Page 1

"L'HOMMAGE F R A N Ç A I S "

L'EFFORT

COLONIAL FRANÇAIS par

A. LEBRUN Député, A n c i e n Ministre d e s

Colonies

PUBLICATIONS DU

COMITE

" L'EFFORT DE LA FRANCE ET DE SES ALLIÉS "

BLOW

& G A Y, Editeurs

PARIS-BARCELONE


manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville d e

Pointe-à-Pitre


L'Effort Colonial Français

méseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


"L'HOMMAGE

FRANÇAIS"

L'EFFORT

COLONIAL FRANÇAIS PAR

Albert

LEBRUN

D é p u t é , A n c i e n Ministre d e s Colonies

PUBLICATION DU COMITÉ " L'EFFORT :: ET

DE

DE

LA

SES

B L O U D

FRANCE

ALLIÉS

&

"

::

G A Y

EDITEURS PARIS 7, Place

BARCELONE

Sainl-Sulpice

35,

Calle

del

Bruch

1916 Tous droits réservés

manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


Sous le titre: L'Effort fondé à Paris, sous la Comité de Conférences dont le persévérant effort fourni

de la France et de ses Alliés, il s'est présidence de M. Stéphen Pichon, un le but est d'expliquer au grand public par les Alliés.

Montrer avec pièces à l'appui que les peuples à qui la guerre fut imposée et qui luttent pour la liberté du monde sont dignes les uns des autres, faire comprendre ce qu'il y a de grand et de beau dans le devoir qu'ils accomplissent, de noble et de profond dans l'idée qui les mène, tel est le programme du Comité. En rendant ainsi justice à l'héroïsme et à la fidélité de nos vaillants compagnons d'armes, le Comité est en droit de compter que la France recevra d'eux pareil hommage ; aux manifestations organisées dans notre pays en l'honneur des Alliés, succéderont chez eux des conférences qui diront toute la grandeur de l'effort français. Les premières conférences organisées sous le patronage du Comité ont obtenu, dans les diverses villes où elles furent faites, un éclatant succès. Les auditeurs ont, à maintes reprises, exprimé le désir d'en posséder le texte qui n'offrira pas moins d'intérêt aux personnes n'ayant pu assister à ces réunions. Nous avons pensé cependant que nos conférences formeraient dans leur ensemble une œuvre plus durable, si on leur enlevait la forme oratoire sous laquelle elles furent d'abord présentées. Nous avons donc prié les conférenciers de leur donner l'aspect de traités courts et substantiels, avec divisions claires et table des matières. Nous reproduirons d'ailleurs, en appendice, les documents relatifs à la conférence : programme de la séance, allocution du ou des présidents, etc. Ainsi adaptées, nous espérons que les douze éludes qui, sous le titre général : L'Hommage Français, formeront la première série des publications du Comité : L'Effort de la France et de ses Alliés, trouveront auprès de nombreux lecteurs un accueil encourageant et de nature à engager leurs promoteurs à en poursuivre le développement. Paul Secrétaire

LABBÉ, général

du

Comité.


L'EFFORT COLONIAL FRANÇAIS

L e 14 j u i l l e t 1 9 1 3 , P a r i s e n f ê t e a c c l a m a i t nos troupes coloniales indigènes. Des délégations, venues des points les plus divers de notre d o m a i n e d'outre-mer, étaient g r o u p é e s à L o n g c h a m p pour y recevoir, des m a i n s du chef de l'Etat, les drapeaux dont la F r a n c e a v a i t j u g é dignes l e u r s r é g i m e n t s r e s p e c t i f s . E t l ' o n p o u v a i t v o i r , dans le cadre que leur faisaient les b a t a i l l o n s de notre a r m é e m é t r o p o l i t a i n e , l e s fils v a i l l a n t s d e l a p l u s g r a n d e F r a n c e a u x o r i g i n e s si v a r i é e s : t i r a i l l e u r s A l g é r i e n s à l a f a c e b r o n z é e , d o n t l e s e x p l o i t s glorieux ont illustré nos armes en maintes c a m p a g n e s : Algérie, C r i m é e , I t a l i e , M e x i q u e , A l s a c e , M a r o c ; S é n é g a l a i s et S o u d a n a i s , v i g o u r e u x enfants de la race noire, ayant porté la paix française a u x q u a t r e c o i n s de l ' i m m e n s e A f r i q u e , du S é n é g a l au N i g e r et a u N i l , du C o n g o au S é b o u ; tirailleurs M a l g a c h e s , pacificateurs de la g r a n d e î l e ; A n n a m i t e s et T o n k i n o i s , fils d e l a race j a u n e v e n u s d u l o i n t a i n O r i e n t ; s p a h i s A l g é r i e n s et S é n é g a l a i s , dont l e s burnous flottants ont rallié la victoire dans bien des c o m b a t s sur la terre d'Afrique. E t au m o m e n t où ces h o m m e s , en qui se m ê l a i e n t tant de r a c e s , d é f i l a i e n t d'un m ê m e p a s a l e r t e à l ' o m b r e de n o s t r o i s c o u leurs, une i m m e n s e c l a m e u r s'éleva qui était tout e n s e m b l e un c h a n t de r e c o n n a i s s a n c e et d'espoir ; l a F r a n c e s a l u a i t e n e u x l e s g l o r i e u x soldats a u x q u e l s e l l e doit u n e b o n n e part de son d o m a i n e c o l o n i a l , e t l e s fidèles c o l l a b o r a t e u r s j a l o u x d e v e n i r s e r a n g e r à c ô t é de s e s p r o p r e s fils sur l e s c h a m p s d e b a t a i l l e d ' E u r o p e , si j a m a i s le destin voulait que sa liberté ou son h o n n e u r fussent en danger. U n e a n n é e à p e i n e s'était é c o u l é e d e p u i s c e t t e é m o u v a n t e cérém o n i e q u e la g u e r r e était d é c h a î n é e sur l e m o n d e . D a n s u n e h e u r e de folie, d o n t l'horreur s'accroît à c h a q u e jour qui p a s s e , l ' A l l e m a g n e n'hésitait pas à l a n c e r les peuples dans l'aventure la plus effroyable que l'imagination puisse concevoir. E l l e avait préparé a v e c p e r s é v é r a n c e et m é t h o d e s a p u i s s a n t e machine de guerre ; elle jugeait le m o m e n t v e n u de la mettre au service de ses ambitions, et l'Europe connaissait dès lors le d r a m e qui la secoue depuis deux ans.


6

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

Que sont d e v e n u e s nos colonies au travers de ces é v é n e m e n t s ? Ont-elles été pour la métropole c o m m e beaucoup le redoutaient un s u j e t d ' i n q u i é t u d e , u n e c a u s e d e f a i b l e s s e ? O u b i e n , filles d é v o u é e s d'une m è r e qui, depuis un demi-siècle, leur donna le meilleur d'elle-même, lui ont-elles apporté l'aide qu'elle attendait de leur reconnaissance ? L e m o m e n t n'est p a s e n c o r e v e n u d e dire p a r l e d é t a i l c e q u e fut l'effort c o l o n i a l f r a n ç a i s ; l e s p a g e s o ù il s'inscrit en lettres d'or e t d e s a n g n e s o n t p a s c l o s e s , e t l ' o n é p r o u v e à l e s f e u i l l e t e r q u e l q u e s c r u p u l e . A u s s i bien l'heure n'est p a s à l a p a r o l e , l'action s e u l e i m p o r t e , et il serait h o r s d e p r o p o s d e n o u s c o m p l a i r e e n d e p u r s r é c i t s , q u e l q u e i n t é r ê t q u i s'y a t t a c h e , a u m o m e n t o ù n o s soldats déploient au front les plus belles qualités de courage, d'abnégation, de sacrifice a l l a n t jusqu'à l a mort. M a i s c'est u n e d e s c a r a c t é r i s t i q u e s d e c e t t e g u e r r e , si f e r t i l e e n surprises, que. par sa l o n g u e u r m ê m e , e l l e n o u s conduit fatalem e n t à d e s m é d i t a t i o n s et à d e s r e t o u r s s u r n o u s - m ê m e s ; l'effort i m m e n s e et p r o l o n g é q u ' e l l e e x i g e d e n o u s v e u t être s o u t e n u et alimenté autrement que par l'espérance invincible que nous avons d a n s la j u s t i c e d e n o t r e c a u s e , et rien n e p o u v a i t m i e u x r é p o n d r e à ces vues que l'œuvre entreprise par le Comité des Conférences, d a n s l e but d e faire c o n n a î t r e a u x p a y s a l l i é s l e s efforts réciproques accomplis par eux. D e m a i n l'Histoire les enregistrera par le détail après de scrup u l e u s e s et p a t i e n t e s r e c h e r c h e s d a n s l e s a r c h i v e s d e l a g u e r r e et les d r e s s e r a d a n s un m o n u m e n t é t e r n e l ; aujourd'hui, nous les c r i o n s d a n s l e f e u d e l a b a t a i l l e , m o i n s s o u c i e u x de l e s fixer d a n s l e u r v é r i t é m ê m e q u e d'y p u i s e r d e n o u v e a u x m o t i f s d e c o n f i a n c e r a i s o n n é e , d ' a c t i o n m é t h o d i q u e et v i g o u r e u s e , et a i n s i , c'est en quelque manière une œuvre de guerre que nous accomplissons. D a n s l e t a b l e a u d e l'effort a c c o m p l i p a r l a F r a n c e , il é t a i t j u s t e qu'une p l a c e fût r é s e r v é e à ses Colonies dont la collaboration a f f e c t u e u s e l u i est u n si g r a n d r é c o n f o r t m a t é r i e l et m o r a l dans l'épreuve qu'elle traverse. O n m'a d e m a n d é de r e m p l i r cette t â c h e ; j e l'ai a c c u e i l l i e c o m m e u n d e v o i r et u n h o n n e u r ; m a i s j e n e s e r a i s p a s s i n c è r e , si j e n e d i s a i s l ' é m o t i o n p r o f o n d e q u e j ' é p r o u v e à é v o quer un tel sujet, dans u n tel m o m e n t , moi, Lorrain errant, à qui sont interdits d e p u i s de l o n g s m o i s l e s horizons familiers de sa petite patrie. Mais je m e rassure, car je connais depuis l o n g t e m p s cette accueillante cité, où bien souvent je m e suis arrêté au retour de v o y a g e s d a n s ce délicieux m i d i où n o u s , h o m m e s du N o r d et de l ' E s t , n o u s v e n o n s o u b l i e r n o s b r u m e s et n o s f r i m a s ; j e l'ai c o n n u e a u x j o u r s o r d i n a i r e s d e s a v i e n o r m a l e , d a n s l'activité j o y e u s e et f é c o n d e d e s e s a l l é e s et d e s e s f a u b o u r g s ; j e l'ai v u e a u s s i à c e r taines heures de fête, dans la joie débordante de son peuple, c o m m e e n c e t t e fin d e g r a n d e s m a n œ u v r e s d e 1 9 1 3 , d o n t l e s o u v e nir prend un singulier relief à la lumière des é v é n e m e n t s actuels.


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

7

Et puis, je m e rassure aussi en songeant que le Comité a délégué avec moi dans cette ville l ' h o m m e qui a tant fait p o u r assurer à la F r a n c e le domaine extérieur dont elle s'enorgueillit aujourd'hui, dont la vie politique depuis les jours déjà lointains o ù il t r a v a i l l a i t a u x c ô t é s d e G a m b e t t a s'est e n q u e l q u e s o r t e c o n f o n d u e a v e c n o t r e h i s t o i r e c o l o n i a l e e l l e - m ê m e , et e n qui l e s h o m m e s de m a génération ont a c c o u t u m é de saluer avec reconnaissance l e chef é m i n e n t et respecté du g r a n d parti colonial français.

*

** Bien souvent, dans les conversations d'avant-guerre, on se d e m a n d a i t ce que serait le rôle de nos colonies pendant l'effroyable c a t a c l y s m e , si l e m a l h e u r v o u l a i t qu'il vint à s'abattre sur l e monde. Les uns, les moins portés au pessimisme, y voyaient un p o i d s l o u r d p o u r l a m é t r o p o l e , c o n t r a i n t e d'y l a i s s e r u n e p a r t i e d e ses forces dont l'emploi eût été p l u s utile sur les champs de bataille décisifs de l ' E u r o p e ; d'autres redoutaient qu'à l a f a v e u r des é v é n e m e n t s où la F r a n c e serait tout entière absorbée, e l l e s n e se s o u l e v a s s e n t à l a v o i x d e m é c o n t e n t s o u d ' i n s o u m i s et n e f u s s e n t pour elle la cause de n o u v e a u x soucis, sinon d'une faiblesse fâcheuse ; d'autres encore, envisageant u n e guerre où la F r a n c e aurait perdu la maitrise des mers, ne songeaient pas sans émoi à ce que pourrait être le destin de ces terres lointaines a b a n d o n n é e s à elles-mêmes. Aujourd'hui, les é v é n e m e n t s ont prononcé, qu'ils ont p l e i n e m e n t répondu a u x espoirs de t o u t e c o n f i a n c e à n o s c o l o n i e s et p r o t e c t o r a t s .

et l'on p e u t dire ceux qui faisaient

D'abord, d a n s u n e parfaite u n a n i m i t é , e l l e s se sont toutes rang é e s aux côtés de la métropole, prenant part à ses a n g o i s s e s , à ses douleurs, à ses deuils, et lui apportant par la v o i x de leurs g o u v e r n e u r s et d e l e u r s a s s e m b l é e s d e t o u t e n a t u r e , l ' e x p r e s s i o n d'un a t t a c h e m e n t q u e rien n'a fait et n e f e r a fléchir. P u i s , concentrées sur e l l e s - m ê m e s , e l l e s ont travaillé à intensifier l e u r p r o p r e v i e p o u r s e suffire, d é g a g e r l a F r a n c e d e s o u c i s qui l'eussent affaiblie, et e n m ê m e t e m p s , d é s i r e u s e s d'écrire d a n s cette guerre quelques p a g e s qui leur fussent propres, elles ont attaqué et battu l'ennemi qui veillait à leurs portes. Enfin, et surtout, e l l e s ont eu le f e r m e dessein de venir au secours de la mère-patrie en lui e n v o y a n t des soldats, des ouvriers, d e l ' a r g e n t , d u m a t é r i e l , d e s a p p r o v i s i o n n e m e n t s . C'est à e x a m i n e r ces trois points que je voudrais s u c c e s s i v e m e n t m'attacher.


