Issuu on Google+

QUATRIÈME VIII

FORMATION

DE

L'INDO-CHINE

FRANÇAISE

1870-1900

M a l g r é toutes les sion m a l g a c h e

la

difficultés

mauvaise

l i o v a , les p e r p é t u e l l e s

que suscitaieut

foi incessante

tentatives

du

d'intrusion

à uotrc expangouvernement

d'une

•"'Vale, e t p a r f o i s m ê m e e n F r a n c e les e x c è s d e

puissance

l'esprit d o c t r i -

"laire e t f o r m a l i s t e s e c o m p l a i s a n t d a n s l e s é l é g a n t e s a m b i g u i t*îs d e p r o t e c t o r a t , t^i^i

le succès

ne pouvait faire doute. D a i i s

final

î h ; p l u s g r a n d e q u e l a F r a n c e , i l est v r a i ,

mais habitée par

p e u n o m b r e u . s e e l é p a r s e , l a lutte

t'ie p o p u l a t i o n

se

poursui-

^'^it c o m m e e n c h a m p c l o s , contre u n a d v e r s a i r e d o n t l e p a y s Pi'opre é t a i t l o i n

des

côtes, mal

relié aux

ports, c'est-à-dire

peu l'aviirisé p o u r le r a v i t a i l l e m e n t en a r m e s et en m u n i t i o n s . Si 'lous a v i o n s osé plus tôt n o u s a u r i o n s vaincu plus tôt et a c h e t é ''^oins ^^gc

chèrement

irréparable

la victoire ; mais il n'y avait point un d o m dans

nos

erreurs de

longanimité,

•'fions a s s u r é s d ' a r r ô l e r les p r é p a r a t i f s d e l ' a d v e r s a i r e ^finl

qu'il

nous

{ilairait de

et nous au

mo-

choisir.

I n d o - C h i n e l ' o n i v r e d ' e x p a n s i o n fut a u t r e m e n t difficile e t <''Ouq)|exe. I l f a l l u t c o m p t e r a v e c u n e p o p u l a t i o n

9ssez à des

n o m b r e u s e et

h o m o g è n e , a p p a r e n t é e d ' a i l l e u r s p a r l a r a c e et l e s m œ u r s voisins

mal disposés contre

'^"Ires: e n l i n l e c o n t a c t

des

peuples

nous, C h i n o i s , Siamois ct de

la p é n i n s u l e

avec un


808

QUATRIÈME PARTIE

n i i j i i r r d c p l i i s i c i i i s c i ' i i la i i i r s de, in i l i i o n s d ' l i a h i l a i i l s , s u r d('!c i i i i l i n s (|iii' lie n i a p ' i i r (|iii esl,

une

si'pare:

si''|iaiai a i i i a i n i '

iiiinnieail

péninsule l'inde

giganlesipies

mis

comme

grande

ini in I a g u e s ,

péril

d'i-xiiaiisioii.

l'Inde,

u n e dillei'ciiia', c a p i l a l e

pnilé'gi'a' a i i

esl

i n o i i l a e ' i i e , esL le

essais

nord

snil,

par

età

Si

l'inii'sl

i'Indo-CIiine

soil

l ' i i i l e r p o s i l.ii i n

de

par

Ics do

ri'giouS

l i : 'al i u r reme n i p e i i p h ' e s , t a n d i s i p i e 1'I m ! o - ( d i i n e fra m a l i s e s ' o u \ re

(In

a i s i ' i i i e n l aii.N

r e s l e ile l a

iiiriirsiiiiis des

est e i i r e r e l i ' a ' d ' u n

rempart,

naturels d'iinasioii aux r i c l i e s I^a

ile

riiido-f diiiie,

iiieiiaiit

délias el a i i \

prise

Nuisins

d u lani11neut m i mèuic

p i ' a i i i i s i i l e p a r d c lune i i e s e t r i c l i e s

des c o i i l i n s

grands

\nlli'a's.

i/liido

s i l l n i i iii'e d e eliemiilf' de

la

masse asiatique

p o r i s d e l a lisière n i a i i l i i u i ' .

si pTaiilile ( p i ' c l l e a i l l ' I i ' , i i ' a doii'^

piissi'ssniii,

p a s (''II' l . l S u h l I II ni i l i ' ' l l i i i l , i \ (' d I I p n i l i l è i i i e d e ( a i l o i i i s a l i o i i i i i d O ' cliiiniise.

Le g i ni \ e r i i e i n e i i I de

inilre

I i i d o - ( 111 i n e e l

s o n dévC-

li i p | i e i i i c i i l i ' ' c i i i i i i i i n i | i i c e x i g i a i l d e s la im I i I li ms de d i p l o m a t i c <i I'l'-garil d e s d l i a Ili le I

MIISIIIS, de

rari''

i l e ses

l e i i v r e de c o l o n i s a l i m i ipic chose I

s u r\e.j I l a l i c e d e s l ' i i i i i l i è r e s l e r r c s t r c s ,

de

d'iiiliiiiiiieiil

1 i i i l n - ( üiiiie

de

Miies

mi ni ii i i ica I ii

la

l ' A s i e peu

( a m i p l e x e . II

elle-mé'iiie,

mais

a\er

in

, i p i i l'i m i d e c e t t e

i n s u l a i r e el,

le

v

l'ani

Inipieale

Irasailler

perpi'liiel

ipn'IpnU''

s o u c i d e s alhii-

res ipii s e I r a i l e i i l e i i ( l l i i i i e , a i i S i a i i i , e i i H i r m a n i e l u - i l a i i i i i ' l ' J " et môme d a n s l ' a i v l i i p e l m a l a i s . Là e s l l e i n i ' r i l e d e s a r l i s a i ' S d e iioire

e \ | ) a i i s i ( m i i i d o - c l i i i n i i s e ; là e s l l a c a u s e d e s débats

|iassioiin(''s a i i N i p i e l s elle a

(binili'

rnp|)i)sit i i m s \ s l i ' a i i a I i i p i e C I m i r e

l i e u d a n s l a iiii-l r i i | i i i l e ; e t

b e n i re|)iise

ipie

la

l i ' a i a c i t C il*^

.Ildes l''err\ i i i e i i a a b i e n a l a ' s s i ' , c ' e s l i p i e n o i r e p i i l i l ¡ i p i e i u d O ' c h i n o i s e a lenii i i m i p t e , e l

I'dil

¡iislemeiil, d e c e i p i ' l l y a v a i t

d e \ ral d a n s l e s c n i i s e i l s d e s a d \ e r s a i r e s c o m m e d a n s l e s c i u ' u U ' rageineiits

des p a r t i s a n s .


FORMATION

DE

L'INDO-CHINE

FRANÇAISE

809

I EXPÉDITION DE FRANCIS GARNIER ET TRAITÉ DE 1874.

Au Icudcluaiu ''^'iitresse •fission

de du

^firnier,

l a g u e r r e r r a n c o - a l l e i n a i i d e , l a F r a n c e élait

la Cocldntduuc; et protectrice du M é - K o u g , achevée

a v a i t prouvé

que,

sous

Cambodge. La

d i r e c t i o n <I(^

Francis

l'état a c l u c ! d u

m a h u i c l de

'^^vigaiiou Iluviale, notre C o c h i n c h i n e n e p o u v a i t

atlendre du

8''aii(i l l c i n c d o n t e l l e douvi'if um;

dans

la

possédait les

embouchures,

le

bienfait

v o i e d e c o m m e r c e sûre e t régulière A'ers l a f ' h i n e . .

^ ' ^ y ^ C a r ' i u c r a v a i t laissé e n t r e v o i r l a v a l e u r des débouchés d û p a y s p i ' u p h ' , o ù l e c o m m e r c e d e b a t e l l e r i e était d é j à f o r l '''^^'elopp,'.

( j i M i i i(" c l i m a t est b e a u c o u p p l u s s a l u b r e q u e c e l u i

^•^ ' n C o i l i i n c l i i n c . C e t t e ^''lâchaiI

grande

uni'

dernière considération, à ' l a q u e l l e o n

i i n p o r l a n c e d a n s l e m o i u l c d e s éludes

' ^ ^ f i t i i u e s , e i i g a g c a i l les ('S[)rits à s o u h a i t e r r e . x t e u s i o u (h^ n o It^c I n d o - C l i i m - \ e i s l e n o r d ; l a mortalité d e n o s t r o u p e s d ' i n ' " c i ' i e (II'

marine à

Saigon

c l d a n s l e s g a r n i s o n s d e l'intérieur

' ' ' • ^ ' l i d o r s 1res ( n i j s i i h ' r a l d e , faute d e b o n n e s i n s t a l l a t i o n s . N e ^ ^ l a i t - i l pas mieii.x s e I r a i i s p o r t e i - \ e r s u n p a y s q u e les n n s s i o u ^•''res (;t ( - o i i i i i i n i - c a n i s I V a n r a i s v a i i l a i e n t b e a u c o u p , dès

C(;lte

"^''"'l'ie, podi' Taxanlage d e s o n h i v ( ! r relativement s e c et f r o i d ? ' ^ • ' l ' i i i i ,.,.s n i n i i i i i e r s de la lu'iMuièri' lieui'e de n o i r e c o l o n i s a "

'<'ukimiise

"l'"''^"

('lait un

.Ayant e u

n<''gociant h a b i l e

cl. ( ' i n u g i q u e ,

Jean

l'occasion de nouer des relations, p o u r l a

d a r m e s et d ' o b j e t s d ' é q u i p e m e n t a v e c les '^Tes d e l a province d u Y u n - n a n , i l

autorités m i -

a v a i t étudié l a n a v i g a -

d u S o n g - K o ï , s o u v e n t remonté p a r ses j o n q u e s , e t s'était, ^'

' " ' s , n'-sidu à f o n d e r , à I lauoï, u n établissement d e q u ( d q u e C'était

le

c o n t n ' d e expérimental

des i n d u c t i o n s

dcGar-


810

QUATRIÈME PARTIE

i i i i T s u r l(! rùle d u T o i i k i u : c'était a u s s i l a révélation d c l a r i - i ( l i e s s e luiiiière d u

V u i i - n a i i , n o u v e l a t t r a i t , et n o u v e l l e r a i s o n j

| i o u r les Français d e s'iiilé-resser a u x p r o v i n c e s s e p t e n t r i o n a l e s ^ d e l ' i u n p i r e d ' A u n a i n . O i x n p a t i o u d ' u n p a y s p l u s s a l u h r e , d'un " déhouclié e t d ' u n e

dirccès d e l ' e m p i r e c l i i i i o i s , d ' u n lleuve ^

p l u s m a i i i a h l e (jm- le I M i ' - K ' o i i g , tels se |irésentaient a u x esprits-3 les avanlag(>s d ' u n e e n t i e j u i s e conseillée p a r J e a n D u p u i s e l q i ' ^ ^ l ' a m i r a l Dupré «espérait m e n e r à b o n n e f i n , grâce à l'expérience i pa rl i( i i l i è r e de

F r a n c i s (îarnier.

L'empereur Tu-Duc

l ' e i g n a i l d ' e l l e l'a\i)ial)le à la m i s s i o n

était on J

d o n t le caractère [lacifi' ^

ipie el c n i u i i i e i c i a l fui n e l l e i i i e i i l proclamé.

'|

< )ii s a i l r i i o s l i l i l i ' d e N g i i y e u - T r i - I ' l i i i o i i g , l a d i ' c l a i a l i o n p ^ ' ' : t i a r n i e r d e l ' o i n c r l i i r e d u l l i u n c K o i i g e a u x r n n i r e s d e l'"rauce \ e t d ' E s p a g n e , l a p r i s e d e l l a n o ' i p a r u n e poigiiéiwle Fram.-ais, le massacre de ( i a r i i i e r dans u n e (uiilniscade

i

t e n d u e juir le^

(( P a v i l l o n s noirs » c l i i m i i s , complices d e s m a n d a r i n s a n n a - i m i t e s , (^e d r a n i a l i i p i e i n c i d e n t eut e n F r a n c e u n é c h o d o u l o U ' ; r e u x ; f i a r i i i e r ('lait d i ' j à

p o p u l a i r e |tour s a b e l l e m i s s i o n

M é - K o n g , j i o u r s a v a i l l a n c e p e n d a n i la g i i e i ' r e f r a n c o - a l l e m a i i d ^ '

\ I

M a i s l ' o p i n i o n p u b l i ( ] u e élail e n c o r e m a l t ' c l a i i i ' c s u r les a v a " ' ] tages v r a i s d ' u n e o c c u p a t i o n

(pie l ' o n

du T o n k i n

distingua'' |

m a l d e l a ( a j c h i i n l i i n e d o n t l'insalubrité élait c o n n u e e t inômC e x a g é r é e . L e minislère d e

liroglie,

d o n t l e c h e f élail p e r s o » ' \

n e l l e i n e n l e l d o g m a I i i p i e i i i e i i l h o s t i l e a u x ( I M l v r e s d'iîXliansiol c o l n i i i a l e , el

ipie

le s i M i c i

d ' u n e guerre

( M i r o p i ' - e n u e toujour* i

i m i i i i i i e i i l e ( ' i i i i i i ' e l i a i l de dé'Ioii n i e r d il I e i r l l o i re i i n - l r o p o l i t ^ l " ; • < fit ' une jiorliiui

noialile

de

notre a i n u ' e

à peine

réorganisée,

t o u t p o u r étoull'er l ' a l l ' a i r e (ît o b t e n i r u n règlement a m i a b l e . r è g l e m e n t fut le traité d u \\\ m a r s

I H 7 4 ,

d i t trailé IMiilastr^'

d u n o m d e r i n s [ ) e c t e u r d<!S a l l ' a i r e s indigènes i p i i

(uit l a tach^

j \

j i

d é s a g r ( ' a i l l e e l o f f i c i e l l e m e n t i m p o s i ' ï e d e rétablir l a p a i x à l o " ' ' p r i x , m a i s i p i ' o n l u i a s o u v e n t r e n d u r e s p o n s a b l e s a n s aiic»"^

,

preuve de sou i i i i t i a l i \ c .

j


FORMATION DE L'INDO-CHINE F R A N Ç A I S E

811

C e traité c o m p r e n d e n réalité d e u x c o n v e n t i o n s d i s t i n c t e s , 1 «ne p o l i t i q u e revêtue d e l a s i g n a t u r e d e l ' a m i r a l D u p r é , l ' a u t r e c o i n i n e r c i a l e q u e s i g n a , q u a t r e m o i s après, l ' a m i r a l K r a n t z . L a c o n v e n t i o n p o l i t i q u e a v a i t p o u r p r i n c i p e évident l a s t r i c t e l i m i tation

territoriale

*chine, ce

qui,

de

nos

anciens

espérait-on,

établissements d e C o c h i n -

calmerait

les susceptibilités de

J'empire d ' A n n a i n , p u i s l ' i n s t i t u t i o n d ' u n e s o r t e d e p r o t e c t o r a t qui ferait d e c e même e m p i r e l ' i n s t r u m e n t d e n o t r e p o l i t i q u e envers l a G l i i n e d o n t o n v o u l a i t c a p t e r l e c o n u n e r c e |)ar l e s u d . a, d a n s l ' a r t i c l e lî,

consacré à la fixation des frontières de

ttoire c o l o n i e , u n e c l a u s e a u m o i n s faite p o u r s u r p r e n d r e , c'est •celle q u i m e n t i o n n e l e r o y a u m e d e C a m b o d g e c o m m e étal l i m i '••oplie a u

même t i t r e

souverain

que le r o y a u n u !

d'Annam,

^»ns a u c u n e a l l u s i o n à n o t r e privilège de p r o t e c t o r a t . E t a i t - c e pour m o n t r e r *lue l e

p a r prétention

Cambodge

et dans

q u e l ' A n n a m était a u s s i protégé l a môme c o n d i t i o n d e dépendance,

p o u r c a c h e r à T u - D u c l a portée

rigoureuse de l'acte q u ' i l

^ ' g n a i t ? L e s d e u x hypothèses s o n t a c c e p t a b l e s e n t r e b e a u c o u p •Itte s u s c i t e la l e c t u r e de ce traité p e u s i g n i f i c a t i f et peut-être obscur à d e s s e i n .

La promesse

d e protéger l ' e m p i r e d ' A n n a m

celle d e l u i d o n n e r les m o y e n s matériels d e s e défendre '"'pliciuaient

point

rigoureusement le

«protectorat».

Il y

^ ^ ^ ' l « p a i x , amitié e t a l l i a n c e » , « per|>éluelles » , b i e n e n t e n d u . l'Vance r e c o n n a i s s a i t l ' A n n a m ^^l'tlc p u i s s a n c e

étrangère »

« iiulépendaiit vis-à-vis de

s a n s spécifier q u ' i l filt dépendant

^''elle-même : les s e u l s t e r m e s q u i r e s s e m b l e n t à u n e s t i p u l a t i o n ''•^

ce g e n r e , « En r e c o n n a i s s a n c e de cette p r o t e c t i o n », s o n t

j^^cliûssés d a n s u n a r t i c l e ( a r t . 3 )

oii le r o i d ' A n n a m s'engage

^'*C'i « à c o n f o r m e r sa p o l i t i q u e extérieure à celle de la F r a n c e », •^^'s déclare « ne r i e n c h a n g e r à ses

relations diplomatiques

^•cUielIcs » , m o t s q u i p e u v e n t être interprétés e n f a v e u r d ' u n e ^ " ' i l - i i i u a t i o n des r a p p o r t s d e vassalité avec l a C h i n e , ^ i c e v a g u e p r o t e c t o r a t , q u ' o n p o u v a i t reconnaître o u n i e r à


812

QUATRIÈME PARTIE

volonté e n

connnciiliuU les

dessein d'éviter riaie,

à

hi

c h a r g e <le l ' o c c u p a l i o n

lu

d l a n l a \ ( i i i e i ' ( | i r i l l u i (''Nilait d u m o i i i s , a v e c

presque s i d i i s a i i l e , iragemenl aux

mêmes t e r m e s , était c o n c l u d a n s le

IMIHUI-

("est-il

h's

d i l

a\aiilages

dans

Iraili's d e coinmerce.

d e ne

l ' a i r e a\(a-, a i n a i i i e

l'l'ama'.

« un

»

Le

c a r « c e t en-

| ) ( d i l i ( i u e m ' s ' é t e n d pa*

roi d'Annam

(Hrangère,

promellait

bien

sans avertir

I r a i l i ' i b ' r i u m i l e r e i ' e n d é s a c c o r d » a v ( ! C l e traile

(''UKMiN'nir l e s lie

:i)

piiissaïu-.e

r i a n c i i - a n i i a m i l e , clause b i / a r r e

sance

('luunu'rciaiix :

rarlicle

(eri'ilo-

u n e netteté

el

q u i

ne

dut

pas grandeiiieiit

r n i i c i i I r e i i l s é'I r a n g e r s q u a n d i l s p r i r e n t ( ' o n i i a i S -

la (DinetiliMu

.'il

CDiuiiierciale d u

spi'cialemeiiI

iio'^'

•1H7I. ( i e l l e s e e i i m l e c i l u \ e n I i o n dilbère d e c e l l e - c i n e n u i t s (•om'(''dail n e i i e u <pie l a

première en

C(!

p i è c e a n n e x e m i i i s r e l i i s e I m i l s a n s a m b i g i i i l i ' , \ i i ipl'elle

accorde a i i l a i i l a u

la

l e im e s c.ilégoriipies, l a i i d l S

(•(iiiiiiicrci'

à l o u l e a i i l r e p u i s s a n c e é'I r a i i g è r e . ( l e n ' e s t p a * fraiiçais, m a i s

c a u c o m m e r r e ('ti'tiiigef s a n s i b * '

l i i i c l i n i i l i e | i a \ i l l i m o u d e n a I i i m a l i I (• » q u e l e r o i d ' . A l l ' i a " ' iiiiNie

ses p o i l s ;

a i i r a i e n l l'ail

et

e n

u n s

l'.liiiie

iK'gocia I eu rs

d i x a n s

ont

si i pu b' là c o m u H . ' i ' ^

aitpai'a\atti.

II e n

\ a d e inêll'*

d u t r a n s i t d e s l i i K ' à l a p r o \ i u c ( ; d u ^ ' i i i i - i i a i i o u e u pi-ovena»'"

S i g n a b u i s l o u l e r o i s u n e l i a b i l e l i ' p o l i t i q u e iiir'b''e à c e l t e ,çé"'^', tosili'

commerciale

eu s e saeriliaiil : le

(|iie ( i a r i i i e r n e

p a \ i l b m s l'I t a u n e r s

|MMi\'ait-eile être que

eetle

p n \ i b ' g K ' c (\(:

» ; encore

l;i l ' i t s e

r e l o u r i K ' e coiitre

uieiilnm l a

pri''\oyait

c e r l a i i i e m e n t p"*^

» p a v i l l o n (diinoi.s » est assimilé au.v «

spi''iiale ( d i m e

en

indirecte

nous

primsail iiialière

si

di;

l'im

faisait

auU'*^*

cltUiS"

observe''

i a

condii'"''

Une

deriii^''*

pn'cisi'im'ii t poliliipie.

cette

« a n n e x e » déclarait l a v i l l e d e l l i i i i o i ' o i i v e r l e a u « conim*"'*'^ étninger |iaiei'aieiit

»,

et

spécifiait i p i e « les commerçiints européen^

l'impi'il

La lecture

fonciiîr.

d e cet e n s e m b l e d e traités a u x f o r m e s soleniieH^^

e t ( d i s c u r e s r a p p e l l e à b i e n d e s égards les a c t e s diploniatiq'^'^^


FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE

tout

en

1868,

nous

un

passé

de

évincèrent

privilèges

de

81

Madagascar

précis.

en

C'est encore

supprimant un

traité de

commerce c o n c l u d a n s l ' i n t é r ê t de l ' E u r o p e et non de la

France ;

pourtant

l'époque

n'était

pas

encore

bien

éloigm'-e

nous

avions fait u n e d é c i s i v e e . \ p é r i e n c e d e l a s o l i d a r i t é e u r o p é e n n e . E t l'on

s'étonnera,

étranger au

particulier dans Du

dix ans après,

détriment

moins,

du

progrès du commerce propres colonies,

en

l'Indo-Cliine !

l'initiative

décourager :

des

n ô t r e dans nos

des

particuliers

ne

se

laissait

nos intérêts c o m m e r c i a u x s'accroissaient

point

au T o n -

'^ùijen dépit de l'insécurité du pays et du manque de protection la

métropole.

6« organisant très

Pourtant le gouvernement

des

missions

géographiques

fructueuse, n o t a m m e n t celles d e

MM.

préparait dont

Gouin

l'avenir

l'œuvre et de

fut

Kerga-

f a d e c . P e u à p e u , p a r l a p r e s s e , p a r les c o n f é r e n c e s des s o c i é t é s géographie, jusque-là

on c o m m e n ç a i t à connaître en

mystérieux

du

France ce pays

T o n k i n que la mort h é r o ï q u e de G a r -

avait s i g n a l é à l'attention de ses c o m p a l r i o t e s ; et ce p a y s arrosé du s a n g de nos soldats éveillait graduellement la c u r i o s i t é ^ y ' u p a i l i i q u e q u i est u n e d e s f o r m e s d u culte d e s m o r t s g l o r i e u s e s •^1 l o i n t a i n e s . „,

,

^ _

....

.

^ .... .!

.

...

II L'EXPÉDITION

Iraité

DU

TONKIN

franco-annamite

ET

dc

LE

1874

"^tre e x p a n s i o n i n d o - c h i n o i s e , c e q u e >^3che

de

1885

|''^'iieiil l i o v a ,

dans

une

«

le

c o u r s de

TRAITÉ

DE

fut,

dans

fut le

1885

l'histoire

traité

de

franco-mal-

nos querelles avec

p a i x boiteuse ct m a l assise » , u n e

le g o u v e r «trêve»,

l'"ansition vers un conflit d é f i n i t i f . Il p o r t a p r o m p t e m e n t ses '"ts d e d i s c o r d e .

T r o i s ans après sa

conclusion,

le roi d ' A n -


814

QUATRIÉME PARTIE

|)r()(('(lait à l ' e n v o i d e s o n t r i b u t d e su/eraiuelé à l ' e m i i e -

niitii

idiiiK! :

rciir

(;t,

s o u s p r é t e x t e de r e m é d i e r a u x m a u x de la

l i i r a t c r i e (|iu désolait l e T o n k i n , i l f i t à l a fois a p p e l à l a F r a n c e en vertu

tl'une

suzeraine de

clause du

traité,

et à la

Chine,

soit

comme

r A n n a m , s o i t c o m m e r e s p o n s a b l e des brigandages

des « P a v i l l o n s N o i r s » ; e t l a C h i n e , p o u r n e p o i n t d e m e u r e r en r e s t e de subtilité, c h a s s a b i e n ses « irrég-ulicrs » du Tonkin» mais

les

remplaça

par

des

réguliers

qui

tinrent

garnison-

F a i t i u , <'n I 8 H 0 , u n e s e c o n d e m i s s i o n a n n a m i t e a l l a , o s t e n s i b l e ' cette f o i s , p o r t e r a P é k i n le t r i b u t t r i e n n a l et r i i o i n m a i ; c

uKuit

traditionnel. Le g o u v e r i H ' i n e u l

français,

a v e r t i a v e c u n e précision parfaite

|»ar M . Pateuéidc, chargé d ' a f f a i r e s e n C h i n e , c o n n a i s s a i t j u S ' (hHail des lettres de T u - D u c à l ' e m p e r e u r , lettres

(pi'au liMiis

insérées d a n s

l a « G a z e t t e de P é k i n » .

d'au"

L a s i t u a t i o n de

m i t i - e représentant était d ' a u t a n t p l u s g ê n a n t e q u e l e g o u v e r n e i n e n l c h i n o i s n ' a v a i t p o i n t protesté c o n t r e l e Iraité d e dont

commiiiMcalioii

d i p l o m a t e s impi'îriaux [ l o i n a i e n l , nulle,

prétendre

coiiiinenlaires

CXÎÎCS

nombreu.\'.

En

revanche,

de

siibtilid; app*'

et avait

besoin de

lorsque

le marqu'*

l ' a r t des a b s e n c e s o p p o r t u n e s ct de*

dans

lacunes d ' i i i s l n i c t i i u i s », a p p r i t notre intention d eu'

habiles» \isager « anieiM's

sans

q u e l e texte élait o b s c u r

T s e n g , [lassi; uiaîlic

i^l^

l u i a v a i t ('•U'. d o n n é e . I l est v r a i q u e le*

l'i-sciitiialili'

à

des

o|)(''ialioiis

e n l reprend r e a u

ipie

T o i i k m )),

il

nous pourrions allccta une stupC^'''

l i o n ( p u d i ' p a s s a i t t r o | ) i i i a i i i l ' ( ' s l e n i ( ; n l , l a m e s u n ; des douteS diplomalii|ues. (](' f u t p o u r l u i

u n e s i n q i l e e i i l n ' e e n matière destinée *'

r e n d r e p l u s (-(nirloises l e s d e i i i a n d e s d ' e x p l i c a t i o n s a u x q " c " e ' ' i l e u v i i i l l . i e i i l i M . .M. H a i l l i i d e i i i y S a i n l - l I i l a i l e n ' q d i i p i a d ' a b o r d a\(a' kiii

nue

('lail

nelleli'

une

piii'emeill

dépendance

de

( b d c i i s u c e l laïueiliaiite i p i C le T o »

rAiiiiam...

el

ipie

les

iulérèt*'

e i i r o p i i i a i s e n A n n a m élai(;nl s o u s l a j i r o t c c l i o i i d e l a F r a i i C C ' "


FORMATION DE C'était tirer le l'ien f a i r e i p i i

meilleur parti ressemblât à

L'ambassadeur pourparlers

L'INDO-CHINE

en

chinois

déclarant

possible du

nous en

P'omesse

souligner

traité de

1874

une provocation ( d é c e m b r e commit

la

faute

bientôt

que

son

r e c o n n a i s s a i t p a s le' I r a i t é d e pour

815

FRANÇAISE

la

de

sans 1880).

b r u s q u e r les

gouvernement ne

1874, ce q u i é t a i t h e u r e u s e m e n t

portée,

et qu'il voulait obtenir la

formelle de la France de ne point c o n q u é r i r le T o n -

'"^i". U n e l e t t r e m e r v e i l l e u s e m e n t n e t t e e t f i è r e

( l " j a n v i e r 1882)

d e G a m i x q t a repous.sa les p r é t e n t i o n s chinoi.ses, e n

réduisant

^ sa justi! v a l e u r « l ' i n t é r ê t historitpie » des r e l a t i o n s de v a s s a lité d e r A n n a m

avac l'empire de

d e faire a u T o n k i n

une

C h i n e . R i v i è r e reçut l'ordre

véritable opération

Presse r e c o m m a n d a t i o n

d'éviter

d e p o l i c e , e t l'ex-

tout conflit avec

les

troupes

''éguliènîs c h i n o i s e s : il devait a g i r « p o l i t i q u e m e n t , p a c i f i q u e "lenl,

administrativement

dont l'elfet n ' é t a i t q u e

» . E n l u i a d r e s s a n t ces

trop facile à

mesurer,

M.

instructions Le

M y r e de

Vilers,

g o u v e r n e u r de la C o c h i n c h i n e , avait soin de s o u s - e n -

^eiidre,

avec b e a u c o u p de délicatesse, le cas de complications

Mue

s a p r o p r e e x p é r i e n c e l u i faisait p r é v o i r (1).

