Page 1

QUATRIÈME VIII

FORMATION

DE

L'INDO-CHINE

FRANÇAISE

1870-1900

M a l g r é toutes les sion m a l g a c h e

la

difficultés

mauvaise

l i o v a , les p e r p é t u e l l e s

que suscitaieut

foi incessante

tentatives

du

d'intrusion

à uotrc expangouvernement

d'une

•"'Vale, e t p a r f o i s m ê m e e n F r a n c e les e x c è s d e

puissance

l'esprit d o c t r i -

"laire e t f o r m a l i s t e s e c o m p l a i s a n t d a n s l e s é l é g a n t e s a m b i g u i t*îs d e p r o t e c t o r a t , t^i^i

le succès

ne pouvait faire doute. D a i i s

final

î h ; p l u s g r a n d e q u e l a F r a n c e , i l est v r a i ,

mais habitée par

p e u n o m b r e u . s e e l é p a r s e , l a lutte

t'ie p o p u l a t i o n

se

poursui-

^'^it c o m m e e n c h a m p c l o s , contre u n a d v e r s a i r e d o n t l e p a y s Pi'opre é t a i t l o i n

des

côtes, mal

relié aux

ports, c'est-à-dire

peu l'aviirisé p o u r le r a v i t a i l l e m e n t en a r m e s et en m u n i t i o n s . Si 'lous a v i o n s osé plus tôt n o u s a u r i o n s vaincu plus tôt et a c h e t é ''^oins ^^gc

chèrement

irréparable

la victoire ; mais il n'y avait point un d o m dans

nos

erreurs de

longanimité,

•'fions a s s u r é s d ' a r r ô l e r les p r é p a r a t i f s d e l ' a d v e r s a i r e ^finl

qu'il

nous

{ilairait de

et nous au

mo-

choisir.

I n d o - C h i n e l ' o n i v r e d ' e x p a n s i o n fut a u t r e m e n t difficile e t <''Ouq)|exe. I l f a l l u t c o m p t e r a v e c u n e p o p u l a t i o n

9ssez à des

n o m b r e u s e et

h o m o g è n e , a p p a r e n t é e d ' a i l l e u r s p a r l a r a c e et l e s m œ u r s voisins

mal disposés contre

'^"Ires: e n l i n l e c o n t a c t

des

peuples

nous, C h i n o i s , Siamois ct de

la p é n i n s u l e

avec un


808

QUATRIÈME PARTIE

n i i j i i r r d c p l i i s i c i i i s c i ' i i la i i i r s de, in i l i i o n s d ' l i a h i l a i i l s , s u r d('!c i i i i l i n s (|iii' lie n i a p ' i i r (|iii esl,

une

si'pare:

si''|iaiai a i i i a i n i '

iiiinnieail

péninsule l'inde

giganlesipies

mis

comme

grande

ini in I a g u e s ,

péril

d'i-xiiaiisioii.

l'Inde,

u n e dillei'ciiia', c a p i l a l e

pnilé'gi'a' a i i

esl

i n o i i l a e ' i i e , esL le

essais

nord

snil,

par

età

Si

l'inii'sl

i'Indo-CIiine

soil

l ' i i i l e r p o s i l.ii i n

de

par

Ics do

ri'giouS

l i : 'al i u r reme n i p e i i p h ' e s , t a n d i s i p i e 1'I m ! o - ( d i i n e fra m a l i s e s ' o u \ re

(In

a i s i ' i i i e n l aii.N

r e s l e ile l a

iiiriirsiiiiis des

est e i i r e r e l i ' a ' d ' u n

rempart,

naturels d'iinasioii aux r i c l i e s I^a

ile

riiido-f diiiie,

iiieiiaiit

délias el a i i \

prise

Nuisins

d u lani11neut m i mèuic

p i ' a i i i i s i i l e p a r d c lune i i e s e t r i c l i e s

des c o i i l i n s

grands

\nlli'a's.

i/liido

s i l l n i i iii'e d e eliemiilf' de

la

masse asiatique

p o r i s d e l a lisière n i a i i l i i u i ' .

si pTaiilile ( p i ' c l l e a i l l ' I i ' , i i ' a doii'^

piissi'ssniii,

p a s (''II' l . l S u h l I II ni i l i ' ' l l i i i l , i \ (' d I I p n i l i l è i i i e d e ( a i l o i i i s a l i o i i i i i d O ' cliiiniise.

Le g i ni \ e r i i e i n e i i I de

inilre

I i i d o - ( 111 i n e e l

s o n dévC-

li i p | i e i i i c i i l i ' ' c i i i i i i i i n i | i i c e x i g i a i l d e s la im I i I li ms de d i p l o m a t i c <i I'l'-garil d e s d l i a Ili le I

MIISIIIS, de

rari''

i l e ses

l e i i v r e de c o l o n i s a l i m i ipic chose I

s u r\e.j I l a l i c e d e s l ' i i i i i l i è r e s l e r r c s t r c s ,

de

d'iiiliiiiiiieiil

1 i i i l n - ( üiiiie

de

Miies

mi ni ii i i ica I ii

la

l ' A s i e peu

( a m i p l e x e . II

elle-mé'iiie,

mais

a\er

in

, i p i i l'i m i d e c e t t e

i n s u l a i r e el,

le

v

l'ani

Inipieale

Irasailler

perpi'liiel

ipn'IpnU''

s o u c i d e s alhii-

res ipii s e I r a i l e i i l e i i ( l l i i i i e , a i i S i a i i i , e i i H i r m a n i e l u - i l a i i i i i ' l ' J " et môme d a n s l ' a i v l i i p e l m a l a i s . Là e s l l e i n i ' r i l e d e s a r l i s a i ' S d e iioire

e \ | ) a i i s i ( m i i i d o - c l i i i n i i s e ; là e s l l a c a u s e d e s débats

|iassioiin(''s a i i N i p i e l s elle a

(binili'

rnp|)i)sit i i m s \ s l i ' a i i a I i i p i e C I m i r e

l i e u d a n s l a iiii-l r i i | i i i l e ; e t

b e n i re|)iise

ipie

la

l i ' a i a c i t C il*^

.Ildes l''err\ i i i e i i a a b i e n a l a ' s s i ' , c ' e s l i p i e n o i r e p i i l i l ¡ i p i e i u d O ' c h i n o i s e a lenii i i m i p t e , e l

I'dil

¡iislemeiil, d e c e i p i ' l l y a v a i t

d e \ ral d a n s l e s c n i i s e i l s d e s a d \ e r s a i r e s c o m m e d a n s l e s c i u ' u U ' rageineiits

des p a r t i s a n s .


FORMATION

DE

L'INDO-CHINE

FRANÇAISE

809

I EXPÉDITION DE FRANCIS GARNIER ET TRAITÉ DE 1874.

Au Icudcluaiu ''^'iitresse •fission

de du

^firnier,

l a g u e r r e r r a n c o - a l l e i n a i i d e , l a F r a n c e élait

la Cocldntduuc; et protectrice du M é - K o u g , achevée

a v a i t prouvé

que,

sous

Cambodge. La

d i r e c t i o n <I(^

Francis

l'état a c l u c ! d u

m a h u i c l de

'^^vigaiiou Iluviale, notre C o c h i n c h i n e n e p o u v a i t

atlendre du

8''aii(i l l c i n c d o n t e l l e douvi'if um;

dans

la

possédait les

embouchures,

le

bienfait

v o i e d e c o m m e r c e sûre e t régulière A'ers l a f ' h i n e . .

^ ' ^ y ^ C a r ' i u c r a v a i t laissé e n t r e v o i r l a v a l e u r des débouchés d û p a y s p i ' u p h ' , o ù l e c o m m e r c e d e b a t e l l e r i e était d é j à f o r l '''^^'elopp,'.

( j i M i i i(" c l i m a t est b e a u c o u p p l u s s a l u b r e q u e c e l u i

^•^ ' n C o i l i i n c l i i n c . C e t t e ^''lâchaiI

grande

uni'

dernière considération, à ' l a q u e l l e o n

i i n p o r l a n c e d a n s l e m o i u l c d e s éludes

' ^ ^ f i t i i u e s , e i i g a g c a i l les ('S[)rits à s o u h a i t e r r e . x t e u s i o u (h^ n o It^c I n d o - C l i i m - \ e i s l e n o r d ; l a mortalité d e n o s t r o u p e s d ' i n ' " c i ' i e (II'

marine à

Saigon

c l d a n s l e s g a r n i s o n s d e l'intérieur

' ' ' • ^ ' l i d o r s 1res ( n i j s i i h ' r a l d e , faute d e b o n n e s i n s t a l l a t i o n s . N e ^ ^ l a i t - i l pas mieii.x s e I r a i i s p o r t e i - \ e r s u n p a y s q u e les n n s s i o u ^•''res (;t ( - o i i i i i i n i - c a n i s I V a n r a i s v a i i l a i e n t b e a u c o u p , dès

C(;lte

"^''"'l'ie, podi' Taxanlage d e s o n h i v ( ! r relativement s e c et f r o i d ? ' ^ • ' l ' i i i i ,.,.s n i n i i i i i e r s de la lu'iMuièri' lieui'e de n o i r e c o l o n i s a "

'<'ukimiise

"l'"''^"

('lait un

.Ayant e u

n<''gociant h a b i l e

cl. ( ' i n u g i q u e ,

Jean

l'occasion de nouer des relations, p o u r l a

d a r m e s et d ' o b j e t s d ' é q u i p e m e n t a v e c les '^Tes d e l a province d u Y u n - n a n , i l

autorités m i -

a v a i t étudié l a n a v i g a -

d u S o n g - K o ï , s o u v e n t remonté p a r ses j o n q u e s , e t s'était, ^'

' " ' s , n'-sidu à f o n d e r , à I lauoï, u n établissement d e q u ( d q u e C'était

le

c o n t n ' d e expérimental

des i n d u c t i o n s

dcGar-


810

QUATRIÈME PARTIE

i i i i T s u r l(! rùle d u T o i i k i u : c'était a u s s i l a révélation d c l a r i - i ( l i e s s e luiiiière d u

V u i i - n a i i , n o u v e l a t t r a i t , et n o u v e l l e r a i s o n j

| i o u r les Français d e s'iiilé-resser a u x p r o v i n c e s s e p t e n t r i o n a l e s ^ d e l ' i u n p i r e d ' A u n a i n . O i x n p a t i o u d ' u n p a y s p l u s s a l u h r e , d'un " déhouclié e t d ' u n e

dirccès d e l ' e m p i r e c l i i i i o i s , d ' u n lleuve ^

p l u s m a i i i a h l e (jm- le I M i ' - K ' o i i g , tels se |irésentaient a u x esprits-3 les avanlag(>s d ' u n e e n t i e j u i s e conseillée p a r J e a n D u p u i s e l q i ' ^ ^ l ' a m i r a l Dupré «espérait m e n e r à b o n n e f i n , grâce à l'expérience i pa rl i( i i l i è r e de

F r a n c i s (îarnier.

L'empereur Tu-Duc

l ' e i g n a i l d ' e l l e l'a\i)ial)le à la m i s s i o n

était on J

d o n t le caractère [lacifi' ^

ipie el c n i u i i i e i c i a l fui n e l l e i i i e i i l proclamé.

'|

< )ii s a i l r i i o s l i l i l i ' d e N g i i y e u - T r i - I ' l i i i o i i g , l a d i ' c l a i a l i o n p ^ ' ' : t i a r n i e r d e l ' o i n c r l i i r e d u l l i u n c K o i i g e a u x r n n i r e s d e l'"rauce \ e t d ' E s p a g n e , l a p r i s e d e l l a n o ' i p a r u n e poigiiéiwle Fram.-ais, le massacre de ( i a r i i i e r dans u n e (uiilniscade

i

t e n d u e juir le^

(( P a v i l l o n s noirs » c l i i m i i s , complices d e s m a n d a r i n s a n n a - i m i t e s , (^e d r a n i a l i i p i e i n c i d e n t eut e n F r a n c e u n é c h o d o u l o U ' ; r e u x ; f i a r i i i e r ('lait d i ' j à

p o p u l a i r e |tour s a b e l l e m i s s i o n

M é - K o n g , j i o u r s a v a i l l a n c e p e n d a n i la g i i e i ' r e f r a n c o - a l l e m a i i d ^ '

\ I

M a i s l ' o p i n i o n p u b l i ( ] u e élail e n c o r e m a l t ' c l a i i i ' c s u r les a v a " ' ] tages v r a i s d ' u n e o c c u p a t i o n

(pie l ' o n

du T o n k i n

distingua'' |

m a l d e l a ( a j c h i i n l i i n e d o n t l'insalubrité élait c o n n u e e t inômC e x a g é r é e . L e minislère d e

liroglie,

d o n t l e c h e f élail p e r s o » ' \

n e l l e i n e n l e l d o g m a I i i p i e i i i e i i l h o s t i l e a u x ( I M l v r e s d'iîXliansiol c o l n i i i a l e , el

ipie

le s i M i c i

d ' u n e guerre

( M i r o p i ' - e n u e toujour* i

i m i i i i i i e i i l e ( ' i i i i i i ' e l i a i l de dé'Ioii n i e r d il I e i r l l o i re i i n - l r o p o l i t ^ l " ; • < fit ' une jiorliiui

noialile

de

notre a i n u ' e

à peine

réorganisée,

t o u t p o u r étoull'er l ' a l l ' a i r e (ît o b t e n i r u n règlement a m i a b l e . r è g l e m e n t fut le traité d u \\\ m a r s

I H 7 4 ,

d i t trailé IMiilastr^'

d u n o m d e r i n s [ ) e c t e u r d<!S a l l ' a i r e s indigènes i p i i

(uit l a tach^

j \

j i

d é s a g r ( ' a i l l e e l o f f i c i e l l e m e n t i m p o s i ' ï e d e rétablir l a p a i x à l o " ' ' p r i x , m a i s i p i ' o n l u i a s o u v e n t r e n d u r e s p o n s a b l e s a n s aiic»"^

,

preuve de sou i i i i t i a l i \ c .

j


FORMATION DE L'INDO-CHINE F R A N Ç A I S E

811

C e traité c o m p r e n d e n réalité d e u x c o n v e n t i o n s d i s t i n c t e s , 1 «ne p o l i t i q u e revêtue d e l a s i g n a t u r e d e l ' a m i r a l D u p r é , l ' a u t r e c o i n i n e r c i a l e q u e s i g n a , q u a t r e m o i s après, l ' a m i r a l K r a n t z . L a c o n v e n t i o n p o l i t i q u e a v a i t p o u r p r i n c i p e évident l a s t r i c t e l i m i tation

territoriale

*chine, ce

qui,

de

nos

anciens

espérait-on,

établissements d e C o c h i n -

calmerait

les susceptibilités de

J'empire d ' A n n a i n , p u i s l ' i n s t i t u t i o n d ' u n e s o r t e d e p r o t e c t o r a t qui ferait d e c e même e m p i r e l ' i n s t r u m e n t d e n o t r e p o l i t i q u e envers l a G l i i n e d o n t o n v o u l a i t c a p t e r l e c o n u n e r c e |)ar l e s u d . a, d a n s l ' a r t i c l e lî,

consacré à la fixation des frontières de

ttoire c o l o n i e , u n e c l a u s e a u m o i n s faite p o u r s u r p r e n d r e , c'est •celle q u i m e n t i o n n e l e r o y a u m e d e C a m b o d g e c o m m e étal l i m i '••oplie a u

même t i t r e

souverain

que le r o y a u n u !

d'Annam,

^»ns a u c u n e a l l u s i o n à n o t r e privilège de p r o t e c t o r a t . E t a i t - c e pour m o n t r e r *lue l e

p a r prétention

Cambodge

et dans

q u e l ' A n n a m était a u s s i protégé l a môme c o n d i t i o n d e dépendance,

p o u r c a c h e r à T u - D u c l a portée

rigoureuse de l'acte q u ' i l

^ ' g n a i t ? L e s d e u x hypothèses s o n t a c c e p t a b l e s e n t r e b e a u c o u p •Itte s u s c i t e la l e c t u r e de ce traité p e u s i g n i f i c a t i f et peut-être obscur à d e s s e i n .

La promesse

d e protéger l ' e m p i r e d ' A n n a m

celle d e l u i d o n n e r les m o y e n s matériels d e s e défendre '"'pliciuaient

point

rigoureusement le

«protectorat».

Il y

^ ^ ^ ' l « p a i x , amitié e t a l l i a n c e » , « per|>éluelles » , b i e n e n t e n d u . l'Vance r e c o n n a i s s a i t l ' A n n a m ^^l'tlc p u i s s a n c e

étrangère »

« iiulépendaiit vis-à-vis de

s a n s spécifier q u ' i l filt dépendant

^''elle-même : les s e u l s t e r m e s q u i r e s s e m b l e n t à u n e s t i p u l a t i o n ''•^

ce g e n r e , « En r e c o n n a i s s a n c e de cette p r o t e c t i o n », s o n t

j^^cliûssés d a n s u n a r t i c l e ( a r t . 3 )

oii le r o i d ' A n n a m s'engage

^'*C'i « à c o n f o r m e r sa p o l i t i q u e extérieure à celle de la F r a n c e », •^^'s déclare « ne r i e n c h a n g e r à ses

relations diplomatiques

^•cUielIcs » , m o t s q u i p e u v e n t être interprétés e n f a v e u r d ' u n e ^ " ' i l - i i i u a t i o n des r a p p o r t s d e vassalité avec l a C h i n e , ^ i c e v a g u e p r o t e c t o r a t , q u ' o n p o u v a i t reconnaître o u n i e r à


812

QUATRIÈME PARTIE

volonté e n

connnciiliuU les

dessein d'éviter riaie,

à

hi

c h a r g e <le l ' o c c u p a l i o n

lu

d l a n l a \ ( i i i e i ' ( | i r i l l u i (''Nilait d u m o i i i s , a v e c

presque s i d i i s a i i l e , iragemenl aux

mêmes t e r m e s , était c o n c l u d a n s le

IMIHUI-

("est-il

h's

d i l

a\aiilages

dans

Iraili's d e coinmerce.

d e ne

l ' a i r e a\(a-, a i n a i i i e

l'l'ama'.

« un

»

Le

c a r « c e t en-

| ) ( d i l i ( i u e m ' s ' é t e n d pa*

roi d'Annam

(Hrangère,

promellait

bien

sans avertir

I r a i l i ' i b ' r i u m i l e r e i ' e n d é s a c c o r d » a v ( ! C l e traile

(''UKMiN'nir l e s lie

:i)

piiissaïu-.e

r i a n c i i - a n i i a m i l e , clause b i / a r r e

sance

('luunu'rciaiix :

rarlicle

(eri'ilo-

u n e netteté

el

q u i

ne

dut

pas grandeiiieiit

r n i i c i i I r e i i l s é'I r a n g e r s q u a n d i l s p r i r e n t ( ' o n i i a i S -

la (DinetiliMu

.'il

CDiuiiierciale d u

spi'cialemeiiI

iio'^'

•1H7I. ( i e l l e s e e i i m l e c i l u \ e n I i o n dilbère d e c e l l e - c i n e n u i t s (•om'(''dail n e i i e u <pie l a

première en

C(!

p i è c e a n n e x e m i i i s r e l i i s e I m i l s a n s a m b i g i i i l i ' , \ i i ipl'elle

accorde a i i l a i i l a u

la

l e im e s c.ilégoriipies, l a i i d l S

(•(iiiiiiicrci'

à l o u l e a i i l r e p u i s s a n c e é'I r a i i g è r e . ( l e n ' e s t p a * fraiiçais, m a i s

c a u c o m m e r r e ('ti'tiiigef s a n s i b * '

l i i i c l i n i i l i e | i a \ i l l i m o u d e n a I i i m a l i I (• » q u e l e r o i d ' . A l l ' i a " ' iiiiNie

ses p o i l s ;

a i i r a i e n l l'ail

et

e n

u n s

l'.liiiie

iK'gocia I eu rs

d i x a n s

ont

si i pu b' là c o m u H . ' i ' ^

aitpai'a\atti.

II e n

\ a d e inêll'*

d u t r a n s i t d e s l i i K ' à l a p r o \ i u c ( ; d u ^ ' i i i i - i i a i i o u e u pi-ovena»'"

S i g n a b u i s l o u l e r o i s u n e l i a b i l e l i ' p o l i t i q u e iiir'b''e à c e l t e ,çé"'^', tosili'

commerciale

eu s e saeriliaiil : le

(|iie ( i a r i i i e r n e

p a \ i l b m s l'I t a u n e r s

|MMi\'ait-eile être que

eetle

p n \ i b ' g K ' c (\(:

» ; encore

l;i l ' i t s e

r e l o u r i K ' e coiitre

uieiilnm l a

pri''\oyait

c e r l a i i i e m e n t p"*^

» p a v i l l o n (diinoi.s » est assimilé au.v «

spi''iiale ( d i m e

en

indirecte

nous

primsail iiialière

si

di;

l'im

faisait

auU'*^*

cltUiS"

observe''

i a

condii'"''

Une

deriii^''*

pn'cisi'im'ii t poliliipie.

cette

« a n n e x e » déclarait l a v i l l e d e l l i i i i o i ' o i i v e r l e a u « conim*"'*'^ étninger |iaiei'aieiit

»,

et

spécifiait i p i e « les commerçiints européen^

l'impi'il

La lecture

fonciiîr.

d e cet e n s e m b l e d e traités a u x f o r m e s soleniieH^^

e t ( d i s c u r e s r a p p e l l e à b i e n d e s égards les a c t e s diploniatiq'^'^^


FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE

tout

en

1868,

nous

un

passé

de

évincèrent

privilèges

de

81

Madagascar

précis.

en

C'est encore

supprimant un

traité de

commerce c o n c l u d a n s l ' i n t é r ê t de l ' E u r o p e et non de la

France ;

pourtant

l'époque

n'était

pas

encore

bien

éloigm'-e

nous

avions fait u n e d é c i s i v e e . \ p é r i e n c e d e l a s o l i d a r i t é e u r o p é e n n e . E t l'on

s'étonnera,

étranger au

particulier dans Du

dix ans après,

détriment

moins,

du

progrès du commerce propres colonies,

en

l'Indo-Cliine !

l'initiative

décourager :

des

n ô t r e dans nos

des

particuliers

ne

se

laissait

nos intérêts c o m m e r c i a u x s'accroissaient

point

au T o n -

'^ùijen dépit de l'insécurité du pays et du manque de protection la

métropole.

6« organisant très

Pourtant le gouvernement

des

missions

géographiques

fructueuse, n o t a m m e n t celles d e

MM.

préparait dont

Gouin

l'avenir

l'œuvre et de

fut

Kerga-

f a d e c . P e u à p e u , p a r l a p r e s s e , p a r les c o n f é r e n c e s des s o c i é t é s géographie, jusque-là

on c o m m e n ç a i t à connaître en

mystérieux

du

France ce pays

T o n k i n que la mort h é r o ï q u e de G a r -

avait s i g n a l é à l'attention de ses c o m p a l r i o t e s ; et ce p a y s arrosé du s a n g de nos soldats éveillait graduellement la c u r i o s i t é ^ y ' u p a i l i i q u e q u i est u n e d e s f o r m e s d u culte d e s m o r t s g l o r i e u s e s •^1 l o i n t a i n e s . „,

,

^ _

....

.

^ .... .!

.

...

II L'EXPÉDITION

Iraité

DU

TONKIN

franco-annamite

ET

dc

LE

1874

"^tre e x p a n s i o n i n d o - c h i n o i s e , c e q u e >^3che

de

1885

|''^'iieiil l i o v a ,

dans

une

«

le

c o u r s de

TRAITÉ

DE

fut,

dans

fut le

1885

l'histoire

traité

de

franco-mal-

nos querelles avec

p a i x boiteuse ct m a l assise » , u n e

le g o u v e r «trêve»,

l'"ansition vers un conflit d é f i n i t i f . Il p o r t a p r o m p t e m e n t ses '"ts d e d i s c o r d e .

T r o i s ans après sa

conclusion,

le roi d ' A n -


814

QUATRIÉME PARTIE

|)r()(('(lait à l ' e n v o i d e s o n t r i b u t d e su/eraiuelé à l ' e m i i e -

niitii

idiiiK! :

rciir

(;t,

s o u s p r é t e x t e de r e m é d i e r a u x m a u x de la

l i i r a t c r i e (|iu désolait l e T o n k i n , i l f i t à l a fois a p p e l à l a F r a n c e en vertu

tl'une

suzeraine de

clause du

traité,

et à la

Chine,

soit

comme

r A n n a m , s o i t c o m m e r e s p o n s a b l e des brigandages

des « P a v i l l o n s N o i r s » ; e t l a C h i n e , p o u r n e p o i n t d e m e u r e r en r e s t e de subtilité, c h a s s a b i e n ses « irrég-ulicrs » du Tonkin» mais

les

remplaça

par

des

réguliers

qui

tinrent

garnison-

F a i t i u , <'n I 8 H 0 , u n e s e c o n d e m i s s i o n a n n a m i t e a l l a , o s t e n s i b l e ' cette f o i s , p o r t e r a P é k i n le t r i b u t t r i e n n a l et r i i o i n m a i ; c

uKuit

traditionnel. Le g o u v e r i H ' i n e u l

français,

a v e r t i a v e c u n e précision parfaite

|»ar M . Pateuéidc, chargé d ' a f f a i r e s e n C h i n e , c o n n a i s s a i t j u S ' (hHail des lettres de T u - D u c à l ' e m p e r e u r , lettres

(pi'au liMiis

insérées d a n s

l a « G a z e t t e de P é k i n » .

d'au"

L a s i t u a t i o n de

m i t i - e représentant était d ' a u t a n t p l u s g ê n a n t e q u e l e g o u v e r n e i n e n l c h i n o i s n ' a v a i t p o i n t protesté c o n t r e l e Iraité d e dont

commiiiMcalioii

d i p l o m a t e s impi'îriaux [ l o i n a i e n l , nulle,

prétendre

coiiiinenlaires

CXÎÎCS

nombreu.\'.

En

revanche,

de

siibtilid; app*'

et avait

besoin de

lorsque

le marqu'*

l ' a r t des a b s e n c e s o p p o r t u n e s ct de*

dans

lacunes d ' i i i s l n i c t i i u i s », a p p r i t notre intention d eu'

habiles» \isager « anieiM's

sans

q u e l e texte élait o b s c u r

T s e n g , [lassi; uiaîlic

i^l^

l u i a v a i t ('•U'. d o n n é e . I l est v r a i q u e le*

l'i-sciitiialili'

à

des

o|)(''ialioiis

e n l reprend r e a u

ipie

T o i i k m )),

il

nous pourrions allccta une stupC^'''

l i o n ( p u d i ' p a s s a i t t r o | ) i i i a i i i l ' ( ' s l e n i ( ; n l , l a m e s u n ; des douteS diplomalii|ues. (](' f u t p o u r l u i

u n e s i n q i l e e i i l n ' e e n matière destinée *'

r e n d r e p l u s (-(nirloises l e s d e i i i a n d e s d ' e x p l i c a t i o n s a u x q " c " e ' ' i l e u v i i i l l . i e i i l i M . .M. H a i l l i i d e i i i y S a i n l - l I i l a i l e n ' q d i i p i a d ' a b o r d a\(a' kiii

nue

('lail

nelleli'

une

piii'emeill

dépendance

de

( b d c i i s u c e l laïueiliaiite i p i C le T o »

rAiiiiam...

el

ipie

les

iulérèt*'

e i i r o p i i i a i s e n A n n a m élai(;nl s o u s l a j i r o t c c l i o i i d e l a F r a i i C C ' "


FORMATION DE C'était tirer le l'ien f a i r e i p i i

meilleur parti ressemblât à

L'ambassadeur pourparlers

L'INDO-CHINE

en

chinois

déclarant

possible du

nous en

P'omesse

souligner

traité de

1874

une provocation ( d é c e m b r e commit

la

faute

bientôt

que

son

r e c o n n a i s s a i t p a s le' I r a i t é d e pour

815

FRANÇAISE

la

de

sans 1880).

b r u s q u e r les

gouvernement ne

1874, ce q u i é t a i t h e u r e u s e m e n t

portée,

et qu'il voulait obtenir la

formelle de la France de ne point c o n q u é r i r le T o n -

'"^i". U n e l e t t r e m e r v e i l l e u s e m e n t n e t t e e t f i è r e

( l " j a n v i e r 1882)

d e G a m i x q t a repous.sa les p r é t e n t i o n s chinoi.ses, e n

réduisant

^ sa justi! v a l e u r « l ' i n t é r ê t historitpie » des r e l a t i o n s de v a s s a lité d e r A n n a m

avac l'empire de

d e faire a u T o n k i n

une

C h i n e . R i v i è r e reçut l'ordre

véritable opération

Presse r e c o m m a n d a t i o n

d'éviter

d e p o l i c e , e t l'ex-

tout conflit avec

les

troupes

''éguliènîs c h i n o i s e s : il devait a g i r « p o l i t i q u e m e n t , p a c i f i q u e "lenl,

administrativement

dont l'elfet n ' é t a i t q u e

» . E n l u i a d r e s s a n t ces

trop facile à

mesurer,

M.

instructions Le

M y r e de

Vilers,

g o u v e r n e u r de la C o c h i n c h i n e , avait soin de s o u s - e n -

^eiidre,

avec b e a u c o u p de délicatesse, le cas de complications

Mue

s a p r o p r e e x p é r i e n c e l u i faisait p r é v o i r (1).

La mort

de Rivière,

avaient

déterminé

survenant celle

d a n s les m ê m e s c o n d i t i o u s

de Garnier,

et presque au m ê m e

•^idroil, r é v o l t a l'opinion f r a n ç a i s e contre la d u p l i c i t é chinoise ^'•^"t

l'insidieuse conduite d u

'^'^"PÇon

fondé.

<^'liambre d e s

marquis Tseng donnait

L e s débats qui « m e n t députés et

doctrine d'une action

au

Sénat,

lieu,

d é j à le

en judlet 1883, à

[ i r o u v è r c n t combien la

é n e r g i q u e a v a i l fait d e p r o g r è s . M . C h a l -

'etnel-Lacour avait m o n t r é les d a n g e r s d c l ' i r r é s o l u t i o n e t o p l'^^sfiit à l a ^'•^'téde

poliliipie 1874,

celle

de des

M.

de B r o g l i e ,

situations

défenseur

habile du

nettes et d e s s t i p u l a t i o n s

P'éciscs.

Le

gouvernemenl,

''f :

cxcs,

|).

sn;!.

conformant

d'ailleurs

sa conduile

aux


816

QUATRIÈME PARTIE

| u i n ( i | ) c . s (l(-s(iiinais d é f i n i s

de ce Lraité, d é c l a r a i t s o n dessein

d e s e (•oiil('nt(;r d ' u n s o l i d e

étahlissernent

« d a n s le d e l t a » du

lleuv(! R o u g e , e t , l a i s s a n t l a C h i n e à s e s r é c r i m i n a t i o n s , f r a p pait à H u é , manifestant p a r là s o n intenliou de ne s'en prendre q u ' à s o n p r o t é g é , I T i e [ ) - I I o a , s u c c e s s e u r de T u - D u c . L e 2Î) a o û t 1883, a p r è s la

prise des

forts de T l i u a n - a n , le

roi

d'Anuam

s i g n a i t , cette f o i s , un acte de « r e c o n n a i s s a n c i ! p l e i n e ct luitière du

protectorat

française de M.

»,

et

d ' a n n e x i o n du

Cochinchine.

Le

]3in-Thuan

H a r m a n d r é s e r v a i t h a b i l e m e n t , p o u r UIM

les q u e s t i o n s d e r é g i m e d o u a n i e r e t La

Chine

innniscer

de

avait été c a t é g o r i q u e m e n t

dans un

débat

qui

à

la colonie

commissairiî général

l'rançfiis

étudi; ultérieure,

c o n l n d e i n t é r i e u r (!)• invitiM; à

ne regardait

ne

s e poinl-

que la France et

l ' A n n a m , le protecteur et le p r o t é g é . Le marquis T s e n g répondit à cette s o m m a t i o n

en e x i g e a n t l ' é v a c u a t i o n du

T o n k i n ot"i

l ' e m p i r e c l i i i n i i s a s s u m i i r a i t !(!s chargeas d e p a c i f i c a t i o n e t d ' o u verture du lleuve R o u g e en n o t r e lieu et place (aoill 1883). Notre nunistre des affaires é t r a n g è r e s , un

projet

de

M.

Bourée

tlliine, p o u s s a l'esprit de tution

d'une

frontière lerm<!s

zone

neutre,

qui avait refusé d'approuver

b e a u c o u p Irop a v a n t a g e u x

pour

1*

conciliation j u s i j u ' à offrir la consti' d'une

sorte

d ' é l a t - l a m p o n sur 1^

sino-tonkinoise. L'ambassadeur chinois réitéra, en

moins courtois

encore,

sa demande

d'évacuation du

Tonkin. D e v a n t c e p a r t i p r i s d i ; p r o v o c a t i o n les C h a m b r e s IVançniseS v o t è r e n t les c r é d i t s n é c e s s a i r e s à l ' o c c u p a t i o n d(!s v i l l e s d u dcUti) (( n o t a m m e n t S o n t a y , .Iules l'"erry,

llong-lioa,

ministre des

affaires

d'éviter la rupture avec la C h i n e

et

Bac-Ninh

éllangères, en

» ;

H pourtant

e s s a y a encore

i i q i r é s e n t a n t au gouver-

n e i n e n l (h^ P é k i n l a p o r t é e e x a c l e d e ces m e s u r e s d e p r é c a u t i o n el eu

i \ )

faisant \ a l o i r

«:t.

,inri.-\i-s,

p.

de mulliples

raisons de

bon voisinage. ^


817

FORMATION DE L INDO-CHINE FRANÇAISE « n e lettre

comminatoire

tendre q u e

les

»

marquis

troupes chinoises du

force à la force traduction

du

»,

il

pour

donnait

éviter

m e n a c e s (2()

laissait

l'excuse de q u e l q u e «

en-

l'ambassadeur

faute de proposait

d é m a r c a t i o n entre les a n n é e s d e s

deux pays présentes au T o n k i n , aux

qui

T o n k i n opposeraient « la

un éclat :

alors d ' é t a b l i r u n e ligne d e

'•'-venait

Tseng

puis

novembre

retirait cette offre e t e n

et

5 décembre

1883).

L a séance d u 2 0 d é c e m b r e d e l à C h a m b r e des d é p u t é s d o n n a ' ' 'Iules

F e i i y l'occasion

de

r é s u m e r avec é l o q u e n c e l'histoire

la question tonkinoise et indo-chinoise •'t d e i n e t t n ; l ' é t r a n g e r ,

averti

de

la

ttiaiiifestalion de la

solidarité coloniale

•'Siècles. L e s

de l'amiral

succès

dans sa g é n é r a l i t é ,

s o r t e , en

Courbet,

'"aiidant

à

t r a v e r s les

des g é n é r a u x

l^rière de l'Isleet N é g r i e r , firent le r e s t e . Le '"l'I'id d u t u r b u l e n t m a r q u i s T s e n g ,

présence d'une

française

H

Millot,

m a i 1884, a p r è s

L i - H o n g - C h a n g et le c o m -

P'ournier signaient le t r a i t é

de T i e n - T s i n . Il stipulait

' éva(;uation du T o n k i n parles troupes chinoiseà, la reconnais•'^aiice d e s c o n v e n t i o n s f r a n c o - a n n a m i l c s p r é s e n t e s o u f u t u r e s ; '** '*'rance s ' e n g a g e a i t à

traiter

la

(diine

d « ses a n c i e n s v a s s a u x d e l ' A n n a m e t

avec

à

égard aux

yeux

respecter, à p r o t é g e r

" " i bi'soin l a fi'oulièi'e s i n o - l i m k i n o i s e . t^'i's e n g a g e n u ' u t s

fiiieul

t e n u s , en

c e (]ui c o n c e r n a i t n o s r a | ) -

l'"rls a v e c r A n n a m , d i i n s l e n o u v e ; u i t r a i t é d e H u é , d u f i juin ' ^ ^ 4 , f o r m e d é f i n i t i v e tie ''cureusement

l'(ruvr<; d e

ébauchée

par

M.

pacification qui avait été Harmand.

On

note

avec

'''"'*<ir, d a n s c e t t e c o n v e n t i o n c o m p l e x e m a i s c l a i r e , u n p r o g r è s '''' " o t r e d i p l o i u i i t i e c o m m e r c i a l e ; n o u s n e s t i p u l o n s p l u s q u ' e n "I''

l'inhuèt

fittuçiiis

'"''o-chinoise prenait ''" nt)

(L).

Ce

progrès

'''%ime d e p r o t e c l o n i l c a m b o d g i e n C f . iiiiii|.,;i.K

ai-ticle

de notre expansion

u n e v a l e u r n o u v e l l e d u fait d e l a r é v i s i o n

IS

ariMoMi'anl

Mite

qui

devenait plus c a l e -

réglcMKMUalioii ultérioure,

•-•^s i ; „ l , a , i , . s , v o l . I. (


QUATRIÈME PARTIE

818

g o r i q u e , é t e i i d a i l nos avantages de c o n t r ô l e p u b l i c et de colonisation

p r i v é e , enfin

nouvelle

de l ' A n n a m ,

chinoise

pouvait ê t r e servie

d i q u e s (17 j u i n

était mis de

1884).

en accord avec

la condition

telle s o r t e q u e n o t r e e x p a n s i o n i n d o partout par des procédés métho-

L e g u e t - a p e n s d e B a c - L é (23 j u i n ) , q u ' i l s o i t l e r é s u l t a t d ' u n malentendu,

de l'initiative

persoimelle

d'un chef

chinois,

ou

le c o m m e n c e m e n t d'une série v o u l u e d'actes destinés à rompre la

paix, remit tout en

question. Un

u l t i m a t u m fut a d r e s s é a u

g o u v e r n e m e n t c h i n o i s ; e t e n v u e d e h â t e r les ettets d e l a b o n n e v o l o n t é q u e la C h i u i ; alfectait, sans p r o c é d e r à l ' é v a c u a t i o n du T o n k i n o ù b i e n a u c o n t r a i r e elle e n v o y a i t des r e n f o r t s , l'amiral Courbet prenait des gages en sant une flotte et

un

menaçant

Formose, en

dores et enfin en é t a b l i s s a n t le b l o c u s du minées

('•taieiit

ennemies

détrui-

a r s e n a l c h i n o i s , en o c c u p a n t les Pescariz. Au

graduellement

T o n k i n , le*

refoulées

avec

de*

p i u ' t e s c o n s i d é r a b l e s . S o u s l a p r e s s i o n d e ces m e s u r e s c o c r c i tives, la C h i n e allait c é d e r ; les n é g o c i a t i o n s , .1.

conciliant, incident

allaimit

gieuse à (30

aboutir

de L a n g - S o n ,

du général

Prière

m e n é e s p a r sir

a g e n t d e s i r R o b e r t l l a r t , d a n s u n esprit

Duncaii-Campbidl,

de

quand

l'envoi l'Isle,

.se

jirodnisit

le

déplorable

h â t i f d'une d é p ê c h e la panicpu;

pessimiste

parlementaire

prodi-

l a i p i e l l e l ' e s p r i t d e p a r t i m ; fut p i ' i i l - é t r c p a s é t r a n g e r

mars

188.")].

