogie des mouvemens n'est pas une v é r i t a b l e i m i t a t i o n , et qu'on a besoin d ' é t u d i e r ces balancemens, ces petits-pas

et ces

tableaux que les grâces ont i n v e n t é s , et que les grâces seules peuvent reproduire. A u surplus, elles dansent pour elles, elles sont ravies de danser, et telle est leur aptitude

naturelle,

t e l l e est l a

justesse de leur o r e i l l e , que le moindre soin d'un m a î t r e en ferait des écolières que beaucoup d ' E u r o p é e n n e s

n'égale-

raient p e u t - ê t r e pas. E l l e s commencent à le savoir, et l'on c o n n a î t déjà les r é p é t i t i o n s oit l'on va chercher des l e ç o n s , pour t â c h e r de r é u n i r aux jouissances du b a l , celles do l'amour-propre, ce p a t r i moine de l'espèce h u m a i n e , sans distinc t i o n de nuance. N'est-ce pas l'amourp r o p r e , par e x e m p l e , q u i leur inspire l'idée d ' a r r ê t e r que dans un de leurs bals


35 on n'entrera q u ' h a b i l l é en taffetas, dans un autre, qu'avec de l a mousseline, et dans un autre encore, qu'avec du l i n o n ! Parmi les esclaves i l en est, comme les domestiques des v i l l e s , q u i sans cesse rapproches des b l a n c s , t é m o i n s de tous leurs amusomons, et t r a i t é s d'une m a n i è re p r i v i l é g i é e , à cause de m i l l e circonstances

que l a d o m e s t i c i t é m ê m e fait

n a î t r e , se c o n s i d è r e n t comme une classe i n t e r m é d i a i r e entre les esclaves et les affranchis, et q u i adoptent dans beaucoup de choses les moeurs de ces derniers. Leur danse est donc la m ê m e que celle des b l a n c s , avec les différences p i q u a n tes que l a nature m ê m e des personnages y i n t r o d u i t ; on l e u r permet de se r é u n i r entr'eux. I l faudrait avoir v u ces bals pour en concevoir toute l a singular i t é , et Calot ou Teniers

auraient bien

é g a y é leurs pinceaux, s'ils avaient pu av o i r ces sennes grotesques à r e p r o d u i r e .


36 Le n è g r e l o r s q u ' i l s'est p r é s e r v é de l a folle manie de singer, a une danse q u i l u i est p r o p r e , et q u i , a p p o r t é e o r i g i nairement d ' A f r i q u e , a un grand charma pour les hommes nés dans cette partie du monde. Les n è g r e s créols l a c h é r i s sent aussi, parce que c'est celle qu'ils ont. connue depuis la plus tendre enfance. Les peuples A f r i c a i n s me servent encore i c i de preuves de l a passion qu'ont pour la danse les habitans p l a c é s entre les tropiques, p u i s q u ' i l s sont tous sensibles à ce p l a i s i r avec les proportions que j ' a i a n n o n c é e s comme d é p e n d a n t e s du genre do vie et de l a n o u r r i t u r e . Les n è g r e s de l a C ô t e - d ' O r , b e l l i q u e u x , sanguinaires, a c c o u t u m é s aux sacrifices humains, ne connaissent que des danses féroces comme eux ; tandis que le Congo, le Sénégalais et d'autres Africains p â tres ou c u l t i v a t e u r s , aiment l a danse comme

un

délassement,

comme

une

source de v o l u p t é s . Amenés de toutes


37 les parties d'Afrique dans nos Colonies, dont le c l i m a t est analogue au l e u r , les n è g r e s y apportent et y conservent l e u r penchant pour l a danse, penchant

si

puissant, que l e n è g r e l e plus f a t i g u é par le t r a v a i l , trouve toujours des forces pour danser et même pour a l l e r à plusieurs lienes satisfaire ce d é s i r . Quand les n è g r e s veulent danser, i l s prennent deux tambours, c ' e s t - à - d i r e , deux espèces de tonneaux d'inégales l o n gueurs, dont l ' u n des bouts reste ouvert, tandis que l'autre r e ç o i t une peau de mouton

bien

tendue.

