Issuu on Google+

MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


LES AMERICAINS Réunis à Paris , & ci-devant com­ posant l'Assemblée générale de la partie françoise de Saint-Domingue ,

A L'ASSEMBLÉE N A T I O N A L E . IMPRIMÉ PAR ORDRE DE L'ASSEMBLÉE NATIONALS.

A DE

P A R I S ,

L'IMPRIMERIE

1791.

N A T I O N A L E .


LES

AMÉRICAINS

RÉUNIS À PARIS,

& ci-devant com-

posant l'Assemblée générale de la partit françoise

de

Saint-Domingue,

A L'ASSEMBLÉE N A T I O N A L E .

MESSIEURS, V o u s avez p r o n o n c é fouverainement fur n o s actes & fur notre caractère p o l i t i q u e : v o u s v o u s êtes r é fervé de ftatuer fur n o s perfonnes : telles font e n fubftance les difpofitions de votre décret d u 12 Octobre de l'année dernière. N o t r e foumiffion fans réferve à ce d é c r e t , v o u s a déterminés à é c o u t e r notre juftification individuelle , & à n o u s m o n t r e r tout l'intérêt d u à des h o m m e s q u i o n t é t é h o n o r é s de l a confiance de leurs c o n c i t o y e n s , dans la plus i m portante des C o l o n i e s françoifes. A g r é e z , M e f f i e u r s , n o s actions de graces p o u r les m o m e n s que v o u s avez confacrés à nous entendre. L'inftant de n o u s juger eft v e n u : v o t r e décret v a n o u s placer au n o m b r e des b o n s c i t o y e n s , o u n o u s c o n f o n d r e parmi les mauvais ; fi nos feffeins o n t é t é A

2


(4 ) remplis par celui q u i n o u s a fervi d'interprete, n o u s n o u s flattons qu'il ne refte plus de doute fur l a pureté de nos intentions. N o u s c r o y o n s néanmoins devoie p u b l i e r une dernière profeffion de f o i , q u i a c h e vera de nous faire c o n n o î t r e aux repréfentans de l a . N a t i o n & aux amis de l a Patrie. N o u s r e m p l i f f o n s franchement notre d e v o i r en a b diquant c o m m e erronés des travaux que v o u s a v e z j u g é s tels ; mais ces erreurs n ' o n t jamais pris leur fource dans une v o l o n t é c o u p a b l e ; elles n ' o n t é t é produites que par l'éloignement o ù nous étions de tous f e c o u r s , & par les circonflances d o n t le torrent n o u s a entraînés : q u i c o n q u e fe fût trouvé dans une p o f i t i o n telle que l a n ô t r e , eût v u naître les mêmes o r a g e s , & peut-être de plus violens. V o u s n ' o u b l i e r e z pas que n o u s étions placés au fein d'une révolution o ù tout étoit n o u v e a u , o ù les meilleurs efprits p o u v o i e n t s'égarer dans l a recherche d u b i e n , 6c où n o u s n'apercevions v o s oeuvres qu'à travers u n épais nuage. C'étoit p o u r nous une affez grande d o u l e u r de n'avoir p u , dans notre p a t r i e , Conduire nos c o n c i toyens à la félicité qu'ils nous avoient charges de leur p r o c u r e r , & qu'ils attendoient de nos foins. L e c o m b l e d u malheur a é t é de v o i r que nos actes n o u s ayent fait aceufer de projets finiftres de fciffion & d'indépendance ; enfin le d e v o i r vraiment d o u l o u r e u x à r e m plir , eft d'avoir à juftifier notre attachement à l a France. N e f o m m e s - h o u s pas les defcendans de ces i n fulaires qui fe font v o l o n t a i r e m e n t unis à elle ? n'avonsn o u s pas p r o u v é , dans tous les t e m p s , que le n o m françois n o u s étoit c h e r ? notre fang n ' a - t - i l pas f o u v e n t c o u l é p o u r le conferver ? Q u o i ! dans des j o u r s m a l h e u r e u x , n o u s n o u s ferions fignalés par notre


( 5) affection p o u r notre mère-patrie ! n o u s aurions p a tiemment partagé fes infortunes & fes chaînes ! & maintenant nous ne v o u d r i o n s pas nous affocier à fa liberté , à fon b o n h e u r & à fa gloire ! Q u a n d cet attachement à l a F r a n c e ne feroit pas inné en n o u s , & ne nous auroit pas été tranfmis par nos p è r e s , notre intérêt, perfonnel ne v o u s feroit-il pas garant de notre fidélité ? I l n o u s c o m m a n d e de demeurer annexés à l ' E m p i r e François ; nous ne p o u v o n s exifter à part dans l'ordre f o c i a l ; ainfi le veut l a n a t u r e , q u i nous a a c c o r d é des terres fertiles en d e n rées de luxe ; ainfi le veut la faine politique , q u i n o u s invite à rechercher l a protection d'un g r a n d P e u p l e , car o n n'eft pas impunément foible & riche; ainfi le v e u t , & notre organifation intérieure, & le genre de notre p o p u l a t i o n , & diverfes autres confidérations q u ' i l feroit fuperflu de rapporter. N o t r e plus ardent defir eft d o n c de v o i r s'évanouir fans retour ces foupçons q u i n o u s o n t précédés & fuivis dans l a m é t r o p o l e , & fous lefquels n o u s avons gémi trop l o n g - t e m p s : n o u s v o u l o n s que notre i n v i o lable attachement à l a F r a n c e foit manifefté à tous c e u x q u i le partagent avec n o u s . I l ne nous eft pas poffible de fupporter que l ' o n n o u s c r o y e réfractaires à la v o l o n t é des légitimes repréfentans de l a N a t i o n . N o u s n'héfitons d o n c pas à r e c o n n o î t r e authentiquem e n t que l'Affemblée nationale eft inveftie de la p u i f fance fuprême fur t o u t ce q u i porte le n o m françois ; que tous les membres de l ' E m p i r e d o i v e n t être foumis à ce q u i a été décrété par elle : a i n f i , attachement & fourmiffion à l a l o i , telle a é t é , telle eft & telle fera notre m a x i m e confiante & inébranlable. S i q u e l q u ' u n de nos écrits a paru contrarier cette maxime , n o u s le rétractons h a u t e m e n t , n o u s faifons gloire de protefter de notre obéiffance , parce que n o u s favons bien