.Iules

calmer en monliaiil

la

b'errv

|ioii\ai(,

qui

d'iiii

mot,

tovit

pai.\ p i d c b a i n e , a i m a m i e u x tomber d u

p o u v o i r , s u b i r le p r e m i e r et c i i i i d a s s a u t d e ces c a l o m n i e s dont il

ne d e v a i t

discr-i'-lion parti,

dans

triompher (pie

diploinaliipie. la'lle

II

lardi\('menl, serxil

mieux

ei reoiisl a n c e c u n i i u i '

(]iie sa

manquer

patrie

Inujours

:

quC

a soi^

e t c e scra

s u p r ê m e b o n u e u r île s a \ i e d e b e i l i ' e l i l ' a b n i ' g a l i o n . L a p'""^ iiiiéie e o i a e i i l i o u que

le

pri-siileiil

luiuislei'e;

el

la

de de

parx la

ib''pèclie

lui

e u ell'el s i g m a '

1« l ' p u bl i ( p le de

sir

eùl

l'oilierl

le 1

iu\esli llarl,

avnb nu

ipii

iioii^''^ annuH','


819

FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE l'imminence

d'un

heureux

résultat,

avait

été

lancée

le

jour

"Tième o ù J u l e s F e r r y essayait v a i n e m e n t , sans t r a h i r s o n secret sauveur,

de maintenir, au Parlement, le calme et le sang-froid

nécessaires à l'intérêt.du pays. Le t r a i t é d é f i n i t i f q u i fut s u b s t i t u é , le 9 j u i n 1883, à la c o n vention de paix ou traité

p l u t ô t au simple rappel de l'acceptation du

d e T i e n - T s i n p a r les d e u x E t a t s , fut

l'abandon

de

l'excellent

poste

procédés

de

pacification

des

avantageux,

Pescadores.

auxquels

auraient

sauf

Il r é g l a i t les

recours

troupes

françaises el troupes chinoises des d e u x côtés de la f r o n t i è r e , p r é v o y a i t une d é l i m i t a t i o n amiable sur le terrain, enfin r e c o n **aissait s a n s r é t i c e n c e l a c o n d i t i o n d u p r o t e c t o r a t f r a n ç a i s e n ^inam.

La

France el

des a v a n t a g e s d e t a r i f s

la Chine se concédaient mutuellement douaniers,

de protection c o n s u l a i r e et

"lires, pour leurs n é g o c i a n t s . L a p r e u v e d e l a b o n n e foi e t m ê m e d e l a b o n n e '^os

anciens

adversaires

a é t é faite,

à

v o l o n t é de

l ' o c c a s i o n de l'attentat

'*""amite d i r i g é en juillet 1885 contre le g é n é r a l de C o u r c y à " " é , attentat qui '""s de

n e d o n n a l i e u à a u c u n t r o u b l e c h e z les C h i -

r i n d o - C h i n e ou

des confins,

puis dans

le cours des

''''''•aies o p é r a t i o n s d ' é t a b l i s s e m e n t de la ligne f r o n t i è r e et des '"'S'ocialions

d ' a c c o r d s c o m m e i x i a u x (avril 188G

et j u i n 1887).

^^'-s a c c o r d s c o m m e r c i a u x o n t p r é p a r é l e s p o u r p a r l e r s u l t é r i e u r s ••'-'•ilifs A l ' é t u d e e t à l a c o n s t r u c t i o n d e v o i e s f e r r é e s i n t é r e s ^""t les d e u x L'o.„vre ''"''"e

fut

[lays.

purennuit française heun-usement

menée

de

la

pacification

p a r les

de

l'indo-

gouverneurs

qui

s'y

J'iccédèrcut j u s q u ' e n 1897, date d u r é t a b l i s s e m e n t d é f i n i t i f d e ^'•"dre, e t , , u i , m a l g r é d e s d i v e r g e n c e s Pl'caiious, ^.'"'•'i

l'IiKhi-Chi

oiiiiiie A

' ^ " ' " ' ' ' i i t à s i a a m d c r \'r\]'nr\ '''^''^

:

de principes

ou d'ap-

n u i d i r c u t tous d ' é u i i n e n t s services à notre c o l o n i e .

les g é n e i a i i x

.le

M a d a g a s c a r , les officiers s ' i n g é -

parillipir N/'griei',

et c i v i l i s a l e u i ' d e .lamoiit,

N'.iyn.n,

n o s

agents

llrissand.


QUATRIÈME PARTIE

820 les c o l o n e l s h'rey, <le

p u r g e r le

u o i n b n u i s e s b a n d e s d e p i l l a r d s q u e les

D e l t a diïs

.troupes chinoi.ses, derrière

elles,

l * e M i i e ( | n i n e u r e n t p a r t à l'Iionneur

l'crnol,

régulières ou

de

•188.')

à

i r r é g u l i è r e s , a v a i e n t laissées

1892;

les

dernières

police, mêlées de n é g o c i a t i o n s délicates,

campagnes

mirent en

de

r e l i e f les

lalents des colonels G a l l i e n i , S e r v i è n ; et V a l i è r e . Il

fallut

ce succès de

pacification

graduelle obtenu

p a r des

m o y e n s m é t h o d i q u e s p o u r r a m e n e r v e r s n o t r e e x p a n s i o n indor h i u o i s e l a l ' a v e u r dc. l ' o p i n i o n p u b l i q u e , lit' 1 8 8 ; ; c l mesure, pit''sid(m( de

t r o u b l é e p a r la panique

i-gar(''c s o u v e n t e n s u i t e p a r d e s

paid'ois du

même s a n s

l e vote

la

p i ' o n o n c e r ces g r a v e s p a r o l e s

: «

l ' A l g é r i e à la

monarchie

a

donné

bli(pie a ( h ' s e r l é l ' I n d o - C h i n e . » à

e m ( i l o y e r d a n s un

sens

M.

avait été

dire :

la

ne

1885,

Brisson,

Chambre,

précaire d'un crédit, Il

d é c l a m a t i o n s sans

En

p o u r o b t e n i r de

Conseil,

majorin'-,

scrupules.

à 4 VoiX obligé de

f a u t p a s i p i ' o n puisse E r a i i c e , la

Rép"'

O u i d o n c p e n s a , d i x a n s après»

injurieux

a p p l i q u é à J u l e s F e r r y avec une

le

nom

de

«

Tonkinois "

pareille intention? Si

l'œuvre

«le p a c i f i c a t i o n a v a i t f a i t d e r a p i d e s p r o g r è s , o n d o i t d i r e a " * * ' que l'cqiinion formée,

publiqiK! française;

s'était prom[)teinent

m i l rie e '

et que p a r t i s a n s ou a d v e r s a i r e s J a d i s a c h a r n é s de

[>oIili(pie c o l o n i a l e t r a v a i l l è r e n t s o u v e n t e n s e m b l e p o u r l a cause q u e l e s lins a \ a i e n t a i m é e ,

l e s a u t r e s c o m b a t t u e a v e c u n e égi^'"

passion.

III AFFAIRES DU MÉ-KONG, DU SIAM ET DU LAOS

l.a plus

[•eelieiciii'du m|u'oche

lanidiiil

la

des Frama'

iii\aiime i r , \ n n a m

colonie

mai'clH''s à

la

aussi

chinois (auiniiète

sons un

riche, ipii'

du

la

mais

loiikiii,

prollaMoral

de

plus saluhre

(locliincliiue

|)lus

el

à en

la

nuS'-

I . étl'f" pM'^


821

FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE L'efForl exig-é 'a péninsule

p a r cette

expansion dans

la partie orientale de

i u d o - c h i n o i s e ris(]ua d e d é t o u r n e r n o t r e a t t e n t i o n

des r é g i o n s d e l ' i n t é r i e u r q u e b a i g n e l e M é k o n g ; e t l o n g l e m p s le proverbe i n d i g è n e , p i n s o n moins authentique, qui r e p r é s e n t e 'e

Tonkin

et la C o c h i n c h i n e

comme

deux

sacs

de

riz reliés

par u n faible b â t o n , l ' A n n a m , fut tenu p o u r u n e v é r i t é g é o g r a phique r e n d u e s o u s u n e f o r m e f a m i l i è r e e l saisissante. L ' e s p o i r d'avoir t r o u v é la v é r i t a b l e voie navigable de p é n é t r a t i o n vers ' a C h i n e , l e S o n g - K o ï t o n k i n o i s , a v a i t d é t o u r n é les e s p r i t s d u ^ l é - K o n g ; e t p o u r t a n t les p r o g r è s d e l a n a v i g a t i o n f l u v i a l e e n Cochinchine el au C a m b o d g e , progrès facilités par d e f o r t i n g é •ïieuses i n v e n t i o n s de

m a t é r i e l rapide el à faible tirant d ' e a u ,

avaient b i e n t ô t v a i n c u l e d é c o u r a g e m e n t d e l a p r e m i è r e h e u r e , '^"fiii

la

nécessité

'"entôt par ••^yaume

de

les

d'une

Siam

agissant

' '"ipulsion d'influences "aissioiis

p r o m p t e v i g i l a n c e n o u s fut prouvé-e

empiétements de

mieux

soit

plus pour

étrangères.

l'histoire

en

plus

manpu's

son compte,

soit

A mesure que nous

cambodgienne

et

du

sous con-

annamile,

nous

, P'eiiions u n e c o n s c i e n c e p l u s nette de la v a l e u r et de l ' é t e n d u e des t e r r i t o i r e s q u e l ' i n v a s i o n s i a m o i s e a v a i l d é j à c o u l é s à

nos

p r o t é g é s ; ceu.v-ci n o u s i n c i t è r e n t à u n e r e v e n d i c a t i o n d è s q u ' i l s ^'"'ent

pris

ipielque

""e';'! d e s g a g i i s d e Lès l'année

accoutumance

de

notre c o m m u n a u t é

et

n o t r e i n l é r è t p o u r l e u r vie nationah>.

188i,

une convention

signée entre la F r a n c e et

* ' r a n d e - B r e t a g n e nous garantissait le d é s i n t é r e s s e m e n t des *^°nquéranls de la B i r m a n i e à

l'égard

de n o s entrepri.ses d a n s

'"^^ « E t a t s S h a n s » e l d a n s l e b a s s i n d u M é - K o n g . L e s S i a m o i s , .'^'^ligés

de

rvuomcr

à

tout

p r o g r è s du

côté de la B i r m a n i e ,

' " ' ' ' e r c h è r e n i d e s c o n q i e n s a l i o n s à n o s d é p e n s : tidle f u t l a c a u s e ''•"eur

violation du pays

'^'^''garadec,

d ' a b o r d , e n 188(), ""^

de

Luaug-Frabang

ministre de F r a n c e

sujets f r a n ç a i s ,

à Bangkok,

en dut

1883.

M.

de

se contenter

d'une convention a s s u r é m e n t favorable

m a i s q u i , s a u f r e c o u r s a u c o n s u l , les p l a -


822

QUATRIÈME PARTIE

çait SOUS l'autorité des r o u c t i o u n a i r e s s i a m o i s , d o n c r e c o n n a i s sait

l'état

de

choses

par

cn'-r

l'invasion :

le

g-ouvernenienl

français, q u i a v a i t p r i s d e s précautions m i l i t a i r e s s u r l e s c o n f i n s d e l a R i v i è r e N o i r e c l d u Mékong-, r e f u s a n e t l a r a t i f i c a t i o n . Les

S i a m o i s , e n dépit d e l ' e s p r i t

vice-consul

à

d ' i n v a s i o n d a n s la Allopcu,

conciliant

L u a n g - P r a b a n g , continuèr-enl

Aïdao,

d i i c c t i o n de Iluong-Soï,

V i n h (|ui

de

M.

Pavic,

leur- m o u v e m e n t fut bientôt menacé-

M u o n g - H o n g furent

occupés;

(•"('•lait u n e conipièle systématique et im|)(HhMile de l ' A n n a m ^n p l e i n e p a i x , d e 1 8 8 7 à IK'.b'L A cette d a l e , n o s t r o u p e s poUSsèrenl

les a g r c s s i a i i s d c v a n i elles j u s i p T a u Mékong ; m a i s dcuX

ailes

de traîtrise; marepièrent c(;s opérations de dégagement)

l'assassinat

de

l'inspcîcteur G r o s g u r i n e t l ' e m p r i s o n n e m e n t

eapilaiiie T h o r e u x , plriiipolentiaire à un

ultimatum

vacualion

de la

à

K'hône,

Bangkok

iulressc; riv(!

au

p a r les S i a m o i s .

fui

i m i m ' d i a t e m e n t rappelé ; pu'-''

gon\eriiemeiil

gauche

du

N o t r e ministre

du

siamois

(exigea

lé'

Mékong e t des s a l i s b i c t i o n S

p o n i - les déprédations e t a s s a s s i n a t s c o m m i s . L ' a m i r a l l l u u n i n n , d o n i les caiionnières a v a i e n t déjà forcé les p a s s e s de la MénaUi) iiienaeait d'élablir l e bbx u s .

L e S i a m céda. L e traité d u ^

oet(d)re

!8!b'{

dans ia

vallée d u M i ' k o n g . N o n s e u l e m e n i

marquai!

u n p r o g r è s iha-isif i\c, n o t r e (^xpansif* la rive "•anche nouS

é l a i l p l e i n e m e n t restituée, m a i s les S i a m o i s s e v o y a i e n t i n t e r ' l r a \ a i l de b ) r l i f i c a l i o n à m o i n s de 2.") kilomèires di^

dire

Ioni

lise

droite.

Clianlaboun

nous

l'Iail

remis

e n gjige e t s C ' ' " ' '

occupé jusqu'à (-oiiiplèle e x i ' c i i l i o n d u t r a i l i ' t i i n p i e l fnl l'année

s u i v a n t e , mie

eonvenlion

Restait à nous a s s m e r , en

anuO^e'^'

coinim;rciah!.

face d e l a G r a n d e - B r e t a g n e ,

s o n n a i s maîtres.se de t o u t e la B i r m a n i e , la m ê m e fronlière d'* M é k o n g nécessaire à la l i b r i ; (îxpiinsion de n o i r e T o n k i n - '^^^ v o i s i n s demandèrenl

d'tibord

la

création

d ' u n Etat-lamp^*^

e n t r e le T m i k i i i et la B i r m a n i e : m a i s le p r o m p t (h'isaccoi'd la m i s s i o n a n g l a i s e S c o t t et d e l a m i s s i o n f r i i n e a i s e l ' a c t e

'


FORMATION

DE

L'INDO-CHINE

823

FRANÇAISE

f i n a u x essais d e d é l i m i t a l i o n (janvier 1895). L e g-ouverneinent, sans p e r d r e d e

temps, comprenant que l'intérêt majeur résidait

dans l'exacte c o n n a i s s a n c e et la prise

de possession du lleuve,

organisait coup sur

c o u p les m i s s i o n s R o b a g l i a ,

V a y , M a z e r a n et Le

Blevec qui,

Doudart de L a g r é e et Garnier autremeni

(dïicaces,

firent

Simon et Le

r e n o u a n t lal b e l l e avec

tradition de

des m o y e n s d'action bien

de l'hydrographie du

M é k o n g une

œuvre purement française. La Grande-Bretagne prétextait une c e s s i o n d u t e r r i t o i r e (h;

Kiang-Kheng

diction formelle de rétrocession, et

à

la

C h i n e , avec inter-

occupait pour son compte

M u o n g - S i n sur l a rive g a u c h e . A p r è s quelques d i s c u s s i o n s , l o r d ^alisbury proposa,

le

15

janvier

189G,

un

arrangement

qui

fut accepté par la France. me.sse f o r m e l l e , point attenter

comme

à

hi

Nous donnions, il

l'indépendance

'ettre d i i n u n i s t r e

anglais

du

royaume de

représentait

un

sanimeiit c o m m e

une

britannique ;

l'offre de c e s s i o n d e s p a y s

et

'"l>re » tagne Quoi

S i a m que

la

trop complai-

de la rive g a u c h e

reliraient

« tout

la p a u v r e t é et le climat i n s a attrait p o u r la G r a n d e - B r e -

»

qu'il

en soit

f r o n t i è r e nette e t Vastes e t r i c h e s grand

peu

a c c o m p a g n é e d'un commentaire en si-

la i n é t i i o c r e é t e n d u e ,

qui lui

(1).

la p r o -

dépendance commerciale d e l à Birmanie

d u H a u t - M é k o n g (dait S?nalant «

est v r a i ,

G r a n d e - B r e t a g n e e l l e - m ê m e , de ne

fleuve.

notre

I n d o - C h i n e a \ a i l g a g n é , avec

prêtant peu

aux contestations,

une

l'appoint des

pays c o m p r i s entre la c h a î n e annamitique e l l e

De récentes études en ont p r o u v é la valeur agri-

cole et m i n i è r e . La navigation du M é - K o n g , jadis réputée chi'"crique,

s'exercera

sans trop

de peine moyennant

quelques

••ravaux d e d é r o c l i e m e n l e t q u e l q u e s i n s t a l l a t i o n s d e t r a n s b o r dement. L e s derniers aussi

voyages de nos explorateurs

(pi'il y a v a i t d e s p a s s a g e s a i s é s de

la

ont p r o u v é

montagne

i l ) Cf. Annexes, lettre du 15 janvier 1 8 % , p. 914-913.

entre la

,


524

QUATRIÈME PARTIE

région cùtiôrc a i i i i a i i n i r c l

les s c c i i o n s i i a v i g a l i l e s d u

Moyen

|

M('l<oug'; le m e i n e héuélici; s e r a a s s i i i ( ' au ' r o n k i u donI, les rea v e c Je L a o s s o n t appelées à sc (l('\('lo|iper r a p i d e m e n t .

l.iiiDUs

j ,5

làdiii le succès de cette r e v e n d i c a t i o n a é l é , [ l o u r n o s [udlégès | de

l ' A i i i i a m et du C a m h o d g e , une raison n o u v c l l i u l e compren-

(Ire les h i e i i l ' a i l s de l e u r entrée d a n s n o t r e communauté.

i

IV

LA PÉNÉTRATION EN CHINE MÉRIDIONALE

D a n s

ciiMisc

(pielle

daccòs \

l'is

lioii

s'csi

ipii

ct'Wc.

mcsnic

avalli-gardi!

d o n i

le c o i i r s

inandH'S

Ics

à

posi'C

Doudart

d u

noi i c

de

L a g n ' - e esp<''rait

coiislilm'i;

miliions

d'iiahilanis.

iioiis

loiiclions

mais

aii

Ics

plus

jioiir

sud

d'une

n'gioiis

des

malie elle

et

elficace

aii

(eii\re

iiido-cliiiioise ;

ami

n'est

plus

penpli'cs

ce

de

de

de

de

voisin

rempire.

\ iiisiiiage,

Aiissi deinières

|iroriuidi'inenI

d'eii

rieiivrc

dc

aiiilées

en

solidalre iiiaiipier

de

HI

l'ronlières ;

II

l'ani

donc,

|)i'eiidr(;

li'il

l'in''

possib'*'

noire

dipi"'

Gliine,

iioire les

cent

lliissic,

des provincCS

iioiis ra|)proclie le p l u s

doli'-es.

iioli'C

ipiatre

de

allii-

ligue

pas

pliisi<MirS

liommesd'l'ltat un

el

longiu;

oii

liieiil'ail d e

ilcon\ieill

pays

étudiant

de

lilire

le

di\

dirceli;

u n

une

ipii

lonkinoisc,

en

evpaiision

rem[tir(;

land

des

la s o l u t i o n

nonvelle

les

mieiix

coiiinieieiale

line

(iomine

pi'iK'tralion les

vei-s

(diiiie sur

coninic

riclies

reiidre

liati\i'

la

il'liicr,

pre-

u n e voic

la p a s s i o n n a n t e (pics-

à iios

G l i i u e l'ait ci;lle

|)ai'sa

(;sl-(dle

d c la ciis(;

l'intervenlioii

e n

d'assiirer

colonie,

est

(diiiiois ? T e l l e

Mi'-K'oiig ; el

pii'ssanl

d'Iiido-Cliine,

n o i i s (Ics r o r i g i i i c

piiissaiiccs culopi'enues d('\dir

colonie

seplcnlrionali! d u Toiikiii,

cst-

evpaiiSlon

ii'-siillals

cs-

seiiliels. J.,a

[""lance ( p i i a v a i t

contriluK',

avec l'-Allemagm;

et

la

Russie»


825

FORMATION DE L'INDO-CHINE FRANÇAISE

à contenir l e s convoitises des J a p o n a i s v i c t o r i e u x et à a d o u c i r pour l a C h i n e les

sacrifices de

la paix

obtint t o u t d ' a b o r d d e l ' e m p i r e v a i n c u de la

d é l i m i t a t i o n des

Une convention

de

S i m o n o s a k i (1895),

un tracé plus avantageux

frontières du Tonkin,

e n f i n et surtout

de c o i n m e r c e g r â c e à laquelle

é t a i e n t s p é c i a l e m e n t f a v o r i s é s , tant p o u r l e

nos

nationaux

trafic m ê m e

que

pour la résidence et la protection consulaire, dansles provinces de Y u n - n a n ,

Kouang-si

et

I v o u a n g - t o n g (28 j u i n

ticle 5 d e l ' a c c o r d c o m m e r c i a l n ' é t a i t , i l

1895).

L'ar-

est v r a i , s o u s sa f o r m e

V a g u e , q u e l'annonce de négociations u l t é r i e u r e s d'une plus haute p o r t é e : « L a C i i i n e pourra s ' a d r e s s e r à d e s i n g é n i e u r s e t à d e s '"dustriels f r a n ç a i s p o u r l'exploitation des mines

: les v o i e s

'''liées/jOHcro)//être p r o l o n g é e s sur le territoire chinois, etc... » L a m ê m e a n n é e n o l i » ! ministre à P é k i n , M . G é r a r d , faisait s t i puler

que

l(!s

missiiMis c a t h o l i q u e s a u r a i e n t

sition c o l l e c t i v e d e m a i s o n s e t t e r r a i n s d a n s •^u n e s a u r a i t t r o p

louer

l'habileté

'es r é s u l t a t s c o n f i r m a i e n t torat religieux d e l a

de

la l i b e r t é

d'acqui-

l'empire

chinois;

cette n é g o c i a t i o n

dont

a v e c netteté le privilège du protec-

P'rance en

Extrême-Orient.

H é l a s ! il au-

'ait f a l i n , d a n s la s u i t e , l u i i u i x que de l'habileté pour sauver ce l^Hriinoim- dinlluence morale. beaucoup

p l u s douteux

''•''nco-anglaise du

fut l e

15 janvier

Etals européens

bénéfice

1896, aux

mettaient e n

"Gaulages obtenus p a r l ' u n et

de

la

déclaration

t e r m e s d e l a q u e l l e les

c o m m u n la jouissance des

l'autre soit a u Y u n - n a n , soit a u

''^é-Tschonen. C ' é t a i t la s u b s t i t u t i o n d ' u n « c o n d o m i n i u m » à ''echerche isolée d e c h a q u e puissance d a n s son i n t é r ê t . Cette "lanière de n é g o c i e r olfrait toutefois, à d é f a u t des concessions ' ' " " t l'échange était d ' u n e réciprocité

douteuse, l'avantage d e

' " " " t r e r ( p u i l a h'rance n'acceptait p o i n t l a 'outre elle, d e v o i r restreindre son influence

doctrine,

inventée

en Chineaux pro-

^ ' " c e s s t r i c t e m e n t l i m i t r o p h e s de l ' I n d o - C h i n e . 11 est m a n i f e s t e *1'"'' c e r t a i n e s p u i s s a n c ( ! s é t r a n g è r e s

pouvaient n o u r r i r l'espoir


QUATRIÈME PARTIE

826

de

nous d u p e r ainsi en

f e i g n a n t d e p r e n d r e l'intérêt spécial d e

n o t i i i colonie indo-(ddnoise. A u x R u s s i i s l e s steppes et prairies d n r u i r d , a u x Finançais l a c h a r g e d u V i n n i a n c l d u K O n i u i g - s i ; a u x autres et u d l a t n m c n l à

l a f i r a i H l c - B r ( ; t a g n ( ! l a vallée d u

Yang-tsé-Fviang, priigraïuuic d ' n n c simplicité c o n u i p i e (|ui nB. d'égale (pie l'exlrème a s s u r a n c e de ses a u t e u r s . A i n s i les longs e t d u r s s a c r i l i c e s d e l a R u s s i e e l d e l a l''iance a u r a i i u i t a h o u t i a l i m i t e r l e u r e x p a i i s i n i i à l a mise e n \ ; i l i a i i ' d e s |)r(i\inces c l " ' m u s e s 11 n u l i n | d i e s de l i a i f s e i i l o u i e s , imiins

gers

iiclies de

1" l ' a i t

p i re.

pour consiiliMer

11

mitre

ct c o i n | ) l t a ' S

p a r m i leS

s ' e s l t r o u vé d e s p u h l i c i s l e s l'trundure

complète

de

l'Indo-Chme

c o m m e u n e p a r t d c n u s la'm'fices d e |)oliti(|ue c h i n o i s e et, chose j i l u s c u r i e u s e ! des m u l a c r e d'intérêt

Français

p o u r se

laisser

p r e m l r e à ce Si-

p o u r mis c o l o n i e s .'

L a f r u c t u e u s e « m i s s i o n d ' e x p l o r a t i o n c o m m e r c i a l e e n (^diine » organisée [lar autres n'i'lail plus

la

tdiamhre

f l l i a m h r e s de |ioiiil

de c o m m e r c e

commerce

et

prouvait

diverses q u e telle

l'interprétation l i m i t a t i v e d e n o s i n d u s t r i e l s h'S

directement

intéressés.

KWc

('ludiait

c o l o n i e s i n d o - c h i n o i s e s e t l e s |)io\ima's k i n , mais encore négociants

de L y o n

françaises,

non

s e u l e m e n t no*

voisines de notre Ton-

et s u r t o u t hî Z t ' v T i j c h o u e u , et

l'organisation

révélait à noS

d e s marcluîs c h i n o i s d e l'admirable

r é g i o n d u V a u g - T s i ' - K i a u g que des « jingoïstes » a n g l a i s a v a i e n ' la modeste p n - l e i i l i o u d' n i''g\pliaiiiser o. Sans abandouiier

la

n a l i e r c l i e d ' a v a u l a g e s ('•tendus dans le

reste de la C h i n e , le g o n v e i u e m e n t rraiiçais s ' a t l a c h a i t à IlOUel" d'abord

d e s l i e n s étroits d'intérêt a v e c les p i o v i m a ' s voisines-

E n j u i n 1 8 9 6 était signée l a c o n v e n t i o n v a g u e i n e u t p r o m i s e p^' le t raité de l'année [ i r t i c i ' d e n i c : n u e c o m p a g n i e française (IdveS Lille)

reciivait la charge

avantageuses,

leelnanin

de de

construiré, m o y e n n a n t c o i i d i t i ' ' " | ' fer

de

a v a i l commencé rà|)i'e i o u c i i f r e m a '

Long-Tchéou.

Miiis

'lej''

des l i t a t s européens en

quête d ' a v a n t a g e s c o n i i i i e i c i a i i x e n C h i n e ; e l

six

mois

ap^e*


FORMATION DE notre

succès de

apprenait que faveur

la

au Y u n n a n (4

pas à

plaindre

se

avait obtenu m i e u x q u ' u n e

d a n s l ' i n t é r ê t d e ses

Birmanie

février

827

FRANÇAISE

L o n g - T c h é o u , notre ministre

la Grande-Bretagne

équivalente

a n n é e (juin)

L'INDO-CHINE

concession de

1897)

:

routes

de trafic de

l'intérêt

de l'accord signé d a n s le c o u r a n t

de la m ê m e

par notre ministre à P é k i n . L e s industriels

çais r e c e v a i e n t p r o m e s s e f o r m e l l e après a c h è v e m e n t gouvernement

de la

chinois

d'une autre série de

ligne de L o n g - T c h é o u , s'engageait

la

f r a n ç a i s n'eut

fran-

travaux

tandis que

à améliorer

le

les c o n d i t i o n s

d e n a v i g a b i l i t é d u haut ileuve R o u g e . Les

négociations

lemagne se fut

prirent

emparée

Arthur et Talien-Ouan.

u n e toute autre p o r t é e l o r s q u e l ' A l -

de

K i a o - T c h é o u et la

Pendant

qu'un

était d é c i d é m e n t mis en possession saires

à la construction

(1898), d ' a u l r e s

de

Russie de P o r t -

syndicat

des gages

la voie f e r r é e ' d e

franco-belge

matériels nécesPékin

à

Hankéou

stipulations, directement utiles à notre I n d o -

C h i n e , é t a i e n t a c c e p t é e s p a r le g o u v e r n e m e n l c h i n o i s (avril 1898). La

Chine

dans

s'engageait à

les

trois

«

ne c é d e r ,

provinces

ni

limitrophes

louer du

aucun

K o u a n g - s i et du Y u n n a n » ; elle n o u s c é d a i t à b a i l , ''lii' u n d é p ô t d e c h a r b o p , l'eureusement située d'entrée

el

tfavaux.

Enfin

^l'emin

d'ancrage

de

'empire

l'^ançais

fer,

la baie

face

pourront

du

Tonkin à

du

pour y éla-

de K o u a n g - T c h é o u - O u a n , si

de H a ï n a n être

el

dont

les

corrigées

la France était chargée de

chinois,

vaient ê t r e

en

territoire

Kouang-Tong,

difficultés

par

quelques

la construction d'un

Yun-nan-fou.

Nos

el s p é c i a l e m e n l nos relations

relations du

sud,

avec pou-

aussi s i n g u l i è r e m e n t facilitées par la n o m i n a t i o n d ' u n

dansles

fonctions de directeur des postes

impériales.

L ' a s s a s s i n a t d e d e u x officiers d e n o t r e m a r i n e d a n s les p a r a g e s de

Kouang-Tchéou-Ouan

'"demnités, tation d u

une

nous valut,

nouv(dle

territoire adjoint

^'anco-chinoise

pour

série au

outre

les

d'avanlages, port,

privilège

l'exploitation d e riches

réparations

el

meilleure d é l i m i d'une

mines.

société

Un nouvel»


828

QUATRIÈME PARTIE

allciilal,

r|ui cortta l a

nr-gocialion de

vie a u P .

môme

nature

Berlhollot,

: la voie

lieu à

donna

ferrée

une 1

de P a c k o ï au

Si- i

K i a n g , sera française ou franco-chinoise. T o u t e f o i s ces succès vclle

poussée de l'influpnce anglaise

vain

espoir d'associer

œuvres de

la

de

Ilnng-K'ong el .Mois

à la

civilisation.

presqu'île

ijinn

de

Tout d'abord

les

chinois(> d e n ' a l i é m u ' a u c u n de

l'Indo-idiine.

tion à

Plus

un s y n d i c a t

Canton d ' u n

et

à

trafic d e confins

celles doiil

p o u r accroître < hl

nc

qui-

les

notre

(•Irangeis

(pie

n o i s e el

ne

nous nous

seuls

( oinpie

la

pas

sur

ue

les

pour

pas

récente

Nuire voiiiii

de

pour de

la

nous

fer

lauds (a'lh>

Hong-Kong;

constitue

í

de |

l'attribu-

cette

voie,

une

s u r nos

victoire

du

q m i

;

d e p u i s quinz(i ans e n Chine

;

uiilleincnl d'en

pri-jugé

notre

avons

le

el

du

droit

et

La

j

naïf ^ q'i'' î j

(|iii

polili(|iie

consentis

Uoitge

nous,

I r a iii-a i s e

avoir une.

sacrilices

nous

indo-chinoisc.

a c c l i m a t e r (die/,

lleinc

j

de j

j

c o m b a t t r e un

à

<

beaucoup de

diplomatie

si r i e l e m e n i

lieu

d('

d u -

1

pliicc 'I'"'

|

et

faits

P'"

.Mi--l\oiig, d e tenir

ne

] j

danS

Y a i i g - T s i ' - K i a n g , a u C ( e i i r d e Tempi'"e <

gonscrueiueut reslieindre

duchiltimcnl

et

promesse";

fut

l a l i i l l e s e r r é e de

pour

reiu(ilaee

M'IIII

¡

Ilan-Kéou à i

de

noti'e expansion

avaiilage

dispense eu en

Deep

Ilaïpliong.

nqu'ler

oui

\allia- iiiaitresse d n

cliiiiois. n'a

nous

de

assurément

('N(Muumîut

indo-cliiiiolse,

nous,

occu|)oiis,

de

T'raiiee soiilieiil

trop

poliliipie

regarde

face

les a v a u l a g e s d e

saillait

llagianle

chemin

les vicissitudes d e

c o n n n e r i i a l e i p i e la

bai(is

ï

britannique j

L a n t a n q u i abritent

nous a v o n s obtimu la concession

I l o n g - K o n g sur' I l a n o ï el Telles fiirenl

du

détournera

Cel

le

territoire des provinces limitrophes j

en

tracé,

loid<inois.

excellenles

nuisible encore

anglais

Kovv-Loon

très habih;

l'île

nourri

e n C h i n e des j

l'occupation

et de

violation

UIUÎ

fut

que nous avions

nôtre pour organiser

Kow-Loon

domimuit

18!)8)

5

furent coinpimsés bientôt par une nou-

des

seiiilihi noire

l'avoir c o m p r i s

part

lioxeurs

d'action

chinois,

et

| ) i i i s q ' i |

dans

To'iivi'

í

s'est

ojip"^'''

i


FORMATION DE nolamineiit, à

L'INDO-CHINE

829

FRANÇAISE

l a l e n l a l i v c , ang-laise d ' a c c a p a r e r S l i a n g - I I a ï p a r

un débarquennnit inopiné.

V

1^'organisalion

et

la mise en valeur de notre Indo-tdiine font

honneur aux h o m m e s d'élite verner.

De

'Uer, homme

de

vues élevées

dirigé notre expansion chacun a contribué ""US consolera 'i"i o n l

ont

de

la perle

p(;rmis eidiu

'887 et du 21

vers

avril

été

chargés

de

à

de l'Inde.

nos

de

l'empire

voisin,

1891

L e s actes a d m i n i s t r a t i f s

représentants une

IViu-tueuse, qui

inslitm''«

militaire

logique;

commerce

17 octobre

l'union

indo-chi-

de travaux publics,

et

maritimes,

ont été

et les i n t é r ê t s p r o v i n c i a u x ,

jadis eu r i v a l i t é , ont pu ê t r e conciliés dans le

besogne vrai-

sont les d é c r e t s du

ont

surveillance

P'ises en vertu d ' u n plan

Aussi en dix ans

la g o u -

et de merveilleux labeur, qui a

les p r o v i n c e s

» . D é ' s o r m a i s les m e s u r e s d e p o l i c e ,

d'iiislruction,

de

gouverneur général M. D o u -

à la p r o s p é r i t é du g r a n d et riche pays qui

' l ' e i i t rn(''llio(li(|nc c l

uoise

qui

Paul Bert au dernier

indo-chinois

l'intérêt s'est-il

général. accru

du

simple au double. T a n t d e l i c h e s s e , d e force p r o d u c t i v e , d'ex | i a n s i o n c i v i l i s a t r i c e , Vont l"'i\ el

p;is

siuis un d a n g e r

grave

qu'il

faut

signaler

c o n j u r e r q u a n d i l e n est t e m p s e n c o r e .

de cfé'cr

un

Tonkin

indttstriel à o u t r a n c e

i"'os|)éiiié de la m è r c - p i i l i i e ''•'U d e l a s e c o n d e r S"cié|,'

:

c'est a u s s i

le

et c o n c u r r e n t

contrarierait danger

tout

de la

l'activité

de f o n d e r

au

là une

i n t e i i i a l i o n a l e au lieu d ' u n e société f r a n c o - a n n a m i t e , de

' ' ^ ' e r 1 1 d e s (••ttangers, i"'éeieiix

dont il

à

C'est le d a n g e r

Iransil

du

' ' l i i n e . .Insqu'ici

d é c l a r é s , ou m u n i s de

Vitu-tian

et

autres

p r ê t e - n o m s , le

provinces voisines

l e r<''ginie d e s c o n c e s s i o n s , d e s

d u comnn"r<;e, (îst

de

Irtivaux p u -

prestpie siiflisiunmeid o r g t i n i s é en vue


830

QUATRIÈME PARTIE

de l'intérôt français : cessité o ù n o u s

mais

n'est-il pas à

c r a i n d r e q u e la né-|

sommes et avons r a i s o n de nous

t e n i r d e ré-.j

g l e r les q u e s t i o n s c h i n o i s e s avec u n perpétuel s o u c i d e rentente.| i n t e r n a t i o n a l e , fasse dévier, d e p r o c h e e n p r o c h e ,

n o t r e poli-!j

t i q u e i n d o - c h i n o i s e de-sa l i g n e de c o n d u i t e n a t i o n a l e ? L ' e x e m p l e j d ' a u t r e s c o l o n i e s q u i o n t s o u f f e r t des excès de la « d i p l o m a t i e j à g r a n d e e n v e r g u r e », i n s o u c i a n t e ou dédaigneuse de l'intérêt ' d u t r a v a i l français, est l à p o u r n o u s a v e r t i r . 3


ANNEXES

L'INDO CHINE FRANÇAISE I-

L E S

A F F A I R E S

D'INDO-CHINE,

DE

1870

AU

TRAITÉ

DE

1874

expédition (le Francis Garnier; sa mort. — Le trai té franco-annamite du 15 "lars 1874 ; traité de commerce du 31 août 1874. — Missions d'étude.

II.

