Page 1

MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


MANIOC.org Bibliothèque Schoelcher

Conseil général de la Martinique


L E T T R E A U X

PHILANTROPES, Sur les malheurs, les droits et les réclamations des Gens de couleur de

Saint-Domingue. ,

et des autres îles françoises de l'Amérique ; PAR

CURÉ

M.

D'EMBCRMÉNIL, DE

A Belin Chez

G R É G O I R E ,

DÉPUTÉ

DU

DÉPARTEMENT

LA MEURTHE.

PARIS,

, libraire , r u e Saint-Jacques,

près St. Y v e s ,

DESENNE Libraire, au Palais-Royal ; BAiLLY

libraire, rue S t - n o n o r é , barrière des S e r g e n s .

E t a u B u r e a u d u PATRIOTE FRANÇOIS , p l a c e d u T h é â t r e I t a l i e n ,

O C T O B R E

1790.


L E T T R E AUX

LE

12

PHILANTROPES.

octobre

1 7 9 0 , doit

être u n e époque

à jamais

funèbre dans les fastes d e l'histoire : à s o n retour

pério-

dique , l a liberté, l'humanité , la justice seront e n d e u i l , et la postérité , é t o n n é e

o u i n d i g n é e , se rappelera q u ' à

pareil j o u r u n epartie d e la nation f u t i m m o l é e a u x p r é jugés , à la cupidité de l'autre. C e ne fut point une SaintBarthelemi, m'ôte

mais

quel

est le plus

humain,

celui

qui

en un m o m e n t la v i e et ses p e i n e s , o u celui q u i

m e l a p r o l o n g e , en m e r a v i s s a n t t o u t c e q u i p e u t l a r e n d r e supportable? L'esclavage

des Ilotes

est u n e tache

ineffaçable

à la

m é m o i r e d e s Spartiates. L a c é d é m o n e , à ceté g a r d , devoitelle

trouver en France des imitateurs ? N'imputons

à l'assemblée erreur,

point

nationale , mais à ceux qui l'ont induite e n

l'asservissement

d e n o s frères , consacré

d'une

manière solemnelle. O n décide , ( chose inouie chez toutes les nations ! ) qu'il n e sera rien c h a n g é

à l'état des per-

sonnes dans nos î l e s , q u e sur l a d e m a n d e des colons ; c'està-dire , q u e l'on n ' e x t i r p e r a les a b u s q u e sur l e v œ u d e c e u x qui en v i v e n t , q u i e n sollicitent l a prolongation ! c'est-àdire, q u e les droits éternels des h o m m e s nés,

à l'orgueil,

à l'avarice!

seront

c'est-à-dire,

subordon-

qu'ils A

seront


(2) jouets d e l'oppression , jusqu'à ce qu'il plaise à leurs

des-

potes d'alléger leur sort ! Cet étrange décret est p r o n o n c é , presqu'à

l'unanimité,

par les représentans d u peuple f r a n ç o i s , a u m o m e n t s'applaudissent d'avoir foudroyé la t y r a n n i e ,

o ù ils

reconquis la

liberté ; et c o m m e si l ' o n e û t craint l a l u m i è r e , dans une a f f a i r e de s i h a u t e i m p o r t a n c e , u n a u t r e d é c r e t , p r é c é d a n t celui-ci, Celui

avoit empêché qu'on du 1 6 août

n'ouvrît la discussion.

dernier,

aux

relatif

troubles d e

N a n c y , a v o i t é t é r e n d u d e l a m ê m e m a n i è r e ; e t ses tristes résultats

auroient

enthousiaste. présenter, dans

tirer î

bien

d û garantir

Si les réclamans

le décret

le cas c o n t r a i r e ,

n'avoient

n'en souffroit quelles

précipitation de sage à

lien

aucune

terribles

O n n'a p a s v o u l u nous

on n'étouffera

d'une

atteinte; e t ,

conséquences

entendre (1) ; mais

l a voix d e ceux dont le caractère

à

jamais

intrépide

s'irrite contre l e s o b s t a c l e s , e t q u i , v o u é s a u soutien d e s droits des h o m m e s , monteroienc

défendre. L e s du

sur l'échafaud

pour les

m e m b r e s du corps législatif doivent l'exemple

respect à ses décisions ; mais

pas le droit d e raisonner. tend pas dominer

le devoir

d'obéir

les confiances;

ce scroit,

une entreprise q u i excéderoit les forces

envers

d'ailleurs,

humaines. Ainsi,

q u i c o n q u e croit rectifier u n e e r r e u r , p r o p o s e r acquitte u n e dette

note

L'assemblée nationale ne pré-

un mieux ,

la patrie, et son zèle,

fût-il

erroné , scroit encore louable. J'établirai q u e , p a r s o n décret d u 1 2 , l'assemblée n a t i o n a l e , m a n q u e , 1°. à s e s p r o m e s s e s , 2°. à s e s p r i n c i p e s ,

(1) MM.

Pétion, Mirabeau

demandé la parole.

et m o i , avons

inutilement


(3) 3 ° . à la j u s t i c e , 4 . à l ' h u m a n i t é . I l s e r a p l u s a i s é d e m e 0

censurer q u e de répondre. E n s u i t e , je p r o u v e r a i q u e d é c r e t est i m p o l i t i q u e . C e c i s'adresse à c e u x q u i ,

le

com-

p o s a n t a v e c les p r i n c i p e s les p l u s i n f l e x i b l e s , c r o i e n t q u e l ' i n t é r ê t e s t t o u t , e t la j u s t i c e r i e n . M a i s a u p a r a v a n t , d o n n o n s q u e l q u e s détails certains sur les s a n g - m ê l é s ,

nom-

m é s aussi mulâtres o u gens de couleur.

Ils s o n t e n v i r o n 4 0 mille dans nos îles de l ' A m é r i q u e , t o u j o u r s plus a t t a c h é s a u sol q u e les c o l o n s b l a n c s , d o n t l e s y e u x se t o u r n e n t s a n s c e s s e v e r s l a m é t r o p o l e , e t q u i se h â t e n t de faire fortune pour repasser en F r a n c e . L e s s a n g - m ê l é s s o n t l i b r e s ; il n e s ' a g i t p o i n t e n c o r e des e s c l a v e s , q u e , par b o n t é p o u r e u x , il ne faut p e u t - ê t r e conduite

que graduellement à la liberté.

