Page 1

С. С. A. BISSJETTE, HOMME

DE

COULEUR

DE

LA

MARTINIQUE

SUR

L'ÈMANCIPATION

CIVILE ET POLITIQUE

APPLIQUÉE

AUX COLONIES FRANÇAISES.

« Le plus fort n'est jamais assez fort pour « être toujours le maître, s'il ne trans« forme sa force en droit, et l'obéis« sance en devoir. » ROUSSEAU,

Contrat

social.

PARIS

JACQUES LEDOYEN, L I B R A I R E , PALAIS-ROYAl, G A L E R I E D ' O R L É A N S ,

N.

l6.

1830.

manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville d e

Pointe-à-Pitre


manioc.оrg Réseau des bibliothèques

Ville d e

Pointe-à-Pitre


C. C. A. BISSETTE, HOMME

DE

COULEUR

DE

LA

MARTINIQUE,

A UN COLON ;

sua

L'ÉMANCIPATION

CIVILE ET POLITIQUE

APPLIQUÉE

AUX COLONIES FRANÇAISES.

U N E brochure ayant pour titre : Des de couleur

et de leur émancipation

hommes

civile et po-

litique, a été publiée anonymement par un ha­ bitant planteur de la Guadeloupe. Il est de mon devoir de réfuter ce pamphlet. Le gouvernement actuel de la France prenant enfin en considération la situation des hommes de couleur, il est naturel que les Colons sonneut l'alarme et renouvellent leurs vieux ar-

manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville d e

Pointe-à-Pitre


( 6

)

g u m e n s en haine de la liberté. Ils posent en p r i n c i p e , q u e pour t o u c h e r à la législation coloniale, il faut les p r e n d r e pour arbitres s u ­ prêmes de la nécessité et de l'opportunité de l'émancipation civile et politique des h o m m e s de couleur : I° Par respect p o u r le droit de p r o p r i é t é ; 2° P o u r ne pas m a n q u e r le b u t qu'on se p r o ­ pose; 3° Et afin d'éteindre les haines qui divisent les couleurs. Je vais, successivement, examiner les a r g u mens qui servent de bases à ces propositions. Ainsi, et avant t o u t , les Colons persistent à proclamer et à se reconnaître un droit de p r o ­ priété sur la p e r s o n n e des h o m m e s de couleur. Aux Colons seuls appartiendrait le droit de modi­ fier cette p r o p r i é t é dont l'origine r e m o n t e « à la « naissance des colonies, et dont l'exercice a été « non seulement permis, mais encore encouragé « jusqu'en 1 8 1 5 , p a r la traite des N o i r s , qui a « légitimé la possession des esclaves d'Afrique. » C'est d o n c par la violation des lois divines et h u m a i n e s q u e les Colons sont arrivés à la pos­ session des Noirs, et c'est par l'abus de la force et des lois b a r b a r e s qu'ils veulent conserver cette possession. D'après le droit n a t u r e l , nous sommes nés

manic.org Réseau des bibliothèques

Ville de

Pointe-à-Pitre


(7 ) aussi libres q u ' e u x , et nous avons droit à a u t a n t d e liberté. L e droit de p r o p r i é t é n'est sacré q u ' a u t a n t qu'il est acquis d'une manière légale; le voleur n'est jamais vrai propriétaire de l'objet dérobé. Il est donc juste de r e m o n t e r à l'origine de la pos­ session avant d'invoquer la loi qui,jusqu en 1815, a , suivant l'auteur a n o n y m e , permis le trafic d'esclaves. Aussi bien, cette origine c o n c e r n e les blancs et les noirs. Les p r e m i e r s E u r o p é e n s q u i vinrent s'établir a u x Antilles, étaient l'écume de la France; Il arriva alors ce q u i arrive encore de nos j o u r s , moins la différence des m œ u r s actuelles avec celles de l'époque. Aujourd'hui ce s o n t , p o u r la p l u p a r t , des gens sans a v e u , des aventuriers q u i profitent des avantages q u e leur offrent soit le g o u v e r n e m e n t , soit des spéculateurs, p o u r aller fonder des colonies; a l o r s , c'étaient moins e n ­ core q u e des citoyens libres d'exercer leur i n ­ dustrie o ù b o n leur semble. On lit, en effet, d a n s les Annales

du conseil souverain

de la

Mar-

tinique , q u e les p r e m i e r s Blancs-Colons n ' é ­ taient q u e des flibustiers, des boucaniers ( I ) ,

( I ) N o m s q u ' o n d o n n a i t a u x voleurs

qui couraient

les

m e r s p o u r m a s s a c r e r les é q u i p a g e s e t p i l l e r l e s c a r g a i s o n s des bâtimens marchands.

manioc.org Réseau des bibliothèques

Ville d e

Pointe-à-Pitre


( 8 ) des v a - n u - p i e d s , des échappés de p r i s o n , des h o m m e s flétris p a r l'opinion. Ces êtres connus sous la dénomination d'engagés

