__MAIN_TEXT__

Page 1

R É F L E X I O N S D'UN Sur

ADMINISTRATEUR,

l'admiffion

des Députés de

St.

Domingue aux États-Généraux, Et fur le régime, nouveau qu'ils dans cette

veulent

établir

Colonie.

MANIOC.org Réseau des bibliothèques Ville de Pointe-à-Pitre


MANIOC.org Réseau des biblioth Ville de Pointe-à-Pi


R E F L E X I O N S D'UN Sur

A D M I N I S T R A T E U R ,

l'admiffion

des

D o m i n g u e aux Et fur

le régime

Députés

de

St.

États-Généraux,

nouveau

dans cette

qu'ils

veulent

établir

Colonie,

APEINE la c o n v o c a t i o n des É t a t s - G é n é r a u x a-t-elle été r e c o n n u e indifpenfable

pour ré-

parer le défordre des F i n a n c e s , que les plant e u r s d e S t . D o m i n g u e réfidant e n

France,

perfuadés qu'un n o u v e l ordre de chofes leur c o n v i e n d r o i t mieux que celui qui e x i f t e , fait paffer pour les

ont

des M é m o i r e s à tous les C o l o n s inviter à s'affembler,

à demander

leur admiffion, & à n o m m e r des D é p u t é s . L e R o i n ' a y a n t p a s v o u l u faire e x p é d i e r d e

A

MANIOC.org Réseau des biblioth Ville de Pointe-à-P


( 4 ) l e t t r e s d e c o n v o c a t i o n , p a r c e q u ' o n lui

avoit

a n n o n c é q u e les h a b i t a n s n ' é t o i e n t p a s t o u s d'accord, nable

& qu'il lui avoit paru plus c o n v e -

d'attendre

q u e l e v œ u g é n é r a l d e la

C o l o n i e fût m i e u x m a n i f e f t é , l e s D é p u r é s f e font préfentés à l'Affemblée N a t i o n a l e ,

qui

n'a fait a u c u n e difficulté d e l e s a d m e t t r e . A p r é f e n t q u e c e t t e admiffion eft p r o n o n c é e fans a u c u n e r e f t r i c t i o n , q u e v e u t a u j o u r d ' h u i la C o l o n i e d e S t . D o m i n g u e ? S e p r é fente-t-elle à la N a t i o n ou c o m m e f œ u r , ou c o m m e fille d e s p r o v i n c e s de F r a n c e ? D a n s le premier c a s , elle ne doit pas être a d m i f e , p a r c e q u ' i l n e d o i t p a s y a v o i r d ' é g a l i t é o ù la dépendance cas,

eft n é c e f f a i r e ; d a n s l e

elle doit l ' ê t r e ,

fecond

mais c ' e f t en p r o m e t -

tant q u ' e l l e o b é i r a a u x l o i x d e fa m e r e ,

qui

efl la M é t r o p o l e . P o u r mieux développer ces p r i n c i p e s , efl n é c e f f a i r e

il

d e faire c o n n o î t r e q u e l l e s d o i -

v e n t ê t r e la deftination & l'utilité d e s C o l o n i e s . L e t r a v a i l c o n f i d é r é foit p a r r a p p o r t à l'ag r i c u l t u r e , foit par r a p p o r t a u x arts & à l ' i n d u f t r i e , n e p e u t a r r i v e r au t e r m e de la p l u s

MANIOC.org Réseau des bibli Ville de Pointe-à


( 5 ) grande u t i l i t é , que par le commerce. c o m m e r c e à fon t o u r ,

Le

ne peut en avoir que

p a r l a facilité d e s é c h a n g e s . L o r f q u ' i l y a p l u s d e chofes à vendre qu'il n'y ter,

en a à ache-

il faut a v o i r r e c o u r s au c o n f o m m a t e u r

é t r a n g e r . D è s q u ' u n e fois la c o n c u r r e n c e v i e n t mettre

d e s b o r n e s à l ' a c t i o n du c o m m e r c e

m ê m e a v e c l ' é t r a n g e r , il faut a v o i r d e s C o l o n i e s o ù l e fuperflu d e l a c u l t u r e , d e s arts & d e l'induftrie t r o u v e u n d é b o u c h é f a c i l e p o u r être c o n v e r t i en denrées de luxe que l'habit u d e a r e n d u n é c e f f a i r e s , & d o n t l a v e n t e eft t o u j o u r s p l u s a f f u r é e ; & c'eft p a r l e réfultat d e c e s é c h a n g e s a v e c n o s Ifles à f u c r e , & l e s autres peuples de l ' E u r o p e , que nous a v o n s depuis

longtemps

un avantage

de foixante

m i l l i o n s dans la b a l a n c e du c o m m e r c e . V o i l à c e q u ' o n p e u t d i r e d e plus v r a i ,

en

p e u d e m o t s , fur la deftination & l ' i m p o r t a n c e des C o l o n i e s . P o u r l e s r e n d r e v r a i m e n t u t i l e s , il faut l e s fubordonner ne les a

à la M é t r o p o l e , p a r c e q u ' e l l e

établies q u ' e n

intention d'échanges.