Ces

tambours

(dont le plus court se nomme boula,

Bam-

parce q u ' i l est fait quelquefois

d'un très-gros bambou qu'on a c r e u s é ) , raisonnent sons les coups de poignet et le mouvement des doigts du n è g r e q u i se tient à califourchon sur chaque tamb o u r . On frappe lentement sur l e plus gros, et avec beaucoup «le vélocité sur l ' a n t r e . Ce son monotone et grave est


38 accompagné par l e b r u i t d'une certaine q u a n t i t é de petites calebasses où l'on à mis des c a i l l o u x et q u i sont p e r c é e s dans l e u r longueur par u n long manche qui sert à les agiter. Des Banzas,

espè-

ces de guitarres grossières à quatre cordes, se m ê l e n t an concert dont les mouvemens sont réglés par le battement de mains des négresses q u i forment un grand c e r c l e . E l l e s composent tontes une sorte de c h œ u r q u i r é p o n d à une ou doux chanteuses p r i n c i p a l e s , dont l a v o i x é c l a t a n te r é p è t e ou improvise une chanson. U n danseur et une danseuse, ou des danseurs

pris

en

nombre

chaque sexe, s ' é l a n c e n t

égal

dans

au m i l i e u de

l'espace et se mettent A danser, en figurant toujours deux à d e u x . Cette danse peu v a r i é e , consiste dans un pas fort simple où l'on tend successivement chaque pied et où on le r e t i r e en frappant plusieurs fois p r é c i p i t a m m e n t de l a pointe et du talon sur l a t e r r e , comme dans


39 I'anglaise.

Des é v o l u t i o n s faites sur

s o i - m ê m e pu autour de l a danseuse q u i tourne aussi et change de place avec l e danseur, v o i l à tout ce qu'on a p p e r ç o i t , s i ce n'est encore le mouvement des bras que le danseur

abaisse et

relève

en

ayant les coudes assez p r è s du corps et l a m a i n presque f e r m é e ; l a femme t i e n t les deux bouts d'un mouchoir qu'elle bal a n c e . On c r o i r a i t difficilement, quand on n'a pas v u cette danse, combien e l l e est v i v e , a n i m é e , et combien l a r i g u e u r avec l a q u e l l e l a mesure y est s u i v i e , l u i donne de g r â c e . Les danseurs et les danseuses se remplacent sans cesse, et les n è g r e s s'y e n i v r e n t d'un t e l p l a i s i r , q u ' i l faut finir

toujours les contraindre à

cette espèce de bals nommés

Ka-

lendas * , q u i ont l i e u en p l e i n champ

* En Celte CAL-VEN-DA-,

ce qui signifie

Appele d o n c : sans doute à c a u s e du bruit du tambour.


40 et dans un terrain uni, afin que l e mouvement des pieds ne puisse y rencontrer aucun obstacle. I l serait difficile de m é c o n n a î t r e à ces traits une danse s i m p l e , p r i m i t i v e , et appartenant à des peuples chez lesquels l a c i v i l i s a t i o n a encore presque tout à f a i r e . Cette disposition c i r c u l a i r e , ces battemens de mains, ce chant à r e f r a i n , ces instrumens b r u y a n s , tout dépose en faveur de l ' a n c i e n n e t é

de

cette danse q u i , comme je l ' a i d i t , app a r t i e n t à l ' A f r i q u e , ou ses c a r a c t è r e s existent presque par-tout, m ê m e chez les Hottentots. A Saint-Domingue, et p a r t i c u l i è r e ment dans l a partie Occidentale f r a n ç a i s e , i l y a depuis long-tems un genre de danse appelle Vaudoux,

q u i exige

deux ou quatre personnes, et q u i est c a r a c t é r i s é par des mouvemens où i l semble que le liant du corps, les épaules et l a t ê t e se meuvent par ressorts . Cette


41 danse a aussi l i e n avec le tambour, les battemens de m a i n et le chant à choeur. J'ignore d'oh elle a p r i s son n o m , mais son effet est t e l sur les n è g r e s , q u ' i l s dansent quelquefois j u s q u ' à tomber en défaillance. Ce n'est r i e n encore qne le Vaudoux , si on le compare à Don Pédre se à Don

Pèdre,

on

Dan-

autre danse n è g r e ,

connue aussi dans l a partie de l'Ouest de S a i n t - D o m i n g n e , depuis 1768.