La mort

de Rivière,

avaient

déterminé

survenant celle

d a n s les m ê m e s c o n d i t i o u s

de Garnier,

et presque au m ê m e

•^idroil, r é v o l t a l'opinion f r a n ç a i s e contre la d u p l i c i t é chinoise ^'•^"t

l'insidieuse conduite d u

'^'^"PÇon

fondé.

<^'liambre d e s

marquis Tseng donnait

L e s débats qui « m e n t députés et

doctrine d'une action

au

Sénat,

lieu,

d é j à le

en judlet 1883, à

[ i r o u v è r c n t combien la

é n e r g i q u e a v a i l fait d e p r o g r è s . M . C h a l -

'etnel-Lacour avait m o n t r é les d a n g e r s d c l ' i r r é s o l u t i o n e t o p l'^^sfiit à l a ^'•^'téde

poliliipie 1874,

celle

de des

M.

de B r o g l i e ,

situations

défenseur

habile du

nettes et d e s s t i p u l a t i o n s

P'éciscs.

Le

gouvernemenl,

''f :

cxcs,

|).

sn;!.

conformant

d'ailleurs

sa conduile

aux


816

QUATRIÈME PARTIE

| u i n ( i | ) c . s (l(-s(iiinais d é f i n i s

de ce Lraité, d é c l a r a i t s o n dessein

d e s e (•oiil('nt(;r d ' u n s o l i d e

étahlissernent

« d a n s le d e l t a » du

lleuv(! R o u g e , e t , l a i s s a n t l a C h i n e à s e s r é c r i m i n a t i o n s , f r a p pait à H u é , manifestant p a r là s o n intenliou de ne s'en prendre q u ' à s o n p r o t é g é , I T i e [ ) - I I o a , s u c c e s s e u r de T u - D u c . L e 2Î) a o û t 1883, a p r è s la

prise des

forts de T l i u a n - a n , le

roi

d'Anuam

s i g n a i t , cette f o i s , un acte de « r e c o n n a i s s a n c i ! p l e i n e ct luitière du

protectorat

française de M.

»,

et

d ' a n n e x i o n du

Cochinchine.

Le

]3in-Thuan

H a r m a n d r é s e r v a i t h a b i l e m e n t , p o u r UIM

les q u e s t i o n s d e r é g i m e d o u a n i e r e t La

Chine

innniscer

de

avait été c a t é g o r i q u e m e n t

dans un

débat

qui

à

la colonie

commissairiî général

l'rançfiis

étudi; ultérieure,

c o n l n d e i n t é r i e u r (!)• invitiM; à

ne regardait

ne

s e poinl-

que la France et

l ' A n n a m , le protecteur et le p r o t é g é . Le marquis T s e n g répondit à cette s o m m a t i o n

en e x i g e a n t l ' é v a c u a t i o n du

T o n k i n ot"i

l ' e m p i r e c l i i i n i i s a s s u m i i r a i t !(!s chargeas d e p a c i f i c a t i o n e t d ' o u verture du lleuve R o u g e en n o t r e lieu et place (aoill 1883). Notre nunistre des affaires é t r a n g è r e s , un

projet

de

M.

Bourée

tlliine, p o u s s a l'esprit de tution

d'une

frontière lerm<!s

zone

neutre,

qui avait refusé d'approuver

b e a u c o u p Irop a v a n t a g e u x

pour

1*

conciliation j u s i j u ' à offrir la consti' d'une

sorte

d ' é l a t - l a m p o n sur 1^

sino-tonkinoise. L'ambassadeur chinois réitéra, en

moins courtois

encore,

sa demande

d'évacuation du

Tonkin. D e v a n t c e p a r t i p r i s d i ; p r o v o c a t i o n les C h a m b r e s IVançniseS v o t è r e n t les c r é d i t s n é c e s s a i r e s à l ' o c c u p a t i o n d(!s v i l l e s d u dcUti) (( n o t a m m e n t S o n t a y , .Iules l'"erry,

llong-lioa,

ministre des

affaires

d'éviter la rupture avec la C h i n e

et

Bac-Ninh

éllangères, en

» ;

H pourtant

e s s a y a encore

i i q i r é s e n t a n t au gouver-

n e i n e n l (h^ P é k i n l a p o r t é e e x a c l e d e ces m e s u r e s d e p r é c a u t i o n el eu

i \ )

faisant \ a l o i r

«:t.

,inri.-\i-s,

p.

de mulliples

raisons de

bon voisinage. ^


817

FORMATION DE L INDO-CHINE FRANÇAISE « n e lettre

comminatoire

tendre q u e

les

»

marquis

troupes chinoises du

force à la force traduction

du

»,

il

pour

donnait

éviter

m e n a c e s (2()

laissait

l'excuse de q u e l q u e «

en-

l'ambassadeur

faute de proposait

d é m a r c a t i o n entre les a n n é e s d e s

deux pays présentes au T o n k i n , aux

qui

T o n k i n opposeraient « la

un éclat :

alors d ' é t a b l i r u n e ligne d e

'•'-venait

Tseng

puis

novembre

retirait cette offre e t e n

et

5 décembre

1883).

L a séance d u 2 0 d é c e m b r e d e l à C h a m b r e des d é p u t é s d o n n a ' ' 'Iules

F e i i y l'occasion

de

r é s u m e r avec é l o q u e n c e l'histoire

la question tonkinoise et indo-chinoise •'t d e i n e t t n ; l ' é t r a n g e r ,

averti

de

la

ttiaiiifestalion de la

solidarité coloniale

•'Siècles. L e s

de l'amiral

succès

dans sa g é n é r a l i t é ,

s o r t e , en

Courbet,

'"aiidant

à

t r a v e r s les

des g é n é r a u x

l^rière de l'Isleet N é g r i e r , firent le r e s t e . Le '"l'I'id d u t u r b u l e n t m a r q u i s T s e n g ,

présence d'une

française

H

Millot,

m a i 1884, a p r è s

L i - H o n g - C h a n g et le c o m -

P'ournier signaient le t r a i t é

de T i e n - T s i n . Il stipulait

' éva(;uation du T o n k i n parles troupes chinoiseà, la reconnais•'^aiice d e s c o n v e n t i o n s f r a n c o - a n n a m i l c s p r é s e n t e s o u f u t u r e s ; '** '*'rance s ' e n g a g e a i t à

traiter

la

(diine

d « ses a n c i e n s v a s s a u x d e l ' A n n a m e t

avec

à

égard aux

yeux

respecter, à p r o t é g e r

" " i bi'soin l a fi'oulièi'e s i n o - l i m k i n o i s e . t^'i's e n g a g e n u ' u t s

fiiieul

t e n u s , en

c e (]ui c o n c e r n a i t n o s r a | ) -

l'"rls a v e c r A n n a m , d i i n s l e n o u v e ; u i t r a i t é d e H u é , d u f i juin ' ^ ^ 4 , f o r m e d é f i n i t i v e tie ''cureusement

l'(ruvr<; d e

ébauchée

par

M.

pacification qui avait été Harmand.

On

note

avec

'''"'*<ir, d a n s c e t t e c o n v e n t i o n c o m p l e x e m a i s c l a i r e , u n p r o g r è s '''' " o t r e d i p l o i u i i t i e c o m m e r c i a l e ; n o u s n e s t i p u l o n s p l u s q u ' e n "I''

l'inhuèt

fittuçiiis

'"''o-chinoise prenait ''" nt)

(L).

Ce

progrès

'''%ime d e p r o t e c l o n i l c a m b o d g i e n C f . iiiiii|.,;i.K

ai-ticle

de notre expansion

u n e v a l e u r n o u v e l l e d u fait d e l a r é v i s i o n

IS

ariMoMi'anl

Mite

qui

devenait plus c a l e -

réglcMKMUalioii ultérioure,

•-•^s i ; „ l , a , i , . s , v o l . I. (


QUATRIÈME PARTIE

818

g o r i q u e , é t e i i d a i l nos avantages de c o n t r ô l e p u b l i c et de colonisation

p r i v é e , enfin

nouvelle

de l ' A n n a m ,

chinoise

pouvait ê t r e servie

d i q u e s (17 j u i n

était mis de

1884).

en accord avec

la condition

telle s o r t e q u e n o t r e e x p a n s i o n i n d o partout par des procédés métho-

L e g u e t - a p e n s d e B a c - L é (23 j u i n ) , q u ' i l s o i t l e r é s u l t a t d ' u n malentendu,

de l'initiative

persoimelle

d'un chef

chinois,

ou

le c o m m e n c e m e n t d'une série v o u l u e d'actes destinés à rompre la

paix, remit tout en

question. Un

u l t i m a t u m fut a d r e s s é a u

g o u v e r n e m e n t c h i n o i s ; e t e n v u e d e h â t e r les ettets d e l a b o n n e v o l o n t é q u e la C h i u i ; alfectait, sans p r o c é d e r à l ' é v a c u a t i o n du T o n k i n o ù b i e n a u c o n t r a i r e elle e n v o y a i t des r e n f o r t s , l'amiral Courbet prenait des gages en sant une flotte et

un

menaçant

Formose, en

dores et enfin en é t a b l i s s a n t le b l o c u s du minées

('•taieiit

ennemies

détrui-

a r s e n a l c h i n o i s , en o c c u p a n t les Pescariz. Au

graduellement

T o n k i n , le*

refoulées

avec

de*

p i u ' t e s c o n s i d é r a b l e s . S o u s l a p r e s s i o n d e ces m e s u r e s c o c r c i tives, la C h i n e allait c é d e r ; les n é g o c i a t i o n s , .1.

conciliant, incident

allaimit

gieuse à (30

aboutir

de L a n g - S o n ,

du général

Prière

m e n é e s p a r sir

a g e n t d e s i r R o b e r t l l a r t , d a n s u n esprit

Duncaii-Campbidl,

de

quand

l'envoi l'Isle,

.se

jirodnisit

le

déplorable

h â t i f d'une d é p ê c h e la panicpu;

pessimiste

parlementaire

prodi-

l a i p i e l l e l ' e s p r i t d e p a r t i m ; fut p i ' i i l - é t r c p a s é t r a n g e r

mars

188.")].

.Iules

calmer en monliaiil

la

b'errv

|ioii\ai(,

qui

d'iiii

mot,

tovit

pai.\ p i d c b a i n e , a i m a m i e u x tomber d u

p o u v o i r , s u b i r le p r e m i e r et c i i i i d a s s a u t d e ces c a l o m n i e s dont il

ne d e v a i t

discr-i'-lion parti,

dans

triompher (pie

diploinaliipie. la'lle

II

lardi\('menl, serxil

mieux

ei reoiisl a n c e c u n i i u i '

(]iie sa

manquer

patrie

Inujours

:

quC

a soi^

e t c e scra

s u p r ê m e b o n u e u r île s a \ i e d e b e i l i ' e l i l ' a b n i ' g a l i o n . L a p'""^ iiiiéie e o i a e i i l i o u que

le

pri-siileiil

luiuislei'e;

el

la

de de

parx la

ib''pèclie

lui

e u ell'el s i g m a '

1« l ' p u bl i ( p le de

sir

eùl

l'oilierl

le 1

iu\esli llarl,

avnb nu

ipii

iioii^''^ annuH','


819

FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE l'imminence

d'un

heureux

résultat,

avait

été

lancée

le

jour

"Tième o ù J u l e s F e r r y essayait v a i n e m e n t , sans t r a h i r s o n secret sauveur,

de maintenir, au Parlement, le calme et le sang-froid

nécessaires à l'intérêt.du pays. Le t r a i t é d é f i n i t i f q u i fut s u b s t i t u é , le 9 j u i n 1883, à la c o n vention de paix ou traité

p l u t ô t au simple rappel de l'acceptation du

d e T i e n - T s i n p a r les d e u x E t a t s , fut

l'abandon

de

l'excellent

poste

procédés

de

pacification

des

avantageux,

Pescadores.

auxquels

auraient

sauf

Il r é g l a i t les

recours

troupes

françaises el troupes chinoises des d e u x côtés de la f r o n t i è r e , p r é v o y a i t une d é l i m i t a t i o n amiable sur le terrain, enfin r e c o n **aissait s a n s r é t i c e n c e l a c o n d i t i o n d u p r o t e c t o r a t f r a n ç a i s e n ^inam.

La

France el

des a v a n t a g e s d e t a r i f s

la Chine se concédaient mutuellement douaniers,

de protection c o n s u l a i r e et

"lires, pour leurs n é g o c i a n t s . L a p r e u v e d e l a b o n n e foi e t m ê m e d e l a b o n n e '^os

anciens

adversaires

a é t é faite,

à

v o l o n t é de

l ' o c c a s i o n de l'attentat

'*""amite d i r i g é en juillet 1885 contre le g é n é r a l de C o u r c y à " " é , attentat qui '""s de

n e d o n n a l i e u à a u c u n t r o u b l e c h e z les C h i -

r i n d o - C h i n e ou

des confins,

puis dans

le cours des

''''''•aies o p é r a t i o n s d ' é t a b l i s s e m e n t de la ligne f r o n t i è r e et des '"'S'ocialions

d ' a c c o r d s c o m m e i x i a u x (avril 188G

et j u i n 1887).

^^'-s a c c o r d s c o m m e r c i a u x o n t p r é p a r é l e s p o u r p a r l e r s u l t é r i e u r s ••'-'•ilifs A l ' é t u d e e t à l a c o n s t r u c t i o n d e v o i e s f e r r é e s i n t é r e s ^""t les d e u x L'o.„vre ''"''"e

fut

[lays.

purennuit française heun-usement

menée

de

la

pacification

p a r les

de

l'indo-

gouverneurs

qui

s'y

J'iccédèrcut j u s q u ' e n 1897, date d u r é t a b l i s s e m e n t d é f i n i t i f d e ^'•"dre, e t , , u i , m a l g r é d e s d i v e r g e n c e s Pl'caiious, ^.'"'•'i

l'IiKhi-Chi

oiiiiiie A

' ^ " ' " ' ' ' i i t à s i a a m d c r \'r\]'nr\ '''^''^

:

de principes

ou d'ap-

n u i d i r c u t tous d ' é u i i n e n t s services à notre c o l o n i e .

les g é n e i a i i x

.le

M a d a g a s c a r , les officiers s ' i n g é -

parillipir N/'griei',

et c i v i l i s a l e u i ' d e .lamoiit,

N'.iyn.n,

n o s

agents

llrissand.


QUATRIÈME PARTIE

820 les c o l o n e l s h'rey, <le

p u r g e r le

u o i n b n u i s e s b a n d e s d e p i l l a r d s q u e les

D e l t a diïs

.troupes chinoi.ses, derrière

elles,

l * e M i i e ( | n i n e u r e n t p a r t à l'Iionneur

l'crnol,

régulières ou

de

•188.')

à

i r r é g u l i è r e s , a v a i e n t laissées

1892;

les

dernières

police, mêlées de n é g o c i a t i o n s délicates,

campagnes

mirent en

de

r e l i e f les

lalents des colonels G a l l i e n i , S e r v i è n ; et V a l i è r e . Il

fallut

ce succès de

pacification

graduelle obtenu

p a r des

m o y e n s m é t h o d i q u e s p o u r r a m e n e r v e r s n o t r e e x p a n s i o n indor h i u o i s e l a l ' a v e u r dc. l ' o p i n i o n p u b l i q u e , lit' 1 8 8 ; ; c l mesure, pit''sid(m( de

t r o u b l é e p a r la panique

i-gar(''c s o u v e n t e n s u i t e p a r d e s

paid'ois du

même s a n s

l e vote

la

p i ' o n o n c e r ces g r a v e s p a r o l e s

: «

l ' A l g é r i e à la

monarchie

a

donné

bli(pie a ( h ' s e r l é l ' I n d o - C h i n e . » à

e m ( i l o y e r d a n s un

sens

M.

avait été

dire :

la

ne

1885,

Brisson,

Chambre,

précaire d'un crédit, Il

d é c l a m a t i o n s sans

En

p o u r o b t e n i r de

Conseil,

majorin'-,

scrupules.

à 4 VoiX obligé de

f a u t p a s i p i ' o n puisse E r a i i c e , la

Rép"'

O u i d o n c p e n s a , d i x a n s après»

injurieux

a p p l i q u é à J u l e s F e r r y avec une

le

nom

de

«

Tonkinois "

pareille intention? Si

l'œuvre

«le p a c i f i c a t i o n a v a i t f a i t d e r a p i d e s p r o g r è s , o n d o i t d i r e a " * * ' que l'cqiinion formée,

publiqiK! française;

s'était prom[)teinent

m i l rie e '

et que p a r t i s a n s ou a d v e r s a i r e s J a d i s a c h a r n é s de

[>oIili(pie c o l o n i a l e t r a v a i l l è r e n t s o u v e n t e n s e m b l e p o u r l a cause q u e l e s lins a \ a i e n t a i m é e ,

l e s a u t r e s c o m b a t t u e a v e c u n e égi^'"

passion.

III AFFAIRES DU MÉ-KONG, DU SIAM ET DU LAOS

l.a plus

[•eelieiciii'du m|u'oche

lanidiiil

la

des Frama'

iii\aiime i r , \ n n a m

colonie

mai'clH''s à

la

aussi

chinois (auiniiète

sons un

riche, ipii'

du

la

mais

loiikiii,

prollaMoral

de

plus saluhre

(locliincliiue

|)lus

el

à en

la

nuS'-

I . étl'f" pM'^


821

FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE L'efForl exig-é 'a péninsule

p a r cette

expansion dans

la partie orientale de

i u d o - c h i n o i s e ris(]ua d e d é t o u r n e r n o t r e a t t e n t i o n

des r é g i o n s d e l ' i n t é r i e u r q u e b a i g n e l e M é k o n g ; e t l o n g l e m p s le proverbe i n d i g è n e , p i n s o n moins authentique, qui r e p r é s e n t e 'e

Tonkin

et la C o c h i n c h i n e

comme

deux

sacs

de

riz reliés

par u n faible b â t o n , l ' A n n a m , fut tenu p o u r u n e v é r i t é g é o g r a phique r e n d u e s o u s u n e f o r m e f a m i l i è r e e l saisissante. L ' e s p o i r d'avoir t r o u v é la v é r i t a b l e voie navigable de p é n é t r a t i o n vers ' a C h i n e , l e S o n g - K o ï t o n k i n o i s , a v a i t d é t o u r n é les e s p r i t s d u ^ l é - K o n g ; e t p o u r t a n t les p r o g r è s d e l a n a v i g a t i o n f l u v i a l e e n Cochinchine el au C a m b o d g e , progrès facilités par d e f o r t i n g é •ïieuses i n v e n t i o n s de

m a t é r i e l rapide el à faible tirant d ' e a u ,

avaient b i e n t ô t v a i n c u l e d é c o u r a g e m e n t d e l a p r e m i è r e h e u r e , '^"fiii

la

nécessité

'"entôt par ••^yaume

de

les

d'une

Siam

agissant

' '"ipulsion d'influences "aissioiis

p r o m p t e v i g i l a n c e n o u s fut prouvé-e

empiétements de

mieux

soit

plus pour

étrangères.

l'histoire

en

plus

manpu's

son compte,

soit

A mesure que nous

cambodgienne

et

du

sous con-

annamile,

nous

, P'eiiions u n e c o n s c i e n c e p l u s nette de la v a l e u r et de l ' é t e n d u e des t e r r i t o i r e s q u e l ' i n v a s i o n s i a m o i s e a v a i l d é j à c o u l é s à

nos

p r o t é g é s ; ceu.v-ci n o u s i n c i t è r e n t à u n e r e v e n d i c a t i o n d è s q u ' i l s ^'"'ent

pris

ipielque

""e';'! d e s g a g i i s d e Lès l'année

accoutumance

de

notre c o m m u n a u t é

et

n o t r e i n l é r è t p o u r l e u r vie nationah>.

188i,

une convention

signée entre la F r a n c e et

* ' r a n d e - B r e t a g n e nous garantissait le d é s i n t é r e s s e m e n t des *^°nquéranls de la B i r m a n i e à

l'égard

de n o s entrepri.ses d a n s

'"^^ « E t a t s S h a n s » e l d a n s l e b a s s i n d u M é - K o n g . L e s S i a m o i s , .'^'^ligés

de

rvuomcr

à

tout

p r o g r è s du

côté de la B i r m a n i e ,

' " ' ' ' e r c h è r e n i d e s c o n q i e n s a l i o n s à n o s d é p e n s : tidle f u t l a c a u s e ''•"eur

violation du pays

'^'^''garadec,

d ' a b o r d , e n 188(), ""^

de

Luaug-Frabang

ministre de F r a n c e

sujets f r a n ç a i s ,

à Bangkok,

en dut

1883.

M.

de

se contenter

d'une convention a s s u r é m e n t favorable

m a i s q u i , s a u f r e c o u r s a u c o n s u l , les p l a -


822

QUATRIÈME PARTIE

çait SOUS l'autorité des r o u c t i o u n a i r e s s i a m o i s , d o n c r e c o n n a i s sait

l'état

de

choses

par

cn'-r

l'invasion :

le

g-ouvernenienl

français, q u i a v a i t p r i s d e s précautions m i l i t a i r e s s u r l e s c o n f i n s d e l a R i v i è r e N o i r e c l d u Mékong-, r e f u s a n e t l a r a t i f i c a t i o n . Les

S i a m o i s , e n dépit d e l ' e s p r i t

vice-consul

à

d ' i n v a s i o n d a n s la Allopcu,

conciliant

L u a n g - P r a b a n g , continuèr-enl

Aïdao,

d i i c c t i o n de Iluong-Soï,

V i n h (|ui

de

M.

Pavic,

leur- m o u v e m e n t fut bientôt menacé-

M u o n g - H o n g furent

occupés;

(•"('•lait u n e conipièle systématique et im|)(HhMile de l ' A n n a m ^n p l e i n e p a i x , d e 1 8 8 7 à IK'.b'L A cette d a l e , n o s t r o u p e s poUSsèrenl

les a g r c s s i a i i s d c v a n i elles j u s i p T a u Mékong ; m a i s dcuX

ailes

de traîtrise; marepièrent c(;s opérations de dégagement)

l'assassinat

de

l'inspcîcteur G r o s g u r i n e t l ' e m p r i s o n n e m e n t

eapilaiiie T h o r e u x , plriiipolentiaire à un

ultimatum

vacualion

de la

à

K'hône,

Bangkok

iulressc; riv(!

au

p a r les S i a m o i s .

fui

i m i m ' d i a t e m e n t rappelé ; pu'-''

gon\eriiemeiil

gauche

du

N o t r e ministre

du

siamois

(exigea

lé'

Mékong e t des s a l i s b i c t i o n S

p o n i - les déprédations e t a s s a s s i n a t s c o m m i s . L ' a m i r a l l l u u n i n n , d o n i les caiionnières a v a i e n t déjà forcé les p a s s e s de la MénaUi) iiienaeait d'élablir l e bbx u s .

L e S i a m céda. L e traité d u ^

oet(d)re

!8!b'{

dans ia

vallée d u M i ' k o n g . N o n s e u l e m e n i

marquai!

u n p r o g r è s iha-isif i\c, n o t r e (^xpansif* la rive "•anche nouS

é l a i l p l e i n e m e n t restituée, m a i s les S i a m o i s s e v o y a i e n t i n t e r ' l r a \ a i l de b ) r l i f i c a l i o n à m o i n s de 2.") kilomèires di^

dire

Ioni

lise

droite.

Clianlaboun

nous

l'Iail

remis

e n gjige e t s C ' ' " ' '

occupé jusqu'à (-oiiiplèle e x i ' c i i l i o n d u t r a i l i ' t i i n p i e l fnl l'année

s u i v a n t e , mie

eonvenlion

Restait à nous a s s m e r , en

anuO^e'^'

coinim;rciah!.

face d e l a G r a n d e - B r e t a g n e ,

s o n n a i s maîtres.se de t o u t e la B i r m a n i e , la m ê m e fronlière d'* M é k o n g nécessaire à la l i b r i ; (îxpiinsion de n o i r e T o n k i n - '^^^ v o i s i n s demandèrenl

d'tibord

la

création

d ' u n Etat-lamp^*^

e n t r e le T m i k i i i et la B i r m a n i e : m a i s le p r o m p t (h'isaccoi'd la m i s s i o n a n g l a i s e S c o t t et d e l a m i s s i o n f r i i n e a i s e l ' a c t e

'


FORMATION

DE

L'INDO-CHINE

823

FRANÇAISE

f i n a u x essais d e d é l i m i t a l i o n (janvier 1895). L e g-ouverneinent, sans p e r d r e d e

temps, comprenant que l'intérêt majeur résidait

dans l'exacte c o n n a i s s a n c e et la prise

de possession du lleuve,

organisait coup sur

c o u p les m i s s i o n s R o b a g l i a ,

V a y , M a z e r a n et Le

Blevec qui,

Doudart de L a g r é e et Garnier autremeni

(dïicaces,

firent

Simon et Le

r e n o u a n t lal b e l l e avec

tradition de

des m o y e n s d'action bien

de l'hydrographie du

M é k o n g une

œuvre purement française. La Grande-Bretagne prétextait une c e s s i o n d u t e r r i t o i r e (h;

Kiang-Kheng

diction formelle de rétrocession, et

à

la

C h i n e , avec inter-

occupait pour son compte

M u o n g - S i n sur l a rive g a u c h e . A p r è s quelques d i s c u s s i o n s , l o r d ^alisbury proposa,

le

15

janvier

189G,

un

arrangement

qui

fut accepté par la France. me.sse f o r m e l l e , point attenter

comme

à

hi

Nous donnions, il

l'indépendance

'ettre d i i n u n i s t r e

anglais

du

royaume de

représentait

un

sanimeiit c o m m e

une

britannique ;

l'offre de c e s s i o n d e s p a y s

et

'"l>re » tagne Quoi

S i a m que

la

trop complai-

de la rive g a u c h e

reliraient

« tout

la p a u v r e t é et le climat i n s a attrait p o u r la G r a n d e - B r e -

»

qu'il

en soit

f r o n t i è r e nette e t Vastes e t r i c h e s grand

peu

a c c o m p a g n é e d'un commentaire en si-

la i n é t i i o c r e é t e n d u e ,

qui lui

(1).

la p r o -

dépendance commerciale d e l à Birmanie

d u H a u t - M é k o n g (dait S?nalant «

est v r a i ,

G r a n d e - B r e t a g n e e l l e - m ê m e , de ne

fleuve.

notre

I n d o - C h i n e a \ a i l g a g n é , avec

prêtant peu

aux contestations,

une

l'appoint des

pays c o m p r i s entre la c h a î n e annamitique e l l e

De récentes études en ont p r o u v é la valeur agri-

cole et m i n i è r e . La navigation du M é - K o n g , jadis réputée chi'"crique,

s'exercera

sans trop

de peine moyennant

quelques

••ravaux d e d é r o c l i e m e n l e t q u e l q u e s i n s t a l l a t i o n s d e t r a n s b o r dement. L e s derniers aussi

voyages de nos explorateurs

(pi'il y a v a i t d e s p a s s a g e s a i s é s de

la

ont p r o u v é

montagne

i l ) Cf. Annexes, lettre du 15 janvier 1 8 % , p. 914-913.

entre la

,


524

QUATRIÈME PARTIE

région cùtiôrc a i i i i a i i n i r c l

les s c c i i o n s i i a v i g a l i l e s d u

Moyen

|

M('l<oug'; le m e i n e héuélici; s e r a a s s i i i ( ' au ' r o n k i u donI, les rea v e c Je L a o s s o n t appelées à sc (l('\('lo|iper r a p i d e m e n t .

l.iiiDUs

j ,5

làdiii le succès de cette r e v e n d i c a t i o n a é l é , [ l o u r n o s [udlégès | de

l ' A i i i i a m et du C a m h o d g e , une raison n o u v c l l i u l e compren-

(Ire les h i e i i l ' a i l s de l e u r entrée d a n s n o t r e communauté.

i

IV

LA PÉNÉTRATION EN CHINE MÉRIDIONALE

D a n s

ciiMisc

(pielle

daccòs \

l'is

lioii

s'csi

ipii

ct'Wc.

mcsnic

avalli-gardi!

d o n i

le c o i i r s

inandH'S

Ics

à

posi'C

Doudart

d u

noi i c

de

L a g n ' - e esp<''rait

coiislilm'i;

miliions

d'iiahilanis.

iioiis

loiiclions

mais

aii

Ics

plus

jioiir

sud

d'une

n'gioiis

des

malie elle

et

elficace

aii

(eii\re

iiido-cliiiioise ;

ami

n'est

plus

penpli'cs

ce

de

de

de

de

voisin

rempire.