L'E.YPÉDITI0N

DU

TONKIN

ET

LE

TRAITÉ

DE

1885

Les triiiuts annamites à la Chine. — Les crédits dc 1880. — Intervention do 'a Chine. — lînvoi du conunandant Rivière au Tonkin, 17 janvier 1882 ; sa 'Oort, 19 mai 1883. — Los mesures militaires : opérations du général Bouët. — Traité franco-annamito du 25 aoi'it 1883. — Négociations avec la Chine. — Interpellation (lu 30 octobro 1883 et discussion des crédits, 10-18 décoml i r i i . — O p i M i i l i o n s (le l'amiral Courbet et du général Millot. — Convention hiuico-cliiiiiiise de T i e n - T s i n , 11 mai 1884. — Traité franco-annamite de " l ' I - , () juin 1884. — Traité franco-cambodgien, 17 juin 1884. '"Taire (II! liac-Lé, 23 juin 1884. — Ultimatinn do Pékin. — Opérations de 'aniiial Courbet à Fou-Tchéou ; opérations à Formose ot au Tonkin. — B l o tus du riz. — Ouvorluro do négociations. — Affaire do Lang-son, 28 mars l88!i. — Chute du cabinel l<'crry, 30 mars 1883. — Convention do paix, ' ' a v r i l 1885. — Traité franco-chinois, 9 juin 1885. — Vote des crédits du ''onkin à la Chambre, 24 décembre 1885. — Conventions commerciales et '!« délimitation franco-chinoises, 25 avril 1886 ot 26 juin 1887. 'icificiUion <IM Tonkin : opérations do 1880 à 1890.

I I I . — i.i-.s , \ i i - . \ i R i : s n r M K K O N C ,

D U SIAM E T D U LAOS

^"nvontiou franco-anglaise du li juillet 1884. — Invasion siamoisedans lo !'aut Laos. — Convention do Louang-I'rabang, 7 mai 1886. — NoiivoUos ""•nrsions siamoises. — Assassinat do l'inspoctcin-Grosgurin, juin 1893. — '•a iiiissioii L e . M y i v d e Vilors. — Incideiils de liangkok, 13 juillet 1893. — ' ' ' ^ l ' i i s s i i i n ,1 l.'i ciiiiriilii-e, IK juillet. — f l i i i i i i i U i m au Siam. — Trailé franco,. . " ' ' ' i i i o i s , :!

(irliihiv

tS'.i:!.

'-'"'•l'iliniis IVaneu aii^;l;iisr. 1

r Ir l i ; i i i t

M é k o n f î . — . M T i i i r c do M u o n g - S i n .

t . \ | i l o ( , - i l i o i i l i y , l i - ( i L ; i - i i p l i i ( p i r i h i . M . ' k u i i ; ; . — Iii'i-lnraI i n i i IVanco-anglaiso ''" l'i janvier tS'.ili. — CoiislitutiDii d u L a i i s IVaiieuis.


832

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

l\ .

LA

PIÎNÉTIIATION

A p n - ' s ll' I r a i l . ' i l . ' S i i i i o i i o s a k i. i l i ' l i i u i l a t i i i i i rl

ClILNH

MlilUlJIONALE

r í j í i i i i i c i r c ; i v n n i n r l l c i i i r n i .Ir h i r . , n v r i i l i u i i Iti'il h r i i i y - —

I r a n i - . i - . - n i - l a i s r ilii

l)r.-liir¡ilJoii Ciliar,

EN

I i o i i i Í'III l u i i . IV,i I I C M - . ' I H i i o i ^ c s , - ' N j iiiii \¡„>vi,:v iüW.

I!,

l . l ' r l l r l i l l l l i l r l l ' l ' i l r l.oll,--'!Vlll'.|,ll .

Ml-sioii

18<)8 : (irii'laniLioii il n i a l i r ' i i a l i i l i l . r Y u n n a n , laiiii'ij.isiiin ilii Ti'liijoii-Ouan. —

ilii

K i i i i a i i - - T i i i i i i ? , ' . .Iii

r l i r n i i n i l r l i a ilii

Ivoiiiiais© e n

- N u i l vr 1 Irs . Ir lll.l l l d r s l i a liraiSOS,

en IS'.)7; i l r r l a r a l i m i iraiii li.aia Inlili' ilr l'ilr i l l l a i i i a i i . r l r .

- l l r i n i i n i l o s di-' KIIII,IM--SÍ

V i u i n a i i , rl ilr la

l i i r i i l n i l s á. K i i i i i i i i g - ' I ' i ' l i i ' i i i i - l i i i a i i

li.iii' ilr

ul <1"

Koiiang-

; iiriliiiiilalioii.

— M'**'

^ i l l n s d'útuili.'S a i i Y u M i i a i i .

L'ORGANISATION

V.

( ii^'aiiisaliiiii lia ^ ' i i i n n i i r i i i n i l iiiDiiviaiii'lil l'iiiiiiiiia'iaal. c h i n o i s et lus

I.

ET

ri'.iii'.i¡||

— Lrs

LES

MISE

; iiiiion

EN

V A L E U R

H H I U rliiiiiii.--r. — P r o g r è s d»

r l i r i i i i i i s ilr i i r

l i g n e s ^lu pénétration

LA

|iiiiji'li''s :

li'

l'i'scau i n d " '

en C h i n e .

AFFAIRES

D'INDO-CHINE

DE

1870

A U T R A I T É D E 1874

(resta

IK7I)

parili-(le

ipie

la

Cluni'

seinlile

avoir

l'i'solii ( l ' i n t r i -

iriiiir Kli IH72, i i l l

i i i ' t ^ i i e i a i i l I V . i i i i ; a i s . ,M

.Iran

I ) i l p ii Is, i p i i a v a i I p a s s i ; d ^ S

liaili'S

roiiniiliiri'S

aver

Ir

venir

ili'

reloiii-, en a v r i i Mais

le

Ir.s

il'arHirs

all'aiii's

i i ' i n i i i i l r r Ir S1111--K111 j nsipi'i'i

a

K'IISSI

i l i i i T l r ilaiis

l'aron

iilli'ririlri's ile IWlllial"-

cliinois

iiiaii'elial .Mang-llao.

11

Ma,

avalt

v o n l u t , àson

ISTIt, l ' i i n i l e r u n ( ' l a l i l i s s e i n e i i l ; i l e r r c pròs d e H a n o i -

giiiivei'iieiir annanule

s'\

oppiisa.

( i ' e s l a l i l i s i p i e l ' a m i r a i I )ii p i i ' ' r i i v i i v a a 1 1 T i 111 k i 1 1 h ' i a i i r i s ( iarliiCl» r a i i r i i ' i i eiiiiipa;;iliill ile D i i i i i l a r l i l r l a i " i i ' i ' , a \ i ' i ' l a i i i i s s i n i i silivalltc «

( ilirrelii'i-à

riii

(In

l'iiiilier

apaiser

Viiniiaii, il'iin

amiaiiiili's :

li i i l i l n i i r , iiiinr-, ilii sur sail

ilr

anni'

piiiir

iiT'i; 1 i r i r r

iliiiiiiaiil

el

Irs

aver,

el

el

l e vit:"-

a 1 1 i i a 111 i l e s i l e

l'aliti'"'

s'en s e r v i r ,

l't

sa I is f a r I ii in

à

les

hcsOlH»

autorili'S

toiltos

les

ilii

ili'rirl i m p i ' i lai

aii

'liinnaii

parlies ;

m i s i i a 1 i m i a 11 \ . \ r i i a i l ilr

ii-rlaiiial iiiiis ile Tii-Diir

Diipiiis

ri''sislaiii-es iles

Irs i l r r n i è r e s

n i x

Viiiiiiaii, i p i i i i i

m i i r .M.

é l i ' v i''.s

ma m i a ri i i s

|ii 1 pii la I ii i n s ,

vaiiieie

| i i i i i r i i i i l r r i mi u s i l a r ri

prr.sMiiiIrs

ainsi.

eiiiillil.s

i l i s p i i . s i l i i i r i s ili's

les

eiiiMiiir il'iiiii'

iliMiaiiier

les erili',

i|m'

Icttl'L''''^

un

essayer

eidi"

I'e\pl 11 i la I i o M ''''^ n 111 v r i r .

l'amiial

"

Diipi'''

''""' ''-'^


833

ANNEXES

l ' a r t i de la C o c h i n c h i n e en octobre 1873, G a r n i e r , m a l a c c n c i l l l par le maréchal N g u y e n - T r i - P h n o n g , cn

hutte a u x menaces et a u x

vexations des m a n d a r i n s , u s a d ' é i a M ' u i e : l e 1 3 n o v e m h r c i l p r o c l a mila l ' o u v e r t u r e d u F l e u v e U o u g c

à

la n a v i g a t i o n ot

merce de

an coni

l a France e t d c l ' E s p a g n e . N g u y e n - T r i - P h u o n g s e forti l i a d a n s l a c i t a delle de Hanoï. G a r n i e r n'avait que n e u f officiers,

17.)

h o m m e s et

deux canonnières. Après un u l t i m a t u m resté sans réponse, il enlevtt Hanoï le 20 n o v e m b r e ct cn quelques j o u r s c o n q u i t tout le D e l t a . Les A n n a m i t e s Hrent a l o r s appel a u x Hékis ou P a v i l l o n s N o i r s , débris des anciennes bandes de rebelles c h i n o i s 'l'aïpings ct c o r a n i a n 'Ics par L u - V i i d i - P h u o c ct prononcèrent dans une e m b u s c a d e ,

nn

retour ofl'ensif ;

attiré

F r a n c i s G a r n i e r fut tué à la tète d'une p o i -

gnée d ' h o m m e s , à q u e l q u e s kilomètres d'Hanoï, le 21 décembre 1873. Sa h r i l l a n t e c a m p a g n e avait décidé T u - D u c à envoyer des a m b a s sadeurs à Saïgon p o u r négocier un traité dc p a i x . En a p p r e n a n t le eoup (le force dc G a r n i e r ces a m b a s s a d e u r s ,

Lé-Tuan

ct N g u y e n -

^ a n - T u o n g , retournèrent à Hué et allèrent dc là à Hanoï p o u r régler s u r pliice la question tivec M. P h i l a s t r e , inspecteur des afi'aircs '"ilig('ai(\s. C e l u i - c i , à l a n o u v e l l e d e l a m o r t d e G a r n i e r , p r i t l a d i ''CCIÌDII

(les all'aires p o l i t i q u e s ct, sachant le c a b i n c l de B r o g l i o o p -

posé à l'oiauipation m i l i t a i r e du T o n k i n , r a p p e l a i t Hanoï les c o m pagnons de (iaïaiier, tion

relative à

signa

iivec N g n y c n - V a n - T u o n g une c o n v e n -

l'évaciuition dn D e l t a p a r les forces françaises

et ne

'ai.ssa à llamiï (pie h; capittiine R h e i n a r t avec une faible escorte. '^I- l'Iiilast re et N g u y e n - V ' a n - ' l ' m m g i-ctouiaièrent alors à Saïgon •'<ous la d i r e c t i o n de l ' a i n i r a l Diipié ils négocièrent nn traité (pii sion,'.

||. |;i inars 1874 ct ralilié jiiu'l'Assemblée i i a l i o n a l e le R''

f'.ii voici le texte : •^ivi-.

l(a-. cl

•'^l'i-

II

y

aura

le n , v ; M , M - S U N

j i a l . N , a i n i l i i - cl

a 11 ia n c c | > c r | ) c l u c l l o s e n t r e la

'AiiiiMin.

t : \ c c l l c i i c i - l e l ' r c ' s n l c i i l d e l a U c ' p u l i l l ( | i i c rraii(;;nse,

' ' e r . i i i i i i a Ì H „ . , „ i l a s i i N v c r M l n c U ' d u l a n i l c l'.Vnniiin ct son cnlii'a'c i n d c p c n -

''ance vis-à-vis d e i m i t e p i i l s s i i i i c c l'i l a Mt;cre, (|ucllc ([u'ellc s o i t , l u i p r n "^et aiil,, ,,| „ s s l s t a i i c e et s ' e n i;ii i;'c l'i l u i i l i c r s u r s a i l c i i n i i i i l e , ct i ; r a ]"'"''">iMil,

l'appui

''';'n(linllilé,

nécessaire"p.MH-

pnnr

le i l i d ' c i i i l e

mai

nie d a n - ,

MS

l.laK

rmalic

et,

i l i c I m i l c a l l a , p i c , c l p o u r d e ] , n i ,-c

•' l ' i r a t c r i o (jui i l i ' s i d c u n e p a l l i e d e s c i i l e s d n r n y a n i i i c . •^ar. ."5. _

|.|-ciinnalssancc

L o s tàilniiies, v a l . I.

de

cette

p r n t c c t i n n , Sa

Majesl.''S

l e l i n i de,


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

834 r A n n a m

s'engage

à

l ' i a n c c et à ne r i e n Col

engagerncnl politi(|uc

Mais, avec

dans aucun une

avoir Ain.

unne

;'i

!•

cas,

nation,

cord avec celui m

conformer

Sa

quelle

i.

Sun a

^1

De

politique

ne

s'élcnd

Majesté

qu'elle

conclu entre

préalahlcinenl

laiiT

sa

c h a n g e r à ses r c l a l i o n s

le

extérieure

pas

aux

Roi

de

dc

Irailé

soil,

à

celle

dc

h'

diplomali(|ucs actuelles.

la France et le

Irailés

l'Annam de

dc commerce

ne

pourra

commerce

faire

cn

desac-

royaume d ' A n n a m , cl

informé le g o u v e r n e m e n t

sans

français.

l ' i M e l l e n e e . l e P r é s i d e n t d e l a R e p u 1)1 i q n e I V a n ç a i s e s e n .Majesli-

Sa

li.àliineiils

à

R o i de

le

l'Annam

d'une

vapeur

force

don

t¡,ratu¡l:

réunie

dc 5 0 0 c h e v a u x ,

en

paifail l i a i , ainsi que leurs elianillères et m a c h i n e s , a r m e s ct équipes, pi'eseri p l liins d u l ' è e l e i n e n l d ' a r m e m e n t ;

i-iinrnriiiinienl a n \ -2"

De

de 7 à

101) r a i i i i n s

K) re n I i i n i ' l l'es de d ia m è t r e a p p r o v i s i o n n é s i

¿ 0 0 c o u p s p a r |)ii''ce ; 3°

iJe d,000 fusils à

Ces

hàllinenls

le délai

cl

inaxiinnm

labalicre

e t d c îi00,000

armes seront

d'un an,

à

rendus

en

p a r l i r de

la

cartouches. Cochinchine et livres

dans

date de l'échange des ratifi-

cations. S u n l'ixeelleni'i' nu I re, de

le l'ri'slileni

niellieà

m a l i IIS e n

iioinhie

i i i - i ' i i l e i i r s el

la

Républi(|ue française

de la

il i s p i i s i I inn

snllisaiil

pnnr

dn

p r o m e t , en

d e s i n s t r u c l e n r s n i i I i l a il'OS e t

rnl

reeiinsl i t u c r s o n a r m é e cl sa l l o l l c ; dcS

i l i e f , i l a l e l i e i ' s l ' a p a l i l e s de d i r i g e r I c s t r a v a u x q u ' i l p l a i r *

à S a . M a j e s l i ' l i e f a l l e e n I l e p l e n i I l'e ; linaiiees puni- i i i n a n i s e ï -

le

des

s e r v i r é des

l i i i n u n e s c x p e r l s eu i n i i l i è r c de impùlsel

l ' i i y a n i n e : d e s p i n l e s s e n es p i i n r l'nnder un r o l l é - e n u i r e , ilr l'niiiinr a n

i l e s i l n n a lies iliinS 1 « à H u é . 11 p r i i i n c l , en

Irs l i . i l l i n r n i s d r ^ i i e i r e , l e s a r m e s e t l e s I l ' U " ' '

rni

l i i i i i s i p i r S.i . M a j e s l i - pi'^^rra n i ' - e e s s a i r e s à s n i i s e r v i c e . l.a

rriniim-ralinii

e u m m i i n aeei.rd .\i,i.

:,.

r,] ii ¡ I a li I e

e i i i r e les

Sa

.Maj.sir-

s i i i n e r a l n r l i ' de la

IVsl,

la

le U n i d e

f r a n e e s u r Innl

elle el r n n i p i a s eiiire .\

îles

s e r \ l e e s a ¡ ii si r e n d us s e r a H x c C

d'un,

l i a i i l e s pa rl les e.in I ra ela n l e s . I W n n a m r e e i i n n a i I la p l e i n e c l le I e ni 11 n re a e l n e l l e

entier

n i i)CCU|ié l " " "

les fn in I i è r e s s i i i \ a i i l e s :

m e r d e Clilne

el

le

rnyanmr .IWiinam

( p r i i v l n e e de

lu"'"'

'flinanj ; A

r i i n e s l . le

nulfe

de

Siam ;

A n s u d , la m e r d e ( di 1 n e ; An de

mnd,

le

ri.yani

lÜn-Tlinan). Les

iin/.e

villares

de

In

Inmlieanv

d e l à famille,

l.iiili-Clinii-T.iy

11 s e r a ¡ . s s i í í i i é u n faniille

rnyauiiie d ' A n n a m (province

l'iiain

sllni'S

f a i i M l l e II,', s i l n i r s s u r 1rs

,-l

,1,- T a i i - . M a \

eire .nivi'i-ls, erensi'-s, v i o l é s

la

le

snr

le.

l e r r i t o i l ' C de

T a n n l e n - D i i n - e l d e T a n q n a n - l )i.ii r ¡ p n , v i i i e e d e S a ï g o n ) «

l e s i n d s I n m l i e s ,1e l a ,1e

C a m l i n d u e el

'

l'Iiain

IU,'i,-l li.a)

ne | " " n ' r " "

ni i l é l n i i l s .

l u i ,1e I r r r a l i i d r

el nn

I r rrl I, ,1 res d e s v i H a g ^ ^

( p n n 1 m e ,1,.

1^

11)11 m a i . i s , r , a , ' i i i l n r a n ' . U m i 1»''^^ '

l o i , r , r , i l e é l e i i i l n e à e, l l , s ,1e. l a

f a m i l l e Ih»•.S


ANNEXES revenus

de

ces

Subsistance exemples

terres

des

A H T .

d'impôts

6.

Anr.

— Il

7.

et

esl

— S.i

du

P«gne,

s'élevaul

atfccler

à

;'i

l*lic

Saïgon,

le

de

8.

roi de

levée

de.

pectifs

Ions

seront

également

la France

de

par

la

terres seront

tout ce

qui

l u i

le

rcsIanl (à

du

dr

rembourser, l i i i d o m n i l c

0,72

de

lacl

revenu

net

européen et américain, sera la

versé

au

el

douanes

qu'en

année

à l'Es-

dollar),

des

quel

chaque

remise

le

par l'en-

due

soil

au

d'ail-

trésor

gouvernement

à

des

p u -

espagnol,

9.

•^alholniuc toutes

les

'^Ujets

la

En

la

Sa

enseigne

lie

églises

seront

à

à

jiucuii

h o m m e s

nninbi'c

nliliri's

à

et

au.x la

et

h

renouveler

le it

'' ^'-niblaldes

tiaanes

L e s évê([ucs et

li-s

''"yiumc ct c i r c u b i ' de

la

la

*^"""di(|ue.

Ils

^'"'igos

s(a'oiil

ru^

snut

ne

dans

bien,

sont

rescom-

et

et

accorde

pratiquer

les

que la religion

révoque

pourront

exercices des

actes

sans

se

réu"

de leur culte. contraires à

particuliers.

publics

a n n u l e

à tous ses

librement.

d ' A n n a m

pri'lcxlc-i

à

les

les

t r a i tca-,

ses si

Ils

être

cpia n t

autres

seront

tenus

du

pour

Dieu

i-(;cense-

t'.lle

poi-tée

des termes ïhûp

a n x

sujets,

sagement

écrits

articles

.s'en-

par elle,

injurieux pour dans

lesquels

employés.

vise par

Ils

tenus

pnuri'iuit

dincc.ses avia;

de

l i b r e m e n t entrer d a n s le un

le m i n i s l r e

pourront

sca-nnl s o u m i s à nlus

la

pnnr

tous

rnisslnninairi's

piDvince.

de

dcfonse,

les

ilaiis leurs

Cncliiiichiue,

^•""neur de

la

langage ou

fairiMairi'igcr

à

sujets

sc

d i d r u i i ' c li's i'ei;islres dc d i M i n a i I n a a n c n t d e s

faire

S^ge,

''"'lii^inn

leurs

religion.

exacteincnt cinnnu;

f^niploy,.,.

el

emplois

d e p n i s ( p i i n/.c a n s ,

outre,

de

auparavant,

riaaaiscaniails

"'eiils cl imjajts, en

ceux

le

r o y a u m e

jincnn

des

aclc prohibé jiar

faits

faire

illimité

scnis

à

concours

Majesli' s'iairiigCM '''"'étiiais,

à el

partie contractante.

l'embrasser

soumis

les

Iraité

de l ' A n n a m , reconnaissant

chrétiens d u

cn

plus ni

t(nis

République française et

portées c o n t r e celte r e l i g i o n

de

les

biens,

du

l'autre

a u x

permission

eiii'rellnàini, >*dniis

de

prohibitions

les

s u r l e s

Majesté le r o i

conséquence,

dans

mis

conclusion

le service

la

a c r i i i d e n l u n e a m n i s t i e générale, p l e i n e et entière, a v e c

siapieslres

pour

Aivr.

^'^^^

à

et des corvées.

E x c e l l e n c e le Président de

roi

(jiii, jusipi'à

Priiiuis

"

familles

et

guerre.

moitié

faire

tombes

militaire

formellemcnl à

montant cn

chargé d'en

— S o n

^ a Miijeslé l e

'

ces

dollars

la

des

t i r e r reçu ct dc t r a n s m e t t r e ce reçu au g o u v e r n e m e n t a n n a m i t e .

AuT.

^'•^

au

français,

commerce

produit,

"1 Pn

remise

1,000,000 de

ouverts au

l'entretien

du service

indemnité

remboursement

835

à

leur conservation. Les

h o m m e s

i^mi v c r i i i ' r n i ' n t

leurs le de

fait

de

iMa'p'slé s ' e n g a g e

treniise

ports

les

personnels,

l'ancienne

ce

consacrés

familles chargées

*xem[)ts d e s im|)ùls

reste d A J e

seront

prêcher

passeport

des R i t e s

en

tous

cm

11(MIX

dn

gouver-

p a r l e g o u la

doctrine

anciine s u r v e i l l a n c e particulièrc, Ct

les

d. c l a n n ' a u x m a n d a r i n s ni l e u r arrivée,

u . u r [U'cscnci;, ni leurdé|iart. I

prêtres a n n a m i t e s exeiaaa-ont ministère.

Si

leur

conduite

est

11 b r i a i n n i l , c . n n i n e les m I s s i . n i n a i r e s , réprchcnsibic

cl

si,

aux.ternies

de


836 hl

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

loi, ia

lolin,

f a u t e p a r e u x c o m i i i i s r l'sl

cette

I.rs

peine

i''M''ipii's.

il'arlirlrr pilaiix,

rl

sera

les

ni i s s i n n na i r e s

lonrr

ilr

l'colrs.

p u s s i h l r ilr

comuini-i'. rn

Irrrcs

ilrs

i n p l i r I i na Is

et

les

et d c s

cl

Inns

peiiir

la

pnnilinn

niir

ilii

p r ê t r e s a n u a i n 11rs maisons,

liàlon

ouili'

i''i| n i s a I r n l e .

de

a n i-nn I

li-ilroit

l a ' i l l r d r s i'Î;I i s e s ,

aulnes l'ililici'S dcsiiiii's

llû"

service de

an

leni-enlle. biens

Les enem-e

eiilevi's

sons

Tonles

a n .\

si'spiesl re,

eliri'liens

II

.\r.i. non

nn

dans

II).

l.e

eollère

plaei'

leipiel

rrançaisc l'ài

.\HI.

il..lis

la

ilc

convcnlion les

el

qui

iiiêine,

fain> se

p e n i ;

D'antres

|iiirts

ciimincrcc,

.si

I'll 111 i II'

c e t te

de

I--'.

aura

e.nrrelnl gravité

s'eiir-are

cl

.Majesté

de

ce

|ircscri|i-

cas

l'cMS"'

'l'Ii i n - . \ a i ,

rivières

Iraili-,

ayant

el

un

con'"

au

p a s s a g e p a r 1«

transit

le

rnrc.c

nièine

que

I"''

être exercé.

par

et

le

ticuvc

mciiic

scrOllJ

plus

tôt,

après.

an

pourront

niivrir

le

p n u r r a

ra 11 l i r a I i o n s

des

à

I !i n l i - l )i n l i , i l c N i i i b - H ' ' ' ' '

H a n o ï el

coiiiineire

Hanoï

de

snp-ls français nn ponrronl, livrer

se

indnsiriellcs

ces du

cire

n 111-rl e n r e m e n I relations

oinci'ls

l'Ialilies

iiiniiH'''"''

niesii rc.

-inèral,

possi'ilrr,

libre.

I n n i i a n .

n o m b r e et r i m p o r l a n e c Jes

Les

II,

celui

l'i-cliaiirc

ou

le

l'autorité,

de

enlicreineni

si

v i l l e île

la

mer j u s i p i - a n

la

a 11 d i I i o n n e 11 e a n

celui

l'Intérieur»^

l'exercice

la

prO^

S a Majcstc

f a c u l l é ( l ' o n v r i r à Sa'"

à

y sera

aiinaiiiilc

I la ï - l » / m , , i - , ilrpnis

après

la

par

rciini-.

Niiih-lla'i,

de

aiissilèit

accordée

el

cnllc

prorcssenr pays,

conditions aux(|uelles

port

li'onvcul

s ' a p p I i i p i c i i I ilUX

d i r e c t e u r de

dn

morale Le

ifoiivciaicinciil

MM-II,',,

ouverts

Sa

le

son

I i lierli'

a n na m i le a n ra

à

se

ra I i Ilea I i o n s ,

l ' l ' e l i a ii i.;e d e s

la

snrveillanee

ensci|.;ni''.

dans

Le

province

ne

.\in

l'Irc

p o u r r a èl r c

,1,1

li\era

rers

la

ennlraire

pourra

II.

la

Le

sons

ipii

rraniaiis.

les p n r i s i l e T l l i n - . \ a I. , I a n s la p r o v i i i r r ,lr

llriivr I

lie

rciivoyi'

l e e n l li'-re

après

e o i n m n lies

de cou I ra vc n I i o n .

sera

inerre

les

L;on\ei n e i n e i i l

rien

ne

cas

lioiis

hinles

ilaiis

rcligiiin,

sans exception,

b i e n ipie

pnlilii'' anssilôl

i(lllro\al,

rlaiiirra

aussi

l'ailde

resliliiés.

l e s i l i s p o s i l i o n s | ni'-ei'i 1 e il I e s ,

m I s s i o i i lia I r e s e s p a r n o l s I

pour

seront

leur

libreincnl

les

ilaiis

mettra

à

villes leur

a n n a m i t e s ilc la

respectant

en

à

tontes

ci-ilessns

ilisposilloii

les

d u

opi'ralions

i l i ' s i r iii'-cs. les

l ' r a i n a ' ct

luis

Le

terrains

les ciraO-

pays,

s'établ"'j

com ineriaalcS

»

i;ou veriicliicnt d" ni'ccssa i res

à

établissement. Ils

pourroill

vince d u

dc

'^'uuiiaii

même par

n a v i r n e r c l la

voie

iln

en ni m e ne r c n I rc

.Mii-ll.i,

iiio\cnnant

la

i

• el

la

1""

l'aci luiltcmcnldes

d n i i t s M x é s , et .à llenve Ils ilors, \nr.

enlre

la

ponrronl

La

coiidilion el

H a n o i

lilirniirnl

interprètes, i'.i,

la inrr

rlioi

('Ci'lvains, Lraiicc

ilr

s ' i n I r n i 1 re

l'ont

el

l.i

,lr

Cliiiir.

a

Iriir

.,r

OIM

rl

jïonhèr,' rnmirrr

riers,

iiiiiiiiiicra,

lialellcrs

dans

el

cliacun

Iralic

s u r les rivCS dU

srrvier

drs

en"!!"'''"

doinesl l i p i c s . des

jimls

OIMCI'IS


837

ANNEXES commerce, chiffre

un

consul

ru' i l c v r a

ngoni

assisli-

(i'nne

pas (h-passcr le

mmilnc

de n n i l

Sasécnril,' ci

Ij i rc

SCrs, jnsipi'à

(a'

semenl

des

cxéouliou

d u

A U T . g C ,

en

Majesté ^'lles

J").

''PeciHcs, "visera Les

la

fera

irncs.

1

piaïf

snjcl

soil

inain|U(a'

la p n l i c ç d e s (-Iran-

dissipc'c

dc

le

pinir assnirr

faire

par

l'i-taldis-

inniro la

loyale

rroiil. en

l'aire

de

leur

france el

roiii'

lois,

de

Liirsipie

lilircincnt

\oya-

les c o l o n i e s

fran-

ciïli\ dans

assnrcr

résider des

l'i'ani;ais,

des sujets

di'sircronl

ils dcvronl

l'anlorili'

|

leur

agents

prntciiion,

dans

les

Sa

ports

ou

cin.ix.

élraiii^crs

sujids

roi

an.\

l'acuiti'

elle

d'antres

ne

ce

coin iiicrccr

ciinfonnanl

aura

A U T . "U

possinler cl

se

doni

r a p p o r t s cpie

à

CIOTII

snrtisnnlc,

aninriica p n n r faire

crainte

- Les sujets lin

ré.sider,

çaises

hnitc,

Inrci'

traili'.

-

li.

respecter son

ipic

bons

nn

se

faire

s'i'l a Id i r inscrire

l'iiriipi'ens ou c o c h i n c h i n o i s da ns

chez

un

le

des

lieux

ci-dessus

résident français, q u i eu

lucale.

annainitcs

s'i-tablir

vnniani

en

territoire

français

seront

Soumis a u x m ê m e s d i s p o s i t i o n s . Les

l'"rançais

P^ys,

ne

par un

anenl

annamites. "C

leurs Celle

•'ctuel

l'I r a i i ^ ' c r s ,

nn

ponrronl

le

l'aire

français,

el

qui

,pie

avec

vnndronl

s'ils

le

sont

voyager

innnls

conseille

T o u t c o m m e r c e leur sera

dans

il'iiii 'I

inlerdit,

l'i n Icricii r

dn

passeport di'lixri^

le

\isa

s o n s |ii'i

des anloriti's

le

eonliscalion

marchandises. faculli:

du

de

pays,

•''Qnamile,

voyager

pouvant

les étrangers

d'accord

avec

pr/'senter

des

le rcprésen la ni

de

la

daimers

i|ui'

n'eu j o u i r o n t qu'après

l'iancc

le à

l'i'.ial

dans

^'iniverneincnl 11 i n ' , j l i m e r a

le

I'''.ys s u f f i s a m m e n t c a l m e . '^i

des

voyageurs

""^auts, déclaration protection ^'"••cs, ''^"'•s

du

français

en

gouvernement,

les a i d e r a

doivent

s e r a én-aleinenl

dans

qui

parconrir l'aile:

leur

ils

le

di'IlNicra

raccom|)lissi'ini'nl

de

pays

en

qualité

de

.'i

ce

litre

la

jnnironl les

Icnr

passcporls

m issimi

et

,1e

niTcs-

facilitera

études.

Aier.

— Toutes

^•"auçcrs,

cnnlestations cuire

seront jn^i'cs

Lors(|ue

le

l'i',ini;,iis

des sujets

*VCC d e s A u n a i n i l e s ' " ' ^ v r o n t (|'.,|„„.,|

par

on

expnser

ou

ri'sideint

français,

l'i ranime r s

quelque

pla i nie

ralfaire

au

on

enlre

français ct

français.

on

auront

quelque

n'cla mal ion

l'i'sident,

qui

à

contestatinn

l'orninlei'.

ils

s'elforccra

de

l'arraii-

requerra

l'assistance

^""•j^ l ' a m i a b l e . l'arrangement ^

juge

"•'"'"line

esl

annamite

l'alfaire

impossible,

coinmissionm''

cou jointemenI,

le à

résident

cet

cll'cl,

staI u e r o n I

cl

tons d e n v , après a v n i r

d'après

les

règles de

l'è-

Imté. p "

en

sera

''•''"'.•ais "".peut

ou

dc

même

un

èlranner:

concilier

•^^iiigera avec l u i .

les

en cas de le

parlies.

contestation

premier s'adressera requerra

d'un au

l'assistance

A n n a m i t e magistrat, du

résident

avec qui,

un s'il

français, ^


838

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

M a i s gers

t o u t e s les c o n t e s t a t i o n s c i i l i c

seront jugées

ART.

17.

pables

et

les

lui

Si un crime de

Sa

nienl de

sur

l'autorité

Il

eu

poursuivis

.\ici.

même

se

français

fin

riloirc

annamile,

biens

d u

de

si

des

an

se

des

Saïgon

ou

le

cou-

les

de

snr

en

leur

sera

diiniii-

d'un

résident,

sujel

territoire annamite, été

donné

criminels f r a ni;a i s

si

avis,

de

françaises.

l'aire

; se

quelconques, ils

d e v r o n t êtrC

peut,

arrêtés et

français o u é t r a n g e r s u r le ter'

a n n a m i l e à

sera

(|ui

mesure

en

liays.

cas de décès d ' i l n s u j e t nu

on

cl,

lui.s

nbservées.

a u r a

aulorités

pirales

sujet

dc désordres o u brigan-

sur le

I e n l I oi rc

le

(•(.

bien

en

a u x

p a r u n

d e v r a être ol'KcicIlc-

l'aeensi'

snnl

lui

français

Majesié

réfugie

voleurs,

di''ci'-ili'- s e r o n t r e m i s

ili'Iaiil,

légales

rendre

le

qu'avis

aniorilés

li).

Sa

dirigées CouIre

ri'l'iiricnl

anssihïl

aii\

livri's

ou

à

résident français,

du

l e i i i l n i r c

de

s'efforcera, dès q u ' i l

de

rni,

Français ct j u g e s

p o u r arrêter

S i ([uelque m a l f a i t e u r . , c o u j i a b l e

territoire

sera

sni' le

n^enl

formes

les

d u . f u g i t i f et

dn

nn

poursuites

loules

locale

s'emparer

sujets

des

le

des

connus

ré(|uisition

efforts

leurs

einniiiis

consul

ipie

18.

A i n . dages

délit esl

le

inrni-nii'

s'assurer

par

seront

S u r la

tous

e n t r e F r a n ç a i s c t étran-

livrer.

ou

Majesté,

feront

ou

seul.

c o m m i s

l ' A n n a m

de

compétents.

locales

rirais

IVanriiis

délits

ct

territoire

t r i b u n a u x

les

les a u t o r i t é s

résiilcnl

L e s crimes

é t r a n g e r s s u r le par

par le

ses

sur

cliarni'

de

territoire

le

Iniriliers ; '"s

français,

1«^

l e u r a b s e n c e o u à le"''

en faire

parvenir

ayants-

aux

ilroil. AMT.

20.

P o u r

assurer

présent traité, u n de

r a n g de sera

Répiil)li(|ne

la

m i n i s l r e auprès

contractanl<;s

dc

ma i n l e n i r l e s

de

chargé'

et de

veiller

facililcr

et

lations du Président

à

an

l'exi-ciition

Sa

n o m m e r a

Majcsiè

le

Uni

consciencieuse

clauses

Son

un

de

rela I i o n s a m ica les la

des

signature.

après sa

française

et

l ' A n n a m .

enlre

les

e\i''cnlion

stipU'

Excellence

résident

ayant

Le

résident

liantes des

le le

partie^

arliclesdU

traite. L e r a n g de droit,

cet envoyé, les liinineiirs

.seront

ultérieurement

d'une p a r f a i t e Sa à

M.ajesté

Paris Les

auprès

ment

,1e

Aiu.

le

1862,

de

se

de

r A n n a m

loule

cs|ièce,

L;iiiivernemenl

dn

p r i ' r o g a l i v e s a u x q u e l l e s H :nn''| c o m m u n

lianlcs

aura

accord

cl

sur

le

pie'

|)arties c o n t r a c t a n t e s .

la faculté de n o m m e r des

résidents

la'

cliai'i^e

cas

iicca s i i i n nées a 11 i i ' , s c r i i n t

trailï-

remplace

d'obtenir

l'Espagne

le présent

traité

le

I r a 111' d e

rassc.nliincnt

n'accepterait

n'aurait

pas

d'elfet

le

séjour

d e CCS

rCS'"

gOUVCrnC"

France, dans

ce,

cas,

se

ISIIL',

et. l e

gouverncnicn

dn

i;oiivcrneincnt

cspHn".^^

ces

m,ni i lica t i o n s

au

ipreiilie

et les a n c i e n n i ' s si i p n la I i o n s c o n c e r n a n t exécutoires. La

par

s u p | i i i r t i-es p a r I c

,1'CIIN.

cliaciin l'I.

français

de

Hoi

les

cl

i r n n

Saïgon.

dépenses

ilrnls

IJans

réciprocité enlre le

et à

n'rli's

ri'isparne

la

France

eo n 11 n n e r a i e n I

cbargcrait du

' i ' ' "

cl a

rcinboiirseiiiri'''


ANNEXES l'iiidomnilé e s p a g n o l e et se de

l'Annam,

l'article

7

pour

du

être

substituerait à

remboursée

conformcmeut

faire

SI

aura En

se

en

seront

peut.

Il

cu

lieu.

foi

de quoi

échangées

sera

les

.

l'ail, à

Saigon,

de

Hué mis

en

plénipotentiaires

au

perpétuité.

dans

dispositions

de

d'un

v i g u e u r aussitôt

respectifs

onl

an,

et m o i n s ,

que

cet

échange

signé

le

présent

cachets.

Palais

du le

grâce

correspondant

premier m o i s dc l a

Il s e r a ratifié et l e s

le délai

expéditions,

(|uatre

Hars de l ' a n

à

p u b l i c et

.traité e t y o n t a p p o s é l e u r s

çaise, c n

aux

présent traite.

A U T . 2 2 . — Le présent traité est fait à ratifications

839

l ' E s p a g n e , c o m m e créancière

'187'i-,

gouvernement de dimanche

vingt-septième année

la

Cochinchine

quinzième au

dc

j o u r du

fran-

mois de

vingt-septième j o u r

du

Tu-Duc.

(S.) C.-AM. DUPRÉ (S.) LÉ THUAN ET NGUYEN-VAN-TUONG.

Le le

traité p o l i t i q u e futcoinplété

31

août

AHT. du

1874 par l'amiral

lor.

Conformément aux

tri m a r s , le

'uuiioii duire

par un

traité

de c o m m e r c e

c o n c l u

K r a n t z . En v o i c i les p r i n c i p a u x a r t i c l e s :

stipulations

de l'article 11

d u traité

H o i d e l ' A n n a m o u v r e a u c o m m e r c e é t r a n g e r , sans di.s-

d e p a v i l l o n o u d e nationalité, s e s p o r t s d e T h i n - N a ï d a u s l a projilnli-Dinh,

il,.

d'Ile de Hanoï

el

de Ninh-Haï

le lleuve dc

dans

Nhi-Ilà

la

province

depuis la

de

Ilaï-Dzuong,

m e r jusqu'à

la

la

frontièi'C

cliiiioise. A HT. 2 . tinuent "U

— D a n s

les

d'une taxe

pnrts nuverts, le

,1,'."i ( I

à leur sortie.