, ou trente-six

mois

échangeaient c o n t r e

u n exil o u t r e - m e r les peines afflictives qu'ils avaient e n c o u r u e s , o u trafiquaient d e leur mi­ sère en F r a n c e contre d e légères prérogatives q u e le g o u v e r n e m e n t royal accordait à tous ceux q u i bravaient les dangers d'un climat q u e l'on redoutait. Ceux des engagés q u i avaient passé leurs trois ans d'exil volontaire ou forcé, préféraient, p r e s ­ q u e t o u j o u r s , conserver le c h a m p qu'ils avaient cultivé , vivre de son p r o d u i t , q u e de revenir en E u r o p e , où leur sort n e s'était pas amélioré. Ils se sont établis, m a r i é s , et o n t formé la classe des Colons si fière aujourd'hui. À l'infamie près, les colonies étaient le Botany-bay d e la France. Mais, dès cette m ê m e é p o q u e , se sont r e n ­ contrés quelques Naturels q u i , intimidés p a r la fin tragique des leurs, ou subjugués p a r les con­ naissances intellectuelles q u e possédaient les engagés, se sont mis à leur merci, leur o n t vendu leurs services, habitués qu'ils étaient au climat des colonies. Les E u r o p é e n s sentirent tout le prix de cette industrie ; mais leur n o m b r e , r é d u i t par suite des massacres, n e r é p o n d a n t pas à la cupidité des m a î t r e s , ceux-ci c o n ç u r e n t l'idée


( 9

)

d'y suppléer en employant les ressources de leur ancien métier : le brigandage ( I ) fut appelé à leur a i d e , moins pour s'approprier des r i ­ chesses, q u e p o u r s'emparer par force d'hommes nés libres, i g n o r a n s , il est vrai, mais d o u x , tra­ vailleurs, et diversement subjugués. Les Blancs trafiquèrent des N o i r s , et la m é t r o p o l e , satis­ faite de se défaire à jamais des engagés, êtres m é contens ou dangereux en F r a n c e , leur p e r m i t u n commerce qui ne lui nuisait en rien. P o u r accorder ce q u e ce trafic avait de contraire aux principes de la religion et de la m o r a l e , on trouva moyen de lui d o n n e r u n b u t l o u a b l e , et les jésuites d'alors ne craignirent pas d'avancer q u e p o u r le plus g r a n d intérêt du christianisme, il était nécessaire de convertir u n peuple i d o ­ lâtre. Il ne fallut rien moins que des prétextes aussi spécieux p o u r fléchir la volonté de Louis XIII qui s'opposait à l'asservissement des Noirs. Les intérêts du ciel servirent encore à voiler la cupidité des h o m m e s , et la traite des Africains prit ainsi u n caractère s a c r é . I l est

(I) juillet

D a n s la s é a n c e

d e la

chambre

1 8 2 8 , M. H y d e - d e - N e u v i l l e ,

m a r i n e , qualifia

d'infame

des députés d u

22

a l o r s m i n i s t r e d e la

b r i g a n d a g e le c o m m e r c e d e la

traite d e s N o i r s . O n n e p e u t a c c u s e r c e t e x - m i n i s t r e d e li­ b é r a l i s m e à l'égard d e s c o l o n i e s .


(10)

digne de r e m a r q u e qu'on rachetait en Asie les chrétiens esclaves, alors q u ' o n plongeait dans l'esclavage les Noirs devenus chrétiens. C'est ainsi q u e des h o m m e s aimés, considérés dans leurs t r i b u s , furent arrachés à leurs fa­ milles , leurs concitoyens, et furent i n h u m a i n e ­ m e n t ravalés à la condition de bêtes de s o m m e par des êtres qui étaient loin de j o u i r , dans leur pays d ' E u r o p e , d ' a u t a n t de titre à l'estime d e leurs semblables. Telle est p o u r t a n t l'origine fidèle d'où les Co­ lons font dériver leur droit de p r o p r i é t é sur la p e r s o n n e des h o m m e s noirs et leurs descendans. J'ai d o n c raison de dire que ce droit découle de la violation la plus manifeste d u droit n a t u ­ r e l , puisqu'aussi h o m m e s q u e les C o l o n s , aussi libres q u ' e u x , et exempts de toute flétrissure, les Noirs n'ont été réduits à l'esclavage q u e p a r l'abus le plus i n h u m a i n de la force. L ' a u t e u r a n o n y m e q u e j e réfute sent si bien la force de ce r a i s o n n e m e n t , qu'il avoue d a n s sa b r o c h u r e , page 5 , qu'il n e faut pas exami­ n e r le titre de la propriété. « Quelle q u e soit sa « n a t u r e , dit-il, il est valide aux yeux de la « F r a n c e , p u i s q u e c'est elle q u i l'a fait. » Je n'a­ buserai pas de la patience de mes lecteurs en m ' a m u s a n t à réfuter u n r a i s o n n e m e n t p a r e i l , lequel, s'il pouvait être admis comme p r i n c i p e ,


(11) serait la barrière la plus i n s u r m o n t a b l e p o u r les p r o g r è s de l'esprit humain. U n e loi peut être b o n n e o u a u moins j u g é e nécessaire p o u r u n temps q u e l c o n q u e , m a i s , dès l'instant qu'elle est d e v e n u e intolérable , est-ce un crime de la changer , la r a p p o r t e r , la remplacer p a r u n e a u t r e ? T o u t ce q u e j e désire, c'est q u e , aussi soumis q u e n o u s aux lois de la métropole, les Colons obéissent à celles q u i v o n t enfin nous r e n d r e l i b r e s , c o m m e n o u s avons cédé à celles q u i n o u s ont, p e n d a n t des siècles, réduits à l'es­ clavage. Je crois en avoir assez dit s u r le droit de propriété; en expliquer l'origine, est assez le réfu­ t e r ; nous avons été asservis par le brigandage : nos maîtres p r é t e n d u s ne sont q u e des u s u r ­ p a t e u r s ; e t , enfans de la m ê m e patrie , c i ­ toyens du m ê m e g o u v e r n e m e n t , c o m m e fils d u m ê m e D i e u , n o u s avons droit à la jouissance des mêmes prérogatives. E n vain les Colons p r é t e n d e n t q u e le m o m e n t n'est pas o p p o r t u n , et q u e le g o u v e r n e m e n t m a n q u e r a le b u t qu'il se propose en p r o n o n ­ çant m a i n t e n a n t l'émancipation civile et poli­ tique des h o m m e s de couleur et e n , amélio­ r a n t le sort des esclaves. Il est toujours t e m p s de faire le bien : d'ailleurs m a l h e u r e u s e m e n t le g o u v e r n e m e n t n'affranchit pas encore de l'es-