8

L'EFFORT

Loyalisme des

COLONIAL

FRANÇAIS

Le

4 août 1914, le M i n i s t r e d e s C o l o nies adressait aux Gouverneurs généraux et Gouverneurs le télégramme annonçant la déclaration de guerre de l ' A l l e m a g n e à l a F r a n c e et à l a R u s s i e ; il t e r m i n a i t p a r c e s s i m ples mots : « Prenez les dispositions prévues pour cas de guerre. »

colonies.

A peine la n o u v e l l e fut-elle c o n n u e dans toutes ces terres, proc h e s ou l o i n t a i n e s , o ù flotte l e d r a p e a u f r a n ç a i s , q u ' e l l e s furent c o m m e secouées par un long frémissement. Certes, la guerre allait marquer pour elles une heure difficile; surprises en pleine croissance, ayant besoin pour prospérer du concours le plus large de la métropole, elles sentaient par avance tout ce qu'elles pouvaient perdre au cours des é v é n e m e n t s qui a l l a i e n t se d é r o u l e r ; m a i s e l l e s a v a i e n t aussi le s e n t i m e n t q u e leur sort devait se jouer a v e c celui d e l a F r a n c e e l l e - m ê m e ; et p o u r q u ' e l l e s n'en p u s s e n t d o u t e r d'ailleurs, l ' A l l e m a g n e lançait contre la terre d'Afrique, dès le 4 août, ses premiers c o u p s de c a n o n a u cours du b o m b a r d e m e n t de B ô n e et d e P h i l i p p e v i l l e p a r l e Breslau et le Gœben. Aussitôt, un profond m o u v e m e n t de loyalisme se dessina part o u t , et t a n d i s q u e l e s E u r o p é e n s r e j o i g n a i e n t l e u r s c o r p s d'affectation, les réservistes i n d i g è n e s n e se m o n t r a i e n t p a s m o i n s e m p r e s sés à répondre à l'appel de la mobilisation. B i e n plus, de n o m b r e u ses demandes d'engagements volontaires émanées des populations i n d i g è n e s et d e l e u r s c h e f s é t a i e n t a d r e s s é e s a u x a u t o r i t é s . P a r t o u t on s e n t a i t p a s s e r le souffle p u i s s a n t d u p l u s p u r p a t r i o t i s m e , et a u x p a r o l e s e n f l a m m é e s qui s a l u a i e n t d a n s les C h a m b r e s f r a n ç a i s e s n o s vaillantes troupes en m a r c h e vers les frontières, répondaient par delà les lointains océans, dans des échos p r o l o n g é s et divers, l e s p r o c l a m a t i o n s par où se traduisait le sentiment unanime de nos c o n c i t o y e n s , de n o s s u j e t s , et d e n o s p r o t é g é s . « Indigènes Musulmans, s'écrie l e G o u v e r n e u r général de l'Algérie dans un superbe langage, vous aimez à vous proclamer les enfants de la France. Vous rendez h o m m a g e aux bienfaits qu'elle a prodigués dans vos tribus. V o u s reconnaissez ainsi que vos destinées sont unies à celle de notre nation ; vous partagez désorm a i s s e s j o i e s , s e s d a n g e r s , s e s a s p i r a t i o n s , s e s e s p é r a n c e s I... F a u t il a p p r e n d r e à n o s e n n e m i s q u e l e s M u s u l m a n s o n t a r r o s é d e l e u r s a n g nos c h a m p s de bataille ; que vos pères ont contracté avec nos s o l d a t s l a s a i n t e fraternité d e l ' h é r o ï s m e et d e l a m o r t ; n'aperçoivent-ils pas qu'aujourd'hui encore v o s bras et v o s cœurs sont confondus a v e c les nôtres sous les m ê m e s drapeaux ? E l l e sera g l o rieuse, cette vaillante armée ! Et quand nos étendards africains rentreront, criblés de balles, m a i s couronnés de trophées, vous revendiquerez u n e l a r g e part du t r i o m p h e ! . . . » E t p e n d a n t q u e l e s t r o u p e s d u 19e C o r p s t r a v e r s e n t e n t o u t e sécurité la Méditerranée, l e s a p p e l s de n o t a b l e s M u s u l m a n s et de présidents de sociétés i n d i g è n e s se m u l t i p l i e n t en f a v e u r des e n g a gements volontaires. Au Maroc, que la guerre surprenait dans une situation

difficile,


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

9

m ê m e l o y a l i s m e des p o p u l a t i o n s . « N o u s d e m e u r o n s prêts, écrit le Sultan au Président de la République, à vous assister dans toute la mesure que nécessiteront les événements, la F r a n c e et l'empire chérifien étant d e v e n u s un seul et m ê m e pays. » Dans une proclamation adressée aux troupes marocaines e n v o y é e s e n F r a n c e , il l e u r d e m a n d e « d e m o n t r e r , a u m i l i e u d e s a u t r e s t r o u p e s , leurs q u a l i t é s de c o u r a g e , d e b r a v o u r e et d e h a r diesse à l'heure du combat, de prouver à l'ennemi qu'elles sont dignes de la réputation qu'elles ont acquise dans les précédentes c a m p a g n e s , et d e f a i r e r e v i v r e e n e l l e s l e s p r o u e s s e s d e l e u r s a n c ê t r e s ». Et le Résident général rendra plus tard h o m m a g e « au concours de sa Majesté le S u l t a n , du M a k h z e n , des g r a n d s chefs i n d i g è n e s , et a u l o y a l i s m e d e s populations marocaines qui se sont serrées a u t o u r de n o u s , n'ont p a s d é m e n t i u n instant la confiance q u e n o u s a v i o n s p l a c é e e n elles, et ont e n v o y é en F r a n c e des contingents s o l i d e s affirmant l a s o l i d a r i t é qui u n i t p o u r t o u j o u r s l e M a r o c et l a F r a n c e ». L'ardeur n e fut p a s m o i n d r e chez les p a i s i b l e s h a b i t a n t s de la T u n i s i e . « L e G o u v e r n e m e n t du p r o t e c t o r a t , é c r i v e n t d è s l a p r e mière heure au Résident général les n o t a b l e s d'une i m p o r t a n t e tribu, n o u s a c o m b l é s de bienfaits d e p u i s 33 a n s , et, par c o n s é q u e n t , la F r a n c e est d e v e n u e notre p a t r i e et l e s T u n i s i e n s sont ses e n f a n t s . Quiconque tente de toucher à son honneur touche à l'honneur des T u n i s i e n s et d e l a T u n i s i e q u i v e u t d e m e u r e r t o u j o u r s s o u s l ' é g i d e d e l a F r a n c e . P a r s u i t e , il e s t d u d e v o i r d e t o u t i n d i g è n e d e d o n n e r s a v i e et s e s b i e n s p o u r l ' h o n n e u r d u d r a p e a u à l ' o m b r e d u q u e l il vit. » E t plus tard, quand les dirigeants de la Turquie auront, dans un geste d'orgueilleuse folie, proclamé la guerre sainte, le Bey rappellera à ses sujets, dans une i m p o s a n t e proclamation, tout ce qu'ils d o i v e n t a u g o u v e r n e m e n t p r o t e c t e u r ; il f e r a a p p e l à l e u r i n é b r a n l a b l e l o y a l i s m e et il l e s c o n v i e r a « à n e p a s p r ê t e r l ' o r e i l l e aux n o u v e l l e s m e n s o n g è r e s et à r e s t e r c a l m e s , c o n f i a n t s d a n s l a v i c toire c e r t a i n e de l a F r a n c e , d e ses a l l i é e s et d e ses p r o t é g é s ; » et l à , c o m m e dans toutes nos possessions islamiques, la propagande antifrançaise subira l'échec le p l u s c o m p l e t . D a n s n o s d e u x A f r i q u e s , O c c i d e n t a l e et Equatoriale, que la F r a n c e a m o i n s p é n é t r é e s , et o ù d'ailleurs l e s p o p u l a t i o n s p l u s disp e r s é e s sont m o i n s s e n s i b l e s a u x é v é n e m e n t s du d e h o r s , l a g u e r r e est accueillie pourtant dans un sentiment m ê l é de l o y a l i s m e et d'allégresse. « N o u s offrons à la F r a n c e toutes les forces v i v e s d e notre ardente j e u n e s s e jusqu'au sacrifice » affirment s o l e n n e l l e m e n t au Lieutenant g o u v e r n e u r du D a h o m e y les jeunes i n d i g è n e s de P o r t o - N o v o , et ils lui d e m a n d e n t de l e s a c c u e i l l i r d a n s l e s r a n g s de l'armée. E t d e s confins d u désert, d e T o m b o u c t o u et d e O u a l a t a , arriv e n t à D a k a r des a d r e s s e s de n o t a b l e s où s'affirment « u n e a m i t i é et


10

L'EFFORT

COLONIAL

u n e affection inébranlables pour la paix, la tranquillité, la justice. »

FRANÇAIS

France

qui

leur

a

apporté

la

E t ce n'est p a s s a n s é m o i qu'on p a r c o u r t l e s p a g e s d e s j o u r n a u x officiels de ces colonies p e n d a n t les premiers m o i s de la guerre. O n y retrouve dans les discours prononcés par les Gouverneurs génér a u x et l e s L i e u t e n a n t s - g o u v e r n e u r s a u s e i n d e s d i v e r s Conseils, dans leurs proclamations aux populations indigènes, dans leurs allocutions aux soldats partant pour la métropole, la traduction du m e r v e i l l e u x état d'esprit des m i l i e u x o ù ils v i v e n t , fait d'attachem e n t à l a F r a n c e , et d e foi d a n s sa v i c t o i r e . N o t r e lointaine I n d o c h i n e qui a dû à son é l o i g n e m e n t m ê m e de r e s s e n t i r m o i n s v i v e m e n t le c o n t r e - c o u p d e l a g u e r r e , n'en a p a s moins connu dans ses premiers mois les généreuses émotions qu'elle a suscitées d a n s toutes n o s p o s s e s s i o n s d'outre-mer, et qui se sont traduites, là c o m m e ailleurs, par des manifestations s i n g u l i è r e m e n t touchantes. E n tout cas, c o m m e le constatait le G o u v e r n e u r g é n é r a l d a n s un discours au conseil de g o u v e r n e m e n t , son l o y a l i s m e a été s i n c è r e et t o t a l ; les indigènes ont définitivement compris que l'action de la F r a n c e dans leur p a y s a v r a i m e n t pour objet « l'amél i o r a t i o n c o n t i n u e d e s c o n d i t i o n s m a t é r i e l l e s et m o r a l e s de l e u r v i e , leur accession aux méthodes d e l a s c i e n c e m o d e r n e , et p a r a l l è l e m e n t leur participation p r o g r e s s i v e à la g e s t i o n des affaires publiq u e s . Ils l'ont c o m p r i s , ils n o u s ont cru, ils ont v u de leurs y e u x que m ê m e au milieu de cette tourmente nous n'interrompions a u c u n e d e s œ u v r e s q u e n o u s a v i o n s e n t r e p r i s e s », et d a n s l e s o u c i d e v o i r se d é v e l o p p e r « l a p o l i t i q u e à l a fois h u m a i n e et s a g e » à l a q u e l l e ils devaient tant, ils ont tenu à resserrer encore d a n s le m o m e n t présent les liens les unissant à la France. Est-il besoin, enfin, de rappeler que nos vieilles colonies ont t r o u v é d a n s la g u e r r e u n e o c c a s i o n n o u v e l l e d'affirmer l e u r s s e n timents d'attachement indéfectible à la mère-patrie. Les citoyens qui les peuplent ont ressenti, c o m m e ceux de la F r a n c e continent a l e , l'injure de l'agression a l l e m a n d e ; ils ont connu les mêmes angoisses, les m ê m e s enthousiasmes, les m ê m e s frissons des prem i e r s j o u r s , et l a p a s s i o n g é n é r e u s e qui l e s a n i m a i t a t r o u v é s o n apaisement dans l'application à leurs territoires des lois militaires françaises. Ainsi donc, on peut le dire, la guerre qui, dans la pensée de nos ennemis, devait trouver nos colonies hésitantes, troublées, hostiles m ê m e peut-être, raffermit, au contraire, les liens qui les rattachaient à la patrie c o m m u n e . Sans doute quelques tentatives de r é b e l l i o n l o c a l e , c o m m e il s'en p r o d u i s a i t d ' a i l l e u r s e n t e m p s d e p a i x , se sont fait jour : ici q u e l q u e s m a r a b o u t s , i m p a t i e n t s de r e t r o u v e r l e s profits d ' e x a c t i o n s et d e p i l l a g e s a u x q u e l s n o t r e d o m i n a t i o n a v a i t m i s fin, o n t s e m é a u x c o n f i n s d u d é s e r t q u e l q u e s f o y e r s de révolte ; là, a u cœur de la g r a n d e île, un v a g u e c o m p l o t a été déjoué avant m ê m e d'avoir pris c o r p s ; plus loin, aux frontières l a o t i e n n e s et y u n n a n n a i s e s , d e s b a n d e s d e p i l l a r d s o r g a n i s é e s s a n s d o u t e a v e c d e l'argent d'outre-Rhin, ont pénétré sur notre territoire et y ont a c c o m p l i q u e l q u e s crimes. M a i s toutes ces tentatives


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

o n t é t é v i t e r é p r i m é e s et l a t r a n q u i l l i t é d e c e s v a s t e s t e r r e s n'a é t é troublée n u l l e part profondément. E l l e s ont poursuivi dans le c a l m e leur v i e d e l a b e u r , s o u c i e u s e s s e u l e m e n t d'intensifier l e s p r o d u c t i o n s d o n t e l l e s - m ê m e s et l a m é t r o p o l e a v a i e n t b e s o i n p e n d a n t l a guerre.