Cv ,lr,iil

C e p c i i i l a M t les

armes

"Uporti'.es, "ssiijeiti

ni

à

exportées

la

n de. sera

la

coinmerce sera

v a l e u r des

de

10

0/0 s u r

el les

munitions

parle

commerce.

ri'.i;lenieiilalion

spéciale

à

l e u r ciili-ia-,

le s d .

de Le

l i l i i e après l ' a c q i i i t -

marclianilises

guérie

ne

coinincree

établie

])ar

le

pniirriiiil île

cire

rnpiniii

ni

reste

gouverneinenl an-

"anii|(.. L'iiiipnrlatinn

des

grains

sera

toujours

iiermisc,

moyennant un droit

d e •> 0 / 0 . L'exportation ••'Sation

•Jonnaissaucc '''•appés

des g r a i n s

temporaire

,rnn

au

h'iinporiation

"nuée qu'après denrées a u r n n l dernement

de

,1,' de

que

pourra

avoir lieu

français

snrtic

de

soie et du soie

à

10

qu'en

vertu

ct du

Hué. Les g r a i n s seront, d a n s

go-hcin sera bois

l e s v i l l a g e s <|ui

aura

acheté

d'une auto-

il sera donné c e cas,

0/0.

dit

les

toujours

])ermise.

go-hein nc scra permise

payent

t o t a l e m e n t acquitté cel

annamite

l""<'pre u s a g e .

la la

ne

gouverneinenl de l ' A n n a m , dont

résident

drnil

h ' e x p i n iaM,,ii

du

leurs

impôt en (luanliti's

chaque

imiiôts avec ces d e u x

nature,

el que le

iinlis|iensaldes

youà

snu


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

840 Iruif il'cnlii'

\A\

lesiinirrs l.oi-si|ni' Jroil

ilr

\ i r m l i - a . an m o i n s

.'i

ri'\|ioi-|alion mois à

nn

ili'

l'i's

ilinn-rs

Toutes

les

illlri'ilirlioiis,

a m i e s et l e s

nn pï'i'lirr

l'i'a ii,;a i s à

ri''|ioi| n r à

ilc CC

l'ii

lin,':

laipirllr

prcil

1»'

l'i'vpnr-

liliri'. Ir

on

pri'mlrr

prolillii'S

ipii

l'rlirs

l'olll'l'l'lll'nt

I ra n s p o r l i ' r s sa ns

aiinamili',

Vniinan,

pourra

obiris

|n'olili'r

ili'

liois M-o-lirin. il

l'i'siilr n I

pr n \ r n I Ï'I rr

nr

p o u r Ir

Irs

li'

iln

l'I

l'rxrrpli

à

aniiamilr ipir

rinli'nliiin

soir

l'aNaiiri'

i ; o i n r r n r i i i r ii I

Iransil

uoiiM-riiriiirnl

pour

rn Ir \ ir m I ra

iln

iiiairlianilisrs rn Ir

mois à

m n n i I ions, .pil

spi'i'ialr

risalion

aura

la

ilr

l'avaiii'i',

l ' r r a i - n a l r i i i i ' i i l r o n n a i l i - r nn lalinn

(l'I).

aiiiiainili'

t;oini'riii'iiii'ii I

II'

sii'.iiii'mli'i'

ill'

i l l ' s i i i ' l i i ' s i i r r i ' s iiiii I i è r e s s e r a , c o n i m i ' | i o n i ' I n i i l i ' s

1

ii l a r r l i a m l i s r s ,

s'a p p l I q n i ' i i I

ni'

\i'nanl ilrs

ilii

pas

Ynniiaii ilr

inrsiirrs

soirnl

IcS

uni' a ni')-» allX

:

niais

p n ' r a n I i')"

i l i ' l i a ri| n l ' S

lei'-

sur

son

le

ilroil

riloi rr. l-rs

on

p a r la

i r o n I i è rr

snr

p a r II' Ir

,lr C l i i n r

esl r i i l r i i i l i i

animan

1rs

iiiterilielions,

cl

ipie.

pavillnn Iraili'S,

europi'en

iniroilniles

par

luirilliui

.Mais

p a r les . M a i n l a r i n s a i i i i a n i i l e s l'en l i,'i-i-

caisse SJlCciale, à A R T .

3.

cliaríícmenl. sur

cnirani

à

,l lesi

i|ni'

les

pour

ill" MiC"

on

l'I r c l ' I a b l '

passai;-!' i l ' u n C

cvporli'cs

par

clcS

l'un

cnleml,

scruni iloiiane

la

c l i a i-r-i'-s,

navires lai-l

nn

ilaiis

penáis

ces

ilciiX

si''pai'i'Mi<'"''

\,'rs,'-s

,-l

L;IHM e i - m - n i n l

J n

,1,-

i m p o i l l ' C S souS

m a relia m l i s r s

ilroils

s i ' r \ i r e ,1e

nIii'-mes

s,ii-lanl

Icnr

à

p l a , - , - , - l ,l'aii,-rai.;e s

,1,' j a n r c

,|iiiii/.,' ,-|

(ce

,1 I s p o s i l l,iii

L e s ilroils

p a r Innncan

(le t a c i

par

csporli-cs sons pa\illiin c b i n O l S

les

ces

iln

on

ipn-

aini'ricain

l'/raiir/i'r).

soil

r . \ n n a i n s c r o l l i s o n m i s e s a n.v n i è n i e S

c e l l e s i m |>oi-l l'-cs

ou

cr

Yiiinian).

l l l a r r l l a l u I i s e s i m p o r l l'-i's

a u x mêmes ilmils

soumises

ipir

s n p p 11-ii i r i i I a i r r , n r p o u r r a

b . - ï l i m c i i l - r l n n o i s on a p p a rl eiia n I à

seront

do

(priniiirr

ri'-Liiilli''rriiiriil

ipir

n'aripi i I Irriin I

Irrriloirr annainili',

a u l i r i l m i l . a r r r s s o i r r on

lii.iivhaii,lises

les

11

Iriir riilri'i'

ipi'.'i

.\ni'nn snr

Ir.insilanl

iiiariliaiiilisrs

iloiiaiir

, l a n s illK"

annamile

l i s,'-s à I r o i s i l i x i è n i c S

i-iilrani

par

cl

sortant

loiiiii-aii

cnli-aiil

a v e c UD

p o u r les navires

c l i a I-L;-I''S

cl,

soi'Iaiit

sur

lesi. Soni

consiil,'-r,-s

inri'-ricnrc p a I-

an

vi n

Ion n e a n

en

me l'-l.inl I i ,'• ii i,-

place

-

Les

lîovaiim,'

Yunnan

Iransil

en

p,n-|s on

misesipi'à anirc

la

,1,-

de par

la

moili,'

lesi

I es na vi res i l o n I

c a i't;'a ¡ s o n e s l à ci n i | I r a H ' ' ^

ci

parlanl

snr

lesi

ne

paycnl

,-v p,'-, I i ,'-,'s

l'.\iinain le

.Mii-ll.i.

pi-oviii,-,- ,ln des

droils

on cl

à

,li-

Sai'-iin

desi i na I inn

celles qni

Ynnnaii l'rappanl

pour de

soni

la

ancnn

ilr'"'

les

nn

ib'S

1""''^

p n i v i M'''' ' ' "

e N pi-, I i i i ' S

pour Saír-,iii,

m-

,1''

s,-rolli

m a r c lia n , 1 i s , - s

ayant une a i i l r c d e s i i n a l i o n . éviter toutc frnudcct constater q u ' i l s v i e n n e n t

pnivenance

l'our

1,-sl

niarebai,,lis,-s

o u v c r i s dn

do ces

snr

d'ancrasic.

el

Ain-.

la

I,-ii r ja n re on c n c i i i n l i r e me n I. el

v a I e n r.

Les n a v i r e s e n t r a n t sur (le

, I,-

,1,'

1'"" s " " " 1"""^

ou

bien

'b'

Siu'ii'^"'


841

ANNEXES " • s li.îluih'Mls y l'i'iMiil X i S r i ' Inn-, l'I

1rs \

'"' diiiniiir '''"'li'>ii

Irniiil ir.i

I

'•''dr,

qui

Ai\i'. ; i .

Celle d r e-^'l

|ni''srnl

\ " ,\,¡

Dnnanr

lu

des d r n i l s , •

l i i i i l i i - n - | i i i r Ir r i i i i s i i l r x l r r r des

il'A ii na ni.

Ijàliiiieiits, à

l e u r départ

pour

Saison,

| " M i r II! I l loi I il' i l r s d r o i t s a u x q u e l s i l n c s o n t p a s s o u m i s e n v r r l u

parai;i;i|i|ir

du

l ' i r i s | la r 1 r r,-i 11 ¡ | a i M l ' i l ll p o r l d e c o m -

punira

- la' riiiiinii'rir

ininnrnl,

par

ranlinii

rnlrr

Irrrr

paiail

pas sa-

ilrrrllr

nii.ilii-

nr

ili'p.'il

i''i'sl-à-il i rr

qu'il

p r i i v i n c c de l ! i c n - l l n a el

la

p i n \ isi il r n i i r n I

irslrra

''rnilsni appiirli' a i i n i n r i l ' a i i s raiiiii'-|. q u i

rl.sila

\ i ' i s i ' i i i n i I l'n

Ir

r e s l i I n l'r a p r r s j n s l i li l'a I ii m .

sria

lilnh-'l'linan

en

arlii'li',

r\ii;i'i'

i l a ns li's r o u d i l i o n s n n i I

punira

nr

rlrr

l'Ialili

de

nouveaux

liliraliini aiiv drnils rvislanls. l ' i ^ r l i a i m i ' d r s r a I i l i c a I ii i i i s d u p r i ' s c n l I r a i l é ,

siii\ra

c i n u c i l 1 i n n sn p p li''iiicn la i rc

r i ' r l c r a les c n n i l i 1 ii ms

auxquelles

sera

^ • H U i i i s c<; c n i u n i e r c e p a r t e r r e . l'U

tous cas,

"i'tion ' plus

de

la

l'exportation

province de

f o r t s ([UC c e u x q u i

sont

A R T . (i. — P o u r a s s u r e r eoiiHiis q u i

la

'"«ut a n n a m i t e les sous

chevaux

payés

l'Empire

fnneliiinnaii'cs

à

à desti-

m'ccssa i res

d'i-vilcr les

l e s a n h i r i I l's

dispiisiIinn

la

l'anlorili'

alin

cl

e n l r e l e s l'I r a i i ^ c r s c l

la s u r \ c i I la nce cl

d'Annam

èlrc a s s u j e l l i c à des dr'nils

actuel Icinenl.

français i n e l l r a

l'arllc (lu service p u b l i c .

dc

neiiniirra

perceiilimi des d r n i l s ,

p i i u r r a i e n l iiaîlrc

iiMles, l e g n u v e r n e i n e n l

'douanes,

des

Bien-lloa

pnnr d i r i g e r le servicedes

dn

m i n i s i r e c h a r g é de cette

II a i d e r a c g a l c m e u l le g n u x e r n e i n c n l a niia m ile

'' o r g a n i s e r s u r les côtes un s e r v i c e dc s u r v e i l l a n c e c l l i c a c e | '<cr

le

aiiiia-

i;iinM'rncr-

dn

'

prnlé-

commerce.

A u c u n E u r o p é e n n o n F r a n ç a i s n e p o u r r a è l r c c m p l n \ i - .la n s l e s I l o n a n é s 'les

ports

li'aiii'ais

ouverts, près

la

sans

l'agrément du

c n u r de

llui',

avant

consul

de

l'ianccnn

du

l e p a y e i n e i i l iiilét^'ral d e

Hi'siilent l'indemiiilé

•^^Pagnnle. '•e

|)ayenient terminé, si le g o u v e r n e m e n t a n n a i i i i t e

'"ninaires ''''s

employés dans

l'onclionnaires

les d o u a n e s

français,

les

^",iet d e s m o d i t i c a t i n n s q u e A R T . 25.

— S o u

''|'''e s t a t i o n n e r u n

Exc.

p a r m i les

Président d e

pinir

""'""vènicnt.

que

la

Les

la Hi'publiqiic dans

l'ipiipa^cs des

présence bAtimciits

les ports

de de

roules

ces

navires les

iia\ ires

i^ncrrc

du

concours

s'entenilrnnl

au

nécessaires. française

ouverts

nécessaire |)oiir m a i i i l e n i r

'•'^crcice de rauloritécoiisn la i rc !"''^''s

i n g e q u e ses f'ouc-

passer

dèlcrni i na I i o n r e n d r a

celle

jugée

se

uiinvcrncnicnts

biUiment de guerre

P"'eoù sa présence s c r a la discipline

le

deux

peuvent

le

imiirra

de

Ifaii-

hou

nnlre

m a r c h a n d s et faciliter

m e s u r e s nécessaires s e r o n t de

ne

guerre

seront

n'entraîne

assujettis

aucun

à aucun

ili'nil. ART.

— Tout bâtiment de guerre

d u c o m m e r c e s e r a reçu '""•^a

de l ' A n n a m

il

se

cn

a m i ct

français c r o i s a n t p o u r l a Iraité

comme

présentera. Cesbâliments

"'''•' l e s d i v e r s o b j e t s d c r e c h a n g e e t

tel

|)ourroul

de ravitaillement

dont

prolcc-

d a n s tous les s'y p r o c i i -

ils auraient


842

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

b e s o i n , et, s ' i l s o u i matériaux

les

Il en sera

de

loul

les réparer

sans

n é m e n t et, a u s s i t ô t q u e

port

prolonger

t o u t e autre

cause,

(|uelcon(|ue d e

séjnnrncr

c a u s e de l e u r r e l A c l i e

la

pouvoir y

sans

français ou

de commerce

majeures ou p o u r

refuge dans un

chercher

a c h e t e r dans ce b u i

et

moindre opposition.

navires

des

d'avaries

la

n a v i ^ s devront également n'y

ces

appareiller,

avaries, le,

l'égard

suite

par

contraints

Mais

nam.

des

de m ê m e à

étrangers qui, seraient

l'ail

in'cessa ires,

aura

(|ue

l'An-

momentails d e v r o n t

cessé,

l e u r s é j o u r et s a n s p o u v o i r y

com-

mercer. S i ( j u c l q u ' u n d o CCS b A t i m c n t s v e n a i t à s e perdre s u r i a c û t e , l ' a u t o r i t é l a p l u s p r o c h e , d è s (|u'elle e n assisia nii'à les

l'é-q i i i p a g e ,

mesures

d'urgence

|n'i''s(a-va l i n n sance

dn

pnnr

((UO

des

nécessaires

ma relia nd isi's.

ccnisnl

ses

de

concert

avec

m n y e n s d e r a p a t r i e r ré(|uipage

porterait

]ireriiiers

pour

l'iiis

pnrlia-ail

le

pins à

l'autnriti-

sur-le-champ

b e s o i n s et p r e n d r a i t

le san\i'lai;e

(die

a^enl ennsniaire

(ni

celui-ci,

informée,

serait

pourvoirait à

la

du

navire

lelniità pnrli''e

cniii|)éleiilo,

ctla

la connaisdu

pût

sinistre,

aviser

aux

e t d e s a u v e r les d é b r i s d u n a v i r e e t d e l a

cargaison. Le port de 'riinàn-.\n, à conduit à

la

ca|iilab'el

et a u c u n

bàlinnnl

canse de sa

iliMn^cr

de sa

situation

dans

rivière

une

qui

prii.ximité de cette c a p i t a l e , f e r a e\ce|)tion, de

guerre

ou

du

commerce

pourra y

nc

pénétrer. C e p e n d a n t si u n

b.ïtiiniail,

s i o n pressée

p o u r le

il

franchir

pourrait

AUT. 2 7 . — les

barre,

la

r i s a t i o n expresse d u

Inns

Lncliincliinc

de

ajirès

gouvernement

Les navires

pni'ls

de

y

an

gouverneinenl

"nn \ ernemenl annamile à

Ions

ses c l l n r l s

incili

dans

d e l'açnn

à

pnnr

rendre

les

A n i . ii'.L — L a du

I.')

mars

sia'nni iialinn

les

iipi-ra 1 i n n s

la

2

du

reslera

qui

an

el

nbtcnu

l'auto-

se

rendroiitdans

du

la

Iraili'- du

la

Masse-

di'

v u e des

de

lerre el

ciiniiiicice la

priiinesse,

la

bute

m a r s , dc lall'C

de mer,

pnrls n i n c r l s a i i

aura

de

pninI

plus l'aMirisi'c.

rennincllc

pirales

pri-scnlc ciinvenllnn elle

1 ii'sideiit francai^'

françaises

liaili's,

frani;ais

des v i l l e s e l

IXTi. anqnci

annamites prnvima's

l'arliele

di'lrnirc

le vnisinane

le

avinr demandé

annamile.

six

des

p n u r y commercer,

Le

en

commerce

P V a n c e OU

i l n i i l s lie I n u l e n a t u r e , c n n i i n e l a \ n i . i S .

f r a n ç a i s l ' d a i l (diart;'é d ' u n e mis-

dc guerre

gouverncmenlde llin''nn pour

parliculière'

commerce européen,

a u s s i sûres que i i i c m c force (jUC

|)OSsiblele

a I l a c l i i ' c ; e l l e sera m i s c e n

Traite vigUCUr

a n s s i l i ' i l a p r è s l ' i ' c l i a n r e d e s l a I i lica 1 i i i i i s , q u i a u r a l i e u cn m ê m e tcmpS que eelui avant fài

du

le. l i j

Iraili' mars

f o i de q u o i ,

a ppnsé l'ail cliaqnc

leurs

l.'i

nia rs

IS7 i , s i c ' e s l

piissilde,

e l , e n Inn s les c»S,

les

p l i ' n i pot c n 1 i a i l e s

r e s p e e l i l's l ' i n i I

s i i ; i i é cl y

s e c a i i .\.

àSa'igoii,au langue,

Siijnatures

du

187.").

palais

dn

compari'cs cl

des

- m i v e n i e m e ii 1, cmilnnnes

plènijiotentiaires

annamites.

en

enlre elles,

deu x

ex pédilions

le lil

août

{S.).

•l*<73-

KIVANTZ.

en


ANNEXES Afin des

d'éviter (les difficultés

nouveaux

tractantes <iui

traités,

les

plénipotentiaires

sont convenus

sera

considéré

d'ajouter

comme

en

au

Il

est e n t e n d u

Une

et

douane,

maisons S i , et

et

par

la

que

de

mais

escorte,

et

liaisons

les

bien

(ju'à

y

toujours

aurait

Hanoï

ville

reconnaissait la

de

cinq

ou

nécessaires

que

la

dans

avoir

de

des

et

à

y

avoir

commerce

son

escorte,

magasins

et

des

Thin-Naï.

de

ville

au

avec

Hanoï

Hanoï

cette à

ouverte

consul

douane

douane

pour

terrains

maus

sera,

(mesure

nécessaires

les

bfttir

les

est

pourrait un

des

aux

inutile

être

consul

sup-

et

magasins

conimerçanls

des

consnis.

A Ninh-llaï,

dans

chacune environ

seront

pour

achetés

annamites

seront

le

cela

aussi

consul

sera

du commerce.

Il

des

son

et

consuls

gouvernement

annamite, Européens

magasins autorités

des

habitations

gratuitement au

et

juge

son

habitera

plus

élever

par

Les

rapprochés

escorte

nécessaire

des

et

français

des

de par

ports

a u x

et

maisons

d'habi-

propriétaires.

dans

ces

o u -

demi).

achats,

Les de

m a g a s i n s et les h a b i t a t i o n s

que

possible

assurer

s u r l e

ou

hectares

leurs

eux

continueront

pour

tard

villes

deux

interviendront

c e (|ue t o u t s e p a s s e a v e c é ( | u i t é .

que

con-

additionnel,

annamite.

ces

leurs

et

h.

est

un

Ninh-Haï

continueraient

s e r o n t cédés

de

Les terrains

^ant

on

parties

acte

intégrante.

pourront y

suffit,

gouvernement

eonsuls

cette

Européens

aussi

hautes un

passages

d'habitation.

L'étendue

'^açon

les

deux traité

partie

même de

dans

Européens

terrains

tation

ville

de quelques

additionnel.

Ninh-Haï

il

leurs escortes

verts,

la

aura

suite,

celle

primée,

'e

y

d'habitation

(|ue

Les

que

qu'il

des

présent

faisant

Article étranger,

843

d a n s l'interprétation

la

k

de

la

demeure

occuper

police

terrain de cinq

et

les la

m a u s ,

forts,

sécurité (jui

l u i

" u r a été c o n c é d é . On ront

respectera acheter

les

eonsentement Les en

A

|)agodes et

des

les

sé|)ulcres,

lesquels

propriétaires,

et

il

en

Commerçants européens payeront

usage

"utre

les

terrains sur

dans

la

localité

ils

(M'I

existe

])ayant

et

les Européens

des

une juste

mais

pour-

ils

ne

le

indemnité.

l'impôt f o n c i e r d'après

habiteront,

ne

h a b i t a t i o n s ([u'avec

les tarifs

payeront

a u c u n

impôt.

Saïgon,

le

;!I

août

187-4. (S.)

KRANTZ.

(Si!/nalio-i>.i des pU'niipotenlidires annamites.) Coniiention du 23 novembre, anne.re au traité de commerce du 3 1 août 1 8 9 . 4 . E s t e t d e m e u r e supprimé '••aité, a i n s i

conçu

:

le

dernier

iiar.igr.ipiie

de

l'article

2 du

susdit


844

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII II r s l . • n i c n i l i i i | i i c l e s

" '

liai i i i i r i i l s

rliMinIs un

i-cli,i n il ¡ s e s i m p u r l I ' T S IIII I'\|IIII-|I'TS p a r i l i ' s

a p p a r i r i i a iil

à

rAiiiiaiii

srriiiil

siiiiiiilsrs aiiN

'

i i i i ' i i i r s ¡ i i i r n i i r l i i i i i s , r l q n r r r l 1 r s i m p u r l l ' r s n n r.\ p n r l i ' r s s n n s p a v i l l o n

'

rhinnls

"

iiiipnrlia's

"

l'iin

srrniil nn

riilrml

ilrnils

srriiiil

"

sriairr

dr

l.r Ml '

i

la

ilriix

prn-iis

nirinrs

Iralli-s,

s/'pa n n i i r n I

duiiaiir rl

\rrsi's

parpa\illiiii par

dans

II 1rs

p a r a r r a p h r s n |i|ir¡ i i i i ' r s l csl

rnirii.lii

pnrls nnvcrls,

liàliinrnls lin n i e s

ipir

rrs

aiiv

lis

Il

lin'aiies

nn

c h i n n i s nn

caisse

nn

drnils

cl

aii\

rspnili'rs

srnnil

caisses

prrçiis

que

m a rr h a m I i s r s

e\pnrl('rs ilrs

par

ccii\

1rs

pcrinis

à

du

l'cnlicn'

par le Icxlc s n i v a n i

rAniiain, drnils

:

Innl

l'i-lraiir-rr par des

srrnni

i|nc

les

siinmises

cedies

autre

iin'mrs cmplnyi's sur

annamilcs

spi'cialc,

pnrls mivrrls à à

iin'iiics

( c r (|UC

M a i s CCS

i i i i p n r i i ' c s de l ' é d r a n - e r d a n s

l'i-lran-rr snns

à

l'Ira n - r r ) .

n

rrinplan''

ap|iarlrnanl

i n I e n l ici inns

rriranrer

o

i p i r 1rs

ma rrliandisCS

1rs

ainr-rirain

mainlarins

1rs

nnr

d l s p n s i l i n n lin r n i n c r i i r i n r i i l a n n a m i l r .

•1

"

snniiiisrs

ilaiis

"

n

ilriiils

r\pnrli-rs snns pa\illiin rnrnpi'r

el

ailX

i m p n r l . c C S de

p a v i l l o n , e t (|UC versi's dans

marcliandises

IcS

i ni pnriées de

« l ' i d r a i i - e r n n c x p n r l i ' c s à l'i'I r a n - e r s n n s l e s p a v i l l n i i s i l l l s rl i-iiniicvs. I.a de

pnseiile ennveiillnii

sera

ra 11 a clii'C an

l ' i - e l i a n - c d e s a c i e s de r.i I i li ca I i n ii el en Ini

lïii de q n i i i

I r a i l i ' d n ;!1 fera

aniïl

I S T i , lorS

p a r l i c i n li'-ra-a n l e .

l e s p l i n i i p n l e n 11 a i r e s m i l s i r n , ' a n j mi n i ' I l n i,

iinVCHl-

l i r i ' IK7Í, ( a i r r e s | > i i i i i l a i i l a n i p i i i i / . i e i i i e j m i r d n i l i x i c i i i c n m l s . l e l a v i n g t s e p l i c m e anni'c de 'rii-l)nc. (S.)

[Sifjiialiirrx

C e Irailc ISiiiiilJcl,

/Irs

/il/'-ii i/t/il/'//1////r/'s

KHVM/,,

/I il n/i m i l/'S.)

n'ciiipêclia p a s l e s i n i s s i o i i s iréliiiles d e . M M , l l c r a i l d c t

lie

l l d i i i è r c s c l ( i i i u i i i c i l ls;7,"i

K e r g a r a d c c en

187(1

ni

les c \ p l m a I i. ms

île

, M . do

et 1 8 7 7 .

II. — L ' E X P É D I T I O N D U TRAITÉ

DE

T O N K I N ET LE 1885

Le traité de 1871 avait élahli la cession c,oini)lète de la Ba.sse-Coe l n n e l i i n c à la F r a n c e ct le protectorat de la F r a n c e s u r l'enipii''d ' - V i i n a m . M a i s l ' A n n a m ne l'avait accepté qu'à cause des victoires de F r a n c i s ( j a r n i e r ct la C h i n e était hien décidée à nc pas ahaiidoniier sa suzeraineté s u r l ' A n n a m . De p l u s le traité nc s t i p u l a i t pa* nettement les c o n d i t i o n s de notre protectorat. Bientôt il fut évident que l ' A n n a m .se r a p p r o c h a i t de la (diin'^L a q u o s t i o n . s e posa nettement en 1870 par l ' e n v o i à l'empereur do


ANNEXES

845

C h i n e de r a n c i e i i IrUjut I r a d i l i o n n e l de r A i i i i a m . I J c p u i s deux ans notre m i n i s t r e à Pékin négociait p o u r o b t e n i r l'évacualion du H a u l T o n k i n p a r les bandes chinoises e t l ' o u v e r t u r e d ' u n port d u Y u n nan au c o m m e r c e ; il n'obtenait que des réponses évasives. Le g-ouvernement français, informé p a r le v i c o m t e B r e n i c r de M o n t m o r a n d , v o u l u t considérer l'envoi du t r i b u t t r i e n n a l c o m m e un acte de s i m p l e courtoisie. Mais la

situation allait en

s'ag-gravant. L u - V i n h - P h u o c restait

maître du fleuve et les bandes c h i n o i s e s irrégulières t i n r e n t bientôt le n o r d du

Tonkin.

La c o u r de Hué

d e m a n d a i t des renforts à la

fois à i a F r a n c e et à la C h i n e q u i envoya des troupes régulières p o u r combattre les

rebelles et fit

occuper les places par ses

sol-

dats : n o u s restions à ce m o m e n t cantonnés à Hanoï et àHaïphong-. L e s vues du g o u v e r n e m e n t c h i n o i s se précisèrent en 1880 p a r l'envoi d'une n o u v e l l e m i s s i o n

a n n a m i t e à Pékin avec le t r i b u t t r a -

d i t i o n n e l . U n e dépêche de M. Patcnôtre, notre m i n i s t r e en C h i n e , Gn s i g n a l a i t

M.

a i n s i la gravité :

Patenôtre, à

M.

chargé

de

d'affaires

Frejjcinet,

de

France

ministre

des

en

Chine.

affaires

étrangères.

l ' é i t i n , l o .») m a i 1 8 8 0 ( r e ç u l e 2 j u i l l e t 1 8 8 0 ) . •le Sur

prends le

la

lequel

dans

s'affirme avec vence

du

dilions semble

l'ékin, lui

ces

plus

saisir

par

sera

"llnamiles

à

le

s'idail

"Ue sorle ee d e r n i e r

que

l

naire chinois,

])ar

le

traité

de

du

^ o n \ er ii e ii r du el

le

\assal.

.le

ollVir

servi

rèeemnieiil

s'ollense mais

il

pour

renouer

la

objet

les

Oduniles

Ira-

d'abroger,

ancicnsliiiis

fait d e m a n d e r à la C o u r de

le

Irilinl

reniarqiier

au

impérial,

à

à

q u e l l e é])oi[ue i l

qui; les

à

Ce

souverains n'esl

pas la

d ' i ii I e r i n r i I ia i re ce

propos, dans

U n i d'.\nnaiii, er

li.mt

maii-

d ' u n e l o r i i i e di- l o r r e s p o m la née i m pl i , p i a ii I

let;rade pas

eu

ihuis

S O U M U I

l o i n de répudier

pr-i-ioilii|iiemeiil.

faisais

et

si

fois,

K o n . i n g - S i si-rl a i n s i

m a r s , (in'i-ii .'•erivaiil

Excellenii-

Pé/cin

l ' A n n a m ,

Kunany-Si,

reinpereiir lui

de

cette

a

de

Votre

gouvernement

elfet,

qu'il

n\crneni-iln

de

le

187-4

C'est a i n s i

à

s u r

grâce,

d'.Xnnam, eu

(lliiiii'.

d'assimilali ne

Uni

eonliiiiie

suzerain

' n a di'-pi'.eli,. d u dariu

Le

d'emoyer

p r e m i è r e l'ois q u e le ''"Ire

temps

de

Casette

la

Chine

netteté q u e j a m a i s ,

la

l'enlreniise

onl

la

à

e m |)i('sseiHeut l ' o c c a s i o n

avec

permis

toute l'attention

j'emprunte

derniers

de

déqieudauee

runissaieiil

que

suzeraineté de

roi 'l'u-Duc. de

d'appeler

ci-joint

la ¡)rétcndue

revendiquée

'lui

liberté

document

d'èire

emploie

enlre Irailé

lui

el

' l ' i i - l )iie. i \ o n s e u l e i n e i i I

d i ' - a l

aujourd'hui,

en

a

égal

par un

s'adressant

fonclionau

gouver-


846

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

nour d u

Kouang-SI, u n e forme de

message réservée

p a r RÉTI(|ueUe p o u r

les r e l a t i o n s D'inférieur à supérieur. J'ai

montré,

d'.iulii'

ine.\i)licable et Tu-I)uc ilr

libre

les

avait

affaires du

question

sc

les

d'envoyer en

(iochincbine

dans

part,

nial-ra''

1870

donné,

Tonkin,

jiose à

qu'en laissant,

avertissements

nouveau

son à

tribut

m e n t : Si

prétexte

esl

D'une

une situation actuelles lanl, sni'

q u i va

suzcrainclé'

le ' l ' n n k i n ,

annamile

il

serait

absnlin

que

(pii

n'y

csl

a

pas

inler|)ri'ti-

a

dc

le roi

la

Chine

nuiins plausiiilc. La

u n e gra\il(''

p a r l Icail i c r c .

i n n i i ' i n f l u e n c e d a n s l'lOx f r e i n c un

prom|)l

remède à

j n n !•, I ) a n s l e s c i r a a n i s l a n c c s

négation se

ultérieure dc

(l'appnrtcr

met la C l i i m ' la

légation,

m a i n t e s fois déjà écril a n départe-

s ' a g g r a v a n t de j o u r en

cl vu L'affectation

une

condescendance

la

Pékin, notre gouvernement

a u j o u r d ' h u i avec

nécessité

une

plus ou

la F r a n c e ne veut pas r e n n n c i r à

IL

à

L'intervention

un

Je ne p u i s q u e répéter i c i ce q u e j ' a i

Orient,

par

répétés de

rapp(d( r,

à

m c m c

du

chaque

à

jirnlcclorat

ins-

français

d i s s i m u 1er q u e le m a i n t i e n du t r i b u t

notre

part c o m m e

une abdication. PATENOTRE.

Awiexe (K.virail

.le

Tclianu-Ch.ni-ldicn, ininil

p n r r r r-a | . p . . r l

r- à la

sav.iii'

Caccllr lie

L e u r s Miijestés Chen,j'ai (]uclle co

reçu

du

prince

Pékin) le

apporti'r

r.ar.n.'.' .lir

.''iin.pi.'

Irri

roi

1880). K o u a n g - S I (récem-

Knira rr--Tong) s'agcnouiH"

instructions. (Tu-Duci

r c p o ( | u c à l a i p i . Ile

. • ' . • s l - , ' i - . l i r'.' .le

lu'

. l . ' \ r a f r a n c i r i r - l a l'rairr I i è r c . K n

Nguycu-Plmac-TI

iiripns.'ril

m.'

mai

l y . d . ' .\irr-sse, derrr.rnde ipi'on

rétrlementaire t o m b e

reux de savoir'en qind il

.'i

pra.vince dc dn

Ir'ilnil

d e m a n d a n t des

i'es|ieetueusemi'rjl

l'r-ontièi-e,

l.a

déinandn;, 'l'chang-(ih(Mi-(dien lève

leur

L'empcriair K n a n n - S i n , règlerrrenis

.In

K . i i r a n - - S i .'I

m e DIT q u e

tribut

mai 1 8 8 0 .

!i

l'élnn

l a . r r r - . p n - I.- l î . i i d e \ ' l i ' l - , \ a m ( ( I n c h i n c h i n c ) , d e v a n t

(a;tli; eu

dépèclie dn

- . . n v . n n . a i r .le

lillnrl

.pn'll.'

à

consé(|uence dc

la

la

la

r i n m i n . ' ' \ i . c - r ' . i i .Irr

f a i r e p a rv.-rr i i - s n n fasse

à

une

il

les yeux sur

Moi,Tchaiig-Choumissive

.l.iit l'aire

la s.piièmi; année

l'arrrri'c

.•In.isii-

du

Cycle

l . s n b j e l s d i ' l i a r r r i liés

par

du

la-

règne D"

Ningsse,

Ilinclionnaivex

îles

dans

p a r v e n i r (à

(|uelcS

assi.ilanl-i

[tOUf

L'ctiijuelte : dési-

rrnns cl .pr.d j.nrr' il l i ' u r s c r a p e r m i s de fraiiclu''

il.'nian.li-

nni-

i-ép.,rrse

à

la

t e n e u r dc

la(|uellc il

c n n l'niania ; i . 'l'.dl.- .'sl L.s

la i-nni m n n iiai I i . n i i p i . ' m ' a

ic.^l.niiinls

étaliliss.mt

(pie

f a i t e C(; | ) r i n c ( \

t o u s l e s q u a t r e a n s I .•

\ ' i . ' l - N a n i (I»

(;.,(• Il i n c i l i n . ' ) , t.. i l a p p . i r t c r s n n I r a b u t : c ' e s t l ' a n n é e p r . i . d i a l i i e q u e t o n i b c c e l l e l ' c l i i ' a r r e e , a u s s i l e r-nl a l l e n i l - i l d e s i n s l n u i i n n s . .le m e f a i s

nn

ilevnii-

de

l'a p p n r l c ! • c e s l ' a i l s à

la

C n u r , err

i l a i i l à q u e l l e élioquc, L'anni'i; |n'..elia i n e , e l l e v.nnlr'.i Iniidionnaircs dece royaume ir.'iilrcr à

l'i'Mn.

De

l u i dcnl.'in-

bien pcrinclli'C

la snrlc,

.je

piuiri'


847

ANNEXES «lélcrniincr la

date à

laquelle

C o m m u n i c a t i o n au C'est

forméiiioril la

aux

Icllrc

Nous

Les «

i'i(cs

jelcr

le

adresser

(|ue

donner

gouverne.

Y u - K o a n ,

présent

frontière et en

vice-roi

rapport

m'a

intérimaire

respectueusement à auquel

écrite

le

dit

nous roi,

des

la C o u r

annexons

afin

que

deux

et

con-

la

Vos

copie

Majestés

les y e u x . Leurs

jirendre

en

Majestés

ordonnons

les

considération

m e m b r e s du Conseil

Nous

l u i

venons

supplions

bien

avec

originale

y

daigncul

loir

nous

devront passer la

pour sa

conjointement

K o u a n g , i|uc

de

roi,

ils

impératrices

notre

privé o n t reçu

qu'il

soit

adressé

et

l'empereur

respectueuse

de

vou-

requête.

le décret s u i v a n t :

une

c o m m u n i c a t i o n

audit

roi,

enjoi<;iiaiil d ' o b s e r v e r ce q u i s'est pratiqué j u s q u ' i c i ([uantà l'époque

fixée p o u r

La

le

lettre

passage

de

de

d e m a n d e

E x t r a i t dn Jouan-Fou-Clicn le

mémoire

et

des

ses

partie

(les

1 ordre Une

('laldie r

Once/le d e

était

Pékin,

a i n s i

du

conçue

25 décembre

:

1880.

roi d ' A n n a m , se prosterne h u m b l e m e n t et adresse

sont

sujet

de l'envoi prochain

respectueusement

toujours

royaumes

but arii\c,

T u - D u c

daigné

souverains

iinpi rial

rè^le

de

»

faits p o u r

du

réunir

tribut

les

cais-

contenir.

Majesté a a u x

frontière.

l'Empereur au

(|ui

q u i d o i v e n t les

Votre

la

(1],

suivant à

|)réparatifs

particulières

la

de

tributaires de

d'apporter le pour

s

pays, la

q u i

depuis

C h i n e . Nous

tribut, une

l'éternité:

devons

accorder l'investiture

m o n

aussi

avons

fois tous

lorsque

respectueusement

reçu

fait

autrefois

les q u a t r e ans,

l'époque

nous

et des grâces

longtemps,

d'offrir

conformer

c'est

ce

aux

tri-

règle-

ments. raiirj(''e

Connue •^Crit

lo

8

(lu

gouverneur de '•'irepai'l •l'ai

à

re(;u,

'^craienl A y a n i

proehaiiie

I'"'

m o i s de

la

pinviriee

voire

Majesli'

dans

l.i

ouveiles

le

appris la

dn

\()I(HII('

r(''po(]ue

aiiii.'ede

C

fixée p o u r

du

K o u a riL;-i'i ma

l'avis 11'' de

offrir

K o n a n g - S i u

de

suilc, 1"

esl

la

en

le

le

tribut, j ' a i

(47 février 1 8 8 0 ) ^ i u

priant

de

vouloir

bien

euluinuu¡catión. (|ne

mois voirc

les de

passes

dc

celle année

la

frontière

(4octol)re

chinoise

4880).