\ iiisiiiage,

Aiissi deinières

|iroriuidi'inenI

d'eii

rieiivrc

dc

aiiilées

en

solidalre iiiaiipier

de

HI

l'ronlières ;

II

l'ani

donc,

|)i'eiidr(;

li'il

l'in''

possib'*'

noire

dipi"'

Gliine,

iioire les

cent

lliissic,

des provincCS

iioiis ra|)proclie le p l u s

doli'-es.

iioli'C

ipiatre

de

allii-

ligue

pas

pliisi<MirS

liommesd'l'ltat un

el

longiu;

oii

liieiil'ail d e

ilcon\ieill

pays

étudiant

de

lilire

le

di\

dirceli;

u n

une

ipii

lonkinoisc,

en

evpaiision

rem[tir(;

land

des

la s o l u t i o n

nonvelle

les

mieiix

coiiinieieiale

line

(iomine

pi'iK'tralion les

vei-s

(diiiie sur

coninic

riclies

reiidre

liati\i'

la

il'liicr,

pre-

u n e voic

la p a s s i o n n a n t e (pics-

à iios

G l i i u e l'ait ci;lle

|)ai'sa

(;sl-(dle

d c la ciis(;

l'intervenlioii

e n

d'assiirer

colonie,

est

(diiiiois ? T e l l e

Mi'-K'oiig ; el

pii'ssanl

d'Iiido-Cliine,

n o i i s (Ics r o r i g i i i c

piiissaiiccs culopi'enues d('\dir

colonie

seplcnlrionali! d u Toiikiii,

cst-

evpaiiSlon

ii'-siillals

cs-

seiiliels. J.,a

[""lance ( p i i a v a i t

contriluK',

avec l'-Allemagm;

et

la

Russie»


825

FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE

à contenir l e s convoitises des J a p o n a i s v i c t o r i e u x et à a d o u c i r pour l a C h i n e les

sacrifices de

la paix

obtint t o u t d ' a b o r d d e l ' e m p i r e v a i n c u de la

d é l i m i t a t i o n des

Une convention

de

S i m o n o s a k i (1895),

un tracé plus avantageux

frontières du Tonkin,

e n f i n et surtout

de c o i n m e r c e g r â c e à laquelle

é t a i e n t s p é c i a l e m e n t f a v o r i s é s , tant p o u r l e

nos

nationaux

trafic m ê m e

que

pour la résidence et la protection consulaire, dansles provinces de Y u n - n a n ,

Kouang-si

et

I v o u a n g - t o n g (28 j u i n

ticle 5 d e l ' a c c o r d c o m m e r c i a l n ' é t a i t , i l

1895).

L'ar-

est v r a i , s o u s sa f o r m e

V a g u e , q u e l'annonce de négociations u l t é r i e u r e s d'une plus haute p o r t é e : « L a C i i i n e pourra s ' a d r e s s e r à d e s i n g é n i e u r s e t à d e s '"dustriels f r a n ç a i s p o u r l'exploitation des mines

: les v o i e s

'''liées/jOHcro)//être p r o l o n g é e s sur le territoire chinois, etc... » L a m ê m e a n n é e n o l i » ! ministre à P é k i n , M . G é r a r d , faisait s t i puler

que

l(!s

missiiMis c a t h o l i q u e s a u r a i e n t

sition c o l l e c t i v e d e m a i s o n s e t t e r r a i n s d a n s •^u n e s a u r a i t t r o p

louer

l'habileté

'es r é s u l t a t s c o n f i r m a i e n t torat religieux d e l a

de

la l i b e r t é

d'acqui-

l'empire

chinois;

cette n é g o c i a t i o n

dont

a v e c netteté le privilège du protec-

P'rance en

Extrême-Orient.

H é l a s ! il au-

'ait f a l i n , d a n s la s u i t e , l u i i u i x que de l'habileté pour sauver ce l^Hriinoim- dinlluence morale. beaucoup

p l u s douteux

''•''nco-anglaise du

fut l e

15 janvier

Etals européens

bénéfice

1896, aux

mettaient e n

"Gaulages obtenus p a r l ' u n et

de

la

déclaration

t e r m e s d e l a q u e l l e les

c o m m u n la jouissance des

l'autre soit a u Y u n - n a n , soit a u

''^é-Tschonen. C ' é t a i t la s u b s t i t u t i o n d ' u n « c o n d o m i n i u m » à ''echerche isolée d e c h a q u e puissance d a n s son i n t é r ê t . Cette "lanière de n é g o c i e r olfrait toutefois, à d é f a u t des concessions ' ' " " t l'échange était d ' u n e réciprocité

douteuse, l'avantage d e

' " " " t r e r ( p u i l a h'rance n'acceptait p o i n t l a 'outre elle, d e v o i r restreindre son influence

doctrine,

inventée

en Chineaux pro-

^ ' " c e s s t r i c t e m e n t l i m i t r o p h e s de l ' I n d o - C h i n e . 11 est m a n i f e s t e *1'"'' c e r t a i n e s p u i s s a n c ( ! s é t r a n g è r e s

pouvaient n o u r r i r l'espoir


QUATRIÈME PARTIE

826

de

nous d u p e r ainsi en

f e i g n a n t d e p r e n d r e l'intérêt spécial d e

n o t i i i colonie indo-(ddnoise. A u x R u s s i i s l e s steppes et prairies d n r u i r d , a u x Finançais l a c h a r g e d u V i n n i a n c l d u K O n i u i g - s i ; a u x autres et u d l a t n m c n l à

l a f i r a i H l c - B r ( ; t a g n ( ! l a vallée d u

Yang-tsé-Fviang, priigraïuuic d ' n n c simplicité c o n u i p i e (|ui nB. d'égale (pie l'exlrème a s s u r a n c e de ses a u t e u r s . A i n s i les longs e t d u r s s a c r i l i c e s d e l a R u s s i e e l d e l a l''iance a u r a i i u i t a h o u t i a l i m i t e r l e u r e x p a i i s i n i i à l a mise e n \ ; i l i a i i ' d e s |)r(i\inces c l " ' m u s e s 11 n u l i n | d i e s de l i a i f s e i i l o u i e s , imiins

gers

iiclies de

1" l ' a i t

p i re.

pour consiiliMer

11

mitre

ct c o i n | ) l t a ' S

p a r m i leS

s ' e s l t r o u vé d e s p u h l i c i s l e s l'trundure

complète

de

l'Indo-Chme

c o m m e u n e p a r t d c n u s la'm'fices d e |)oliti(|ue c h i n o i s e et, chose j i l u s c u r i e u s e ! des m u l a c r e d'intérêt

Français

p o u r se

laisser

p r e m l r e à ce Si-

p o u r mis c o l o n i e s .'

L a f r u c t u e u s e « m i s s i o n d ' e x p l o r a t i o n c o m m e r c i a l e e n (^diine » organisée [lar autres n'i'lail plus

la

tdiamhre

f l l i a m h r e s de |ioiiil

de c o m m e r c e

commerce

et

prouvait

diverses q u e telle

l'interprétation l i m i t a t i v e d e n o s i n d u s t r i e l s h'S

directement

intéressés.

KWc

('ludiait

c o l o n i e s i n d o - c h i n o i s e s e t l e s |)io\ima's k i n , mais encore négociants

de L y o n

françaises,

non

s e u l e m e n t no*

voisines de notre Ton-

et s u r t o u t hî Z t ' v T i j c h o u e u , et

l'organisation

révélait à noS

d e s marcluîs c h i n o i s d e l'admirable

r é g i o n d u V a u g - T s i ' - K i a u g que des « jingoïstes » a n g l a i s a v a i e n ' la modeste p n - l e i i l i o u d' n i''g\pliaiiiser o. Sans abandouiier

la

n a l i e r c l i e d ' a v a u l a g e s ('•tendus dans le

reste de la C h i n e , le g o n v e i u e m e n t rraiiçais s ' a t l a c h a i t à IlOUel" d'abord

d e s l i e n s étroits d'intérêt a v e c les p i o v i m a ' s voisines-

E n j u i n 1 8 9 6 était signée l a c o n v e n t i o n v a g u e i n e u t p r o m i s e p^' le t raité de l'année [ i r t i c i ' d e n i c : n u e c o m p a g n i e française (IdveS Lille)

reciivait la charge

avantageuses,

leelnanin

de de

construiré, m o y e n n a n t c o i i d i t i ' ' " | ' fer

de

a v a i l commencé rà|)i'e i o u c i i f r e m a '

Long-Tchéou.

Miiis

'lej''

des l i t a t s européens en

quête d ' a v a n t a g e s c o n i i i i e i c i a i i x e n C h i n e ; e l

six

mois

ap^e*


FORMATION DE notre

succès de

apprenait que faveur

la

au Y u n n a n (4

pas à

plaindre

se

avait obtenu m i e u x q u ' u n e

d a n s l ' i n t é r ê t d e ses

Birmanie

février

827

FRANÇAISE

L o n g - T c h é o u , notre ministre

la Grande-Bretagne

équivalente

a n n é e (juin)

L'INDO-CHINE

concession de

1897)

:

routes

de trafic de

l'intérêt

de l'accord signé d a n s le c o u r a n t

de la m ê m e

par notre ministre à P é k i n . L e s industriels

çais r e c e v a i e n t p r o m e s s e f o r m e l l e après a c h è v e m e n t gouvernement

de la

chinois

d'une autre série de

ligne de L o n g - T c h é o u , s'engageait

la

f r a n ç a i s n'eut

fran-

travaux

tandis que

à améliorer

le

les c o n d i t i o n s

d e n a v i g a b i l i t é d u haut ileuve R o u g e . Les

négociations

lemagne se fut

prirent

emparée

Arthur et Talien-Ouan.

u n e toute autre p o r t é e l o r s q u e l ' A l -

de

K i a o - T c h é o u et la

Pendant

qu'un

était d é c i d é m e n t mis en possession saires

à la construction

(1898), d ' a u l r e s

de

Russie de P o r t -

syndicat

des gages

la voie f e r r é e ' d e

franco-belge

matériels nécesPékin

à

Hankéou

stipulations, directement utiles à notre I n d o -

C h i n e , é t a i e n t a c c e p t é e s p a r le g o u v e r n e m e n l c h i n o i s (avril 1898). La

Chine

dans

s'engageait à

les

trois

«

ne c é d e r ,

provinces

ni

limitrophes

louer du

aucun

K o u a n g - s i et du Y u n n a n » ; elle n o u s c é d a i t à b a i l , ''lii' u n d é p ô t d e c h a r b o p , l'eureusement située d'entrée

el

tfavaux.

Enfin

^l'emin

d'ancrage

de

'empire

l'^ançais

fer,

la baie

face

pourront

du

Tonkin à

du

pour y éla-

de K o u a n g - T c h é o u - O u a n , si

de H a ï n a n être

el

dont

les

corrigées

la France était chargée de

chinois,

vaient ê t r e

en

territoire

Kouang-Tong,

difficultés

par

quelques

la construction d'un

Yun-nan-fou.

Nos

el s p é c i a l e m e n l nos relations

relations du

sud,

avec pou-

aussi s i n g u l i è r e m e n t facilitées par la n o m i n a t i o n d ' u n

dansles

fonctions de directeur des postes

impériales.

L ' a s s a s s i n a t d e d e u x officiers d e n o t r e m a r i n e d a n s les p a r a g e s de

Kouang-Tchéou-Ouan

'"demnités, tation d u

une

nous valut,

nouv(dle

territoire adjoint

^'anco-chinoise

pour

série au

outre

les

d'avanlages, port,

privilège

l'exploitation d e riches

réparations

el

meilleure d é l i m i d'une

mines.

société

Un nouvel»


828

QUATRIÈME PARTIE

allciilal,

r|ui cortta l a

nr-gocialion de

vie a u P .

môme

nature

Berlhollot,

: la voie

lieu à

donna

ferrée

une 1

de P a c k o ï au

Si- i

K i a n g , sera française ou franco-chinoise. T o u t e f o i s ces succès vclle

poussée de l'influpnce anglaise

vain

espoir d'associer

œuvres de

la

de

Ilnng-K'ong el .Mois

à la

civilisation.

presqu'île

ijinn

de

Tout d'abord

les

chinois(> d e n ' a l i é m u ' a u c u n de

l'Indo-idiine.

tion à

Plus

un s y n d i c a t

Canton d ' u n

et

à

trafic d e confins

celles doiil

p o u r accroître < hl

nc

qui-

les

notre

(•Irangeis

(pie

n o i s e el

ne

nous nous

seuls

( oinpie

la

pas

sur

ue

les

pour

pas

récente

Nuire voiiiii

de

pour de

la

nous

fer

lauds (a'lh>

Hong-Kong;

constitue

í

de |

l'attribu-

cette

voie,

une

s u r nos

victoire

du

q m i

;

d e p u i s quinz(i ans e n Chine

;

uiilleincnl d'en

pri-jugé

notre

avons

le

el

du

droit

et

La

j

naïf ^ q'i'' î j

(|iii

polili(|iie

consentis

Uoitge

nous,

I r a iii-a i s e

avoir une.

sacrilices

nous

indo-chinoisc.

a c c l i m a t e r (die/,

lleinc

j

de j

j

c o m b a t t r e un

à

<

beaucoup de

diplomatie

si r i e l e m e n i

lieu

d('

d u -

1

pliicc 'I'"'

|

et

faits

P'"

.Mi--l\oiig, d e tenir

ne

] j

danS

Y a i i g - T s i ' - K i a n g , a u C ( e i i r d e Tempi'"e <

gonscrueiueut reslieindre

duchiltimcnl

et

promesse";

fut

l a l i i l l e s e r r é e de

pour

reiu(ilaee

M'IIII

¡

Ilan-Kéou à i

de

noti'e expansion

avaiilage

dispense eu en

Deep

Ilaïpliong.

nqu'ler

oui

\allia- iiiaitresse d n

cliiiiois. n'a

nous

de

assurément

('N(Muumîut

indo-cliiiiolse,

nous,

occu|)oiis,

de

T'raiiee soiilieiil

trop

poliliipie

regarde

face

les a v a u l a g e s d e

saillait

llagianle

chemin

les vicissitudes d e

c o n n n e r i i a l e i p i e la

bai(is

ï

britannique j

L a n t a n q u i abritent

nous a v o n s obtimu la concession

I l o n g - K o n g sur' I l a n o ï el Telles fiirenl

du

détournera

Cel

le

territoire des provinces limitrophes j

en

tracé,

loid<inois.

excellenles

nuisible encore

anglais

Kovv-Loon

très habih;

l'île

nourri

e n C h i n e des j

l'occupation

et de

violation

UIUÎ

fut

que nous avions

nôtre pour organiser

Kow-Loon

domimuit

18!)8)

5

furent coinpimsés bientôt par une nou-

des

seiiilihi noire

l'avoir c o m p r i s

part

lioxeurs

d'action

chinois,

et

| ) i i i s q ' i |

dans

To'iivi'

í

s'est

ojip"^'''

i


FORMATION DE nolamineiit, à

L'INDO-CHINE

829

FRANÇAISE

l a l e n l a l i v c , ang-laise d ' a c c a p a r e r S l i a n g - I I a ï p a r

un débarquennnit inopiné.

V

1^'organisalion

et

la mise en valeur de notre Indo-tdiine font

honneur aux h o m m e s d'élite verner.

De

'Uer, homme

de

vues élevées

dirigé notre expansion chacun a contribué ""US consolera 'i"i o n l

ont

de

la perle

p(;rmis eidiu

'887 et du 21

vers

avril

été

chargés

de

à

de l'Inde.

nos

de

l'empire

voisin,

1891

L e s actes a d m i n i s t r a t i f s

représentants une

IViu-tueuse, qui

inslitm''«

militaire

logique;

commerce

17 octobre

l'union

indo-chi-

de travaux publics,

et

maritimes,

ont été

et les i n t é r ê t s p r o v i n c i a u x ,

jadis eu r i v a l i t é , ont pu ê t r e conciliés dans le

besogne vrai-

sont les d é c r e t s du

ont

surveillance

P'ises en vertu d ' u n plan

Aussi en dix ans

la g o u -

et de merveilleux labeur, qui a

les p r o v i n c e s

» . D é ' s o r m a i s les m e s u r e s d e p o l i c e ,

d'iiislruction,

de

gouverneur général M. D o u -

à la p r o s p é r i t é du g r a n d et riche pays qui

' l ' e i i t rn(''llio(li(|nc c l

uoise

qui

Paul Bert au dernier

indo-chinois

l'intérêt s'est-il

général. accru

du

simple au double. T a n t d e l i c h e s s e , d e force p r o d u c t i v e , d'ex | i a n s i o n c i v i l i s a t r i c e , Vont l"'i\ el

p;is

siuis un d a n g e r

grave

qu'il

faut

signaler

c o n j u r e r q u a n d i l e n est t e m p s e n c o r e .

de cfé'cr

un

Tonkin

indttstriel à o u t r a n c e

i"'os|)éiiié de la m è r c - p i i l i i e ''•'U d e l a s e c o n d e r S"cié|,'

:

c'est a u s s i

le

et c o n c u r r e n t

contrarierait danger

tout

de la

l'activité

de f o n d e r

au

là une

i n t e i i i a l i o n a l e au lieu d ' u n e société f r a n c o - a n n a m i t e , de

' ' ^ ' e r 1 1 d e s (••ttangers, i"'éeieiix

dont il

à

C'est le d a n g e r

Iransil

du

' ' l i i n e . .Insqu'ici

d é c l a r é s , ou m u n i s de

Vitu-tian

et

autres

p r ê t e - n o m s , le

provinces voisines

l e r<''ginie d e s c o n c e s s i o n s , d e s

d u comnn"r<;e, (îst

de

Irtivaux p u -

prestpie siiflisiunmeid o r g t i n i s é en vue


830

QUATRIÈME PARTIE

de l'intérôt français : cessité o ù n o u s

mais

n'est-il pas à

c r a i n d r e q u e la né-|

sommes et avons r a i s o n de nous

t e n i r d e ré-.j

g l e r les q u e s t i o n s c h i n o i s e s avec u n perpétuel s o u c i d e rentente.| i n t e r n a t i o n a l e , fasse dévier, d e p r o c h e e n p r o c h e ,

n o t r e poli-!j

t i q u e i n d o - c h i n o i s e de-sa l i g n e de c o n d u i t e n a t i o n a l e ? L ' e x e m p l e j d ' a u t r e s c o l o n i e s q u i o n t s o u f f e r t des excès de la « d i p l o m a t i e j à g r a n d e e n v e r g u r e », i n s o u c i a n t e ou dédaigneuse de l'intérêt ' d u t r a v a i l français, est l à p o u r n o u s a v e r t i r . 3


ANNEXES

L'INDO CHINE FRANÇAISE I-

L E S

A F F A I R E S

D'INDO-CHINE,

DE

1870

AU

TRAITÉ

DE

1874

expédition (le Francis Garnier; sa mort. — Le trai té franco-annamite du 15 "lars 1874 ; traité de commerce du 31 août 1874. — Missions d'étude.

II.

L'E.YPÉDITI0N

DU

TONKIN

ET

LE

TRAITÉ

DE

1885

Les triiiuts annamites à la Chine. — Les crédits dc 1880. — Intervention do 'a Chine. — lînvoi du conunandant Rivière au Tonkin, 17 janvier 1882 ; sa 'Oort, 19 mai 1883. — Los mesures militaires : opérations du général Bouët. — Traité franco-annamito du 25 aoi'it 1883. — Négociations avec la Chine. — Interpellation (lu 30 octobro 1883 et discussion des crédits, 10-18 décoml i r i i . — O p i M i i l i o n s (le l'amiral Courbet et du général Millot. — Convention hiuico-cliiiiiiise de T i e n - T s i n , 11 mai 1884. — Traité franco-annamite de " l ' I - , () juin 1884. — Traité franco-cambodgien, 17 juin 1884. '"Taire (II! liac-Lé, 23 juin 1884. — Ultimatinn do Pékin. — Opérations de 'aniiial Courbet à Fou-Tchéou ; opérations à Formose ot au Tonkin. — B l o tus du riz. — Ouvorluro do négociations. — Affaire do Lang-son, 28 mars l88!i. — Chute du cabinel l<'crry, 30 mars 1883. — Convention do paix, ' ' a v r i l 1885. — Traité franco-chinois, 9 juin 1885. — Vote des crédits du ''onkin à la Chambre, 24 décembre 1885. — Conventions commerciales et '!« délimitation franco-chinoises, 25 avril 1886 ot 26 juin 1887. 'icificiUion <IM Tonkin : opérations do 1880 à 1890.

I I I . — i.i-.s , \ i i - . \ i R i : s n r M K K O N C ,

D U SIAM E T D U LAOS

^"nvontiou franco-anglaise du li juillet 1884. — Invasion siamoisedans lo !'aut Laos. — Convention do Louang-I'rabang, 7 mai 1886. — NoiivoUos ""•nrsions siamoises. — Assassinat do l'inspoctcin-Grosgurin, juin 1893. — '•a iiiissioii L e . M y i v d e Vilors. — Incideiils de liangkok, 13 juillet 1893. — ' ' ' ^ l ' i i s s i i i n ,1 l.'i ciiiiriilii-e, IK juillet. — f l i i i i i i i U i m au Siam. — Trailé franco,. . " ' ' ' i i i o i s , :!

(irliihiv

tS'.i:!.

'-'"'•l'iliniis IVaneu aii^;l;iisr. 1

r Ir l i ; i i i t

M é k o n f î . — . M T i i i r c do M u o n g - S i n .

t . \ | i l o ( , - i l i o i i l i y , l i - ( i L ; i - i i p l i i ( p i r i h i . M . ' k u i i ; ; . — Iii'i-lnraI i n i i IVanco-anglaiso ''" l'i janvier tS'.ili. — CoiislitutiDii d u L a i i s IVaiieuis.


832

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

l\ .

LA

PIÎNÉTIIATION

A p n - ' s ll' I r a i l . ' i l . ' S i i i i o i i o s a k i. i l i ' l i i u i l a t i i i i i rl

ClILNH

MlilUlJIONALE

r í j í i i i i i c i r c ; i v n n i n r l l c i i i r n i .Ir h i r . , n v r i i l i u i i Iti'il h r i i i y - —

I r a n i - . i - . - n i - l a i s r ilii

l)r.-liir¡ilJoii Ciliar,

EN

I i o i i i Í'III l u i i . IV,i I I C M - . ' I H i i o i ^ c s , - ' N j iiiii \¡„>vi,:v iüW.

I!,

l . l ' r l l r l i l l l l i l r l l ' l ' i l r l.oll,--'!Vlll'.|,ll .

Ml-sioii

18<)8 : (irii'laniLioii il n i a l i r ' i i a l i i l i l . r Y u n n a n , laiiii'ij.isiiin ilii Ti'liijoii-Ouan. —

ilii

K i i i i a i i - - T i i i i i i ? , ' . .Iii

r l i r n i i n i l r l i a ilii

Ivoiiiiais© e n

- N u i l vr 1 Irs . Ir lll.l l l d r s l i a liraiSOS,

en IS'.)7; i l r r l a r a l i m i iraiii li.aia Inlili' ilr l'ilr i l l l a i i i a i i . r l r .

- l l r i n i i n i l o s di-' KIIII,IM--SÍ

V i u i n a i i , rl ilr la

l i i r i i l n i l s á. K i i i i i i i i g - ' I ' i ' l i i ' i i i i - l i i i a i i

li.iii' ilr

ul <1"

Koiiang-

; iiriliiiiilalioii.

— M'**'

^ i l l n s d'útuili.'S a i i Y u M i i a i i .

L'ORGANISATION

V.

( ii^'aiiisaliiiii lia ^ ' i i i n n i i r i i i n i l iiiDiiviaiii'lil l'iiiiiiiiia'iaal. c h i n o i s et lus

I.

ET

ri'.iii'.i¡||

— Lrs

LES

MISE

; iiiiion

EN

V A L E U R

H H I U rliiiiiii.--r. — P r o g r è s d»

r l i r i i i i i i s ilr i i r

l i g n e s ^lu pénétration

LA

|iiiiji'li''s :

li'

l'i'scau i n d " '

en C h i n e .

AFFAIRES

D'INDO-CHINE

DE

1870

A U T R A I T É D E 1874

(resta

IK7I)

parili-(le

ipie

la

Cluni'

seinlile

avoir

l'i'solii ( l ' i n t r i -

iriiiir Kli IH72, i i l l

i i i ' t ^ i i e i a i i l I V . i i i i ; a i s . ,M

.Iran

I ) i l p ii Is, i p i i a v a i I p a s s i ; d ^ S

liaili'S

roiiniiliiri'S

aver

Ir

venir

ili'

reloiii-, en a v r i i Mais

le

Ir.s

il'arHirs

all'aiii's

i i ' i n i i i i l r r Ir S1111--K111 j nsipi'i'i

a

K'IISSI

i l i i i T l r ilaiis

l'aron

iilli'ririlri's ile IWlllial"-

cliinois

iiiaii'elial .Mang-llao.

11

Ma,

avalt

v o n l u t , àson

ISTIt, l ' i i n i l e r u n ( ' l a l i l i s s e i n e i i l ; i l e r r c pròs d e H a n o i -

giiiivei'iieiir annanule

s'\

oppiisa.

( i ' e s l a l i l i s i p i e l ' a m i r a i I )ii p i i ' ' r i i v i i v a a 1 1 T i 111 k i 1 1 h ' i a i i r i s ( iarliiCl» r a i i r i i ' i i eiiiiipa;;iliill ile D i i i i i l a r l i l r l a i " i i ' i ' , a \ i ' i ' l a i i i i s s i n i i silivalltc «

( ilirrelii'i-à

riii

(In

l'iiiilier

apaiser

Viiniiaii, il'iin

amiaiiiili's :

li i i l i l n i i r , iiiinr-, ilii sur sail

ilr

anni'

piiiir

iiT'i; 1 i r i r r

iliiiiiiaiil

el

Irs

aver,

el

el

l e vit:"-

a 1 1 i i a 111 i l e s i l e

l'aliti'"'

s'en s e r v i r ,

l't

sa I is f a r I ii in

à

les

hcsOlH»

autorili'S

toiltos

les

ilii

ili'rirl i m p i ' i lai

aii

'liinnaii

parlies ;

m i s i i a 1 i m i a 11 \ . \ r i i a i l ilr

ii-rlaiiial iiiiis ile Tii-Diir

Diipiiis

ri''sislaiii-es iles

Irs i l r r n i è r e s

n i x

Viiiiiiaii, i p i i i i i

m i i r .M.