(

12 )

clavage tous ceux d o n t la couleur de la peau diffère de celle des blancs. Les Colons habitués à une autorité absolue , non seulement exigent q u e le g o u v e r n e m e n t leur laisse l'initiative de la révision des lois et réglemens des Colonies, mais poussent l'aveu­ glement et l'audace j u s q u ' à soutenir qu'obéis­ sance ne sera pas due de leur p a r t aux lois n o u ­ velles rendues c o n t r e leur opinion. Ils sont conséquens : rebelles à la n a t u r e , ils doivent l'être à la raison. Le Colon q u e je réfute, et qui se fait l'organe des autres p l a n t e u r s , d i t , page 1 8 : « N o u s « voulons que lorsque les colonies ne sont et ne « sauraient être représentées dans la C h a m b r e « des députés, la C h a m b r e desdéputés n e puisse « faire ni p r o p o s e r des lois coloniales , a t t e n d u « q u ' u n Français n'est t e n u qu'à l'exécution des « lois auxquelles il a c o n c o u r u par lui-même ou « par ses représentans. » Si ce langage ne faisait pitié il exciterait l'indignation, c'est toujours l'or­ gueil intolérable qui se révèle; les Colons veulent conserver u n régime exceptionnel favorable à leur despotisme, et ne veulent pas en s u p p o r t e r les conséquences lorsqu'elles sont contraires à leurs vues d'oppression. Mais si e u x , ne doivent pas obéissance à des lois, auxquelles ils n'auraient c o n c o u r u ni par députés, ni par eux-mêmes, nous,


( 13 ) nous ne devons pas céder à u n e force qui n'a été organisée ni de notre consentement , ni sous n o t r e adhésion. Par de tels r a i s o n n e m e n s , n o u s arriverions à trouver dans u n e révolte gé­ nérale l'exercice d u plus saint des d e v o i r s , et à m e t t r e en p r a t i q u e cet axiome de J.-J. R o u s ­ seau : « T a n t q u ' u n peuple est contraint d'obéir, « et qu'il o b é i t , il fait bien ; sitôt qu'il p e u t se« couer le j o u g , et qu'il le s e c o u e , il fait mieux « encore; car, recouvrant sa liberté par le m ê m e « droit qui la lui a r a v i e , o u il est fondé à la re« p r e n d r e , ou on ne l'était pas à la lui ô t e r ( I ). » Le m ê m e Colon s'écrieà la m ê m e page :« Nous « voulons q u e la France r e n d e h o m m a g e à nos « droits de propriété en n o u s laissant l'initia« tive. » N o u s , n o u s supplions la F r a n c e d ' e n ­ t e n d r e nos plaintes et nos s o u p i r s , n o u s la c o n ­ j u r o n s de ne pas r e n d r e h o m m a g e à un droit q u i dérive d u plus infâme brigandage ( 2 ) , et à p r e n ­ d r e seule l'initiative dans u n e question d'huma­ nité de justice et de raison : c o m m e on voit les expressions m e n a ç a n t e s , sous forme de volonté, qu'emploie l'auteur, p r o u v e n t q u e tous les m o y e n s lui sont b o n s p o u r arriver à son b u t ;

(x) C o n t r a t S o c i a l , (a) V o i r n o t e , p a g e 9 .


( 14 ) h e u r e u s e m e n t ses raisonnemens insidieux sont aussi peu péremptoires q u e ses insinuations sont mal-adroites. L ' a u t e u r a n o n y m e voudrait q u e le g o u v e r ­ n e m e n t , se reposant sur la générosité des Co­ lons, leur confiât sans partage le soin et l'amé­ lioration du sort des esclaves, et les laissât seuls j u g e s de d é t e r m i n e r le m o m e n t de l'émancipa­ tion entière des h o m m e s de couleur parve­ nus déjà aux droits d'une demi liberté. Il avance « q u e c'est par excès d'orgueil et g r a n d e exigen« ce, ingratitude inexcusable q u e les h o m m e s de « couleur accusent les C o l o n s d e despotisme et « d'arbitraire , c a r , s'ils sont sortis d'esclavage « eux ou leurs pères et m è r e s , ce n'a été q u e « par u n e générosité naturelle a u x Colons , et « q u e ne prescrit ou n'impose a u c u n e loi colo« niale. Ce q u e les Colons o n t fait sans l'inter« vention d u g o u v e r n e m e n t à u n e é p o q u e anté« r i e u r e à ses vues a c t u e l l e s , ils le r é p é t e r o n t « e n c o r e , l ' a u g m e n t e r o n t m ê m e lorsqu'ils en « j u g e r o n t l'opportunité. » Ce r a i s o n n e m e n t n'est q u e spécieux ; il a d u p r é c é d e r la menace à laquelle l'auteur a aussi recours : j e m'arrête d ' a b o r d au raison­ n e m e n t , avant d'arriver à la réfutation de ses autres a r g u m e n s . Il est vrai , et il n ' e n t r e pas dans ma pensée