;Majesli',jeme suis respectueusement

'ncl'iné. Les

montagnes

çoivent

les

deniandenl L'épo,|uc "^Onfoi^niee 'laigiic

(1)

el

ordres (pi'à du an\

les

xdlrc

aller

M O I S

hilinl

eliinois

de

d'eau

de

l ' A n n a m

Dvnasiie; tous idlVir

l'Ianl

(•(••i;lcnH'nls

s"apiu'cc\oi)- de

N o m

conis

de

el

liilinl

les

vinis

la sinc(''rili'de

Tn-Dnc.

immobiles

et re-

tributaires

ne

v i f désir dc

me

eontinucllcmcnt.

a r r i \ ('e, j ' c ' p r o u v c d'aller

sont

royaumes

le

plus

l'ollViralin

mon

résped

((uc

Votre

Majesli-

el do m o n obéissance,


848

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII i i i i i i i l i i i m b l e p a y s puisse i i i e t l r e a u j m i r les scutiuients de

et p i p i i r i | i i ( '

respiTi i i r i i s c all'cciiori (pi'il •le

a pciurelle.

s u i s i - n n l n i M i i ' a \ ( ' i ' i r s p c i ' l a M \ r r - l c s (pie ddivent suivre les

p i i i i r r s \ a s s a i i \ e l î l e I . H i i | " a i l e s y e u x lixi'-s s u r voire. C o u r , .le remets ilili-einiiieiil

les

olijels ilii

I r i l i i i l de, 1 iSH 1 à mes i i i i i i i s I r e s . I o i i a u - C l i O U et

a u l i e s i { i i i i r o i i l les i i l l V i r , et j ' a l l e n d s l i u i i i l d e m e i i l

q u e , A ' i i l r e Majesté

l i a i - I H ; les r e c e v o i i : .

D è s le 25 d é c e m b r e 187*.), . M . P a l e n r d r e a v a i l , p a r u n e l o n g ' i i c d é ' péchc

M.

à

rallention

Wadding-ton,

des

miiiislii'

du goiiveriiemeiil

l'iiilervcntion de,la Chini'

;

T'Iraii-ères,

allaires

sur

IVanrais

la

nT'iessité d e

« S i , éerivail-il,

la

seinidi'' lenir j u s q n ' i e i p n u r Irllri' i m i i l i ' nuire

attiré

s'opposera

( l o u r de P é k i n a

traité

avec l ' A n n a i i i j

e l l e n ' a j a m a i s m m | i l l i s p n i l r s l i ' ' r i m i l i ' l a i l o l i l i c a l i o n q u i l u i CH éli' l ' a i l e | i a r . M .

de H o c l i e e l i i i i i a i i el d ' u n i l i ' r i i u l a i t la p r o c l a m a t i o n

idliciclle lie milrc protecloral.

l'illc

p r n i c s l c i a i i i i i i i i s e n c o r e quond

c e s (li''claral i n n s s e s c r i m l I r a d i i 1 l e s p a r u n e . n - l i o n i ' ' n e r n i , j u e . » français a v a i l rejcli'' e n

Le y-ouveiiicmciil liiin

pri'scnli''

par

IST'.I

un

plan

d'occupa-

l ' a m i r a l .la n r i ' i ^ i i i l i e i r y . . M a i s à l a N c i l l c d c l a reO-

l n ' ' c l i n l ' a i I c i n e n l d e I M S O i l s e d i s p o s a à i l e m a m l e r d e s crédit» •( d a n s l ' i ' - M n l n a l i l i ' ' d e s 1 1 p i ' ' i a I i i i n s q u e m i n s p o u r r i o n s ê t r e aincncS a ciili, |iiciii|jc a n 'l'nnkin.

(i'esl a l o r s q u e le m a r q u i s Tseng", i ' " '

i i i s l r c d e ( i l i i n c . i P a n s , e n m i s s i n n à Sainl-Pétersbourt;', intervint a u p r è s i l i i i n i n i s l i c 11 e s a l i a i r e s e t r a n g è r e s :

U

iiKiri/iiis

'/'srii;/,

Siiiiil-lliliiiri',

iiiiiiixlrc iiiiiiisiri'

île

Cliiiir

ilrs

Saiiit-I'ï'lrrslinurr, .l'ai r i i n i i n e i i r q u i avaienl c

n

l'aris,

ii/J'iii rrx Ir 10

ii

M.

Hiiiilié/c'"!/

rl ni inirrrs. m a c m l i r r 1 .SSO

d i n foriner V o i r e l ' i x c c l l c n e e q u ' à la

s n i l e d e s lii'uds

n s u r e c r l a i n c s c a u s e s d e n a l u r e à c r i ' e r n n c o u 11 i I entre

l e - o n v c r n c m e n l f r a n ç a i s e l le p r i n c e d u • f n n k i n . j ' a i e n , l e i . ' i j a iivici'. l i n e c i i i r e v n e a v e c . M . d c f r e y e i n c l , a n m i n i s l è r e d e s a IVa ires élrangèi''""' f i l a p r è s i i M i i r l'ail e n n i i a i i r c i ' i S n n fi-, c e I | r n c e . I n r s de cet cntrcH''"' l e s l i e n s d e v a s s a l i t é q u i n i i i s s e n t l e ' l ' o i i k i i i l'i l a ( d i i n e . j c I n i b i i ' ' " i n a l i d ì ' s'il y avait réidliaiient des e a u s e s d r r r i i, n a l n r r . S o n f i x c c l l e M ' ' .1 i l r r l a r i ' q u e d e p a r e i 1 l e s ca u s e s i i ' e \ i s l a i e n I p o i n l , el cet I e a s s i i ra e''''•' r.limer

I'll

n o s a p p r i ' l i e n s i n n s à ce s n j c l .

\ l . i i s , d ' a p r è s d e s i n foi ni a I i nn s p i n s n'-cc n | r s , il p a r a l i q u e i i r i n r n l f r a m a i s aiir.iil 1" '

an

I n i i k i n , ce q u i

le - n i i v c i ' -

r i n l e n l i o i i d ' e i n o y e r o n a di'-jà c s p è d i i - des H ' " " ' m'a

fail r c n a i l r e des a p p r i ' l i c n s i o n s .


849

ANNEXES J'ai

donc

l'honneur

de

s i ces o b s e r v a t i o n s sont eu

avec

subi

M.

([ue

Votre

t'on

du ïonkin,

«lue

le

présent

du

l'entretien

gouvernement

que j'ai

Français

ont

pas

tendraient à

besoin

ne

s u i s occupé

changer

des

faire

la

déclarer à

dont

indiFFérence

politique

le

comme la ques-

Votre Excellence

avec

situation

de

connaître,

relatives à

regarder

T o n k i n ,

l'Empereur

à

de

saurait

r o y a u m e du

me

gouvernement

prince

a

des

d'un reçu

pays

jus(|u'à

Chine.

négociations avec

le

gouvernement

russe.

p u , à m o n r e g r e t , présenter m e s Félicitations i\ V o t r e E x c e l l e n c e ,

'e j o u r

de

gement

à

votre

entrée a u ministère. Dès

Saint-Pétersbourg,

présenter m e s yolre

n'ai

investiture de

je

vouloir m'informer

si, depuis

voudra bien vôtre

chinois

commele

son

Je n'ai

J ai

vues de

car je

(jui

C o m m e

el

intentions

Excellence

les

gouvernement

liniitro|)he

les

de

changement.

prédécesseur,

opérations

Excellence

authentiques,

Ereycinel

(|uelque

J'espère son

de

prier Voire

k

devoirs

Excellence

l'honneur

de

je

m'empresserai

Votre

vouloir

de l u i

que je

Excellence. bien

me

serai de

arrivéà

venir

à

une

réponse

arran-

Paris

P o u r le moment,

donner

un

je à

pour

dois prier

la

note

que

adresser. TSENO.

M.

Rarthéléiny

S a i n t - H i l a i r c

Hnrtkélii/iiy

jl/.

/nari/uis

répondit

Saiiil-Hilaire, Tseng,

par

la

ministre

ministre

de

des

Chine

à

Paris, Vous

m ' a v e z l'ail

date du

10

actuel des

l'houm'urde

novembre, rapporis

•île r a p p i d e r

les

S u j e t , enti'(^

mon

pour

de la

lerini's

me

m'c-erii'i'

d'une

de

a\ce

li-

affaires

:

étrangères,

au

Paris.

le

27

décenilire

1880.

renseii;ri(onenls

sur

l'i'lal

T i m k i n , et vous avez bien \ o n l n

eonvei'sali

pn'décessi.'uret v o u s ,

suivante

Sa 1 nl-l'('lerslioul'y, sons la

d e m a n d e r des

f'raiiee

lettre

pii

d a n s les

a

eu

lieu,

s u r le

premiers j o u r s de

même

l'a nnee

eourante. Nos •nars

rappoi'ts l K 7 i ,

'tonkin,

v(Mis

'•'Il v e r i n ''l'i'e

avec

entre ne

île

la

le

T o n k i n

sont réglés

K(''pn I d ii| n e

l'ignori'z

pas,

l ' a r l i i d e ^2 de eel

française

est

engagée à

lui

étals l ' o r d r e el

qu'elle dunner

la

ajoulei- que

suil, liiiil,

l-'acle

doiil son

Je

l'.\nnaiii

a

le

même Iraili'

viens

leiiips,

'..os C o l o n i e s , v o l . 1 .

a

pruniis

la

fraiiee a

aide

le

I.")

dont le

sons

reconnu

l'eii-

el

assislaiiee,

el

s'es|

p u i i r m a i i i l e ii i r d a i l s s e s

diMendre euiiire

placé'

conclu,

la

luule

proleelion

a l l a q i i e . .1,,

de

la

l'iaiiee

Aniiam.

d'indiquer an\

Irailé

vis-à-vis de l u i i l e p u i s s a n c e

i i i ' c e s s a i re

I ra nq ii i 11 i I è, p u n r le

l''s i n l i ' c c i s c n r o p i ' c n s e n

""|ué, en

lui

l'appui

le

dépendance.

aele s o l e n n e l ,

indi'qicmlance du souverain de

étrangère q u e l l e

une

])ar

el l'empire d ' A n n a m ,

les

principales

di llinenls gun\eriie

(danses

,i

nlsipi'il

l'iè

coiiimu-

poiivail ^'f

inlè-


850

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

l'csscr,

la

C o u r

de

Chine,

l'entremise

dc

la

nement

la

Ué[)nlilii|ne

de

trouvent doute

depuis

Inrs

pas que M.

référé,

légation

de

ne

vous

ait

cordantes

avec

le

lions

de

.le

la

ne

d u

(aimme sine

pas

la

l u i .

donné

à

avant

du

difficulté

Répul)li(|ue ct de

nous-mêmes,

et

une

moi

des

qui

a

reçu

frontière

chef,

la France

dc

ses

différenles

de q u i

explications les

vous

assurer,

r e m p l i r les peine

p'"

gouver-

provinces se ct, je

ne

v o u s v o u s êtes

parfaitement

con-

droits

et

les

oliMga-

cl

m o n

lour,

(jUC

le

gouver-

conformer

obligations

du

nn

(pic

linn

fanplrc,

dll'licnlli'

à

sc

l'intérêt

inainlicn Cidcslc

de

ct

il

Le général Chiin/.y, ces

a n i l i a s s a d c u l'à

termes

JIAR l a r é p o n s e

Ll'

l'inijiression

d u

m i n i s t r e

yriii'ia/

t'Jiiincii,

J'iHersI/niiriJ,

aux stipulations

peuvent

C n m - dc

m-drc

ancnn

le gnuverncnieiit

(|ui la

ila ns

u nc

appliquera

ini|ii rial

en

découler

l'i'd<in

attache,

l a i n t rée v o i -

t n u s ses elforlS

niaienteinln

nc s'élève, dc ce

cbinnis. SAIM-IIn.AiHK

MAunna.cMV

en

du

suffisante,

amical

détermine

l'intention

sans

dn

(|u'aucune

naîtrc

notification

Les relations

précision

l'entretien

Iraité

a

an

à empêcher entre

avec

en

Pékin.

h

l ' A n n a m

Preycinet,

II com|)rcnd

d(Ma

avec

ih'liniis,

lexte

d e iHll

Iraité

pour

particulier,

t'i-ancc,

France.

fais

nement de

en

de

Sainl-Pi''tcrsliiiiir^', l'aisailconjirodiiite

s u r

le

inarijuis

Tseng

:

'i)ii/iiiss/ii/fiir .1/.

ii

ilvlii

Héiuihliiiiii'

Iliirllirli-ini/Sniiil

friiiirnixi'ii

llilairr.

SiiH^^'

i/iiiiis/i-ri/rsll/f"''''''''

étvuniji'ri's. Sainl-l'étersIioiirK, Votre cation

dé])èclic

du

qu'a cru

française,

à

décembre

"il

devoir

propos

dci-nicr

v o u s l'aire l e m i n i s t r e

des

b r u i t s (|ui

.l'ai

pris connaissance

j'ai

remis

diverses

au

mar(|uis

immédiatement

8 janvier 18HI. de

ba

d e C h i n e près

circulent

des

le

m'eiilrclieiil

sur

|>lèces

nos

la

llépubliin"

affaires

annexées à

Tseng

cominnn'-

la

lettre

au

Tonkin-

cette dépêche et

(|ui

lui

élait des-

tinée. Hier me lion a

le

faire

d n l o n k i n .

déjà

pouvaient

II

visite,

v n u s écrire. II

avail

ne

m a r q u i s , nnc

expose

a\ail ,\ e n \

lie

m o n

vnisiu

de

II e x p o s a d ' a b o r d

avoir

à

de

votre!

la

II

situation la

devait

la ( ionr de Pékin

de

vnir

la

vnis

souvent,

conversation

se

renseigner

son

vcnU

la ques

l ' a v a i e n l deri'^^'j

r e n o u v e l e r les

chercher à

est

sur

b r i i i l s q" |

s a v o i r ce

<|"

tçoiivcrncnient

'

,

<1"

ces b r u i t s s ' i l en a v a i t c o n n a i s s a n c e -

l'Aiinain

s u z c r a i n c l é Ct tout

que je

les ci m si, I, ra l i o n s i p i i

rue d i t - i l ,

s'émouvoir de

reconnu

et

Ini-nn-mc

prédécesseur, s a n s

fondé.

pas dc

ensuite

lonji.nrs

est

et a m e n a

n'avait pu,

signalés

mani|uerait

qui

ce q u i

vi.s-à-vis

F i n térêl

de

(| ue

la

C h i n e dont i

d c\a i t

p o u v a i t sc p a s s e r s n r ses l i o u l n '


851

ANNEXES e t i i i o d i l i o l - l(^s c o r i i l i l i o i i s d e s e s 'enail

d'elle

•le ce

son

répondis

qu'en

bien

pays

d o n t le s o u v e r a i n

investiture.

au

marijuis

disaient

voulu

i'a|)|)(jrls a v e c u n

(|ue j e

ne

connaissais

les lettres échangées

me c o n i i n u n i c p n r ;

v i s d e l ' e m p i r e d ' A n n a m nie

entre

nniis

de

cette

et vous

ipie, l a s i t u a t i o n

par.iissail

d e 187'i. J ' a j o u t a i , q u e c e t a c t e , e n

lui

question

que

et que vous aviez

de la

F r a n c e vis-à-

liés n e t t e m e n t r é g l é e ])ar l e trailé

nous

créant c o m m e

devoir de

])rotéger

les intérêts européens ment

le

utiles

pour

Chine «

droit

de

dans

maiiinnilr

connaissons

hien

pour

Vassalité

les

dans

raison

le

|.|

droits

'''"'ini' '"'11

dil

(jue j e

'''Cl

des

le

l'ordre

et

les

vu

mais

faire

des

les b r i i i l s

ne

sécurité

si

objections,

près à

qui

naranlie

mms

et

a

jugerions

auxquels

résultent

pour

pnur

nc

allusion

r,\nnain,

di's

n'avons

à

prévoir,

une situation

»

(II'

v n i r q u e le représentant ilc la ( d i i n e n e m ' a v a i t

sa

pensée

pouvais

et q u ' i l

ce|)endant

[leuvent

reprises

élait

diverses

''''l'I v a à

la ( p i e s l i n n q ue j i ' pri''\(i\ .i is :

"' a-l-il

(lii^

ne

les

fait a u c u n e affaires

Ces

bruits

snus

chercher

exister à

allusinn

étrangères |)rôtent à

el

la

le

à

ili'jà

I ,;i

n

enup

du

ne

connaissant

T o n k i n .

exposés,

Après

le

renseigner

''aient

pas de

j'avais

F r a n c e la

gouvernement

i n I port a n la'.

' " u i de eetle qu'idlc

mon

pn'niaaiper.

li's

îles

'''lii'an' son

môme

drnil

de

'"'

li'onvaiinil

aucun

fliiliet,

les

el

'''•p<-iidaiice N o u s ne

se

que

pTclIc a

déjà

|)eusée

**""s

de s'annexer

M. le

pana-

suzeraini'l/• obslacli',

conditions

"'•'sservie

v o y n n s , je

le

du

le

Céleste lies.

s'ein pa rera i c n l

ri'pêlc,

'l'inikin

autre animal/' par

Imili' cnnlianci'

s n r ces

de

dans

inampiei|iies-

nnc la

les

den\

Ih'j.'i

le

Ton-

sens je

dans

bmiiies relatiniis mil re

ipie

ne

prnjcis

le de

l'rance pays,

. l a p o n s'i'st

finipirc

n'avait

pas

D i n i i a i n les

Knsses,

s'ils

dc

l'empire Chinois

la Cnrée,

les

.\nglais

ct des pays

sous

sa

t r o u v e r a i e n t complètement moditiées.

l'annexion une

pareils

M.

entrelcnu

di'sinh'ress.iiI

un |)rccédentdangereux.

ajouta

le

p r o t e c t o r a t i i n c \aiiis cxiaa-cz, c n \ c i i u '"•''S

de

Cliine se

p.ir

Liou-Keou,

''"

"

la

tient esseuliidlenieiit aux

•Ile créerait p a r c e l a '"""•xé

Sl

en

I c i I r e (|uc v o u s m ' a v e z r e m i s e ,

et j ' a u r a i s désiré être rassuré à ce s u j e t et s a v o i r d a n s (pu 1

duis

avoir

marquis

aux bruits que je signalais ii dont

pas

d ' u n e préoccupa-

dissiper,

l'endroit

ari;nnnaits

de

donc

aucune

faisaient

modifications

u n s intérêts.

un

liens

soulèverions ne

la

WicWr

des

la

par votre

indi(|u('' ([uc l i ' s

nous

a u x i p n d s j ' a i fait

'•''pi'té à

''''"

la

tinitc ne

'''•'ycinct.

d o n n a i t égalenous

(\ue

f u s s e n t r o m p u s . JN'ous

n'.i 1 i s i a - a i r n I ,

projets q u i

""iiisire

nous

il a élé notifié à P é k i n

([u'une

rien

p a y s a u nôtre

lisse

el

devoirs

nuir(|uis;

avons

i n n e l n i n t , de

in'i'a.ili

Il

de

si

cas nù

"lalili,.

n'y

liaient ce

observatinn

l'Asie,

dispositions

intéressée.

traniiuillilé,

qui

aucune

nous

la

de

les

l'Annam

l ' r a n c e d e c e traité, a r e p r i s gouvernement;

partie

imilcs

dans

étail l a ])rcmièr<;

Nous

cette

prcnnlii'

les

grands

que

à

\.ilre celle

lleuves

n i a n p i i s , (|n'nn

la.hniie île

don!

avanta-e

dans

du Iraih' de |,s7i, s n r l ' . X n n a n i , de

l inchiindiinc,

l'empereur

d'Annain

le cours esl eu

grande

en

plaçant

nue

contrée

iiarlie

sur


852

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

uoWi'. I c n ' i l o l r c , (iiili'c

le piV'i inl i i ' c

p i n i r lai I ;'i nus i n l i n r l s , m'

nninipiininl pus ilr s n n l r v r r l i i s i M . n l l i l s rl ilrs il I flirn 11 i-s q u ' i l rsl ulil'' ilr p r é v o i r r l i l ' m i p é r l i r r . . I l - r r p n n i l i s an m in isl rr ilr (ili ine, quo je n'avais pas m i s s i o n dc discuter avec l u i s u r des prnjcis dnnl, je nr r o n n a i s s a i s ni r r x i s l r n c c ni 11 p o r t é e , m a i s (|ue je [louvais l u i d n n n r r l a s s n r a n r r q n r la f r a i n a ; avait l'inlerilinn do se (ainrinaner sl ri r l r m r ii I a n \ si i pn I a l i i ms dn l i ' a i t é d c 1 8 7 i , rn r r i n p i i s s a n i 1rs o l , I i - a I ions qui p r o v i n i rn i l é e n n l r r pnnr elleL a c n n v r r s a l i n n dni n i r r s i r r l.à, r l I r m a r q u i s m r q u i l l a d'anlant pluS pii'aiccupé que les d i l'Iien 11 l'-s p r n d a i i l r s n i l r r la l î n s s i r rl la (diino pèsent sur Ini el q u'i I sein lilr rroi rr q n ' r l 1rs nr Irrairnl q ii r s ' a - g r a v e r , s'il CH iiaissail d ' a n i r r s avri-

la t ' r a n r r . . \ i i s s i m ' a - l - i l prii'- d e

vous l'aire pari

ilr srs | i r i ' n r e n p a l i o n s ; r ' i - s l , r r , q u i m'a ameni'' à vnus remire l'nllipte Inni a u l o n g d'un ciilretien i p i i p n i l a v o i r snn i i n p n r l a n c e . (illA.N/.V.

Les vues du g o u v e r n e i n e n l franeais n'élaieiit jias douteuses. Ellß»

furent encore coiifirinécs par la lettre suivante : M.

(iinniii'tlii, n/t

iiiiiiis/i-i-

ni(irf¡uix

I'si'inj,

lies

ii/pi/rrs

r/fíiux/rc

ili'

/'•li-iiiii/rrrx, íHiiiti'

a

/'(tris.

l'aris, lo ì'"- janvier 1882. .le me s u i s Fail

repn'seiiler i l e r n i è r e m e n l

une

a d r e s s é e , sous la dale du l ' i sepi e m lire I S . S I ,

lelire que vous a V C 2

M . l î a r l l i é l é m y Saint-

l l i l a i r e , innii pri''di'eesseu r a n ili'pa rl e m en I îles .\lia i res l'I ra n g'èrcs, cD n'iinnse l'i sa enm m u n i ea I i n n dn "J7 ili'eein lire I S . S O , l'nneerna n i l e s a l f a i r c ä de la cnlnnie l'raneaise de ( ineli i neli i ne. \ ' n n s i l i ' M ' I n p p i e / dans cette lettre d i l f é r e n t e s e o n s i d i ' r a l i o n s relalives à

la s i l u a l i o n

i n I ernationale

de l'eiupire d ' A n n a m, el j'ai r e - r e l l i ' de emislaler une e n l a i n e dillV'rcnce l'ulri' M I S a p p r é e i a l i o n s à e e l é - a r i l el eelles ipie ,M . I ¡a rl h l'I ,'• m \ Sainll l i l a i r e vous avail r v p o s i ' r s a n i

In - o n vr r n r m r n I , l r l a I t i p i i I d i l j U C -

.le c r o i r a i s i n oppori n n d ' r n - a - r r iri ii nr d i s n i ssi on , Ir pri n ri pr ; je pr<'Irrr

l i o r n r r ;', m r n l i o n n r r que la e o m m n i i i c a I i n n q u i vous a ctC

I r . i n s m i s e a l a d . i l c d i i ¿1 11, c n n lire ISSO, c m i l i n i l I ' i m I ica I i nn cvact« des l'ails a n \ , | n e l s le -o n vc r ll c m en I i r a n ç a i s a le iIcMiir Je se lenir. II csl Inniernis un point de voire lellrr q n r jr nr s a u r a i s laisser pa-SSe'" sans une oliservation p a r l i c u l i è r e . L e - m n erneinenl iinpi'rial c l i i n o i S l'cri viez-vniis, ne peut pas recnn lia i I re le iraili- Je I X7 Í

cmicln enlre la

l ' r a n c c c l l'.Snnam. d r , ce I ra i li-, q n i r è - l e pri'cisrineii I nns ra pporis a v e ^ r.\iinain, a le

€,

mai

l ' - l i ' ollieicl Icinenl cnmi IS7.'.,

par

le

cm

liqni' an

-oinerneineni

cllinOlS.

le l'melieclnma r " l , c l i a r . j i - J'allaire-S dC

l'r.inee à l ' é k i n , e l dans l a réponse e n d . i l e d u I.'. j u i n s n i w i n i , q " «


853

ANNEXES prince

K o n g a

envoyée

à

M.

de

Roclii'cliouarl,

objection c o n t r e la c o n c l u s i o n du trailc', ''Ariiiam

est

Iribulaire

mentionné

de

la

simplement

Chine,

ce

qui

ui

n'a

été

élevé

aucune

e n u l i c a u c u n e d e ses c l a u s e s ;

comme

ne

il

ayant

présente,

à

été

autrefois

vrai

dire,

un

qu'un

pays intérêt

histoi Vous

eoMiprerulrez

sans

peine

que,

dans

ces

conditions,

il

nous

soit

'Ualaisé d ' a d i i i e l I re ([ue le g o u v e r n e m e n l

e l i i u n i s v i e n n e c o n t e s t e r a u j o u !•-

d'hui

la

un

près

de

traité

e x i s t a nt et déjà entré da us

huit

années;

réclamation

aussi

lai-divi',

•l'autant

moins

Concerne

l'exécution

"'nsi

(jue

M.

à

de

la

de

donné

Chine

ne

saurious

el

le

ses

ou

l'enlièi'e

et

M.

soit

arrêter de

lilii'ric'

conventions avec

aucun

en

la

de

ses a c t e s qu'il

Sainl-Hilaire

d e s s e i n (]ui

pi-('judieiable

t o u t cas

à

si's

à

République

l'Annani,

I5arlliélémy

l'assurance, (|ui

pi'iiodc d'application d e p u is

ruius

gou\ermiueul

l'eveinli(pier

Freycinet

Successivement brage à

nous

en

ne

ce

qui

nourrit,

vous

puisse

une

hésite

en

ont

porter o m -

inl/u'èts. Léon GAMBETTA.

C'est en v a i n que le m a r q u i s Tseng- protesta que le g-ouvernement impérial n'avait pas r e c o n n u le traité de -1874. Le g-ouvernement ^•>n<;ais a v a i l résolu d ' a g i r e n K n , et le 17 j a n v i e r 1882, le c o m m a n -

'limt ilivière,

u n petit corps de (iOO h o m m e s d ' i n f a n t e r i e de

avec

marine, d e f u s i l i e r s m a r i n s e t d e l i i a i l l n i r s a n n a m i t e s , recevait d o L e M y r o de V i l o r s , g-ouverncur d e l a C o i h i n c i i i n c , l ' o r d r e d e s e •'findre à

Hanoï avec une m i s s i o n

Le

(loiirrriiriir

ilv

lu

l a dépêche suivante :

délinie p a r

Cocliiiirliiiir

ii

M.

lUricre.

S a i - o n , le 17 janvier 1882. A

la

suile de

Voyageurs

Préseiilalions '•crriloire «

au

les

l'avili,ms Sans

l'allaiiui' dont oui

IVauc;ais

lui

n'a

ébiigm-rail

'^'nn

aulre

ma

me

sa

Courtin dû

et V i l l c r o i , l'aire

des

l'i'ugagei- à e\|iulser

S(dde

demande,la rendu

des

connus

sous

de

Hué,

sousle

scu-viees,

('.oui'

mais

en

d(ui n e r sa I i s l a el i o n , ces

(a'ih',

salué s u r

''onimes

^f^aux

pu

M M .

l'i'^n I i e r s , j ' a i

le

de

reson

nom

de

prétextequi'

ces

-,

avaiiuil

*"ice,

\iclinies

A n n a m i l e el

n M'rce n a i res c l i i n o i S à N.iirs

qu'elle

*^''ine,

r\r

p.issepm-ls

non M ' r m ' m e n I

re|iousser

'rréguli(.rs

m u n i s di'

considérables

par i m p u i s -

(d le s'esl contentée de me répond re

bandes.

j ' a p p i ' e u d s (|ue

son

réalité,

passage

lain-\'inli

cuunie

destinées,

sans

un

l ' I i u o c v i e n t d e s e r e n d r e IMI

elief d'armée

aucun

doute,

à

et e m p o r t a n t r e c r u t e r de

des nou-

soldais. même

lemps,

des

saisii's

opc'ri-es

pa!•

I.'i

douane

ont

prouvé

qu'il


854 SI'

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

r.nsall

un

approvisionnement consirlcrahlo

d'armes

à

tirra|)ide

etde

m MM i I i i i i i s de g u e r r e . Dans

ces r o n d i l i o n s ,

il

nn'

N'nus v o u d r e z bien pai'eille j e u d i d é s i r e (|ue

snir

vous

ilnnner des

el,

pnrle

an

présidiez à

à aucun

ipièle,

qui

C'esl

prix,

niellre

cnlraînerail

le

é l e m l re c l la

i n s l i n i ' l i n n s p o u r quiî

'l'nnkin

d u

faire à

n n s Iroupcsà

gnin erneinenl

pavs

dans

a IVcriii i r n u l rc

île

donc n'avoir

recours

de

la

»

ap-

renfort; je

lirpiibl i i p i e . n ne - n c r r e

trance

-raves

Tl n e

de con-

cinn pl ica I i n n s .

ad m i n i s l ra I i v c n i e i i I

¡nllnence

prenons

que

le D r a c

v

compagnies de

-iOflO l i e u e s d e l a

lions

mesure

deux

pa ci l i q n e n i e n I,

pnliliqncnicnl,

devons aussi

de

cette n p i ' r a l i o n .

V o u s connaissez les vues veut,

ni'i'i'ssaii'c

paraîl

d ' u n e s u r p r i s e , e ( j ' a i i l i r i d i-11 n e 1 a - a r n i s n n d ' I I n i ' s e r a i t d o u b l é e -

l'aliri

que

a njoii rd'li n i

esl-elle

IlOUü

Alinain;

'l'on k i n cl, e n

an

csseuliellcment

préventive. \'nus devez sité

et je

compic sur

prnbali'le IS'nns

votre

pas à

Ilaun'i

île

la

l'aiie

faut i i i i ' n a - c r la \ie cl (Inmme

l'avilloiis noirs

snr

le

projet

sortir du

[lasserez lieu

à

en

outre, dc

les

pe"

noirs

cnnime

tels,

»,

ne

l'Ii'

je

u t i l e d eN'nus

jn-ercz |iniivnir

vous ai

l'erniil

cliercbcrniil

à

nnus

îles

"OUS

iibservation*'»

g a g n e r du

paraîtra

Ici""'''

indiqué.

auxquelles

terrain,

(evd

Mit r c d i s p o s i l i o n

mcisà

vinis

CO»"

tcmi>s,dOUS

venu ; j'ai,

d u reste»

r e i i c n u t r e r e z a u c u n e o p p n s i t i n n séricuse-

ce

niellent s u r

les

p l a c i ' c s |iar b'S

Claire.

direct

snnl

des

Mitre

on

indireel

pirates

rnnte;

el

expi'ilierez

à

Sai'-nn

avec les

v o u s les

senleiiieiit

d e v o n s n n u s i i i n i i l l'cr n n ' ' i i a ' . ; i ' r s d e l a \ l e l i n m a i n c , a u les a r m e s , v n u s

VOUS

tnut, Ü

de ses a l l l n e n l s ,

rivièi'c

annamites du

ra|ipin'l

mms,

la

queje

moment vous

que vous

se

s'ils

Inrsqne

Ilui'cl

le

p r n v i s n i r'c ; j e

c n n s i d è r e c o m me I rès

ilc

-.'•nie que,

cession

référer;!

pour

du

antnrili's

la

p o u r loger

p o s s i l i l e , car', a v a n i

i n I l'eic ii res n u l

pacillqnc

N'ous n c d e v e z a v i l i r a u c u n villnns

p.ir

néces-

('ventualité,

nos soldais.

le l i e n vc, cl je

travaux

les

lors(|ue

croire

que

l ' c m l i o n c l i n re'

prii-ramine

pmir obtenir

demanderont

île

donancs

pa r r n l ' l i c l c r

Incontestablement adressons

tout

d'absnine

iii'cessaires

le c o u r s dn S o n - - K i n ' cl

l'i

l'orliliè

vnus cninmeiiccrez

sans

cas

i i i s i a I la I io n

salnlirc

sanli'

îles

\ o n s a I I r e z .'i s n r v e i I I e r posie

cascriiein e u I s

les

aussi

la

v o u s le s a v e z ,

l a l d i r n n

cl

l'nrce q u ' e n

p o u r éviler celle

cn-criine

N'onsanrczà

recnniinandc

l'Iudicr

la

il'a il l e u r s . n'avons

-iSO b o i n i n e s .

<'

à

prudence

cl

«

traiteie^

coiuun'

noUS

l i e n de les pas-

je

les

ferai

_^

interner'

l'oiiln-Coiidore. Dans

le cas

peu

ríales c h i n o i s e s , Il

esl

possible

s n r r e c l i n i l i i e l de pas

Mins que la

probalile i''vileriez votre part de

on

vous

présence la

vous y assneicr sans m'en

leneont rcriez

soi-neiisemenl seule

un

des

troupes

provoque

nn

umiivcmciil

|iopii la I i o n , M O I S a u r e z - r a m i s n i u ' avnir

ri'liri''.

¡"'1'

eoiillil. '^'^'^1


ANNEXES

835

Les fonds nécessaires à la première installation seront mis à votre disposition par le chef du service administratif ; ultérieurement, je prendrai les mesures nécessaires pour que les travaux d'établissement S o i e n t |)ayés sur les douanes. Si vous aviez besoin de forces complémentaires, vous m ' e n feriez la demande et j ' y satisferais imnuMliatenu'nt. Je ne crois pas devoir vous donner d'instructions plus détaillées, elles ne feraient (|ue vous entraver, car, probablement, il se produira des incidents et des nécessités que je ne puis prévoir, mais je compte sur votre pulriolisnn' et votre sagesse pour ne pas engager le gouvernement de la Uépuhliquit dans une voie q u ' i l ne veut pas suivre. Toute ma ])ensée peut se résumer dans cette phrase : livitez les cou|)s de f u s i l s ; ils ne serviraient à rien qu'à vous créer des embarras. L E

M Y R E

n E

VILERS.

Rivière se h e u r t a à la môme hostilité q u ' a v a i t rencontrée G a r n i e r , agit et m o u r u t c o m m e l u i . Le 25 a v r i l il enleva la citadelle de Hano'i et recommença la conquête du

Delta.

Au m a r q u i s

Tseng qui pro-

testait de n o u v e a u , M. do F r e y c i n c t , m i n i s t r e des affaires étrangères, répondait « que n o u s a v i o n s donné l ' o r d r e au g o u v e r n e m e n t de la C o c h i n c i i i n e d'assurer l ' a p p l i c a t i o n complète du traité de 1874, que les suites de l ' a c t i o n que n o u s entendions exercer dans cette vue con(;erniiient e x c l u s i v e m e n t les d e u x Etats s i g n a t a i r e s et q u ' e n c o n séquence, nous n'avions a u c u n e e x p l i c a t i o n à f o u r n i r au g o u v e r n o ' n c n t (diiiiois ».

Le g o u v e r n e m e n t français était si b i e n résolu à

l'epoussir l i r i g c ' r o n c e de l a C h i n e q u ' i l désavouait M . Bouréc, m i nistre à i ' é l i i i i , (|ni avait c o r n m II n i q u e a u ministère u n projet de convention, l(!i|nid, |i(iri;inl i n n s i i t u I i o n d'une zone neutre à délimiter entre la (Jlniie id l ' . A i i i i a m , cédait L a o k a y au Y u n n a n et contenait l ' c n g i i g e m e n t p o i i r la F r a n c e de respecter la souveraineté t e r r i t o r i a l e de l ' A n n a m . Cependant les P a v i l l o n s - N o i r s accouraient en n o m b r e et b i e n l i ' i i Rivière fiil c o m m e p r i s o n n i e r dans celle place. Le 19 m a i 188li, il '"^say,! d e

repousser l ' e n n e m i en faisant une sortie s u r l a route de

"^"iil.iv : , i t l a ( | i n ' p a r d e s forces considéraiilos i l fut lue avec le c o m ""indniil '"iiiiincs,

l'.erllic

dc V i l l c r s , deux

aiilrcs

ofliciers (d

20 de ses

nu pont de P a p i e r , où avait été déjà lue i M a i i c i s ( J a r n i e r .

kc n d i i v o r n e m e n t , q u i avait v o u l u attendre le vote du P a r l c m o n l pour

agirel(|iii

avait

iiiéiiie

lélégra|)irié

tion au T d i i k i i i , pritiiuniédlalenicnl.

de suspendre toute opéra-

croNanldérérerauva'U

dcl'opi-


856

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII IJIii|III', i l l ' s l ' i ' - s i i l I I l i n n s i ' ' i i i ' i ' o i i | i i c s . L i l d e m i i n d c d c c r é d i t s

iildii

ill' -I i n i l l i i i n s l'I i l i ' i n i , i l ( ' ' | i i i s i ' i ' I r d'i a v r i l 1 8 8 ! ? , f u t a ( a ; e | i t ( ' 0 p a r I c s (

liniubres; le

général

I run pes,

dos renforts

l'amiral

( .un rbi'i

mainl

l'iaii

U n e •l.'i8;{

line

\ lies

lin

ininislre

ilns

avail

lons-\iiii-s

et que,

miminé

:

nn

d ' A n n a m i-l

T o n k i n .

à

et

cairn m i s s a ire l ' a n t u r i tè-

Ioni

I'll

le

des

f'ranee,

docteur

Har-

l\épuhlique au T o n k i n . la

C h a m b r e

le

Delafosse.