é l i ' v i''.s

ma m i a ri i i s

|ii 1 pii la I ii i n s ,

vaiiieie

| i i i i i r i i i i l r r i mi u s i l a r ri

prr.sMiiiIrs

ainsi.

eiiiillil.s

i l i s p i i . s i l i i i r i s ili's

les

eiiiMiiir il'iiiii'

iliMiaiiier

les erili',

i|m'

Icttl'L''''^

un

essayer

eidi"

I'e\pl 11 i la I i o M ''''^ n 111 v r i r .

l'amiial

"

Diipi'''

''""' ''-'^


833

ANNEXES

l ' a r t i de la C o c h i n c h i n e en octobre 1873, G a r n i e r , m a l a c c n c i l l l par le maréchal N g u y e n - T r i - P h n o n g , cn

hutte a u x menaces et a u x

vexations des m a n d a r i n s , u s a d ' é i a M ' u i e : l e 1 3 n o v e m h r c i l p r o c l a mila l ' o u v e r t u r e d u F l e u v e U o u g c

à

la n a v i g a t i o n ot

merce de

an coni

l a France e t d c l ' E s p a g n e . N g u y e n - T r i - P h u o n g s e forti l i a d a n s l a c i t a delle de Hanoï. G a r n i e r n'avait que n e u f officiers,

17.)

h o m m e s et

deux canonnières. Après un u l t i m a t u m resté sans réponse, il enlevtt Hanoï le 20 n o v e m b r e ct cn quelques j o u r s c o n q u i t tout le D e l t a . Les A n n a m i t e s Hrent a l o r s appel a u x Hékis ou P a v i l l o n s N o i r s , débris des anciennes bandes de rebelles c h i n o i s 'l'aïpings ct c o r a n i a n 'Ics par L u - V i i d i - P h u o c ct prononcèrent dans une e m b u s c a d e ,

nn

retour ofl'ensif ;

attiré

F r a n c i s G a r n i e r fut tué à la tète d'une p o i -

gnée d ' h o m m e s , à q u e l q u e s kilomètres d'Hanoï, le 21 décembre 1873. Sa h r i l l a n t e c a m p a g n e avait décidé T u - D u c à envoyer des a m b a s sadeurs à Saïgon p o u r négocier un traité dc p a i x . En a p p r e n a n t le eoup (le force dc G a r n i e r ces a m b a s s a d e u r s ,

Lé-Tuan

ct N g u y e n -

^ a n - T u o n g , retournèrent à Hué et allèrent dc là à Hanoï p o u r régler s u r pliice la question tivec M. P h i l a s t r e , inspecteur des afi'aircs '"ilig('ai(\s. C e l u i - c i , à l a n o u v e l l e d e l a m o r t d e G a r n i e r , p r i t l a d i ''CCIÌDII

(les all'aires p o l i t i q u e s ct, sachant le c a b i n c l de B r o g l i o o p -

posé à l'oiauipation m i l i t a i r e du T o n k i n , r a p p e l a i t Hanoï les c o m pagnons de (iaïaiier, tion

relative à

signa

iivec N g n y c n - V a n - T u o n g une c o n v e n -

l'évaciuition dn D e l t a p a r les forces françaises

et ne

'ai.ssa à llamiï (pie h; capittiine R h e i n a r t avec une faible escorte. '^I- l'Iiilast re et N g u y e n - V ' a n - ' l ' m m g i-ctouiaièrent alors à Saïgon •'<ous la d i r e c t i o n de l ' a i n i r a l Diipié ils négocièrent nn traité (pii sion,'.

||. |;i inars 1874 ct ralilié jiiu'l'Assemblée i i a l i o n a l e le R''

f'.ii voici le texte : •^ivi-.

l(a-. cl

•'^l'i-

II

y

aura

le n , v ; M , M - S U N

j i a l . N , a i n i l i i - cl

a 11 ia n c c | > c r | ) c l u c l l o s e n t r e la

'AiiiiMin.

t : \ c c l l c i i c i - l e l ' r c ' s n l c i i l d e l a U c ' p u l i l l ( | i i c rraii(;;nse,

' ' e r . i i i i i i a Ì H „ . , „ i l a s i i N v c r M l n c U ' d u l a n i l c l'.Vnniiin ct son cnlii'a'c i n d c p c n -

''ance vis-à-vis d e i m i t e p i i l s s i i i i c c l'i l a Mt;cre, (|ucllc ([u'ellc s o i t , l u i p r n "^et aiil,, ,,| „ s s l s t a i i c e et s ' e n i;ii i;'c l'i l u i i l i c r s u r s a i l c i i n i i i i l e , ct i ; r a ]"'"''">iMil,

l'appui

''';'n(linllilé,

nécessaire"p.MH-

pnnr

le i l i d ' c i i i l e

mai

nie d a n - ,

MS

l.laK

rmalic

et,

i l i c I m i l c a l l a , p i c , c l p o u r d e ] , n i ,-c

•' l ' i r a t c r i o (jui i l i ' s i d c u n e p a l l i e d e s c i i l e s d n r n y a n i i i c . •^ar. ."5. _

|.|-ciinnalssancc

L o s tàilniiies, v a l . I.

de

cette

p r n t c c t i n n , Sa

Majesl.''S

l e l i n i de,


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

834 r A n n a m

s'engage

à

l ' i a n c c et à ne r i e n Col

engagerncnl politi(|uc

Mais, avec

dans aucun une

avoir Ain.

unne

;'i

!•

cas,

nation,

cord avec celui m

conformer

Sa

quelle

i.

Sun a

^1

De

politique

ne

s'élcnd

Majesté

qu'elle

conclu entre

préalahlcinenl

laiiT

sa

c h a n g e r à ses r c l a l i o n s

le

extérieure

pas

aux

Roi

de

dc

Irailé

soil,

à

celle

dc

h'

diplomali(|ucs actuelles.

la France et le

Irailés

l'Annam de

dc commerce

ne

pourra

commerce

faire

cn

desac-

royaume d ' A n n a m , cl

informé le g o u v e r n e m e n t

sans

français.

l ' i M e l l e n e e . l e P r é s i d e n t d e l a R e p u 1)1 i q n e I V a n ç a i s e s e n .Majesli-

Sa

li.àliineiils

à

R o i de

le

l'Annam

d'une

vapeur

force

don

t¡,ratu¡l:

réunie

dc 5 0 0 c h e v a u x ,

en

paifail l i a i , ainsi que leurs elianillères et m a c h i n e s , a r m e s ct équipes, pi'eseri p l liins d u l ' è e l e i n e n l d ' a r m e m e n t ;

i-iinrnriiiinienl a n \ -2"

De

de 7 à

101) r a i i i i n s

K) re n I i i n i ' l l'es de d ia m è t r e a p p r o v i s i o n n é s i

¿ 0 0 c o u p s p a r |)ii''ce ; 3°

iJe d,000 fusils à

Ces

hàllinenls

le délai

cl

inaxiinnm

labalicre

e t d c îi00,000

armes seront

d'un an,

à

rendus

en

p a r l i r de

la

cartouches. Cochinchine et livres

dans

date de l'échange des ratifi-

cations. S u n l'ixeelleni'i' nu I re, de

le l'ri'slileni

niellieà

m a l i IIS e n

iioinhie

i i i - i ' i i l e i i r s el

la

Républi(|ue française

de la

il i s p i i s i I inn

snllisaiil

pnnr

dn

p r o m e t , en

d e s i n s t r u c l e n r s n i i I i l a il'OS e t

rnl

reeiinsl i t u c r s o n a r m é e cl sa l l o l l c ; dcS

i l i e f , i l a l e l i e i ' s l ' a p a l i l e s de d i r i g e r I c s t r a v a u x q u ' i l p l a i r *

à S a . M a j e s l i ' l i e f a l l e e n I l e p l e n i I l'e ; linaiiees puni- i i i n a n i s e ï -

le

des

s e r v i r é des

l i i i n u n e s c x p e r l s eu i n i i l i è r c de impùlsel

l ' i i y a n i n e : d e s p i n l e s s e n es p i i n r l'nnder un r o l l é - e n u i r e , ilr l'niiiinr a n

i l e s i l n n a lies iliinS 1 « à H u é . 11 p r i i i n c l , en

Irs l i . i l l i n r n i s d r ^ i i e i r e , l e s a r m e s e t l e s I l ' U " ' '

rni

l i i i i i s i p i r S.i . M a j e s l i - pi'^^rra n i ' - e e s s a i r e s à s n i i s e r v i c e . l.a

rriniim-ralinii

e u m m i i n aeei.rd .\i,i.

:,.

r,] ii ¡ I a li I e

e i i i r e les

Sa

.Maj.sir-

s i i i n e r a l n r l i ' de la

IVsl,

la

le U n i d e

f r a n e e s u r Innl

elle el r n n i p i a s eiiire .\

îles

s e r \ l e e s a ¡ ii si r e n d us s e r a H x c C

d'un,

l i a i i l e s pa rl les e.in I ra ela n l e s . I W n n a m r e e i i n n a i I la p l e i n e c l le I e ni 11 n re a e l n e l l e

entier

n i i)CCU|ié l " " "

les fn in I i è r e s s i i i \ a i i l e s :

m e r d e Clilne

el

le

rnyanmr .IWiinam

( p r i i v l n e e de

lu"'"'

'flinanj ; A

r i i n e s l . le

nulfe

de

Siam ;

A n s u d , la m e r d e ( di 1 n e ; An de

mnd,

le

ri.yani

lÜn-Tlinan). Les

iin/.e

villares

de

In

Inmlieanv

d e l à famille,

l.iiili-Clinii-T.iy

11 s e r a ¡ . s s i í í i i é u n faniille

rnyauiiie d ' A n n a m (province

l'iiain

sllni'S

f a i i M l l e II,', s i l n i r s s u r 1rs

,-l

,1,- T a i i - . M a \

eire .nivi'i-ls, erensi'-s, v i o l é s

la

le

snr

le.

l e r r i t o i l ' C de

T a n n l e n - D i i n - e l d e T a n q n a n - l )i.ii r ¡ p n , v i i i e e d e S a ï g o n ) «

l e s i n d s I n m l i e s ,1e l a ,1e

C a m l i n d u e el

'

l'Iiain

IU,'i,-l li.a)

ne | " " n ' r " "

ni i l é l n i i l s .

l u i ,1e I r r r a l i i d r

el nn

I r rrl I, ,1 res d e s v i H a g ^ ^

( p n n 1 m e ,1,.

1^

11)11 m a i . i s , r , a , ' i i i l n r a n ' . U m i 1»''^^ '

l o i , r , r , i l e é l e i i i l n e à e, l l , s ,1e. l a

f a m i l l e Ih»•.S


ANNEXES revenus

de

ces

Subsistance exemples

terres

des

A H T .

d'impôts

6.

Anr.

— Il

7.

et

esl

— S.i

du

P«gne,

s'élevaul

atfccler

à

;'i

l*lic

Saïgon,

le

de

8.

roi de

levée

de.

pectifs

Ions

seront

également

la France

de

par

la

terres seront

tout ce

qui

l u i

le

rcsIanl (à

du

dr

rembourser, l i i i d o m n i l c

0,72

de

lacl

revenu

net

européen et américain, sera la

versé

au

el

douanes

qu'en

année

à l'Es-

dollar),

des

quel

chaque

remise

le

par l'en-

due

soil

au

d'ail-

trésor

gouvernement

à

des

p u -

espagnol,

9.

•^alholniuc toutes

les

'^Ujets

la

En

la

Sa

enseigne

lie

églises

seront

à

à

jiucuii

h o m m e s

nninbi'c

nliliri's

à

et

au.x la

et

h

renouveler

le it

'' ^'-niblaldes

tiaanes

L e s évê([ucs et

li-s

''"yiumc ct c i r c u b i ' de

la

la

*^"""di(|ue.

Ils

^'"'igos

s(a'oiil

ru^

snut

ne

dans

bien,

sont

rescom-

et

et

accorde

pratiquer

les

que la religion

révoque

pourront

exercices des

actes

sans

se

réu"

de leur culte. contraires à

particuliers.

publics

a n n u l e

à tous ses

librement.

d ' A n n a m

pri'lcxlc-i

à

les

les

t r a i tca-,

ses si

Ils

être

cpia n t

autres

seront

tenus

du

pour

Dieu

i-(;cense-

t'.lle

poi-tée

des termes ïhûp

a n x

sujets,

sagement

écrits

articles

.s'en-

par elle,

injurieux pour dans

lesquels

employés.

vise par

Ils

tenus

pnuri'iuit

dincc.ses avia;

de

l i b r e m e n t entrer d a n s le un

le m i n i s l r e

pourront

sca-nnl s o u m i s à nlus

la

pnnr

tous

rnisslnninairi's

piDvince.

de

dcfonse,

les

ilaiis leurs

Cncliiiichiue,

^•""neur de

la

langage ou

fairiMairi'igcr

à

sujets

sc

d i d r u i i ' c li's i'ei;islres dc d i M i n a i I n a a n c n t d e s

faire

S^ge,

''"'lii^inn

leurs

religion.

exacteincnt cinnnu;

f^niploy,.,.

el

emplois

d e p n i s ( p i i n/.c a n s ,

outre,

de

auparavant,

riaaaiscaniails

"'eiils cl imjajts, en

ceux

le

r o y a u m e

jincnn

des

aclc prohibé jiar

faits

faire

illimité

scnis

à

concours

Majesli' s'iairiigCM '''"'étiiais,

à el

partie contractante.

l'embrasser

soumis

les

Iraité

de l ' A n n a m , reconnaissant

chrétiens d u

cn

plus ni

t(nis

République française et

portées c o n t r e celte r e l i g i o n

de

les

biens,

du

l'autre

a u x

permission

eiii'rellnàini, >*dniis

de

prohibitions

les

s u r l e s

Majesté le r o i

conséquence,

dans

mis

conclusion

le service

la

a c r i i i d e n l u n e a m n i s t i e générale, p l e i n e et entière, a v e c

siapieslres

pour

Aivr.

^'^^^

à

et des corvées.

E x c e l l e n c e le Président de

roi

(jiii, jusipi'à

Priiiuis

"

familles

et

guerre.

moitié

faire

tombes

militaire

formellemcnl à

montant cn

chargé d'en

— S o n

^ a Miijeslé l e

'

ces

dollars

la

des

t i r e r reçu ct dc t r a n s m e t t r e ce reçu au g o u v e r n e m e n t a n n a m i t e .

AuT.

^'•^

au

français,

commerce

produit,

"1 Pn

remise

1,000,000 de

ouverts au

l'entretien

du service

indemnité

remboursement

835

à

leur conservation. Les

h o m m e s

i^mi v c r i i i ' r n i ' n t

leurs le de

fait

de

iMa'p'slé s ' e n g a g e

treniise

ports

les

personnels,

l'ancienne

ce

consacrés

familles chargées

*xem[)ts d e s im|)ùls

reste d A J e

seront

prêcher

passeport

des R i t e s

en

tous

cm

11(MIX

dn

gouver-

p a r l e g o u la

doctrine

anciine s u r v e i l l a n c e particulièrc, Ct

les

d. c l a n n ' a u x m a n d a r i n s ni l e u r arrivée,

u . u r [U'cscnci;, ni leurdé|iart. I

prêtres a n n a m i t e s exeiaaa-ont ministère.

Si

leur

conduite

est

11 b r i a i n n i l , c . n n i n e les m I s s i . n i n a i r e s , réprchcnsibic

cl

si,

aux.ternies

de


836 hl

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

loi, ia

lolin,

f a u t e p a r e u x c o m i i i i s r l'sl

cette

I.rs

peine

i''M''ipii's.

il'arlirlrr pilaiix,

rl

sera

les

ni i s s i n n na i r e s

lonrr

ilr

l'colrs.

p u s s i h l r ilr

comuini-i'. rn

Irrrcs

ilrs

i n p l i r I i na Is

et

les

et d c s

cl

Inns

peiiir

la

pnnilinn

niir

ilii

p r ê t r e s a n u a i n 11rs maisons,

liàlon

ouili'

i''i| n i s a I r n l e .

de

a n i-nn I

li-ilroit

l a ' i l l r d r s i'Î;I i s e s ,

aulnes l'ililici'S dcsiiiii's

llû"

service de

an

leni-enlle. biens

Les enem-e

eiilevi's

sons

Tonles

a n .\

si'spiesl re,

eliri'liens

II

.\r.i. non

nn

dans

II).

l.e

eollère

plaei'

leipiel

rrançaisc l'ài

.\HI.

il..lis

la

ilc

convcnlion les

el

qui

iiiêine,

fain> se

p e n i ;

D'antres

|iiirts

ciimincrcc,

.si

I'll 111 i II'

c e t te

de

I--'.

aura

e.nrrelnl gravité

s'eiir-are

cl

.Majesté

de

ce

|ircscri|i-

cas

l'cMS"'

'l'Ii i n - . \ a i ,

rivières

Iraili-,

ayant

el

un

con'"

au

p a s s a g e p a r 1«

transit

le

rnrc.c

nièine

que

I"''

être exercé.

par

et

le

ticuvc

mciiic

scrOllJ

plus

tôt,

après.

an

pourront

niivrir

le

p n u r r a

ra 11 l i r a I i o n s

des

à

I !i n l i - l )i n l i , i l c N i i i b - H ' ' ' ' '

H a n o ï el

coiiiineire

Hanoï

de

snp-ls français nn ponrronl, livrer

se

indnsiriellcs

ces du

cire

n 111-rl e n r e m e n I relations

oinci'ls

l'Ialilies

iiiniiH'''"''

niesii rc.

-inèral,

possi'ilrr,

libre.

I n n i i a n .

n o m b r e et r i m p o r l a n e c Jes

Les

II,

celui

l'i-cliaiirc

ou

le

l'autorité,

de

enlicreineni

si

v i l l e île

la

mer j u s i p i - a n

la

a 11 d i I i o n n e 11 e a n

celui

l'Intérieur»^

l'exercice

la

prO^

S a Majcstc

f a c u l l é ( l ' o n v r i r à Sa'"

à

y sera

aiinaiiiilc

I la ï - l » / m , , i - , ilrpnis

après

la

par

rciini-.

Niiih-lla'i,

de

aiissilèit

accordée

el

cnllc

prorcssenr pays,

conditions aux(|uelles

port

li'onvcul

s ' a p p I i i p i c i i I ilUX

d i r e c t e u r de

dn

morale Le

ifoiivciaicinciil

MM-II,',,

ouverts

Sa

le

son

I i lierli'

a n na m i le a n ra

à

se

ra I i Ilea I i o n s ,

l ' l ' e l i a ii i.;e d e s

la

snrveillanee

ensci|.;ni''.

dans

Le

province

ne

.\in

l'Irc

p o u r r a èl r c

,1,1

li\era

rers

la

ennlraire

pourra

II.

la

Le

sons

ipii

rraniaiis.

les p n r i s i l e T l l i n - . \ a I. , I a n s la p r o v i i i r r ,lr

llriivr I

lie

rciivoyi'

l e e n l li'-re

après

e o i n m n lies

de cou I ra vc n I i o n .

sera

inerre

les

L;on\ei n e i n e i i l

rien

ne

cas

lioiis

hinles

ilaiis

rcligiiin,

sans exception,

b i e n ipie

pnlilii'' anssilôl

i(lllro\al,

rlaiiirra

aussi

l'ailde

resliliiés.

l e s i l i s p o s i l i o n s | ni'-ei'i 1 e il I e s ,

m I s s i o i i lia I r e s e s p a r n o l s I

pour

seront

leur

libreincnl

les

ilaiis

mettra

à

villes leur

a n n a m i t e s ilc la

respectant

en

à

tontes

ci-ilessns

ilisposilloii

les

d u

opi'ralions

i l i ' s i r iii'-cs. les

l ' r a i n a ' ct

luis

Le

terrains

les ciraO-

pays,

s'établ"'j

com ineriaalcS

»

i;ou veriicliicnt d" ni'ccssa i res

à

établissement. Ils

pourroill

vince d u

dc

'^'uuiiaii

même par

n a v i r n e r c l la

voie

iln

en ni m e ne r c n I rc

.Mii-ll.i,

iiio\cnnant

la

i

• el

la

1""

l'aci luiltcmcnldes

d n i i t s M x é s , et .à llenve Ils ilors, \nr.

enlre

la

ponrronl

La

coiidilion el

H a n o i

lilirniirnl

interprètes, i'.i,

la inrr

rlioi

('Ci'lvains, Lraiicc

ilr

s ' i n I r n i 1 re

l'ont

el

l.i

,lr

Cliiiir.

a

Iriir

.,r

OIM

rl

jïonhèr,' rnmirrr

riers,

iiiiiiiiiicra,

lialellcrs

dans

el

cliacun

Iralic

s u r les rivCS dU

srrvier

drs

en"!!"'''"

doinesl l i p i c s . des

jimls

OIMCI'IS


837

ANNEXES commerce, chiffre

un

consul

ru' i l c v r a

ngoni

assisli-

(i'nne

pas (h-passcr le

mmilnc

de n n i l

Sasécnril,' ci

Ij i rc

SCrs, jnsipi'à

(a'

semenl

des

cxéouliou

d u

A U T . g C ,

en

Majesté ^'lles

J").

''PeciHcs, "visera Les

la

fera

irncs.

1

piaïf

snjcl

soil

inain|U(a'

la p n l i c ç d e s (-Iran-

dissipc'c

dc

le

pinir assnirr

faire

par

l'i-taldis-

inniro la

loyale

rroiil. en

l'aire

de

leur

france el

roiii'

lois,

de

Liirsipie

lilircincnt

\oya-

les c o l o n i e s

fran-

ciïli\ dans

assnrcr

résider des

l'i'ani;ais,

des sujets

di'sircronl

ils dcvronl

l'anlorili'

|

leur

agents

prntciiion,

dans

les

Sa

ports

ou

cin.ix.

élraiii^crs

sujids

roi

an.\

l'acuiti'

elle

d'antres

ne

ce

coin iiicrccr

ciinfonnanl

aura

A U T . "U

possinler cl

se

doni

r a p p o r t s cpie

à

CIOTII

snrtisnnlc,

aninriica p n n r faire

crainte

- Les sujets lin

ré.sider,

çaises

hnitc,

Inrci'

traili'.

-

li.

respecter son

ipic

bons

nn

se

faire

s'i'l a Id i r inscrire

l'iiriipi'ens ou c o c h i n c h i n o i s da ns

chez

un

le

des

lieux

ci-dessus

résident français, q u i eu

lucale.

annainitcs

s'i-tablir

vnniani

en

territoire

français

seront

Soumis a u x m ê m e s d i s p o s i t i o n s . Les

l'"rançais

P^ys,

ne

par un

anenl

annamites. "C

leurs Celle

•'ctuel

l'I r a i i ^ ' c r s ,

nn

ponrronl

le

l'aire

français,

el

qui

,pie

avec

vnndronl

s'ils

le

sont

voyager

innnls

conseille

T o u t c o m m e r c e leur sera

dans

il'iiii 'I

inlerdit,

l'i n Icricii r

dn

passeport di'lixri^

le

\isa

s o n s |ii'i

des anloriti's

le

eonliscalion

marchandises. faculli:

du

de

pays,

•''Qnamile,

voyager

pouvant

les étrangers

d'accord

avec

pr/'senter

des

le rcprésen la ni

de

la

daimers

i|ui'

n'eu j o u i r o n t qu'après

l'iancc

le à

l'i'.ial

dans

^'iniverneincnl 11 i n ' , j l i m e r a

le

I'''.ys s u f f i s a m m e n t c a l m e . '^i

des

voyageurs

""^auts, déclaration protection ^'"••cs, ''^"'•s

du

français

en

gouvernement,

les a i d e r a

doivent

s e r a én-aleinenl

dans

qui

parconrir l'aile:

leur

ils

le

di'IlNicra

raccom|)lissi'ini'nl

de

pays

en

qualité

de

.'i

ce

litre

la

jnnironl les

Icnr

passcporls

m issimi

et

,1e

niTcs-

facilitera

études.

Aier.

— Toutes

^•"auçcrs,

cnnlestations cuire

seront jn^i'cs

Lors(|ue

le

l'i',ini;,iis

des sujets

*VCC d e s A u n a i n i l e s ' " ' ^ v r o n t (|'.,|„„.,|

par

on

expnser

ou

ri'sideint

français,

l'i ranime r s

quelque

pla i nie

ralfaire

au

on

enlre

français ct

français.

on

auront

quelque

n'cla mal ion

l'i'sident,

qui

à

contestatinn

l'orninlei'.

ils

s'elforccra

de

l'arraii-

requerra

l'assistance

^""•j^ l ' a m i a b l e . l'arrangement ^

juge

"•'"'"line

esl

annamite

l'alfaire

impossible,

coinmissionm''

cou jointemenI,

le à

résident

cet

cll'cl,

staI u e r o n I

cl

tons d e n v , après a v n i r

d'après

les

règles de

l'è-

Imté. p "

en

sera

''•''"'.•ais "".peut

ou

dc

même

un

èlranner:

concilier

•^^iiigera avec l u i .

les

en cas de le

parlies.

contestation

premier s'adressera requerra

d'un au

l'assistance

A n n a m i t e magistrat, du

résident

avec qui,

un s'il

français, ^


838

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

M a i s gers

t o u t e s les c o n t e s t a t i o n s c i i l i c

seront jugées

ART.

17.

pables

et

les

lui

Si un crime de

Sa

nienl de

sur

l'autorité

Il

eu

poursuivis

.\ici.

même

se

français

fin

riloirc

annamile,

biens

d u

de

si

des

an

se

des

Saïgon

ou

le

cou-

les

de

snr

en

leur

sera

diiniii-

d'un

résident,

sujel

territoire annamite, été

donné

criminels f r a ni;a i s

si

avis,

de

françaises.

l'aire

; se

quelconques, ils

d e v r o n t êtrC

peut,

arrêtés et

français o u é t r a n g e r s u r le ter'

a n n a m i l e à

sera

(|ui

mesure

en

liays.

cas de décès d ' i l n s u j e t nu

on

cl,

lui.s

nbservées.

a u r a

aulorités

pirales

sujet

dc désordres o u brigan-

sur le

I e n l I oi rc

le

(•(.

bien

en

a u x

p a r u n

d e v r a être ol'KcicIlc-

l'aeensi'

snnl

lui

français

Majesié

réfugie

voleurs,

di''ci'-ili'- s e r o n t r e m i s

ili'Iaiil,

légales

rendre

le

qu'avis

aniorilés

li).

Sa

dirigées CouIre

ri'l'iiricnl

anssihïl

aii\

livri's

ou

à

résident français,

du

l e i i i l n i r c

de

s'efforcera, dès q u ' i l

de

rni,

Français ct j u g e s

p o u r arrêter

S i ([uelque m a l f a i t e u r . , c o u j i a b l e

territoire

sera

sni' le

n^enl

formes

les

d u . f u g i t i f et

dn

nn

poursuites

loules

locale

s'emparer

sujets

des

le

des

connus

ré(|uisition

efforts

leurs

einniiiis

consul

ipie

18.

A i n . dages

délit esl

le

inrni-nii'

s'assurer

par

seront

S u r la

tous

e n t r e F r a n ç a i s c t étran-

livrer.

ou

Majesté,

feront

ou

seul.

c o m m i s

l ' A n n a m

de

compétents.

locales

rirais

IVanriiis

délits

ct

territoire

t r i b u n a u x

les

les a u t o r i t é s

résiilcnl

L e s crimes

é t r a n g e r s s u r le par

par le

ses

sur

cliarni'

de

territoire

le

Iniriliers ; '"s

français,

1«^

l e u r a b s e n c e o u à le"''

en faire

parvenir

ayants-

aux

ilroil. AMT.

20.