( 15 ) de nier q u e les h o m m e s de c o u l e u r , ou leurs pères et m è r e s o n t du leur affranchissement de l'esclavage aux Colons possesseurs de leur p e r s o n n e , mais je nie formellement q u e cet affranchissement ait été l'effet de la générosité o u de la reconnaissance tacite d'un droit n a ­ turel. Les Colons, d o n t l'intérêt est en général l'u­ n i q u e c o n s c i e n c e , se s o n t réservé p a r des r é glemens locaux la faculté d'affranchir telle o u tel esclave, selon leur b o n plaisir ou leur avan­ tage. Ainsi, le noir o u m u l â t r e qui se fait vieux, p e u t , en versant dans les mains du Colon le fruit des économies d'une longue servitude , soustraire ses dernières années au fouet de son m a î t r e ; on lui accorde le triste droit de se r a ­ c h e t e r c o r p o r e l l e m e n t ; dans cet état il a encore à payer au g o u v e r n e m e n t colonial u n droit d'af­ franchissement q u i n e l'élève pas m ê m e à la qualité d ' h o m m e libre , mais qui est t o u t ce qu'il p e u t avoir sous la législation a c t u e l l e , car, après ce double rachat , il n'est admis à a u c u n emploi civil ou militaire. Beaucoup d ' h o m m e s o n t , en satisfaisant la cupidité insatiable des Colons, usé d'un pareil d r o i t ; b e a u c o u p de fem­ mes o n t été plus heureuses dans leur rachat : mais ces divers effets n'ont jamais été la consé­ q u e n c e d'un m o u v e m e n t de générosité ou de


(

16 )

g r a n d e u r d'ame des fils ou descendans des en gagés, et l'auteur a n o n y m e a mauvaise grace à venir dire au g o u v e r n e m e n t q u e la générosité passée est un g a r a n t de la générosité à venir. D'ailleurs, ce q u e n o u s , h o m m e s de couleur, réclamons, n'est pas u n acte de générosité, mais la reconnaissance d'un droit inné chez n o u s , préexistant à la servitude de nos p è r e s , et c'est ainsi q u e la France régénérée de 1830 l'entend avec nous. Notre p l a n t e u r de la Guadeloupe insinue q u e l'émancipation civile et politique des u n s , et l'amélioration du sort des a u t r e s , sera le signal « du bouleversement des colonies qui ne présen« t e r o n t plus q u ' u n amas de r u i n e s , de cendres « et de cadavres.» N o t r e p l a n t e u r passe, c o m m e on voit du plaisant au tragique. Q u o i ! parce q u e le sort des noirs et des mulâtres deviendra plus d o u x , ils deviendront plus dangereux ! L'histoire n o u s d é m o n t r e q u e c h a q u e lois q u e des oppresseurs ont vu arriver le ternie de leur t y r a n n i e , ils o n t employé les m ê m e s armes p o u r éviter la destruction de leur pouvoir. L o r s q u e L o u i s - l e - G r o s voulut affranchir les c o m m u n e s , les nobles lui r e p r é s e n t è r e n t q u e les serfs, u n e fois plus libres, envahiraient les c h â t e a u x , assassineraient leurs anciens maîtres, et se vengeraient par tous les excès imaginables


( 17 ) de leur abjection passée; qu'il s'ensuivrait la ruine et la p e r t e de la monarchie. Nonobstant ces présages sinistres, les c o m m u n e s o n t été affranchies, les c h a m p s partagés , les serfs rendus libres , et il s'en est suivi la richesse de la France et la puissance d u t r ô n e . Il en sera de m ê m e des colonies, malgré l'opinion des Colons q u i r e p r é s e n t e n t au-delà des mers les rois abso­ lus d'Europe , q u i ne p e u v e n t être désormais forts et h e u r e u x q u ' e n d o t a n t leurs peuples d'institutions libérales. D'ailleurs, n'est-il pas d é m o n t r é p a r l'expé­ rience q u e plus les propriétés sont divisées, plus les industries individuelles protégées, plus l'état se crée de ressources, de richesses et de p u i s s a n ­ ces. Q u e les colonies des Antilles cessent d'être le partage de h u i t mille C o l o n s , alors la m é ­ t r o p o l e verra d i m i n u e r ses charges et augmen­ ter ses revenus. Récapitulons la force actuelle de la popula­ tion des d e u x colonies : la Martinique et la Gua­ deloupe, et voyons si plus de bien-être sera plus redoutable a u g o u v e r n e m e n t q u e n e le sont les h o r r e u r s de la législation existante. Chacune des deux colonies c o m p t e dans l'es­ clavage a b s o l u , de 8 0 , 0 0 0 à 1 0 0 , 0 0 0 esclaves. H o m m e s de couleur libres , affranchis et pa­ t r o n e s , de 2 0 , 0 0 0 à 25,000.


( 18 ) Colons planteurs , marchands ou détenteurs d'hommes , de 8 , 0 0 0 à 1 0 , 0 0 0 . Cette é n o r m e différence parle plus haut q u e tous les plaidoyers en faveur de mes compa­ triotes des Antilles. Douze individus se laissent d i r i g e r , m a î t r i s e r par un seul b l a n c , Colon ou regnicole , et c'est ce dernier qui se p l a i n t , qui fait pressentir sa destruction s'il perd de son a u t o r i t é , de sa puissance ! Tous les publicistes s'accordent à dire, qu'il est temps de reviser et d'améliorer la législation coloniale , si le g o u ­ v e r n e m e n t veut conserver les c o l o n i e s , parce q u e l'instruction , en se p r o p a g e a n t , gagne les peuplades les plus lointaines c o m m e les plus ignorantes, et leur révèle, avec le sentiment de leur d i g n i t é , celui de leur force. Les Colons q u i , pressés par leur conscience, n'osent nier cette vérité c h a q u e j o u r réalisée , veulent r e ­ tarder l'événement autant q u e possible : p o u r e u x , cesser d'être a b s o l u , c'est cesser d'exister. Ils p r é t e n d e n t , et m o n a u t e u r répète complaisamment leur d i r e , « q u e l'amélioration d u sort « des esclaves , en les sortant de leur a b r u t i s « s e m e n t , les fera porter leurs yeux plus h a u t ; « par exemple sur les hommes de c o u l e u r , les« quels émancipés et participant aux emplois « c o m m e aux charges et prérogatives des ci« toyens , deviendront p o u r eux un objet d'en-