Les droits de

l ' h o m m e , c o n c é d é s b r u s q u e m e n t à c e u x q u i n'en c o m m i s sent pas les d e v o i r s , p o u r r o i e n t d e v e n i r un présent f u n e s t e . J ' i n s i s t e s u r l e m o t libres, a p p l i q u é aux g e n s d e

couleur,

p a r c e q u e t o u t e s les f o i s q u ' o n v e u t f a i r e e n t e n d r e e n l e u r f a v e u r l'accent d e l ' h u m a n i t é , des C a n n i b a l e s , p o u r faire diversion , égarer l'opinion , effrayer

la

pusillanimité,

c r i e n t q u ' o n v e u t faire é g o r g e r t o u s les b l a n c s j e n a f f r a n chissant les N è g r e s , d o n t il n'est pas q u e s t i o n , d o n t

la

cause

Et

n'a

rien de c o m m u n avec celle des mulâtres.

c o m b i e n , depuis le d é c r e t , viennent niaisement m e d i r e : « J e c r o y o i s q u e v o u s v o u l i e z proposer l'abolition de l'esc l a v a g e » . C r o i r e s a n s savoir, c'est s o t t i s e ; d i r e l e c o n traire d e ce q u ' o n s a i t , c'est perversité : v o u s c h o i s i r e z . E h b i e n , je v o u s l'assure , tel dé m a u v a i s e f o i . , q u i v i e n t d e l i r e c e t t e t i r a d e , est p r ê t à r é p é t e r l a m ê m e i m p o s t u r e . L e s s a n g - m ê l é s p o s s è d e n t le tiers des f o n d s A

territoriaux. z


(4) C r o i r o i t - o n q u e , dans u n o u v r a g e , imprimé cette année au C a p - F r a n ç o i s , u n magistrat propose d e leur ôter toute propriété i m m o b i l i a i r e , e t d e l e s réduire à u n e pension m o d i q u e , p o u r les contraindre à servir les blancs ? C e s o n t l e s termes de l'auteur ( i ) . Les s a n g - m ê l é s , étant indigènes, sont acclimatés. Cette race c r o i s é e , p a r t a n t r o b u s t e , est regardée, depuis longtemps , c o m m e le plus ferme appui de l a colonie contre l ' i n s u r r e c t i o n d e s N è g r e s et le m a r r o n a g e [ 2 ) . Q u a n d

der-

n i è r e m e n t des dissensions intestines divisoient les b l a n c s , q u i a m a i n t e n u la s û r e t é p u b l i q u e e t c o n t e n u l e s e s c l a v e s dans l a subordination ? E n temps de g u e r r e , ils gardent les c o t e s . O n sait quel c o u r a g e ils o n t d é p l o y é à P e n s a c o l a , à Savannah. E t q u a n d , à la Martinique, o u proposoit à M . de D a m a s de les d é s a r m e r ,

il s'y r e f u s a , e n citant

avec é l o g e leur b r a v o u r e et leur-fidélité. L e u r fidélité ! il falloir qu'elle fût bien reconnue , p o u r obtenir

le t é m o i g n a g e

éclatant que leur rend

Hilliard.

d'Auberteuil (3). L'assemblée générale de Saint-Marc , qui

(1) Idées s o m m a i r e s , p a r M . d e B e a u v o i s , c o n s e i l l e r a u C a p , etc. p. 1 3 . ( 2 ) V o y e z l a n o t e d e l ' a r t i c l e mulâtre, d a n s l ' E n c y c l o pédie, (3) Considérations sur l'état présent de la colonie franç o i v e d e S a i n t - D o m i n g u e . Paris, 1777 , p a r M . H i l l i a r d d ' A u b e r t e u i l . C'est i c i l e c a s d e d i r e c e q u e j e v i e n s d ' a p p r e n d r e s u r l a fin t r a g i q u e d e c e t é c r i v a i n . V e r s l a fin d e l'année dernière , ayant été s o u p ç o n n é de préparer u n m e 111 n e e n f a v e u r d e s s a n g - m ê l é s , i l f u t c o n d u i t , s u r un bâtiment du roi, q u i é t o i t en rade , a u P o r t - a u - P r i n c e . A p r è s avoir langui Jeux mois dans la fosse a u x L i o n s , o n l ' e n s o r t i t m o u r a n t , p o u r le r e m e t t r e à t e r r e , o ù b i e n t ô t i l expira.


( 5 ) tendoit, dit-on , à l'indépendance des c o l o n i e s ,

vouloit

a s s o c i e r les s a n g - m ê l é s à ses p r o j e t s ; e l l e v o u l o i t , dE p l u s , qu'ils jurassent envers les blancs respect e t s o u m i s s i o n . Qu'arrive-t-il ? le serment c i v i q u e ,

profane

par cette

clause i n s o l e n t e , est surpris o u e x t o r q u é à plusieurs : les autres le rejettent courageusement. Ils s'empressent d ' a dresser à M . d e Peynier leur protestation

d'attachement

à l a m è r e p a t r i e , e t p r o u v e n t par-là qu'ils sont d i g n e s des droits d e c i t é , auxquels ils aspirent, un b o n usage.

Toutes

respirent le m ê m e

pour en faire

les lettres qu'ils m'ont

écrites

esprit. I l surlira d'en citer u n e :

« N o u s n'avons senti aucun a g r é m e n t d e s décrets s u r » les colonies. V o u s a v i e z prévu l'interprétation q u ' o n e n » feroit ; mais D i e u nous e s t t é m o i n q u e l'injustice n e » corrompra pas n o s c œ u r s , et q u e nous

conservetons

» t o u j o u r s , pour la nation et pour notre b o n r o i , cette »

fidélité

q u i nous est naturelle. P o u r q u o i avoir v o u l u n o u s

» laisser a u j u g e m e n t d e nos e n n e m i s , etc. ? » J'arrive à m e s preuves. 1°. P a r s o n d é c r e t du 1 2 , l ' a s s e m b l é e n a t i o n a l e m a n q u e à s a p r o m e s s e . L e 22 o c t o b r e

1 7 8 9 , la députation d e s

s a n g - m ê l é s , admise à la barre, y lut son adresse; o n lui r é p o n d i t : Aucune partie de la nation ne réclamera vainement ses droits auprès de l'assemblée des représentans de la nation, etc. A - t - o n tenu parole ; Il fut décrété qu'on rendroit c o m p t e a l'assemblée d e leur pétition. Dans d i x o u d o u z e séances d u c o m i t é d e v é r i f i c a t i o n , elle a é t é d i s c u t é e

contradic-

toirement a v e c les colons blancs ( 1 ) ; e t parce q u e l'avis

(1)

J'invoque le t é m o i g n a g e d e mes c o l l è g u e s a u c o -


(6) d u c o m i t é é t o i t f a v o r a b l e a u x s a n g - m ê l é s , o n a si b i e n m a n œ u v r é , q u e l e rapport n ' a p a s é t é fait à l'assemblée nationale.