Don

Pèdre est le nom qne portait u n n è g r e du quartier du Petit-Goave, d'origine et q u i , par u n

caractère

hardi et certaines pratiques

espagnole,

supersti-

tieuses, avait acquis, p a r m i les n è g r e s , un c r é d i t assez grand pour ê t r e d é n o n c é à l a justice comme u n chef de projets alarmans. La danse qui porte son nom consiste, comme le Vaudoux, dans l'agitation des é p a n l e s et de l a t è t e ; mais cette agitat i o n est e x t r ê m e m e n t v i o l e n t e , et pour 6


42 l ' a c c r o î t r e encore, les nègres boivent en s'y l i v r a n t , de l'eau-de-vie où. i l s imaginent de mettre

do l a poudre à

canon qu'on a b i e n b r o y é e . L'effet de cette b o i s s o n , b â t é et a u g m e n t é

par

leurs mouvemens, a une si grande i n fluence sur tout leur ê t r e , q u ' i l s entrent dans une v é r i t a b l e

fureur,

dans des

convulsions r é e l l e s ; i l s dansent en f a i sant d'horribles contorsions, j u s q u ' à ce qu'enfin tombant dans une sorte d ' é p i lepsie q u i les renverse, i l s sont dans un é t a t q u i semble les menacer de l a m o r t . Il a f a l l u i n t e r d i r e s é v è r e m e n t Don P è d r e , parce q u ' i l causait de grands désordres

et q u ' i l r é v e i l l a i t des idées

Contraires à l a p a i x p u b l i q u e . Soit p r é v e n t i o n , soit effet é l e c t r i q u e , les spectateurs e u x - m ê m e s partageaient cette ivresse, et au l i e u de cesser leurs chants en voyant n a î t r e l a f r é n é s i e ,

ils re-

doublaient les éclats de leurs v o i x , p r é c i p i t a i e n t l a mesure, et a c c é l é r a i e n t la


43

crise en l a partageant j u s q u ' à u n certain d e g r é . Quel ê t r e bisarre que l'homme! Dans quels excès i l cherche le p l a i s i r ! Nos moeurs créoles ont

adopté une

autre production exotique q u i , venue é g a l e m e n t de l ' A f r i q u e ,

a en une i n -

fluence plus é t e n d u e que tontes les danses nègres dont

j'ai p a r l é .

danse

presque

connue,

C'est une

généralement

dans les colonies de l ' A m é r i q u e , sous le nom de Chica,

qu'elle porte

aux

Isles-du-Vent et à Saint—Domingne. Lorsqu'on veut danser l e C h i c a , des instrumens quelconques jouent un a i r , absolument consacré à cette espèce de danse, et dans extrêmement

l e q u e l l a mesure

est

m a r q u é e . L ' a r t pour l a

danseuse, q u i t i e n t les e x t r é m i t é s d'un mouchoir ou les deux côtés de son j u p o n , consiste p r i n c i p a l e m e n t a agiter la partie i n f é r i e u r e des r e i n s , en maintenant tout l e reste du corps dans une sorte d ' i m m o b i l i t é . V e u t - o n animer l e


44 C h i c a , un danseur s'approche de l a danseuse, pendant qu'elle s'exerce, et s ' é l a n ç a n t d'une m a n i è r e p r é c i p i t é e ,

il

tombe en mesure presque à l a toucher, r e c u l e , s'élance de nouveau, et semble l a conjurer de céder avec l u i au charme q u i les m a î t r i s e . E n f i n , lorsque le Chica parait avec son c a r a c t è r e le plus expressif, i l y a dans les gestes et dans les mouvemens des deux danseurs, u n accord plus facile à concevoir q u ' à d é c r i r e . I l n'est r i e n de l a s c i f qu'un

pareil

tableau ne puisse o f f r i r , r i e n de voluptueux qu i l ne peigne. C'est une espèce de lutte où toutes les ruses de l'amour, et tous ses moyens de triompher sont mis en a c t i o n : c r a i n t e , espoir, d é d a i n , tendresse, caprice, p l a i s i r , refus, d é lire,

fuite,

ivresse,

anéantissement,

tout y a u n langage, et les habitans de Paphos auraient d i v i n i s é l'inventeur de cette danse.


45

Je ne tenterai pas d'exprimer quelle peut ê t r e l'impression prodnite par l a vue d'un Chica dansé avec toute l a p r é cision dont i l est susceptible. I l n'est p o i n t de regards q u ' i l n'anime, p o i n t de sensibilité q u ' i l n'émeuve, point d'imagination q u ' i l n ' a l l u m e ; i l donnerait du sentiment à l a c a d u c i t é . Mais je soutiens que cette i d é e , en quelque sorte magique, n'a pu n a î t r e que dans un c l i m a t doux et propice an p l a i s i r , et qu'elle est u n monument q u i dépose de l ' i n fluence que l a danse peut a c q u é r i r . Ce C b i c a é t a i t d a n s é , i l n'y a pas long-tems encore, par de jeunes beautés dont les grâces n a ï v e s

l'embellis-

saient et le rendaient p e u t - ê t r e plus s é d u i s a n t . E l l e s le dansaient seules, i l est v r a i , ou avec une de leurs compagnes, q u i prenait lo rôle du danseur, sans oser toutefois en i m i t e r l a v i v a c i t é . Mais nos m œ u r s ne sont pas restées assez pures pour qu'une p a r e i l l e é p r e u v e puis6.