(19) « « « «

vie. Q u e de ce désir secret naîtront naturellem e n t l'amour et les dangers d'une liberté effrénée, source de tous les m a u x q u i mena­ cent les colonies. » C'est là le cauchemar de l'aristocrate, lequel cesse dès qu'il ouvre les yeux. Aujourd'hui et dans l'état d'oppression, où gémissent 2 0 0 , 0 0 0 h o m m e s forts et n e r v e u x , il existe des liens de p a r e n t é q u e l'émancipation n e saurait r o m p r e : est-il j u s t e , raisonnable de penser q u e la com­ paraison q u e t o u t esclave p e u t faire e n t r e sa misérable position actuelle et celle de son fils, f r è r e , a m i , e t c . , jouissant déjà d'une d e m i émancipation, soit moins p r o p r e à lui inspirer le désir de l'affranchissement, l'amour de la l i b e r t é , q u e lorsque les h o m m e s de couleur seront e n t i è r e m e n t libres? Non sans d o u t e , l o i n d e là m ê m e ; les esclaves ayant d'un côté devant les y e u x la nouvelle et plus h o n o r a b l e condition de leurs parens et a m i s , de l'autre é p r o u v a n t la d o u c e u r d e leur p r o p r e amélioration, j o u i r o n t enfin d ' u n e réalité consolatrice a t t e n d u e depuis long-temps. U n p e u de bien chez eux sera l'avant-coureur d'une position plus douce encore ; et d a n s un avenir éloigné, incertain p o u r b e a u ­ c o u p , mais réel p o u r u n plus grand n o m b r e , se dessineront d'abord l'affranchissement simple et ensuite l'entière émancipation. Alors, ils ces-


seront de voir dans leurs maîtres des bourreaux inviolables ët éternels ; leur crainte, leur respect des b l a n c s , se changeront en reconnaissance et devoûment sincères. Il n'est q u ' u n m o y e n d'é­ viter les maux q u e rêve notre planteur a n o n y ­ m e , c'est, non pas d'émanciper tout d'un c o u p les esclaves,je lui fais encore, et contre les désirs de m o n ame cette sage concession, mais de com­ mencer à les habituer à plus de d o u c e u r et à un régime légal et p r o t e c t e u r . U n e autre colonie française a déjà foulé aux pieds ces préjugés des colons contre les n o i r s , et même devancé les vues bienfaisantes du gou­ v e r n e m e n t , en p r e n a n t l'initiative de la révision des lois coloniales. Je veux parler de l'Ile-Bourb o n , où depuis le mois de janvier 1 8 3 0 , les colons ont soufflé p u b l i q u e m e n t un air de liberté en appelant la sollicitude du gouverne­ ment sur les noirs et les m u l â t r e s ; la colonie n'en a pas été moins paisible. Si cet exemple ne suffit pas p o u r rassurer les colons de la Marti­ nique et de la Guadeloupe en supposant qu'ils soient de b o n n e foi, nous citerons encore les possessions des autres nations d ' E u r o p e , telles q u e la T r i n i t é , la G r e n a d e , Sainte-Lucie, la D o ­ m i n i q u e , etc., etc. qui confinent à nos colonies et dans lesquelles le gouvernement anglais a donné la plus entière liberté aux hommes d e

t


(21 ) c o u l e u r , amélioré le sort des esclaves, et ac­ cordé les prérogatives de l'affranchissement à t o u t esclave qui d é b a r q u e ; mesure aussi phi­ l a n t h r o p i q u e q u e politique en ce qu'elle contri­ b u e à favoriser la désertion des esclaves des Antilles françaises q u i n'ayant de la Martinique q u e sept lieues à passer p o u r se r e n d r e à SainteLucie , risquent souvent leur vie p o u r fuir les mauvais traitemens d o n t ils sont victimes par suite de n o t r e législation actuelle. C'est donc en m a r c h a n t à u n e sage liberté par u n e gradation bien combinée q u e n o u s ver­ r o n s , et mon a u t e u r aussi, disparaître ces haines, n o n pas nées a u c œ u r du noir et d u m u l â t r e , mais excitées p a r la barbarie des blancs. D o n c , p o u r arriver à ce désir, q u e manifeste avec moi mon Colon de la G u a d e l o u p e , il ne faut pas c o n t i n u e r la cause première de ces haines et de ces méfiances t r o p légitimes, t r o p n a t u r e l ­ l e s , mais il faut la faire cesser en a d o p t a n t u n e a u t r e législation. E n effet, les noirs ne sont pas et ne p e u v e n t pas être les ennemis des blancs ; tous les torts, les rigueurs viennent de ceux-ci, qui n e reçoivent en échange q u e résignation, soumission à leurs ordres et à leurs caprices souvent barbares. Au lieu de n o u r r i r u n esprit de révolte,lenoir n'ou­ vre son c œ u r qu'à l'espoir d'un meilleur avenir.