10 juillet Challe-

INI.

lil eimnaîl rr i p i c les

m o m e n t c n étal d e r - u r r r e a v e c I ' A H ' preiianlà sa solde

civil

au

chargé

conservant

m-s'amassa it

les P a v i l -

la C o c h i n c h i n e , on

T o n k i n ,

m i I i I a i re

ipTil

Ini

elile

île s ' i ' d a h l i r s o l i t l e m e n t i l . i i i s l e D e l t a ;

i|iic l ' u n di-siraii

paciliipirs.

la

C r a n e t o t

M M .

t r a i t é d e 187-4 e n

cimcliiait

il

navale

de

p o u r dégager le g o u v e r n e u r de

l'.elmiiiislraliim, triiiipi's

division

a l f a i 1 r s i''l r a i i g è r e s ,

élainil

violé le

c o m n i a n i l r i n i n t

de C o c h i n c h i n e

s'engagea

dn

ipii' n o u s r l i i n i s d è s e r

ipii

a\ail

uno

discussion

-Dinrrni'ini'iil

il a j u i i l a

n o m m é au

inin m issairo civil

iiilerpellalion

m i ' l - L a e i m r,

iiain

riiiiiiail

1101111111'

impiirlaiile

sur

l i o i i C t était

étaient envoyés

la

d'organiser

direction

des

p o i n t de conquérir l ' c m p i r c

i n a i n l r n i r a v e c l a C h i n e d e s rel'atioiis

ilcm.'inil.-inl

de

respecter

les

frontières du

.\pi-èsiiii im-iilcni \iiili-nl sun levé p a r M . d e C a s s a g n a c , q u i

a t l r i h i i a i t les alfa i r e s il u I o n k i 11 n î l e s - i m i l i l ' s i n a v o u a b l e s » c o m m e , • disait-il,

ccii.v

qui

avaienl a

ni''

i;iici-i-i'

la

de T u n i s i e , lil C h a m b r e

\ o l a p a r ' M ' r l v o i . \ ( a n i t r e 7 8 , u n o n l r e d 1 1 j n u i - de, c o i d i a nce. D e i i i é m c , • iiiS/'iiat,

le

21 j u i l l e t ,

répondant au

l.'C'iiiir e\'|iliqiia (pie r.\niiain 'I

que

m m s

l'I i o n s .1.'

la

m-

lui

l.cs

l'ciiloi'ls

à

sa

duc

m m s

avions pas

i-n - i i c i - r c a v e c l u i , s l'-taicnt

ne

de

ili'-clan'-c,

p a r c e que

IJniglic,

avail

pas

(dinllemel-

.M.

de'clari'

m a i s que en

la g u e r r e

r é a l i t é noUS

les lia m les de P a v i l h m s - . N o i r s OU

sidilc,

cn\ii\i's

lie

f r a n c e , e'taicnl

arrive'S an T o n k i n

en j u i ' "

l e i r l I r s o p ( ' l . l 1 1 ( m s n \ ; i i e n l 11111 m'-i 11,111-m c n 1 c i i i n m e n c i ' ' . L e ciiliincl

l ' . i i i i i i \ a l o c c u p a I l a i - l )/. m m

, m a i s le

I .'i a i i i i t , l e g é n é -

r a l l i m i c i n e p u t i - i i l i - \ C l - l e s \ i l l a i ^ c s d e \ i i i m ^ ' c l d e I ),i\ n i l l ' e i i n c n l ' sV-lall |nlllri,

riii'tcmcnt

p l u s i'\iilciilc diimii's

rclraiiclu'.

I )'a 111re p a r t , l a m o r t d e T u - D u c , l e 1 ?

i-cniplaccmcnl

son

;in\

d'une

p a r 11i(!p-II()a,

intci-vcntiim

ma mia ri ns

du

à

'l'nnkin

Mué

la

d'où

pinirla

nécessité

(le

partaient

ri'sistance et

pins

les les

en

ordres

suhsideS

n i i \ r a \ I l l i m s - . X i i i i s n m c n è i c n l le ^ o 11 \ c n i e m e n I f r a n ç a i s à a u t o r i s e r iiiienctiim

conili'

il l ' e i i l i i ' - i ' de

la

21,

de

les

loris

Mm'';

le

l,S

l'Iiuan-Au

la

aiiiil

i - i \ i è r i ' de i l l l é ct

illvisiiiii

comniençait

étaient

entre

nus

deCoiirlicI

paraissait

l e 110 m I m n i e m e i l t ; l e mains

el

.M.

H a r m a n d


ANNEXES adressait 25

au

gouverncnieut

a o i l t 18811 à

le

la

télégramme

M. à

MM.

conclusion

niénie

M.

d ' u n

de

Ministres

un

la

q u i

aboutit le

l'analyse,

d'après

:

général

marine

u l t i m a t u m

traité d o n t v o i c i

H a r m a n d

commissaire

Iliiriiiiiiiil. les

de

857

a n n a m i t e

de

et

la

des

République

affaires

au

Ton/cin

étrangères,

à

Paris.

('IVlègranMHo) T u a n - A n , 25 août (reçu 30 août). «

Une

convention

a

été

signée

aujourd'hui

à

Hué

même.

En

voici

le

résume : «

Heconnaissance

•^'ve

du

l'on

militaire

pleine

liinh-Tuan

aux

et

entière

possessions

permanente dc

du

protectorat.

françaises

Annexion

de Cochinchine.

la ligne V i u n g - K h i n a ,

des

didiniOccupa-

forts

de T u a n -

A n e t l'entrée d e l a rivière d e H u e . Résidents assistés d e force s u f f i s a n t e "•"IX

chefs-lieux

de

'hia

etNghe-.\n.

tout

le

toutes Ports

royaume

les

de

provinces

X u a n d a y aux

CMlièrenicnt

p h i q u e a é r i e n n e S a ï i ; ( i n - l l a iioï. du

roi.

Postes militaires

tout où

elles

*e(|uiltécs lions au

en

Piastre

•'oyaumc. douanes,

du

et

du

de

Conférences ultérieni-es points

de

fleuve

Dettes

sur

monnaies

détail

de

la

compris

l^^rance.

la

Rouge

de

"rière -le

aussitôt

que

nnmiinilinn (banainle

Sonune

produit

la

fioehinehinc

"O'uinalinns

par

le

M.

par-

considérées c o m m e de deux

douanes ont

dans

cinirs

m i l -

l'impôt au

l't

tout

le

lèeleront régime c o m m e r c i a l ,

llin'-

de

C h a m p e a u x

réouverture me

paraît

delà

indiqué,

lédi'graphe. nnil

la

raliHcation rapide

|d(n i |inliai l i a i r e s

de

personnelles

annuelle

des

de

télégra-

enn\( nlinn.

possible.

insi;

Ligne

fortifications

l ' A n n a m

le

à

et

T h a n h -

Douanes

Résident à Hué. A u d i e n c e s

Binh-Tluian. roi

de

y

ouverts.

L e s ()lénipotentiaires a n n a m i t e s ont dennuidé la

'egation

"

échange

T o n k i n ,

Tourane

mains

long

nécessaires.

m o i n s ])ayée a u

'^onkin.

«

seront

le

du

etde

pour

discuter

' l ' i c j ' a i éluib's i n i e n l i n i m e l l e m e n t , t e l s ([uo

de la c o n v e n t i o n

certains

le régime

et

p o i n t s de détail

commercial,

les

d o u a n e s , l e s i u q i ô l s , l a (|uotilé p r o p o r t i o n n e l l e à a t t r i b u e r à l ' A n n a m , e t c . ^es

discussions

e d e m a n d e de '''Polenliiiire

^^11

qui

'l'onkin,

reiil'oris '"'•'*sa par

le

seront probablement assez longues ;

un

"^diiaire

chef élail

l'ùl

uu

homme

l e oi'MK'ral (adeva,

el

[loste.

colonel

'"ent on

je ne p u i s y assister,

ne p a s en èire chargé. 11 s e r a i t u t i l e

II

H o u c t , après le

d e m a n d a

Hichof; de

d'afl'aii'es

1"'

alorsà

amélioiée,

les

l'nrei's

mais,

les

V u o n g , d e m a n d a i t

le village

i-entrercn (ainrhet di'

de d é s i g n e r un ])lé-

un financier.

l'alfaire de

septembre,

p u i s l'amiral

loules

ct

terre

relations

de

France

P h u n g ct

recevait le et

de

avec

mer. la

il

futremplacé c o m m a n d e La

situation

C h i n e

s'aggra-


858

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

valent que

:

des

rég-uliers

la C h i n e

L(î 9 des

m a i ,

minisiri'

affaires

de

commerciales négne.ialions la

missiim

au

(pii .M.

avail

à

soil

I'l'-kin

pouvaieni

'l'rieou |nis

el

avail

lin à

intéresser

les

app(dé,à

du

Sliangliaïel

d'assislei-

IWrinnm

Tclndi,

faisait

enlin

par

note

la

Mais

la

les

sui\.inli'

l.l'

le

la

Li-Ilimi;-Chang'

(ililne

loiile

Dans a

connaître les

v.niln v u e s île

T o n k i n . Je me

suis

il,'

el

18 l e m a r q u i s T s e n p

le

du

Txni,/,

minixlrr

ilrs

iilfiiirrs

iiiiiiisli-r

gouvernemenl

chinan'

l'aris,

irni'i"^"'^"

dr

Chinr

ii

rlrninjrrrs.

l ' h o n n e u r d ' ; u (d r ,i vee N'oire

m'e.vp'ri nonla

le

enurde

empressi'

d'en la

hases s u r les((uelles il

esl

à

riiyani des

six

l«(i7 ;

la

Ces

prêt

hases peuvent

Frailee

ne

pro\iiiees

du

Sud

.In

rela I i veinenl

inrnrniei-

le

,',

Caliinel du

IVaiIça'S

0

d i ' e s l ' O " "J.

la

i m périi'h ' j " ^

(ialnnet

Iraiiçais

s'enlendi-e avec le g o u v e r n e m e n t

se n'-sunn-r d a n s .•

inlei'i

e\e a n e u n

qu'elle

l'.veellBn'^^^

i;, . n v i n n e n n ' n I

ennnaissauce

porle p o i n l

l e r . \ i i i i a i i i e l n e s'i

désir

l'i'kin

purler à

|o ( J u e

1883.

minislre.

v i e n t d(! m ' o r d o u n e r d e

Iti'pnidiipie.

traîna

l i r i i s i p i e m c n t rappe'e

pini rpa i lia's.

n'-idamalimis

1,'s ( M i I r e v n e s i p n ' j ' . M e n liicm

ponseC

Li-1 l i m | . ; - C l i a n g

l'aris, le 18 aoiit

ell<:

dc traite.

c o m m a n d e n i c n t eH

du

(,'liine ;

liienicïl

projet

:

iiiiiri/iiis

Mnnsieur le

ces

l'our

p o u r p a r l e r s avec

des

pour

repris n l ' a r i s a n m o i s d'aoTil, eonnniire

in''gOCia-

des (|uestions

pavs.

rep'l de son

nquidiaicnt

m m s .

eonlic

deux

(miama

de

de sauve-

remplaïau'M. IJourée dont

iliargi''

sud

i n I ( n o m p a n t Icms

I l e i i - Lsi n , lIsfuriMii

l'aris

le

d e ses

: l e g'OU-

o u v r i r des

réglemiail

l o n - i i e n r e l l e ."i ¡ n i I l e l , , ¡ I é t a i t

einises lai

les

à

Tscnii;-

du il

T o n k i n . (diinedcs

Init ipie

à

jirèl

du

siiili'

an In

pnnr lémnigner

d'aiilii'

élail

vue

T r i c o n se r e n d i t à S h a n g h a i oii

Li-Hong-(Jhang, vice-roi

a

en

élé

la

il

avec

Innie expliealinn

pas

n'avail

d U n k i n

chef des Iroupes (diiimises dans à

d e v e n a i t évidciil

préparail

trailer

(|ue e c p e n d a n i , nd'nserail

d(''ilara-l-il,

silualion l'aris,

m-

France

pouvait

ni'

mais il

français,

sa

tions soit à

.M.

ipi'il

IWiinam,

vcrncnicnt

r n c l i u n (|ue l a

snr

n'pondil

honnes dispositions,

garder

il

militairement.

l e m a r q u i s TSIMIL; , I v a i t d e m a n d é à . M . C h a l l c i n c l - L a c o u r

icnscigncnionts

Le

c h i n o i s étaient à S o n t a y et

intervenait

a\ail

les la

p i i i n t s s u ¡ vi'"'^*' position

1"'I ' " ' 1 " ¡'^^'^.^^

l e r r i l n i r e d e e e p a y s e n ''''

aiinexi'es nu

n i e n pi'es en


ANNEXES 2o

Que

les liens de

comme par 3°

Que

unissent l ' A n n a m

et

actuellement

territoire

au

T o n k i n

une entente,

soient

les v i l l e s

soient évacués au

ouvertes

etque

le comnu'rc(! étranger (Jue le

i"

lleuve

jusqu'à

Houge

«

et en

soirement

c.uinnene

dans

Kouge

pnrls

les soit

de

ouvert

à

la

face de la

comuH'

ville

|inint

dc

pr.aluils de

des

aval

l i t é s r i v i a a i n c s (ni

de

la

forces

moyennant

des

consulats

à celles q u i

régissent

;

navigation

des

n a v i r e s étran-

situé s u r la r i v e g a u c h e du fleuve

Sontay

extrême

p a r les

villes,

étranger,

Ciiine

Tho>iang-llô-Khouan »,

d'('clnini;r

'•eu

la C h i n e restent

occupées

certaines

p o u r r o n t être élahlis, a u x ciuidiliinis scanbhihk's

gers

à

le passé ;

le

françaises

859

vassalité q u i

et

la

qui

d o i t être

navigation

])rovenance

du

considéré

étrangère

Y u n n a m

provi-

et

el

comme

des

•>" ( J u e l a ( d i i r n ' s ' i a i n a ^ ' e à u s e r d e l ' i n f l u e n c e q u e l u i c o n f è r e puni- l'aeililiM'

silnni de

la

force contre

('" ( J u e l ' o h jet

toutc

d'une

Sincèrement

la

poir

plus

Pavillons

convention

désireux

seront

servir

à

le

la

fleuve

Rouge

sa p o -

et éviter l ' e m p l o i

Noirs; enlre

la

France

ct l ' A n n a m

soit

Chine.

darri\(i' ma

impérial

sur

nouvelle

à

uneenlente

piiseril

sérieuse a t t e n t i o n

qu'elles

pourront

les

cninnna'ic

enteute avec

gouvernement "

le

loca-

;

du

l'objet

à

au

français

a|)préciation

temps

sujet

recommander

cabinet

d'une

provn<]uer

de

un

et de

du

ces l u i

T o n k i n ,

exprimer

bienveillante

échange

dcvues

le

proposilions

el

l'es-

qu'elles

sur cetleques-

*'on q u e le g o u v e r n e m e n t impérial t i e n t profondément à coîur de régler d'une

façon

Veuillez

amicale agréer,

et

satisfaisante.

etc.

TSENG. La

C h i n e

servant 'Ifiuve M.

en

sointiH'iioiis

d'intervenir R o n g e a

la

uitvigation

C h i i l l e i n c l - L a c o u r

/.e

deniaiuliiil

directement

p o u r

d'évacuer le T o n k i n ,

pacifier

étrangère jusqu'à

répomliten

ces

Chine

à

la

ee n m i s ,

le

maripiis,

m'inlïna

eliinnis di'siranait

vous avez

'des mettre

ré-

h a u t e u r de

le

Sontay.

nu

marquis

de

Tseng,

minislre

l'aris. Paris,

Monsieur

se

pays et d ' o u v r i r

termes:

miiiixlrc ili's iilfiiirrxélranijères, de

le

bien

conditions lin

vnnlu,

dans

27 aoûl 188.3,

I c s i p n d les

d I f l i i a i 1 1 ('-s

airx

le

pai'votre

existantes

le au

office

du

18 de

gouvernement 'fonkin.

Per-

" " ' l l e / - n n i i d e m e IVdicit(M'ipie, r ( ' p i n n l a n t a u x instama^s i p n ' n o u s a v o n s l'liisi(aiis '"ip(a-ial '"'«'11

luis laMinnvidi'cs, ail

jnt;-!'

le

snil

monnail

l'élicitiMMis d a v a n t a g e s i

à NCIIII

Paris, de

soit

nnus

eutdiine,

le

gouvernement

c o m m u n i c j u c r ses v u e s . Je

li; c . i r a c l è r e d c q u e h i u e s - u n c s

des propo-


860

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

slliiiris

<|Mi'

lili'dc

les

v n u s ,ivr/. |)ii'M(hi',

été

chargé de

dans

me soumettre

leur ensemble,

poui'

n'excluait la hase

d'une

possihi-

discussinu

utile. Les

déclaralioiis

(juc

C.hamhri's, aussi Miiis

aMT (bis

ilaiis

ilaiis

iliiailli''

rriiaiiirs

nous

piniède II

ne

des

(|u'il

inauièredc ri'-sullcr,

que

nous

ne

propositions

(diinede

nOUS

voir A en

revemliqnons an

saurions

n'esl

d ,'• i i v a i e n I, les

inli'ièls

dale qui

il n

il

île

la(|uellc

rnnissaieni

à

i

ler aiipiis

la lie

li-aili' aMC

ri'tat à

Cour

rordre

el

le

dans

iiianvaisc

fui

des

line,

p a s su

cnmmc

faire

pour assurer

ne d o i s

cabinel

niealion,

d'i-

serez donc dans

l'exa-

fin d e b o r s d e

d'envisager,

la

en ce (ju'elle

d'A u na m et des droits piiisseni

éire les titres

proei'-der q u e n o u s nC

le poinl

nous a\ons à

de

cienr,

la

les

des

qui

de

mins

les

d r o i t s ni

I i e n s d'à n c i c n nC

ne

lui

perinellaicnt

ne l i l

pa s d i l ' h c u l t C

l'Iail

chargé de

cnnlcsler

rappeler

qu'il

la suite

les

il

Pi'diin

de

à

p r i v i l è g e s pOl""

i n l'iirini'des consi;(|uenCCS

•fonkin.

cette épiiqueel

l'di''

maintenu,

mandarins

par

nnus

vnti-e.

d'en

neufans,

le. i ^ ' o u v e r n e m e n t d e P é k i n ,

el

molils

iln

pcnsi'c

ainsi

a

les

formu-

la validité de

notre

I rnii pes i m pcrialeS

apparlenail

di'sorinais de

pays.

;

l'ait

des

le

il

ya

à

que

iienlans,

la

négligence

ilniic nous

avCC

dcvon»

régler les affaires

r e m pla cer 1 es c o n v e n t i o n s qu elle qnl, la

du

les

ili'qiarl d'nn l ' c b a n r e

sa n s port er a t teinte

s i ' c n ri I !• des p e r s n i i n e S

l e s l ' a c i I iti'-s

bassin

nécessaires p n u r rela

lleuve

Hnut;e.

riiitentinn

nia n i li'Sli'C

P''"'

t e r m e s mêmes de vol rc enin iro'de

ri'i;ler

m n l ifs

csl (.'est

actnelles,

di'ana relie q ne

l u i , de

po n \ a i l q n'èt re p r O '

a.iniles.

arrangiancnts

donnant

n'eiilendons pas nii'CnnnaUrC les

ne

ranleen

garantissiai l

l'aire, s e i n n

cnmmo

qui

la

d e s d i l'licn I lès

l'ordre dans

rctenirde iinpi-rlal

el

y

rappelani

notre a r e n i à

I e r r i I oi r e , y eu

il

rapiicler,

i i i e n i n pa I i I d e a v r e

en

de ma nilcriins de

e\i''cnler

des transaclinns,

'l'oiil

nnus l'avons

lui

de

silualion

s'empressa

r e s p n n s a Id e

.\niis

eoncéib',

pa s j n - i '

pas

ce

pas

r i u t i ' i ^ a - i t i ' dc s o n

.le

il

n'a

de

Idir et

l'ordre ne

actuellement à traiter

manière, de

all'aires

i l e c l i n s e établi à

'l'nnkin.

n'a à

II n'eut

r.\nnam

aujiinrd'hui, du

iles

recoiiiia issa I I I

'fonkin.

la

aux

d'avoir

saurions nous associer.

quels que

S o n r - K o i . I , o r s q ne

de e i i l e

ilemandc que lui.

r.\iiii.iiii,cl

maintenir

el à

nunie

ri'ni'rale,

le.Unyannie

une

r\niiain

d'arridrr

Si

pas

nousne

ni'eessaire

n e l'a

il l'si n I !• r e s s e r

Htaldc

Vous

d'enlian-

nous avons

dans

laClline.

p a s ,1e s e

du

fait connaître

opportun

'l'nnkin. Or,

pas

m i s an l'ail

I X T . ' i , a è'Iien

l'Iioriuciir

aeeepler.

I i e n I i e r s l i a ns la \ a 1 li'e

avee

eu

objection

cIT'et, q u e

( i b i n e , e'esl

d'i-M'iienienls qu'il

qui

onl

convient

Le r o i i M r n i i n e n i a n n a m i l e n n u s a

en

j'ai

maintenir.

pas

soulève u n e

nnlre siliiiiliou

iiiMiqués p a r la

vous

|in hl iq n r incii l

faites

(|ue

nous

nous paraisse

ilnne

la

temps,

entendons

seiniderail

a\ee

entretiens

p r o p o s i t i o n s q u e v o u s m ' a v e z I l'a i i s i u i s e s .

hypothèses

si'lie lie l e s

gouvcrncnu'iit a les

res derniers

leipnd

|ias s u r p l i s i | i r i l Mieii

le qnc

bien

qu'a

vues snr d'une le

nue

l'aeiin

qncsli""

q'"''

amicale. No""

giiuvernemeiil

cliino'*


ANNEXES de s'inh'iisscr

h

ce

(|in

R é p u l i l i i | u c csl jircl à pas

d'objection

ranties qui l'ère

de

tant

Iralic

fleuve Le

à

lui

si'

examiner,

de

concert

au(|uel

se

avec

nécessaires

la répression du livrent

861

Tonkin.

Le

g o u v e r n e m e n l de

la

c o m p l e d e ses p r é o c c u p a t i o n s et n ' a u r a

Iciiir g r a a d

paraîtraient

Chine,

au

piissi'

les

le c a b i n e t

touchant

brigandage

la

el la

négociants

impérial,

les

ga-

sécurité de la f r o n -

proleclion

chinois

dans

dc

l'impor-

le b a s s i n

du

Hnni;e. ni n'esl pas éloigné sans doute où

nninn

cctti! i p i c s l i i i n répéter qu'elle

ici,

détail,

en

de

dignité

sa

pas

incnmpalibl(!s avec

'lue

nous

Agréez

voulons

y

et n o u s

nous

p l a i s o n s à le

t r o u v e r a disposés à respecter les

q n ' r l b ' n.nis

croiiiiil

nous aurons lieu d'examiner

la C h i n e s a i l déjà,

de

m a i n t e n i r el les liens q u i

la situation

que

traditions ne

nous avons .prise en

seraient

A n n a m

et

conserver.

les a s s u r a n c e s ,

etc.

• Signé : C H . V I . I . I Î S I E L - L . V C O L I I .

Le 15 septembre, le m i n i s t r e des affaires étrangères r e m i t au ministre de

Chine

un mémorandum

offrant une zone neutre à la

frontière c h i n o i s e et d e m a n d a n t l'ouverture de la v i l l e de M a n - H a o <iu c o m m e r c e étranger. La C h i n e les refusa et par une note du octobre, lit connaître la s o l u t i o n q u ' e l l e désirait : faute

d'un

''oyaume du roi

d'Annain

Chine,

son

laiss(aiiil ^Ur le

tel

qui

cju'il

vis-à-vis d e

excepté,

liongc,

nc p o u r r a i l q n c

slalu

le 1873,

aucun

g o u v o r u c m c n l impérial

an

ll(ni\e

conservait

existait avant toute puissance

suzerain, seul

pas

L e s (linix

i/uo

quelconciue,

du

l'Empereur dc

antre arrrangemcnt, qui

le d r o i l e n t i e r

lui

politique

et l'indépendance entière

el

ne

exclusif d'agir

pa ra ît rc i n a d m i s s i b l e .

snl n I i n n s (|ui v i e n i n a i l d ' c t i a ' s n ! ; t ; é r ( ' ( ! s , l a C h i n e p r é f é r e r a i t

' a prcnnlcee : de se

arrangement

d ' A n n a m ,

hnn\('i'

e.ir,

l ' é p r e u v e di' Innle

l'Ianl à

ainbilnni,

elle

regretterait

m i s e cai d i a n e u r e d ' e n q i i i ' t e r s n r l e t e r r i t o i r e d c s o n v a s s a l

' l ' i i d l e a s n l ' i ' s p c c l e r ( b q i n i s (bnix s i è o l c s . •^•is i l a n s "es d r n i l s

el

d'('\iliM' u n e o c c u p a t i o n

rinipnsslliilih' ses inli'aa'is,

cabinii

le

(]ui

sauvegarderait

impérial s e r a i t prêt, n i a i s s e u l c m c n l

d a n s é e c a s - l à , à il isiai I l a ' I a p r n p n s i I in n d U g o u v e r n e m e n t f r a n ç a i s e e r i n i i i l l'ida I d i s s e m e n I ''^OUan,

Irniiliere

^'erail l ' ^ a l e i n c n l

p a v i l l n n s de

par

liinics

' ' • a i-e q u i c n n c e r n e l"''qiiise, à

liire

mesure

ncnlre.

' r n n k i n , ct

r i n n c r l n r e

les

du

nalinns

le lien

prnvisnire,

';"''• ' l e . S n n l a \ , cm '"•''là

znne

c

pniiil

qui

du

K n u a im'-lii n ni l c l a l i t n d e . II

ileori'

des

des l'cba n y c s , le la

ville

de Tl

e v I ré m e . q n e

d i'\c I n p p c m c n I

dn

répundraieiil a u x

Himge à la

lleine

nul

con-

située e n t r e le a i ) ' '

d i s p n s i - à l ' a i r e d e s p r n pi isi I i n n s q u i

' ^ e s n i n s lin c n m i i i e r c c ^es

iriiiie

m i ' r i d i n n a le d n

Irailés a v e c

navigation la

t;nn v c i n e m e n I

Chine. iinpi'rial

a n - - 1 1 n - K ln ma n , si I n é e e n j'a va i s

d'abiiril

c m n m e r e e , on

prnpnsi'.

pourra

.\ n

c n l r e r cn


862

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

négociations points à

avec

situés p l u s c n

l u n r i r

ui

(icllc liail(''s

la

ville

la

;!(! ( M l ( d i r e

188.'i,

lie

les

exposa

M. le

que

et

l'ails,

du

a

par un

explnils, le

Iraili'

ai

ciiraLii-

l'Iisais

de

IS7 i , ni

ce

remonte

iuatin,

avez l o u j o u r s mais des

élé

très

savez

cabinet

crcdils

liien

dnnl

l'honorable

M.

(Icorçcs

M.

le

snrii ;

je

à

la

l'açnn,

p o u r eonsiipnnee m ê m e du c r i ' d i l

n e

a

du

le P r é s i d e n t

.N'y

T o n k i n

en

avait-il pas

du

ipii

jirésidcnt

du

ai

T o n k i n :

enraL;i'

U""

v i c i I l e s île p r è s d ' n r i s i è d e , l'rance,

deux

Iraiti'S, l e "

( i a r n i e r , el,

linalcincnt,

Ce

inin q " '

n'est pas vous

le

ca r

dites.

ccl le

all'idre

la

eliaiiilne

dn

Irailé de

r e s p o n s a lii I i l i -

première

reloinli.iil

ministère

rc n i e

de

pas cel I e ce

el

pelil

sur de

M.

inni,

VOU*

Prcyciliet)

r e s | i i i n s a h i l i t é , ([in^

cri-dil,

qui

csl

l'CSle

IIIIIIL;'I'I...

... ( J

'est en

poiirliiil

d'ciccirir

li

juillet poinail

ne

allairc

inn

mnnlire de

IN.SI

qu'il

avoir,

CM c s l

en a i H ' " " *

pl ns eonsidi'rahlc q u e le

eecri'dil

lialeanx

i'Ia i 1 s p i ' c i lié j " " " "

plais dcstini'S à

purfìei"

rninue...

I

Cmiseil,

M'IIII un

que

pri-senti'

.M. ( i e o r g e s P é r i n . — ( l u i , c'esl a i n s i .M.

p a r U'i

l e s a i s très l i i e n !

la c o i i s l r u c t i n i i d ' u n certain

çaiseau

le

C l e m e n c e a u ,

l'affaire

inni

la

ne I e c o m p o r l a i I ; q n e

lleuve

f e r r y ,

m e s s o n v e n i rs,

sons le

a n e n ii e me n I

chiffre

l e s e m b o u c h u r e s (In

je

Conseil.

ii'a\ail

sur cor-

C h a m b r e ,

et

l ' e n I r e p r i s e Inn k i n o i s e

INNO,

conseil

.le

dn

nos

sa

inar((ii('a'

Périn

Xalinnale.

de dire

parcelle

commission

l'iriii.

de

ai;ir

s d n m oi s d e j n i I le I I N.S | . ( In i, voUS

de

pa rl i c ,

dn

la

.Inles

d a n s

kra in;in s

ra ira icii i r

hier

en

com-

a l l ' a i r e s i'I r a i i t è r e s ,

ili'peiise, c o i i i u i e

dise

ene-an'i'S

faisais

l'risnieni (|u'll

tort

q u e c'est

pii'sidcnl

riinis

cpiinze

aviez

des

M.

pas

pour

de

la

l'adversaire

vous

prcniiei's

ni

pour

cl

lniii,\olri'

de

I r a d i t i n n s di'-jà

rAsscinlili'c

rexpi'ililion

assez

c r u

anglaise

siiiioiil

(ieorges

n'esl

Cr des

fut

fialiçaisc

a v e n I n re

Miti' p a r

[irosse

m i n i s l r e

,M.M,

(ainseil.

niei'vei I leu se

la

au

l'nliainkMi

traitée, d e v a n t

idie

e,\|)éditinns m i l i t a i r e s g i n r i e n s c s

des

cl

v.aineiiKMil

la

d i s c o u r s

à

IlaiIiIion

pnu r hase

Lao-lvaï

1880.

fut

j o u r s :

ri''piimlniil la

d(!

T o n k i n

s u r les

|)r('si-ul, c o n s e n t i r

à

i i i l e r i i c l l a l i o n s u r les afi'ai res du T o n k i n .

il(ai\

d'aliiinl

ipii

dejiuis

r i i c i i d r c

dr

ville

avail

d a n s

( d i a l I c i n e l - L a c o i i r,

Président

cntre|)rise

T'iama'

la

a li n

la

du

l'dle

[liililiaiil

<oniliiions

qui,

Ioni

élaldil

lai

iliira

.M.

C o n s e i l ,

unnnc

(Iciii.uidail.

ii ne gia inle

d i s i i i s s i o n

d i s i n n i i s

ui

r(''vacua I ion

lilcn

avec,

d a n s CCS

i|ni

Man-Ilao

europóciine

ti'est

du

de

(diine

i-cspoiulaiico

i m ]i('iia I,

u c s a u i a i l , (juand

a v a n t . M a i s il

c'l'iail

l'ois

i|iic

ro|nnioii

La

gouvcrni'ini-nl

le

dn

v n i i s a \ e/. l ' i i t ; . 1 " i ' l ' a Ik'"'''

.N'y a v a i t - i l

traiti'

'goinerneur

que

de

delà

dniic pas

de

u . i r n i s o i i ('"•'"'

ISTI? ( ioc l i i n c l i i n e a n q i i e l c l a i I

j " " "


863

ANNEXES ciilièrcmenl Est-ce

réservée

que

danl

ce

n'est

Rivière?

'c cabinet

la

direction

pas ce

Est-ce

dis

pas

affaires

gouverneurqui a

que

c'est

présidé p a r M.

lioniines"? Je ne

des

le

Duclerc

(|u'onn'en

que je

q u i

envoyé

cette

affaii'e

tel

ou

tel

cement

du

T o n k i n

président

jusfiu'à

le

une

du

la

a

cela. Messieurs,

change pas

Conseil,

fin,

pour

ne

pour

tel

ou tel

comniniin'est-ce

les

avec

tel

ne

ou

la ques-

fasse

tel

pas de

ministre, à

D e p u i s le

française

pas 700

responsabi-

déplace pas

cabinet.

une affaire

et

Corrére

qu'on

à

T o n k i n •.'

avant le

la

repousser

personnelle

à

c'est

et

au

préside,

pour qu'on

caractère,

affaire

envoyé en

cabinet

'ités ; j e f a i s s e u l e m e n t d e s réserves tion,

militaires

commen-

et u n e ([ueslion de

patrie.

P u i s i l n'y de

e x p l i q u a 1,'état d e s n é g - o c i a l i o n s a v e c l a C h i n e , r é p é t a q u ' i l

avait

pas

nous

et de La

et

exposa

solidement

q u e le

dans

le

but

Delta

du

et

g o u v e r n e m e n t

de

s'emparer

P a u l

Bert.a

de

était

Sontay

liac-Ninh. (]hanii)re vola

les

m c s i n c s

les

inlérèls,

confiance f'dre

rupture

élaiilii-

les

«

Le

20

et

Courbet.

AL

La

^f.

l'honneur

l'crinclt'

et

la

le

déicriniiiail

.M.

.Iules

civils

et

le

marcjiiis

I^e à

l''env

nu

F r a n c e

prit

et

/'ri'sii/i'ii/i/ii

le

une

'l'ier une '•Ccnnt

Iclli'i'

du

di'-pi''cl)e

lèlègr.-iinioc

de

dans de

bien

pour

à

faii'c a p p e l

p l a n (pu- I Prélalions l ' ' o r i l i > e :i

s I;,

vos

voire

'fricou

pimr

M.

IHUIS

ol'liccs

du

donkin

- o , i vc rue m , ' u I

r\r , • , m n i ,• n I d i u i u , ' ' a u \

l'eniis

h'eriy

/un-

niiiiislrr le

à

de

l ' a m i r a l

:

iiileriiii

\onlu

d'empcclii'r lieu

me

ni

l e s lU-iIres je

quia

,1e

iif/'aires

ii/'iiris. 1883. r o m n i u n i -

|HcMd

d l'C l a r a I i o n c l

ne d o n u e

i/i's

ilrChiiir

r orii.-iellc

<l,'

affaires

raisons

17 n o v e m b r e

avez bien

doi

aliii

des

jiour

eiMJveruemcn I

celle

de

v i g u e u r .

iiiiiiix/rr

M n i s a \ c / c \ ( ' e n 11-

v o l . u i l i c r s de

p o u r s u i v o n s au pari

vous

p o u r

210 voix

porlofeuille

Jules

i-inisri/.

mois,

avait

la corrcsiiondance suivante

M.

7'xriii/.

lai|nelle

b a t i o n i\ l a n i a n i c r i ' i h u i l ^OUS d o n u e acte

ce

T o n k i n

e x p r i m a n t sa

g o u v e r n e m e n t

élaieni

Paris, Par

et

a b a n d o n n a i l

alors et

milr(jllix

du

»

ministère

a g i r avec

mililaires

Tseng

/'V'/77/,

./ii/cx ('/riiiii/rrrs.

la

prudence »

approuvant

p o u r sauvegarder au

de

existants.

(Jhine si' d i ' i n a s q u a

entre

d e JNL

(Jliallemel-Lacour

pouvoirs

^échangea

j o u r

g d u v c r n e m e n t

cl

i-liilVre

que

les

le

iraih's

iiovi'in bre,

•étrangères 'santé,

la

les

ce

ordi'o du

par

droils

dans

exéciilcr

"tajorité

un

piiscs

li'\le s.m

d'un

appro-

i n i p ( u i a n \ . .le m'en

:

àsc

l ' i ' M ' e n I i o n du lauss,.s inl,-|--

l'('kin.

I r, m p e s I r a ii i ; a i s , ' s ca n I l u i n , ' c s i l a n s


864

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

le bassin tion

du

n o u s a

Hoa e l

fleuve

liae-Miili.

c o l o n n e s près

ni

à ce

<(ue

arri'Ier

que

.le

|dus

déjà

s a n e e lie

vnl rc cire

v e r r a , en dont

nous

si,

ilc deux

si

inarqllis

ilr

I en rs

il

Dans

le Itl

lieu

le

île

octobre

g o u v e r n e m e n t Rouge

et

\'is-à-vis de l'honneur

français

des

et

rem|)lissant les

de

la

C h i n e

nielle rial

a

dans

que

claration

de y

des

ceux

l'nisipie

c^

l'égard

il

|)assé,

c'est

(ours

s'est

cl

de

ilr

de

a

de

de

décidii

Votre

de

de

il

d'auti'C

l'iantsanS

la

cnnnais-

vnus

parait de

'I'snnn'-Li-Yamen y

ili'si r d'i'\i I cr

loule

lui

lui

17

le

de

du

de

ainsi

raisnii

ipicn

temps,

adressée,

c o m m e au

il

quiavait

d é c l a r é (ji'e I "

delta ct

du

tleuve

Itac-iNinl'-

desdroits

verin

le

de

la

de la

su/eraU'S suzeraineté

di-mande

fo''

g o u v e r n e m e n t impé-

avait

T o n k i n

1881!.

g o u v e r n e m e n t , ,|

que. usant en

troupes impériales

le

linng-lina

Fi'l'l'U•

l'Iriuuji'i'''^'

C h a m b r e ,

conseil a

m o n

.1 llIi-X

nnvemliri!

inemniieni

avait

M.

ili'siif/'iiirrs

la

s'établir d a n s

Son-Tay,

FEUUV

l'iivis.ii iiilrrini

si'aïKa'

d'ordre

r A u i i a m ,

(|uelqu(!

la

Excellence

l ' A n n a i u

sou

à

elle

Le

nuire

C.lliiir

le l'ri''si(leiit

villes

devoirs qui

le roi

envoyé le

inli''réls e t

il

à

à

faudrait cl

d 1 s p n s i I i n ns c n i i c l liantes

iiii/iixlri'jjiir

déclaration,

cette

d'annoncer

il

françaises

l'espère,

à'i'èfln.

preuve

iniiuxlrr

au

des

combinaison

pari

s n r r c s l i n u

je

ma rq nc

roiisi'il,

d e r n i e r , M.

s'emjiarer

dc

part,

|)OurconcIurC

pays.

II

m i n i s l r e ,

pnsseSsioilS

ce cas,

cnvnvi'cs

l'aris, iMnnsieiir

forces

p n u r sa

niie ])areille

celle

einn me

l'aire

'rsriuj.

l'ri'siilriil

îles

s'e ii I e ml re d i r c c l c -

Jules

U

lp

nCSC

avantage

eelnl

s e r a i I,

d c s l r n n p e s

accueillie

les

à

en I re

l'i-kln.

pniier

iinuvelle

cessi'

entre

a n ra i l - i I

il

aiinellc.

r i n i v e r n e m e n I,

nnc

de

l'usscnl

riienre

i n n I i le i p i c

p i i n v n i rs néccssa i r e s

nainre,

Horig-

a m e n e r nos

s n r le Iml,

-I

l'n'-pii Id i q n e

iipéa-alinns

de

n'avons

complication

la des

reconnaissani

cas,

y

anturisi-s

i l i - m a rea I Imi

île

convenaldes

l'a v n r a I d e m e n I

tout

île

de celle

à

ma le n I e ml n,

l'nsseni

Caliinel

commencées

pas

li\è

e m p s i l ' n e e n pa 11

Cmirliel

bref délai, les

sera i I

m m n e r n e n i s .