D e l à il r é f a i t e q u e la p r o h i b i t i o n m e r c e é t r a n g e r d o i t être

préférée,

A

du c o m même à 3

MANIOC.org Réseau des bibli Ville de Pointe-à


( 6 ) l'extenfion

d e l e u r c u l t u r e . I I faut

protéger

d a n s la M é t r o p o l e l e c o m m e r c e e n f a v e u r d e l a culture ; & dans les C o l o n i e s , au c o n t r a i r e , la culture

en faveur du c o m m e r c e . T e l

eft

l e v é r i t a b l e r a p p o r t qui d o i t exifter e n t r e l ' u n e & l ' a u t r e : t e l eft l e p r i n c i p e a u q u e l il faut t o u t r a p p o r t e r dans l'adminiftration des C o l o n i e s , & d o n t o n n e doit j a m a i s s ' é c a r t e r ,

à moins

d ' u n e néceffité abfolue & bien conftatée. On

v o i t , d'après c e t e x p o f é ,

que plus

c e s é t a b l i f f e m e n s d i f f é r e r o n t d e la M é t r o p o l e p a r l e u r s p r o d u c t i o n s , p l u s ils

deviendront

u t i l e s & p l u s ils f e r o n t d é p e n d a n s ; ainfi c e n e font

pas d e s V i l l e s q u ' i l faut y é t a b l i r ,

font

des manufactures de f u c r e ,

ce

de café

&

d ' i n d i g o . C e n'eft pas d ' h o m m e s b l a n c s i n u t i l e s , o u l i v r é s à l'induftrie E u r o p é e n n e , q u ' i l f a u t p e u p l e r c e s p a y s , mais b i e n d e n o i r s , & f u r - t o u t d e n o i r s e f c l a v e s , c a r s'ils n e l ' é t o i c n t p a s , i l eft p r o u v é

qu'il n'y auroit

plus de

c u l t u r e , & par conféquent plus de c o m m e r c e . S ' i l eft d a n s l ' o r d r e p o l i t i q u e de b o r n e r S t . D o m i n g u e au feul é c h a n g e d e fes p r o d u c t i o n s , i l n e faut d a n s l e s p l a i n e s q u e des c u l t i v a t e u r s , comme

i l n e faut d a n s l e s V i l l e s q u e

des


( 7 ) Officiers

militaires, d'adminiftration

&

de

j u f t i c e , des n é g o c i a n s c o m m i f f i o n n a i r e s & d e s a r t i f a n s p o u r les p r e m i e r s b e f o i n s . L a r é u n i o n d e ces individus que l'intérêt plus ou moins e x a l t é a g i t e fans c e f f e , p e u t f o r m e r

encore

une grande f o c i é t é ; mais c o m m e n t d o i t - o n l a c o n f i d é r e r à un auffi g r a n d é l o i g n e m e n t

?

Eft-il poffible d'y établir c e r é g i m e p u r e m e n t m u n i c i p a l q u e q u e l q u e s h o m m e s inftruits p a roiffent défirer ? E t p e u t - o n s'attendre à trouv e r dans u n t e l p a y s , d o n t l e p r e m i e r l i e n doit être particulier

la

dépendance, &

dont

l'intérêt

eft t o u j o u r s c o n t r a i r e à c e l u i

de

l a M é t r o p o l e , c e t e f p r i t p u b l i c fi r a r e m ê m e d a n s l e s G o u v e r n e m e n s m o d é r é s ? N o n ; il n e faut p a s s ' a b u f e r fur c e p r o j e t ,

il eft

abfolu-

ment inexécutable. A v a n t de ramener tout au purement municipal

Gouvernement

d a n s la C o l o n i e

de St.

D o m i n g u e , il a u r o i t fallu e x a m i n e r a v e c a t t e n t i o n d e q u e l s h a b i t a n s e l l e eft p e u p l é e , & fa p o f i t i o n r e l a t i v e ; o n a u r o i t v u q u e p e r f o n ne ne v a fous c e climat dévorant p o u r y d e m e u r e r , mais p o u r y acquérir

promptement

une grande f o r t u n e , que les regards y font A

4


(8) toujours tournés

du côté de l ' E u r o p e , que

l ' h a b i t a n t r i c h e j o u i t t o u j o u r s d e fa f o r t u n e e n F r a n c e ; q u e l e p r o c u r e u r , le g é r a n t o u l ' é c o n o m e , l e p a c o t i l l e u r , l'aubergifte & tous l e s aventuriers qui y paroiffent,

n'ont d'autre

v é h i c u l e que celui de l ' i n t é r ê t , & d'autre p r o j e t q u e celui de r e v e n i r dans leur E f t - c e à de pareils

hommes

patrie.

qu'il

faudra

a c c o r d e r l a qualité d e C i t o y e n s ? N o n fans d o u t e , & j e r é p e t e a v e c affurance q u ' o n n e t r o u v e r a j a m a i s e n e u x c e t efprit p u b l i c c e t t e raifon éclairée

&

qu'exigent des Affem-

b l é e s m u n i c i p a l e s , & q u e fi j a m a i s l ' o n s ' a r r ê t e à c e t t e i d é e , il n ' e n r é f u l t e r a q u e d e s d é f o r d r e s & des d é f o r d r e s d ' a u t a n t p l u s g r a n d s , qu'ils f e ront p l u s é l o i g n é s d e l'autorité p r e m i e r e q u i p o u r r o i t les réprimer. R o m e étoit libre, & fes C o l o n i e s n e l ' é t o i e n t p a s . O n eft l i b r e

dans

l e s P r o v i n c e s - U n i e s , t a n d i s q u ' o n fe p r o f t e r n e devant le Gouverneur de Batavia, & l'Amér i q u e A n g l a i f e fût c e r t a i n e m e n t reftée d a n s l a d é p e n d a n c e , fi la N a t u r e n e l ' e û t p a s p l a c é e dans u n e latitude favorable à tous l e s objets d e p r e m i e r e néceffité. U n e Ifle

c o m m e St.