(22) J'en ai plus à dire encore en faveur des h o m m e s de couleur q u i , à des époques fort re­ m a r q u a b l e s dans l'histoire des colonies, o n t rendu les plus grands services aux b l a n c s , et n'en ont été récompensés q u e par les plus odieuses p e r s é c u t i o n s , comme si l'ingratitude devait faire place à la c r u a u t é afin de se légiti­ mer. En effet, lors de la révolte du Mont-Carbet, en 1 8 2 2 , les Colons, menacés dans leur exis­ tence par leurs exclaves e x a s p é r é s , ne d u r e n t la vie et le r e t o u r à l'ordre, q u e grâce à l'heu­ reuse intervention des h o m m e s de couleur. À cet égard M. Champvallier, p r o c u r e u r du roi à Saint-Pierre-Martinique, q u e l'on ne peut ac­ cuser d'avoir été alors opposé aux vues des Colons puisqu'il est encore aujourd'hui le champion le plus déterminé de leur système oppresseur et exceptionnel, s'exprimait ainsi dans u n e lettre adressée à son collégue à Bor­ deaux. « Aucun h o m m e de couleur libre n'a « été impliqué, ni aucun m ê m e s o u p ç o n n é ; leur « c o n d u i t e a été franche,

loyale,

dévouée,

et

« t a n t qu'il y aura accord entre cette classe et « celle des b l a n c s , il n'y aura jamais danger « réel pour la colonie ( 1 ) . » Je rappelerai encore l'action dePélage, h o m m e ( r ) V o i r le Moniteur

du 8 février 1 8 2 3 .


(

23

)

de c o u l e u r , d o n t au surplus je n'approuve pas toute la conduite politique, q u i , p a r son cou­ rage et son dévouement, sauva les blancs du coutelas de leurs esclaves, et contribua si vail­ l a m m e n t à conserver la Guadeloupe à la France p e n d a n t le cours de n o t r e première révolution. Quels furent p o u r t a n t les procédés des blancs après ces deux époques ? A la M a r t i n i q u e , ils o n t en 1823 et 1 8 2 4 persécuté les hommes de c o u l e u r , ils les o n t accablés de f e r s , de stigma­ tes d'infamie, d'arrêts injustes et c r u e l s ; ils les o n t bannis. Ils ont fait plus encore q u e de tortuer la loi. A la G u a d e l o u p e , ils o n t , en 1 8 0 2 , enle­ vé les h o m m e s de couleur l i b r e s , les o n t trans­ portés et vendus c o m m e esclaves aux colonies espagnoles! Ils ont... le cœur se soulève d'hor­ reur, ils ont chargé des embarcations d'hommes d e couleur garottés ; et poussées en pleine m e r , les ont coulées bas!!!... Rien ne pèse tant au c œ u r du pervers q u e le fardeau de la reconnaissance. Qu'on me cite u n fait contraire et accusateur du b o n esprit des h o m m e s de couleur, et je passe condamnation sur toutes les exigences des colons. Ah! si au lieu de repousser simplement leurs fausses a c c u s a t i o n s , je m'attachais à la récrimi­ n a t i o n , q u e n'aurais-je pas à dire p o u r p r o u v e r q u e leur âme , fermée à l'humanité, l'est aussi à l'amour de la patrie? En première ligne je met-


( 24 ) trais la conduite lâche qu'ils o n t t e n u e à diver­ ses époques, en livrant la Guadeloupe et la Mar­ tinique aux Anglais (I). Je dirais mais je ne veux pas accuser ( 2 ) . Certes si les h o m m e s de couleur eussent j o u i des droits civils et politi­ q u e s , ils se seraient opposés à cette h a u t e trahi(1) V o i r Mémoire année

pour

les hommes

1 8 2 8 , p a g e s 99 e t 1 0 0 . Histoire

de couleur,

5

e

partie,

des Antilles

françai-

ses, t o m . I I I , p a r B o y e r d e P e y r e l e a u . ( 2 ) O n lit d a n s l e s Annales Martinique,

du conseil

souverain

tom. I I , pag. 1 3 6 , u n e lettre du

de

la

gouverneur

d e la M a r t i n i q u e a u x g é n é r a u x a n g l a i s , a u x q u e l s les c o l o n s v e n a i e n t d e l i v r e r la c o l o n i e qu'il é t a i t

forcé

d'évacuer.

D a n s c e t t e l e t t r e , o n r e m a r q u e le p a s s a g e s u i v a n t : « M e s s i e u r s , v o u s v e r r e z p a r l'article 2 3 d e c e t t e

capi­

tulation , q u e je réclame cinq habitons à m o n c h o i x ; cette d é m a r c h e e s t si j u s t e m e n t f o n d é e , q u e j e la c r o i s

prévue

par v o s Excellences : en effet, nous nous devons , contre des sujets c o u p a b l e s , un mutuel secours. L e

droit

sacré

d e s s o u v e r a i n s est a t t a q u é p a r la d é m a r c h e i n s o l e n t e gens q u i , au mépris de leur naissance et de particulier de

fidélité,

leur

de

serment

ont osé présenter à V o s Exc. un p r o ­

jet de capitulation. Qu'ils eussent mis bas les armes

par

faiblesse, par défaut de courage, j e les regarderais indignes de posséder

des terres qu'ils devraient

défendre ;

mais

qu'ils a i e n t e u la r i d i c u l e a u d a c e d e s e f o r m e r un c o r p s , d e s e liguer p o u r traiter contre les i n t é r ê t s de leur r o i , u n e telle d é m a r c h e n e saurait être soufferte ni par v o u s ni p a r m o i ; car enfin , M e s s i e u r s , n o u s ne p o u v o n s

jeter qu'un

C o u p - d ' œ i l d ' i n d i g n a t i o n sur des g e n s q u e la b a s s e s s e d ' a m e a m i s e n t r e v o s m é p r i s et les m i e n s