P o u r

assurer

présent traité, u n de

r a n g de sera

Répiil)li(|ne

la

m i n i s l r e auprès

contractanl<;s

dc

ma i n l e n i r l e s

de

chargé'

et de

veiller

facililcr

et

lations du Président

à

an

l'exi-ciition

Sa

n o m m e r a

Majcsiè

le

Uni

consciencieuse

clauses

Son

un

de

rela I i o n s a m ica les la

des

signature.

après sa

française

et

l ' A n n a m .

enlre

les

e\i''cnlion

stipU'

Excellence

résident

ayant

Le

résident

liantes des

le le

partie^

arliclesdU

traite. L e r a n g de droit,

cet envoyé, les liinineiirs

.seront

ultérieurement

d'une p a r f a i t e Sa à

M.ajesté

Paris Les

auprès

ment

,1e

Aiu.

le

1862,

de

se

de

r A n n a m

loule

cs|ièce,

L;iiiivernemenl

dn

p r i ' r o g a l i v e s a u x q u e l l e s H :nn''| c o m m u n

lianlcs

aura

accord

cl

sur

le

pie'

|)arties c o n t r a c t a n t e s .

la faculté de n o m m e r des

résidents

la'

cliai'i^e

cas

iicca s i i i n nées a 11 i i ' , s c r i i n t

trailï-

remplace

d'obtenir

l'Espagne

le présent

traité

le

I r a 111' d e

rassc.nliincnt

n'accepterait

n'aurait

pas

d'elfet

le

séjour

d e CCS

rCS'"

gOUVCrnC"

France, dans

ce,

cas,

se

ISIIL',

et. l e

gouverncnicn

dn

i;oiivcrneincnt

cspHn".^^

ces

m,ni i lica t i o n s

au

ipreiilie

et les a n c i e n n i ' s si i p n la I i o n s c o n c e r n a n t exécutoires. La

par

s u p | i i i r t i-es p a r I c

,1'CIIN.

cliaciin l'I.

français

de

Hoi

les

cl

i r n n

Saïgon.

dépenses

ilrnls

IJans

réciprocité enlre le

et à

n'rli's

ri'isparne

la

France

eo n 11 n n e r a i e n I

cbargcrait du

' i ' ' "

cl a

rcinboiirseiiiri'''


ANNEXES l'iiidomnilé e s p a g n o l e et se de

l'Annam,

l'article

7

pour

du

être

substituerait à

remboursée

conformcmeut

faire

SI

aura En

se

en

seront

peut.

Il

cu

lieu.

foi

de quoi

échangées

sera

les

.

l'ail, à

Saigon,

de

Hué mis

en

plénipotentiaires

au

perpétuité.

dans

dispositions

de

d'un

v i g u e u r aussitôt

respectifs

onl

an,

et m o i n s ,

que

cet

échange

signé

le

présent

cachets.

Palais

du le

grâce

correspondant

premier m o i s dc l a

Il s e r a ratifié et l e s

le délai

expéditions,

(|uatre

Hars de l ' a n

à

p u b l i c et

.traité e t y o n t a p p o s é l e u r s

çaise, c n

aux

présent traite.

A U T . 2 2 . — Le présent traité est fait à ratifications

839

l ' E s p a g n e , c o m m e créancière

'187'i-,

gouvernement de dimanche

vingt-septième année

la

Cochinchine

quinzième au

dc

j o u r du

fran-

mois de

vingt-septième j o u r

du

Tu-Duc.

(S.) C.-AM. DUPRÉ (S.) LÉ THUAN ET NGUYEN-VAN-TUONG.

Le le

traité p o l i t i q u e futcoinplété

31

août

AHT. du

1874 par l'amiral

lor.

Conformément aux

tri m a r s , le

'uuiioii duire

par un

traité

de c o m m e r c e

c o n c l u

K r a n t z . En v o i c i les p r i n c i p a u x a r t i c l e s :

stipulations

de l'article 11

d u traité

H o i d e l ' A n n a m o u v r e a u c o m m e r c e é t r a n g e r , sans di.s-

d e p a v i l l o n o u d e nationalité, s e s p o r t s d e T h i n - N a ï d a u s l a projilnli-Dinh,

il,.

d'Ile de Hanoï

el

de Ninh-Haï

le lleuve dc

dans

Nhi-Ilà

la

province

depuis la

de

Ilaï-Dzuong,

m e r jusqu'à

la

la

frontièi'C

cliiiioise. A HT. 2 . tinuent "U

— D a n s

les

d'une taxe

pnrts nuverts, le

,1,'."i ( I

à leur sortie.

Cv ,lr,iil

C e p c i i i l a M t les

armes

"Uporti'.es, "ssiijeiti

ni

à

exportées

la

n de. sera

la

coinmerce sera

v a l e u r des

de

10

0/0 s u r

el les

munitions

parle

commerce.

ri'.i;lenieiilalion

spéciale

à

l e u r ciili-ia-,

le s d .

de Le

l i l i i e après l ' a c q i i i t -

marclianilises

guérie

ne

coinincree

établie

])ar

le

pniirriiiil île

cire

rnpiniii

ni

reste

gouverneinenl an-

"anii|(.. L'iiiipnrlatinn

des

grains

sera

toujours

iiermisc,

moyennant un droit

d e •> 0 / 0 . L'exportation ••'Sation

•Jonnaissaucc '''•appés

des g r a i n s

temporaire

,rnn

au

h'iinporiation

"nuée qu'après denrées a u r n n l dernement

de

,1,' de

que

pourra

avoir lieu

français

snrtic

de

soie et du soie

à

10

qu'en

vertu

ct du

Hué. Les g r a i n s seront, d a n s

go-hcin sera bois

l e s v i l l a g e s <|ui

aura

acheté

d'une auto-

il sera donné c e cas,

0/0.

dit

les

toujours

])ermise.

go-hein nc scra permise

payent

t o t a l e m e n t acquitté cel

annamite

l""<'pre u s a g e .

la la

ne

gouverneinenl de l ' A n n a m , dont

résident

drnil

h ' e x p i n iaM,,ii

du

leurs

impôt en (luanliti's

chaque

imiiôts avec ces d e u x

nature,

el que le

iinlis|iensaldes

youà

snu


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

840 Iruif il'cnlii'

\A\

lesiinirrs l.oi-si|ni' Jroil

ilr

\ i r m l i - a . an m o i n s

.'i

ri'\|ioi-|alion mois à

nn

ili'

l'i's

ilinn-rs

Toutes

les

illlri'ilirlioiis,

a m i e s et l e s

nn pï'i'lirr

l'i'a ii,;a i s à

ri''|ioi| n r à

ilc CC

l'ii

lin,':

laipirllr

prcil

1»'

l'i'vpnr-

liliri'. Ir

on

pri'mlrr

prolillii'S

ipii

l'rlirs

l'olll'l'l'lll'nt

I ra n s p o r l i ' r s sa ns

aiinamili',

Vniinan,

pourra

obiris

|n'olili'r

ili'

liois M-o-lirin. il

l'i'siilr n I

pr n \ r n I Ï'I rr

nr

p o u r Ir

Irs

li'

iln

l'I

l'rxrrpli

à

aniiamilr ipir

rinli'nliiin

soir

l'aNaiiri'

i ; o i n r r n r i i i r ii I

Iransil

uoiiM-riiriiirnl

pour

rn Ir \ ir m I ra

iln

iiiairlianilisrs rn Ir

mois à

m n n i I ions, .pil

spi'i'ialr

risalion

aura

la

ilr

l'avaiii'i',

l ' r r a i - n a l r i i i i ' i i l r o n n a i l i - r nn lalinn

(l'I).

aiiiiainili'

t;oini'riii'iiii'ii I

II'

sii'.iiii'mli'i'

ill'

i l l ' s i i i ' l i i ' s i i r r i ' s iiiii I i è r e s s e r a , c o n i m i ' | i o n i ' I n i i l i ' s

1

ii l a r r l i a m l i s r s ,

s'a p p l I q n i ' i i I

ni'

\i'nanl ilrs

ilii

pas

Ynniiaii ilr

inrsiirrs

soirnl

IcS

uni' a ni')-» allX

:

niais

p n ' r a n I i')"

i l i ' l i a ri| n l ' S

lei'-

sur

son

le

ilroil

riloi rr. l-rs

on

p a r la

i r o n I i è rr

snr

p a r II' Ir

,lr C l i i n r

esl r i i l r i i i l i i

animan

1rs

iiiterilielions,

cl

ipie.

pavillnn Iraili'S,

europi'en

iniroilniles

par

luirilliui

.Mais

p a r les . M a i n l a r i n s a i i i i a n i i l e s l'en l i,'i-i-

caisse SJlCciale, à A R T .

3.

cliaríícmenl. sur

cnirani

à

,l lesi

i|ni'

les

pour

ill" MiC"

on

l'I r c l ' I a b l '

passai;-!' i l ' u n C

cvporli'cs

par

clcS

l'un

cnleml,

scruni iloiiane

la

c l i a i-r-i'-s,

navires lai-l

nn

ilaiis

penáis

ces

ilciiX

si''pai'i'Mi<'"''

\,'rs,'-s

,-l

L;IHM e i - m - n i n l

J n

,1,-

i m p o i l l ' C S souS

m a relia m l i s r s

ilroils

s i ' r \ i r e ,1e

nIii'-mes

s,ii-lanl

Icnr

à

p l a , - , - , - l ,l'aii,-rai.;e s

,1,' j a n r c

,|iiiii/.,' ,-|

(ce

,1 I s p o s i l l,iii

L e s ilroils

p a r Innncan

(le t a c i

par

csporli-cs sons pa\illiin c b i n O l S

les

ces

iln

on

ipn-

aini'ricain

l'/raiir/i'r).

soil

r . \ n n a i n s c r o l l i s o n m i s e s a n.v n i è n i e S

c e l l e s i m |>oi-l l'-cs

ou

cr

Yiiinian).

l l l a r r l l a l u I i s e s i m p o r l l'-i's

a u x mêmes ilmils

soumises

ipir

s n p p 11-ii i r i i I a i r r , n r p o u r r a

b . - ï l i m c i i l - r l n n o i s on a p p a rl eiia n I à

seront

do

(priniiirr

ri'-Liiilli''rriiiriil

ipir

n'aripi i I Irriin I

Irrriloirr annainili',

a u l i r i l m i l . a r r r s s o i r r on

lii.iivhaii,lises

les

11

Iriir riilri'i'

ipi'.'i

.\ni'nn snr

Ir.insilanl

iiiariliaiiilisrs

iloiiaiir

, l a n s illK"

annamile

l i s,'-s à I r o i s i l i x i è n i c S

i-iilrani

par

cl

sortant

loiiiii-aii

cnli-aiil

a v e c UD

p o u r les navires

c l i a I-L;-I''S

cl,

soi'Iaiit

sur

lesi. Soni

consiil,'-r,-s

inri'-ricnrc p a I-

an

vi n

Ion n e a n

en

me l'-l.inl I i ,'• ii i,-

place

-

Les

lîovaiim,'

Yunnan

Iransil

en

p,n-|s on

misesipi'à anirc

la

,1,-

de par

la

moili,'

lesi

I es na vi res i l o n I

c a i't;'a ¡ s o n e s l à ci n i | I r a H ' ' ^

ci

parlanl

snr

lesi

ne

paycnl

,-v p,'-, I i ,'-,'s

l'.\iinain le

.Mii-ll.i.

pi-oviii,-,- ,ln des

droils

on cl

à

,li-

Sai'-iin

desi i na I inn

celles qni

Ynnnaii l'rappanl

pour de

soni

la

ancnn

ilr'"'

les

nn

ib'S

1""''^

p n i v i M'''' ' ' "

e N pi-, I i i i ' S

pour Saír-,iii,

m-

,1''

s,-rolli

m a r c lia n , 1 i s , - s

ayant une a i i l r c d e s i i n a l i o n . éviter toutc frnudcct constater q u ' i l s v i e n n e n t

pnivenance

l'our

1,-sl

niarebai,,lis,-s

o u v c r i s dn

do ces

snr

d'ancrasic.

el

Ain-.

la

I,-ii r ja n re on c n c i i i n l i r e me n I. el

v a I e n r.

Les n a v i r e s e n t r a n t sur (le

, I,-

,1,'

1'"" s " " " 1"""^

ou

bien

'b'

Siu'ii'^"'


841

ANNEXES " • s li.îluih'Mls y l'i'iMiil X i S r i ' Inn-, l'I

1rs \

'"' diiiniiir '''"'li'>ii

Irniiil ir.i

I

'•''dr,

qui

Ai\i'. ; i .

Celle d r e-^'l

|ni''srnl

\ " ,\,¡

Dnnanr

lu

des d r n i l s , •

l i i i i l i i - n - | i i i r Ir r i i i i s i i l r x l r r r des

il'A ii na ni.

Ijàliiiieiits, à

l e u r départ

pour

Saison,

| " M i r II! I l loi I il' i l r s d r o i t s a u x q u e l s i l n c s o n t p a s s o u m i s e n v r r l u

parai;i;i|i|ir

du

l ' i r i s | la r 1 r r,-i 11 ¡ | a i M l ' i l ll p o r l d e c o m -

punira

- la' riiiiinii'rir

ininnrnl,

par

ranlinii

rnlrr

Irrrr

paiail

pas sa-

ilrrrllr

nii.ilii-

nr

ili'p.'il

i''i'sl-à-il i rr

qu'il

p r i i v i n c c de l ! i c n - l l n a el

la

p i n \ isi il r n i i r n I

irslrra

''rnilsni appiirli' a i i n i n r i l ' a i i s raiiiii'-|. q u i

rl.sila

\ i ' i s i ' i i i n i I l'n

Ir

r e s l i I n l'r a p r r s j n s l i li l'a I ii m .

sria

lilnh-'l'linan

en

arlii'li',

r\ii;i'i'

i l a ns li's r o u d i l i o n s n n i I

punira

nr

rlrr

l'Ialili

de

nouveaux

liliraliini aiiv drnils rvislanls. l ' i ^ r l i a i m i ' d r s r a I i l i c a I ii i i i s d u p r i ' s c n l I r a i l é ,

siii\ra

c i n u c i l 1 i n n sn p p li''iiicn la i rc

r i ' r l c r a les c n n i l i 1 ii ms

auxquelles

sera

^ • H U i i i s c<; c n i u n i e r c e p a r t e r r e . l'U

tous cas,

"i'tion ' plus

de

la

l'exportation

province de

f o r t s ([UC c e u x q u i

sont

A R T . (i. — P o u r a s s u r e r eoiiHiis q u i

la

'"«ut a n n a m i t e les sous

chevaux

payés

l'Empire

fnneliiinnaii'cs

à

à desti-

m'ccssa i res

d'i-vilcr les

l e s a n h i r i I l's

dispiisiIinn

la

l'anlorili'

alin

cl

e n l r e l e s l'I r a i i ^ c r s c l

la s u r \ c i I la nce cl

d'Annam

èlrc a s s u j e l l i c à des dr'nils

actuel Icinenl.

français i n e l l r a

l'arllc (lu service p u b l i c .

dc

neiiniirra

perceiilimi des d r n i l s ,

p i i u r r a i e n l iiaîlrc

iiMles, l e g n u v e r n e i n e n l

'douanes,

des

Bien-lloa

pnnr d i r i g e r le servicedes

dn

m i n i s i r e c h a r g é de cette

II a i d e r a c g a l c m e u l le g n u x e r n e i n c n l a niia m ile

'' o r g a n i s e r s u r les côtes un s e r v i c e dc s u r v e i l l a n c e c l l i c a c e | '<cr

le

aiiiia-

i;iinM'rncr-

dn

'

prnlé-

commerce.

A u c u n E u r o p é e n n o n F r a n ç a i s n e p o u r r a è l r c c m p l n \ i - .la n s l e s I l o n a n é s 'les

ports

li'aiii'ais

ouverts, près

la

sans

l'agrément du

c n u r de

llui',

avant

consul

de

l'ianccnn

du

l e p a y e i n e i i l iiilét^'ral d e

Hi'siilent l'indemiiilé

•^^Pagnnle. '•e

|)ayenient terminé, si le g o u v e r n e m e n t a n n a i i i i t e

'"ninaires ''''s

employés dans

l'onclionnaires

les d o u a n e s

français,

les

^",iet d e s m o d i t i c a t i n n s q u e A R T . 25.

— S o u

''|'''e s t a t i o n n e r u n

Exc.

p a r m i les

Président d e

pinir

""'""vènicnt.

que

la

Les

la Hi'publiqiic dans

l'ipiipa^cs des

présence bAtimciits

les ports

de de

roules

ces

navires les

iia\ ires

i^ncrrc

du

concours

s'entenilrnnl

au

nécessaires. française

ouverts

nécessaire |)oiir m a i i i l e n i r

'•'^crcice de rauloritécoiisn la i rc !"''^''s

i n g e q u e ses f'ouc-

passer

dèlcrni i na I i o n r e n d r a

celle

jugée

se

uiinvcrncnicnts

biUiment de guerre

P"'eoù sa présence s c r a la discipline

le

deux

peuvent

le

imiirra

de

Ifaii-

hou

nnlre

m a r c h a n d s et faciliter

m e s u r e s nécessaires s e r o n t de

ne

guerre

seront

n'entraîne

assujettis

aucun

à aucun

ili'nil. ART.

— Tout bâtiment de guerre

d u c o m m e r c e s e r a reçu '""•^a

de l ' A n n a m

il

se

cn

a m i ct

français c r o i s a n t p o u r l a Iraité

comme

présentera. Cesbâliments

"'''•' l e s d i v e r s o b j e t s d c r e c h a n g e e t

tel

|)ourroul

de ravitaillement

dont

prolcc-

d a n s tous les s'y p r o c i i -

ils auraient


842

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

b e s o i n , et, s ' i l s o u i matériaux

les

Il en sera

de

loul

les réparer

sans

n é m e n t et, a u s s i t ô t q u e

port

prolonger

t o u t e autre

cause,

(|uelcon(|ue d e

séjnnrncr

c a u s e de l e u r r e l A c l i e

la

pouvoir y

sans

français ou

de commerce

majeures ou p o u r

refuge dans un

chercher

a c h e t e r dans ce b u i

et

moindre opposition.

navires

des

d'avaries

la

n a v i ^ s devront également n'y

ces

appareiller,

avaries, le,

l'égard

suite

par

contraints

Mais

nam.

des

de m ê m e à

étrangers qui, seraient

l'ail

in'cessa ires,

aura

(|ue

l'An-

momentails d e v r o n t

cessé,

l e u r s é j o u r et s a n s p o u v o i r y

com-

mercer. S i ( j u c l q u ' u n d o CCS b A t i m c n t s v e n a i t à s e perdre s u r i a c û t e , l ' a u t o r i t é l a p l u s p r o c h e , d è s (|u'elle e n assisia nii'à les

l'é-q i i i p a g e ,

mesures

d'urgence

|n'i''s(a-va l i n n sance

dn

pnnr

((UO

des

nécessaires

ma relia nd isi's.

ccnisnl

ses

de

concert

avec

m n y e n s d e r a p a t r i e r ré(|uipage

porterait

]ireriiiers

pour

l'iiis

pnrlia-ail

le

pins à

l'autnriti-

sur-le-champ

b e s o i n s et p r e n d r a i t

le san\i'lai;e

(die

a^enl ennsniaire

(ni

celui-ci,

informée,

serait

pourvoirait à

la

du

navire

lelniità pnrli''e

cniii|)éleiilo,

ctla

la connaisdu

pût

sinistre,

aviser

aux

e t d e s a u v e r les d é b r i s d u n a v i r e e t d e l a

cargaison. Le port de 'riinàn-.\n, à conduit à

la

ca|iilab'el

et a u c u n

bàlinnnl

canse de sa

iliMn^cr

de sa

situation

dans

rivière

une

qui

prii.ximité de cette c a p i t a l e , f e r a e\ce|)tion, de

guerre

ou

du

commerce

pourra y

nc

pénétrer. C e p e n d a n t si u n

b.ïtiiniail,

s i o n pressée

p o u r le

il

franchir

pourrait

AUT. 2 7 . — les

barre,

la

r i s a t i o n expresse d u

Inns

Lncliincliinc

de

ajirès

gouvernement

Les navires

pni'ls

de

y

an

gouverneinenl

"nn \ ernemenl annamile à

Ions

ses c l l n r l s

incili

dans

d e l'açnn

à

pnnr

rendre

les

A n i . ii'.L — L a du

I.')

mars

sia'nni iialinn

les

iipi-ra 1 i n n s

la

2

du

reslera

qui

an

el

nbtcnu

l'auto-

se

rendroiitdans

du

la

Iraili'- du

la

Masse-

di'

v u e des

de

lerre el

ciiniiiicice la

priiinesse,

la

bute

m a r s , dc lall'C

de mer,

pnrls n i n c r l s a i i

aura

de

pninI

plus l'aMirisi'c.

rennincllc

pirales

pri-scnlc ciinvenllnn elle

1 ii'sideiit francai^'

françaises

liaili's,

frani;ais

des v i l l e s e l

IXTi. anqnci

annamites prnvima's

l'arliele

di'lrnirc

le vnisinane

le

avinr demandé

annamile.

six

des

p n u r y commercer,

Le

en

commerce

P V a n c e OU

i l n i i l s lie I n u l e n a t u r e , c n n i i n e l a \ n i . i S .

f r a n ç a i s l ' d a i l (diart;'é d ' u n e mis-

dc guerre

gouverncmenlde llin''nn pour

parliculière'

commerce européen,

a u s s i sûres que i i i c m c force (jUC

|)OSsiblele

a I l a c l i i ' c ; e l l e sera m i s c e n

Traite vigUCUr

a n s s i l i ' i l a p r è s l ' i ' c l i a n r e d e s l a I i lica 1 i i i i i s , q u i a u r a l i e u cn m ê m e tcmpS que eelui avant fài

du

le. l i j

Iraili' mars

f o i de q u o i ,

a ppnsé l'ail cliaqnc

leurs

l.'i

nia rs

IS7 i , s i c ' e s l

piissilde,

e l , e n Inn s les c»S,

les

p l i ' n i pot c n 1 i a i l e s

r e s p e e l i l's l ' i n i I

s i i ; i i é cl y

s e c a i i .\.

àSa'igoii,au langue,

Siijnatures

du

187.").

palais

dn

compari'cs cl

des

- m i v e n i e m e ii 1, cmilnnnes

plènijiotentiaires

annamites.

en

enlre elles,

deu x

ex pédilions

le lil

août

{S.).

•l*<73-

KIVANTZ.

en


ANNEXES Afin des

d'éviter (les difficultés

nouveaux

tractantes <iui

traités,

les

plénipotentiaires

sont convenus

sera

considéré

d'ajouter

comme

en

au

Il

est e n t e n d u

Une

et

douane,

maisons S i , et

et

par

la

que

de

mais

escorte,

et

liaisons

les

bien

(ju'à

y

toujours

aurait

Hanoï

ville

reconnaissait la

de

cinq

ou

nécessaires

que

la

dans

avoir

de

des

et

à

y

avoir

commerce

son

escorte,

magasins

et

des

Thin-Naï.

de

ville

au

avec

Hanoï

Hanoï

cette à

ouverte

consul

douane

douane

pour

terrains

maus

sera,

(mesure

nécessaires

les

bfttir

les

est

pourrait un

des

aux

inutile

être

consul

sup-

et

magasins

conimerçanls

des

consnis.

A Ninh-llaï,

dans

chacune environ

seront

pour

achetés

annamites

seront

le

cela

aussi

consul

sera

du commerce.

Il

des

son

et

consuls

gouvernement

annamite, Européens

magasins autorités

des

habitations

gratuitement au

et

juge

son

habitera

plus

élever

par

Les

rapprochés

escorte

nécessaire

des

et

français

des

de par

ports

a u x

et

maisons

d'habi-

propriétaires.

dans

ces

o u -

demi).

achats,

Les de

m a g a s i n s et les h a b i t a t i o n s

que

possible

assurer

s u r l e

ou

hectares

leurs

eux

continueront

pour

tard

villes

deux

interviendront

c e (|ue t o u t s e p a s s e a v e c é ( | u i t é .

que

con-

additionnel,

annamite.

ces

leurs

et

h.

est

un

Ninh-Haï

continueraient

s e r o n t cédés

de

Les terrains

^ant

on

parties

acte

intégrante.

pourront y

suffit,

gouvernement

eonsuls

cette

Européens

aussi

hautes un

passages

d'habitation.

L'étendue

'^açon

les

deux traité

partie

même de

dans

Européens

terrains

tation

ville

de quelques

additionnel.

Ninh-Haï

il

leurs escortes

verts,

la

aura

suite,

celle

primée,

'e

y

d'habitation

(|ue

Les

que

qu'il

des

présent

faisant

Article étranger,

843

d a n s l'interprétation

la

k

de

la

demeure

occuper

police

terrain de cinq

et

les la

m a u s ,

forts,

sécurité (jui

l u i

" u r a été c o n c é d é . On ront

respectera acheter

les

eonsentement Les en

A

|)agodes et

des

les

sé|)ulcres,

lesquels

propriétaires,

et

il

en

Commerçants européens payeront

usage

"utre

les

terrains sur

dans

la

localité

ils

(M'I

existe

])ayant

et

les Européens

des

une juste

mais

pour-

ils

ne

le

indemnité.

l'impôt f o n c i e r d'après

habiteront,

ne

h a b i t a t i o n s ([u'avec

les tarifs

payeront

a u c u n

impôt.

Saïgon,

le

;!I

août

187-4. (S.)

KRANTZ.

(Si!/nalio-i>.i des pU'niipotenlidires annamites.) Coniiention du 23 novembre, anne.re au traité de commerce du 3 1 août 1 8 9 . 4 . E s t e t d e m e u r e supprimé '••aité, a i n s i

conçu

:

le

dernier

iiar.igr.ipiie

de

l'article

2 du

susdit


844

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII II r s l . • n i c n i l i i i | i i c l e s

" '

liai i i i i r i i l s

rliMinIs un

i-cli,i n il ¡ s e s i m p u r l I ' T S IIII I'\|IIII-|I'TS p a r i l i ' s

a p p a r i r i i a iil

à

rAiiiiaiii

srriiiil

siiiiiiilsrs aiiN

'

i i i i ' i i i r s ¡ i i i r n i i r l i i i i i s , r l q n r r r l 1 r s i m p u r l l ' r s n n r.\ p n r l i ' r s s n n s p a v i l l o n

'

rhinnls

"

iiiipnrlia's

"

l'iin

srrniil nn

riilrml

ilrnils

srriiiil

"

sriairr

dr

l.r Ml '

i

la

ilriix

prn-iis

nirinrs

Iralli-s,

s/'pa n n i i r n I

duiiaiir rl

\rrsi's

parpa\illiiii par

dans

II 1rs

p a r a r r a p h r s n |i|ir¡ i i i i ' r s l csl

rnirii.lii

pnrls nnvcrls,

liàliinrnls lin n i e s

ipir

rrs

aiiv

lis

Il

lin'aiies

nn

c h i n n i s nn

caisse

nn

drnils

cl

aii\

rspnili'rs

srnnil

caisses

prrçiis

que

m a rr h a m I i s r s

e\pnrl('rs ilrs

par

ccii\

1rs

pcrinis

à

du

l'cnlicn'

par le Icxlc s n i v a n i

rAniiain, drnils

:

Innl

l'i-lraiir-rr par des

srrnni

i|nc

les

siinmises

cedies

autre

iin'mrs cmplnyi's sur

annamilcs

spi'cialc,

pnrls mivrrls à à

iin'iiics

( c r (|UC

M a i s CCS

i i i i p n r i i ' c s de l ' é d r a n - e r d a n s

l'i-lran-rr snns

à

l'Ira n - r r ) .

n

rrinplan''

ap|iarlrnanl

i n I e n l ici inns

rriranrer

o

i p i r 1rs

ma rrliandisCS

1rs

ainr-rirain

mainlarins

1rs

nnr

d l s p n s i l i n n lin r n i n c r i i r i n r i i l a n n a m i l r .

•1

"

snniiiisrs

ilaiis

"

n

ilriiils

r\pnrli-rs snns pa\illiin rnrnpi'r

el

ailX

i m p n r l . c C S de

p a v i l l o n , e t (|UC versi's dans

marcliandises

IcS

i ni pnriées de

« l ' i d r a i i - e r n n c x p n r l i ' c s à l'i'I r a n - e r s n n s l e s p a v i l l n i i s i l l l s rl i-iiniicvs. I.a de

pnseiile ennveiillnii

sera

ra 11 a clii'C an

l ' i - e l i a n - c d e s a c i e s de r.i I i li ca I i n ii el en Ini

lïii de q n i i i

I r a i l i ' d n ;!1 fera

aniïl

I S T i , lorS

p a r l i c i n li'-ra-a n l e .

l e s p l i n i i p n l e n 11 a i r e s m i l s i r n , ' a n j mi n i ' I l n i,

iinVCHl-

l i r i ' IK7Í, ( a i r r e s | > i i i i i l a i i l a n i p i i i i / . i e i i i e j m i r d n i l i x i c i i i c n m l s . l e l a v i n g t s e p l i c m e anni'c de 'rii-l)nc. (S.)