46

se ê t r e t e n t é e ; le Chica n'est plus admis dans les bals des femmes blanches, si ce n'est lors de quelques r é u n i o n s presque fortuites, ou le petit nombre et l e choix des spectateurs rassurent l a danseuse. C'est aux négresses de l ' î l e H o l l a n daise de C u r a ç a o , q u ' i l faut

accorder

l a palme pour l a m a n i è r e de danser l e C h i c a ; i l est même difficile de concev o i r , j u s q u ' à quel degré elles ont su pousser l'art qu'on y cherche; i l va si l o i n , que leur buste semble i n d é p e n dant de sa base, qu'elles agitent avec une m o b i l i t é q u i lasse m ê m e l a v u e . Le C h i c a nous est venu des contrées Africaines où presque tous ,les peuples le dansent et p r i n c i p a l e m e n t les C o n gos. Les nègres l'ont t r a n s p o r t é

aux

A n t i l l e s oit i l a é t é b i e n t ô t n a t u r a l i s é . Dans tout l e Continent de l ' A m é r i q u e espagnole, le Chica exerce u n empire tellement u n i v e r s e l , qu'au commencement de ce s i è c l e , ou l ' y dansait encore


47 dans

les c é r é m o n i e s pieuses, dans les

processions, et que les épouses du s e i gneur se montraient an peuple à travers

1

une g r i l l e pendant l a n u i t de N o ë l , exp r i m a n t entr'elles par les

agitations

voluptueuses du C h i c a , l a joie qu'elles ressentaient de l a naissance de l'HommeD i e u q u i venait racheter par sa m o r t , toutes les i l l u s i o n s du monde. L ' A m é r i q u e n'a pas é t é l a seule q u i ait r e ç u , à cet é g a r d , l'influence de l ' A f r i q u e , puisque les Maures ont rendu propre à l'Espagne l a passion du Fandango , q u i n'est autre chose que le C h i ca , seulement un peu moins d é v e l o p p é , parce que le c l i m a t on d'autres c i r c o n stances l u i auront é t é moins propices. Ce serait p e u t - ê t r e l'objet d'une r e cherche assez curieuse que celle du poupie à q u i cette danse expressive doit sa p r e m i è r e o r i g i n e . Ou l ' a bien a t t r i b u é e aux nègres de l a Côte de G u i n é e , mais un fait puissant s ' o p p o s e r a toujours à ce


48

qu'on adopte cette e x p l i c a t i o n , c'est l a u u d i t é de ces A f r i c a i n s . E t q u i ne sait pas que l a nature p e r d , pour les hommes sans v ê t e m e n s , l a plus grande partie des charmes qu'elle a a t t a c h é s à ses p l a i s i r s les plus doux. Où auraient-ils puisés tous ces riens d é l i c i e u x , toute cette gradation de d é s i r s , si bien m a r q u é e par le Chica ? Quelle comparaison pourrait-on é t a b l i r , par exemple, entre cette danse et celle des Caraïbes nus, de l ' î l e S a i n t - V i n c e n t , q u i se prennent sous les bras, deux à d e u x , et q u i en gloussant quelques sons monotones et lugubres, se p l i e n t et se r e l è v e n t alternativement, durant des heures e n t i è r e s , et croyent avoir d a n s é . I l y a p e u t - ê t r e de commun entre les C a r a ï b e s et les inventeurs du Chica., l'amour de l a danse et l'effet du c l i m a t ; mais quelle différence de mœurs i l faut n é c e s s a i r e m e n t supposer! Cette observation me rappele presque involontairement les malheureux natu-


49 rels de S a i n t - D o m i n g u e , q u i avaient des danses h i s t o r i q u e s , une espèce de p y r rhique et des danses aussi voluptueuses que le C h i c a . Ils é t a i e n t nus, je le sais, mais l'histoire nous a assez r é v é l é de faits pour que nous devions penser que les Indiens des quatre grandes A n t i l l e s é t a i e n t venus du C o n t i n e n t . Sans doute i l s avaient eu une communication quelconque avec des peuples assez civilisés pour savoir que les charmes qu'on soustrait à des regards trop c u r i e u x , sont quelquefois plus puissans. Cette p e n s é e avait é v i d e m m e n t p r é s i d é à l ' o r i g i n e des danses q u i leur é t a i e n t devenues propres; et si l e reproche que des historiens ont fait à ces danses d ' ê t r e trop lascives, é t a i t f o n d é , cet e x c è s , n'en doutons pas, é t a i t , comme ceux du C h i c a , l'effet de l a n u d i t é q u i no permet plus de sentir les nuances d é l i cates q u i s é p a r e n t l a v o l u p t é de l'obscénité.