mité de vérification. L a plupart de M M . les colons blancs ne nous ont-ils pas dit et r é p é t é , q u e les g e n s d e c o u l e u r a v o i e n t le d r o i t d ' a s s i s t e r a u x a s s e m b l é e s p a r o i s s i a l e s , q u e rien n e les e n e m p ê c h o i t , qu'ils e n a v o i e n t v u v o t e r à c ô t é d ' e u x , ect. ? E t cependant tous leurs efforts s o n t , dirigés c o n t r e cette d e m a n d e des g e n s d e c o u l e u r ; e t m a l g r é l ' é v i d e n c e d u sens d e l'article 4 d e l'instruction s u r les c o l o nies , q u a n d les trois départemens d e S a i n t - D o m i n g u e s e sont concertés pour le plan d e c o n v o c a t i o n d e l'assemblée c o l o n i a l e , ils o n t repoussé l e s s a n g - m ê l é s , par l'article , que voici textuellement-: « A i n s i q u ' i l a toujours été pratiqué, l e s m u l â t r e s , n è g r e s » et autres gens d e couleur l i b r e s , n e seront point admis » à voter dans les assemblées paroissiales, etc. » C o n c i l i e z t o u t c e l a . Et eris mihi magnus Apollo. L e s c o l o n s b l a n c s q u i , d a n s la l i b e r t é , v e u l e n t t r o u v e r le droit d'enchaîner celle des a u t r e s , o n t toujours c a c h é aux s a n g - m ê l é s les efforts q u e l ' o n faisoit à l'assemblée nationale pour soustraire cette classe o u t r a g é e a u x h u miliations dont o n l'abreuve , à l'opprobre dont o n l a couvre. L a gazette du Port-au-Prince , numéro 1 9 , rendant compte de nos s é a n c e s , par une réticence dont le m o t i f n'est pas é q u i v o q u e , g l i s s e t r è s - l é g è r e m e n t s u r c e q u e je dis à la séance d u 3 d é c e m b r e , q u a n d il f u t q u e s tion d e créer u n comité colonial 3 elle é n o n c e seulement que M M . l'abbé Grégoire , C l e r m o n t Lodève et Charles L a m e t h , o n t parlé diversement sur les questions accessoir e s , e t s u r l a q u e s t i o n p r i n c i p a l e ; e t v o i c i le fin m o t ; c ' e s t que j e v o u l o i s , qu'avant d e décréter l'établissement d ' u n c o m i t é , o n jugeât l'admission des citoyens de c o u l e u r , d o n t je peignis la situation affligeante. M . C h a r l e s L a meth , grand propriétaire d e S a i n t - D o m i n g u e déclara qu'il préféreroit de tout perdre plutôt q u e de m é c o n -


( 7 ) 1°. L ' a s s e m b l é e n a t i o n a l e c o n t r e d i t ses p r i n c i p e s . J ' o u v r e cette célèbre déclaration des d r o i t s , qui assure à tous les h o m m e s l e p a t r i m o i n e i n a l i é n a b l e d e l a l i b e r t é , q u i sera t o u jours l'épouvantail des t y r a n s , et l'écueil o ù viendront se briser toutes les prétentions des oppresseurs.

Oseriez-vous

d i r e q u e les blancs seuls n a i s s e n t e t d e m e u r e n t l i b r e s e t é g a u x en droits ? P o u r r i e z - v o u s localiser cette m o r a l e , qui e m brasse toutes les r é g i o n s c o m m e tous les â g e s ? A u lieu de biaiser sur les expressions, dans un décret qui signifie é v i d e m m e n t l a traite , l a d i g n i t é d u corps l é g i s l a t i f

n'exi-

geoit-clle pas qu'il prononçât avec clarté , et f î t exécuter a v e c f e r m e t é ? M . B a r n a v e n o u s a s s u r o i t , l e 12 , q u e j a m a i s l'assemblée n ' a v o i t e n t e n d u rien c h a n g e r à l'état d e s personnes sans l'aveu des colonies ; et m o i j e l u i soutiens q u e l o r s q u ' à l a s é a n c e d u 1 8 m a r s j ' i n s i s t a i p o u r q u e les g e n s de couleur fussent désignés n o m i n a t i v e m e n t dans l'article 4 de l'instruction, un très-rand n o m b r e de voix , plusieurs c o l o n s , e t M . B a r n a v e , qui professe actuellement u n e autre d o c t r i n e , s'empressèrent d e déclarer qu'ils regardoient l'article

comme

prononçant d'une manière irréfragable les

d r o i t s d e s s a n g - m ê l é s , c o m m e leur assurant la p l é n i t u d e des a v a n t a g e s d e c i t o y e n s ; e t v a i n e m e n t les c o l o n s b l a n c s o n t v o u l u démentir cette vérité ; M . G a r â t , dans l e j o u r r

noître

les p r i n c i p e s que l a j u s t i c e , l ' h u m a n i t é e t la v é r i t é é t e r n e l l e s o n t c o n s a c r é s ; il s e d é c l a r a p o u r l ' a d m i s s i o n d e s d é p u t é s d e c o u l e u r , e t m ê m e il d e s i r o i t q u ' e n p r é p a r â t l'abolition future d e l'esclavage. Je prie l'opinant d e r a p procher son avis d u 3 d é c e m b r e , avec tout ce qu'il m e d i t p r è s la t r i b u n e l e 2 8 m a r s l o r s q u ' i l c r a i g n o i t s i f o r t , q u e sur m a d e m a n d e , o n n e désignât n o m i n a t i v e m e n t les s a n g mêlés dans l'article 4 d e l'instruction s u r les colonies.


(8) nal d e P a r i s , leur a répondu v i c t o r i e u s e m e n t , e n prouvant cette assertion jusqu'à l'évidence. E n c o r e u n m o t à M . B a r n a v e . A p r è s a v o i r dit q u e j a m a i s il n e f u t d a n s l e s v u e s d e l ' a s s e m b l é e d e r i e n s t a . tuer sur l ' é t a t d e s p e r s o n n e s q u e s u r l e v o e u d e l a c o l o n i e , il a s s u r e q u e l ' a s s e m b l é e n a t i o n a l e s e p r o p o s e d e l e décréter constutionnellement. L ' a s s e m b l é e

nationale n'en a pas le

d r o i t , e t je le prouve. L a constitution est l a distribution des pouvoirs politiques ; mais l'état d e s p e r s o n n e s ,

leur

é g a l i t é , leur liberté sont hors de la constitution ,

anté-

rieurs à l a constitution. L'assemblée nationale peut reconnoître c e s d r o i t s , les d é c l a r e r , e n assurer l ' e x e r c i c e ; mais ce q u e nous tenons immédiatement de D i e u , ce q u i est dans

l'ordre essentiel des lois de l a nature n e peut

l'objet d'un décret. L e s h o m m e s

être

o n t droit d'exercer leur

l i b e r t é c o m m e ils o n t d r o i t de m a n g e r , d o r m i r , e t c . A i n s i , la proposition citée renferme une absurdité. 3 ° . C e q u ' o n v i e n t d e lire é t a b l i t c l a i r e m e n t du d é c r e t ,

l'injustice

e t c e q u i suit n'est q u e s u r a b o n d a n c e d e r a i -

sonnement. Le code noir o u édit d e

1685, r e g i s t r e à S a i n t -

D o m i n g u e , a r t i c l e s 57 e t 5 9 , v e u t q u ' e n t o u t l e s

mulâ-

tres libres soient assimilés a u x blancs. Ils i n v o q u e n t

cette

l o i , q u e v o u s n'avez point a b r o g é e , et q u i est inconcil i a b l e a v e c l e d é c r e t d u 12. L e s b l a n c s s e p l a i g n e n t a m è rement des attentats d u despotisme

ministériel

à leur

égard , et il. veulent interdire a u x sang-mêlés d e trop justes p l a i n t e s , appesantir leur j o u g , traiter leurs soupirs c o m m e des cris d e rebellion ; e t d e s h o m m e s d o n t l e crime est d e v o u l o i r g o û t e r les fruits d'une l i b e r t é q u e l a l o i leur a s s u r e , sont livrés à la merci de c e u x q u i ,

conti'eux,

sont juges et parties.