Événements

de

U n tel état d'esprit devait nécessairement se traduire avant toutes choses par des actes de guerre là, du moins, où la configuration des territoires s'y prêtait. Sur deux points, nos colonies confinaient à celles de l'Allemagne, au T o g o et au Cameroun. Q u e l l e tentation pour ceux de n o s v a i l l a n t s soldats qui n'avaient p a s l a s a t i s f a c t i o n de c o m b a t t r e sur n o t r e f r o n t i è r e d e l ' E s t , d'accomplir là-bas un devoir pareil, sinon d'apparence aussi glorieuse; d'ailleurs, nos colonies d'Afrique avaient souffert profondément d e p u i s q u e l q u e s a n n é e s de se voir l'objet des c o n v o i t i s e s d e leurs voisines a l l e m a n d e s , e l l e s avaient senti la m e n a c e peser sur elles, et ce fut d a n s u n s e n t i m e n t bien naturel de s a u v e g a r d e p e r s o n n e l l e en m ê m e temps que de devoir envers la métropole, que formant un faisceau de toutes l e u r s forces, e l l e s v o u l u r e n t d'abord p l a n t e r notre, drapeau sur le sol e n n e m i .

guerre aux colonies,

S a n s doute ces é v é n e m e n t s lointains, qui, en d'autres t e m p s e u s s e n t p a s s i o n n é l ' o p i n i o n , n'y t r o u v è r e n t p a s à l e u r h e u r e l e c r é dit qu'ils m é r i t a i e n t ; l e bruit du c a n o n t o n n a n t sur la M a r n e , sur l ' A i s n e , s u r l ' Y s e r , e n A r t o i s et e n C h a m p a g n e e m p l i s s a i t t r o p n o s oreilles pour laisser venir jusqu'à elles les échos affaiblis des luttes africaines. Mais celles-ci aussi eurent leur beauté, leur grandeur, l e u r h é r o ï s m e , et e l l e s s o n t d a n s l'histoire c o l o n i a l e d e l a g u e r r e u n e p a g e t r o p g l o r i e u s e p o u r n e p a s m é r i t e r ici u n e b r è v e a l l u s i o n

TOGO. — La conquête du T o g o fut r a p i d e et relativement facile. D è s l e 8 août, n o s t r o u p e s du D a h o m e y d'abord c o n c e n t r é e s d a n s l e cercle de G r a n d - P o p o franchissaient la frontière, et occupaient P e t i t - P o p o et P o r t o - S e g u r o , é v a c u é s par l e s A l l e m a n d s . E n m ê m e temps des troupes anglaises venues de la Gold Coast e n t r a i e n t à L o m é . P u i s l e s u n e s et l e s a u t r e s c o n s t i t u é e s e n une force mixte, aux ordres du colonel anglais Bryant, continuaient leur marche vers le N o r d à la poursuite de l'ennemi. Après un combat a s s e z r u d e l i v r é l e 21 a o û t a u p o n t d e C h r a , e l l e s a r r i v a i e n t d e v a n t le poste de K a m i n a , i m p o r t a n t par l'existence d'une station radiot é l é g r a p h i q u e e n c o m m u n i c a t i o n a v e c c e l l e de B e r l i n , et là e l l e s r e c e v a i e n t le 26 a o û t , s a n s c o n d i t i o n , la reddition des forces a l l e mandes. P e n d a n t , d'ailleurs, que ces é v é n e m e n t s se passaient d a n s l e sud de la colonie, des contingents français venus du Haut-SénégalN i g e r e n v a h i s s a i e n t l e T o g o s e p t e n t r i o n a l au cours d'un raid a u d a cieux qui les portait tout de suite jusqu'à hauteur de Sansanné


12

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

M a n g o , et ainsi se t e r m i n a i t en q u e l q u e s s e m a i n e s l a c o n q u ê t e d e qui avait été le T o g o l a n d .

ce

E n v e r t u d ' u n e c o n v e n t i o n c o n c l u e à L o m é , fin a o û t 1 9 1 4 , e n t r e les r e p r é s e n t a n t s des g o u v e r n e m e n t s a l l i é s , le p a y s est p a r t a g é e n d e u x z o n e s confinant l'une à l a G o l d C o a s t , l'autre au D a h o m e y , et q u ' a d m i n i s t r e n t r e s p e c t i v e m e n t A n g l a i s et F r a n ç a i s , e n a t t e n d a n t que l a p a i x r è g l e le sort définitif de c e s territoires. D è s ces premières actions, nos tirailleurs sénégalais avaient m o n t r é q u ' i l s n ' a v a i e n t r i e n p e r d u d e c e s q u a l i t é s q u i l e s firent l e s précieux auxiliaires de nos cadres dans les c a m p a g n e s africaines. A u combat de Chra n o t a m m e n t , u n e section formée de 1 sergent, 2 c a p o r a u x , e t 14 t i r a i l l e u r s a v a i t é t é m i s e a u x o r d r e s d u l i e u t e n a n t a n g l a i s T h o m s o n ; a u c o u r s d'une a c t i o n fort r u d e , le l i e u t e n a n t f u t t u é ; n o s t i r a i l l e u r s , fidèles à u n e t r a d i t i o n d e l e u r a r m e , s e r e f u s è r e n t à a b a n d o n n e r l e c o r p s d e l e u r chef, et résistèrent jusqu'à l a mort. « L e c o m b a t terminé et l'ennemi en fuite, porte l'ordre du jour de citation du g é n é r a l c o m m a n d a n t les troupes de l'Afrique O c c i d e n t a l e , on r e t r o u v a é t e n d u s c ô t e à c ô t e a u p r è s d e l'officier a n g l a i s le s e r g e n t , l e s d e u x c a p o r a u x , neuf t i r a i l l e u r s tués et q u a t r e blessés... U n i s dans la mort, ils paraissaient encore veiller sur l'officier é t r a n g e r qu'ils n e c o n n a i s s a i e n t p a s , m a i s p o u r l e q u e l i l s a v a i e n t fait le sacrifice de leur v i e , parce q u e leur chef leur e n avait d o n n é l'ordre. » Magnifique e x e m p l e de dévouement liers au cours de la grande guerre.

qui

se reproduira

par

mil-

C A M E R O U N . — L a c a m p a g n e du C a m e r o u n fut a u t r e m e n t l o n g u e et rude. Il n e s'agissait d e rien m o i n s q u e d e c o n q u é r i r u n p a y s d'une superficie de près de 750.000 k i l o m è t r e s carrés, soit une fois et d e m i e c e l l e de la F r a n c e , d a n s u n e région difficile, f o r m é e p o u r p a r t i e d e forêt et d e b r o u s s e i m p é n é t r a b l e s , et c o u p é e de rapid e s et d e m a r a i s . A c e s d é f e n s e s n a t u r e l l e s , les Allemands en a v a i e n t ajouté d'autres, où se t r o u v a i e n t m i s e s en œ u v r e les ressources de leur technique, tout c o m m e dans la guerre continent a l e : fortins et b l o c k h a u s s a v e c m u r s c r é n e l é s et abris s o u t e r r a i n s , tranchées et b o y a u x , c a s e m a t e s de m i t r a i l l e u s e s , trous de loup, r é s e a u x d e fils b a r b e l é s , f o s s é s a v e c p l a n c h e s g a r n i e s d e c l o u s , e t c . . . E t pour accomplir cette œ u v r e grandiose, a v e c des difficultés de ravitaillement qu'on peut mesurer en songeant que certaines c o l o n n e s o n t d û p a r c o u r i r p l u s d e 1.000 k i l o m è t r e s , u n p e t i t c o n t i n gent d'une quinzaine de m i l l e h o m m e s avec autant de pioneurs dont l e s effectifs p a r a i s s e n t b i e n m a i g r e s à c ô t é d e s m i l l i o n s q u i s'alig n e n t sur les fronts d'Europe. U n p l a n g é n é r a l fort s i m p l e présida à l'ensemble des opéra t i o n s : il s ' a g i s s a i t d ' i n v e s t i r c e v a s t e t e r r i t o i r e sur t o u t e s s e s f r o n tières, par mer, par la N i g e r i a anglaise, par le T c h a d , l'Oubanghi et le G a b o n f r a n ç a i s , et par le C o n g o b e l g e ; puis l e s c o l o n n e s d'in-


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

vestissement, refoulant devant elles un ennemi rejoindre au cœur m ê m e de la colonie.

13

divisé,

devaient

se

D è s le m o i s d'août, ces c o l o n n e s s'organisaient sur de n o m b r e u x p o i n t s : c e l l e d u N o r d , d ' e n v i r o n 1.100 h o m m e s , s ' e m p a r a i t d'abord du poste de Kousseri sur le Chari, sous les ordres du colonel Larg e a u , d e v e n u e n s u i t e g é n é r a l , et m o r t , h é l a s ! g l o r i e u s e m e n t il y a q u e l q u e s m o i s aux confins de l ' A r g o n n e ; puis c o m m a n d é e par le lieutenant-colonel Brisset, elle allait c o m m e n c e r son raid de plus d e 1.000 k i l o m è t r e s à t r a v e r s l e C a m e r o u n . L a c o l o n n e de l'est, a u x ordres d u g é n é r a l A y m e r i c h , c o m m a n dant des troupes de l'Afrique équatoriale, forte de 2.500 h o m m e s , comprenait deux g r o u p e m e n t s : l'un, de la L o b a y e , allait a v e c le l i e u t e n a n t - c o l o n e l M o r i s s o n r e m o n t e r c e t t e rivière et r e c o n q u é r i r l e s territoires c é d é s sur ce point en 1911, c e p e n d a n t q u e c e l u i d e la S a n g h a avec le lieutenant-colonel Hutin, comprenant dans ses rangs 500 B e l g e s , d e v a i t g a g n e r l e C a m e r o u n a p r è s a v o i r l i b é r é t o u t l e bassin de la S a n g h a . L e s d e u x c o l o n n e s d u S u d , à l'effectif d ' e n v i r o n 1.200 h o m m e s dirigées par le lieutenant-colonel. Le Meillour, avaient pour mission de reprendre la portion perdue du G a b o n aux confins de la G u i n é e e s p a g n o l e et d'envahir le C a m e r o u n par ses frontières m é r i d i o n a l e s . A l'ouest, un corps expéditionnaire d'environ 5.000 hommes, porté p l u s tard à p l u s de 8.000, f o r m é à peu près par m o i t i é d'Ang l a i s et de F r a n ç a i s , et c o m m a n d é p a r le g é n é r a l D o b e l l , a s s i s t é pour le contingent français du colonel Mayer, devait s'emparer de l a c a p i t a l e D u a l a et s e p o r t e r v e r s Y a o u n d é . Enfin, diverses colonnes anglaises, d'environ 3.000 hommes d e v a i e n t e n v a h i r le C a m e r o u n par la N i g e r i a et coopérer sur ce point à l'action des troupes françaises. A i n s i se déroulèrent les é v é n e m e n t s au cours d'une pénible c a m p a g n e qui emplit les vingt premiers mois de la guerre, dans u n e suite de c o m b a t s i n c e s s a n t s o ù n o s e n n e m i s , il l e faut l o y a l e m e n t reconnaître, offrirent à nos v a i l l a n t e s troupes u n e résistance d'autant p l u s méritoire qu'ils étaient isolés et ne p o u v a i e n t espérer aucun secours du dehors. Quelques dates, nent l'histoire de la

quelques noms, campagne.

quelques

faits

d'armes

jalon-

L a c o l o n n e du N o r d , après la prise de Kousseri, bloquait M o r a , p u i s a y a n t p r i s M a r o u a , a r r i v a i t a u d é b u t d e 1915 d e v a n t G a r o u a , poste important sur la B é n o u é , où e l l e faisait sa jonction a v e c la c o l o n n e a n g l a i s e du colonel Cunliffe. Ce poste avait été mis en bon état de d é f e n s e par les A l l e m a n d s ; 2.000 noirs y a v a i e n t t r a v a i l l é p e n d a n t l o n g t e m p s . A u s s i un s i è g e de cinq m o i s fut-il n é c e s s a i r e pour le réduire, au cours duquel un c a n o n de 95, v e n u de D a k a r , fit d ' e x c e l l e n t e b e s o g n e ; l e 10 j u i n , l a g a r n i s o n a l l e m a n d e s e r e n d a i t , et q u a n d l e l e n d e m a i n , l e s t r o u p e s a l l i é e s p é n é t r è r e n t d a n s l a p l a c e a s s i é g é e , e l l e s f u r e n t s u r p r i s e s d'y r e t r o u v e r e n p e t i t u n e o r g a nisation calquée sur les labyrinthes de notre front. L e c o l o n e l Bris-


M

L'EFFORT

ser s'empara ensuite vers Yaoundé.

de

COLONIAL

N'gaoundéré,

FRANÇAIS

Tibati,

Yoko,

se

dirigeant

E n t r e t e m p s , il a v a i t o p é r é sa j o n c t i o n e n a o û t 1915, à K o u n d é , avec la colonne Morisson qui, venue de la Lobaye, avait occupé s u c c e s s i v e m e n t Carnot et B a n i a sur la H a u t e - S a n g h a , Baturi sur la K a d é i , et a p r è s u n e a c t i o n très v i v e , l e s p o s t e s d e M o o p a et d e D o u m é - S t a t i o n , fortifiés sur l e m o d è l e de G a r o u a . L a colonne Hutin avait, de son côté, progressé dans la BasseS a n g h a , o c c u p é N o l a , fait sa jonction a v e c la c o l o n n e M o r i s s o n . Puis, ayant libéré le bassin de la N ' g o k o , e l l e avait pris L o m i é en juin, et se portait vers le nord-ouest. Le corps expéditionnaire franco-britannique après un heureux d é b a r q u e m e n t à D u a l a , avait o c c u p é d'une part B o u e a , sur l e s p e n tes du Mont C a m e r o u n , ainsi que la voie ferrée du nord jusque B a r é , et d'autre part s'était e m p a r é e d e l a v o i e ferrée d u s u d j u s q u e E d é a , sur l a S a n a g a et p o u s s a i t d e s p o i n t e s d a n s l a d i r e c t i o n d e l'est. Ainsi de toutes parts le cercle d'investissement se resserrait p e u à p e u a u t o u r d e Y a o u n d é , o ù l e g o u v e r n e m e n t a l l e m a n d s'était retiré après son départ de D u a l a . I l f a l l a i t e n finir. D a n s u n e r é u n i o n t e n u e d a n s c e t t e v i l l e , à laquelle, assistaient M. Merlin, Gouverneur général de l'Afrique E q u a t o r i a l e , et l e s g é n é r a u x A y m e r i c h et D o b e l l , on arrêta l e s dispositions g é n é r a l e s d'une opération concentrique vers Yaoundé. E l l e e u t l i e u d a n s l e s t r o i s d e r n i e r s m o i s d e 1915 ; a u n o r d , à l ' e s t au sud et à l'ouest les c o l o n n e s a l l i é e s e n l e v è r e n t les divers p o s t e s o ù se m a i n t e n a i t e n c o r e la résistance de l'ennemi, et le 1 janv i e r 1916, l e c o l o n e l H a y w o o d entrait à Y a o u n d é , à l a tête d'un corps anglais, cependant que le général Aymerich y arrivait le 8 j a n v i e r a v e c 1.500 h o m m e s d e l ' A f r i q u e E q u a t o r i a l e . L e s A l l e m a n d s a v a i e n t é v a c u é la v i l l e et s'étaient retirés vers la G u i n é e e s p a g n o l e avec ce qui leur restait de troupes indigènes fidèles. er

Ainsi se termina cette c a m p a g n e qui restera l'une des plus b e l l e s d e t o u t e n o t r e h i s t o i r e c o l o n i a l e et d o n t il f a u d r a f a i r e u n j o u r l e récit d é t a i l l é , d a n s u n s e n t i m e n t de p i é t é et d e r e c o n n a i s s a n c e p o u r c e u x qui l'ont m e n é e à bien. O n r a p p e l l e r a les m a r c h e s difficiles d a n s la forêt profonde, au travers des marais m o u v a n t s , s o u s l e g r a n d soleil et la pluie d i l u v i e n n e de l'Equateur, c e p e n d a n t que la fièvre, fruit des f a t i g u e s a c c u m u l é e s et d'une a l i m e n t a t i o n imparfaite, guette ceux que ne soutient pas une énergie surhum a i n e ; on dira les milliers de combats a v e c un e n n e m i bien armé, terré d a n s ses r e t r a n c h e m e n t s , et décidé à résister d a n s toutes les p o s i t i o n s q u e l a nature a fortifiées à son a v a n t a g e , et ce sera u n n o u v e a u et bien mérité m o n u m e n t é l e v é à la g l o i r e de notre vaillante armée d'Afrique. A c t u e l l e m e n t , tout le C a m e r o u n est é v a c u é par l e s A l l e m a n d s , et les deux puissances alliées procèdent, chacune dans la zone dont elle doit assurer provisoirement l'administration, à l'organisation et à l a m i s e e n v a l e u r d u p a y s .