D o m i n g u e n e c e f f e r a d o n c jamais d ' a v o i r u n


(

maître,

9

)

parce qu'elle fera toujours

dépen-

d a n t e par fes b e f o i n s , & il eft é v i d e n t

qu'il

fera dans la p o l i t i q u e d e l a P u i f f a n c e à qui e l l e a p p a r t i e n d r a , de n e p a s p e r m e t t r e qu'à une auffi g r a n d e d i f t a n c e , e l l e jouiffe d ' u n e l i b e r t é qui p e u t d e v e n i r nuifible à fes i n t é r ê t s . Cependant croyant

l e s habitans d e S t . D o m i n g u e ,

d e v o i r profiter de

la

circonftance

o r a g e u f e o ù fe t r o u v e l e G o u v e r n e m e n t , é t a bliffent a u j o u r d ' h u i d e s p r é t e n t i o n s qui m e p a r o i f f e n t à la fois d a n g e r e u f e s & pour le c o m m e r c e .

deftructives

Ils defirent qu'on

faffe

c e f f e r u n e g r a n d e p a r t i e d e la p r o h i b i t i o n , n o t a m m e n t celle qui porte fur l e s f a r i n e s ,

fur les n e g r e s

& qu'on leur permette

& de

payer ces objets avec les denrées coloniales. I l s difent q u ' e n a c h e t a n t

des étrangers les

noirs à un meilleur c o m p t e , & qu'en leur v e n d a n t du f u c r e & du c a f é à u n m e i l l e u r ils é t e n d r o n t

davantage

prix,

leur culture ; q u e

p a r c e t t e e x t e n f i o n ils e n d e v i e n d r o n t p l u s r i c h e s , & q u ' e n d e v e n a n t plus r i c h e s , ils e n a p p o r t e r o n t plus d'argent dans la M é t r o p o l e . C e r a i f o n n e m e n t eft plus f p é c i e u x q u e f o l i d e ; c a r fi l ' o n c o n v i e n t q u e P a r i s ,

o u telle


( 1 0 ) autre V i l l e

du R o y a u m e ,

d o i t p r o f i t e r un

j o u r des r e v e n u s d e s c a p i t a u x q u e l ' A m é r i c a i n v i e n d r a y c o n f o m m e r , il efl: é v i d e n t auffi q u e j u f q u ' à c e q u e c e t t e f o r t u n e foit a c q u i f e , c ' e f t l e feul c o m m e r c e é t r a n g e r qui aura é t é m i s e n a c t i v i t é , q u e c'eft lui qui e n d e v e n a n t c o o p é r a t e u r d e c e t t e f o r t u n e , e n aura

le

parta-

g é les b é n é f i c e s , & que la F r a n c e aura v u d é t r u i r e l e fien au m i l i e u d e t o u s l e s m o y e n s q u e la n a t u r e l u i a d o n n é s p o u r l e faire

prof-

p é r e r : d e - l à p l u s d ' a r m e m e n s , p l u s de m a t e l o t s , plus de marine R o y a l e , & c . O n ne doute pas

que les Américains

ne

v e u i l l e n t b i e n fe f o u m e t t r e à r e c e v o i r d e la M é t r o p o l e les v i n s , les huiles & les f a v o n s , & beaucoup d'objets de l u x e , parce

qu'elle

f e u l e p e u t les l e u r f o u r n i r ; m a i s q u e l l e p e r t e n ' e n réfultera-t-il quand

pas pour nos n é g o c i a n s ,

ils fe v e r r o n t f o r c é s

d'acheter leurs

denrées coloniales en c o n c u r r e n c e avec l'ét r a n g e r ? c e fera Colon

un m a r c h é

dans l e q u e l l e

f e r a t o u j o u r s la l o i , & l e

commerce

d e n o s v i l l e s m a r i t i m e s fe d é t r u i r a i n f e n f i b l e m e n t par les pertes é n o r m e s qu'il é p r o u v e r a . L a M é t r o p o l e , (difent les A m é r i c a i n s ) ne


(11)

»

nous fournit point la m o r u e , les

»

les bois de c h a r p e n t e , les m e r r a i n s , l e s

effentes,

»

planches, &c. C'eft l'Amérique feptentrio-

» nale qui p o u r v o i t à nos befoins en c e g e n r e ; » & il n o u s eft d é f e n d u d e l a p a y e r a u t r e m e n t »

qu'en f i r o p s & t a f f i a s , d o n t l e p r i x t o t a l n e

»

s ' é l e v e p a s à la m o i t i é d e c e l u i d e s o b j e t s

»

qui nous font apportés ; nous fommes d o n c

»

forcés de folder l'autre moitié a v e c

»

n u m é r a i r e , d o n t la d i f p a r i t i o n fait tarir

»

fource d'un c o m m e r c e d ' é c h a n g e qui n o u s

»

notre la

eft a b f o l u m e n t i n d i f p e n f a b l e ( 1 ) . S i c e t t e p l a i n t e eft r é e l l e m e n t f o n d é e , j e

p e n f e qu'il faut s ' e m p r e f f e r de r a p p e l e r d a n s la C o l o n i e le c o m m e r c e E f p a g n o l f e m b l é v o u l o i r é l o i g n e r ; c ' e f t l e feul

qu'on a moyen

d ' a u g m e n t e r l e n u m é r a i r e au d e - l à d e s b e f o i n s & d e m a i n t e n i r dans t o u t e l e u r i n t é g r i t é l e s d r o i t s d e la M é t r o p o l e . S ' é c a r t e r d e c e t t e d i r e c t i o n c'eft a t t a q u e r u n e d e s p r o p r i é t é s N a t i o n a l e s , c'eft f o u l e r a u x p i e d s l e p r i n c i p e

(1)

O n v e r r a dans le t a b l e a u d e s e x p o r t a t i o n s q u ' o n a place à

l a fin de cet o u v r a g e , q u e St. D o m i n g u e n e d o n n e dans fes p a y e m e n s a u x é t r a n g e r s q u e le tiers en n u m é r a i r e s , & q u e les d e u x a u tres tiers f o n t d o n n é s e u firops & taffias,