(25 ) s o n ; la preuve s'en trouve dans le patriotisme qu'ils o n t déployé à la Guadeloupe en 1794, conservant la colonie à la mère-patrie. Il est vrai qu'alors ils participaient aux charges p u ­ bliques q u e depuis les colons ont jugé conve­ nable de leur ôter. Ces faits d é m o n t r e n t q u e le seul moyen non seulement de sauver les colonies, mais de les c o n s e r v e r , est u n e éman­ cipation entière et absolue. L'auteur que je réfute se débat entre ses préjugés et sa conscience, et il ne soutient les premiers q u ' e n t o m b a n t en contradiction avec lui-même. E n effet, il d i t , page 12 de sa b r o ­ c h u r e : « Il faut bien se convaincre qu'il n'y a « plus de tranquillité d'existence dans les colo« nies, si l'on attente à ces moyens d'opinion « q u e l'on appelle préjugés, et qui sont les seu« les garanties, les seules sauvegardes des p r o « priétés coloniales. » Mais cette opinion de l'au­ teur est réfutée par lui-même, page 1 6 . « P o u r « ne pas m a n q u e r le b u t qu'on se propose d'a« méliorer le régime colonial et d'éteindre les « h a i n e s , les jalousies qui éloignent les h o m m e s « de couleur des blancs, on doit laisser à ceux-ci « l'initiative des réformes à faire dans les colo« nies sur l'état des p e r s o n n e s , à condition qu'ils « en useront

immédiatement

et

largement.

Quoi ! vous nous accusez p o u r nous laisser


(

26

)

clans u n e demi-liberté et un entier esclavage, et vous réclamez p o u r vous l'avantage de nous émanciper et d'améliorer n o t r e sort immédiatement et largement! Je ne saurais expliquer cette contradiction qui b a t en r u i n e t o u t votre sys­ tème. L'auteur accuse d ' i m p r u d e n c e M. le général Sébastiani, p o u r avoir, en répondant à l'inter­ pellation de M. Lafayette ( I ) , annoncé p o u r les colonies des réformes libérales prochaines ; ce­ p e n d a n t , l'auteur les veut immédiates et larges: il s'avouerait donc i m p r u d e n t ( 2 ) ? Certes , il a p -

(1) S é a n c e d e la c h a m b r e d e s d é p u t é s

d u 25 s e p t e m b r e -

1830. (1)

M . d e S a i n t - H i l a i r e , d i r e c t e u r d e s c o l o n i e s à la ma­

r i n e , s ' e x p r i m e ainsi d a n s u n m é m o i r e r e m a r q u a b l e qu'il v i e n t d e c o m m u n i q u e r à la c o m m i s s i o n c h a r g é e d e la r é v i ­ s i o n d e s l o i s c o l o n i a l e s . « J ' o b t i n s d e M . le b a r o n H y d e - d e « Neuville,

qui venait de r e c e v o i r le

porte-feuille

d e la

« m a r i n e , qu'il s e r a i t r a p p e l é au g o u v e r n e u r d e la M a r t i n i « q u e et a u x g o u v e r n e u r s d e s a u t r e s c o l o n i e s , l'ordre

de

« faire p a r v e n i r u n travail s u r l'état d e s i n d i v i d u s q u i , s o u s « l e n o m d e patronés,

ne jouissént que d'une liberté irré-

« g u l i è r e , et il l e u r fut i n t e r d i t d e la m a n i è r e la p l u s f o r « melle de replacer dans l'esclavage c e u x m ê m e s « d r o i t s à la liberté seraient le plus incertains.

dont

les

Enfin,

il

« l e u r fut d é f e n d u d e m e t t r e e n v e n t e l e s i n d i v i d u s n o i r s o u « d e c o u l e u r q u i , n'étant

réclamés par aucun m a î t r e , sont


( 27 )

partenait au citoyen des deux mondes de p r e n ­ dre e n c o r e , en 1 8 3 0 , l'initiative sur cette ques­ t i o n , puisqu'en 1 7 9 1 , il s'écriait à la t r i b u n e de l'assemblée nationale ( 1 4 mai) : « D'après les dé« crets de l'assemblée nationale, je crois qu'il est « clair q u e les hommes libres propriétaires, cul« tivateurs et contribuables, sont des, citoyens. « Or, les hommes de couleur sont propriétaires, « cultivateurs, contribuables; sont-ils des homa mes? p o u r m o i , je le pense. » En r é s u m é , l'auteur de la b r o c h u r e qui vient de paraître a eu. p o u r b u t d'éclairer les mem­ b r e s de la commission nommée p o u r la réforme

« a u x t e r m e s d e la l é g i s l a t i o n l o c a l e , c o n s i d é r é s c o m m e e s « claves. » Ces ordres sont du mois de mai 1 8 2 8 , et r a p ­ p e l l e n t e x p r e s s é m e n t u n e a u t r e d é p ê c h e d u m i n i s t r e d e la m a r i n e à la d a t e d u 2 0 f é v r i e r