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

15

L'administration des territoires cédés par la F r a n c e à l'Allem a g n e e n 1911, a été confiée a u G o u v e r n e u r g é n é r a l d e l'Afrique Equatoriale. Quant à l'ancien Cameroun, la partie occupée par n o u s a été p l a c é e sous l'autorité du général A y m e r i c h , n o m m é C o m missaire de la République française ; les services de la justice, des d o u a n e s , d e s c â b l e s , d e s c h e m i n s d e fer, d e s p o s t e s et t é l é g r a p h e s , sont a s s u r é s par d e s a g e n t s f r a n ç a i s , et d e s m a i s o n s f r a n ç a i s e s se sont installées à D u a l a , où font maintenant escale les paquebots de la C o m p a g n i e des C h a r g e u r s réunis, se rendant à Matadi. E n dehors de sa participation à la conquête du Cameroun, l'Afrique Equatoriale (principalement les troupes du Tchad) a prêté son concours à l'occupation a n g l o - é g y p t i e n n e du Darfour. C e c o n c o u r s a été à l a fois indirect, n o s t r o u p e s s'étant m a s s é e s sur l e s confins du O u a d a ï pour couper toute retraite possible de ce côté à Ali Dinar, sultan du Darfour, chassé d'El F a s h e r , et direct, e n ce sens que par u n e action p a r a l l è l e et s i m u l t a n é e , e l l e s ont pénétré dans le Sila, mettant en fuite son chef Bakhit, auxiliaire d'Ali D i n a r , et o c c u p é G o z B e i d a ( m a i 1916).

TUNISIE. — Il serait injuste, dans cette revue rapide de l'effort d e n o s c o l o n i e s s u r l e u r p r o p r e t e r r i t o i r e , d e n e p a s m e n tionner les opérations entreprises dans l'extrême-sud tunisien en o c t o b r e 1915, c o n t r e l e s b a n d e s d e p i l l a r d s t r i p o l i t a i n s q u i a v a i e n t v i o l é notre frontière, et a u cours d e s q u e l l e s la g a r n i s o n de D e h i b a t a r e m p o r t é u n s u c c è s d é c i s i f ; m a i s il s e r a i t s u r t o u t i n j u s t e d ' o u b l i e r l'effort p e r s é v é r a n t d e n o t r e c o r p s d ' o c c u p a t i o n d u M a r o c .

M A R O C . — A u m o m e n t où la guerre éclata, ce pays était, on s'en s o u v i e n t , e n p l e i n e p é r i o d e d e p a c i f i c a t i o n ; u n e a c t i o n a u d a c i e u s e d e n o s a r m e s v e n a i t , à l'été d e 1914, d e n o u s c o n d u i r e à K h e n i f r a et à T a z a , é l a r g i s s a n t ainsi n o t r e e m p r i s e d a n s l e M o y e n A t l a s et u n i s s a n t enfin l e M a r o c et l ' A l g é r i e p a r l a t r o u é e si l o n g t e m p s c o n v o i tée. Qu'allait devenir ce pays, alors que les tribus soumises hier, encore frémissantes sous une tutelle mal assurée, aspiraient à recouvrer leur indépendance, cependant que celles encore indomptées de l'Atlas et d u Rif, r e n d u e s p l u s i n s o l e n t e s p a r l e s é v é n e m e n t s d ' E u rope et e x c i t é e s d'ailleurs par les intrigues allemandes, allaient peut-être précipiter leurs attaques ? Le général Lyautey, avec une maîtrise qu'on n e saurait trop a d m i r e r , s u t f a i r e f a c e à l a s i t u a t i o n : il g a r n i t f o r t e m e n t s e s a v a n t l i g n e s , T a z a - K h e n i f r a - T a d l a - S o u s , p u i s il e m b a r q u a v e r s l e f r o n t français u n e b o n n e part de ses meilleures troupes, après avoir m o b i l i s é sur p l a c e t o u s l e s c o l o n s , et r e ç u d e F r a n c e d e s b a t a i l l o n s de territoriaux; enfin, il constitua des g r o u p e s m o b i l e s , destinés à se p o r t e r à tout m o m e n t sur l e s p o i n t s m e n a c é s . Il p a r v i n t a i n s i à s a u v e g a r d e r s o n « a r m a t u r e », e t à p e r m e t t r e a u M a r o c s o u m i s d e travailler en paix sous la protection qu'elle lui assurait. L'exposition de C a s a b l a n c a restera c o m m e la manifestation v i v a n t e de cet


16

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

« a d m i r a b l e p a r a d o x e d'un M a r o c d e v e n u p l u s p r o s p è r e p e n d a n t par la g u e r r e ».

et

M a i s quelles b e l l e s p a g e s aussi on pourrait écrire en rassemblant les exploits des troupes du corps d'occupation pendant ces l o n g s m o i s , soit lorsqu'en n o v e m b r e 1914, e l l e s v i n r e n t effacer sur le sol m ê m e qui en avait été le théâtre les souvenirs d o u l o u r e u x d e l a s a n g l a n t e s u r p r i s e d ' E l H e r r i , o u l o r s q u ' a u p r i n t e m p s d e 1915, par des pressions vigoureuses dans l'Atlas, elles refoulèrent les hark a s m e n a ç a n t e s , o u e n c o r e a u c o u r s d e la r u d e c a m p a g n e d e l'été 1915 q u i fit r e n t r e r d a n s l ' o r d r e l e s t u r b u l e n t e s t r i b u s d u G h a r b e t d e l'Ouergha. C o m m e l'écrivait le g é n é r a l L y a u t e y d a n s l'ordre relatif à c e s opérations, « e l l e s p e u v e n t c o m p t e r parmi les p l u s brillantes et les p l u s heureuses de l'histoire de la conquête du Maroc. » O n p e u t d o n c r é s u m e r l ' a c t i o n m i l i t a i r e q u i s'est p o u r s u i v i e d a n s nos colonies depuis le début de la guerre, en disant qu'elle a atteint c e d o u b l e b u t d'y m a i n t e n i r l a t r a n q u i l l i t é e t d e c o n q u é r i r , d ' a c c o r d a v e c n o s a l l i é s , l e s t e r r i t o i r e s v o i s i n s o ù flottait e n c o r e l e d r a p e a u e n n e m i . Il n'est p a s b e s o i n d'insister p o u r m e t t r e e n v a l e u r l'import a n c e d e c e s r é s u l t a t s , et i l s a u r a i e n t suffi à c o u p s û r à m é r i t e r à t o u s c e u x q u i y ont c o l l a b o r é : officiers et s o l d a t s , a d m i n i s t r a t e u r s et c o l o n s , c h e f s et p o p u l a t i o n s i n d i g è n e s , l a r e c o n n a i s s a n c e d e l a métropole.

L'effort des colonies dans la métropole même.

M a i s ce n'est l à q u ' u n e part que nos colonies ont entendu pendant la grande guerre où tent bien que leurs destinées en m ê m e t e m p s que celles du

d e l'effort poursuivre elles sense jouent monde.

Affirmer dans des manifestations non équivoques leurs sentim e n t s d'affection p o u r la patrie qui l e s a faites ce qu'elles s o n t ; se confiner d a n s u n l a b e u r a r d e n t p o u r s e suffire temporairement à e l l e s - m ê m e s et n'avoir p a s b e s o i n des c o n c o u r s qui l e u r v e n a i e n t de l a m é t r o p o l e , d é b o r d e r d e l e u r s f r o n t i è r e s , a t t a q u e r et battre l'enn e m i , c'était bien à leurs y e u x . M a i s ce n'était p a s suffisant. E l l e s ont v o u l u faire m i e u x et e l l e s ont apporté à la F r a n c e , chez elle, un concours direct qui, plus encore, leur assure toute sa reconnaissance. Ce concours a revêtu une triple forme : militaire, économique, financière.

Participation militaire. — E l l e s'est traduite par l'envoi en France, dès le début m ê m e des hostilités, pour les mettre à la disposition de la défense n a t i o n a l e , de toutes les forces qui n'étaient pas strictement indispensables à la conservation des pays occupés, puis par le recrutement de troupes i n d i g è n e s en v u e de ravitailler l e s u n i t é s c o n s t i t u é e s et d'en c r é e r d e n o u v e l l e s . C'est a i n s i q u e d a n s l e s p r e m i è r e s s e m a i n e s d e la g u e r r e ,

avant


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

17

q u e l e c a n o n n ' e û t t o n n é à C h a r l e r o i , u n e b o n n e p a r t d u 19e C o r p s d ' A l g é r i e et d e l a d i v i s i o n d ' o c c u p a t i o n d e T u n i s i e v i n t p r e n d r e p l a c e d a n s l e s r a n g s d e n o t r e a r m é e , et c o m m e j a d i s à W i s s e m b o u r g l e s turcos r é c l a m a n t l e u r part d e sacrifice et d e g l o i r e , o n vit n o s m e r v e i l l e u x r é g i m e n t s d'Afrique, z o u a v e s et t i r a i l l e u r s , c h a s s e u r s et s p a h i s , a r t i l l e u r s et s a p e u r s c o n q u é r i r d e n o u v e a u x l a u r i e r s . D u M a r o c , il n o u s v i n t , d è s l e d é b u t , u n effectif d e p l u s d e t r o i s d i v i s i o n s d ' i n f a n t e r i e a v e c u n e b r i g a d e d e c a v a l e r i e , d e u x g r o u p e s d'artillerie m o n t é e , et la plupart des troupes du g é n i e et des services afférents à c e s f o r m a t i o n s . L ' a r m é e n o i r e fut r e p r é s e n t é e d a n s l e s p r e m i e r s m o i s d e l a g u e r r e p a r p l u s d e 25 b a t a i l l o n s v e n u s d ' A l g é rie, du Maroc, ou de l'Afrique Occidentale. Enfin, de n o s diverses colonies en dehors de l'Afrique du N o r d étaient accourus plus de 1.000 officiers et 2 . 5 0 0 s o u s - o f f i c i e r s d e n o t r e a r m é e c o l o n i a l e , t r o p heureux, après avoir tant guerroyé sur ces théâtres lointains, de pouvoir enfin servir sur le sol m ê m e de la patrie. P a r ailleurs, tout ce qu'on avait pu distraire, en fait d'armes et de munitions (fusils, cartouches, canons de campagne, de m o n t a g n e et d e s i è g e a v e c l e u r s p r o j e c t i l e s ) avait été également e n v o y é pour nourrir notre front de l'Est. I n u t i l e d'ajouter que les r e m p l a c e m e n t s nécessaires ont été opérés depuis. Q u ' a é t é , d a n s cet e n s e m b l e , l'effort g è n e s de n o s possessions d'outre-mer ?

précis

des

éléments

indi-

L'Algérie, où fonctionnait avant la guerre un système de conscription atténuée, a fourni, à côté de 90.000 citoyens français mobilisés, un nombre un peu moindre d'indigènes, dont la moitié environ provenant d'engagements volontaires. Le Protectorat tunisien a d o n n é u n effort à p e u p r è s é g a l , p r o p o r t i o n n e l l e m e n t à sa p o p u lation. Le Maroc, où nous étions depuis quelques années seulement, ne pouvait nécessairement fournir de pareils contingents. Ses e n g a g é s , o r g a n i s é s d'abord en troupes auxiliaires, ont été depuis f o r m é s en b a t a i l l o n s d e t i r a i l l e u r s et en r é g i m e n t s de s p a h i s . C o m m e l e p o r t e l'exposé des motifs du projet de loi consacrant cette transformat i o n , c e t t e m e s u r e est à l a fois u n a c t e de j u s t i c e et d'utilité m i l i taire : « L ' i n t e l l i g e n c e , l a v i g u e u r et l e s v e r t u s g u e r r i è r e s des M a r o cains, l'attachement qu'ils t é m o i g n e n t déjà à l'Etat protecteur, l a g l o r i e u s e p a r t i c i p a t i o n q u ' i l s p r e n n e n t d e p u i s l e m o i s d'août 1914 à la guerre contre l'Allemagne permettent de penser que les unités m a r o c a i n e s ne le céderont en rien aux troupes a l g é r i e n n e s . » Le développement de l'armée noire était depuis quelques a n n é e s à l'ordre du j o u r ; en p r é s e n c e de la crise des effectifs dont souffrait l a F r a n c e , on avait s o n g é à d e m a n d e r au réservoir d'homm e s de l'Afrique noire des ressources n o u v e l l e s . M a l h e u r e u s e m e n t , c e t t e o r g a n i s a t i o n était e n c o r e p e u a v a n c é e e n 1914. A p r è s d i v e r s e s mesures permettant le recrutement par e n g a g e m e n t s volontaires, un d é c r e t d u 8 f é v r i e r 1912 a v a i t fixé à q u a t r e a n s l a d u r é e d u s e r v i c e m i l i t a i r e d e s a p p e l é s , et r é o r g a n i s é e n c o n s é q u e n c e les engagem e n t s et r e n g a g e m e n t s .