( 1 2 ) r e c o n n u être le plus utile c h e z toutes les N a tions maritimes. L e s C o l o n s (1) n e fe b o r n e n t pas d a n s l e u r s prétentions

à fe r e n d r e i n d é p e n d a n s d e

M é t r o p o l e pour

les o b j e t s

les plus

la

impor-

t a n s du c o m m e r c e , ils v e u l e n t e n c o r e é t a b l i r une AlTembiée N a t i o n a l e ou C o l o n i a l e ,

qui

n e r e c o n n o i f f e d'autre p o u v o i r l é g i f l a t i f q u e le

fien,

& faire r e f i d e r

le pouvoir exécutif

d a n s la p e r f o n n e du G o u v e r n e u r ; ils f u p p r i ment par conféquent l'Intendant,

qui a v o i t

la d i r e c t i o n g é n é r a l e des F i n a n c e s , qui c o m m e premier P r é f i d e n t , ou plutôt c o m m e c o m miffaire du R o i ,

étoit c h a r g é de

furveiller

l e s t r i b u n a u x , & q u i , par l e p o u v o i r q u e lui donnoient ces deux q u a l i t é s , fervoit à t e m pérer tout c e que peut avoir de

rigoureux

o u d'injufte u n G o u v e r n e m e n t p u r e m e n t m i l i t a i r e . I l eft fans d o u t e d i f f i c i l e , l'ai déjà d i t ,

(1)

On

de c o n c e v o i r

comme je

u n p l a n qui foit

doit a v e r t i r ici q u ' i l y a un t r è s - g r a n d n o m b r e de C o -

l o n s à Paris q u i o n t m a n i f e f t é plufieurs f o i s dans leurs A f f e m b l é e s qu'ils ne defiroient p o i n t q u ' o n c h a n g e â t rien aux loix p r o h i b i t i v e s , & qu'ils d e m a n d e r o i e n t q u ' o n c h a n g e â t très-peu de c h o f e a u g i m e intérieur.

ré-


( 1 3 ) moins

convenable

à une

Colonie

les

h a b i t a n s fe r e n o u v e l l e n t fans c e f f e p a r l ' i n f tabilité

que le c o m m e r c e y donne

aux

ri-

cheffes. Q u a n d je demande aux C o l o n s les motifs du

changement

qu'ils ont

en v u e ,

m e difent pas leur f e c r e t ,

ils n e

ils n e

convien-

n e n t pas q u e c e foit p o u r fe fouftraire à t o u t e a u t o r i t é , ils

ne

difent

p a s q u ' i l eft

eux quelques hommes qu'entrainent des

nouveautés

une révolution tre

que

&

l e défir

parmi l'amour

de participer

à

qui f e m b l e n e l e u r p r o m e t -

la l i b e r t é & l e b o n h e u r ;

mais ils

affirment a v e c c e t t e i n t r é p i d i t é q u ' o n t t o u j o u r s les gens

&

aux

t e m p ê t e s , q u e l e u r r é g i m e i n t é r i e u r eft

accoutumés

dé-

teftable, oppreffif, teurs n e

aux

tonnerres

& que leurs

font uniquement

adminiftra-

o c c u p é s que

du

foin d'ajouter chaque j o u r quelques anneaux à leur

chaine.

J e fuis b i e n l o i n d e p e n f e r q u e la C o l o n i e foit aujourd'hui adminiftrée c o m m e elle pourroit l ' ê t r e ,

& qu'il n'y

ait

m a c h i n e vafte & c o m p l i q u é e ,

pas dans quelques

cette ref-

f o r t s un p e u t r o p t e n d u s ; m a i s e n c h e r c h a n t


( 1 4 ) à

les adoucir par le concours

dant,

en maintenant

d a n s l a poffeffion doit

exclufive

lui a p p a r t e n i r ,

d'un I n t e n -

le pouvoir

judiciaire

de tout c e qui

& la C o l o n i e d a n s l e

droit de répartir n o n pas fon i m p ô t ,

mais

f o n d o n g r a t u i t , il m e f e m b l e q u e ni la r a i f o n n i la j u f t i c e n e p o u r r o i e n t ê t r e b l e f f é e s

par

c e t t e f o r m e d e G o u v e r n e m e n t (a). Ce

m o y e n fimple n e fera fans d o u t e p a s

a d o p t é , p a r c e que les habitans v e u l e n t fe g o u v e r n e r e u x - m ê m e s , mais j ' o f e l e u r p r é d i r e q u e l e u r t r a n q u i l i t é fera t r o u b l é e ,

& qu'en

confacrant tout leur tems à des délibérations l e n t e s , & à des c h o c s d'opinion d ' o ù réfult e r a m o i n s la l u m i e r e q u e d e s e m b a r r a s i n e x t r i c a b l e s , l a culture en fera moins les chemins moins bien

floriffante,

entretenus, & leur

l i b e r t é fera t e l l e , q u ' i l s r e g r e t t e r o n t l e t e m s o ù ils c r o y o i e n t n ' e n p o i n t

avoir.