[Sifjiialiirrx

C e Irailc ISiiiiilJcl,

/Irs

/il/'-ii i/t/il/'//1////r/'s

KHVM/,,

/I il n/i m i l/'S.)

n'ciiipêclia p a s l e s i n i s s i o i i s iréliiiles d e . M M , l l c r a i l d c t

lie

l l d i i i è r c s c l ( i i i u i i i c i l ls;7,"i

K e r g a r a d c c en

187(1

ni

les c \ p l m a I i. ms

île

, M . do

et 1 8 7 7 .

II. — L ' E X P É D I T I O N D U TRAITÉ

DE

T O N K I N ET LE 1885

Le traité de 1871 avait élahli la cession c,oini)lète de la Ba.sse-Coe l n n e l i i n c à la F r a n c e ct le protectorat de la F r a n c e s u r l'enipii''d ' - V i i n a m . M a i s l ' A n n a m ne l'avait accepté qu'à cause des victoires de F r a n c i s ( j a r n i e r ct la C h i n e était hien décidée à nc pas ahaiidoniier sa suzeraineté s u r l ' A n n a m . De p l u s le traité nc s t i p u l a i t pa* nettement les c o n d i t i o n s de notre protectorat. Bientôt il fut évident que l ' A n n a m .se r a p p r o c h a i t de la (diin'^L a q u o s t i o n . s e posa nettement en 1870 par l ' e n v o i à l'empereur do


ANNEXES

845

C h i n e de r a n c i e i i IrUjut I r a d i l i o n n e l de r A i i i i a m . I J c p u i s deux ans notre m i n i s t r e à Pékin négociait p o u r o b t e n i r l'évacualion du H a u l T o n k i n p a r les bandes chinoises e t l ' o u v e r t u r e d ' u n port d u Y u n nan au c o m m e r c e ; il n'obtenait que des réponses évasives. Le g-ouvernement français, informé p a r le v i c o m t e B r e n i c r de M o n t m o r a n d , v o u l u t considérer l'envoi du t r i b u t t r i e n n a l c o m m e un acte de s i m p l e courtoisie. Mais la

situation allait en

s'ag-gravant. L u - V i n h - P h u o c restait

maître du fleuve et les bandes c h i n o i s e s irrégulières t i n r e n t bientôt le n o r d du

Tonkin.

La c o u r de Hué

d e m a n d a i t des renforts à la

fois à i a F r a n c e et à la C h i n e q u i envoya des troupes régulières p o u r combattre les

rebelles et fit

occuper les places par ses

sol-

dats : n o u s restions à ce m o m e n t cantonnés à Hanoï et àHaïphong-. L e s vues du g o u v e r n e m e n t c h i n o i s se précisèrent en 1880 p a r l'envoi d'une n o u v e l l e m i s s i o n

a n n a m i t e à Pékin avec le t r i b u t t r a -

d i t i o n n e l . U n e dépêche de M. Patcnôtre, notre m i n i s t r e en C h i n e , Gn s i g n a l a i t

M.

a i n s i la gravité :

Patenôtre, à

M.

chargé

de

d'affaires

Frejjcinet,

de

France

ministre

des

en

Chine.

affaires

étrangères.

l ' é i t i n , l o .») m a i 1 8 8 0 ( r e ç u l e 2 j u i l l e t 1 8 8 0 ) . •le Sur

prends le

la

lequel

dans

s'affirme avec vence

du

dilions semble

l'ékin, lui

ces

plus

saisir

par

sera

"llnamiles

à

le

s'idail

"Ue sorle ee d e r n i e r

que

l

naire chinois,

])ar

le

traité

de

du

^ o n \ er ii e ii r du el

le

\assal.

.le

ollVir

servi

rèeemnieiil

s'ollense mais

il

pour

renouer

la

objet

les

Oduniles

Ira-

d'abroger,

ancicnsliiiis

fait d e m a n d e r à la C o u r de

le

Irilinl

reniarqiier

au

impérial,

à

à

q u e l l e é])oi[ue i l

qui; les

à

Ce

souverains n'esl

pas la

d ' i ii I e r i n r i I ia i re ce

propos, dans

U n i d'.\nnaiii, er

li.mt

maii-

d ' u n e l o r i i i e di- l o r r e s p o m la née i m pl i , p i a ii I

let;rade pas

eu

ihuis

S O U M U I

l o i n de répudier

pr-i-ioilii|iiemeiil.

faisais

et

si

fois,

K o n . i n g - S i si-rl a i n s i

m a r s , (in'i-ii .'•erivaiil

Excellenii-

Pé/cin

l ' A n n a m ,

Kunany-Si,

reinpereiir lui

de

cette

a

de

Votre

gouvernement

elfet,

qu'il

n\crneni-iln

de

le

187-4

C'est a i n s i

à

s u r

grâce,

d'.Xnnam, eu

(lliiiii'.

d'assimilali ne

Uni

eonliiiiie

suzerain

' n a di'-pi'.eli,. d u dariu

Le

d'emoyer

p r e m i è r e l'ois q u e le ''"Ire

temps

de

Casette

la

Chine

netteté q u e j a m a i s ,

la

l'enlreniise

onl

la

à

e m |)i('sseiHeut l ' o c c a s i o n

avec

permis

toute l'attention

j'emprunte

derniers

de

déqieudauee

runissaieiil

que

suzeraineté de

roi 'l'u-Duc. de

d'appeler

ci-joint

la ¡)rétcndue

revendiquée

'lui

liberté

document

d'èire

emploie

enlre Irailé

lui

el

' l ' i i - l )iie. i \ o n s e u l e i n e i i I

d i ' - a l

aujourd'hui,

en

a

égal

par un

s'adressant

fonclionau

gouver-


846

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

nour d u

Kouang-SI, u n e forme de

message réservée

p a r RÉTI(|ueUe p o u r

les r e l a t i o n s D'inférieur à supérieur. J'ai

montré,

d'.iulii'

ine.\i)licable et Tu-I)uc ilr

libre

les

avait

affaires du

question

sc

les

d'envoyer en

(iochincbine

dans

part,

nial-ra''

1870

donné,

Tonkin,

jiose à

qu'en laissant,

avertissements

nouveau

son à

tribut

m e n t : Si

prétexte

esl

D'une

une situation actuelles lanl, sni'

q u i va

suzcrainclé'

le ' l ' n n k i n ,

annamile

il

serait

absnlin

que

(pii

n'y

csl

a

pas

inler|)ri'ti-

a

dc

le roi

la

Chine

nuiins plausiiilc. La

u n e gra\il(''

p a r l Icail i c r c .

i n n i i ' i n f l u e n c e d a n s l'lOx f r e i n c un

prom|)l

remède à

j n n !•, I ) a n s l e s c i r a a n i s l a n c c s

négation se

ultérieure dc

(l'appnrtcr

met la C l i i m ' la

légation,

m a i n t e s fois déjà écril a n départe-

s ' a g g r a v a n t de j o u r en

cl vu L'affectation

une

condescendance

la

Pékin, notre gouvernement

a u j o u r d ' h u i avec

nécessité

une

plus ou

la F r a n c e ne veut pas r e n n n c i r à

IL

à

L'intervention

un

Je ne p u i s q u e répéter i c i ce q u e j ' a i

Orient,

par

répétés de

rapp(d( r,

à

m c m c

du

chaque

à

jirnlcclorat

ins-

français

d i s s i m u 1er q u e le m a i n t i e n du t r i b u t

notre

part c o m m e

une abdication. PATENOTRE.

Awiexe (K.virail

.le

Tclianu-Ch.ni-ldicn, ininil

p n r r r r-a | . p . . r l

r- à la

sav.iii'

Caccllr lie

L e u r s Miijestés Chen,j'ai (]uclle co

reçu

du

prince

Pékin) le

apporti'r

r.ar.n.'.' .lir

.''iin.pi.'

Irri

roi

1880). K o u a n g - S I (récem-

Knira rr--Tong) s'agcnouiH"

instructions. (Tu-Duci

r c p o ( | u c à l a i p i . Ile

. • ' . • s l - , ' i - . l i r'.' .le

lu'

. l . ' \ r a f r a n c i r i r - l a l'rairr I i è r c . K n

Nguycu-Plmac-TI

iiripns.'ril

m.'

mai

l y . d . ' .\irr-sse, derrr.rnde ipi'on

rétrlementaire t o m b e

reux de savoir'en qind il

.'i

pra.vince dc dn

Ir'ilnil

d e m a n d a n t des

i'es|ieetueusemi'rjl

l'r-ontièi-e,

l.a

déinandn;, 'l'chang-(ih(Mi-(dien lève

leur

L'empcriair K n a n n - S i n , règlerrrenis

.In

K . i i r a n - - S i .'I

m e DIT q u e

tribut

mai 1 8 8 0 .

!i

l'élnn

l a . r r r - . p n - I.- l î . i i d e \ ' l i ' l - , \ a m ( ( I n c h i n c h i n c ) , d e v a n t

(a;tli; eu

dépèclie dn

- . . n v . n n . a i r .le

lillnrl

.pn'll.'

à

consé(|uence dc

la

la

la

r i n m i n . ' ' \ i . c - r ' . i i .Irr

f a i r e p a rv.-rr i i - s n n fasse

à

une

il

les yeux sur

Moi,Tchaiig-Choumissive

.l.iit l'aire

la s.piièmi; année

l'arrrri'c

.•In.isii-

du

Cycle

l . s n b j e l s d i ' l i a r r r i liés

par

du

la-

règne D"

Ningsse,

Ilinclionnaivex

îles

dans

p a r v e n i r (à

(|uelcS

assi.ilanl-i

[tOUf

L'ctiijuelte : dési-

rrnns cl .pr.d j.nrr' il l i ' u r s c r a p e r m i s de fraiiclu''

il.'nian.li-

nni-

i-ép.,rrse

à

la

t e n e u r dc

la(|uellc il

c n n l'niania ; i . 'l'.dl.- .'sl L.s

la i-nni m n n iiai I i . n i i p i . ' m ' a

ic.^l.niiinls

étaliliss.mt

(pie

f a i t e C(; | ) r i n c ( \

t o u s l e s q u a t r e a n s I .•

\ ' i . ' l - N a n i (I»

(;.,(• Il i n c i l i n . ' ) , t.. i l a p p . i r t c r s n n I r a b u t : c ' e s t l ' a n n é e p r . i . d i a l i i e q u e t o n i b c c e l l e l ' c l i i ' a r r e e , a u s s i l e r-nl a l l e n i l - i l d e s i n s l n u i i n n s . .le m e f a i s

nn

ilevnii-

de

l'a p p n r l c ! • c e s l ' a i l s à

la

C n u r , err

i l a i i l à q u e l l e élioquc, L'anni'i; |n'..elia i n e , e l l e v.nnlr'.i Iniidionnaircs dece royaume ir.'iilrcr à

l'i'Mn.

De

l u i dcnl.'in-

bien pcrinclli'C

la snrlc,

.je

piuiri'


847

ANNEXES «lélcrniincr la

date à

laquelle

C o m m u n i c a t i o n au C'est

forméiiioril la

aux

Icllrc

Nous

Les «

i'i(cs

jelcr

le

adresser

(|ue

donner

gouverne.

Y u - K o a n ,

présent

frontière et en

vice-roi

rapport

m'a

intérimaire

respectueusement à auquel

écrite

le

dit

nous roi,

des

la C o u r

annexons

afin

que

deux

et

con-

la

Vos

copie

Majestés

les y e u x . Leurs

jirendre

en

Majestés

ordonnons

les

considération

m e m b r e s du Conseil

Nous

l u i

venons

supplions

bien

avec

originale

y

daigncul

loir

nous

devront passer la

pour sa

conjointement

K o u a n g , i|uc

de

roi,

ils

impératrices

notre

privé o n t reçu

qu'il

soit

adressé

et

l'empereur

respectueuse

de

vou-

requête.

le décret s u i v a n t :

une

c o m m u n i c a t i o n

audit

roi,

enjoi<;iiaiil d ' o b s e r v e r ce q u i s'est pratiqué j u s q u ' i c i ([uantà l'époque

fixée p o u r

La

le

lettre

passage

de

de

d e m a n d e

E x t r a i t dn Jouan-Fou-Clicn le

mémoire

et

des

ses

partie

(les

1 ordre Une

('laldie r

Once/le d e

était

Pékin,

a i n s i

du

conçue

25 décembre

:

1880.

roi d ' A n n a m , se prosterne h u m b l e m e n t et adresse

sont

sujet

de l'envoi prochain

respectueusement

toujours

royaumes

but arii\c,

T u - D u c

daigné

souverains

iinpi rial

rè^le

de

»

faits p o u r

du

réunir

tribut

les

cais-

contenir.

Majesté a a u x

frontière.

l'Empereur au

(|ui

q u i d o i v e n t les

Votre

la

(1],

suivant à

|)réparatifs

particulières

la

de

tributaires de

d'apporter le pour

s

pays, la

q u i

depuis

C h i n e . Nous

tribut, une

l'éternité:

devons

accorder l'investiture

m o n

aussi

avons

fois tous

lorsque

respectueusement

reçu

fait

autrefois

les q u a t r e ans,

l'époque

nous

et des grâces

longtemps,

d'offrir

conformer

c'est

ce

aux

tri-

règle-

ments. raiirj(''e

Connue •^Crit

lo

8

(lu

gouverneur de '•'irepai'l •l'ai

à

re(;u,

'^craienl A y a n i

proehaiiie

I'"'

m o i s de

la

pinviriee

voire

Majesli'

dans

l.i

ouveiles

le

appris la

dn

\()I(HII('

r(''po(]ue

aiiii.'ede

C

fixée p o u r

du

K o u a riL;-i'i ma

l'avis 11'' de

offrir

K o n a n g - S i u

de

suilc, 1"

esl

la

en

le

le

tribut, j ' a i

(47 février 1 8 8 0 ) ^ i u

priant

de

vouloir

bien

euluinuu¡catión. (|ne

mois voirc

les de

passes

dc

celle année

la

frontière

(4octol)re

chinoise

4880).

;Majesli',jeme suis respectueusement

'ncl'iné. Les

montagnes

çoivent

les

deniandenl L'épo,|uc "^Onfoi^niee 'laigiic

(1)

el

ordres (pi'à du an\

les

xdlrc

aller

M O I S

hilinl

eliinois

de

d'eau

de

l ' A n n a m

Dvnasiie; tous idlVir

l'Ianl

(•(••i;lcnH'nls

s"apiu'cc\oi)- de

N o m

conis

de

el

liilinl

les

vinis

la sinc(''rili'de

Tn-Dnc.

immobiles

et re-

tributaires

ne

v i f désir dc

me

eontinucllcmcnt.

a r r i \ ('e, j ' c ' p r o u v c d'aller

sont

royaumes

le

plus

l'ollViralin

mon

résped

((uc

Votre

Majesli-

el do m o n obéissance,


848

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII i i i i i i i l i i i m b l e p a y s puisse i i i e t l r e a u j m i r les scutiuients de

et p i p i i r i | i i ( '

respiTi i i r i i s c all'cciiori (pi'il •le

a pciurelle.

s u i s i - n n l n i M i i ' a \ ( ' i ' i r s p c i ' l a M \ r r - l c s (pie ddivent suivre les

p i i i i r r s \ a s s a i i \ e l î l e I . H i i | " a i l e s y e u x lixi'-s s u r voire. C o u r , .le remets ilili-einiiieiil

les

olijels ilii

I r i l i i i l de, 1 iSH 1 à mes i i i i i i i s I r e s . I o i i a u - C l i O U et

a u l i e s i { i i i i r o i i l les i i l l V i r , et j ' a l l e n d s l i u i i i l d e m e i i l

q u e , A ' i i l r e Majesté

l i a i - I H ; les r e c e v o i i : .

D è s le 25 d é c e m b r e 187*.), . M . P a l e n r d r e a v a i l , p a r u n e l o n g ' i i c d é ' péchc

M.

à

rallention

Wadding-ton,

des

miiiislii'

du goiiveriiemeiil

l'iiilervcntion de,la Chini'

;

T'Iraii-ères,

allaires

sur

IVanrais

la

nT'iessité d e

« S i , éerivail-il,

la

seinidi'' lenir j u s q n ' i e i p n u r Irllri' i m i i l i ' nuire

attiré

s'opposera

( l o u r de P é k i n a

traité

avec l ' A n n a i i i j

e l l e n ' a j a m a i s m m | i l l i s p n i l r s l i ' ' r i m i l i ' l a i l o l i l i c a l i o n q u i l u i CH éli' l ' a i l e | i a r . M .

de H o c l i e e l i i i i i a i i el d ' u n i l i ' r i i u l a i t la p r o c l a m a t i o n

idliciclle lie milrc protecloral.

l'illc

p r n i c s l c i a i i i i i i i i s e n c o r e quond

c e s (li''claral i n n s s e s c r i m l I r a d i i 1 l e s p a r u n e . n - l i o n i ' ' n e r n i , j u e . » français a v a i l rejcli'' e n

Le y-ouveiiicmciil liiin

pri'scnli''

par

IST'.I

un

plan

d'occupa-

l ' a m i r a l .la n r i ' i ^ i i i l i e i r y . . M a i s à l a N c i l l c d c l a reO-

l n ' ' c l i n l ' a i I c i n e n l d e I M S O i l s e d i s p o s a à i l e m a m l e r d e s crédit» •( d a n s l ' i ' - M n l n a l i l i ' ' d e s 1 1 p i ' ' i a I i i i n s q u e m i n s p o u r r i o n s ê t r e aincncS a ciili, |iiciii|jc a n 'l'nnkin.

(i'esl a l o r s q u e le m a r q u i s Tseng", i ' " '

i i i s l r c d e ( i l i i n c . i P a n s , e n m i s s i n n à Sainl-Pétersbourt;', intervint a u p r è s i l i i i n i n i s l i c 11 e s a l i a i r e s e t r a n g è r e s :

U

iiKiri/iiis

'/'srii;/,

Siiiiil-lliliiiri',

iiiiiiixlrc iiiiiiisiri'

île

Cliiiir

ilrs

Saiiit-I'ï'lrrslinurr, .l'ai r i i n i i n e i i r q u i avaienl c

n

l'aris,

ii/J'iii rrx Ir 10

ii

M.

Hiiiilié/c'"!/

rl ni inirrrs. m a c m l i r r 1 .SSO

d i n foriner V o i r e l ' i x c c l l c n e e q u ' à la

s n i l e d e s lii'uds

n s u r e c r l a i n c s c a u s e s d e n a l u r e à c r i ' e r n n c o u 11 i I entre

l e - o n v c r n c m e n l f r a n ç a i s e l le p r i n c e d u • f n n k i n . j ' a i e n , l e i . ' i j a iivici'. l i n e c i i i r e v n e a v e c . M . d c f r e y e i n c l , a n m i n i s l è r e d e s a IVa ires élrangèi''""' f i l a p r è s i i M i i r l'ail e n n i i a i i r c i ' i S n n fi-, c e I | r n c e . I n r s de cet cntrcH''"' l e s l i e n s d e v a s s a l i t é q u i n i i i s s e n t l e ' l ' o i i k i i i l'i l a ( d i i n e . j c I n i b i i ' ' " i n a l i d ì ' s'il y avait réidliaiient des e a u s e s d r r r i i, n a l n r r . S o n f i x c c l l e M ' ' .1 i l r r l a r i ' q u e d e p a r e i 1 l e s ca u s e s i i ' e \ i s l a i e n I p o i n l , el cet I e a s s i i ra e''''•' r.limer

I'll

n o s a p p r i ' l i e n s i n n s à ce s n j c l .

\ l . i i s , d ' a p r è s d e s i n foi ni a I i nn s p i n s n'-cc n | r s , il p a r a l i q u e i i r i n r n l f r a m a i s aiir.iil 1" '

an

I n i i k i n , ce q u i

le - n i i v c i ' -

r i n l e n l i o i i d ' e i n o y e r o n a di'-jà c s p è d i i - des H ' " " ' m'a

fail r c n a i l r e des a p p r i ' l i c n s i o n s .


849

ANNEXES J'ai

donc

l'honneur

de

s i ces o b s e r v a t i o n s sont eu

avec

subi

M.

([ue

Votre

t'on

du ïonkin,

«lue

le

présent

du

l'entretien

gouvernement

que j'ai

Français

ont

pas

tendraient à

besoin

ne

s u i s occupé

changer

des

faire

la

déclarer à

dont

indiFFérence

politique

le

comme la ques-

Votre Excellence

avec

situation

de

connaître,

relatives à

regarder

T o n k i n ,

l'Empereur

à

de

saurait

r o y a u m e du

me

gouvernement

prince

a

des

d'un reçu

pays

jus(|u'à

Chine.

négociations avec

le

gouvernement

russe.

p u , à m o n r e g r e t , présenter m e s Félicitations i\ V o t r e E x c e l l e n c e ,

'e j o u r

de

gement

à

votre

entrée a u ministère. Dès

Saint-Pétersbourg,

présenter m e s yolre

n'ai

investiture de

je

vouloir m'informer

si, depuis

voudra bien vôtre

chinois

commele

son

Je n'ai

J ai

vues de

car je

(jui

C o m m e

el

intentions

Excellence

les

gouvernement

liniitro|)he

les

de

changement.

prédécesseur,

opérations

Excellence

authentiques,

Ereycinel

(|uelque

J'espère son

de

prier Voire

k

devoirs

Excellence

l'honneur

de

je

m'empresserai

Votre

vouloir

de l u i

que je

Excellence. bien

me

serai de

arrivéà

venir

à

une

réponse

arran-

Paris

P o u r le moment,

donner

un

je à

pour

dois prier

la

note

que

adresser. TSENO.

M.

Rarthéléiny

S a i n t - H i l a i r c

Hnrtkélii/iiy

jl/.

/nari/uis

répondit

Saiiil-Hilaire, Tseng,

par

la

ministre

ministre

de

des

Chine

à

Paris, Vous

m ' a v e z l'ail

date du

10

actuel des

l'houm'urde

novembre, rapporis

•île r a p p i d e r

les

S u j e t , enti'(^

mon

pour

de la

lerini's

me

m'c-erii'i'

d'une

de

a\ce

li-

affaires

:

étrangères,

au

Paris.

le

27

décenilire

1880.

renseii;ri(onenls

sur

l'i'lal

T i m k i n , et vous avez bien \ o n l n

eonvei'sali

pn'décessi.'uret v o u s ,

suivante

Sa 1 nl-l'('lerslioul'y, sons la

d e m a n d e r des

f'raiiee

lettre

pii

d a n s les

a

eu

lieu,

s u r le

premiers j o u r s de

même

l'a nnee

eourante. Nos •nars

rappoi'ts l K 7 i ,

'tonkin,

v(Mis

'•'Il v e r i n ''l'i'e

avec

entre ne

île

la

le

T o n k i n

sont réglés

K(''pn I d ii| n e

l'ignori'z

pas,

l ' a r l i i d e ^2 de eel

française

est

engagée à

lui

étals l ' o r d r e el

qu'elle dunner

la

ajoulei- que

suil, liiiil,

l-'acle

doiil son

Je

l'.\nnaiii

a

le

même Iraili'

viens

leiiips,

'..os C o l o n i e s , v o l . 1 .

a

pruniis

la

fraiiee a

aide

le

I.")

dont le

sons

reconnu

l'eii-

el

assislaiiee,

el

s'es|

p u i i r m a i i i l e ii i r d a i l s s e s

diMendre euiiire

placé'

conclu,

la

luule

proleelion

a l l a q i i e . .1,,

de

la

l'iaiiee

Aniiam.

d'indiquer an\

Irailé

vis-à-vis de l u i i l e p u i s s a n c e

i i i ' c e s s a i re

I ra nq ii i 11 i I è, p u n r le

l''s i n l i ' c c i s c n r o p i ' c n s e n

""|ué, en

lui

l'appui

le

dépendance.

aele s o l e n n e l ,

indi'qicmlance du souverain de

étrangère q u e l l e

une

])ar

el l'empire d ' A n n a m ,

les

principales

di llinenls gun\eriie

(danses

,i

nlsipi'il

l'iè

coiiimu-

poiivail ^'f

inlè-


850

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

l'csscr,

la

C o u r

de

Chine,

l'entremise

dc

la

nement

la

Ué[)nlilii|ne

de

trouvent doute

depuis

Inrs

pas que M.

référé,

légation

de

ne

vous

ait

cordantes

avec

le

lions

de

.le

la

ne

d u

(aimme sine

pas

la

l u i .

donné

à

avant

du

difficulté

Répul)li(|ue ct de

nous-mêmes,

et

une

moi

des

qui

a

reçu

frontière

chef,

la France

dc

ses

différenles

de q u i

explications les

vous

assurer,

r e m p l i r les peine

p'"

gouver-

provinces se ct, je

ne

v o u s v o u s êtes

parfaitement

con-

droits

et

les

oliMga-

cl

m o n

lour,

(jUC

le

gouver-

conformer

obligations

du

nn

(pic

linn

fanplrc,

dll'licnlli'

à

sc

l'intérêt

inainlicn Cidcslc

de

ct

il

Le général Chiin/.y, ces

a n i l i a s s a d c u l'à

termes

JIAR l a r é p o n s e

Ll'

l'inijiression

d u

m i n i s t r e

yriii'ia/

t'Jiiincii,

J'iHersI/niiriJ,

aux stipulations

peuvent

C n m - dc

m-drc

ancnn

le gnuverncnieiit

(|ui la

ila ns

u nc

appliquera

ini|ii rial

en

découler

l'i'd<in

attache,

l a i n t rée v o i -

t n u s ses elforlS

niaienteinln

nc s'élève, dc ce

cbinnis. SAIM-IIn.AiHK

MAunna.cMV

en

du

suffisante,

amical

détermine

l'intention

sans

dn

(|u'aucune

naîtrc

notification

Les relations

précision

l'entretien

Iraité

a

an

à empêcher entre

avec

en

Pékin.

h

l ' A n n a m

Preycinet,

II com|)rcnd

d(Ma

avec

ih'liniis,

lexte

d e iHll

Iraité

pour

particulier,

t'i-ancc,

France.

fais

nement de

en

de

Sainl-Pi''tcrsliiiiir^', l'aisailconjirodiiite

s u r

le

inarijuis

Tseng

:

'i)ii/iiiss/ii/fiir .1/.

ii

ilvlii

Héiuihliiiiii'

Iliirllirli-ini/Sniiil

friiiirnixi'ii

llilairr.

SiiH^^'

i/iiiiis/i-ri/rsll/f"''''''''

étvuniji'ri's. Sainl-l'étersIioiirK, Votre cation

dé])èclic

du

qu'a cru

française,

à

décembre

"il

devoir

propos

dci-nicr

v o u s l'aire l e m i n i s t r e

des

b r u i t s (|ui

.l'ai

pris connaissance

j'ai

remis

diverses

au

mar(|uis

immédiatement

8 janvier 18HI. de

ba

d e C h i n e près

circulent

des

le

m'eiilrclieiil

sur

|>lèces

nos

la

llépubliin"

affaires

annexées à

Tseng

cominnn'-

la

lettre

au

Tonkin-

cette dépêche et

(|ui

lui

élait des-

tinée. Hier me lion a

le

faire

d n l o n k i n .

déjà

pouvaient

II

visite,

v n u s écrire. II

avail

ne

m a r q u i s , nnc

expose

a\ail ,\ e n \

lie

m o n

vnisiu

de

II e x p o s a d ' a b o r d

avoir

à

de

votre!

la

II

situation la

devait

la ( ionr de Pékin

de

vnir

la

vnis

souvent,

conversation

se

renseigner

son

vcnU

la ques

l ' a v a i e n l deri'^^'j

r e n o u v e l e r les

chercher à

est

sur

b r i i i l s q" |

s a v o i r ce

<|"

tçoiivcrncnient

'

,

<1"

ces b r u i t s s ' i l en a v a i t c o n n a i s s a n c e -

l'Aiinain

s u z c r a i n c l é Ct tout

que je

les ci m si, I, ra l i o n s i p i i

rue d i t - i l ,

s'émouvoir de

reconnu

et

Ini-nn-mc

prédécesseur, s a n s

fondé.

pas dc

ensuite

lonji.nrs

est

et a m e n a

n'avait pu,

signalés

mani|uerait

qui

ce q u i

vi.s-à-vis

F i n térêl

de

(| ue

la

C h i n e dont i

d c\a i t

p o u v a i t sc p a s s e r s n r ses l i o u l n '


851

ANNEXES e t i i i o d i l i o l - l(^s c o r i i l i l i o i i s d e s e s 'enail

d'elle

•le ce

son

répondis

qu'en

bien

pays

d o n t le s o u v e r a i n

investiture.

au

marijuis

disaient

voulu

i'a|)|)(jrls a v e c u n

(|ue j e

ne

connaissais

les lettres échangées

me c o n i i n u n i c p n r ;

v i s d e l ' e m p i r e d ' A n n a m nie

entre

nniis

de

cette

et vous

ipie, l a s i t u a t i o n

par.iissail

d e 187'i. J ' a j o u t a i , q u e c e t a c t e , e n

lui

question

que

et que vous aviez

de la

F r a n c e vis-à-

liés n e t t e m e n t r é g l é e ])ar l e trailé

nous

créant c o m m e

devoir de

])rotéger

les intérêts européens ment

le

utiles

pour

Chine «

droit

de

dans

maiiinnilr

connaissons

hien

pour

Vassalité

les

dans

raison

le

|.|

droits

'''"'ini' '"'11

dil

(jue j e

'''Cl

des

le

l'ordre

et

les

vu

mais

faire

des

les b r i i i l s

ne

sécurité

si

objections,

près à

qui

naranlie

mms

et

a

jugerions

auxquels

résultent

pour

pnur

nc

allusion

r,\nnain,

di's

n'avons

à

prévoir,

une situation

»

(II'

v n i r q u e le représentant ilc la ( d i i n e n e m ' a v a i t

sa

pensée

pouvais

et q u ' i l

ce|)endant

[leuvent

reprises

élait

diverses

''''l'I v a à

la ( p i e s l i n n q ue j i ' pri''\(i\ .i is :

"' a-l-il

(lii^

ne

les

fait a u c u n e affaires

Ces

bruits

snus

chercher

exister à

allusinn

étrangères |)rôtent à

el

la

le

à

ili'jà

I ,;i

n

enup

du

ne

connaissant

T o n k i n .

exposés,

Après

le

renseigner

''aient

pas de

j'avais

F r a n c e la

gouvernement

i n I port a n la'.