18

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

Opérant avec une grande prudence, on avait décidé de recruter 5.000 h o m m e s par a n ; m a i s la c a m p a g n e du M a r o c avait conduit t o u t d e s u i t e à a u g m e n t e r c e s c h i f f r e s , e t e n f a i t , a u 1er a o û t 1 9 1 4 , g r â c e a u x efforts d u r e g r e t t é G o u v e r n e u r g é n é r a l P o n t y , d o n t l e n o m restera associé à cette première o r g a n i s a t i o n , les effectifs de tirailleurs s é n é g a l a i s présents sous les d r a p e a u x et répartis entre M a d a g a s c a r montaient à environ 32.000 h o m m e s . U n décret d'octobre 1914 i n t e r v i n t e n s u i t e , e n g a g e m e n t s pour la durée de la guerre.

qui

organisa

les

Enfin, pour intensifier d a v a n t a g e le recrutement des troupes n o i r e s , u n a u t r e d é c r e t d ' o c t o b r e 1915 a u g m e n t a l e s p r i m e s d ' e n g a g e m e n t , prévoyant en outre des allocations m e n s u e l l e s aux familles nécessiteuses des tirailleurs, le tout à la charge du budget de l ' E t a t ; il a s s u r a i t é g a l e m e n t u n e p e n s i o n a u x v e u v e s o u o r p h e l i n s des tirailleurs tués à l'ennemi. E n m ê m e t e m p s , u n e l o i d u 19 o c t o b r e 1915 p r é v o y a i t l ' i n c o r p o l'Afrique Occidentale, l'Afrique E q u a t o r i a l e , le M a r o c , l'Algérie et ration dans les troupes françaises des Sénégalais originaires des quatre c o m m u n e s de plein exercice. U n d é c r e t p o s t é r i e u r d e d é c e m b r e 1915 a é t e n d u à n o s d i v e r s e s colonies les dispositions du décret d'octobre, relatif à l'Afrique Occidentale, en sorte que des e n g a g e m e n t s pour la durée de la guerre peuvent être souscrits par ceux des indigènes de l'Indochine, de Madagascar, de l'Afrique Equatoriale, de la Côte des S o m a l i s , de l a N o u v e l l e C a l é d o n i e , et d e s E t a b l i s s e m e n t s f r a n ç a i s d e l ' O c é a n i e , qui « appartiennent à des p o p u l a t i o n s d o u é e s d'aptitudes militaires r e c o n n u e s , et q u i p r é s e n t e n t t o u t e l a v i g u e u r p h y s i q u e n é c e s s a i r e pour pouvoir prendre effectivement part à des opérations en E u r o p e ». Enfin, nos vieilles colonies, Guadeloupe, Guyane, Martinique et R é u n i o n , o ù l e s l o i s m i l i t a i r e s d e l a m é t r o p o l e ont été m i s e s e n application depuis la guerre, ont envoyé aux armées une quinzaine de m i l l e h o m m e s . L'Inde française, m a l g r é le r é g i m e spécial où e l l e s e t r o u v e à c e t é g a r d , a v o u l u e l l e a u s s i c o l l a b o r e r à c e t t e couvre. E n t e l l e s o r t e q u e , d a n s l ' e n s e m b l e , l'effort f a i t j u s q u ' i c i p a r l e s colonies a v e c leurs ressources h u m a i n e s propres s'élève à plusieurs centaines de milliers d'hommes. Quel a été le rôle au feu de ces troupes ? Ont-elles répondu espoirs que la France avait m i s en elles ?

aux

L'histoire établira un jour qu'elles les ont l a r g e m e n t dépassés, e t c e s e r a u n l i v r e d'or s i n g u l i è r e m e n t r i c h e q u e c e l u i o ù s ' i n s c r i r o n t en détail les glorieux faits d'armes de nos contingents indigènes à C h a r l e r o i , sur l a M a r n e , sur l ' A i s n e et sur l ' Y s e r , en C h a m p a g n e , e n A r g o n n e et e n A r t o i s , a u x D a r d a n e l l e s et à V e r d u n , s o u s l e s o r d r e s d e c h e f s d o n t il suffit d ' é v o q u e r q u e l q u e s n o m s , tel c e l u i d e l'éminent général Gouraud, pour établir que les expéditions colo-


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

niales ne constituaient pas une vaine préparation à la grande européenne.

19

guerre

Pour l'instant, on n e peut que lire a v e c un profond émoi les citations o ù ils se r é s u m e n t en q u e l q u e s l i g n e s h â t i v e s , et o ù l'on voit défiler, à côté d'un très g r a n d n o m b r e d'indigènes isolés, presque toutes les formations ayant pris part à la guerre. V o i c i l a p r e m i è r e division de m a r c h e d u M a r o c citée à l'ordre du jour de l'armée « pour la v a i l l a n c e , la b r a v o u r e , l'énergie, et la t é n a c i t é d o n t e l l e a f a i t p r e u v e a u x c o m b a t s d e s 2 8 a o û t , 6 , 7, 8 et 9 s e p t e m b r e 1914 », et o ù t o u s , z o u a v e s , c o l o n i a u x , t i r a i l l e u r s , ont fait d'une façon admirable leur devoir. er

e

Voici les groupes d'éclaireurs des 1 et 4 r é g i m e n t s d e m a r c h e de s p a h i s qui « c h a r g é s d e l'attaque d'un o u v r a g e a l l e m a n d très fortement organisé, se sont formés pour l'assaut a v e c autant d e c a l m e qu'au terrain de m a n œ u v r e , se sont é l a n c é s à l'assaut, officier en t ê t e , a v e c u n e f o u g u e et u n c o u r a g e a d m i r a b l e s ; o n t o c c u p é l a p l u s g r a n d e p a r t i e d e l ' o u v r a g e , s'y s o n t m a i n t e n u s avec un mépris absolu du d a n g e r , m a l g r é les fortes pertes q u e leur a fait subir le f e u d e l ' a r t i l l e r i e e t d e l ' i n f a n t e r i e a l l e m a n d e ». V o i c i e n c o r e l a 3e b r i g a d e m a r o c a i n e (9e r é g i m e n t d e z o u a v e s e t 1er r é g i m e n t m i x t e d e z o u a v e s e t d e t i r a i l l e u r s ) , l e 1er r é g i m e n t d e m a r c h e c o l o n i a l , l e b a t a i l l o n d e l é g i o n d u 1er r é g i m e n t d e m a r che d'Afrique, les 4 et 7 r é g i m e n t s de tirailleurs de marche, le régiment de tirailleurs marocains de la division, etc..., etc... E t toujours d'aussi g l o r i e u x m o t i f s : ont e n l e v é à l a b a ï o n n e t t e a v e c u n entrain s u p e r b e l e s p o s i t i o n s e n n e m i e s , traversé s a n s s'arrêter p l u s i e u r s l i g n e s s u c c e s s i v e s de t r a n c h é e s , et résisté sur l e terrain conquis m a l g r é de v i g o u r e u s e s contre-attaques et un b o m b a r d e m e n t intensif. e

e

e

E n remettant un drapeau au régiment de tirailleurs marocains, le Président de la R é p u b l i q u e , le confiant à sa garde, disait en é v o q u a n t l e p a s s é « . . . V o u s a v e z l u t t é d u 6 a u 10 s e p t e m b r e a u s u d des m a r a i s de Saint-Gond, v o u s avez repoussé les assauts opiniâtres d e l a g a r d e p r u s s i e n n e et p r ê t é à l a v i c t o r i e u s e m a n œ u v r e d e la n e u v i è m e armée un concours d'une valeur capitale. P l u s tard, au m o i s de janvier, une de v o s b r i g a d e s combattait h é r o ï q u e m e n t dans l a r é g i o n d e N i e u p o r t ; l e 7e t i r a i l l e u r s p é n é t r a i t d ' u n b o n d d a n s l e s t r a n c h é e s d u P o l d e r et u n e d e ses s e c t i o n s qui avait enlevé la Grande D u n e se faisait tuer sur p l a c e jusqu'au dernier h o m m e pour ne pas reculer... » Et un vaillant capitaine qui a perdu un bras aux D a r d a n e l l e s , a p p r é c i a n t l'attitude d e s t i r a i l l e u r s s é n é g a l a i s a u x q u e l s il c o m m a n dait, m'écrit : « Leur a l l a n t a été le m ê m e que celui qui a fait la r é p u t a t i o n d e l e u r s a î n é s , et ils se sont m o n t r é s u n e t r o u p e d e c h o c de permier ordre quand ils se sont jetés à la m e r devant K o u m Kaleh pour prendre le village à la baïonnette... Leur docilité a été e x e m p l a i r e , et ils ont toujours quitté leurs abris au signal d o n n é pour bondir en avant... Leur ténacité a été parfaite, tant qu'ils ont


20

eu des cadres à leurs chefs les exemples la m ê l é e leur

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

qu'ils c o n n a i s s a i e n t . . . I l s ont été d é v o u é s et a t t a c h é s c o m m e il e s t d e t r a d i t i o n c h e z e u x , et n o m b r e u x s o n t de tirailleurs obscurs exposant leur vie pour sortir de officier ou leur chef d e s e c t i o n t o m b é . . . »

O n p o u r r a i t a i n s i m u l t i p l i e r à l'infini l e s e x e m p l e s d e b r a v o u r e et d'audace d o n n é s sur les c h a m p s de bataille par nos c o n t i n g e n t s i n d i g è n e s , et c o m m e l ' é c r i v a i t é l o q u e m m e n t M . l e S é n a t e u r H e n r y Bérenger dans son rapport sur leur recrutement : « La France en armes a compté parmi ses meilleures troupes de choc les formations i n d i g è n e s et l e s c o n t i n g e n t s c o l o n i a u x . L e s a n g n o u v e a u d e s r a c e s j e u n e s a c o u l é à flot l o r s q u ' i l l u i a f a l l u t o u t à c o u p s'offrir a v e c le v i e u x s a n g g a u l o i s p o u r l a d é f e n s e et l e m a i n t i e n d e l a p a t r i e menacée. Aussi la m ê m e sépulture abrite-t-elle aujourd'hui, depuis l a c a p i t a l e j u s q u ' à l a f r o n t i è r e , n o s fils d e l a m é t r o p o l e et nos enfants des colonies, blancs de Gaule, noirs d'Afrique, bruns de Berbérie, j a u n e s d'Asie et citoyens de couleur des A n t i l l e s . » Sans doute nos ennemis nous reprochent amèrement d'avoir fait, sur les c h a m p s de b a t a i l l e d'Europe, une p l a c e a u x représent a n t s d e c e s r a c e s i n d i g n e s , à l e u r s y e u x , d'y ê t r e a d m i s e s , et o n s e rappelle la c a m p a g n e violente qu'ils m e n a i e n t avant la guerre contre l'extension d e n o s c o n t i n g e n t s d e l'Afrique d u N o r d , et l'organisation d'une a r m é e noire. A h ! si l a France avait nourri le dessein de faire servir ces forces, empruntées aux races les moins imprégnées de civilisation, à u n e a g r e s s i o n sur l e sol de la v i e i l l e E u r o p e , oui certes e l l e eût mérité ces reproches. M a i s de quoi s'agit-il donc, d a n s le conflit a c t u e l , d é c h a î n é contre son g r é , s i n o n du salut m ê m e de la civilisation représentée par le respect des traités, la dignité des p e u p l e s , le droit à la vie de toutes les nationalités ? E t n'est-ce pas au contraire u n s p e c t a c l e s i n g u l i è r e m e n t é m o u v a n t et dont l'histoire dira plus tard la beauté q u e celui de toutes ces races de couleur, a c c o u r u e s sous n o s d r a p e a u x , dans le s e n t i m e n t obscur, m a i s c e r t a i n , d e c o m b a t t r e p o u r u n i d é a l s u p é r i e u r , et aussi d e m a r q u e r leur reconnaissance aux frères aînés qui ont apporté à leur pays la t r a n q u i l l i t é , l a sécurité et la j u s t i c e ; et n'est-il p a s tout à n o t r e honneur, en se plaçant au point de v u e supérieur qu'envisagent les p h i l o s o p h e s d ' o u t r e - R h i n , q u e l e s fils d e n o s a d v e r s a i r e s d'hier, n o u s aient apporté le c o n c o u r s de leur épée, c o m m e l'émir K h a h e b , petit-fils d'Abd-el-Kader, c a p i t a i n e de s p a h i s , ou I b r a h i m Dinah, S a l i f o u , fils d e l ' a n c i e n r o i d e G u i n é e , n o m m é s o u s - l i e u t e n a n t a u feu et d é c o r é de la c r o i x d e g u e r r e et d e la L é g i o n d ' h o n n e u r , ou A b d - e l - K a d e r M a d e m b a , fils d u fama de S a n s a n d i n g , fait é g a l e ment sous-lieutenant aux Dardanelles, ou l'agha Shraoui, comm a n d a n t d'un e s c a d r o n d e s p a h i s ? D o n c , ne soyons pas é m u s des reproches qui nous ont été a d r e s s é s , et p e r s u a d o n s - n o u s a u c o n t r a i r e q u e c'est, c o m m e l e disait n a g u è r e au Conseil général du S é n é g a l le Lieu t en an t - gou vern eu r, « u n d e s p l u s b e a u x titres de g l o i r e de la t r o i s i è m e R é p u b l i q u e , la justification de son œ u v r e c o l o n i a l e inspirée d'un caractère libéral et p r o f o n d é m e n t h u m a i n , d'avoir à ce p o i n t p é n é t r é d e s p o p u l a t i o n s