A m é r i c a i n s , fongez que v o s foyers

font

déja m e n a c é s , & qu'éloignés de tout f e c o u r s , i l v o u s faut u n p o i n t c e n t r a l o ù a b o u t i f f e n t t o u s l e s r a y o n s du c e r c l e

dans l e q u e l

vous

êtes renfermés. Depuis l o n g - t e m s , vous le f a v e z , il s'eft é l e v é u n e f e c t e

philofophique


(15) d o n t l e s i n t e n t i o n s f o n t p u r e s , mais d o n t v o u s auriez d û , dès le premier m o m e n t , r e d o u t e r l e s p r i n c i p e s qui p e u v e n t v o u s ê t r e a p p l i c a b l e s . C ' e f t au m i l i e u d ' e l l e s q u ' u n a u t e u r m o d e r n e a voulu obtenir une efpèce de d i c t a t u r e ,

en

d o n n a n t d e s l e ç o n s a u x R o i s fur l e g r a n d a r t de r e g n e r ,

&

à l e u r s M i n i f t r e s fur c e l u i d e

régir des C o l o n i e s . A b u f a n t p h i l o f o p h i e , il p r é f e n t e

q u e l q u e f o i s d e la

d e s principes g é n é -

r a u x là o ù il faut n é c e f f a i r e m e n t a d m e t t r e d e s exceptions. Il vous confeille avec l'éloquence la plus perfuafive de r o m p r e a v e c

la

Métro-

p o l e , fi v o u s n ' e n o b t e n e z la p l u s g r a n d e

li-

b e r t é , & il e x c i t e v o s e f c l a v e s à p o r t e r

fur

v o u s d e s m a i n s p a r r i c i d e s , fi v o u s n e l e s t r a i tez pas c o m m e des h o m m e s libres. T a n t q u e l ' a u t o r i t é a m a i n t e n u fes d r o i t s , les aîles de cette dangereufe

indépendance

n'ont point été agitées, mais dès q u ' e l l e a paru c é d e r à q u e l q u e s c i r c o n f t a n c e s , il s'eft

élevé

une nouvelle confédération contre l'efclavag e des N o i r s , & main

t o u s l e s amis du g e n r e h u -

fe f o n t d é c l a r é s

en leur faveur.

B i e n t ô t le bruit de c e tocfin philofophique s'eft

fait

entendre

jufqu'aux

rivages

du


(16) nouveau Continent. J'entends

dire p a r - t o u t

q u e les P l a n t e u r s qui r é f i d e n t e n F r a n c e v o n t s'embarquer pour prévenir une infurrection. S e r o i t - i l poffible q u e l e s amis d e s N o i r s euffent p r o v o q u é , fans l e v o u l o i r , q u e l q u e c a t a f t r o phe fanglante contre les Blancs ? Y

auroit-il,

d a n s c e fiecle d e l u m i e r e s , d e s êtres m a f f a c r é s au n o m d e l ' h u m a n i t é c o m m e , i l y e n e u t d a n s le

p r é c é d e n t au n o m d e la r e l i g i o n ?

Mais

n o n : p o u r q u e d e s e f c l a v e s en v i n f f e n t à c e t t e terrible

explofion,

il f a u d r o i t q u ' i l s

fuffent

a u f f im a l h e u r e u x q u e l e u r s d é f e n f e u r s l e f u p pofent. E n p a r c o u r a n t l e s q u a t r e parties du g l o b e , j e l e s ai o b f e r v é s p e n d a n t plufieurs a n n é e s f u r l e f a b l e b r û l a n t qui les a v u

naître ; p a r - t o u t

ils f o n t e x p o f é s au p i l l a g e & à la c a p t i v i t é , & p r e f q u e t o u j o u s abrutis p a r la f u p e r f t i t i o n , p a r l ' i g n o r a n c e & p a r l e b e l o i n (b). J e les ai v u s e n f u i t e e n A m é r i q u e ; ils é t o i e n t

affujettis

au

t r a v a i l , q u a n d ils é t o i e n t p l a c é s dans d e s m a n u f a c t u r e s , mais ils n é m a n q u o i e n t de r i e n , & leur

fort me

paroiffoit i n f i n i m e n t m o i n s

à

plaindre. J e fais q u e p o u r n e p a s f o u t e n i r fans m o t i f la


( 1 7 ) la caufe de l'humanité, on a préfenté les bitans de l ' A m é r i q u e

comme

des

ha-

hommes

c r u e l s , qui le p l a i f o i e n t à a b r é g e r l e s j o u r s d e l e u r s e f c l a v e s par d e s p u n i t i o n s , par d e s t o r t u r e s r é v o l t a n t e s ; c'eft l'expérience.

On

un fait d é m e n t i p a r

a rencontré

barbares en A m é r i q u e , c o m m e

des

maîtres

on

rencon-

t r e d e s affaffins d a n s l e s V i l l e s l e s m i e u x p o l i c é e s de l ' E u r o p e ; v o u d r o i t - o n e n c o n c l u r e q u ' i l n'y e n a e n A m é r i q u e & e n F r a n c e

que

des bourreaux & des fcéiérats ? L'intérêt

du

m a î t r e eft l e g a r a n t le p l u s fûr d e t o u t e b o n n e p o l i c e à c e t é g a r d , & j e d o i s dire p o u r l ' i n t é r ê t d e la v é r i t é q u e l e s e f c l a v e s n e f o n t générai punis que par des coups de

en

fouet,

p o u r des crimes qui mériteroient la m o r t

fi

la l o i les j u g e o i t . I l eft p e u t - ê t r e p o f f i b l e

de

rendre leur exiftence e n c o r e plus fupportab l e , en leur impofant moins de t r a v a i l , mais il y a déjà e n A m é r i q u e t a n t d ' h a b i t a n s p é n é trés d e c e t t e t o u c h a n t e v é r i t é , q u e n o u s d e vons tous efpérer qu'enfin l'Europe

q u ' e l l e fe p r o p a g e r a ,

c e t e f c l a v a g e q u e la p o l i t i q u e a rendu évidemment

& de.