1 8 2 4 , dont

le b u t

était

l ' e x a m e n d e la s i t u a t i o n d e s h o m m e s d e c o u l e u r . M . S a i n t - H i l a i r e , e n a n n o n ç a n t à la c o m m i s s i o n

de

communica­

t i o n d e s d o c u m e n s p a r v e n u s à la m a r i n e , dit : « E l l e r e c o n « n a î t r a q u e c e q u i c o n c e r n e les g e n s d e c o u l e u r l i b r e s , e s t « l o i n d'avoir é t é e x a m i n é a u x c o l o n i e s s e l o n l'esprit d e la « d é p ê c h e , e t q u e d a n s l ' e x a m e n d e la q u e s t i o n d e s « nés,

o n n'a pas p o r t é n o n

plus les vues de

patro-

prévoyance

« q u e l'on d e v a i t a t t e n d r e d e c o l o n s é c l a i r é s . » C e m é m o i r e r é v è l e u n fait c u r i e u x

e t r e l a t i f à la c o n ­

d a m n a t i o n d e 1 8 2 4 , q u i a fait tant d e b r u i t e n E u r o p e ; b r o c h u r e ayant leur aux

Antilles,

p o u r t i t r e : de la situation

des gens

de

la

cou-

l a q u e l l e s e r v i t d e b a s e à l'arrêt e n q u e s -


( 28 ) et révision de la législation coloniale : il l'a fait avec t a l e n t , si ce n'est avec b o n n e foi, et les hommes de couleur doivent lui en savoir g r é , puisque cet avocat des C o l o n s , e n faisant valoir tous les moyens sur lesquels ceux-ci s'appuient p o u r d é m o n t r e r la nécessité du maintien du statu quo, a mis à n u la misère et la faiblesse de leur système. Q u a n d avec l'habileté de n o t r e planteur, on ne parle pas à l ' a m e , à l'esprit, ni à la conviction de ses l e c t e u r s , c'est qu'on d é ­ fend u n e cause insoutenable q u e le préjugé peut bien essayer de s o u t e n i r , mais q u e con­ d a m n e la conscience. Au s u r p l u s , et j ' a i m e à

t i o n , d o n n a l i e u à u n r a p p o r t au m i n i s t r e s o u s la d a t e d u 31 d é c e m b r e 1 8 2 3 , d o n t les h o m m e s de

le but

était p r o p r e à favoriser

c o u l e u r . C e r a p p o r t fut a c c u e i l l i a v e c

fa­

v e u r , e t il fut é c r i t a u x g o u v e r n e u r s d e s c o l o n i e s , à l'effet d e les a u t o r i s e r

à prononcer

d e la défense d'exercer

immédiatement

l'abrogation

des fonctions publiques , ou

d'être

officiers d a n s l e s m i l i c e s e t d e q u e l q u e s a u t r e s d é f e n s e s r é ­ sultant

d'actes de

l'autorité

locale.

Presqu'à

la

même

d a t e , l e 1 2 j a n v i e r 1 8 2 4 , la c o u r r o y a l e d e la M a r t i n i q u e condamnait au bannissement quatre h o m m e s de couleur, et a u x g a l è r e s à p e r p é t u i t é a v e c e x p o s i t i o n et

flétrissure

trois

a u t r e s h o m m e s d e c o u l e u r , c o u p a b l e s d'avoir r e ç u d ' E u r o p e e t c o m m u n i q u é à q u e l q u e s a m i s la b r o c h u r e q u i

éveillait

la s o l l i c i t u d e d u g o u v e r n e m e n t e n F r a n c e . C'est ainsi q u e l e s C o l o n s c o m p r e n n e n t e t s e c o n d a i e n t les v e l l é i t é s bienfai santes

d u m i n i s t è r e d'alors.


(

29

)

rendre cette justice à qui elle a p p a r t i e n t , l'opi­ nion de l'auteur n'est pas celle de tous les Colons en général : il y a parmi eux d'honorables ex­ c e p t i o n s ; je m e fais m ê m e un devoir de dire q u e la grande partie de ceux q u e j'ai rencontrés et connus en E u r o p e m'ont inspiré b e a u c o u p de confiance et d'estime dans leurs sentimens de libéralisme et leurs désirs de voir les colonies jouir d'une sage l i b e r t é ; ces opinions qui sont celles de t o u t h o m m e éclairé o n t détruit en mon coeur le profond ressentiment qu'y avait gravé la conduite t e n u e envers moi et mes amis par les habitans blancs des colonies : Dois-je ce chan­ gement à la d o u c e u r des m œ u r s de France ou à l'intérêt q u e m'y o n t témoigné des Colons? Je ne saurais dire, mais j e l'éprouve, j e l'exprime avec franchise et plaisir. Aussi, ce n'est pas contre ces honorables exceptions q u e j'ai pris la p l u ­ m e , mais p o u r aider au développement de la voix secrète de l ' a u t e u r , laquelle parle plus h a u t q u e son r a i s o n n e m e n t , et se fait j o u r e n dépit de lui-même : c'est u n e manière de payer sa dette à l'humanité. Je crois devoir à l ' h o n n e u r et au b o n droit de la cause q u e j ' e m b r a s s e , de signer ma b r o ­ c h u r e ; il est des n o m s q u i , à eux seuls, rappel­ lent tout u n système en le frappant de m o r t et de honte. C'est dans ce double b u t q u e je livre


(30) au public le nom du réfutateur d'un Colon, qui a le courage de garder l'anonyme dans ses atta­ ques contre la classe à laquelle j e m ' h o n o r e d'appartenir. BISSETTE.

P a r i s , ce 12

décembre 1830.


C. C. A. Bissette, homme de couleur de la Martinique, à un colon : sur l'émancipation civile...  

Auteur. Bissette, C.-A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

C. C. A. Bissette, homme de couleur de la Martinique, à un colon : sur l'émancipation civile...  

Auteur. Bissette, C.-A. / Ouvrage patrimonial de la Bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation, Université des Antill...

Profile for scduag
Advertisement