Ou


(19) Ou

les sang-mêlés sont une portion i n t é g r a n t e de l'em-

pire f i a n ç o i s , et alors ils doivent être c i t o y e n s , on ils Sont un peuple é t r a n g e r , et alors en guerre contre leurs despotes; ils

ne

puvent

jamais être rebelles. N'avez-vous pas c o n -

sacré le principe que la résistance à l'oppression est l é g i t i m e ? F i a n ç o i s , je vous i n t e r p e l l e ; avec le sentiment de la dignité de l ' h o m m e , la connoissance de v o s d r o i t s , l a certitude de v o t r e s u p é r i o r i t é , en pareil c a s , que feriezvous ? 4 ° . Le decret du il

est contraire à l'humanité. S i votre a m e

n'est pas fermée à la pitié , écoutez les sanglots de q u a rante mille malheureux dont les droits sont i n c o n c u s s i b l e s , dont les. maux sont incontestables. D a n s m o n premier o u v r a g e , j ' a i accumulé des faits bien capables d'attendrir sur leur pénible

existence : quel affreux supplément o n pour-

roit y joindre ! Législateurs , v o u s avez prononcé le droit

d'émigrer,

et dans la colonie o n leur défend de sortir de leurs

pa-

roisses sans permission ; et les planteurs b l a n c s , concertés avec nos a r m a t e u r s , empêchent les sang-mêlés de retourner à

leurs foyers ; on refuse de les embarquer pour les isles.

Approchent-ils de la côte 5 o n les empêche d ' a b o r d e r , o u du moins o h les rembarque incontinent ; leurs lettres sont interceptées ; o n tâche

de rompre

toute

communication

entre ceux de la colonie et ceux q u i sont en F i a n c e , afin que ceux-là ignorent complettement les efforts que l'on fait i c i en leur f a v e u r , et que ceux ci soient réputés des a v e n turiers. Exposées à tous les m é p r i s , à tous les o u t r a g e s , récemment e n c o r e , o n a v u des filles de couleur arrachée» à leurs f a m i l l e s ,

par des b l a n c s ,

pour assouvir leur e x é -

crable l u b r i c i t é . Les sang-mêlés oseront-ils

se

B

plaindre»


(10) q u a n d ! a p l a i n t e est u n c r i m e , e t q u e l e s t y l e l e plus resp e c t u e u x paroît encore attentatoire à l a dignité des blancs ? Parleront - ils d e leurs droits ? M . d e l a C h e v a l e r i e ,

pré-

s i d e n t d e l ' a s s e m b l é e d e S a i n t - M a r c , a p p e l e c e l a u n derèglement d'idées ( 1 ) . T o u s l e s c i t o y e n s o n t d r o i t d e s ' a s s e m b l e r p o u r traiter d e leurs affaires ; e t , à force o u v e r t e , o n dissipe les g e n s d e c o u l e u r ,

assemblés

paisiblement

p o u r concerter leurs demandes. Q u i c o n q u e oseroit défendre leur c a u s e , risqueroit d'être m a s s a c r é , o u , tout au m o i n s , de voir

ses possessions

ravagées.

Après

avoir

égorgé

M . Ferrand d e B a u d i è r e s , sénéchal d u P e t i t - G o a v e , parce qu'il avoit réclamé e n faveur des s a n g - m ê l é s , on promenoit sa tête sur une pique ; e t , p a r u n e perfidie s a t a n i q u e , o n corrompait

les N è g r e s ,

pour les engager à trahir leurs

m a î t r e s ; et u n e p r o c l a m a t i o n p u b l i q u e p r o m e t t o i t de l'argent et la libetté à tout esclave qui tueroit u n des 1 7 m u l â t r e s p r o s c r i t s , p o u r s'être t r o u v é s à u n e a s s e m b l é e près d e l a petite rivière j et le j o u r de l a F ê t e - D i e u , o n é g o r g e o i t , à la Martinique , q u a t o r z e s a n g - m ê l é s ,

fidèles

au drapeau

de la patrie. J'ai v u d e s infortunés d e cette classe à l a galerie , le j o u r o ù l ' o n p r o n o n ç a leur nullité civile,

leur

réprobation politique ; ils fondirent e n l a r m e s , quand ils o u ï r e n t c e p r é a m b u l e d e d é c r e t , q u i laisse des m i l l i o n s d e victimes Sous le g l a i v e des sacrificateurs ! E t l'on ose parler de justice, de religion, d e charité ! 5 . J'ajoute q u e le p r é a m b u l e d u décret est i m p o l i t i q u e ; 0

et d ' a b o r d , s o n o b s c u t i t é peut être une p o m m e d e discorde.

( 1 ) V o y e z s o n d i s c o u r s , lors d e s o n installation à l a place de président.


(11) Il d é c l a r e q u e r i e n n e s e r a c h a n g é à l ' é t a t d e s p e r s o n n e s , q u e sur le v œ u d e la colonie. E t qui émettra ce v œ u ? Qu'est-ce q u ela colonie ? Les blancs pattiront de là pour exclure les sang-mêlés;

mais ceux-ci

sont colons

dans

toute la force d u t e r m e , l é g a l e m e n t l i b r e s , et c o n s é q u e m m e n t f o n d é s à c r o i r e q u e l e d é c r e t n ' e x c l u t q u e les e s c l a v e s . Qu'est-ce donc qu'une

l o i dont le texte

amphibologique

offre des g e r m e s d e d i v i s i o n ? Je répète c e q u e j'avois imprimé p r é c é d e m m e n t , et q u ' o n s'est d i s p e n s é d ' a t t a q v e r , q u e d e s c o n v e n a n c e s

politiques

ne d o i v e n t p a s fléchir l a r i g u e u r d e c e t t e m o r a l e i n v a r i a b l e , é m a n é e d e D i e u , q u i e s t la m ê m e pour les n a t i o n s e t lesi n d i v i d u s ; q u e la vertu s e u l e , dans les empires , est u n point