néceffaire,

obtiendra quelqu'indulgence aux y e u x m ê m e B


( 1 8 ) d e la p h i l o f o p h i e . C e parti eft (ans d o u t e p r é f é r a b l e à une r é v o l u t i o n fubite q u e j e

crois

i m p o f f i b l e par t o u t e s les N a t i o n s m a r i t i m e s , à m o i n s de f a c r i f i c e s i n c a l c u l a b l e s qui c h a n g e r o i e n t la f a c e du M o n d e (c). B e a u c o u p d ' h o m m e s raifonnables penfent

que

la

main

du

t e m s q u i t r a v a i l l e t o u j o u r s a v e c fageffe & l e n t e u r , peut confommer mais,

fagement

ce

avertis

grand ouvrage ; par

l'impuiffance

actuelle de nos m o y e n s , bornons-nous à p r é venir une infurrection, dont

l e d a n g e r eft

e n c o r e p l u s effrayant p a r m i d e s ê t r e s d é p o u r vus de l u m i e r e s , & à former des v œ u x pour le bonheur de l'humanité. P o u r r i o n s n o u s o u b l i e r ici d ' e n f o r m e r d e particuliers

p o u r la F r a n c e ,

pour ce

vafte

E m p i r e qui d a n s l e s a n n a l e s du M o n d e a t o u j o u r s e u d e fi h a u t e s d e f t i n é e s ,

& dont

le

S o u v e r a i n a c t u e l a déjà m o n t r é tant d e t i t r e s p o u r être aimé ?

François,

il t r a -

vaille pour votre bonheur, travaillez donc a u f f i p o u r l e f i e n ; c'eft e n rétabliffant l e c a l m e p a r m i v o u s , q u e v o u s l e r é t a b l i r e z dans fon c œ u r . I l eft jufte q u e v o u s c e f f i e z

d'être efclaves

de tout pouvoir arbitraire, & que vous récla-


(19) miez les droits les plus facrés de la N a t u r e ; mais 11 l e vous

flambeau

d e la l i b e r t é , a u l i e u d e

é c l a i r e r , ne devoit plus fervir qu'aux

e m b r â f e m e n s & a u x p i l l a g e s , fi au l i e u d ' ê t r e porté par

des citoyens

vertueux,

il

ne

d e v o i t plus

ê t r e agité] q u e

p a r la d i f c o r d e ,

alors

gémirions

le

nous

France,

fur

fort

de

propres m a i n s , & nous croirions dans profonde

la

n o u s l a v e r r i o n s fe d é c h i r e r d e f e s douleur

notre

qu'elle va bientôt rentrer

dans le néant où font aujourd'hui p l o n g é e s ces fuperbes tant

brillé

& antiques fur

la

N a t i o n s , qui

terre,

&

dont

refte p l u s q u e q u e l q u e s v e f t i g e s d e

il

ont ne

temple,

q u e l q u e s a r c s d e triomphe à m o i t i é d é t r u i t s , &

quelques tronçons

de c o l o n n e s qui fem-

b l e n t r a p p e l l e r fans ceffe a u x m a î t r e s d u M o n d e q u e l e u r s p l u s b e a u x m o n u m e n s font périffables c o m m e eux. D e s b r i g a n d s v o n t c h a n g e r en de triftes déferts C e s m u r s q u e fi l o n g - t e m s a d m i r a

l'Univers.

V O L T A I R E , Orphelin

de la Chine.

B 2


(20) NOTES.

(a) Pour démontrer que le régime intérieur de St. Domingue n'eft par oppreffif, & qu'il y a peu de chofes à y changer pour le rendre b o n , il faut néceffairement parler des circonftances dans

lefquelles

l'ha-

'birant eft fubordonné directement ou au jugement ou à l'autorité des adminiftrateurs. Les affaires qui intéreffent le plus la culture, font les difcuflions

qui naiffent entre les habitans pour

tout ce qui eft relatif aux prifes d'eau, aux c h e m i n s , aux arpentages ou aux abornemens, aux conceffions de terreins & à leur réunion au domaine du R o i , quand ils ne font pas établis dans le délai prefcrit par l'ordonnance. Comme il importoit aux progrès de là culture que ces matiéres ne fuffent pas foumifes aux formes lentes de la juftice ordinaire, le Gouvernement avoit établi dans cette Colonie un tribunal terrier dont les adminiftrateurs étoient juges, & où étoient admis trois confeillers du Confeil fupérieur pour faire les rapports des procès ; l'inftruction en étoit toujours confiée aux juges des lieux, comme commiffaires en cette partie. C e tribunal, donr les jugemens fe portoient par appel au confeil des dépêches, ayant été fupprimé en 1787,

toutes les difcuffions de fervitudes relatives

aux chemins, ont été attribuées aux juges ordinaires


(21)

& il n'eft refté aux adminiftrateurs que la connoiffance de la diftribution des eaux d'arrofage & de la réunion au domaine du Roi des terres non concédées & de celles non cultivées. Toutes les autres matiéres civiles font du reffort de la juftice ordinaire & par conféquent étrangeres aux adminiftrateurs, à moins qu'ils ne prennent leur féance aux confeils, où ils n'ont comme les autres membres, que leur voix délibérative. Mais la réparation des chemins eft une partie effentielle de l'adminiftration, qui a toujours été du reflort direct des adminiftrateurs, & ce n'eft pas celle qui caufe le moins de follicitude. En ufant de beaucoup de ménagement & de douceur, on fe fait aimer, mais les communications deviennent bientôt impraticables. En forçant, au contraire, chaque habitant d'entretenir la partie de chemins qui lui eft affignée, on fe fait hair, mais on évite de grands inconvéniens, notamment celui des corvées publiques, dont les répartitions font quelquefois faites d'une maniére affez injufte par les commandans de quartier ; inconvéniens qui ne doivent pas avoir lieu quand les menues réparations font faites avec exactitude. A u furplus les adminiftrateurs, d'après les formes établies, ne font jamais réparer un chemin, qu'après avoir entendu les dires & repréfentations des parties intéreffées, dont on dreffe un procès-verbal, qui doir être homologué pour avoir fon exécution.