L'EFFORT

COLONIAL

21

FRANÇAIS

c o n q u i s e s h i e r p a r l a f o r c e , q u ' e l l e a i t p u y t r o u v e r si r a p i d e m e n t et e n n o m b r e c o n s i d é r a b l e d e s d é f e n s e u r s d e s o n sol et d e son i n d é p e n d a n c e ». Il faut ajouter encore, s'agissant des ressources en hommes m i s e s à la disposition de la m é t r o p o l e par les colonies, que la part i c i p a t i o n s'est f a i t e a u s s i s o u s f o r m e d e m a i n - d ' œ u v r e . D a n s u n e guerre c o m m e celle que nous m e n o n s , où toutes les forces v i v e s d e l a n a t i o n sont s o u s les a r m e s , et o ù c e p e n d a n t il faut tout à l a fois assurer la vie é c o n o m i q u e du p a y s et pourvoir à la fabrication d'un m a t é r i e l qui d é p a s s e e n q u a n t i t é c e q u e l ' i m a g i n a t i o n l a p l u s audacieuse pouvait prévoir, une main-d'œuvre formée d'hommes d a n s l a f o r c e d e l ' â g e e s t p r é c i e u s e . I c i e n c o r e , il é t a i t n a t u r e l q u e l e s c o l o n i e s fissent u n e f f o r t . A u cours de m a i , p l u s de 30.000 travailleurs c o l o n i a u x étaient o c c u p é s dans les établissements de l'Etat ou les usines privées trav a i l l a n t p o u r la g u e r r e , dont n o t a m m e n t 15.000 v e n u s de l'Afrique d u N o r d ( A l g é r i e , T u n i s i e , M a r o c ) , et 15.000 d e l ' I n d o c h i n e . Ils étaient répartis suivant leurs aptitudes dans des usines installées de préférence dans le midi : écoles d'aviation de Pau, Cazaux, Châteauroux, Avord, etc..., arsenaux de Tarbes, Toulouse, Castres, e t c . , poudreries de Saint-Médard, T o u l o u s e , Saint-Cham a s , B a s s e n s , B e r g e r a c , S a l i n s de Giraud, e t c . , forges de F i r m i n y , S a i n t - C h a m o n d , etc.,., ateliers de c h a r g e m e n t de Vénissieux, M o u lins, Montluçon, etc. D'autre part, un certain n o m b r e d'hommes, des K a b y l e s surtout, ont été m i s à la disposition de l'agriculture, et depuis quelques jours, des Annamites travaillent à la vigne dans les départements du midi. L e r e c r u t e m e n t se poursuit d'ailleurs de toutes parts, e n m ê m e t e m p s que se g é n é r a l i s e leur e m p l o i . O n a fait observer n o t a m ment que nos sujets d'Extrême-Orient, excellant aux opérations délicates où l'adresse surtout importe, ayant la douceur nécessaire au m a n i e m e n t d e s b l e s s é s , r é u s s i r a i e n t fort b i e n d a n s les s e r v i c e s sanit a i r e s , et 8.000 e n v i r o n o n t été r e c r u t é s à c e s fins. D e Madagascar é g a l e m e n t sont venus des travailleurs qui trouv e n t d a n s l e s s e r v i c e s d u g é n i e et d e l ' i n t e n d a n c e l'utilisation de leurs aptitudes naturelles. L ' A f r i q u e O c c i d e n t a l e q u i a fait u n effort m i l i t a i r e c o n s i d é r a b l e , a v o u l u , d'autre part, apporter u n c o n c o u r s p r é c i e u x à l'armem e n t en f o u r n i s s a n t a u x n a v i r e s d e c o m m e r c e d e s m a r i n s et chauffeurs indigènes. E n f i n , il n ' e s t p a s j u s q u ' à l a N o u v e l l e - C a l é d o n i e e t T a h i t i d ' o ù n e n o u s v i e n n e n t d e s m é t a l l u r g i s t e s , m i n e u r s et t e r r a s s i e r s , e n c o r e que cependant l'industrie locale qui travaille en quelque manière pour la défense n a t i o n a l e absorbe la p l u s g r a n d e partie de la m a i n d'œuvre disponible. Est-il

besoin

de

dire

que

toutes

les

mesures sont

prises

pour


22

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

assurer à nos aides coloniaux tout le bien-être possible. D e s précautions sont arrêtées dans les ports d'embarquement pour ne laisser partir q u e d e s h o m m e s e n état d ' e n t r e p r e n d r e l e v o y a g e et d'assurer les services attendus d'eux; des dispositions a n a l o g u e s sont prévues à l'arrivée pour leur m é n a g e r toutes les transitions nécessaires ; dans leurs résidences, le v ê t e m e n t , la nourriture, l'hygiène, sont p a r t i c u l i è r e m e n t s u r v e i l l é s ; enfin, il y a q u e l q u e s s e m a i n e s , l e d é v o u é directeur des troupes coloniales au ministère de la guerre, M. le g é n é r a l F a m i n , inaugurait à Marseille un n o u v e l hôpital indochinois où nos collaborateurs d'Extrême-Orient, m a l a d e s ou blessés, trouvent tous les soins nécessaires. P a r surcroît, on organise en ce m o m e n t dans les villes où résident un grand nombre d'Annamites des « foyers » restituant pour eux la petite patrie absente, et je suis h e u r e u x de saluer particul i è r e m e n t les efforts faits d a n s ce s e n s à T o u l o u s e sous la h a u t e i n s p i r a t i o n d e m o n e x c e l l e n t a m i et a n c i e n c o l l a b o r a t e u r , M . le Gouverneur général Albert Sarraut. E t ainsi, q u a n d ces travailleurs coloniaux, après un séjour en France où leur aura été assuré un bon état de santé, rejoindront leur famille, ils y apporteront, avec un sérieux pécule, un souvenir attendri de la mère-patrie.

Participation économique. — Le concours en hommes donné à la F r a n c e par ses colonies est a s s u r é m e n t celui qui devait lui être le p l u s s e n s i b l e ; le d é v o u e m e n t et le sacrifice n e p e u v e n t e m p r u n t e r u n e f o r m e p l u s h a u t e . M a i s il s e r a i t injuste de méconnaître l'importance des ressources en vivres et e n matières premières q u ' e l l e a é g a l e m e n t tirées d e ses p o s s e s s i o n s d ' o u t r e - m e r , et d o n t l ' h e u r e u s e m u l t i p l i c i t é reflète l a v a r i é t é d e s c l i m a t s et d e s l a t i t u d e s d'où e l l e s p r o v i e n n e n t . L'Afrique du N o r d , dont la situation é c o n o m i q u e g é n é r a l e a fait d e si g r a n d s p r o g r è s d e p u i s q u e l q u e s a n n é e s et q u i a v u n o t a m m e n t développer, dans des conditions très heureuses, les produits de son agriculture, a exporté en France des quantités importantes de c é r é a l e s , d e l a i n e s , de v i n , d e p r i m e u r s , et c o m m e j a d i s e l l e a v a i t été le grenier de l'empire romain, elle vint pour une bonne part remplacer dans l'économie nationale les régions occupées par l'ennemi. L'Algérie a exporté en France en chiffres arrondis, 290.000 t o n n e s de b l é , 185.000 t o n n e s d'orge, 168.000 tonnes d'avoine, 13.400.000 hectolitres de v i n , 180.000 q u i n t a u x de laine, plus de 2.500.000 m o u t o n s , 60.000 t ê t e s d e b é t a i l b o v i n , 9.000 c h e v a u x et mulets. La Tunisie, en dehors des matériaux pour habillement, équipem e n t , c a m p e m e n t , n o u s a e n v o y é près de 100.000 t o n n e s d e c é r é a l e s diverses, sans parler de celles qu'elle a exportées vers l'Angleterre et l ' I t a l i e .


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

23

Enfin, le Maroc, par un miracle vraiment inattendu, venait lui aussi, au secours de la mère-patrie alors que sa pacification n'était m ê m e p a s a c h e v é e , et c o m m e l e disait l e R é s i d e n t g é n é r a l e n i n a u g u r a n t l'été d e r n i e r l'exposition d'horticulture de C a s a b l a n c a : « A l o r s que depuis dix m o i s , sur tant de c h a m p s du m o n d e , la v i e i l l e t e r r e n o u r r i c i è r e d e s h o m m e s n'a p l u s é t é l a b o u r é e q u e p a r d e s o b u s , n'a p l u s é t é c r e u s é e q u e p o u r d e s t o m b e s , n'a p l u s r e ç u que des s e m e n c e s de mort, ici ses entrailles fécondes n'ont été o u v e r t e s q u e p o u r e n f a i r e sortir p l u s d e v i e et p l u s d e v i e e n c o r e : des routes, conditions premières de l'échange et de la richesse, ces fruits, ces l é g u m e s et c e s g r a i n s d o n t la métropole recevra le secours inespéré, ces fleurs pour que n o u s les d o n n i o n s à brassées à ceux qui vont au combat, à brassées plus pleines encore à ceux q u i e n r e v i e n d r o n t v i c t o r i e u x ». E t l e M a r o c n o u s e n v o y a i t p l u s d e 120.000 t o n n e s de c é r é a l e s d i v e r s e s , 30.000 q u i n t a u x de l a i n e , et des millions d'œufs. C'est a u total p l u s d e 10.000.000 d e q u i n t a u x d e c é r é a l e s m i s à la disposition des alliés par nos possessions de l'Afrique du Nord, chiffre n o n n é g l i g e a b l e , au m o m e n t o ù l e u r s c o m m u n i c a t i o n s a v e c l a R u s s i e sont si difficiles, et o ù le c o u r s é l e v é d e s frets r e n d si coûteuses les importations du sud A m é r i q u e . L'Indochine, dont les relations avec la métropole ont été si restreintes p e n d a n t de l o n g s m o i s , a su pourtant lui faire p a r v e n i r d ' i m p o r t a n t s p r o d u i t s : 3 6 0 . 0 0 0 t o n n e s d e riz o u d é r i v é s , 115.000 t o n nes de m a ï s , puis, pour les fabrications de la guerre, tout l'alcool disponible de sa production locale, diverses essences de bois, du c a o u t c h o u c de C o c h i n c h i n e , d u c o t o n d u C a m b o d g e et 30.000 t o n n e s de minerais divers du T o n k i n (minerais d'antimoine, de zinc, de plomb, etc..) A u surplus, ces envois ne constituaient pas seulement un ravit a i l l e m e n t p r é c i e u x p o u r l a F r a n c e ; i l s'y j o i g n a i t u n a c t e d e s o l i darité p l u s étroite qu'elle doit connaître. D a n s son discours au c o n s e i l d e g o u v e r n e m e n t d e 1915, M . R o u m e disait : « Il n o u s a paru qu'une situation r e l a t i v e m e n t prospère de la c o l o n i e lui i m p o sait des devoirs particuliers e n v e r s la mère-patrie, au m i l i e u de la crise s a n s p r é c é d e n t s qu'elle traverse, alors q u e son or s'écoule à flots p r e s s é s e n m ê m e t e m p s q u e s o n s a n g . C ' e s t d a n s c e s e n t i m e n t de piété filiale que n o u s v o u s proposons de prendre à la c h a r g e du budget général de l'Indochine, par imputation sur sa c a i s s e de r é s e r v e , les d é p e n s e s e n a p p r o v i s i o n n e m e n t s q u e n o u s a v o n s effectuées ou e n g a g é e s jusqu'à cette date pour le compte de la métrop o l e et qui s ' é l è v e n t a u chiffre a p p r o x i m a t i f de 4.245.000 p i a s t r e s , soit 11.037.000 francs. » Il y a l à un g e s t e q u e la F r a n c e ne pourra pas

oublier.

L ' A f r i q u e o c c i d e n t a l e et l'Afrique é q u a t o r i a l e , ont été, e l l e s aussi, mises largement à contribution dans leurs productions essent i e l l e s : a r a c h i d e s d u S é n é g a l et c o p r a h d e s c ô t e s d u g o l f e de. G u i n é e ; c a o u t c h o u c d u C o n g o , d e l a C ô t e d ' I v o i r e et d e l a G u i n é e , si indispensable pour le développement des services automobiles; bois précieux o u c o m m u n s du Gabon et de la Côte d'Ivoire, dont les


24

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

besoins s'accroissent à m e s u r e que s'épuisent les réserves locales et que s'accumulent les désastres de la guerre à réparer demain ; c o t o n p o u r l a f a b r i c a t i o n d e s p o u d r e s ; enfin b é t a i l d e s s a v a n e s s o u d a n a i s e s , dont p l u s de 50.000 têtes ont été, soit transportées dans l a m é t r o p o l e sur pied, soit abattues sur p l a c e et t r a n s f o r m é e s en viande frigorifiée dans l'importante usine de L y n d i a n e . M a d a g a s c a r , dont l a situation é c o n o m i q u e a surtout souffert d e n'avoir p a s reçu de la m é t r o p o l e les objets manufacturés nécessair e s , et d e n ' a v o i r p a s e u à s a d i s p o s i t i o n d e s s e r v i c e s m a r i t i m e s suffisants pour assurer l'exportation des produits de son sol, a largem e n t collaboré, elle aussi, à l'œuvre de ravitaillement sous l'active i m p u l s i o n de son chef. M . Garbit. L a F r a n c e a reçu d'elle 200.000 q u i n t a u x d e v i a n d e frigorifiée et 20.000 quintaux de conserves (actuellement cinq usines en plein fonctionnement abattent ensemble un millier de bêtes par jour); 8.200 q u i n t a u x de haricots; 730 q u i n t a u x d e g o m m e c o p a l ; enfin et surtout, du g r a p h i t e , d o n t l e r e n d e m e n t m e n s u e l m o y e n p o r t é à 1.000 t o n n e s , v a ê t r e d o u b l é , en vue de pourvoir aux besoins des usines de guerre des alliés. N o s t r o i s v i e i l l e s c o l o n i e s d e l a G u a d e l o u p e , d e l a M a r t i n i q u e et de la R é u n i o n sont par excellence des terres sucrières, chaque c a m p a g n e leur a s s u r e u n e p r o d u c t i o n g l o b a l e de 105.000 à 110.000 tonn e s ; à ce chiffre se sont é l e v é e s les quantités de sucre m i s e s par elles à la disposition de la métropole, ressources particulièrement précieuses depuis l'envahissement d'une partie de ses terres à better a v e . E l l e s ont f o u r n i par surcroît d u r h u m , d e s t a p i o c a s et f é c u les, du café, du cacao. L a G u y a n e est v e n u e renforcer notre e n c a i s s e m é t a l l i q u e par l'envoi de 3.800 k i l o g r a m m e s d'or; e l l e y a joint de l a g o m m e d e b a l a t a et d e s p e a u x de b œ u f s . L a N o u v e l l e - C a l é d o n i e n o u s a été d'un s e c o u r s particulièrem e n t p u i s s a n t e n e x t r a y a n t d e ses m i n e s et faisant p a r v e n i r à n o s u s i n e s de g u e r r e p l u s de 100.0000 t o n n e s d e m i n e r a i s d e n i c k e l et p l u s de 130.000 t o n n e s de m i n e r a i s de c h r ô m e . E n f i n , l ' I n d e f r a n ç a i s e p a r l'exportation d e ses a r a c h i d e s et d e s e s t i s s u s , l a C ô t e d e s S o m a l i s p a r c e l l e d e s e s c a f é s et d e s e s p e a u x , S a i n t - P i e r r e - d e - M i q u e l o n par. c e l l e de ses m o r u e s , se sont a s s o c i é e s dans la m e s u r e de leurs ressources au ravitaillement de la F r a n c e . A i n s i s e r é s u m e p a r c e s q u e l q u e s c h i f f r e s l'effort é c o n o m i q u e , indispensable dans certains de ses é l é m e n t s , précieux dans tous, qui a été poursuivi par les colonies depuis le début de la guerre.