50 Mais les Caraïbes q u i é t a i e n t

eux-

mêmes des é m i g r a n s , é t a b l i s dans les petites A n t i l l e s , n'avaient aucune i d é e de

ces

étaient

danses des

I n d i e n s , dont i l s

les implacables

ennemis . De

quelque p o i n t qu'ils fussent partis pour a r r i v e r dans cet A r c h i p e l , ou n'y

con-

naissait s û r e m e n t pas de danses i n s p i r é e s par le p l a i s i r : leurs m œ u r s sanguinaires l'auraient é p o u v a n t é . E t ne f a u d r a i t - i l pas p l u t ô t demander compte do cette i n g é n i e u s e d é c o u v e r t e , à cette c o n t r é e , que les beaux arts et l e goût le plus p u r ont rendue i m m o r t e l l e ; à cette c o n t r é e où l ' o n dit que Socrate livré

au p l a i s i r

de l a danse, montra

j u s q u ' o ù p o u v a i t a l l e r le triomphe d'Aspasie ? La Grèce é t a i t sons un c l i m a t temp é r é , et s i t u é e de m a n i è r e que ses h a b i tans, q u i firent éclore tous les germes de v o l u p t é , pouvaient facilement propager l e u r doctrine s é d u c t r i c e , et en A s i e , et en Afrique. Nous savons que les Perses


51 p l a c é s dans l a p r e m i è r e , ont des danses vives et amoureuses. E n E g y p t e , au jour où l ' h y m e n fait b r i l l e r son flambeau, des danseuses ne viennent-elles pas off r i r à l a nouvelle épouse, dans d'aimables j e u x , l'image encore voilée des m y s t è r e s que ce Dieu ordonne de c é l é b r e r ,

et

n ' i n v i t e n t - e l l e s pas l a v o l u p t é à l u i p r é parer des couronnes? I l me semble que la passion de toute l ' A s i e m i n e u r e , pour les danses que l'amour semblait y avoir e n s e i g n é e s , n'est pas sans analogie avec le C h i c a ; et si Horace, le chantre des p l a i s i r s , a c r u devoir se montrer s é v è r e pour l a danse Ionienne,

j ' a i déjà d i t

qu'on p o u r r a i t aussi censurer de l a m ê me m a n i è r e

l'espèce de f r é n é s i e à l a -

quelle le Chica conduit quelquefois. Je ne puis me défendre du penchant q u i me r a m è n e toujours vers l a G r è c e , quand je remarque

qu'une

peignait p r i n c i p a l e m e n t

danse qui

l ' h i s t o i r e de

Thésée et d ' A r i a d n e , y portait le nom


52 de Candiote,

et que l ' o n dit à Saint-Do-

mingue d'un a f r i c a i n , d'un n è g r e c r é o l , occupé de p l a i s i r , ' e t c h é r i s s a n t sur-tout l a danse, q u ' i l est

Candiot.

Est-ce l e

hasard qui a fait tant de rapprochemens; et ce hasard e s t - i l donc si i m p é r i e u x q u ' i l ne soit pas permis d'aller chercher l'origine du Chica chez un peuple q u i a r e m p l i l ' U n i v e r s entier du b r u i t de sa g l o i r e , de sa c é l é b r i t é dans tous les genres,

snr-tont de sa délicatesse exquise

polir tout ce q u i respirait l a v o l u p t é ? Qu'on c o n s i d è r e encore une fois l a danse des Caraïbes de S a i n t - V i n c e n t , et l ' o n sera convaincu que le Chica ne peut avoir é t é i n v e n t é que par des hommes dont l ' i m a g i n a t i o n b r û l a n t e s u p p l é a i t à ce que les yeux ne devaient pas a p rercevoir. FIN.


154696


BIBLIOTHEQUE S C H O E L C H E R

8 0015813


De la danse  

Auteur. Moreau de Saint-Méry, L.-E. /Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université...

De la danse  

Auteur. Moreau de Saint-Méry, L.-E. /Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université...

Profile for scduag
Advertisement