( 2 2 ) Il ne devroit pas fuffire que les ordonnances particulieres pour les réparations des chemins,

fuffent

rendues par les adminiftrateurs en commun, il faudroit encore que leur exécution les concernât en c o m m u n , ce qui n'a pas encore été pratiqué à St. Domingue ; de forte que quand il eft queftion d'envoyer garnifon dans une habitation pour en forcer le propriétaire à une réparation à laquelle il a confenti dans un procès-verbal homologué, l'Intendant devroit rendre légal, par fa fignature, cet acte de rigueur auquel il faudroit qu'il ne fe prétât, en qualité d'administrateur civil, que dans des cas abfolument indifpenfables. L'ordonnance de main forte pour l'exécution des fentences

&

arrêts n'eft jamais rendue que par le

Gouverneur f e u l , quand il s'agit de dettes de cargaif o n s , conformément à l'ordonnance de 1 7 7 5 . Quand toutes les autres dettes ne font pas de cargaifons, la. main forte doit être accordée par les adminiftrateurs en c o m m u n , au défir des ordonnances de 1 7 1 7 & 1 7 4 5 . Il aurait été à fouhaiter que l'on n'eût pas établi cette diftinction dans l'ordonnance de 1 7 7 5 , on fe ferait plus rapproché du Gouvernement c i v i l , tant défiré dans les Colonies ; mais

comme

il n'eft queftion ici que de l'exécution des jugemens rendus pat les tribunaux, que la contrainte foit accordée par un feul adminiftrateur, ou par les deux enfemble, il eft évident qu'il n'y a encore rien d'arbi-


(23) traire ni de defpotique dans cette autorité qui leur a été confiée. La même ordonnance de 1 7 7 5 , attribue aux Gouverneur général & Intendant, le droit de faire des réglemens provifoires de police , &

ce font les juges

ordinaires qui doivent tenir la main à leur exécution, & connoître de toutes les contraventions qui y font faires, fauf l'appel au Confeil fupérieur. Il faut avouer que le Gouverneur emploie trop fouvent le miniftére de l'État-major pour affiner l'exécution de ces loix , & que cette portion d'autorité qu'il s'eft exclufivement attribuée, ( & que fes fousordres s'attribuent é g a l e m e n t , ) eft dangereufe dans un pays uniquement confacré à la culture, & qu'elle donne lieu à beaucoup de réclamations fondées ; mais j'ai toujours penfé qu'il étoit facile de remédier à cet inconvénient en faifant, (comme je l'ai déjà dit,) concourir l'Intendant à l'exécution des loix & des ordres relatifs à la police. On

objectera fans

doute

qu'en employant ces

moyens, c'eft forcer deux hommes de même & établir entre eux

une

O n doit s'attendre en effet à des

à

penfer guerre difcuffions

toujours éternelle. entre

les adminiftrateurs, tant que leurs pouvoirs feront communs dans toutes les affaires civiles, mais il eft à croire que ceux qui réfulteroient de l'adminiftration d'un feul feroient encore plus dangereux, & que le Gouvernement en feroit moins éclairé ; & en fixant mûrement fes idées fur les maux qu'il faut le plus évirer,


( 2 4 ) la diverfité d'opinions de deux hommes en eft un moins grand que celle de 200 q u i , dans le fyftême d'une affemblée municipale, n'auroit qu'un feul plan, celui d'affoiblir ou brifer tous les refforts de l'autorité. Il me refte à parler de l'établiffement des milices, comme de l'objet le plus important à rectifier, parce que dans l'état actuel,

il donne

au

Gouverneur

une prépondérance qui tient prefque toute la Colonie dans fa dépendance. C'eft à l'époque de 1 7 6 0 que les États-majors & milices commencerent à exciter des plaintes. Le Gouverneur général & l'Intendant, divifés alors, avoient formé deux partis. Suivant l ' u n , tout devoit être dépendant de l'autorité militaire, & fuivant, l'autre de l'autorité civile. Le procès ayant été jugé en faveur de l'Intendant, il ne refta au Gouverneur que le Commandement des troupes. Les commandans, les lieutenans de R o i , &

les m a j o r s ,

t o u t fut

fupprimé,

l'on ne vit plus dans la Colonie que des fubdé-

légués, des S y n d i c s , &c. Tout changea de n o m , tout prit une nouvelle forme. Les habitans auxquels il refte

le fouvenir de cet

événement, peuvent attefter que ce triomphe

de

l'autorité civile devint une fource de malheurs pour la C o l o n i e , que tous les liens de l'obéiffance furent rompus, & que l'efprit de cabale s'introduifit dans tous les Corps. O n ne favoit p l u s , en effet, ni qui commandoit, ni à qui l'on devoit obéir, & l'auto-