fixe,

e t q u e leur fiabilité , leur b o n h e u r , résultent d e

l'heureux accord des principes politiques avec ceux d e justice. M a i s il y a p e u d ' h o m m e s , et les h o m m e s

la

seuls

peuvent goûter ces vétités précieuses! O u b l i o n s donc q u e c'est i c i l a lutte d e l a cupidité c o n t r e la justice. Faisons , s'il e s t p o s s i b l e , m o m e n t a n é m e n t , a b s t r a c t i o n d e c e t t e j u s tice ; et n e parlons que le langage d'une politique enfantée pat

des passions, toujours

abjectes,

toujours

atroces,

qui se jouent d e l'existence des h o m m e s ( i ) . L e s colons blancs nous disent que l'intérêt général

s'op-

p o s e à l a d e m a n d e d e s s a n g - m ê l é s . C e u x - c i a s s u r e n t le contraire ; et c e s deux classes d ' h o m m e s étant à peu-près égales en n o m b r e , c e conflit d'autorités les détruit respect i v e m e n t . A j o u t o n s c e p e n d a n t q u e s ' i l f a l l o i t c o m p t e r les-

( I ) S e jouer de l'existince des hommes e s t b i e n l e t e r m e p r o p r e : o n fait q u e l q u e f o i s d e s loteries d ' e s c l a v e s , e t l e s o r t l e u r d o n n e un m a î t r e .

B

l


(12) suffrages, de

les

blannc

le

marryre

d'éffrayer

sang

qui de

les

mêlés

n'ont

y

point

M.

Ferrand

apôtres

joindroient abjuré

de

de

ceux

les

vrais

Baudières

l'humanité.

d'une

portion

principes.

est

bien

J'ignore

Mais

capable

même

com-

ment a pu échapper à la proscriptionM.deM.d e S a i n t - O l y m p e , président de l'assemblée de la Croix-des-Bouquets. Dans une circulant,

adressée aux 52 paroisses de l ' î l e , et q u ' u n a

e u l a gaucherie

de lire à l a séance du 12,

il

s'exprime

ainsi: « Avant "

que l'énergie nationale eût ressuscité les droits

primordiaux

» dans

de tous

lequel

les hommes, de l'abyme.

ils sembloienf

être

ensevelis

»

François , la saine politique avoit fait

»

habitans de S a i n t - D o m i n g u e

profend

pour

les

appercevoir aux

l a nécessité de ne former

» qu'une seule classe de citoyens, pour opposer une résistance. ». ferme et constante »

forces naturelles

à l'ennemi

d o m e s t i q u e , dont les

sont en s i grande disproportion des

» nôtres ; S a i n t - D o m i n g u e donnoit à l'univers le spectacleMi extraordinaire de l'union , commandée par la p o l i t i q u e , "

q u i par-tout ailleurs divise en créant des distinctions » . Le monde politique va. certainement

prendre une nou-

v e l l e f a c e . L e v o l c a n de la liberté allumé n e r a ' b i c n t o t une explosion

générale,

de l'espèce h u m a i n e dans l e , deux

en F r a n c e , a m è -

et changera, le. sort

hémisphères;

l'intérêt

de la colonie et de la métropole , leur sûreté a u dedans et

au

dehors,

exigent

que

toutes

les

forces

aient

m ê m e tendance : c'est L'histoire du faisceau dont mourant

offroit l'emblême

nos îles recèle toujours

et couve

une détestable

peuple , a u lieu

de

une

un père

à sa f a m i l l e . M a i s le sein J e des

germes

politique

destructeurs. C'est

d'avilir une partie d u

l'intéresser a u m a i n t i e n de l'ordre.


( 13 ) N ' e s t - c e pas l ' o p p r e s s i o n e x e r c é e sur les s o l d a t s , q u i ,

en

c a u s a n t l ' i n s u r r e c t i o n des r é g i m e n s , a f a i l l i e n t r a î n e r

la,

dissolution

de l ' a r m é e

de l i g n e ? C e

seroit une

grande

e r r e u r d ' i m a g i n e r q u e les c o l o n i e s puissent c o n s e r v e r l o n g t e m p s c e t é t a t d e c o n t r a i n t e q u i v i o l e n t e l a n a t u r e ; il f a u - . d r o i t , p o u r c e l a , bien p e u c o n n o î t t e la m a r c h e des c h o s e s h u m a i n e s ; e t c e t t e o p i n i o n se f o r t i f i e p a r l e s c o n s i d é r a t i o n s s

u

i

v

a

n

t

.

L e s s a n g - m ê l é s v o i e n t arborer, p a r - t o u t cette

cocarde,

q u i , s u i v a n t l a p r é d i c t i o n , doit faire le t o u r du m o n d e ; ils v o i e n t p r o m e n e r a v e c p o m p e l ' é t e n d a r t d e la

révolution;

et c r o i t - o n q u e le cri de la libetté , q u i retentit sans cesse, à leurs; o r e i l l e s , ne r é v e i l l e r a pas d a n s l e u r s - c œ u r s le s e n timent.de leurs droits? J o i g n e z - y celui de leurs

forces,

d o n t l ' a c c r o i s s e m e n t p r o g r e s s i f est p r o d i g i e u x . J e n e c i t e r a i q u ' u n , f a i t . E n 1779,

il

y a v o i t à S a i n t - D o m i n g u e 7055

g e n s d e c o u l e u r (I) ; en 1 7 87 , o n e n c o m p t o i t 19631 A i n s i , - dans

un l a p s d e h u i t a n s , v o i l à u n e

plus q u e d o u b l é e ; tandis q u e

suivant M .

(2),

population

Moheau , la,

France offre à peine un n e u v i è m e d ' a u g m e n t a t i o n dans une

période de 72 ans. Bornerez-vous

cette population, dont

l'accroissement

f u t u r a p o u r c a u t i o n c e r t a i n e l e l i b e r t i n a g e cffréné. d ' u n grand n o m b r e de blancs ? L'industrie des. m u l â t r e s , les fruits de leur industrie , s u i v r o n t les m ê m e s

gradations.