' " u i de eetle qu'idlc

mon

pn'niaaiper.

li's

îles

'''lii'an' son

môme

drnil

de

'"'

li'onvaiinil

aucun

fliiliet,

les

el

'''•p<-iidaiice N o u s ne

se

que

pTclIc a

déjà

|)eusée

**""s

de s'annexer

M. le

pana-

suzeraini'l/• obslacli',

conditions

"'•'sservie

v o y n n s , je

le

du

le

Céleste lies.

s'ein pa rera i c n l

ri'pêlc,

'l'inikin

autre animal/' par

Imili' cnnlianci'

s n r ces

de

dans

inampiei|iies-

nnc la

les

den\

Ih'j.'i

le

Ton-

sens je

dans

bmiiies relatiniis mil re

ipie

ne

prnjcis

le de

l'rance pays,

. l a p o n s'i'st

finipirc

n'avait

pas

D i n i i a i n les

Knsses,

s'ils

dc

l'empire Chinois

la Cnrée,

les

.\nglais

ct des pays

sous

sa

t r o u v e r a i e n t complètement moditiées.

l'annexion une

pareils

M.

entrelcnu

di'sinh'ress.iiI

un |)rccédentdangereux.

ajouta

le

p r o t e c t o r a t i i n c \aiiis cxiaa-cz, c n \ c i i u '"•''S

de

Cliine se

p.ir

Liou-Keou,

''"

"

la

tient esseuliidlenieiit aux

•Ile créerait p a r c e l a '"""•xé

Sl

en

I c i I r e (|uc v o u s m ' a v e z r e m i s e ,

et j ' a u r a i s désiré être rassuré à ce s u j e t et s a v o i r d a n s (pu 1

duis

avoir

marquis

aux bruits que je signalais ii dont

pas

d ' u n e préoccupa-

dissiper,

l'endroit

ari;nnnaits

de

donc

aucune

faisaient

modifications

u n s intérêts.

un

liens

soulèverions ne

la

WicWr

des

la

par votre

indi(|u('' ([uc l i ' s

nous

a u x i p n d s j ' a i fait

'•''pi'té à

''''"

la

tinitc ne

'''•'ycinct.

d o n n a i t égalenous

(\ue

f u s s e n t r o m p u s . JN'ous

n'.i 1 i s i a - a i r n I ,

projets q u i

""iiisire

nous

il a élé notifié à P é k i n

([u'une

rien

p a y s a u nôtre

lisse

el

devoirs

nuir(|uis;

avons

i n n e l n i n t , de

in'i'a.ili

Il

de

si

cas nù

"lalili,.

n'y

liaient ce

observatinn

l'Asie,

dispositions

intéressée.

traniiuillilé,

qui

aucune

nous

la

de

les

l'Annam

l ' r a n c e d e c e traité, a r e p r i s gouvernement;

partie

imilcs

dans

étail l a ])rcmièr<;

Nous

cette

prcnnlii'

les

grands

que

à

\.ilre celle

lleuves

n i a n p i i s , (|n'nn

la.hniie île

don!

avanta-e

dans

du Iraih' de |,s7i, s n r l ' . X n n a n i , de

l inchiindiinc,

l'empereur

d'Annain

le cours esl eu

grande

en

plaçant

nue

contrée

iiarlie

sur


852

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

uoWi'. I c n ' i l o l r c , (iiili'c

le piV'i inl i i ' c

p i n i r lai I ;'i nus i n l i n r l s , m'

nninipiininl pus ilr s n n l r v r r l i i s i M . n l l i l s rl ilrs il I flirn 11 i-s q u ' i l rsl ulil'' ilr p r é v o i r r l i l ' m i p é r l i r r . . I l - r r p n n i l i s an m in isl rr ilr (ili ine, quo je n'avais pas m i s s i o n dc discuter avec l u i s u r des prnjcis dnnl, je nr r o n n a i s s a i s ni r r x i s l r n c c ni 11 p o r t é e , m a i s (|ue je [louvais l u i d n n n r r l a s s n r a n r r q n r la f r a i n a ; avait l'inlerilinn do se (ainrinaner sl ri r l r m r ii I a n \ si i pn I a l i i ms dn l i ' a i t é d c 1 8 7 i , rn r r i n p i i s s a n i 1rs o l , I i - a I ions qui p r o v i n i rn i l é e n n l r r pnnr elleL a c n n v r r s a l i n n dni n i r r s i r r l.à, r l I r m a r q u i s m r q u i l l a d'anlant pluS pii'aiccupé que les d i l'Iien 11 l'-s p r n d a i i l r s n i l r r la l î n s s i r rl la (diino pèsent sur Ini el q u'i I sein lilr rroi rr q n ' r l 1rs nr Irrairnl q ii r s ' a - g r a v e r , s'il CH iiaissail d ' a n i r r s avri-

la t ' r a n r r . . \ i i s s i m ' a - l - i l prii'- d e

vous l'aire pari

ilr srs | i r i ' n r e n p a l i o n s ; r ' i - s l , r r , q u i m'a ameni'' à vnus remire l'nllipte Inni a u l o n g d'un ciilretien i p i i p n i l a v o i r snn i i n p n r l a n c e . (illA.N/.V.

Les vues du g o u v e r n e i n e n l franeais n'élaieiit jias douteuses. Ellß»

furent encore coiifirinécs par la lettre suivante : M.

(iinniii'tlii, n/t

iiiiiiis/i-i-

ni(irf¡uix

I'si'inj,

lies

ii/pi/rrs

r/fíiux/rc

ili'

/'•li-iiiii/rrrx, íHiiiti'

a

/'(tris.

l'aris, lo ì'"- janvier 1882. .le me s u i s Fail

repn'seiiler i l e r n i è r e m e n l

une

a d r e s s é e , sous la dale du l ' i sepi e m lire I S . S I ,

lelire que vous a V C 2

M . l î a r l l i é l é m y Saint-

l l i l a i r e , innii pri''di'eesseu r a n ili'pa rl e m en I îles .\lia i res l'I ra n g'èrcs, cD n'iinnse l'i sa enm m u n i ea I i n n dn "J7 ili'eein lire I S . S O , l'nneerna n i l e s a l f a i r c ä de la cnlnnie l'raneaise de ( ineli i neli i ne. \ ' n n s i l i ' M ' I n p p i e / dans cette lettre d i l f é r e n t e s e o n s i d i ' r a l i o n s relalives à

la s i l u a l i o n

i n I ernationale

de l'eiupire d ' A n n a m, el j'ai r e - r e l l i ' de emislaler une e n l a i n e dillV'rcnce l'ulri' M I S a p p r é e i a l i o n s à e e l é - a r i l el eelles ipie ,M . I ¡a rl h l'I ,'• m \ Sainll l i l a i r e vous avail r v p o s i ' r s a n i

In - o n vr r n r m r n I , l r l a I t i p i i I d i l j U C -

.le c r o i r a i s i n oppori n n d ' r n - a - r r iri ii nr d i s n i ssi on , Ir pri n ri pr ; je pr<'Irrr

l i o r n r r ;', m r n l i o n n r r que la e o m m n i i i c a I i n n q u i vous a ctC

I r . i n s m i s e a l a d . i l c d i i ¿1 11, c n n lire ISSO, c m i l i n i l I ' i m I ica I i nn cvact« des l'ails a n \ , | n e l s le -o n vc r ll c m en I i r a n ç a i s a le iIcMiir Je se lenir. II csl Inniernis un point de voire lellrr q n r jr nr s a u r a i s laisser pa-SSe'" sans une oliservation p a r l i c u l i è r e . L e - m n erneinenl iinpi'rial c l i i n o i S l'cri viez-vniis, ne peut pas recnn lia i I re le iraili- Je I X7 Í

cmicln enlre la

l ' r a n c c c l l'.Snnam. d r , ce I ra i li-, q n i r è - l e pri'cisrineii I nns ra pporis a v e ^ r.\iinain, a le

€,

mai

l ' - l i ' ollieicl Icinenl cnmi IS7.'.,

par

le

cm

liqni' an

-oinerneineni

cllinOlS.

le l'melieclnma r " l , c l i a r . j i - J'allaire-S dC

l'r.inee à l ' é k i n , e l dans l a réponse e n d . i l e d u I.'. j u i n s n i w i n i , q " «


853

ANNEXES prince

K o n g a

envoyée

à

M.

de

Roclii'cliouarl,

objection c o n t r e la c o n c l u s i o n du trailc', ''Ariiiam

est

Iribulaire

mentionné

de

la

simplement

Chine,

ce

qui

ui

n'a

été

élevé

aucune

e n u l i c a u c u n e d e ses c l a u s e s ;

comme

ne

il

ayant

présente,

à

été

autrefois

vrai

dire,

un

qu'un

pays intérêt

histoi Vous

eoMiprerulrez

sans

peine

que,

dans

ces

conditions,

il

nous

soit

'Ualaisé d ' a d i i i e l I re ([ue le g o u v e r n e m e n l

e l i i u n i s v i e n n e c o n t e s t e r a u j o u !•-

d'hui

la

un

près

de

traité

e x i s t a nt et déjà entré da us

huit

années;

réclamation

aussi

lai-divi',

•l'autant

moins

Concerne

l'exécution

"'nsi

(jue

M.

à

de

la

de

donné

Chine

ne

saurious

el

le

ses

ou

l'enlièi'e

et

M.

soit

arrêter de

lilii'ric'

conventions avec

aucun

en

la

de

ses a c t e s qu'il

Sainl-Hilaire

d e s s e i n (]ui

pi-('judieiable

t o u t cas

à

si's

à

République

l'Annani,

I5arlliélémy

l'assurance, (|ui

pi'iiodc d'application d e p u is

ruius

gou\ermiueul

l'eveinli(pier

Freycinet

Successivement brage à

nous

en

ne

ce

qui

nourrit,

vous

puisse

une

hésite

en

ont

porter o m -

inl/u'èts. Léon GAMBETTA.

C'est en v a i n que le m a r q u i s Tseng- protesta que le g-ouvernement impérial n'avait pas r e c o n n u le traité de -1874. Le g-ouvernement ^•>n<;ais a v a i l résolu d ' a g i r e n K n , et le 17 j a n v i e r 1882, le c o m m a n -

'limt ilivière,

u n petit corps de (iOO h o m m e s d ' i n f a n t e r i e de

avec

marine, d e f u s i l i e r s m a r i n s e t d e l i i a i l l n i r s a n n a m i t e s , recevait d o L e M y r o de V i l o r s , g-ouverncur d e l a C o i h i n c i i i n c , l ' o r d r e d e s e •'findre à

Hanoï avec une m i s s i o n

Le

(loiirrriiriir

ilv

lu

l a dépêche suivante :

délinie p a r

Cocliiiirliiiir

ii

M.

lUricre.

S a i - o n , le 17 janvier 1882. A

la

suile de

Voyageurs

Préseiilalions '•crriloire «

au

les

l'avili,ms Sans

l'allaiiui' dont oui

IVauc;ais

lui

n'a

ébiigm-rail

'^'nn

aulre

ma

me

sa

Courtin dû

et V i l l c r o i , l'aire

des

l'i'ugagei- à e\|iulser

S(dde

demande,la rendu

des

connus

sous

de

Hué,

sousle

scu-viees,

('.oui'

mais

en

d(ui n e r sa I i s l a el i o n , ces

(a'ih',

salué s u r

''onimes

^f^aux

pu

M M .

l'i'^n I i e r s , j ' a i

le

de

reson

nom

de

prétextequi'

ces

-,

avaiiuil

*"ice,

\iclinies

A n n a m i l e el

n M'rce n a i res c l i i n o i S à N.iirs

qu'elle

*^''ine,

r\r

p.issepm-ls

non M ' r m ' m e n I

re|iousser

'rréguli(.rs

m u n i s di'

considérables

par i m p u i s -

(d le s'esl contentée de me répond re

bandes.

j ' a p p i ' e u d s (|ue

son

réalité,

passage

lain-\'inli

cuunie

destinées,

sans

un

l ' I i u o c v i e n t d e s e r e n d r e IMI

elief d'armée

aucun

doute,

à

et e m p o r t a n t r e c r u t e r de

des nou-

soldais. même

lemps,

des

saisii's

opc'ri-es

pa!•

I.'i

douane

ont

prouvé

qu'il


854 SI'

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

r.nsall

un

approvisionnement consirlcrahlo

d'armes

à

tirra|)ide

etde

m MM i I i i i i i s de g u e r r e . Dans

ces r o n d i l i o n s ,

il

nn'

N'nus v o u d r e z bien pai'eille j e u d i d é s i r e (|ue

snir

vous

ilnnner des

el,

pnrle

an

présidiez à

à aucun

ipièle,

qui

C'esl

prix,

niellre

cnlraînerail

le

é l e m l re c l la

i n s l i n i ' l i n n s p o u r quiî

'l'nnkin

d u

faire à

n n s Iroupcsà

gnin erneinenl

pavs

dans

a IVcriii i r n u l rc

île

donc n'avoir

recours

de

la

»

ap-

renfort; je

lirpiibl i i p i e . n ne - n c r r e

trance

-raves

Tl n e

de con-

cinn pl ica I i n n s .

ad m i n i s l ra I i v c n i e i i I

¡nllnence

prenons

que

le D r a c

v

compagnies de

-iOflO l i e u e s d e l a

lions

mesure

deux

pa ci l i q n e n i e n I,

pnliliqncnicnl,

devons aussi

de

cette n p i ' r a l i o n .

V o u s connaissez les vues veut,

ni'i'i'ssaii'c

paraîl

d ' u n e s u r p r i s e , e ( j ' a i i l i r i d i-11 n e 1 a - a r n i s n n d ' I I n i ' s e r a i t d o u b l é e -

l'aliri

que

a njoii rd'li n i

esl-elle

IlOUü

Alinain;

'l'on k i n cl, e n

an

csseuliellcment

préventive. \'nus devez sité

et je

compic sur

prnbali'le IS'nns

votre

pas à

Ilaun'i

île

la

l'aiie

faut i i i i ' n a - c r la \ie cl (Inmme

l'avilloiis noirs

snr

le

projet

sortir du

[lasserez lieu

à

en

outre, dc

les

pe"

noirs

cnnime

tels,

»,

ne

l'Ii'

je

u t i l e d eN'nus

jn-ercz |iniivnir

vous ai

l'erniil

cliercbcrniil

à

nnus

îles

"OUS

iibservation*'»

g a g n e r du

paraîtra

Ici""'''

indiqué.

auxquelles

terrain,

(evd

Mit r c d i s p o s i l i o n

mcisà

vinis

CO»"

tcmi>s,dOUS

venu ; j'ai,

d u reste»

r e i i c n u t r e r e z a u c u n e o p p n s i t i n n séricuse-

ce

niellent s u r

les

p l a c i ' c s |iar b'S

Claire.

direct

snnl

des

Mitre

on

indireel

pirates

rnnte;

el

expi'ilierez

à

Sai'-nn

avec les

v o u s les

senleiiieiit

d e v o n s n n u s i i i n i i l l'cr n n ' ' i i a ' . ; i ' r s d e l a \ l e l i n m a i n c , a u les a r m e s , v n u s

VOUS

tnut, Ü

de ses a l l l n e n l s ,

rivièi'c

annamites du

ra|ipin'l

mms,

la

queje

moment vous

que vous

se

s'ils

Inrsqne

Ilui'cl

le

p r n v i s n i r'c ; j e

c n n s i d è r e c o m me I rès

ilc

-.'•nie que,

cession

référer;!

pour

du

antnrili's

la

p o u r loger

p o s s i l i l e , car', a v a n i

i n I l'eic ii res n u l

pacillqnc

N'ous n c d e v e z a v i l i r a u c u n villnns

p.ir

néces-

('ventualité,

nos soldais.

le l i e n vc, cl je

travaux

les

lors(|ue

croire

que

l ' c m l i o n c l i n re'

prii-ramine

pmir obtenir

demanderont

île

donancs

pa r r n l ' l i c l c r

Incontestablement adressons

tout

d'absnine

iii'cessaires

le c o u r s dn S o n - - K i n ' cl

l'i

l'orliliè

vnus cninmeiiccrez

sans

cas

i i i s i a I la I io n

salnlirc

sanli'

îles

\ o n s a I I r e z .'i s n r v e i I I e r posie

cascriiein e u I s

les

aussi

la

v o u s le s a v e z ,

l a l d i r n n

cl

l'nrce q u ' e n

p o u r éviler celle

cn-criine

N'onsanrczà

recnniinandc

l'Iudicr

la

il'a il l e u r s . n'avons

-iSO b o i n i n e s .

<'

à

prudence

cl

«

traiteie^

coiuun'

noUS

l i e n de les pas-

je

les

ferai

_^

interner'

l'oiiln-Coiidore. Dans

le cas

peu

ríales c h i n o i s e s , Il

esl

possible

s n r r e c l i n i l i i e l de pas

Mins que la

probalile i''vileriez votre part de

on

vous

présence la

vous y assneicr sans m'en

leneont rcriez

soi-neiisemenl seule

un

des

troupes

provoque

nn

umiivcmciil

|iopii la I i o n , M O I S a u r e z - r a m i s n i u ' avnir

ri'liri''.

¡"'1'

eoiillil. '^'^'^1


ANNEXES

835

Les fonds nécessaires à la première installation seront mis à votre disposition par le chef du service administratif ; ultérieurement, je prendrai les mesures nécessaires pour que les travaux d'établissement S o i e n t |)ayés sur les douanes. Si vous aviez besoin de forces complémentaires, vous m ' e n feriez la demande et j ' y satisferais imnuMliatenu'nt. Je ne crois pas devoir vous donner d'instructions plus détaillées, elles ne feraient (|ue vous entraver, car, probablement, il se produira des incidents et des nécessités que je ne puis prévoir, mais je compte sur votre pulriolisnn' et votre sagesse pour ne pas engager le gouvernement de la Uépuhliquit dans une voie q u ' i l ne veut pas suivre. Toute ma ])ensée peut se résumer dans cette phrase : livitez les cou|)s de f u s i l s ; ils ne serviraient à rien qu'à vous créer des embarras. L E

M Y R E

n E

VILERS.

Rivière se h e u r t a à la môme hostilité q u ' a v a i t rencontrée G a r n i e r , agit et m o u r u t c o m m e l u i . Le 25 a v r i l il enleva la citadelle de Hano'i et recommença la conquête du

Delta.

Au m a r q u i s

Tseng qui pro-

testait de n o u v e a u , M. do F r e y c i n c t , m i n i s t r e des affaires étrangères, répondait « que n o u s a v i o n s donné l ' o r d r e au g o u v e r n e m e n t de la C o c h i n c i i i n e d'assurer l ' a p p l i c a t i o n complète du traité de 1874, que les suites de l ' a c t i o n que n o u s entendions exercer dans cette vue con(;erniiient e x c l u s i v e m e n t les d e u x Etats s i g n a t a i r e s et q u ' e n c o n séquence, nous n'avions a u c u n e e x p l i c a t i o n à f o u r n i r au g o u v e r n o ' n c n t (diiiiois ».

Le g o u v e r n e m e n t français était si b i e n résolu à

l'epoussir l i r i g c ' r o n c e de l a C h i n e q u ' i l désavouait M . Bouréc, m i nistre à i ' é l i i i i , (|ni avait c o r n m II n i q u e a u ministère u n projet de convention, l(!i|nid, |i(iri;inl i n n s i i t u I i o n d'une zone neutre à délimiter entre la (Jlniie id l ' . A i i i i a m , cédait L a o k a y au Y u n n a n et contenait l ' c n g i i g e m e n t p o i i r la F r a n c e de respecter la souveraineté t e r r i t o r i a l e de l ' A n n a m . Cependant les P a v i l l o n s - N o i r s accouraient en n o m b r e et b i e n l i ' i i Rivière fiil c o m m e p r i s o n n i e r dans celle place. Le 19 m a i 188li, il '"^say,! d e

repousser l ' e n n e m i en faisant une sortie s u r l a route de

"^"iil.iv : , i t l a ( | i n ' p a r d e s forces considéraiilos i l fut lue avec le c o m ""indniil '"iiiiincs,

l'.erllic

dc V i l l c r s , deux

aiilrcs

ofliciers (d

20 de ses

nu pont de P a p i e r , où avait été déjà lue i M a i i c i s ( J a r n i e r .

kc n d i i v o r n e m e n t , q u i avait v o u l u attendre le vote du P a r l c m o n l pour

agirel(|iii

avait

iiiéiiie

lélégra|)irié

tion au T d i i k i i i , pritiiuniédlalenicnl.

de suspendre toute opéra-

croNanldérérerauva'U

dcl'opi-


856

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII IJIii|III', i l l ' s l ' i ' - s i i l I I l i n n s i ' ' i i i ' i ' o i i | i i c s . L i l d e m i i n d c d c c r é d i t s

iildii

ill' -I i n i l l i i i n s l'I i l i ' i n i , i l ( ' ' | i i i s i ' i ' I r d'i a v r i l 1 8 8 ! ? , f u t a ( a ; e | i t ( ' 0 p a r I c s (

liniubres; le

général

I run pes,

dos renforts

l'amiral

( .un rbi'i

mainl

l'iaii

U n e •l.'i8;{

line

\ lies

lin

ininislre

ilns

avail

lons-\iiii-s

et que,

miminé

:

nn

d ' A n n a m i-l

T o n k i n .

à

et

cairn m i s s a ire l ' a n t u r i tè-

Ioni

I'll

le

des

f'ranee,

docteur

Har-

l\épuhlique au T o n k i n . la

C h a m b r e

le

Delafosse.

10 juillet Challe-

INI.

lil eimnaîl rr i p i c les

m o m e n t c n étal d e r - u r r r e a v e c I ' A H ' preiianlà sa solde

civil

au

chargé

conservant

m-s'amassa it

les P a v i l -

la C o c h i n c h i n e , on

T o n k i n ,

m i I i I a i re

ipTil

Ini

elile

île s ' i ' d a h l i r s o l i t l e m e n t i l . i i i s l e D e l t a ;

i|iic l ' u n di-siraii

paciliipirs.

la

C r a n e t o t

M M .

t r a i t é d e 187-4 e n

cimcliiait

il

navale

de

p o u r dégager le g o u v e r n e u r de

l'.elmiiiislraliim, triiiipi's

division

a l f a i 1 r s i''l r a i i g è r e s ,

élainil

violé le

c o m n i a n i l r i n i n t

de C o c h i n c h i n e

s'engagea

dn

ipii' n o u s r l i i n i s d è s e r

ipii

a\ail

uno

discussion

-Dinrrni'ini'iil

il a j u i i l a

n o m m é au

inin m issairo civil

iiilerpellalion

m i ' l - L a e i m r,

iiain

riiiiiiail

1101111111'

impiirlaiile

sur

l i o i i C t était

étaient envoyés

la

d'organiser

direction

des

p o i n t de conquérir l ' c m p i r c

i n a i n l r n i r a v e c l a C h i n e d e s rel'atioiis

ilcm.'inil.-inl

de

respecter

les

frontières du

.\pi-èsiiii im-iilcni \iiili-nl sun levé p a r M . d e C a s s a g n a c , q u i

a t l r i h i i a i t les alfa i r e s il u I o n k i 11 n î l e s - i m i l i l ' s i n a v o u a b l e s » c o m m e , • disait-il,

ccii.v

qui

avaienl a

ni''

i;iici-i-i'

la

de T u n i s i e , lil C h a m b r e

\ o l a p a r ' M ' r l v o i . \ ( a n i t r e 7 8 , u n o n l r e d 1 1 j n u i - de, c o i d i a nce. D e i i i é m c , • iiiS/'iiat,

le

21 j u i l l e t ,

répondant au

l.'C'iiiir e\'|iliqiia (pie r.\niiain 'I

que

m m s

l'I i o n s .1.'

la

m-

lui

l.cs

l'ciiloi'ls

à

sa

duc

m m s

avions pas

i-n - i i c i - r c a v e c l u i , s l'-taicnt

ne

de

ili'-clan'-c,

p a r c e que

IJniglic,

avail

pas

(dinllemel-

.M.

de'clari'

m a i s que en

la g u e r r e

r é a l i t é noUS

les lia m les de P a v i l h m s - . N o i r s OU

sidilc,

cn\ii\i's

lie

f r a n c e , e'taicnl

arrive'S an T o n k i n

en j u i ' "

l e i r l I r s o p ( ' l . l 1 1 ( m s n \ ; i i e n l 11111 m'-i 11,111-m c n 1 c i i i n m e n c i ' ' . L e ciiliincl

l ' . i i i i i i \ a l o c c u p a I l a i - l )/. m m

, m a i s le

I .'i a i i i i t , l e g é n é -

r a l l i m i c i n e p u t i - i i l i - \ C l - l e s \ i l l a i ^ c s d e \ i i i m ^ ' c l d e I ),i\ n i l l ' e i i n c n l ' sV-lall |nlllri,

riii'tcmcnt

p l u s i'\iilciilc diimii's

rclraiiclu'.

I )'a 111re p a r t , l a m o r t d e T u - D u c , l e 1 ?

i-cniplaccmcnl

son

;in\

d'une

p a r 11i(!p-II()a,

intci-vcntiim

ma mia ri ns

du

à

'l'nnkin

Mué

la

d'où

pinirla

nécessité

(le

partaient

ri'sistance et

pins

les les

en

ordres

suhsideS

n i i \ r a \ I l l i m s - . X i i i i s n m c n è i c n l le ^ o 11 \ c n i e m e n I f r a n ç a i s à a u t o r i s e r iiiienctiim

conili'

il l ' e i i l i i ' - i ' de

la

21,

de

les

loris

Mm'';

le

l,S

l'Iiuan-Au

la

aiiiil

i - i \ i è r i ' de i l l l é ct

illvisiiiii

comniençait

étaient

entre

nus

deCoiirlicI

paraissait

l e 110 m I m n i e m e i l t ; l e mains

el

.M.

H a r m a n d


ANNEXES adressait 25

au

gouverncnieut

a o i l t 18811 à

le

la

télégramme

M. à

MM.

conclusion

niénie

M.

d ' u n

de

Ministres

un

la

q u i

aboutit le

l'analyse,

d'après

:

général

marine

u l t i m a t u m

traité d o n t v o i c i

H a r m a n d

commissaire

Iliiriiiiiiiil. les

de

857

a n n a m i t e

de

et

la

des

République

affaires

au

Ton/cin

étrangères,

à

Paris.