A Participation financière. — E l l e s n'ont p a s m a n q u é , d'ailleurs, d'y j o i n d r e u n e f f o r t financier qui mérite, lui aussi, d'être é v o q u é dans ses grandes lignes. La guerre, est-il besoin de le rappeler, a eu de g r a v e s répercussions sur la situation g é n é r a l e des colonies : la mobilisation


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

25

d'un g r a n d n o m b r e d ' a g e n t s métropolitains indispensables à la bonne marche des comptoirs, des exploitations a g r i c o l e s et des usines, la fermeture des m a r c h é s en territoire e n n e m i , et aussi, h é l a s , d a n s n o s r é g i o n s e n v a h i e s q u i c o m m e r ç a i e n t si a c t i v e m e n t a v e c n o s possessions lointaines, le resserrement du m a r c h é français absorbé presque tout entier par les oeuvres de guerre, enfin, l a p é n u r i e et l a c h e r t é des frets rendant difficiles et c o û t e u s e s l e s importations de produits manufacturés nécessaires à la vie locale, autant de causes qui ont a g i sur la production, et influencé la m a r c h e g é n é r a l e d e s affaires, l a r i c h e s s e p u b l i q u e , l'état d e s b a n q u e s et des b u d g e t s . P o u r t a n t ces effets ont été v a r i a b l e s . Ici ils ont été m o i n s sensibles : l'Indochine par e x e m p l e , grâce à ses récoltes m e r v e i l l e u s e s d e riz, à l a v a r i é t é d e s e s i n d u s t r i e s , e t a u s s i , il f a u t l e d i r e , à s a situation dans les régions d'Extrême-Orient où n'arrive pas le bruit d u c a n o n , a j u s q u ' i c i s u p p o r t é a v e c u n e g r a n d e a i s a n c e l e s difficultés de la guerre. La plus-value du b u d g e t général par rapport a u x p r é v i s i o n s b u d g é t a i r e s a é t é d e p l u s d e 8 . 0 0 0 . 0 0 0 $ e n 1914 e t d e p l u s d e 5 . 0 0 0 . 0 0 0 $ e n 1915 ( s u r u n t o t a l d ' e n v i r o n 4 2 . 0 0 0 . 0 0 0 $ ) . D e m ê m e la situation financière de M a d a g a s c a r reste b o n n e , et le b u d g e t d e l ' e x e r c i c e 1915 s e s o l d e p a r u n e x c é d e n t d e 4 . 5 0 0 . 0 0 0 f r . environ. Enfin, nos vieilles colonies, favorisées par les cours élevés du sucre, ne souffrent pas trop, elles non p l u s , A i l l e u r s , ces m ê m e s effets se font sentir p l u s p r o f o n d é m e n t : l ' A l g é r i e , d o n t l a v i e e s t si i n t i m e m e n t m ê l é e à c e l l e d e l a F r a n c e , reçoit le contre-coup direct des é v é n e m e n t s q u i s'y passent, et c o m m e jadis e l l e a v a i t souffert q u a n d ses c o m m u n i c a t i o n s a v e c l a m é t r o p o l e étaient s u s p e n d u e s ou restreintes, elle est plus sensible e n c o r e cette fois a u x effets de cette m ê m e c a u s e . M a i s e l l e est u n e g r a n d e p e r s o n n e , qui a son crédit, s o n s y s t è m e d'impôts, et e l l e s u r m o n t e a v e c c o u r a g e et b o n n e h u m e u r l e s difficultés d e l ' h e u r e : e l l e a p o u r v u a u d é f i c i t d e 1914 a u m o y e n d e s e x c é d e n t s d e 1 9 1 3 ; e l l e a p a r é à c e l u i d e 1 8 . 0 0 0 . 0 0 0 d e f r a n c s d e 1915 a v e c s e s f o n d s de r é s e r v e , et le p r o d u i t d e b o n s d u T r é s o r , émis par elle, et e s c o m p t é s par l a B a n q u e d e l ' A l g é r i e , enfin, e l l e é q u i l i b r e son b u d g e t d e 1916 p a r c e s m ê m e s b o n s et l a c r é a t i o n o u l e r e l è v e m e n t d e certaines taxes. L'Afrique Occidentale dont le budget général était alimenté presque e x c l u s i v e m e n t par des droits de d o u a n e a v u , tout naturellement, sa situation financière atteinte par la restriction des import a t i o n s , et l e P a r l e m e n t lui a c o n s e n t i u n e o u v e r t u r e d e crédit d e 15.500.000 francs sur le T r é s o r public, sous forme d'avance remb o u r s a b l e ; m a i s il est à r e m a r q u e r q u e g r â c e à l a b o n n e t e n u e d e s b u d g e t s locaux, à la politique d'économies l a r g e m e n t pratiquée et enfin à u n e s e n s i b l e reprise des affaires, toutes l e s c h a r g e s d e l a colonie ont pu être assurées jusqu'ici sans qu'il ait fallu faire appel à l'avance de la métropole. Enfin, faut-il ajouter que * l'Afrique Equatoriale absorbée en quelque sorte par la guerre du C a m e r o u n , privée de ses e x p o r t a t i o n s de bois dans l e s ports a l l e m a n d s , a v u , e l l e aussi, se


26

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

resserrer ses plus-values b u d g é t a i r e s ; pourtant, c o m m e le constate s o n G o u v e r n e u r g é n é r a l M . M e r l i n « e l l e n'en a p a s m o i n s réussi à maintenir la vie é c o n o m i q u e sur toute l'étendue de son territoire à pourvoir à tous les besoins financiers par ses propres m o y e n s et par ses réserves, sans être obligée de faire appel au concours de l a m é t r o p o l e ». M a l g r é toutes ces difficultés, nos colonies ont eu la coquetterie d e p a r t i c i p e r à l'effort financier formidable qu'impose la guerre à la France ! E l l e s ont répondu d'abord à ses a p p e l s au crédit en souscrivant a u x b o n s et o b l i g a t i o n s de la défense n a t i o n a l e ainsi qu'à l'emprunt 5 o / o , par l'intermédiaire de leurs caisses publiques ou de leurs établissements de crédit ( B a n q u e d'Algérie et succursales dans l'Afrique du N o r d des banques métropolitaines, B a n q u e d'Indochine, B a n q u e s d'Afrique Occidentale et d'Afrique Equatoriale, B a n q u e s p r i v i l é g i é e s des A n t i l l e s et de la R é u n i o n ) . L'Algérie a souscrit au total, d'après le rapport récent de M. Lutaud aux Délégations financières, pour une somme de 370.600.000 francs; la Tunisie figure pour 72.000.000 francs. La B a n q u e de l'Indochine qui dessert, en m ê m e temps que notre grande colonie d'Extrême-Orient, l'Inde française, la Côte des Somal i s , l a N o u v e l l e - C a l é d o n i e et l e s E t a b l i s s e m e n t s f r a n ç a i s d'Océan i e , d é c l a r e d a n s l e r é c e n t r a p p o r t d e m a i 1916 d u c o n s e i l d ' a d m i nistration à l'assemblée générale, que le montant des souscriptions recueillies par ses succursales et a g e n c e s atteint l e chiffre de 146 m i l l i o n s . D'autre part, emportées par le grand courant de générosité qui s'est d é v e l o p p é a u c o u r s d e l a g u e r r e , et qui a m i s d'immenses ressources au service de toutes les détresses et de toutes l e s misères, nos colonies ont voulu aussi marquer leur place dans ce tableau de la bienfaisance. U n comité constitué à Paris pour répartir les s u b v e n t i o n s , s o u s c r i p t i o n s et d o n s r e c u e i l l i s chez e l l e s p o u r l e s v i c times de la guerre avait reçu, au début de m a i dernier, près de 11.000.000 de francs. D a n s ce chiffre l ' I n d o c h i n e s'inscrivait p o u r 5.370.000 francs, M a d a g a s c a r pour 2.648.000 francs, l'Afrique Occid e n t a l e p o u r 1.176.000 f r a n c s , et t o u t e s à l a s u i t e v e n a n t o c c u p e r une place en rapport avec leur importance. Par ailleurs, elles prenaient aussi une part notable à l'organisation de ces nombreuses « journées » en faveur de diverses infortunes: B e l g e s , Départements envahis, Orphelinat des armées, etc., etc. L'Algérie, d'après les chiffres d u G o u v e r n e u r g é n é r a l , a d o n n é p l u s d ' u n m i l l i o n p o u r c e s d i v e r s e s « j o u r n é e s ». S e s d é p a r t e m e n t s et ses c o m m u n e s o n t v e r s é p l u s d e 3 m i l l i o n s , et l a c h a r i t é p r i v é e s'est m u l t i p l i é e d a n s t o u t e s s o r t e s d ' œ u v r e s c o m m e d'ailleurs en T u n i s i e et a u M a r o c : o r p h e l i n s d e l a g u e r r e , r é f u g i é s , s e c o u r s a u x blessés militaires, sociétés locales de la Croix-Rouge s'occupant d e s soldats au front, des b l e s s é s d a n s l e s h ô p i t a u x , des f a m i l l e s de m o b i l i s é s , b r e f s ' a s s o c i a n t à c e m e r v e i l l e u x effort d e s o l i d a r i t é q u i


L'EFFORT

COLONIAL

27

FRANÇAIS

r e s t e r a c o m m e l a fleur d e c e t t e g u e r r e , e t q u i a u r a en adoucir les souffrances et les douleurs.

tant

fait

pour

A ce m o u v e m e n t de g é n é r o s i t é , l e s i n d i g è n e s d'ailleurs s'assoc i e n t l a r g e m e n t , et ils d o n n e n t p a r f o i s à l e u r g e s t e u n e b o n n e g r â c e qui en relève encore le prix: ce sont des envois de vin, d'huile, de noix de Kola, d'oranges, de citrons, de dattes, de tabac, de tous ces produits mûris au grand soleil qui apportent avec eux, au front ou dans les hôpitaux, un p e u de cette variété dont nos « p o i l u s » s o n t si f r i a n d s .

*** * Ainsi se présente à g r a n d s traits, a v e c les oublis que comporte u n e é t u d e si h â t i v e , l'effort a c c o m p l i p e n d a n t c e s v i n g t m o i s d e guerre par nos colonies pour aider la France dans les heures g r a v e s q u ' e l l e t r a v e r s e . Effort c o m p l e t , effort t o t a l , m a t é r i e l et m o r a l , effort d e s b r a s , d e s c e r v e a u x et d e s c œ u r s . C o m m e l'écrivait récemment M. Boussenot, député de la Réunion, dans une étude très d o c u m e n t é e sur la participation des colonies à la g u e r r e : « C e u x qui a v a i e n t p u jadis mettre en doute l'utilité des c o l o n i e s et m a r q u e r un certain scepticisme à l'égard de leurs facultés c o n tributives à la puissance de la métropole, doivent aujourd'hui conv e n i r d e l e u r s erreurs, d e l e u r s torts, et r e c o n n a î t r e l ' i n e x a c t i t u d e , l ' i m p r u d e n c e et l'injustice d e l e u r s a f f i r m a t i o n s . . . E n c e s t r a g i q u e s circonstances, la F r a n c e , qu'elle soit en E u r o p e ou qu'elle a p p a raisse aux points des divers continents où ses enfants ont planté son d r a p e a u , est restée u n e et i n d i v i s i b l e . » E t c e n'est p a s l e côté l e m o i n s g r a n d i o s e de cette g u e r r e , qu'à l a v o i x d e s p e u p l e s qui se s o n t l e v é s p o u r d é f e n d r e l ' h o n n e u r et l a dignité du m o n d e , soient accourus des h o m m e s de tous les contin e n t s ; et de m ê m e q u e l'Angleterre peut s'enorgueillir d'avoir v u ses d o m i n i o n s et ses colonies mettre à sa disposition leurs puiss a n t e s r e s s o u r c e s , d e m ê m e l a F r a n c e d o i t être l é g i t i m e m e n t fière d u c o n c o u r s q u ' e l l e r e n c o n t r e c h e z t o u s ses sujets et p r o t é g é s . C o m m e l e d i s a i t il y a q u e l q u e s m o i s à l a t r i b u n e d e l a C h a m bre l'éminent ministre des Colonies, M. D o u m e r g u e , « les colonies o n t b i e n m é r i t é d e l a m è r e - p a t r i e ». E l l e s a u r a s'en s o u v e n i r , et d e m a i n d a n s l a p a i x r e s t a u r é e , e l l e voudra leur apporter les éléments indispensables à un développ e m e n t é c o n o m i q u e toujours plus intense, en m ê m e t e m p s que, par une politique indigène plus large, plus libérale, plus confiante, elle montrera aux p e u p l e s qui les habitent que sa reconnaissance n'est p a s u n v a i n m o t .