-

(1) A d m i n i s t r a t i o n des chap. 13. (a) Relevé

finances

par M . N e c k e r , t o m e

fait à Saint D o m i n g u e , e t d é p o s é dans

b u r e a u x d e la m a r i n e .

r, les


( 14)

Dans l a

crainte d'un s o u l è v e m e n t , d e s a r m e r e z - v o u s toutes

les m i l i c e s d e c o u l e u r e t les m a r é c h a u s s é e s ? Il f a u d r a a l o r s les r e m p l a c e r , e t les c o n t e n i r par des e n v o i s m u l t i p l i é s d e t r o u p e s , destinées à faire c o n s t a m m e n t tout le s e r v i c e , d a n s u n c l i m a t b r û l a n t , q u i d é v o r e les E u r o p é e n s e f f é m i n é s e t les N è g r e s e x c é d é s . Q u i peut désespoir,

n o u s d i r e si l a c a s t e d é g r a d é e , p o u s s é e a u

n'appelera pas l a force a u secours d e l a j u s t i c e ,

si les mulâtres n e feront p a s cause c o m m u n e

avec l e s

N è g r e s , c o n t r e c e u x v e r s q u i l ' a m o u r filial o u l ' h a b i t u d e d u r e s p e c t , les e û t portés sans effort ? L e parti l e plus d o u x p o u r e u x n e sera r-il p a s d e passer c h e z l ' E s p a g n o l ,

qu'ils

a v o i s i n e n t , et c h e z q u i l a d i v e r s i t é d e s n u a n c e s d u t e i n t n'entraîne pas d e s distinctions civiles? D é j à plusieurs o n t adopté ce parti,

e t j e y o u s donne pour fait certain , c a r

j ' e n a i l e s p r e u v e s , q u e si les injustices d e s b l a n c s

n'ont

u n terme p r o c h a i n , b e a u c o u p d e sang-mêlés se p r o p o s e n t d ' a b a n d o n n e r une contrée o ù l e soleil n'éclaire q u e leurs d o u l e u r s , e t d e porter ailleurs leur industrie e t leurs r i chesses. N e r e d o u t e z - v o u s p a s , en outre , la coalition des sangmêlés et d'une partie des b l a n c s , q u i visent à l'indépendance, avec d'autres q u i , devant i m m e n s é m e n t à l a m é t r o p o l e , saisiroient a v i d e m e n t une occasion de se libérer sans payer? L'aigreur, l'ambition des u n s , l'improbiré des autres, n e f o m e n t e r o n t - e l l e s p a s d e s t r o u b l e s , p o u r a m e n e r une s a i s s i o n , d o n t l e s ré: u l t a t s s e t o i e n t incalculables ? Q u i

sait

si des puissances rivales n e profiteront pas d e c e c h o c intérieur , p o u r se portet e n force sur les colonies ? U n passage i m p r i m é r é c e m m e n t d a n s l e Moming-post,

à

donner l'éveil ; et

j'attends

est bien propre

m e t t r e e n q u e s t i o n , si d é j à


(15) des agcns secrets n'ourdissent pas l a t r a m e qui doit a m e n e r une rup ure é c l a t a n t e , d o n t e n s u i t e i l s r e j e t t e r o n t p e r f i d e m e n t l'odieux sur les défenseurs d e l ' h u m a n i t é . C'est ici le cas d e relever une fourberie , dont l a honte appartiendra à q u i d e droit. L'assemblée provinciale d u N o r d e n v o i e u n e adresse à l'assemblée nationale : j'en a i diverses é d i t i o n s , f a i t e s , les unes à S a i n t - D o m i n g u e , l e s a u t r e s e n F r a n c e . Q u e l e s t le f a u s s a i r e q u i , d a n s l e s é d i tions faites e n France , a retranché divers p a s s a g e s , d o n t l'effet infaillible eût été d e r é v o l t e r l e s p a t r i o t e s ? E n v o i c i quelques citations : « A D i e u n e plaise que nous entendions » v o u s d é n o n c e r n o s frère,

e t nos d é f e n d e u r s (lesmembres

» de l'assemblée de Saint-Marc ) ; n o u s r e n d o n s j u s t i c e à l e u r s » v u e s , nous les partageons

Ils ne peuveut

n en v u e que le bien de l a colonie. — M a i s avant » m e r l e n o u v e a u pacte,

q u i d o i t lier à j a m a i s

avoir d'entaSaint-

» D o m i n g u e à l a F r a n c e , e t c . » E t l e m o t pacte, q u i a n nonceroit

des provinces

f é d é r é e s , est répété

en divers

autres passages é g a l e m e n t supprimés. M a i s j e prie le lecteur d e s ' a r r ê t e r s u r c e l u i - c i , q u i est i m p o r t a n t : « S i l a d i v i s i o n : » subsiste , elle peut

mener

» l'assemblée générale » absolument étrangères

à u n e guerre intestine ; s i

propage à aucun

d e s idées

q u i ne sont

individu, la réunion

» p e u t entraîner u n e scission a b s o l u e avec l a France , q u i » n e s e r a que trop surement soutenue » . E t c ' e s t p o u r t a n t à cette a s s e m b l é e , q u i a tenu u n l a n g a g e si s é d i t i e u x , q u ' o n a fait v o t e r d e s r e m e r c i m e n s p a r l'assemblée

nationale,

qu'elle outrageoit! Puissé-je être f a u x p r o p h è t e ! M a i s si m e s f r a y e u r s é t o i e n t justifiées p a r l ' é v é n e m e n t , j e n'aurois p o i n t a m e r e p r o cher de n'avoir pas appelé l'attention s u r ces considérations


( 16 ) m a j e u r e s . N ' e s t - i l d o n c p a s é v i d e n t q u e , si l ' o r g u e i l v o u l o i t a b j u r e r ses p r é t e n t i o n s ,

la

plus nombreuse , rendroit

classe des c i t o y e n s ,

devenue

celle des esclaves moins

formi-

d a b l e ? L e s s a n g - m ê l é s et les b l a n c s , é t a n t r a p p r o c h é s les

mêmes

intérêts,

les m ê m e s a v a n t a g e s ,

la masse

par de

leurs forces c o m b i n é e s assureroit plus efficacement la tranquillité

de. colonies.

tard , l'énergie

Tenez

comprimée

pour

certain

des mulâtres

que,

tôt

se relèvera

ou avec

une violence irrésistible. C e repos contraint des o p p r i m é s , ne

peut

avoir

d'autres

bornes

que

le t e m p s d e l e u r

Liesse : apathie d a n g e r e u s e ! silence effrayant du qui

n e se r o m p t

ordinairement

que

par

foi-

malheur!

un élan

tumul-

t u e u x vers la liberté !

- A ce q u ' o n v i e n t d e lire , v o y o n s

ce qu'opposent

nos

antagonistes. L'assemblée

nationale,

disent-ils, ne

l'état des colonies. En concluent aveuglément

il

? Les sang mêlés ,

connoît

pas

faille les en croire

partant du m ê m e

point,

i n f è r e n t le c o n t r a i r e . S'agit-il

des principes ? Il seroit

surde de prétendre qu'il

avoir

faut

habité

une

ab-

contrée,

p o u r saisir des vérités indépendantes des t e m p s et des lieux. S'agit-il de faits? Pourquoi le privilège exclusif de à merveille ,

pour

les p l a n t e u r s b l a n c s auroient-ils

nous

les m a n i f e s t e r ? Ils p é r o r e n t

dévoiler l'oppression

ministérielle

p e s o i t sur e u x ; m a i s v o u s o n t - i l s j a m a i s dit un vexations

odieuses

qu'ils

des atrocités exercées

exercent

contre

les

qui

mot

des

mulâtres ,

c o n t r e les d é f e n s e u r s des m u l â t r e s ?