(25) rité ne ceffa d'être compromife jufqu'en 1 7 6 4 , que l'on changea cette forme de Gouvernement. Alors on vit tous les pouvoirs que l'Inrendant avoir obtenus, repaffer au militaire, & toute la Colonie lui être affervie. C e moment fut encore un peu convulfif,

parce que les citoyens ne virent pas fans douleur

que l'on vouloir les deftiner à porter continuellement les armes, & les foumettre à routes les loix & corvées militaires comme toutes les troupes r g l é e s . Tout le monde convient que dans cette révolution, le parti dominant fut quelquefois un peu trop févere, & que les fous-ordres abuferent fouvenr de leurs places, en répandant la terreur où il ne falloir que de &

la juctice

de la modération ; mais enfin tour fut remis

l'ordre en 1766,

dans

d'après les principes q u e peut exiger

un pays de cultivateurs. Depuis ce t e m s , on a encore d e m a n d é plus d'une fois fi les milices étoient néceffaires à St. D o m m i n g u e , mais j e ne crois pas que ceux qui ont obfervé l ' a d m i niftration de certe Colonie avec un peu de lumieres & d'attention, puiffent faire cette queftion d e b o n n e foi. Il me femble que cette chaîne de p o u v o i r s , q u i s'étend d'une extrêmité de la Colonie à l'autre, eft infiniment importante pour maintenir la tranquillité des efclaves, & qu'elle peut l'être jufqu'à un certain point, pour retarder les progrès de l'ennemi en terris de guerre. II n'eft donc rien de jufte, rien de raifonnable fur la terre,

qui ne foit fufceptible d'abus. Ces milices,

C


(26) inftituées pour concourir à la défenfe de la

Colonie,

& en affiner le repos, font compofées d'habitans qui doivent être, tour-à-tour militaires & citoyens libres. Lorsqu'ils font militaires, comme citoyens libres ;

ils veulent qu'on les traite &

lorfqu'ils

font citoyens

libres, ils veulent être militaires ; & exagérant alors leurs droits, ou plutôt leurs prétentions, ils agiflent quelquefois defpotiquement à l'égard de leurs inférieurs. Il n'eft même pas fans exemple que les Gouverneurs, de leur c ô t é ,

ayent confondu ces

deux qualités

qu'il leur eft toujours recommandé de diftinguer ; & il eft certain qu'il peut réfulter de grands inconvéniens de cette alternative de pofitions. En effet, il n'eft pas de jugement arbitraire qu'un commandant ne puiffe prononcer contre un habitant, fous prétexte de difcipline militaire ; comme il n'eft pas de c r i , pas de plainte d'habitant, qui ne puiffent paroître légitimes, fous prétexte qu'il eft citoyen libre. Cette confufion, qui ne vient pas de la l o i , mais de ceux qui doivent s'y foumettre, parce qu'ils font hommes & qu'ils ont des paffions, a fait plus d'une fois penfer que ces milices, fur le pied où elles font établies, ne pouvoient convenir à un pays d'agriculture ; que leur principale deftination, d'après l'ordonnance de leur rétabliffement, étant de veiller à la fûreté intérieure, & d'être chargées de fonctions municipales, il n'y avoit pas d'autre moyen de les rendre utiles, que de les établir fur le pied de troupes bourgeoifes,

divifées comme elles le font

aujourd'hui,


(27) & de les obliger d'avoir des armes, de s'affembler au premier coup de tambour, de paffer les mêmes revues, & d'être foumifes aux deux adminiftrateurs, qui ne pourroient, l'un fans l'autre, les mander & les punir. Si l'on admet, comme je n'en puis dout e r , la néceffité des milices, il femble que ce projet, purement civil, remedieroit à tous les inconvéniens, fans occasionner aucun relâchement dans cette portion d'autorité, que l'on doit confidérer comme la plus importante pour la rranquilité de la Colonie. (b). Les Rois de cette contrée, ou leurs

grand-gens,

viennent ordinairement avec leurs perites armées furprendre les habitans de tout un village au point du jour, les pillent, les font captifs, & les font conduire enchaînés, & fouvent déja bleffés, dans le lieu où ils doivenr être vendus. Qu'on fe garde bien de croire qu'ils font tous deftinés pour l'Amérique, Se qu'il n'y aurait point d'efclaves fi nous n'en achetions pas. Tous ces roitelets, qui fe multiplient à l'infini, & dont les Royaumes n'ont pas toujours vingt lieues en longueur & en largeur,mettent du fafte à en avoir beaucoup ; ils en vendent auffi aux Maures qui s'en fervent pour cultiver leurs terres, & ces derniers leur donnent en échange des chevaux. O n donne ordinairement dix à douze hommes pour un cheval. (c). O n pourra juger par le tableau ci-après, des facrifices qu'aurait à faire la France, fi le projer de fupprimer la traite des N o i r s , ou pour mieux dire de n'avoir plus de Colonies avoit quelque prépondérance dans l'Affemblée Narionale.


( 2 8 )

RÉSUMÉ

des États

de l'Amérique,

du Commerce des pendant l'année

Colonies 1787.

Exportations des Ports de France aux Colonies Importations

des

7 3 , 7 6 7 , 0 0 0 liv. Colonies

en

France

1 9 3 , 9 9 2 , 0 0 0 liv.

Exportations pour la traite des Noirs. Importations

Colonies— 3 1 , 1 8 1 têtes. . Exportations

1 7 , 0 0 0 , 0 0 0 liv.

des Noirs dans les .

4 1 , 3 6 0 , 0 0 0 liv.

pour le Commerce

des Pêches

4 , 1 4 5 , 0 0 0 liv.

Importations en France d'objets de Pêches

1 6 , 4 2 4 , 0 0 0 liv.

Importations du Commerce étranger dans les Colonies Françaifes.

20,008,000 liv.

Exportations des Colonies Françaifes à l'Etranger

1 3 , 8 3 9 , 0 0 0 liv.

Marchandifes des Colonies, exportées des Ports de France à l'Etranger

1 4 0 , 4 7 5 , 0 0 0 liv.

Quel mouvement dans les hommes & dans les chofes un tel Commerce ne fait-il pas fuppofer ? FIN.

Réflexions d'un administrateur, sur l'admission des Députés de St. Domingue aux Etats-Généraux  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Réflexions d'un administrateur, sur l'admission des Députés de St. Domingue aux Etats-Généraux  

Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et de la Guyane. Ville...

Profile for scduag