28

L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

*

** Salut à vous, vaillants coloniaux d'hier qui valez à votre p a t r i e cette s u p r ê m e c o n s o l a t i o n , à v o u s , e x p l o r a t e u r s et s o l d a t s , i n g é n i e u r s et c o l o n s , a d m i n i s t r a t e u r s et p o l i t i q u e s , à v o u s , l e s d e Brazza, Flatters, Crampel, Foureau, Gentil, les Jean Dupuis, Francis Garnier, Henri Rivière, les Faidherbe, Courbet, BorgnisDesbordes, L a m y , Largeau, Galliéni, les Ferry, Paul Bert, Ponty et t a n t d'autres dont je m ' e x c u s e de n e p a s r a p p e l e r l e s n o m s g l o rieux. Quand vous partiez pour vos découvertes, vos conquêtes ou v o t r e a d m i n i s t r a t i o n , c'est l ' a m o u r d e l a p a r t i e q u i v o u s p o u s s a i t . Vous vouliez que dans l'effort d e c o l o n i s a t i o n q u i p o r t a i t les vieux pays d'Europe vers ces terres mystérieuses et lointaines, la g r a n d e b l e s s é e d e 70 eût u n e p l a c e h o n o r a b l e ; v o u s v o u s disiez que par la douceur de sa civilisation, la puissance de son g é n i e , la splendeur de son histoire, elle méritait bien d'amener à l'ombre de son drapeau quelques-uns de ces p e u p l e s encore attardés d a n s leur première enfance. E t voici qu'à l'heure m ê m e où elle se trouve e n g a g é e dans le p l u s r e d o u t a b l e conflit q u ' e l l e ait j a m a i s c o n n u et où se j o u e s o n d e s t i n , c e s p e u p l e s se r e t o u r n e n t v e r s e l l e d'un m ê m e é l a n , et l u i apportent, avec leurs forces matérielles encore trop débiles à leur gré, leur concours m o r a l et la tendresse de leur affection. Salut à vous, vaillants coloniaux, vous surtout qui dormez votre dernier sommeil dans ces terres lointaines arrosées de votre sang. Apprêtez-vous à tressaillir dans votre tombe, car d e m a i n , quand la victoire définitive aura couronné ses étendards, la F r a n c e reconnaissante se tournera vers v o u s , elle v o u s dira que v o u s fûtes v o u s aussi l e s a r t i s a n s d i r e c t s d e s a v i c t o i r e et c o m m e v o u s f û t e s à la peine, v o u s serez à l'honneur.


APPENDICE

L e c o m i t é l'Effort d e l a F r a n c e et d e s e s a l l i é s a v a i t i n v i t é M. Albert L e b r u n , député, ancien ministre des C o l o n i e s , à faire à T o u l o u s e , l e 24 j u i n 1916, u n e c o n f é r e n c e sur l'effort colonial français. Cette manifestation qu'avait bien voulu consentir à présider M. E u g è n e E t i e n n e , député, ancien ministre de la guerre, avait lieu dans la salle du théâtre du Capitole. Autour de M M . E t i e n n e et A l b e r t L e b r u n a v a i e n t pris p l a c e M M . E l l e n P r é vost, député, Saint, préfet de la H a u t e - G a r o n n e , Rieux, maire Martin, premier président, Vermeil, procureur général, le Général K o p p , M M . K l e h e et Mazelier, consuls de B e l g i q u e et d'Italie, M i r e u r , s e c r é t a i r e g é n é r a l d e l a P r é f e c t u r e , l e s i n t e n d a n t s M o u r e t et R o y , Prost-Maréchal directeur du service de santé, M o n t a g u t et Clavières, conseillers de préfecture, Cazelles, inspecteur d'académie, V i g n e a u x , adjoint, B o n n a f o u x , directeur de la Poudrerie, Gaubert, secrétaire g é n é r a l d e l a M a i r i e et J . - P . T r o u i l l e t , directeur d e l a Dépêche Coloniale. E n ouvrant la séance, M. Etienne présente M. P a u l Labbé, secrétaire g é n é r a l d u C o m i t é , qui a défini e n e x c e l l e n t s t e r m e s l e but de l'œuvre entreprise. M.

Eug.

Etienne a ensuite prononcé

ALLOCUTION

DE

M.

l'allocution

suivante:

ETIENNE

Mesdames, Messieurs, A i - j e v r a i m e n t b e s o i n d e v o u s p r é s e n t e r et l ' é m i n e n t c o n f é r e n cier q u e v o u s ê t e s v e n u s e n t e n d r e et l e sujet de sa c o n f é r e n c e ? Qui de v o u s i g n o r e que M. Albert Lebrun est, au P a r l e m e n t , le très d i s t i n g u é représentant d'une des p l u s riches r é g i o n s m é t a l lifères du m o n d e , la région bien c o n n u e de Briey, que sa richesse m ê m e et sa s i t u a t i o n e n v e d e t t e sur l a f r o n t i è r e d e v a i e n t , n o n o b s tant la magnifique résistance de la vieille place forte de L o n g w y , livrer a u x premiers et furieux assauts de l ' e n n e m i ? M a i s pour v o u s exposer une des parties les plus m é m o r a b l e s du g r a n d œ u v r e c o m m u n d e t o u t e s l e s forces d e l i b e r t é et d e c i v i l i sation d r e s s é e s p o u r s a u v e r l a F r a n c e , l ' E u r o p e et l e m o n d e d e l a


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

barbarie et du s e r v a g e teutons, ce Lorrain, dont le cœur s a i g n e a v e c sa terre n a t a l e , a v a i t d e s titres p l u s p a r t i c u l i e r s , q u e j'ai à peine besoin de rappeler. C'est d o n c a v e c t o u t son c œ u r q u i a a p p r i s à a i m e r et à b i e n connaître les colonies, avec toute la vive lucidité de son esprit vaste et m é t h o d i q u e , c o m m e a u s s i , v o u s a l l e z en j u g e r , a v e c l ' é l é g a n c e fine e t g r a v e d e s o n é l o q u e n t e p a r o l e q u e M . A l b e r t Lebrun va v o u s dire la part qui revient, dans la formidable tâche c o m m u n e , à n o s c o l o n i a u x de t o u t e o r i g i n e , de t o u t e race, de t o u t e c o u l e u r , c'està-dire à tous c e u x qui, Français de n o s colonies ou voisines ou lointaines, le sont par les liens du s a n g ou le sont devenus par le d o n définitif de s o i - m ê m e à n o t r e F r a n c e , à l a F r a n c e h é r o ï q u e et g r a n d e qui r é p o n d pour eux à ce n o m d o u b l e m e n t d o u x et d o u b l e ment cher de Mère-Patrie. D e m a i n , Messieurs, quand la paix du Droit dressera au-dessus de la mêlée sa face auguste, toute pâle du sang versé pour en payer la rançon, le zèle empressé des historiens s'attachera sans nul doute à d é m ê l e r du c h a o s d e s d o c u m e n t s et d e s h y p o t h è s e s l a v é r i t é d e s origines et des buts de l'agression teutonne. Mais, sans attendre le travail m i n u t i e u x et lent de ces cherc h e u r s f u t u r s , et m a l g r é l e s t é n è b r e s accumulées, avant comme pendant la guerre, par la puissance du m e n s o n g e germain autour des a b i m e s i n s o n d a b l e s de la p e n s é e a l l e m a n d e , la F r a n c e sait déjà, de toute la certitude de son clair esprit désormais rebelle aux chimères, quels étaient les mobiles essentiels des auteurs responsables de cette effroyable tragédie. E t nous, coloniaux, nous savons surtout que, parmi les objectifs poursuivis par la conjonction de toutes les v o l o n t é s a l l e m a n d e s , par l'accord secret de toutes les A l l e m a g n e s , l ' A l l e m a g n e des g o u v e r n e m e n t s et d e s c a s e r n e s c o m m e l ' A l l e m a g n e d e s u n i v e r s i t é s et d e s usines, les convoitises allumées dans tous les cerveaux, par la conviction d'une facile victoire, tendaient toutes e n s e m b l e à l'écrasem e n t de l a F r a n c e et, par cet é c r a s e m e n t m ê m e , à lui arracher t o u s l e s p l u s b e a u x fleurons d e s a c o u r o n n e c o l o n i a l e . Et ce plan satanique correspondait expressément à une conception politique d'apparente modération européenne destinée à m a s q u e r l e s v u e s d ' h é g é m o n i e g e r m a i n e et à e n d o r m i r l e s i n q u i é t u d e s des autres puissances, qui seraient devenues complices inconscientes du c r i m e a v a n t d'en être p l u s tard l e s v i c t i m e s r é s i g n é e s . D a n s leur mentalité, où la lourdeur psychologique se combine et se confond a v e c la plus outrecuidante confiance en soi, les a u t e u r s du g u e t - a p e n s , à l'heure m ê m e o ù ils se d é c i d a i e n t à l'action et, trop a v a n c é s pour reculer, se d é m a s q u a i e n t sans v e r g o g n e , n'hésitaient pas à a v o u e r — r a p p e l e z - v o u s cet entretien m é m o r a b l e du chancelier a l l e m a n d a v e c l'ambassadeur a n g l a i s — quel était l'objet précis et soi-disant l i m i t é d e l e u r s c o n v o i t i s e s à l'égard des colonies françaises, sur lesquelles, par l'inaction m ê m e de l'Angleterre qu'ils s'efforçaient de g a g n e r a u rôle d e spectatrice b é n é v o l e , ils c o m p t a i e n t mettre i n o p i n é m e n t et sans peine leurs lourdes mains promptes à la curée.


L'EFFORT

COLONIAL

FRANÇAIS

31

M a i s v o u s s a v e z par quel juste retour des c h o s e s d'ici-bas, par quel prodigieux ienversement de leurs calculs, ces maîtres de l ' h e u r e a l l e m a n d e , q u i se p r o m e t t a i e n t d'être l e s heureux agress e u r s et l e s f a c i l e s c o n q u é r a n t s d e n o s c o l o n i e s , se s o n t t r o u v é s sur c e t e r r a i n c o n d a m n é s à u n e d é f e n s i v e i m m é d i a t e q u i s'est t o u r n é e en véritable déroute coloniale. E t les uns après les autres, îles, archipels, territoires continentaux que couvrait le pavillon teuton en A s i e , e n A f r i q u e et e n O c é a n i e sont t o m b é s en la possession des vaillantes troupes françaises, anglaises, b e l g e s ou japonaises qui les avaient attaqués. E t l'Afrique Orientale allemande, qui seule lutte encore, ne saurait résister l o n g t e m p s aux coups combinés des forces b e l g e s et des troupes i m p é r i a l e s et sud-africaines qui m e n a cent ce dernier vestige de la puissance a l l e m a n d e hors d'Europe. E t a i n s i l e c o m p l o t c o l o n i a l t r a m é c o n t r e n o u s s'est t o t a l e m e n t r e t o u r n é et l ' A l l e m a g n e , qui c o m p t a i t s'emparer p a r s u r p r i s e d e nos c o l o n i e s , s e t r o u v e , à l ' h e u r e p r é s e n t e , c o m m e r a y é e d e l a c a r t e extra-européenne où elle rêvait de se créer à n o s dépens u n g r a n d empire. M a i s il e s t a u s s i u n a u t r e « m i r a c l e », d o n t M . A l b e r t L e b r u n va dérouler devant vous les étapes magnifiques, en vous narrant la g r a n d i o s e é p o p é e qu'est en v é r i t é « l'effort c o l o n i a l » d e l a F r a n c e d a n s ses c o l o n i e s et par ses colonies. E t , sous son m â l e et vibrant l a n g a g e , v o i l à que v o u s allez voir passer devant vos yeux toutes ces cohortes coloniales qui, à l'heure t r a g i q u e , s e s o n t l e v é e s d e t o u s l e s p o i n t s o ù flottait n o t r e d r a p e a u . Et à côté des contingents créoles de nos vieilles colonies, vous verrez défiler t o u s c e s tirailleurs d'Algérie, de T u n i s i e , du M a r o c , du S é n é g a l , du Soudan, de Madagascar et d'Indochine qui, ayant appris à a i m e r et à servir la d o u c e F r a n c e , sont accourus à travers les m e r s proches o u lointaines pour la défendre sur le sol sacré de la patrie. G l o i r e , M e s s i e u r s , à c e s fils a n c i e n s o u r é c e n t s d e l a d'outre-mer, v e n u s se m ê l e r sur les c h a m p s de bataille à m ê m e s qui défendent leurs propres foyers.

France ceux-là

P a r e u x est r e n d u e p l u s v i v a n t e à t o u s n o s y e u x et p l u s c h è r e à tous nos cœurs cette France nouvelle qui réunit dans les m ê m e s d e s t i n é e s n o t r e v i e i l l e terre d e F r a n c e et n o s terres f r a n ç a i s e s d'audelà les mers. E n venant combattre et mourir pour elle, ils ont v o u l u qu'elle continue de vivre en répandant, à travers le monde, le pur rayonn e m e n t de liberté, d'égalité et de fraternité qui est son h o n n e u r et sa r a i s o n d ' ê t r e e t q u e , c o m m e a u t e m p s des grands ancêtres, la F r a n c e u n e e t i n d i v i s i b l e d ' a u j o u r d ' h u i , a p p u y é e s u r s e s fidèles e t v a i l l a n t s alliés, poursuive g l o r i e u s e m e n t sa route jusqu'à la victoire.


TABLE DES MATIÈRES

Pages

Loyalisme des colonies

8

Evénements de guerre aux colonies

11

L'Effort des colonies dans la métropole même

16

Appendice

29

360, —

Imprimerie Artistique « L u x » ,

131, boulevard Saint-Michel.

Paris


PUBLICATIONS

DU

COMITÉ

"L'EFFORT DE LA FRANCE ET D E SES ALLIÉS"

L'Hommage Français L'EFFORT DE L'AFRIQUE DU NORD 0

5

par M. A u g u s t i n B E R N A R D ,ProfesseuràlaSorbonne.

L'EFFORT

0

AUSTRALIEN

par M. FRANKLIN-BOUILLON Marin? député.........0 5 0

L'EFFORT BELGE par M L o u i s M A R I N , député

L'EFFORT

0 50

BRITANNIQUE

par M. A n d r é L E B O N , ancien ministre . . .

0

50

L'EFFORT CANADIEN par M. G a s t o n D E S C H A M P S

L'EFFORT COLONIAL par M. A l b e r t

0 50

FRANÇAIS

L E B R U N ,ancienministredesColonies0 5 0

L'EFFORT D E L'INDE et d e l'Union Sud-Africaine par M J o s e p h C H A I L L E Y

0 50

L'EFFORT ITALIEN par M. L o u i s B A R T H O U .ancienprésidentduConseil

0

5 0

L'EFFORT JAPONAIS par

M

L'EFFORT

A.

G É R A R D , ambassadeur d e France.

50

PORTUGAIS

par M P a u l A D A M

L'EFFORT

0 50

RUSSE X

L'EFFORT

0

0 50

SERBE

généraldelasociétedegéographiecommerciale0

par M. P a u l L A B B É ,Secrétaire

BLOUD & GAY, Éditeurs, Paris-Barcelone Imp. A r t . « Lux », 1 3 1 . boul S t - M i c h e l Paris

50

L'effort colonial français  

Auteur. Lebrun, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et...

L'effort colonial français  

Auteur. Lebrun, A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antilles et...

Profile for scduag
Advertisement