Innl

nuire

liyne

ne

mis

de

Irmilière

nue

dnivent pninI

a l i n ipi'èlant

l'adlièsinn d n

vnus serais

nalnreà

la

Instructions

le

dnutc

de

i I

ne

avisé-,

a r r a IM^CIIICII I

idilcnir

lies

dans

un

Inl

piirli'e

m u n i r l'a m 1 ra I

place

eli i u n i se,

en

" n n ve ni e m e n I

l.e

certains points dont l'occupa-

ces n p i ' i a 11 m i s

pnnri''\iler

viiisinesile

[iinir

dispiisi'à snr

la

iiièine,

respeelives.

devail

sur

s ' r m pa rer de

Irmilière

le e m i i ma m l a n I

clliiinises iiieril

la

ipic

impi'nlal

pas

l'eul-èlra',

de

|)aru iiul i s p c i i s a lilr, i i o l a n i n i e n t de Son-Tay,

Hicri

lie

gouveriieiiii méprenne

R o u g e

toujours

fail

p n u r y

maiiiles

l"'s>

s a u v e t ^ a r d c r ses

vassal.

justement

susmentionnée

i r n u p c s im|)crialcs, je

dans de .M.

dois

li^s le

piiraL;es

aii\qnels

l'ri'siilen i iln

notifier

ce

lail

a

se

rappi"''e

i o n . c i l ,pic se \oirc

irniivcn

l,\iellence.


863

ANNEXES La présence de ces

li'(iii|ii's,

Excellence, fut r e c o n n u e wicl-Lacour, luestion

le

de

se

le

rappelli'ra

sans

( [ u e j ' a v a i s IMI

reuirellen entretien

son

dnale

Voire

a s c e .M. ( i h a l l e -

Lxcellenee

suggéra

la

leur rappel.

Toutefois,

un

dans

l * ' ' août d88;!,

vu

les

inattendue entre fais

('(uniiH'

devoir

complications,

les

troupes

d'en

faire

que

pourrait

françaises

le

sujet

de

et

les

cette

produire une

troupes

collisiiui

impériales,

notitication

je

me

formelle.

TSENO .')/.

./////'.s' an

/•'ce/'//,

niari{uis

il II

jirt'xiili'ii t

Tsenij,

f,'ousri/,

iniiiisfri'

île

iiiiiiisfri'

Paris, Le

17

de

impériales,

ce

mois,

envoyées

actuellement

vous au

dans

avez

bien

T o n k i n

les

il

parages

i/i'H

Affaires

étrangères^

t'Jiiiii'.

voulu y

a

le

19

me

quelque

assignés

aux

novembre

prévenir

1883.

que

temps,

opérations

des

se de

troupes

trouvaient notre

corps

expéditionnaire. Le

même

annonçais, mencé jugée

jour, de

leur

,1 e x p r i m a i s des

Le

l'idée

ligne

titue,

semble,

•le "U

mi'

les

ol'ligé de

s'est

y

aurait

fussent

le

à

peut-être

entre

intérêt

à

m'inforuMo- sans

le

ce

vous

notre

vous

doute

com-

l'oecupatiim Lu

même

(|uc

les

est

temps,

commaii-

directement

positions

que

vôtre, je

sans

dont

pour

respectives.

signalez

proposition,

prévenir les d a u n e r s

dans

ces

(|ui

cons-

d'um-

colli-

pays.

p e n s e r dès l o r s q u e , vu l ' u r e e n e e ,

immi'dialiMuent

la

s'entendre

leurs

de

sûr m o y e n de

points

à

cbinoises,

forces des d e u x

avec

a v a i e n t déjà

fleuve Houe-e.

autorisés

l'opportunité

plus

croisée

colonnes

s'emparer des

troupes

encore

plais à

saisir

nos

di'uiaication

des

ajoute

ce

(|u'il

ib'

voisinage

entre

pour

armées

parages,

sion

l e t t r e (|ui

que

encore dans le delta du

deux

arrêter u n e

une

côté,

mouvement

nécessaire

<^ants

|)ar

m o n

i;i)uvi'ruenicrit

r d a r d

de

la

suite

\ ons aurez

impc'uial, (pi'cdle

lui

et je aui'a

cru

devoir

vous serai paru

coni-

Port(îr. .Iules Le

iinôincjour,

*^Opie

d'une

chargé'

note

d'all'aires

^'Clt(! n o i e se

''''

i;iiuvi'îaieincnl

tendre avec elle

timents

luarqu is

adressée en

la

T s e n g

par

le

(!liini',

lerininait

' " c l a t l o n s .-ivi'c

SOuverncmenl

le

ainsi

impi'-rial

et

remollail

protestant

est

1res

i r i i o n m u i r et

à

contrôle

di'sirenx

un

de justice,

île

Jules M.

de

traité

\oiilail

consii\cr

ri'Ciproque,

a r r a ll^•enl en 1

IVanijais, rciioni;aiil, c

L e s C o l o n i e s , v o l . I.

M.

l'eriv

la

SiMiialle, île

llin'.

:

l ' ' r , i n c e , c l . s i c e d i ' - s i r est

pour arriver à

à

T s o n g - l i - V a m c n

KEHIW.

n' 11

à

iiiêi

ses

lionurs

est prél à

ramiable.

n o u s le

quand

il

s'ee-

.Mais si

le

sciiilile, aux senlupii'lcr sur î»5

les


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

866 l i e u x occupés français

qui

riales, la

p a r les aurait

mises en

force contre

Iroupes

voulu

impériales

rompre

la

au

Tonkin,

paix.

d e m e u r e de sc défendre, ne

la

ce

Car alors

serait les

le

cabinet

troupes

man(]ueraient

impé-

j)as d ' o p p o s e r

force.

M. J u l e s F c r r j répondait le 22 quo le prote(;torat de la France avait été fondé p a r le traité dc \H1A ct déclarait q u ' i l ne pouvait accepter les termes de la c o m m u n i c a t i o n du Tsong--li-Yamen a sans doute à une e r r e u r de t r a d u c t i o n .

dus

»

Le m a r q u i s T s e n g écrivait de n o u v e a u le 24 :

Le

m/iri/nix il

Tseng,

M.

Jules

minislre Ferrg,

de

Chine,

ministre

des

Affaires

étrangères.

l'aris, lo 24 Par une me

faire

lettre cn date du

17 dc

connaître l ' i n t e n t i o n

de certains

notamment Son-Tay,

Ilung-IIoa lieu

plan

venir,

(;n

vient de Plus

ne donne impérial,

me

propose

dans

la

de

faites

de

la

portée

faire

N'otrc

la

même

des

opérer

Excellence

autorisés

démarcation J'ai

appel

à

entre

loujours

bien

voti'c

par

dépêche,

les

le

des

s'entendre

en (jue

Et,

bons

le

bien voulu s'emparer

u

afin

(|ue

offices mon

l'exécution

jiarl

du gou-

|)our

les

pré-

gouvernement

de

françaises le

telle

(|u'elle

répondrait a u x

sc

tout

contre

malen-

français se

les

villes

c o m m a n d a n t des

su.sforces

v o i s i n e s d e l a frontière

pour

arrêter

une

ligne

\e.

|)lus a g r é a b l e

de

mes ilevoirs celui

ue surgisse entre

trouve

positions où

in)s d e u x

|ia.YS,

Pékin

[luissc voir dans

formulée d a n s

votre lettre, une

sc

trouvent, en

ce

moment,

françaises, néanmoins, vu

à

l.'occu|)alion

mon

gou verneinent.

de ci-rtains points,

n o t a m m e n t de Son-Tay, lloiig-""'''

el Mac-.Niuh, dit X'oire l'ixcelb'uee, v o u s a t o u j o u r s p a r u indis[)cnsahle. regrette

désir, de

le*

(|u'clle est

[lar le désir d'éviter t o u t c c o m p l i c a t i c n i , je n ' a i p a s hésite a

eommuniiiuer

.ie

de

res|)ectives.

l i e u d e d o u t e r {|ue l e c a b i n e t d e

proposition,

prévenir

gouvernement

forces c h i n o i s e s

positions

considéré' c o m m i ;

vue

d é s i r (|uc

directement

t r o u p e s im|)ériales ct les trou|)es

"

mes

troupes

exprime

leurs

que j'aie

m e s u r e (|ui

motivée

A

mouvements

d r | ) r é v e n i r (|ue ( | u e l ( | u c l U i i l c n t e n d u et

»

intcr|)rétations de la

inar(|uc de confiance que

IVançaises d u T o n k i n c t c e l u i soient

français dc

me témoigner.

sur

diles,

et B a c - i N i n l i .

à dc fausses

vous

servant

loin,

tendu

Votre Excellence a

gouvernement

points dont l'occupation vous a toujours paru indispensable,

dc ce

vernement

ce mois,

du

novembre 1883.

lanl

bonnes

vivement de

fois

relations

de

reci^vinr

réitéré avec

par la

le

cette

déclaration,

gouvernement

Chine, j'ai

de

la

et

tenant

français, difficulté

dc à

"

coiup'e conserver

compren


ANNEXES 'luello c s l la der

nécessité

d'occuper

troupes De

lieux

cette

déclaration

recherches

hors

gouvernements.

l'invitation

2' août, 'faites

de

Je

le c a b i n e t français à déci-

depuis

longtemps

de

votre

occupés

par

les

je

n'avais

fait

entre

nos

pièces

aux

si

échangées

d'introduire

dans

(|ui

se

trouve

diplomati([ues

Chambres

»,

je

me

dans

par

suis

«

sa

nement

a justifié les dernières

français a u

de

la

T o n k i n

France.

Ei;

opérations

c o m m e

de

faisant

ordonnées

nécessitées

l'éloge

de

«

par

le

par

la

le g o u v e r -

moutri-

comme

gouveriunnent Houu;(-

et

Cette

miui

'•aiion

un

Jus(|u'ici

Voici

au

])osscssion

voulait Sou-Tay

et

le

car

nouveau

dont

s'est

des affaires étrangères, eu '''onkin

:

«

Je

ne

g o u v e r n e m e n t de Pulations

du

fais la

découler p o u r l u i . MM.

(iambetia,

elaratiou. de

tous

"ous

Si

ses

de

servi

idon-c

(|ue

je

une

très

tait

départ

déclaré delta

me

suis

a

leur

que

le

du fleuve

la

M.

Harlhélémy

de difficultés a

l H 7 i (!t d e

ma

de

empressé

pénible

méconnaîtra dans

s'appuyait,

répiuise à

Kreyciiiet

donc,

([ue

cette

politique

pour

de

impression décla-

française ;

justifier

l'inter-

d ' A n n a m .

Sainl-llilairc,

minislre

|)remièi'e d é p ê c h e a u s u j e t d u

vous

assurer à

riiiteulion

de

se

m o n

lour qui!

conformer aux

rem|ilir

les o b l i g a t i o n s q u i

comme

Duclerc

sc

el

d i t .M.

|)rédécesscurs a v j t i l eu

'intervention

a

au

el q u i

le

sti-

peuvent en

»

de

aurions eu

il

s u r ses traités a v e c l e r o i

Ri'piihliipic

traité d e

»,

a

personne nc

français

T o n k i n ,

T o n k i n

solidement

qui

Bae-.Ninh. eel

point

gouvernemenl

mots

ct

Tsiuig-Ii-'laincu,

française a u les

du

s'établir

suii(uit

gouvernement,

est

vention

la

s ' e m p a r e r dc

di'-cl;iraliori

eoiiiniiiiilcpicr '^ur

but

français

colo-

profond

poussé ses prédécesseurs v e r s l ' e m b o u c h u r e d u f l e u v e R o u g e a

faire. président

politique

l'instinct

du

déclarations

octobre, à la t r i b u n e de la C h a m b r e des députés, M. le

du C o n s e i l

docu-

répondant

dé|)éche

les

permis

deux

les

d u P a r l e m e n t français, m a i s ,

prédécesseur,

les

inexplicable

l'iaconvénient

les débats

sup|)léer

été

correspondances

connais

publiquement

Le 31

"'alc

savait

m'aurait

des

"'enls diplonniti(|ues "

([u'il

867

q u i pousse

impériales.

plus,

des

les

impérieuse

beau

discuter,

française

au

sont

le

Président

pour

but la

pendiinlccs

T o n k i n , au

du

teiuis

à

la

Conseil,

« possession trois années,

point

de

vue

même

la »

dé-

politi(|ue

du T o n k i n ,

la (lucstioii

du

droit

de

conven-

tionnel. Cepiinlant, dr

la

si

pciin',

'' '|noi n o u s eu hèredc

la déclaration

(die

tenir.

protéger

du

bien

''"

pleine

n o u s a

de

aussi

.Ncnis a v . n i s .

les p e l i l s

pa\s,

du p r i n c e qu'elli! l'aisail

entendu, ct

•hl s e r a i s dissi|)or la

à

un

bonne

moment harmnnii!

bien aise mauvaise

-M.

si

les

le

P r c s i d c u l du C o n s e i l

é(d,i i r c ' s .

nia i ntciia nt,

à

l'Inairc

seinldanldc le

à

a

l'ait

fra ma', jad i s

esl,

proti'ycr, ct

^anu ci ncincut

à

s'iauparia'

s'en c m p a lau',

français

parait

vivre

prince.

assurances ;i

ipi'il

nous

nous saurons

pa ra i l - i I. à l a i v i s a ^ c r la prête,

avec ce

impression

Car.

de

Votre Excellence

laquelle a

donné

lieu

la

poiivaiiait dilfércnce

.


868

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

r i i i r r l i - I a i l ^ ' i i ^ ' c l i M i i i | i i i i ' . M . I i ' I ' n ' - s i i l i ' i i l i l i i C . i i i i s i ' i l a i i \ ('.Ila m l i r e s <•' 1 e l i i i i | i i i .se t r o u v e i l a i i s l e s p i è e e s i l i | i l o i i i a t i q l i e s . I'.a r | i o i i i t n ' e s t l i e s n i n lie

ilire

à N o t r e lO.vcellenee

que

inellre

le T n n k i n

que

le

ile\ieiine

iin|ii-rlal

riniverneiiUMil

une

|)OSseMsinii

n e s a n r a i l |)cr-

l'raneaise. TSK.NU.

Le

m a r q u i s

Le

T s e n g

écrivait

maniuis M.

à

encore

'ixeiuj,

,/ii/es

ininislfc

Feri-i/,

2()

le

ilr

:

l'.llinc,

ininislre

îles

ii/]'iiires

l'aris, .Mniisienr

le

m o i s , e l l'i

la

l'Aeelleiiee

que

leiiilre se

a\ee

s n i l e île le

aeoiisaiit

ma ili'qii'elie

entre

les

.Xiiili.

Innés eliiiioises

île

qu'elles

très a n

sure qui Dans

regn-l

ont

répondrait le m ê m e

leeii

île n e an

besoin

avec

enlre

lui

les

L'i'

le

armées

\ i l l e s situées s u r

nationanv |ias

qu'un de

aniil

la

rive

île i ; a n i e r ,

l'iaal la

m

à

Ranelle

aiiiiel

d'arrêter

des

on

rive droite

la

troupes

uns

'l'onkin. Votre

de

di-ma rcation i p i e d a n s leS

llenve

Hoiice.

u r a n d s iiilérêts i n t e l "

deii.v

\ n i i-e

de

ainsi

dn

an\

impérial nue me-

e ii I rei ien q ue j ' a '

Sonlav,

de

q il e

nn

IÌL^III-

el

an

proposi i ion

dans

Hanoï

e n l r e les

elioses

et B»e-

Iroupes impé-

p r o p i isi I i o n

une

à

I I o n i ; - ! Ina

niniverneinenl

le

île s ' c n -

ennilit "e

'l'onkin

par les

bie n vei I la n le

p-ii, j'espere

I ne n v e i 1 la n le

an

Mille

pri-di-eessen r,

dernier,

lienreiiv

île S n n t a y ,

proposi I ion, el, en i-^.iril

eonllil

meiire

y a i a - n r d e r sa

Mitre

eantonni'es

.le r e i i i i i i v e l l e e e l l e

rail

de

lildeCC

l e t t r e i l i i 1 7 île e e i n O l S

a li nel l e n i e n I

Ironver ilaiis

molivi-

l i x c e l l e n c e , j ' a i pro|)OHé à eu

l'nrilre

a

très

iailer qu'anenn

l'raneaises

îles \ i l l e s

poinoir

biitqni

serait

eniitenne ilans Mitre

pnssessinn

novembre 1883.

ilevntre nl'lieeiln

|iniir el

2li

r b o n n e n r il'i ii l o i i n er Votre

ini|n'rial

e'esl-;'i-i|ire îles \ ' i l l e s n e e n p i ' e s

riales el est

prise

la

-'Lj'ai

franeais

M a i s c n i i i m e la |iriqmsi I inn eiivisaLfe

réee|)linn

ilii

" o n ve lai e m e n I

i;oin erneinenl

le

|iioilnise

i\Iinist re, en

élrinii/eres.

le

pays

fi.veel l e i i e e

ne

manque*

voudra

l"e"

e o n s i d i - r a I i nn . TsiiMl.

L'interventi ¿'.1

n i i v e n i l i i e.

CCinlire la

qne

(;iiamlire

1,1

le la (iliiiie avait nn

iliseiissinn

iriiiir

vniiimineiiv

pieniier

de

il

rappidi'

s'iitiiielia

une l ' o i s e n c o r e

à mettre en

eii-dits

.\11 a 1 1 n i - ;'i

piir la i l i d i l r , . M . .Inles l'eriv a\oir

ili-jà mais

s'en^anea.

dimiamie

Li \ rr .la n n e .

di-liat,

p n i m m e a la

p i i i \ u q n i - à l.i L l i i i m l n ' C . ' " e'esl

dniis

s i ' a n e e (lu 1 0 dé'

la

Le

" 11 n \ i 1 ne m e n t

rl

il

la

l'ois

avail par

l'ail

reviirnie

n n noii\e.iii

c o n i in ii i li-de

la

avilit salS'

distribuer U" giiliclie

i l i s i o i i i s . .Ap'''''''

poliliqnc

frane'"-''''

lumière l'allitude lie la i : i i l n i i | M i aviiil

KJ"-


869

ANNEXES jours

tenté

d'attirer

les

lirétendue suzeraineté accepté un où

M.

"n

le

négociations

s u r

l ' A n n a m ,

avait

m a r q u i s

en

dans

Iroupes

v a i n e m e n t fait

elief des

la

iuip(u'iales

vu

'non

go'ivernemeul

la

désir,

M.

Le

tant de

18

saurait

répéta

1883,

une

d u c

cembre,

d o n n a n t

elle

n'y

ainsi

un

bancs

avait

M.

de

'-Xlriivagante conti'c 'arpielb'

je |)roteste

j'ai

dit

:

à

Comiui'ul

l'Iounu'able

l'ratiipn'c,

pnisipjc

Puisipi'il

va,

affaire,

eliapilic

U"

Deeazes, volume,

politique "vec eidb'S'cur

le

flésité

à

edles

sont

à

lu

pi'csqne

du g o u v e r n e m e n t nous de

accepter

tribune;

le

li'.iilé'île foi-mnlé', vous

|ias

JH71-

série de une

JS7f. si

la

avec

la

pays.

(]Kine,

conlianco. demandé

président Au

de

du

Sénat,

séance

du

ce

20

signaler

déune

:

T i n d i i u . l'n

la

l'histoire

à

jias

hésité

elles

qui

n u l l e m e n t en Nous

le d u c

de

n'avez

pas

fût.

si

q u ' i l fi'il e t q u ' o n à

le

[Mirter

au

l'a

tonle cette cl

foui

île

M.

le

presque

mouli'ent

(|uc

contradielion b('>siti'\

I)ecazes, x o n s

i m p a r f a i t (ju'il

ib'd'celuiui\

piiiscpi'il

gouvermuncut,

vivante

part,

polili([uc

unr

b d i e c o b m i;i l e .

son

et

contre

i-é'pi-lei- c e ( p i e

le d u c de B r o e l i c

dépêches,

n i .\1.

de

ilésavouera-t-il, de

li'uips

d i ' m e s u lé'e

l'sl

politiqucdc

l'ceuvre

histoire

si

un'riu'

auti-e e u e e i u t e .

eobuiiale

uni:

est est

i\u\

vous,

n'avez

du

l'occasion

politiqui'

d'à b u s n i ' t a i t

ni

dans

les

eliinois,

deux

avec

F r e p p e l .

d a u s u m '

s u i x o n s , i u j o u i-d'Ii u i ' . '

lti'oi;lie,

nos

m i l l i o n s

française

r i i o n i i e u r d e M. une

entre

20

M^f

uslra-

démonstration

p(d i t i q u i ' e ( d ( O i i a l e

lii'oelie

de

e(uu-

par

mémorandum

priqios, perrui'lliv.moi

n'est

de

eliapiire,

imprudemmi-nl tré

(pii

à

le

de

l'alfaii'e du

protesté'

ce

irrr jiiiini'

tout

de

y-ae-e

au

l e d u c d e lîrogi ie, c o m m e s i l e C.alii net i p i i

noti-e

li'ait(>

dansée

un

que duc

à

duc

le

P a r i s

(|u'idles oeeu|)ent,

discours

F e r r y

saisipiidie

Et,

Coloniale,

à

i n l e i'|uil('e

ordre d u j o u r de

l'attaque

.Iules

la(|uellej'ai ici.

être

paix

crédit

la t r a d i t i o n

m'

savoir ipie

de c o u s i u ' v a t i o u

un

je

le

m e n a

impro\isi''

'|u d a u r a i t i n i p r o v i s i '

et

f a i r e a u c u r u ' t\r

dans

n o u v e a u

V o u s a M ' / , p a i l('' i c i , M o n s i e t i r est s u r ces

due

sa

avait

:

ordres

positions

u n

intervention

à

des

avait point r u p t u r e

adopta

q u i

continuité

aux

de conserver la

après

R r o g l i e

ne

|uiisse

eoulenue

C h a m b r e vota

éloquente

de

fois eiu-ore la

(b'jà

de

Bourée

conciliateur,

concilier une pareille

q u ' i l

L a

gouvi^rnement

le

M.

le 5 décembre

donné

de

i{ui

n u e meruiee

fois réitéré,

F e r r y

et

de

a déjà

villi's

rorruelle

m',

(b'ceuibre

Conseil fut

comme

négociations.

p a r l e

œuvre

fraueaises

de ces

di'cdai-aliiui

.Iules

mais

Pékin

celui

espère q u e V o t r e E x c e l l e n c e , c o n n u e

troupes

direction

Car,

le

à

T s e n g allait jusqu'à écrire

Le g o u v e r n e m e n t impérial

"landant

terrain,

projet répudié p a r le g o u v e r n e m e n t français, à Sliaiigliaï

T r i c o u

'Je l a s é c u r i t é d e n o s n é g o c i a t i o n s ,

'ion

sui^son

M o n -

u'a\ez

pas

mal

aeenci',

l'eût

ib'iuon-

l ' a r l e n i e n t , et


870

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

l'Assemblée

n.-itionaIe

que,

faible

de

ce

pourrail

surtir

a

kenu à

embryon

le

mal

voter,

venu,

pour l'avenir de

la

à

le r a t i f i e r

dc

vis-à-vis

1874,

sorte,

s'est

<iui

la

répétait

de a

des dépêches

dix

que

ne

faites

du

et

les la

trailé

n o t i f i a i t le En

je

connaissez

intervention

1877,

t i o n s'est

lorsque

«

insl;inl de l ' A n n a m

si

;

dûlibérallnn

faut

pas se

mois

sans

la

M a i s , cette

il

est

m o m e n t où

bien

le pouvoir

France, affaire

la

ques-

du

T o n k m

difficile d'en

tirer un

1,'lionorable ; i m i r a l

?

Ü

e s t p a s t e n u là-

métaphore,

régnait s u r «

au

s'en

l'in-

impar-

l)u[)erré;

(]ui

ét;iit

alors

a v a i l eu <a)mme uU

il

en

non,

il n

lis;iis

luri

ipie

une tradition

vous savez m i e u x

c h i e s u r le d é c l i n , la

nous

nos consuls, de les

dépêche, à

de

les

rede-

n o s petites

choses

à

pourraient

dc

les

CCS d e r n i e r s

Decazcs

il ne

ses

faut

:

«

les

d o n i n i i t toutes

pr est i^i-d;i ns

tnniveriez

objections

i'

d r o i l s ¡);irliculiers il

r;ilferinisseiuenl

y

mots,

Non,

|)as r a p p e l e r n o s

paroles,

nntie

vous

l;i

(pie

de

notre

l'Extrínie-

réponse, en

nous

avons rb

enceinte.

l'Innnir.ible

le

ranleiiiel

nationale,

duc

abandnnner

toutes

u n e a IVaire

aboutit

le

nationales;

une autre

due

l'die

île

l'i-ililenr

Ira m - a i s c , reinnnie

que moi à quelles

c'est

lin,elle

représente h'

r e s n n n s a Ide

de

l'alb'"' • i"il'

iilfaire

qm

^'

nnc

niènie

plus haut

que

, 1^'

'

\ isi'n-s l e s i l i p i n i n a l e s d e l a m o n ' "

c e u x q u i c n i n l u Isa i c n l ;ivec p i n s de c I a i r \ n V a n v e ' l * ^ ^

¡lolitique

de

vous a d m i r e z peiil-être diplomates

pas

le m a i n t i e n

s;i

l i i n e i i l e n r , c'est

el

ct

non,

r;ip|)ui

à

polili(|ues

C'esl

.Nnn,

p r o v i n c e s et

l'.\nnam,

M.

IH74;

ne f;iul ICI,

piaqdn'tiqne,

doue à

par

t r ; i i t i - i\e

là-bas.

vous

snrte

ses

p(nirsuit

1S77

nibic

(Cochinchine,

Si je

du T o n k i n .

pleni'e

il

se

seph

raisons

c a b i n e t COiniiie

les

ne

précisé

formuloB

et

notre

e n n i ini m e .

dis( n l l r d a n s

que

187;),

II

a

de

n m n i e n l , n n c très c u r i e u s e et très i n s t r u c -

garnisons;

succès

les r a i s o n s

là-bas. Il

cn

nos i;;i i n i s m i s , d e

de

bien !

départir iln

grandes

de

discussion,

ap|)idaient

ti;iité,

seulenn-nt

obiigésde

et

la

mar(|ué

ne

marqué, dans

ce

de

nous avons

à

m o m e n t de

devait donner aux

dit alors :

l'heure le

minislère

à

Idi

au

tache

tout à

aucun

traite

a

tout cela

;iinsi

i]uelquc

Il

a

il

C n c l i i jn'Ii i n e , l';i m i ra 1

se plaint

•>

tive

'(¡uelquc

nous

ce

le

en

Decazcs.

(à)ur dc l'ékin.

lourde;

nnn

il

dits

situation

ci;

en

ninis (lnnnliniss;itislaetinn à

s'arranger !

Orient.

duc

l'on peut appeler,

a

fourni,

i l . n i l e , ili' i l i ' l a i l k i n e e , el ; i l n r s il écriv;iit : « L ' A n n a m se p l a i n t ,

mais

escortes;

le

choses

s'exprinniit

l;i

lie

i^i'anit

mande,

les

bien

Q u i

M.

faisait

surtout,

comme

Freycinet,

pouvoir personnel

posée. Q u c h i u ' u n

parti.

petites

Il

ce que le

jamais, de

pas l i i c

1874 à la

sachant

l ' E u r o p e et particulière-

Chine

l'interprétation,

d'aillcuis,

1874. dc

lorsque

g n u v e r u i a i I-

(|ue

veux

la

M.

ans'? C'esl

tous

de

la(|uellc

intérêts i p i i

de

est bien grosse, bon

dc

logique des

traité

personnel,

[)rcmier

l'honorable

depuis

t e r p r é t a t i o n (]ue

—vis-à-vis

le

nationale

raison

départi

<|ue v o u s

Chine,

donne

glose avec

la

quel,

I''rance.

E l , (piaiid il s ' a g i t d'interpréter, vis-à-vis de ment

tel

peut-être u n j o u r u n e g r a n d e chose

l.iinis un

qui cniiseillaienl

.\ \',

|iiii le

que

\iins

avez

i'Indii'C

l i n p , . M n n s i e u r le d u c rni

Louis W'I

et qui

le

de

depuis.^ l i n ' "

'

J

coiiscilb'i'"


871

ANNEXES mieux

que

n'avait

p r e n d r e qu'à par

la

la

chose

péniblement faible

conseillé

suite

monarchie

quehjue

été

à

à

de

vous

de

de

la

un

moyen

aux

de

pertes

lui

la

paix

France, à

l'on

de

il

dans

venait

fait

1763,

cominfligé

y a v a i t peut-être

reconstruire

rechercher

que

avaient

lentement,

l'Indo-Chine

de

subir

dans

un les

Et de là ce traité de 1 7 8 7 , signé p a r M. le c o m t e d e M o n t -

ministre

de

Louis

X V L

(jue

autre évoque

avez

désastre

colonial

t i r e r d e ces r u i n e s , u n é d i f i c e

peut-être,

tirandes-Indcs. morin,

prédécesseur,

grand

l'empire

dédommagement

cela d'un

ce

son

vainement

et

nous

cherché

à

par

l'évèque

avons

d'Adran,

entendu

affaiblir

ici

précurseur

jour, et

l'autre

l'éloquente

en

dont

et a d m i r a b l e

adjuration. Voilà, taient sont

sansdoute.

dans vos

nous

la

les

raisons,

pensée, d a n s

pensées,

vos

sentiments,

cœur

sentiments,

de rester

honorons

les

le

des

les

traditions q u i s'agi-

m i n i s t r e s de

1 8 7 4 et

1877.

c e s o n t des t r a d i t i o n s a u x q u e l l e s

Ce

nous

fidèles.

Le Sénat vota les crédits. D e u x j o u r s après, on a p p r e n a i t que l ' a m i r a l C o u r b e t avait enlevé S o n t a j le 16 décembre, après t r o i s j o u r s de sang-lants c o m b a t s . U n e n o u v e l l e b r i g a d e était envoyée au ïonkiii et le c o m m a n d e m e n t des troupes donné au général de d i v i sion M i l l o t q u i avait sous ses ordres les généraux Négrier et Brière de l ' I s l c . En môme temps, M M . T r i c o u et de C h a m p c a u x amenaient le régent d ' A n n a n i , N g u y e n - V a n - T u o n g , q u i avait fait e m p o i s o n n e r le r o i H i e p - I I o a et l'avait remplacé par le j e u n e K i c n - P h u c , neveu de T u - D u c , à c o n f i r m e r le traité du 25 août 1883. Le général M i l l o t p r i t le c o m m a n d e m e n t le 12 février 1884, enleva l i a c - N i n h le 11 m a r s e t H u n g - H o a le 12 a v r i l ; des colonnes volantes chassaient les C h i n o i s et T u y e n - Q u a n fut pris le 1"''juin. Ces succès modifièrent les sentiments de la C h i n e . E l l e r a p p e l a le m a r q u i s T s e n g et le 11 m a i 1884 le c o m m a n d a n t F o u r n i e r s i g n a i t avec L i - l l o n g - T c l i a n g à

T i e n - T s i n le traité

de p a i x p r o v i s o i r e s u i -

vant : AuT.

l"!-.

Ea

a g r e s s i o n d'une tières

méridionales

A U T . bon •''la

France s'engage

nation

2. —

Le

voisinage sécurité

retirer Tonkin

la

Céleste

([ui

des

de

lui

;

à

Chine, Empire,

sont

frontières

immédiatement,

directement

à

(|uelcon(|ue,

sur

respecter,

i n t e r v e n u s ou à

r e s p e c t e r et et

en

limitrophes rassuré

données

par

dans

du

par la

méridionales ses

à

protéger contre

Tonkin.

les g a r a n t i e s formelles

France, quant de la C h i n e ,

à

l'intégrité

s'engage:

frontières,

les

garnisons

le

et

dans l'avenir,

présent

intervenir

toute

toutes c i r c o n s t a n c e s , les fron-

e n t r e la F r a n c e

lo

chinoises

de et à du

les traités

et la C o u r de H u é


872

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

A H T .

,i.

reconnaissaiicr

Ln

ile

I .iMiliKlr

coïK'iliaMlr

M i c i i t ( l u Ccîlestc E m p i r e , c l | ) ( i u i ' r c m l i e I K H I I r i i a ^ i ' l i r | i i c lie S o n ICxei-lli-nee

Chine

s'eiirai;e

ailinellrc, sur

à

tçouvcrni'-

L y - 1 1 n n t ; - T e l i a n i;-, n i ' n o r i a I r n r i l r c e t t e c n n v e i i -

I n i i i j a l ' r a n c e r e n o n c e à il cm a niler n ne i nilc m n i l i - à la

ilu

:'i l a s a j ^ e s s e p a l r m -

Ionie

ri-lenilue

l a C . l i i i i e . En r e t o u r île

s e s T r o n t i è r e s mc-

r i i l i n n a l e s 1 i m 11 i o | i l i r s i l i i ' i o i i k i n , le libre I ra l i e d e s m a r c h a n d i s e s e n t r e l'Annain

e l l a l ' r a i i e e , i l ' i i i i e |iarl, e l l a ( d i i n c , d e

t r a i l i - d e c o i n i i n - r c e e l île l a r i l s à li.inl,

de

p a r t d e s i l i - A l i c i a Ien r s

la

a\a n la r-enscs ipie p o s s i b l e Le

.\ici..}.

l ' a u t r e , n'ii^h', p a r u n .

1 nICI-M-ii 1 r, ilaiis r e s | i r i t le p i n s c o n c i -

pnnr

le

u;ouvcriiem(ai I

e l u i n n s . cl d a n s I es eonil i I ions a u s s i comineree

rram-ais

n'ein ployer a u c u n e

e x p r e s s i o n de i i a i n r e

à

d a n s la

Iraili- il i-li n i I i f i p i ' i I va c n n I ra cti-r a v e c

r i - d a c l i o n dn

i p i i aln-oL;era .\HI.').

ronvcrnenienH dans

nn di-lai

lixècs

par

ipie

de

/'/riiix Ile-

r.Niinanl et

j,,111-

II

plcnipotcnliaircs, q u i

la

traité détinilirsur les bases

K n i i a n "--Si n , en en

deux

quatre

ex pi-il i t i n n s ( d c U X

c h i n o i s e ) , s u r li-sipielli-s les p i e -

K.rrelli'nci:

Inné de

i

lan^nc

s i l e n i - e t a p p o s é l e s c e a u d e Ien r s a r m e s .

Son

/II'

/iiiiirnirs

les deux

se réuniront,

I S,S i, le. d i x - s e p i i e m e p m r de la q u a t r i è m e

mai

r e s p e e l i l's u n i

de

lainvention a u r a été signée,

u s a g e s d 1 p i n m a 1 iq n é s , le t e x l c r r a i i ç a i s l ' e r a l'oi-

c n laii!.çue I r a i n j a i s e e t

Le

Ci-lesl.e E m p i r e ,

précédents.

d i x i è m e a n i i i - e de

ni | ) n t e n l i a i r e s

leurs

Irois m o i s , p o u r i-laborer u n

Icsarin-les

L a i l l'i ' l ' i c i i - r s i n , le la

prisente

la

ninnnicronl

( innroriiii-iiieni aux

I n n c de

p r e s l i r - e dn

an

les t ra i li-s a n l i - r i e n rs [-clatils an ' I n n U i i i . Dès

|)nrtei- a 1 1 c i n I e

lrain;ais.

s'cn^arcà

h- viri'-rni

Hl'- a n n é e

la

Li/-//nni/-Ti'h(iii;/-

K o n a n i;--Si n ,

a

été reçu

Ic

di-ei-el i i n p i ' r i a l s u i v a n t : " " "

Ly-lliiug-'l'chann', ancien

la

iM'ovince

du

Tchéli,

p o u r ni-nocici' nn

Iraili- avec

"

r.cspcctc/

ceci.

DéjiiTlli'

yrand ebaneelier, vice-roi

est, c l i a r r è

Irh'i/rii/i/iii/iir

des

bniclioris

renvnyi'dn

ilii

'I'XDIKI

de

intérimairc de |dénipotcntiairC

i;-on v e r n e i n e n t

l.i-

Yanicii. 10

( i n m m u n i c i i l i n n secrète an

!^i'anil

traiiçais.

ciiin m issa i re

mai

1884.

i i n p i ' r i a l d e s pnris du

Nord.

. I

\ ' o t r e r a p p o r t a i'ii- p r i - s e n l i ' ; n o u s v e i i n n s d e r e c e v n i r l'ordi'C i m p e r i ' ' suivani: Diilrr <•

inijifridl

A p r è s a v o i r pris c o n n a i s s a n c e de

r i e n (|ui y s o i t

(ui

cnntradictinn

avec

voli-e unire

rapport,

nnns

(ainstitutinn.

ne tl'OUVOnS <Jue

l'afta"""

s o i t d o n c a c c o r d é e et r é g l é e s u i v a n t ce d o n t v o u s n o u s f a i t e s p a r t . »


873

ANNEXES La

coiivciitioii

conclu 11

M.

[)ar

clc

T i e n - T s i n à

Patcnôtre

fut

complétée

par

un

n o u v e a u

1884, a v e c l e

Hué, lot) j u i n

roi

traité

d ' A n n a m .

est a i n s i conçu : AHT.

11-'.

L'.Viinain

ri'ciuiii.iîl

L a

France reprcsciitera

Les

Annamites,

à

rl

Ir p r o l c c t o r a t d c

accrplr

r A i i n a n i dans Innirs s r s r e l a t i o n s

l'étranger,

sernni

placés

snus

la

la

France.

extérieures.

|)roteclion

dc

la

l'iancc. A H T . 2. ïon

U n e l'nrce

permanente.

Hué,

seront

AHT,

;t.

les

forts

française

et

occupera

ouvrages

T l i u a n - . \ n d'une fa-

militaires

de

la

rivière

de

rasés.