L e s lâches assassins de M . F e r r a n d de Baudières sont responsables de

ce crime

rarncl. Pour combler

à la n a t i o n ,

à

l'univers,

la m e s u r e , il n e s ' a g i t

à

l'E-

plus que

de

bâtir


(

)

17

bâtir un

r o m a n , dans lequel o n supposeront q u e le défunt

étoit un

conspirateur.

2°.

J a m a i s , d i t - o n , la c o l o n i e n e sacrifiera

de la couleur. Sans doute un

pays

il y a

d'étranges

le

préjugé

préjugés

dans

o ù le m a r i a g e d'un blanc avec une mulâtresse

d é s h o n o r e , tandis qu'il n'est pas d é s h o n o r a n t de vivre elle

avec

g r o s s i e r . 11 e s t a v o u é q u e l a

dans un concubinage

le

flé-

trissure i m p r i m é e à la c o u l e u r , est la p r i n c i p a l e c a u s e d e la dissolution

qui règne

d o n c v e n u s ici p o u r nationale ,

dans

les c o l o n i e s .

Sommes-nous

pactiser a v e c les a b u s ? et

qui décrète

que

l'infamie

d'un

l'assemblée supplicié

na

r e j a i l l i r a p o i n t sur ses p r o c h e s , m a l g r é le p r é j u g é g é n é r a l , ne p e u t - e l l e pas , ne doit-elle pas extirper celui-ci ? 3°. M a i s les liberté.

gens

Je vous

de

couleur

demande

tiennent

si , à c ô t é

de

nous

d'un acte

faisance et de j u s t i c e , on doit jamais placer

leur

de

les

bien-

humilia-

tions. O b s e r v o n s d'ailleurs q u e le t r è s - g r a n d n o m b r e sède la liberté de chair clave

à titre héréditaire , et l o r s q u ' u n

h u m a i n e , arrivé de la

qui méritera d'être

côte,

affranchi,

droits imprescriptibles sur toute sa 4°.

Mais

bontés, ternel les sort.

marchand

vous vend vous

pos-

un

es-

transmet-il

des

postérité?

les g e n s de c o u l e u r p e u v e n t c o m p t e r sur n o s

ce sont

n o s enfans. V o s e n f a n s ; et le c œ u r

repousse ! N o u s

E s t - c e le passé

ou

adoucirons , dites-vous ,

l'avenir , que vous

offrez

paleur pour

garant ? Articulez nettement vos intentions, prétendez-vous comp o s e r a v e c e u x ? ils r e f u s e n t la c a p i t u l a t i o n ; les faite

monter

au

voulez-vous

r a n g de c i t o y e n s , les associer à

les a v a n t a g e s de citoyens ? P o u r q u o i cet a c h a r n e m e n t ceux

qui tentent

d'opérer

cette bonne

œuvre ?

tous

contre

pourquoi


( 18 ) v o u b i r c o u r b e r sous le j o u g , sans les e n t e n d r e , d e s h o m m e s qui ne veulent pas anticiper

sur v o s droits , mais jouir de

c e u x q u e ; l e u r a s s u r e n t la n a t u r e A

défaut

de

e t l a l o i (I) ?

raisons , les

terreurs paniques ; tantôt

colons

ils n o u s

f a v e u r , dès m u l â t r e s , les fetoit

blancs

sèment

disent qu'un

tous é g o r g e r ;

des

décret en ce q u i a n -

n o n c e d e s d i s p o s i t i o n s f o r t c h a r i t a b l e s d e la part d e s b l a n c s ; T a n t ô t c'est l ' i n v e r s e . m a s acrer

tous.

Et

Vous

allez,

disent-ils,

nous

par q u i , messieurs ? par les

faire

noirs ;

p o u v e z - v o u s craindre des h o m m e s q u e vous nous

peignez

si, h e u r e u x

sous v o t r e r é g i m e , q u e leur sort est infiniment

préférable

à

celui

de

nos

vill geois ? Selon

vous ,

N è g r e s se r c f u s e r o i e n t à l ' é c h a n g e , ils n e v o u d r o i e n t retourner liberté ,

en

demandent

(I) que

Guinée ,

ni

paisiblement

Je reçois

m'envoie

q u e la rentrée

en ce m o m e n t passage

mêlés de nos colonies dans de couleur

»

la

»

la p e r m i s s i o n

»

été de toute

»

cocarde

pli , d a n s avec

le

don de

dans leurs

leur

: après

en

injustice.

honorable

droits,

intéressant,

a

je

beaucoup

été

Cette

pour

accordée. espèce

droit

Les

de porter

de difficultés , Le

refus

d'hommes

l e s t e m p s , les d e v o i r s d e b o n s

fideles

de

les s a n g -

partie du m o n d e : «

t réclamé

la

g r o s s i è r e : ils n e

un mémoire

cette

Libres , o

nationale

tous

m et d e sujets »

accepter

Calomnie

M . Marneville , capitaine au régiment

P o n d chéri ; j ' y lis ce » gens

même

par les s a n g - m ê l é s .

les pas

eût

a remcitoyens,

: p e n d a n t t o u t e la g u e r r e , ils o n t servi

zèle sur notre escadre, et par tout o ù l'on a v o u l u

les e m p l o y e r . Au d e r n i e r s i è g e d e P o n d i c h é r y , j ' a i é t é t é »

m o i n d e la v a l e u r d e s l ' o p a s s e s ( s o l d a t s m u l â t r e s ) , d o n t

»

on

»

téressante

avoit formé est

une troupe particulière. Cette victime

»

est infiniment

»

a u de la d u c a p d e B o n n e - E s p é r a n c e , q u e d a n s c e l l e s d e

» l'Amérique ».

plus

classe i n -

d'un préjugé cruel ; mais son sort doux

dans

les colonies

françoises ,


(19 et l'accès qu

)

dans v o s coeurs ; m a i s

q u i peut

dire à

nous

I terme les forceront v o s duretés? Avant

d e finir , q u ' o n

m e permette quelques

réflexions

s u r l e s o r t d e c e n o u v e l é c r i t . OU l e s b l a n c s n ' y r e p o n d r o n t p a s ; e t f r a n c h e m e n t q u a n d la l o g i q c'est le parti

e est pressa t e ,

le plus sage ; o n affecte alors un t o n d é n i -

g r a n t , q u i signifie

: cela ne mérite pas une réfutation ; e t

d ' a p r è s l ' a x i o m e d e B o i l e a u , o n e s t s û r d ' a v o i r des a d m i r a teurs. O u les b l a n c s t e n t e r o n t d e r é p r n d r e , e t v o i c i u n é c h a n tillon d e leurs p r e u v e s , recueilli s dans d e s b r o c h u r e s , d e s colloques particuliers, et dans l'assemblée, autour d la tribune. « E n défendant des

les m u l â t r e s , v o u s êtes

convulsionnaires , des énergumènes,

pétris d ' a m o u r - p r o p r e »