('IVlègranMHo) T u a n - A n , 25 août (reçu 30 août). «

Une

convention

a

été

signée

aujourd'hui

à

Hué

même.

En

voici

le

résume : «

Heconnaissance

•^'ve

du

l'on

militaire

pleine

liinh-Tuan

aux

et

entière

possessions

permanente dc

du

protectorat.

françaises

Annexion

de Cochinchine.

la ligne V i u n g - K h i n a ,

des

didiniOccupa-

forts

de T u a n -

A n e t l'entrée d e l a rivière d e H u e . Résidents assistés d e force s u f f i s a n t e "•"IX

chefs-lieux

de

'hia

etNghe-.\n.

tout

le

toutes Ports

royaume

les

de

provinces

X u a n d a y aux

CMlièrenicnt

p h i q u e a é r i e n n e S a ï i ; ( i n - l l a iioï. du

roi.

Postes militaires

tout où

elles

*e(|uiltécs lions au

en

Piastre

•'oyaumc. douanes,

du

et

du

de

Conférences ultérieni-es points

de

fleuve

Dettes

sur

monnaies

détail

de

la

compris

l^^rance.

la

Rouge

de

"rière -le

aussitôt

que

nnmiinilinn (banainle

Sonune

produit

la

fioehinehinc

"O'uinalinns

par

le

M.

par-

considérées c o m m e de deux

douanes ont

dans

cinirs

m i l -

l'impôt au

l't

tout

le

lèeleront régime c o m m e r c i a l ,

llin'-

de

C h a m p e a u x

réouverture me

paraît

delà

indiqué,

lédi'graphe. nnil

la

raliHcation rapide

|d(n i |inliai l i a i r e s

de

personnelles

annuelle

des

de

télégra-

enn\( nlinn.

possible.

insi;

Ligne

fortifications

l ' A n n a m

le

à

et

T h a n h -

Douanes

Résident à Hué. A u d i e n c e s

Binh-Tluian. roi

de

y

ouverts.

L e s ()lénipotentiaires a n n a m i t e s ont dennuidé la

'egation

"

échange

T o n k i n ,

Tourane

mains

long

nécessaires.

m o i n s ])ayée a u

'^onkin.

«

seront

le

du

etde

pour

discuter

' l ' i c j ' a i éluib's i n i e n l i n i m e l l e m e n t , t e l s ([uo

de la c o n v e n t i o n

certains

le régime

et

p o i n t s de détail

commercial,

les

d o u a n e s , l e s i u q i ô l s , l a (|uotilé p r o p o r t i o n n e l l e à a t t r i b u e r à l ' A n n a m , e t c . ^es

discussions

e d e m a n d e de '''Polenliiiire

^^11

qui

'l'onkin,

reiil'oris '"'•'*sa par

le

seront probablement assez longues ;

un

"^diiaire

chef élail

l'ùl

uu

homme

l e oi'MK'ral (adeva,

el

[loste.

colonel

'"ent on

je ne p u i s y assister,

ne p a s en èire chargé. 11 s e r a i t u t i l e

II

H o u c t , après le

d e m a n d a

Hichof; de

d'afl'aii'es

1"'

alorsà

amélioiée,

les

l'nrei's

mais,

les

V u o n g , d e m a n d a i t

le village

i-entrercn (ainrhet di'

de d é s i g n e r un ])lé-

un financier.

l'alfaire de

septembre,

p u i s l'amiral

loules

ct

terre

relations

de

France

P h u n g ct

recevait le et

de

avec

mer. la

il

futremplacé c o m m a n d e La

situation

C h i n e

s'aggra-


858

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

valent que

:

des

rég-uliers

la C h i n e

L(î 9 des

m a i ,

minisiri'

affaires

de

commerciales négne.ialions la

missiim

au

(pii .M.

avail

à

soil

I'l'-kin

pouvaieni

'l'rieou |nis

el

avail

lin à

intéresser

les

app(dé,à

du

Sliangliaïel

d'assislei-

IWrinnm

Tclndi,

faisait

enlin

par

note

la

Mais

la

les

sui\.inli'

l.l'

le

la

Li-Ilimi;-Chang'

(ililne

loiile

Dans a

connaître les

v.niln v u e s île

T o n k i n . Je me

suis

il,'

el

18 l e m a r q u i s T s e n p

le

du

Txni,/,

minixlrr

ilrs

iilfiiirrs

iiiiiiisli-r

gouvernemenl

chinan'

l'aris,

irni'i"^"'^"

dr

Chinr

ii

rlrninjrrrs.

l ' h o n n e u r d ' ; u (d r ,i vee N'oire

m'e.vp'ri nonla

le

enurde

empressi'

d'en la

hases s u r les((uelles il

esl

à

riiyani des

six

l«(i7 ;

la

Ces

prêt

hases peuvent

Frailee

ne

pro\iiiees

du

Sud

.In

rela I i veinenl

inrnrniei-

le

,',

Caliinel du

IVaiIça'S

0

d i ' e s l ' O " "J.

la

i m périi'h ' j " ^

(ialnnet

Iraiiçais

s'enlendi-e avec le g o u v e r n e m e n t

se n'-sunn-r d a n s .•

inlei'i

e\e a n e u n

qu'elle

l'.veellBn'^^^

i;, . n v i n n e n n ' n I

ennnaissauce

porle p o i n l

l e r . \ i i i i a i i i e l n e s'i

désir

l'i'kin

purler à

|o ( J u e

1883.

minislre.

v i e n t d(! m ' o r d o u n e r d e

Iti'pnidiipie.

traîna

l i r i i s i p i e m c n t rappe'e

pini rpa i lia's.

n'-idamalimis

1,'s ( M i I r e v n e s i p n ' j ' . M e n liicm

ponseC

Li-1 l i m | . ; - C l i a n g

l'aris, le 18 aoiit

ell<:

dc traite.

c o m m a n d e n i c n t eH

du

(,'liine ;

liienicïl

projet

:

iiiiiri/iiis

Mnnsieur le

ces

l'our

p o u r p a r l e r s avec

des

pour

repris n l ' a r i s a n m o i s d'aoTil, eonnniire

in''gOCia-

des (|uestions

pavs.

rep'l de son

nquidiaicnt

m m s .

eonlic

deux

(miama

de

de sauve-

remplaïau'M. IJourée dont

iliargi''

sud

i n I ( n o m p a n t Icms

I l e i i - Lsi n , lIsfuriMii

l'aris

le

d e ses

: l e g'OU-

o u v r i r des

réglemiail

l o n - i i e n r e l l e ."i ¡ n i I l e l , , ¡ I é t a i t

einises lai

les

à

Tscnii;-

du il

T o n k i n . (diinedcs

Init ipie

à

jirèl

du

siiili'

an In

pnnr lémnigner

d'aiilii'

élail

vue

T r i c o n se r e n d i t à S h a n g h a i oii

Li-Hong-(Jhang, vice-roi

a

en

élé

la

il

avec

Innie expliealinn

pas

n'avail

d U n k i n

chef des Iroupes (diiimises dans à

d e v e n a i t évidciil

préparail

trailer

(|ue e c p e n d a n i , nd'nserail

d(''ilara-l-il,

silualion l'aris,

m-

France

pouvait

ni'

mais il

français,

sa

tions soit à

.M.

ipi'il

IWiinam,

vcrncnicnt

r n c l i u n (|ue l a

snr

n'pondil

honnes dispositions,

garder

il

militairement.

l e m a r q u i s TSIMIL; , I v a i t d e m a n d é à . M . C h a l l c i n c l - L a c o u r

icnscigncnionts

Le

c h i n o i s étaient à S o n t a y et

intervenait

a\ail

les la

p i i i n t s s u ¡ vi'"'^*' position

1"'I ' " ' 1 " ¡'^^'^.^^

l e r r i l n i r e d e e e p a y s e n ''''

aiinexi'es nu

n i e n pi'es en


ANNEXES 2o

Que

les liens de

comme par 3°

Que

unissent l ' A n n a m

et

actuellement

territoire

au

T o n k i n

une entente,

soient

les v i l l e s

soient évacués au

ouvertes

etque

le comnu'rc(! étranger (Jue le

i"

lleuve

jusqu'à

Houge

«

et en

soirement

c.uinnene

dans

Kouge

pnrls

les soit

de

ouvert

à

la

face de la

comuH'

ville

|inint

dc

pr.aluils de

des

aval

l i t é s r i v i a a i n c s (ni

de

la

forces

moyennant

des

consulats

à celles q u i

régissent

;

navigation

des

n a v i r e s étran-

situé s u r la r i v e g a u c h e du fleuve

Sontay

extrême

p a r les

villes,

étranger,

Ciiine

Tho>iang-llô-Khouan »,

d'('clnini;r

'•eu

la C h i n e restent

occupées

certaines

p o u r r o n t être élahlis, a u x ciuidiliinis scanbhihk's

gers

à

le passé ;

le

françaises

859

vassalité q u i

et

la

qui

d o i t être

navigation

])rovenance

du

considéré

étrangère

Y u n n a m

provi-

et

el

comme

des

•>" ( J u e l a ( d i i r n ' s ' i a i n a ^ ' e à u s e r d e l ' i n f l u e n c e q u e l u i c o n f è r e puni- l'aeililiM'

silnni de

la

force contre

('" ( J u e l ' o h jet

toutc

d'une

Sincèrement

la

poir

plus

Pavillons

convention

désireux

seront

servir

à

le

la

fleuve

Rouge

sa p o -

et éviter l ' e m p l o i

Noirs; enlre

la

France

ct l ' A n n a m

soit

Chine.

darri\(i' ma

impérial

sur

nouvelle

à

uneenlente

piiseril

sérieuse a t t e n t i o n

qu'elles

pourront

les

cninnna'ic

enteute avec

gouvernement "

le

loca-

;

du

l'objet

à

au

français

a|)préciation

temps

sujet

recommander

cabinet

d'une

provn<]uer

de

un

et de

du

ces l u i

T o n k i n ,

exprimer

bienveillante

échange

dcvues

le

proposilions

el

l'es-

qu'elles

sur cetleques-

*'on q u e le g o u v e r n e m e n t impérial t i e n t profondément à coîur de régler d'une

façon

Veuillez

amicale agréer,

et

satisfaisante.

etc.

TSENG. La

C h i n e

servant 'Ifiuve M.

en

sointiH'iioiis

d'intervenir R o n g e a

la

uitvigation

C h i i l l e i n c l - L a c o u r

/.e

deniaiuliiil

directement

p o u r

d'évacuer le T o n k i n ,

pacifier

étrangère jusqu'à

répomliten

ces

Chine

à

la

ee n m i s ,

le

maripiis,

m'inlïna

eliinnis di'siranait

vous avez

'des mettre

ré-

h a u t e u r de

le

Sontay.

nu

marquis

de

Tseng,

minislre

l'aris. Paris,

Monsieur

se

pays et d ' o u v r i r

termes:

miiiixlrc ili's iilfiiirrxélranijères, de

le

bien

conditions lin

vnnlu,

dans

27 aoûl 188.3,

I c s i p n d les

d I f l i i a i 1 1 ('-s

airx

le

pai'votre

existantes

le au

office

du

18 de

gouvernement 'fonkin.

Per-

" " ' l l e / - n n i i d e m e IVdicit(M'ipie, r ( ' p i n n l a n t a u x instama^s i p n ' n o u s a v o n s l'liisi(aiis '"ip(a-ial '"'«'11

luis laMinnvidi'cs, ail

jnt;-!'

le

snil

monnail

l'élicitiMMis d a v a n t a g e s i

à NCIIII

Paris, de

soit

nnus

eutdiine,

le

gouvernement

c o m m u n i c j u c r ses v u e s . Je

li; c . i r a c l è r e d c q u e h i u e s - u n c s

des propo-


860

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

slliiiris

<|Mi'

lili'dc

les

v n u s ,ivr/. |)ii'M(hi',

été

chargé de

dans

me soumettre

leur ensemble,

poui'

n'excluait la hase

d'une

possihi-

discussinu

utile. Les

déclaralioiis

(juc

C.hamhri's, aussi Miiis

aMT (bis

ilaiis

ilaiis

iliiailli''

rriiaiiirs

nous

piniède II

ne

des

(|u'il

inauièredc ri'-sullcr,

que

nous

ne

propositions

(diinede

nOUS

voir A en

revemliqnons an

saurions

n'esl

d ,'• i i v a i e n I, les

inli'ièls

dale qui

il n

il

île

la(|uellc

rnnissaieni

à

i

ler aiipiis

la lie

li-aili' aMC

ri'tat à

Cour

rordre

el

le

dans

iiianvaisc

fui

des

line,

p a s su

cnmmc

faire

pour assurer

ne d o i s

cabinel

niealion,

d'i-

serez donc dans

l'exa-

fin d e b o r s d e

d'envisager,

la

en ce (ju'elle

d'A u na m et des droits piiisseni

éire les titres

proei'-der q u e n o u s nC

le poinl

nous a\ons à

de

cienr,

la

les

des

qui

de

mins

les

d r o i t s ni

I i e n s d'à n c i c n nC

ne

lui

perinellaicnt

ne l i l

pa s d i l ' h c u l t C

l'Iail

chargé de

cnnlcsler

rappeler

qu'il

la suite

les

il

Pi'diin

de

à

p r i v i l è g e s pOl""

i n l'iirini'des consi;(|uenCCS

•fonkin.

cette épiiqueel

l'di''

maintenu,

mandarins

par

nnus

vnti-e.

d'en

neufans,

le. i ^ ' o u v e r n e m e n t d e P é k i n ,

el

molils

iln

pcnsi'c

ainsi

a

les

formu-

la validité de

notre

I rnii pes i m pcrialeS

apparlenail

di'sorinais de

pays.

;

l'ait

des

le

il

ya

à

que

iienlans,

la

négligence

ilniic nous

avCC

dcvon»

régler les affaires

r e m pla cer 1 es c o n v e n t i o n s qu elle qnl, la

du

les

ili'qiarl d'nn l ' c b a n r e

sa n s port er a t teinte

s i ' c n ri I !• des p e r s n i i n e S

l e s l ' a c i I iti'-s

bassin

nécessaires p n u r rela

lleuve

Hnut;e.

riiitentinn

nia n i li'Sli'C

P''"'

t e r m e s mêmes de vol rc enin iro'de

ri'i;ler

m n l ifs

csl (.'est

actnelles,

di'ana relie q ne

l u i , de

po n \ a i l q n'èt re p r O '

a.iniles.

arrangiancnts

donnant

n'eiilendons pas nii'CnnnaUrC les

ne

ranleen

garantissiai l

l'aire, s e i n n

cnmmo

qui

la

d e s d i l'licn I lès

l'ordre dans

rctenirde iinpi-rlal

el

y

rappelani

notre a r e n i à

I e r r i I oi r e , y eu

il

rapiicler,

i i i e n i n pa I i I d e a v r e

en

de ma nilcriins de

e\i''cnler

des transaclinns,

'l'oiil

nnus l'avons

lui

de

silualion

s'empressa

r e s p n n s a Id e

.\niis

eoncéib',

pa s j n - i '

pas

ce

pas

r i u t i ' i ^ a - i t i ' dc s o n

.le

il

n'a

de

Idir et

l'ordre ne

actuellement à traiter

manière, de

all'aires

i l e c l i n s e établi à

'l'nnkin.

n'a à

II n'eut

r.\nnam

aujiinrd'hui, du

iles

recoiiiia issa I I I

'fonkin.

la

aux

d'avoir

saurions nous associer.

quels que

S o n r - K o i . I , o r s q ne

de e i i l e

ilemandc que lui.

r.\iiii.iiii,cl

maintenir

el à

nunie

ri'ni'rale,

le.Unyannie

une

r\niiain

d'arridrr

Si

pas

nousne

ni'eessaire

n e l'a

il l'si n I !• r e s s e r

Htaldc

Vous

d'enlian-

nous avons

dans

laClline.

p a s ,1e s e

du

fait connaître

opportun

'l'nnkin. Or,

pas

m i s an l'ail

I X T . ' i , a è'Iien

l'Iioriuciir

aeeepler.

I i e n I i e r s l i a ns la \ a 1 li'e

avee

eu

objection

cIT'et, q u e

( i b i n e , e'esl

d'i-M'iienienls qu'il

qui

onl

convient

Le r o i i M r n i i n e n i a n n a m i l e n n u s a

en

j'ai

maintenir.

pas

soulève u n e

nnlre siliiiiliou

iiiMiqués p a r la

vous

|in hl iq n r incii l

faites

(|ue

nous

nous paraisse

ilnne

la

temps,

entendons

seiniderail

a\ee

entretiens

p r o p o s i t i o n s q u e v o u s m ' a v e z I l'a i i s i u i s e s .

hypothèses

si'lie lie l e s

gouvcrncnu'iit a les

res derniers

leipnd

|ias s u r p l i s i | i r i l Mieii

le qnc

bien

qu'a

vues snr d'une le

nue

l'aeiin

qncsli""

q'"''

amicale. No""

giiuvernemeiil

cliino'*


ANNEXES de s'inh'iisscr

h

ce

(|in

R é p u l i l i i | u c csl jircl à pas

d'objection

ranties qui l'ère

de

tant

Iralic

fleuve Le

à

lui

si'

examiner,

de

concert

au(|uel

se

avec

nécessaires

la répression du livrent

861

Tonkin.

Le

g o u v e r n e m e n l de

la

c o m p l e d e ses p r é o c c u p a t i o n s et n ' a u r a

Iciiir g r a a d

paraîtraient

Chine,

au

piissi'

les

le c a b i n e t

touchant

brigandage

la

el la

négociants

impérial,

les

ga-

sécurité de la f r o n -

proleclion

chinois

dans

dc

l'impor-

le b a s s i n

du

Hnni;e. ni n'esl pas éloigné sans doute où

nninn

cctti! i p i c s l i i i n répéter qu'elle

ici,

détail,

en

de

dignité

sa

pas

incnmpalibl(!s avec

'lue

nous

Agréez

voulons

y

et n o u s

nous

p l a i s o n s à le

t r o u v e r a disposés à respecter les

q n ' r l b ' n.nis

croiiiiil

nous aurons lieu d'examiner

la C h i n e s a i l déjà,

de

m a i n t e n i r el les liens q u i

la situation

que

traditions ne

nous avons .prise en

seraient

A n n a m

et

conserver.

les a s s u r a n c e s ,

etc.

• Signé : C H . V I . I . I Î S I E L - L . V C O L I I .

Le 15 septembre, le m i n i s t r e des affaires étrangères r e m i t au ministre de

Chine

un mémorandum

offrant une zone neutre à la

frontière c h i n o i s e et d e m a n d a n t l'ouverture de la v i l l e de M a n - H a o <iu c o m m e r c e étranger. La C h i n e les refusa et par une note du octobre, lit connaître la s o l u t i o n q u ' e l l e désirait : faute

d'un

''oyaume du roi

d'Annain

Chine,

son

laiss(aiiil ^Ur le

tel

qui

cju'il

vis-à-vis d e

excepté,

liongc,

nc p o u r r a i l q n c

slalu

le 1873,

aucun

g o u v o r u c m c n l impérial

an

ll(ni\e

conservait

existait avant toute puissance

suzerain, seul

pas

L e s (linix

i/uo

quelconciue,

du

l'Empereur dc

antre arrrangemcnt, qui

le d r o i l e n t i e r

lui

politique

et l'indépendance entière

el

ne

exclusif d'agir

pa ra ît rc i n a d m i s s i b l e .

snl n I i n n s (|ui v i e n i n a i l d ' c t i a ' s n ! ; t ; é r ( ' ( ! s , l a C h i n e p r é f é r e r a i t

' a prcnnlcee : de se

arrangement

d ' A n n a m ,

hnn\('i'

e.ir,

l ' é p r e u v e di' Innle

l'Ianl à

ainbilnni,

elle

regretterait

m i s e cai d i a n e u r e d ' e n q i i i ' t e r s n r l e t e r r i t o i r e d c s o n v a s s a l

' l ' i i d l e a s n l ' i ' s p c c l e r ( b q i n i s (bnix s i è o l c s . •^•is i l a n s "es d r n i l s

el

d'('\iliM' u n e o c c u p a t i o n

rinipnsslliilih' ses inli'aa'is,

cabinii

le

(]ui

sauvegarderait

impérial s e r a i t prêt, n i a i s s e u l c m c n l

d a n s é e c a s - l à , à il isiai I l a ' I a p r n p n s i I in n d U g o u v e r n e m e n t f r a n ç a i s e e r i n i i i l l'ida I d i s s e m e n I ''^OUan,

Irniiliere

^'erail l ' ^ a l e i n c n l

p a v i l l n n s de

par

liinics

' ' • a i-e q u i c n n c e r n e l"''qiiise, à

liire

mesure

ncnlre.

' r n n k i n , ct

r i n n c r l n r e

les

du

nalinns

le lien

prnvisnire,

';"''• ' l e . S n n l a \ , cm '"•''là

znne

c

pniiil

qui

du

K n u a im'-lii n ni l c l a l i t n d e . II

ileori'

des

des l'cba n y c s , le la

ville

de Tl

e v I ré m e . q n e

d i'\c I n p p c m c n I

dn

répundraieiil a u x

Himge à la

lleine

nul

con-

située e n t r e le a i ) ' '

d i s p n s i - à l ' a i r e d e s p r n pi isi I i n n s q u i

' ^ e s n i n s lin c n m i i i e r c c ^es

iriiiie

m i ' r i d i n n a le d n

Irailés a v e c

navigation la

t;nn v c i n e m e n I

Chine. iinpi'rial

a n - - 1 1 n - K ln ma n , si I n é e e n j'a va i s

d'abiiril

c m n m e r e e , on

prnpnsi'.

pourra

.\ n

c n l r e r cn


862

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

négociations points à

avec

situés p l u s c n

l u n r i r

ui

(icllc liail(''s

la

ville

la

;!(! ( M l ( d i r e

188.'i,

lie

les

exposa

M. le

que

et

l'ails,

du

a

par un

explnils, le

Iraili'

ai

ciiraLii-

l'Iisais

de

IS7 i , ni

ce

remonte

iuatin,

avez l o u j o u r s mais des

élé

très

savez

cabinet

crcdils

liien

dnnl

l'honorable

M.

(Icorçcs

M.

le

snrii ;

je

à

la

l'açnn,

p o u r eonsiipnnee m ê m e du c r i ' d i l

n e

a

du

le P r é s i d e n t

.N'y

T o n k i n

en

avait-il pas

du

ipii

jirésidcnt

du

ai

T o n k i n :

enraL;i'

U""

v i c i I l e s île p r è s d ' n r i s i è d e , l'rance,

deux

Iraiti'S, l e "

( i a r n i e r , el,

linalcincnt,

Ce

inin q " '

n'est pas vous

le

ca r

dites.

ccl le

all'idre

la

eliaiiilne

dn

Irailé de

r e s p o n s a lii I i l i -

première

reloinli.iil

ministère

rc n i e

de

pas cel I e ce

el

pelil

sur de

M.

inni,

VOU*

Prcyciliet)

r e s | i i i n s a h i l i t é , ([in^

cri-dil,

qui

csl

l'CSle

IIIIIIL;'I'I...

... ( J

'est en

poiirliiil

d'ciccirir

li

juillet poinail

ne

allairc

inn

mnnlire de

IN.SI

qu'il

avoir,

CM c s l

en a i H ' " " *

pl ns eonsidi'rahlc q u e le

eecri'dil

lialeanx

i'Ia i 1 s p i ' c i lié j " " " "

plais dcstini'S à

purfìei"

rninue...

I

Cmiseil,

M'IIII un

que

pri-senti'

.M. ( i e o r g e s P é r i n . — ( l u i , c'esl a i n s i .M.

p a r U'i

l e s a i s très l i i e n !

la c o i i s l r u c t i n i i d ' u n certain

çaiseau

le

C l e m e n c e a u ,

l'affaire

inni

la

ne I e c o m p o r l a i I ; q n e

lleuve

f e r r y ,

m e s s o n v e n i rs,

sons le

a n e n ii e me n I

chiffre

l e s e m b o u c h u r e s (In

je

Conseil.

ii'a\ail

sur cor-

C h a m b r e ,

et

l ' e n I r e p r i s e Inn k i n o i s e

INNO,

conseil

.le

dn

nos

sa

inar((ii('a'

Périn

Xalinnale.

de dire

parcelle

commission

l'iriii.

de

ai;ir

s d n m oi s d e j n i I le I I N.S | . ( In i, voUS

de

pa rl i c ,

dn

la

.Inles

d a n s

kra in;in s

ra ira icii i r

hier

en

com-

a l l ' a i r e s i'I r a i i t è r e s ,

ili'peiise, c o i i i u i e

dise

ene-an'i'S

faisais

l'risnieni (|u'll

tort

q u e c'est

pii'sidcnl

riinis

cpiinze

aviez

des

M.

pas

pour

de

la

l'adversaire

vous

prcniiei's

ni

pour

cl

lniii,\olri'

de

I r a d i t i n n s di'-jà

rAsscinlili'c

rexpi'ililion

assez

c r u

anglaise

siiiioiil

(ieorges

n'esl

Cr des

fut

fialiçaisc

a v e n I n re

Miti' p a r

[irosse

m i n i s l r e

,M.M,

(ainseil.

niei'vei I leu se

la

au

l'nliainkMi

traitée, d e v a n t

idie

e,\|)éditinns m i l i t a i r e s g i n r i e n s c s

des

cl

v.aineiiKMil

la

d i s c o u r s

à

IlaiIiIion

pnu r hase

Lao-lvaï

1880.

fut

j o u r s :

ri''piimlniil la

d(!

T o n k i n

s u r les

|)r('si-ul, c o n s e n t i r

à

i i i l e r i i c l l a l i o n s u r les afi'ai res du T o n k i n .

il(ai\

d'aliiinl

ipii

dejiuis

r i i c i i d r c

dr

ville

avail

d a n s

( d i a l I c i n e l - L a c o i i r,

Président

cntre|)rise

T'iama'

la

a li n

la

du

l'dle

[liililiaiil

<oniliiions

qui,

Ioni

élaldil

lai

iliira

.M.

C o n s e i l ,

unnnc

(Iciii.uidail.

ii ne gia inle

d i s i i i s s i o n

d i s i n n i i s

ui

r(''vacua I ion

lilcn

avec,

d a n s CCS

i|ni

Man-Ilao

europóciine

ti'est

du

de

(diine

i-cspoiulaiico

i m ]i('iia I,

u c s a u i a i l , (juand

a v a n t . M a i s il

c'l'iail

l'ois

i|iic

ro|nnioii

La

gouvcrni'ini-nl

le

dn

v n i i s a \ e/. l ' i i t ; . 1 " i ' l ' a Ik'"'''

.N'y a v a i t - i l

traiti'

'goinerneur

que

de

delà

dniic pas

de

u . i r n i s o i i ('"•'"'

ISTI? ( ioc l i i n c l i i n e a n q i i e l c l a i I

j " " "


863

ANNEXES ciilièrcmenl Est-ce

réservée

que

danl

ce

n'est

Rivière?

'c cabinet

la

direction

pas ce

Est-ce

dis

pas

affaires

gouverneurqui a

que

c'est

présidé p a r M.

lioniines"? Je ne

des

le

Duclerc

(|u'onn'en

que je

q u i

envoyé

cette

affaii'e

tel

ou

tel

cement

du

T o n k i n

président

jusfiu'à

le

une

du

la

a

cela. Messieurs,

change pas

Conseil,

fin,

pour

ne

pour

tel

ou tel

comniniin'est-ce

les

avec

tel

ne

ou

la ques-

fasse

tel

pas de

ministre, à

D e p u i s le

française

pas 700

responsabi-

déplace pas

cabinet.

une affaire

et

Corrére

qu'on

à

T o n k i n •.'

avant le

la

repousser

personnelle

à

c'est

et

au

préside,

pour qu'on

caractère,

affaire

envoyé en

cabinet

'ités ; j e f a i s s e u l e m e n t d e s réserves tion,

militaires

commen-

et u n e ([ueslion de

patrie.

P u i s i l n'y de

e x p l i q u a 1,'état d e s n é g - o c i a l i o n s a v e c l a C h i n e , r é p é t a q u ' i l

avait

pas

nous

et de La

et

exposa

solidement

q u e le

dans

le

but

Delta

du

et

g o u v e r n e m e n t

de

s'emparer

P a u l

Bert.a

de