( 6) qu'une telle obéiffance eft h o n o r a b l e , qu'elle eft le premier d e v o i r du c i t o y e n & l'apanage des h o m m e s l i b r e s , & nous réitérons ici la demande que nous avons déja faite d'en prêter le ferment dans v o s mains. C o m m e n t ne ferions-nous pas t o u c h é s de r e c o n noiffance p o u r les légiflateurs de l ' E m p i r e ? Par q u e l i n c o n c e v a b l e aveuglement ne chercherions-nous pas à faire t r i o m p h e r v o s d é c r e t s ? V o u s nous offrez u n g o u v e r n e m e n t d o u x & m o d é r é , & tous les bienfaits qu'a produits l a révolution : que p o u r r i o n s - n o u s f o u h a i ter de plus ? A v a n t qu'il exiftât une-Affemblée n a t i o nale , nous n'aurions jamais efpéré tant de b i e n s , & n o u s ne p o u v o n s pas être affez infenfés p o u r les rejeter. T o u s nos v œ u x font d'être bientôt en poffeffion des biens que v o u s n o u s deftinez : nos c o n c i t o y e n s , d o n t les intérêts nous feront toujours f a c r é s , o n t b e f o i n d'en j o u i r p o u r o u b l i e r les m a u x auxquels ils ont é t é fi l o n g - t e m p s en p r o i e . L e s inftructions que v o u s êtes fur le p o i n t de décréter ne fauroient r e c e v o i r une e x é c u t i o n t r o p p r o m p t e ; elles ne l ' o b t i e n d r o n t qu'avec le titre de l o i provifoire ; & nous fommes fi perfuadés qu'avec ce titre elles p r o d u i r o n t u n effet falutaire , que c'eft l'objet d'une pétition ad hoc que nous v o u s préfentons féparément. Puiffe cette conftitution p r o vifoire partir i n c e f f a m m e n t , & porter l a c o n f o l a t i o n dans l a C o l o n i e ! Q u a n t à n o u s , Meffieurs , par cette dernière & folemnelle manifeftation de nos fentimens, nous a v o n s v o u l u lever tous les doutes que les é v é n e m e n s o n t p u jct(er fur n o u s . C ' e f t en ce m o m e n t , c'eft: dans cette expreffion libre & pure de nos p e n f é e s , que v o u s n o u s r e t r o u v e r e z tels que nous fommes , & tels que n o u s n e cefferons jamais d'être ; c'eft dans cette profeffion de f o i , dictée par nos c œ u r s f e u l s , & tracée avec


(7) franchife , que v o u s apercevrez véritablement nos i n t e n t i o n s , & que v o u s puiferez le jugement que v o u s allez porter fur elles. N o u s attendons ce jugement a v e c confiance. Pères de la patrie ! le b o n h e u r de tous les F r a n ç o i s v o u s eft également cher. Fondateurs de l a l i b e r t é , c'eft en créant des citoyens que v o u s a v e z donné une bafe inébranlable à. la conftitution qui eft votre ouvrage. V o u s ne repoufferez p o i n t a u j o u r d ' h u i l ' h o m m a g e de c e u x qui jurent obéiffance à v o s l o i s , & q u i , forts de leur confcience & de leurs f e n t i m e n s , ne follicitent de v o u s u n décret q u i leur p e r mette u n retour h o n o r a b l e à S a i n t - D o m i n g u e , que p o u r s'y confacrer entièrement à la défenfe de cette c o n f h t u t i o n d o n t ils font les premiers admirateurs, d o n t ils s'honoreront d'être les a p ô t r e s , & qu'ils prennent l'engagement formel de maintenir de tout leur p o u v o i r . Signé D a u g y , Vénault de C h a r m i l l i , L e r a y de la Clartais , l'Archevêque Thibaut, tant p o u r m o i que p o u r M . Demaigné ; D u t r e j e t , L e f o r e f t i e r , D e l m a s le jenne , B e r a u d , Rouffeau de la G a u t r a i e , M a r r a u d D e f g r o t t e s , D u r a n d , L e g r a n d , Saunois. P e t i t , L e g o u t , Daubonneau, Vigoureux,Pouquet, Avalle, Demont m a i n , tant p o u r m o i que p o u r M M . D e c a d u s c h & N e c l o u x , V a l e n t i n de C u l l i o n , C h a r r i e r , A m i d i e u D u c l a u x , C r o i f i e r , préfident d u c o m i t é de l'Oueft ; Chevernet, Aubert, B o u t i n , Sezille, D e p o n s , L e g o meriel de B e n a z é , Davezac de Caftera, D e n i x , D e v a f e , A u b e r t , M a r t i n de C a f r e l p e r s , G u é r i n , C o t e l l e , L a r o q u e t u r g e a u , aîné ; de N o g e r é e , S u i r e , R e m o u f f i n , M a g n a n fils, D e b o u r c e l .



Les Américains réunis à Paris, et ci-devant composant l'Assemblée générale