;

des f o u s ,

des

et ces éloquences

hommes

apostroplres

détruisent merveilleusement tous les syllogi: mes. C'est u n e heureuse resssource q u e les calomnies et les injures

: j'en

atteste celles q u e j'ai v u pleuvoir sur m o i , et q u e je méprise à l'égal imprimés

d e leurs vils auteurs ; j ' e n atteste

ces pamphlets

contre m o i, en France , à F r a n c f o r t , à Saint-

D o m i n g u e , polir

m'être

constitué

avocat

je n'abandonnerai

jamais

: celles

des juifs,

d e causes q u e des Susses-

F r i b o u r g e o i s , des g e n s d e couleur ( i ) . Je place sur l a m ê m e ( I ) L e c t e u r s , jev o u s confie, sous le plus grand secrer, une anecdote s u rm o n c o m p t e , q u eles colons blancs se soufflent à l ' o r e i l l e : Il défend les sang mêlés, rien d'étonnant en cela, son frère a épousé une femme de couleur. A s s u r é m e n t , si j ' a v o i s p o u r belle-soeur une v e r t u e u s e m é t i v e , je la priserois plus q u e la p r e s q u e t o t a l i t é d e v o s f e m m e s , d o n c o n v a n t e l ' a m a bilité , mais q u i n e savent pas m ê m e , sous lesdehors d'une pudeur a p o c r y p h e , masquer la laideur d u vice ; q u ir é u nissent l'effronterie d u r e g a r d , l'impudence d u p r o p o s , l e cynisme des actions. P u i s q u ' o n gratifie

d'une

b e l l e - s œ u r un

h o m m e q u iest


(20) ligne les reptiles caches sous l'herbe et l e s libellistes sous l'anonyme

,

pour

Retranchez - vous les

amis

darder dans

plus

l'ombre

sûrement ,

des noirs , q u i le sont

et

leur

de-la ,

de tous

venin.

criez q u e

les hommes ,

s o n t lesennemis d e s blancs ; qu'ils sont s o u d o y é s p a rles Anglois. fer ,

Peignez-les c o m m e des monstres qu'il faut étouf-

parce

qu'intrépidement

rans : m a i s , sur-tout, l'écueil. Imitez

ils font

la guerre a u xt y -

évitez d e raisonner 5 c a r c'est - l à

la p r u d e n c e d e l ' a s s e m b l é e

provinciale d u

nord d e S a i n t - D o m i n g u e : dans s o n adresse , elle

impute

les troubles d e scolonies e n partie à m o nlivre s u rles g e n s d e c o u l e u r . E l l e s e g a r d e bien d e détruire les faits q u e j ' a i é n o n c é s , l e s p r i n c i p e s q u e j ' a i po'sés ; c o n t e n t e d e q u a l i f i e r mon

o u v r a g e , elle

injurieuse

croit , sans

estune preuve

N o n , n o n ,messieurs

doute , qu'une

épithète

triomphante. les colons , cette

marche

n'est

pas loyale ; j'ai pour m o i cesm a < i m c s sublimes d e justice , contre lesquelles s'amortissent tbus les o u t r a g e s , tous les paralogismes. Voulez-vous lâchement n'incidentez

anonymes,

m e combattre ? a u lieu

montrez vous

p a s ,n e divaguez

à front

pas hors

attaquez m e s principes , descendez

de la

d'être

découvert, question;

dans l'arcne ; j e vous

fils u n i q u e , il n'en c o û r o i t g u è r e s plus d e l u i c o m p o s e r u n e famille entière, d e lui d o n n e r , p a r e x e m p l e , u n père J u i f , u n e mère S u i s s e , e t c . C e t t e d i a l e c t i q u e f o r m i d a b l e s e r o i t une réfutation victorieuse d e tout ce qu'il avance en faveur des malheureux. E h ! messieurs les c o l o n s , p o u r q u o i vous ingénier à chercher d e s a r g u m e n s péremptoires ? il en est u n plus o b v i e q u e j e m ' e m p r e s s e d e v o u s o f f r i r . I l défend les sapemtlés, parce qu'il a reçu d'eux qulques millions, a i n s i que des Juifs et dis Suisses.


(21

)

p r o m e t s de ramasser le g a n t e l e t , et de n'être point e n d e meure pour la réplique. A u reste, en déduisant mes présomption d'opérer

p r e u v e s , j e n'ai

sans caractère, stupéfaits

saint a m o u r de

eu

des miracles , de convaincre la

nité , d'humaniser la cupidité. L o i n d'êtres

pas

de

de nous cette trouver en

insigne ou un sentiment exagéré. Mais

il

va-

tourbe

autrui

l'humanité , qui leur paroît une

la

ce

démence

est e n c o r e

des

a m e s droites , capables de s'élever à ces g r a n d e s vues m o rales , qu'on

désignoit

à

la

tribune c o m m e des

spécula-

tions métaphysiques. U n j o u r ils s e r o n t a p p r é c i é s , les v r a i s a m i s d e s h o m m e s , q u i s e c r o i r o i e n t i n d i g n e s d u b o n h e u r , s'ils n e

cherchoient

à l e r é p a r t i r s u r t o u s l e u r s f r è r e s . Ils n e c a r e s s e n t p o i n t

les

o p i n i o n s d o n t o n s ' e n g o u e ; ils n e f l é c h i s s e n t p a s le g e n o u d e v a n t les i d o l e s q u e l a m o d e e n c e n s e ; ils n'aspirent à la d i c t a t u r e d a n s les c l u b s , p o u r y e x e r c e r le

point

monopole

des suffrages, pour y distribuer et recevoir des h o n n e u r s , l ' h o m m e sensé repousse , dès qu'ils sont présentés par main

souillée

de

l'intrigue.

N'aspirant

qu'à

être

que la

utiles,

b r a v a n t les c l a m e u r s d e la h a i n e , ils s ' e x p o s e r o i e n t à t o u t e s les v e n g e a n c e s , p o u r v e n g e r ces g r a n d s principes

d'égalité,

de liberté , de justice , que la nature inspire, q u e la religion c o n s a c r e , et sans lesquels o n v o i t b i e n t ô t les h o m m e s et les e m p i r e s s'écrouler.

s'avilir


BIBLIOTHEQUE

8

SCHOELCHER

0069353


Lettre aux philantropes, sur les malheurs, les droits et les réclamations des gens  

Auteur.Grégoire, H./ Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et...

Lettre aux philantropes, sur les malheurs, les droits et les réclamations des gens  

Auteur.Grégoire, H./ Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et...

Profile for scduag
Advertisement