-

l.cs l ' i n i c t i n u n a i r c s a n n a m i t e s , d e p u i s

c l i i i n d i i n c jns(|u'à ront à

mililaire

Tous

l,i

adininislriu'

qui

cnucanaie

l u i

e.viranil

f r i n i l i c r e de. les

la

provinces comprises

les d n u a n c s , les travau.x une

direction

la

frontière

])rovincc de N i n h dans

ces

|iulilics cl

unique ou

l'emiilcn

dc la

IJinli,

Co-

continue-

limites,

sauf en

ce

riaii'i'a 1 les s e r v i c e s

(ni

d'iugi'uieurs ou

d'agents

europi'cns. AHT.

-i.

namite

Dans

les

déclarera

port de Oui-.NIion, pourront

être

çais,

5.

pri'sidei-a

la

''•d

aura

d ' A n n a m .

AHT. "^es

— le

Présence "s

au

française AHT.

7.

'"stration ordre

de

représentant de

la

les l i m i t e s

avec

outre

D'autres

le

ports

entente préalable. Le

du g o u v e r n e m e n t

l'.Anuani

et

Ils

seront

leur

ou

franl'exer-

assuri'ra

stjus en

sera

l'art.

3.

Le

auprès de

II

résidera,

résident Sa

dans les

les

jMajesté

ordres

tous cas,

donné,

chefs-lieux

s'il

y

a

leur

général,

l'enceinte lieu,

le

pla-

du résident

dans

géné-

résidents i i d j o i n l s s e r o n t

Kéjiubliiiuc

et,

par

militaire.

personnelle

résidents la

fixées

escorte

et

de

citadelle il

une

privée

des

utile.

dans

m a n d a r i n ;

une

même escorte

indigène.

— Les

résidents

intérieure

continueront

éviteront de

des provinces, à

•nais i l s d e v r o n t être A H T . 8. —

X u a n - D a y .

après u n e

extérieures

dans

Hué,

TiniUin,

juf,'ée

ou

ouverts

général,

ndatiinis

d'audience

Au

babiteroni

réservée

de

gouvernement annations,

Hué.

gouveriieiuent

sera

Tourane ct

le les

pinlcchn'at, sans s'immiscci' dans l'ailmiulstatinu locale

drnil

(i.

par

indi(|uécs, de toutes

entretiendra des agents placéssous les ordres

y

cnmpiises

citadelle

''oi

de

résident aux

du

]n-nvim es

dans

à

thi

cice régulier des

français

résilient,

AHT.

ceux

ci-dessus commerce

n 11 ('liiaircinent

g o n v e r n i nnniI de s o n

limites

ouvert au

gouverner

s'occuper

les

et à

révoqués s u r la

des détails

fonctionnaires administrer

sous

d e m a n d e des

de

l'adnii-

indigènes leur

de

tout

contrôle

;

aulorités françaises.

L e s f o n c t i o n n a i r e s et employés français de

toute catégorie

ne c o m m u n i q u e r o n t avec les autorités a n n a m i t e s q u e p a r l'intermédiaire des résidents. AHT.

q

''"ploilée

I

ne

par des

lii;rn'

li'li'i;raphique sera

emi)loyés

français.

Une

établie

de

partie des

Sa'i'gon taxes sera

à

Hanoï

et

attribuée


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

874 :iu

"iouveriicmcnl

saii-e

aux

A U T .

annamile

qui

10.

Kn

.\iinam

seront

placés s o u s

surles

contestations

et

au T o n k i n ,

la j u r i d i c t i o n de

(luclquc

entre A n n a m i t e s et étrangers, A U T .

IL.—

Dans

l'impôt a n c i e n ple

dc

la

l ' A n n a m

sans

Cour

le

de

perception

ct

Uuè.

et

lirs

diverses

(Je

12.

sujet

confiées à

ani une

niii.

tout

des

de

le

applicables aux L i .

I' iiilor lin ineiil,

-

l.cs

lairc

le

en disposer.

naires A U T .

résidinis

les

Quan-Bó

percevront

Français c t

pour com-

centraliseront,

la

d e v r o n t être affec-

(Cour

de

Hué. réorganisées

par le

n'y

en

¡nurpar

sanilaire du

cl

de

s ' e n fe"""

douanes,

au

les autorités m i l i t a i r e s ,

de

la

(Inchinchine

seront

'l'nnkin.

p i n t i ' g é s Fra nça i s p n u r r n u t , d a n s t o u t e l e '

pnrls n u v e r l s de

roi

des

biens

d ' A n n a m

traite

besoin

matière

seront

aura quedes

l i s i n n I ri lui 1 ions indirectes, le r é g l é e

acqui'iir

ie

le

e t au.x s e r v i c e s p u b l i e s .

douanes

admise

l'Annam

nu

avec

composée de commissaires

s o m m e s q u i

les

la'

réi^inie

les

s'élèveront

du

l.'i

l ' A n n a m , circuler meubles

coiitirme

m a r s 1874

et

expressément

en

libre'

immeubles

Faveur

des

et S^'

les

mission-

chrétiens.

14

l'Aiiiiam

ilans

qui

m ê m e im|)ût, d o n t i l s s u r v e i l l e r o n t

sera

pisqu'à

citoyens

Sa Majesté

et des

les

l'administration

nc

el le

coniiiiciic,

r a i l l i e s sti|)ulécs

dil,

frontières placé'cs p a r l o u t o i ' i l e

|)iiscs

cl

les

royaume,

territoires de

fonkin

soient,

d e s a d m i n i s t r a t e u r s Français. Il

tai'if des d o u a n e s ,

.\ni.

ncces-

étrangers.

l'nnctinniniircs

commission

l e s l o i s et r è g l e m c n i s <ini(i r n a n l et

(|u'elles

m ê m e (ju'entre

les caisses de

i l'n l a m a t i o n

mesures

nature

des

Une

le

niaiiiinies etde

ilnn.incs

terrain

J e toute nationalité

déterminera

versé d a n s

Dans

les

proprement

branches

sera —

entièrement

M

le

Française s t a t u e r a

le service du

annamites

ieli(|uat A K T .

retour

étrangers

Au T o n k i n ,

l'emploi.

Français aux

en

Française. L'autorité

de

contrôle

c o n c o u r s des Quan-Bô, la

eoncédera

stations.

Les

personnes

ne |)Ourront en

qui

nhlenir

voudrnul

voyager dans

l'autorisation

(pie

l'intérieur d*

par rinlermédiaire

d u

résident

genérala

llui''

nu

autorités l e u r délivreront des du

gouvernement AHT.

15

états d c

de

AHT.

el

du

1(). — S a

17.

contre

cl

faire

Majesté

à

les

necuper les

le

roi

garantir

la (Inehiiichinc, le* présentés

di'snrmais

au

visa

du

des

cet cfîe'i

dedans. A

m i I i ta i r e m e n I,

points qu'elle

l'intégrité

c e s o u v e r a i n c o n t r e les

rébellions

d'.\nnam

juMcra

snr

le

lerritoiie

ni-cessaircs

l a i n t 1 n n c r a , c n m me pa r

intiaieure de

poU'

ses l l l a l s .

le

passe»

s a u f les restrirtions

présente c o n v e i i t i n n . dettes actuelles

s e r o n t aciiuittées a u ment déterminé.

de

seront

prntectnia 1.

l'administration

— Les

qui

d ' A n n a m , à défendre

'l'onkin,

du

q u i résultent dc la AHT.

.s'engage

roi

punira

l'exercice

il diriger

le

dehors

française

l ' A n n a m

assurer

France

Majesté

a g r e s s i o n s du l'autorité

gouverneur

annamite.

La

Sa

d u

pass(q)orts

moyen

Sa Majesté

de

l'.Auuam

de

paiements dont

le

roi

d ' A n n a m

vis-à-vis le

mode

s'interdit

de sera de

la

I r a "

ultérieure contrae


ANNEXES aucun

emprunt

à

l'étranger s a n s

875

l'autorisation

du

gouvernement

fran-

çais. AuT. 1 8 . ouverts

et

Des

des

blissement

conférences ultérieures régleront les

concessions

des

phares

et l'exploitation des au

gouvernement

taxes

traité.

et

AuT.

les

li).

31 août

La

fera

seul

présent

foi.

En

foi

dition,

le

Le

17 j u i n

le régime monétaire, produit

revenus

convention

en

des

non sera

limites des ports de

ces

ports,

T o n k i n ,

la

quotité

douanes, visés

à

le

l'étarégime

à attribuer

des

dans

soumise

seront échangées

régies,

l'article

des

11

du

l'approbation

du

remplacera

aussitôt

que

possible.

les c o n v e n t i o n s

des

IS

1874. En cas de c o n t e s t a t i o n le texte

de ([uoi

les

ont apposé

6 j u i n

chacun

côtes d e l ' A n n a m e t d u

traité

novembre

traité et y

dans

la République française et de Sa Majesté le r o i d'An-

ratifications

présent

Signé avec

mines,

présente

— L e

et 23

les

et autres

RTouvernement de nam,

sur

annamite sur le

télégraphiques

présent

françaises

plénipotentiaires respectifs

leur cachet.

Fait

ont

à Hué, en

mars,

français signé

double

le

expé-

1884.

1884

un autre

traité

de

protectorat,

ainsi

conçu,

était

le C a m b o d g e :

A u T . l<^i'. — S a M a j e s t é l e r o i d u C a m b o d g e a c c e p t e t o u t e s l e s r é f o r m e s aduiiiiistratives, judiciaires, gouvernement

de

procéder

faciliter

A R T .

pour

la

2. — Sa

passé, à

r e s t r i c t i o n s (|ui AuT.

commerciales jugera

le

roi

l'Uats

du et à

résnileni de la

eoiicerne

l'établissement

eontributious

à

fiarn;:iises,

exigent une

administrer

la

travaux publics

comme

continueront,

perception des

uni(|ue

le de

protectorat. par

administration, sauf

les

les

direction

utile

le les

convention.

el

indirectes,

aux(]ucllcs

l'avenir

continuera,

diriger leur

présente

à

son

Cambodge

— L e s fonclicninaires cambodgiens

IL

trôle d e s autorités

l u i

ses

et

française

l'accomplissemenlde

Majesté

gouverner

financières

République

impôls,

cl

ou l'emploi

sous

le

])rovinces, s a u f en les

con-

cei|ui

douanes,

les

ni'ni'ral

les

services

d'ingiMilcurs

ou

d'agents

en

européens. AuT. 4 .

— Des

gouvernement

résidents

fram.ais

ou

des

province

et

dans

tous

seront

sous

les ordres

d u traité d u

II

neur

CochiiK

(le

la

'e titre de

Le

sonnelb; iiuprcs AuT.

().

Protecloral

au

de

placés

dans

locales, seront les

|)oints du

Les

hine,

a d j o i n t s , nommés p a r le

maintien

leur

résident

l'ordre

iirésence

chargé

. l o ù t 18()l{, d ' a s s u r e r , s o u s l a

r(''sident

AivT. r j . —

des résidents

préposés

eonirôlc

Ils

autorités

et

aux

les

et

au

chefs-lieux

public

de

sera jugée nécessaire. ternies

de

l'article

h a u t e autorité du

l ' e x e r c i c e r é g u l i e r d u j ) r o t e c t o r a t , e t (|ui

2

gouver])rendra

i;i'iM'ral. ri'siilcnt

de

.Sa

dépenses

SIM'OUI

yi-néral

Alajcsli'

le

aura roi

du

droit

d'administration

à la charge d u

d'audience privée

et

per-

(Cambodge.

Cambodge.

du

royaume

et

celles

du


876

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

AUT. 7 . — l'n définilil',li,

. 1 IT:I i i n c n i c i i I

l,,i,|r','l

(In

d o t a l i n n s ( l e s | i r i n é e s (le l a provisoirein( ni esl

li\ec .(

aiia'h'c snivani

i ; - n n v ( n i i e n r de de

de

lii-piilillipic.

la

aia-nrd

e n l r e Sa

L ' e s c l a v a g e esl

'.).

Lesili

du

c n u r n n n c , cessera d'i-lrc

les

sinn

qu'elles La

m.

inniiicipali-

sideiil ;

s¡\

le

Inni

le

la' Il

¡iinr sera

la

c n n s l i 1 nI i n n de

les

pagniles

(ie(aipeiil

la

sera

du

ri'sldcnl

nn

m'-^neia iils

A i v i . l l .

cnnrnrminninil c n i i H r i i i c el (-1

à

la

ans nsa^cs

bndge dans un rni

le

du

dn

Iraili-dn

et Ic

<'.a m l i n d i i , ! ' s ' i n -

lerrilnire du

CanihodtfC

p r n p i h ' l i' e.vcl n s i VC de p m c i a l i ' , pa r la

les autorités

priiprii'tii en

au

Inule

adminisirée

-('m'ral

nu

l'rançais

f>ani-

|)ropriete

|iar u n e e n n i n u S '

de

snn

ilidé-né, pré-

iiiiiniii(''s par nn

le goU-

.\ 11 na m i l e , d c U X

L;( n n c r m n i r d e

II

ainil

aussi et le

v nul

IXIIIÎ,

lesdeu.v

n m i v e r n e i i i e n t de

délai

la

I ine II i ne II i n e . c n n I e s l a I i n n S çt

scra

bref que

la

y i n i v e r n e m c n l s , cn

Képuldiipn-

r e m i s à Sa ¡ l o s s i b l c . l'ài

g o u v e r n e u r de

seul

la

fera

fo'i

les n r d n n n a n c i - s rnyales

d i s p o s i t i o n s q u i préccih-n I . t i l l i -

ratilication

(iamiindge

préseiil a i l e ( I

p a r le

passi-es enli-c

dite

des princes

la r(''partilion

d i p i n ma I iq nés, le le.\le I r a n ç a i s

pas de coiilraii-c a i i \ ratification

les est

( ia m l i n d r c

du

cn n ve n I i ( 1 n , ll ( 1 n I, c n ca s 11 e

pri'seiilc

cninpléle

t i u n i e u t de la

le

pri'scnli'c

les c n n v i - n l i n n s

n'niil

el rni

e l u n .Ma l a i s . n n m iiii'-s p a r S a . M a j e s l i - l e r n l i l u C a n l -

lisle La

eni

du

actuellement.

l'iiiiin-l'euh

eniiipnsr-e

liiilliai

dn

rnl

laniserverniit

fniicliniiiiaires

bodiic s u r line

civile

dnlalion

rni

v c r m a i r de la < i n c h i n e h i n e , de I r i i i s ( la m l i n d A l e n s , l i h i n i i i s , nn

c i v i l e .In

lisle

l'aulnrisalinn du i;(iuvcriieinenl

i na 1 ii'nia Ide. à

\ illede

le

.Majesié

sur

lisle

piasires, dnnl

.Majcsh' Sa

ahidi

Les Chri'licnli's el

terrains

.\ici.

niille

r n y a u m e , j 11 sqn'à

française el cainh(idi.;i(niiie. bodge.—

l.a

mille piasli'cs,

enniiaeler a u c u n einprnni sans

-Nui. X. .\in.

Ienisce.nl

la ( incdi i n i d i i n c .

terdil la

pniii' l i x c i l a

l'a i n i l l c r o y a l e . —

li\('e à \ 1 n i ; l - c i n ( |

provisninninnil

scia

s p i ' c l a I ¡ 1 1 l i ' i ' \ ¡ m d i-a . a |ii'i-s l ' i ' l a h l I s s c i i i c n l

n.y.Kinic,

Irancaise,

MajesiéIni

ce qu'i'S

sera

le

snuniise el

l'inS-

rni du

d c q n n i .

( iindi i neh ine

Gamy

S a Majesté

nul

signé 'e

apposé l e u r s sceau.x. l'ait à l ' n n n i - l ' c u h, le 1 ' j n ' "

IKS-i. Siijnr :

'filili nier

|iai-alssail

avail

suivante

ri-inis

relalivc

à

Icrniiiié. à

(iiniu.i:s

17

Le

mai

Tiin.Mi'snN,

IKHi,

le c i i i n m a m l a i i l

I*

qui

l'avait aeeeptée,

la

Li-IIung-Tcliang,

re'vacuallim

NnivoiioiiM.

1"^^"

:

Note remise jmr le eommanilant Fotii-iiirr a /.i-//ii)it/-7'cli'iii{/, le 1 7 mai 1884. (K.vlrail) A p r è s u n délai d e v i n g t j o u r s , c'est-à-dire occuper

Lang-Son,

le

(Jao-Hang, Chat-Khé et toutes

(i les

juin,

imus

places

ilu

1"""''^''.''' i n r '


ANNEXES

877

tonkinois adossées aux f r o n t i è r e s du K o u a n g - T o n ct du Ivouang-Si ; à la m ê m e date, nous p o u r r o n s é t a b l i r des stations navales s u r toute l ' é t e n d u e des còlcs du T o n k i n . A p i è s nn d é l a i dc ([uarante j o u r s , c ' e s t - à - d i r e le 20 j u i n , nous p o u r rons o c c u j i e r L a o - K a ï et toutes les places d u territoire d u T o n k i n a d o s sées au territoire du Y u n n a n . Ces

délais

e x p i r é s , nous p r o c é d e r i o n s s o m m a i r e m e n t à l ' e x p u l s i o n

des g a r n i s o n s c h i n o i s e s a t t a r d é e s s u r le territoire du T o n k i n . FOUIINIER. M a i s le

parti

dc la

g u e r r e à Pékin

se m o n t r a i t mécontent de la

s o l u t i o n i n t e r v e n u e o l l'évacuation p r o i n i s e n e s e faisait p o i n t . A u s s i " o s c o l o n n e s , procédant

à l ' o c c u p a t i o n , trouvèrent les b a n d e s c h i -

noises en p o s i t i o n ct c'est a i n s i que le 23 j u i n

le

colonel

Dugenne,

chargé d ' o c c u p e r L a n g - s o n , fut attaqué à Bac-Lé p a r un c o r p s c h i nois d c p l u s i e u r s m i l l i e r s d ' h o m m e s e t après d e u x j o u r s d e c o m b a t , d u t se décider à la r e t r a i t e , ayant p e r d u d e u x officiers et 17 h o m m e s hiés et près de 80 blessés. Le

gouvernement

français

i n t e r v i n t résolument et le U j u i l l e t

M . J u l e s F e r r y écrivait à L i d ' ' o n g - P a o , l e n o u v e a u m i n i s t r e d e C h i n e à Paris :

.'/.

Jiili's ù

Fi'i-ri/, M.

pi-rsii/fnl

l/i-l'iiiKj-l'iio,

du

Conseil,

ministre

de

ininislre Cliinr

des

u

(tffnires

élraniiéres,

l'aris.

Paris, le 9 juillet 1884. P a r m a (ainnnn nieati<ni

dn

i

d e c e nniis, j ' a i e n l ' h o n n e u r d e vnus

exposer l.'i manièi'c. dnnt n n n s e n v i s a g i o n s l'alVaiie d e l . a n n - S o n d ' a i n è s 'es premier's |-eriseie uianents l'eeus.et les sa 1 isl'act n m s i | n e n n n s eroy ions pouvoir a t t e i n l r e d n L;ouvernei

it i m p é r i a l ,

l.e

l a p p i n t ipii nous est

p a r v e n u , depuis I m s , d u einninandant e n elief d n ' f o n k i n , a c o n f i r m é l a •gravité de l'i neiilen t . e n é t a b l i s s a n t d e l a l ' a e i n i l a pins l'oianelle que ce ''Ont les trnnpes eblnoises i p i i

n u l a l l a i p i i ' l e s s o l i l a l s I r a n ç a i s envoyés

" " r l a l'oi d u I r a i t é |)nur necuper l . a n g - S o n . ""ssi

ennlraire

aux assurances dc la

(innvaincns i p i n i i

C o u r de

Pékin

attentat

n'est i i i i p n l a b l e

' l " ' a i i . v n i a u i c u v r e s d ' u n parti ipii cherche à troubler les bons l a p p n r l s drs den.v pavs, nous avons c m i l e v n i r r i ' c l a m c r , sans p l u s atlendre, des garanties pour l ' e x é c u t i o n l n \ a l e î l e s a i r a n g c m e n i s c o n c l u s à T i e n - T s i n . • N ' i i t i T r e p r é s e n t a n t e n C l i i i i c a l'Ii-chari;-é, e n cnnsi'i|uence, de d e m a n der ipi,. l ' a i t i c l e :* lie la c o n v c i i l i o n dn Ì 1 mai fnl i '''

qu'un

ili'crcl

iiiipi'-rial,

p n l i l i i ' d a n s la

Cin-rllr dr

' ' ' " O p e s c h i n o i s e s d ' è v a c n c r le 'l'nnkin sans d é l a i .

n ' a i ia te iiicn t c x è - c u t i l'rl:in, o r d o n n a i a u x


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

878 De

plus, il

lation

de

cent

sera

reçu

d u traité

maintien deux

a

l'ordre de

et

cor|)s

Tonkin,

notre

cinquante

iliiiis

que,

la

iiiiiil

millions

([ui

et

crois

de

dans

deux

la

les ré|)arations

la

démarche de de

nous

utile de vous aviser de

une

moins,

u n e réponse

dont le

ces

de

règlement

satisfaisante

Nous

sera

représentant.

assurer

le

indemnité

ultérieures.

notre

nous

sont

p o u r la vio-

frais (ju'entraîncra

négociations

nécessité (|ui

au

francs au les

points,

suivra

nouSserions dans

garanties Je

expéditionnaire

arrêté

s u r ces

semaine

c o m m e réparation des

définitivement

comptons

réclamer,

comme dédommagemeot

faite

Autre-

d i r e c t e m e n t les

dues.

réscdulicms, a f i n

que

vous

puissiez

l e s c o n f i r m e r v o u s - m ê m e ¡ 1 P é k i n , e t i'es|)êre ( p i e , d a n s l'état d e s c h o s e s , elles

seront

amicales

considérées

envers

gouvernement conseillers (|ue

M.

la

impérial

par

l'article

la

du

ferme espoir prévenir

cherchent à

attendra

Cour

une nouvelle preuve de

et saura

imprudents

l'atenôtre

désignés

comme

Chine

de

à

les

l'i'kin

pmir de

nos

nous

les

complications le

De

plus,

le

notifiait

nôtre,

alors

M. à

M.

12 au

en

juillet

Patenólre, Jules

1884,

Ferry,

à

suivre"

M.

les

ministre

de du

de un

Sangliaï,

président

de Semallé

a,

même esprit

négociations

[irévues

par

Sémallé,

KKIIUV.

chargé

nltiinatuiri

France

en

Conseil,

d'affaires à

dont

faisait connaître la

M.

Pate-

remise:

Citine,

ministre

des

conformément à vos ordres,

ii/piires

étrani/èi'^^-

l e 11! j u i l l e t IHH'i.

Shanfîhaï, M.

le des

l'ien-'l'sin.

'rsong-li-Yanien

mission

(|ue

plénipotentiaires q u i seront

Jules

Pékin,

dis|)ositions

s o m m e s (|uc

susciter. C'est d a n s

Shanghaï

final de la convention

remis

le

l!2 a u

Tsong-

li-Yamen l'ultinialum suivant: (( à

Depuis

Paris,

le

la

communication

gouvernement

faite,

français

le 4 j u i l l e t , au

a

reçu

In

m i n i s t r e de (^h""'

preuve

(luc

c e s o n t 1"^

ti-oupes c h i n o i s e s i|ui o n t alla(|ué les s c d d a t s français e n v o y é s s u r l a du

trait!',

contraire

pour aux

manœuvres d'un pays, dès

le

à

parti

présent,

la

Convaincu

C o u r de

cherche à

framçjiis

se

pour

(|u'un

Pékin

n'est

t r o u b l e r les b o u s voit

dans

l'e.véeulion

altenlat

rap|)orts des d e u *

l'obligation loyale

aussi

i m p u t a b l e ([u'au-^

de

réclame'»

des a r r a n g e " " ' " ' * '

Tien-Tsin. de

France à

d e m a n d e r (juo l ' a r t i c l e et (|u'un

donne aux

de

des garanties

Le M i n i s i r e

exécuté

Lang-Son.

(|ui

gouvernement

c o n c l u s l'i V

occuper

assurances

2 de

décret

troupes

la

Shanghaï

est

chargé, en

convention du 11

impérial,

publii'

c h i n o i s e s d'évacuer

le

mai

dans Tonkin

la

soit

consé(|ucnce, inimédiatcnie

(incette d e Pélciii>

s a n s délai.

De

pli^'


ANNEXES '1 a reçu

l'ordre

de

réclamer,

Iraité e t c o m m e d é d o m m a g e m e n t Corps au

expéditionnaire,

moins,

c a t i o n s

ultérieures.

points une la

au

vernement

«

et

et

les

du

serait

de

deux

faite d a n s

la

la

nécessité

qui

présente

lui

que

même

sont

m'a

Un

hier

remis

de

regrets

et

J'ai d'Iiui

le

Cour

note

de

de

son

:

le

envoyé

cherchent

ici

assumé

ajouti-

(pic

la

termes

liés c o u r t o i s , m a i s et

Cour

que

Satisfaction

toute

nous

sur

la

donner

était

étions

tous les

était déjà

sur

le

sens

à

susciter.

à Shanghaï

m a i . »

est

représentée

effet

à

mal venu

la

comme

exprime

ses

convention.

de p l a i d e r a u j o u r -

p a r ses

précédentes dé-

des derniers événements. J'ai

saisie d'un u l t i m a t u m

du(|uel

absolument

points,

11

chinois en

|)lein

responsal)ilité

de Pékin

à

la

prévenir

parle Tsong-li-Yamen.

de L a n g - S o n

le T s n n g - l i - Y a m e n

elaralicnis,

les

g o u v e r n e m e n t impérial p o u r s u i v r e

gouvernement

désir de

gou-

envers

saura

France attendra

l e s e i r r o n s l a n e e s a l l é n u a n t e s a|)rès a v o i r ,

prendre

Pékin

imprudents

llart,

l'affaire

le

directement

amicales

de

M.

visite

négo-

ces d e u x

ces décisions seront considé-

la

(|ue

les

Autrement

s^assurer

l ' a r t i c l e 5 du traité du

proteste

millions

dans

la semaine qui suivra

dispositions

m i n i s t r e de

délégués p a r l e

du

dues.

est q u e l a

conseillers

malentendu

répondu

ses

du

maintien

cinquante

note.

prévues p a r

une

déplorable

des

de

il

e s p r i t ([ne

plénipotentiaires

les n é g o c i a t i o n s J'ai reçu

preuve

ferme espoir où

le

cent

définitivement arrêté

de

dans

réparations

com])lications

C'est d a n s

II

sera

le

L e g o u v e r n e m e n t français c o m p t e q u e s u r

comme une nouvelle

Chine

les

indemnité

Tsong-li-Yamcn

français

p o u r la violation

des frais qu'entraînera

Le g o u v e r n e m e n t français espère q u e

rées

les

réparation

réponse satisfaisante l u i sera

remise

garanties

une

dont le règlement

879

comme

elle

résolus,

employer

la

ne

si

devait

nous

conçu

pas

se

en mé-

n'obtenions

pas

force.

PATENOTRE. L o g o u v e r n e m e n t (Iccldait

en

temps

m ê m e

prendre

de

gages,

des

'^'itiniral C o u r h c l pénétrait l e 1 7 j u i l l e t dans l a rivière M i n p o u r l a •lettre

e n état

de b l o c u s .

L e s

m-gocialions

engagées avec l a C h i n e ,

•^n v u e d e l ' u l l i m a t u m , l e contrai g u i r o i i l d e suspendre ses opérations. L a C h a m b r e avait ralilié et V o l é l e s l u ' i l

ne

prendre,

(|iril

ci'édils s'agissait

des

gages

le

11

août

demandait.

point p o u r

de

l'aire

assiirci'

conduite d u g o u v e r n e m e n t

la

Jules

M . la

guerre

avait

F e r r y à

l'exécution

la de

(Chine,

la

fait

valoir

mais

do

convention

de

Tien-Tsin. L ' u l t i m a t u m étant resté 1 offensive le 22 a o i l l .

.sans

L e 23, la

réponse, r a m i i a l flotte

(a)iirbet reprit

chinoise f u t d.'iriiite,

le 24,

^'fr.senal d e Fou-Tchéou f u t bombardé e t l e s journées suivantes *^"rcnt employées

à rtiser les

batteries d u

M i n :

le 2 9 , notre escadre


880

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

s o r t a l i i l i i M i n a y a n i aclicN,'' s o n

iriivr'c.

A

l ' n n i n i s r , l\(''liiiig a v a i l

été l i o i n l i a n l r i l i ' s l e ."i a m ì l , l ' a i n i r a l I , r s ( i r s ('•CIH m a i l c \ a i i l ' r a i i i s i i i Ct l ' o n

SI'

liiiiiia à i^ardcr

l'islc a v a i l

| i i i s Ir

M i l l o t , le g i a n ' a a l Dmdiesne A

In

'il- l a

KI'IIIIIL;.

' l ' o n k i n , l e g é n i ' r a l Biiòi'O (le

A H

co in li la in I r i m a i I

mi

rem placcmcnl

ncllnyail

l a vnllc'-c d n l a

Kivièrc ( i l a i r c .

i r n i r é e des C l i a i i i I n e s u n i ^ r a i i d

d i s c u s s i o n dos

lav'dils

di'diat s ' c i i g a y c a à l ' i n a a i s i o n

dciiiaiidcs

par

le

I'ne

ini]iiiIsioii

vigoureuse

caliiiicl. II

vdli'-s l e 2'i n o v c i n l i r c 1 8 8 i |)ar l a ( d i a i n h r c c l l e Siami.

du général

i l r .\'(''n l i n i - s ' c i i i p a r a i I i l r K ' o p e t d c C i n i , l e c o l o n e l

Ils

l'urcnt

(I/M'CIIIIII'C p a r i e

l'ut a l o r s i l i i n i i i ' ' c a i i \

opérations.

l.e y i a i i ' i a I U n è r e d e I ' I s l e i n 11 e n i n o i i v c n i c i i l u n e p i e n i ièrc colonne ipii, sous '.i et

'(

trait à vers

les

ordres

i l i i c i ' i i i ' r a l i l e N/'y l i e r .

Ii.illil

Ics

C h i n o i s IcS

j a n v i e r , à ( i l i n . I , i i i - i n é i n e , a p r è s d e s c o i n l i a i s a c h a r n é s , enLann-soii

le

le

II!

février et

les C l i i n o i s

liallaienteii

n o r d , l ' i i i s , l a i s s a i i l .\i''i;rierà l . a n e - s o i i ,

le 3 m a r s l e c o l o n e l

Doniiné,

Tuyeii-( )ii,in. Le "éin'ral de justpi'à l . l

porle

assii'i;/'

retraite

i l a l l a i t délivrer

ile|iuis Irois

s e m a i n e s dans

.Négrier c l i a s s a i l d e s o n c i i l i ' les C h i n o i s

de C h i n e i p i ' i l

l'aisail

s a i i l c r l e ¿ 3 I'l'-vrier.

.V f o r m o s e , l ' a m i r a l Lespès et le c o l o n e l

Duchesne

s'oiivraicnt

la roule de ' f a i n s i i i . f.iiliii,

l'amiral

l'cin l i o n c l i n r c dn iliilaiV's

Coiirhet

avec. se|it

> ' a i i ^ - l s i ' - l \ ' i a m;-

coiilrcliamlc

de t ; i i e r r c ,

c r o i s e u r s cliimii:^ à Slieï-l'oo, l'ais.ail

occuper

les

.Mialliie parées

vai.sscaiiv

et

de guerre

iiilerccplail

l'aisail

saiiler,

hlocp'''"'

l e s c o n v o i s d e riZ le

l u i m l i a ri la i I l e s f i n i s

1 3 f é v r i e r , dcuX de ' i ' s i n g d l a ' l et

îles l ' e s c a i l o r c s . revers el

siirloiil

par

v e n a i t à résipiscence d r ' j . ' i ; e l l e a v a i l r e i

le l i l o c n s i l i i riz,

la (dlin^

'• l e s n i - o o c i a l i o n s depn'-''

l e 10 j a n v i e r 188.") p a r l ' i n l i i nn'n I i a i re d e s i r . l . D i i n c a n - C a i n p h e l ' ' l e p r i ' s e j i l a n l à l . o i n l r c s de s i r l'.olierl doiiaiies cil I noises, (i'esl

veiiii à

l l a r l . i i i s p e c l e u r général de»

P a n s p o u r ces p o u r p a r l e r s .

à

ce

m o i n e i i t q u e se p r o d i i i s i l l a

Lang-son.

Le

il

mars

l'Isle annonçait u n l i e i i r l i ' ' a n delà de la

une

léi.;cr

premiere /•cliec d u

i l o i i l i m r e u . s e affaire dc

ili'pcclic r

du

tji'm'ral

H r i è r e d''

| ,1,, \ , ' . o , i r i - q i i i s'était

l ' r o n l i è r e c h i n o i s e à d e s r i n c e s c o n s i d i ' i a Idcs

. i x a i t di1, l e 2 i m a r s , r e n t r e r a n p o s i c d e I h m o - l l a i i " . I d i s c u s s i o n s ' e i i e a i ; e a à la C l i a m l n e

l e -IX m a r s

cl

ne p r e i i i i e i ' '

le v on \ e r i i c o i ' ' " '

n ' o l i l i n l , | u i . ;iO v o i x d e m a j i n i l i ' . L e I c m l m m i i i i s o i r l a i l . p è c l i e s u i v a n t e é t a i t p i i l i l i i ' c j i a r les

joiiriiaii.v :


ANNEXES llaii.iï, .le

vous annonce

blessé, par

a

été

avec

douleur

contraint

28

i|ue

d'évacuer

le

en

su])ériorilé

de

et

d'action

toujours

ayant

sur

sur

défttndrc

tout

plus

possible

tôt

li.

de

Les

épuisé

38 du

grièvement

Chinois,

o n t attaqué avec

ses

soir.

Négrier,

débouchant

impétuosité nos

d e v a n t cette

m u n i t i o n s ,

grande

m'informe

qu'il

rétrograder s u r D o n g - S o n g et Than-Moï. Je concentre tous

moyens

grossit

H

de K i - L u a . Le colonel Ilerbinger,

numérique

est obligé nos

avant

mars, général

L a n g - S o n .

grandes masses s u r trois colonnes,

positions

881

le

le

débouchés

Song-Koï.

Delta. de

les

Je

Quoi

demande

nouveaux

Chu

de

qu'il

au

et

de

Kep.

L'ennemi

arrive, j'espère

gouvernement

de

pouvoir

m'envoyer

le

renforts B n u h l E D E I.'ISLE.

Cotte trop

dépôche

s o m b r e .

annonça

q u e

pi'écipiiée, part,

de

convois

l'évacuation

j)ertes

q u i

La

Le

l'amiral

de

"'idoiil '•l'p

la

de

la

I.aiil

l'ai cotte

do|niis

la

brigade

permettaient

ne

de

été

l'Lsle

un p e u

de

notre

avait

vingt

d'attendre les

s'expliquait pas

n o n

q u e jusqu'à présent,

quatre

llerliiiiger

q u i

ld(.(|iier de

de

le

211(1

m a r s

'M)

dit

troupes

du

1,1

que

la

plus

les C h i -

situation

s u p p o s e r

les

avait

était,

en

renseignements

j o u r s .

B( i l i ; ii is I )es 1 lo r d e s ,

Conseil

du

crédit

p,ir olili \ i i i \ ,1e

q u ' o n

avoir

contre-attaque

que

(jiii

faisaient

( iliti ni l i r e

iirdres

de

des

(l(-maiid(-

Poilsser

d'une

b e a u c o u p

Brière

»

On

sut

oialonné

pins

resp(nis,a-

(|ii(dle

la

ndraile

fut fatale ;ui

caliim t

pri'-eipitation.

en\(i\eriles

d e m a n d e

*"jaiit

eoloind

le

lioitrliid

déposèrent

tableau

s e m b l a i t

D c o - V a n ;

le

ladoind

pi-i'-sidenl

dialenienl

Ine

s u r

de

ne

parvenus

iiie\|iliciIde

séance

;

«

nous;

l u n n i l i o n s

et

que

étaient

pesait

^erry.

pour

un

postérieure de

\ ( i I I l o i r SOLI l e m c n t o c c u p e r l e u r s a n c i e n n e s p o s i t i o n s

l)eo-(Jiiaii

p a r r e n i | n è t e (In

line

réussite

annoncés

exagérés

'*ilité

la

et

m e i l l e u r e

avec

situation

rapidi^ de D o n g - S o n g ;

résumé,

' a r d ,

après

sensibles

roule

de

la

Lang^-Son

des

ïiois s e i n lil.iieni nord

de

et

en

de

u n e dépêche

vivres,

l'tîvaciiatioji s i

*U

présenté

réalité,

s u r t o u t

sans

J o u r s

avait

En

renforts

g(drc

du

de

priorité

p o u r

eoiilre

li'.l :

Pétchili

(hdianee l;i il

(d

a v a i t fait

;

le

il

deposti en

pia'sident

id du

crédils

de

p o t i e r sa

iinmé-

avtiit orilonné

( i letnetua'ti ii

deinande tilla

q u ' i l

eti|u'il

M M .

iiiillioTis.

jour

188")

conii.iil re

lit

Iti

déiiiission

,'i

outre l'.iliol

conseil vil ,'iti

re|)ré-

|;épnldi(|iie. les

pou rpnrlers avec

inéiiie j o u r n é e du

Los Colonies, v o l . I.

'M)

La

C h i n i ' l'Iaieiil

m a r s ,

sir

1«.

Il.aii

a rriv(''s à

lioiine

lélégrn[)lnaiI .ili

à


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

882 M.

( .'imi|il)ell

l'aris

iui

sujet

du

projet

de

traité

négocié

entre Péiiin et

:

P o u r M.

I'"(;rry

l i r a ! ivo

:

note

inodiHcatioii A t i n

I s o n g - I i - Y a m c n

iiialerilenihis, le votre

l,a

l'i^a l e m o n t .

l'osi

do

l ' a r t i c l e 1" est

d'éviter de

acceptée

nouveaux

:

la

combats

note

ou

des

désire faire quel((ues m o d i f i c a t i o n s à

explicative.

J'espère

que

Votre

Kxcelleiice approuvera

et

permettra

dc

signer

le

l'ail

dc

protocole.

Le

m ô m e j o u r

hdc'-r-apliiait encore

¡I

d'aeeiqilaliiiii,

cas

l'.ii

SÌAMIV,

I'I

:

lidi'icra|diio/

iIMmé'diaIeiiieiiI

le

la s i g i i a l u r e . La laïui' adlièee IiivaIemeiit à l ' a r r a n g e m e n t ipio les négociations reprise

onl

île

le i l i - s i i - lie I n n - T s i n salion

¡nsqn'iel ;

ameni'

Lant;'Son faire

pa 1 \

la

lo\an\

soni

en

par el

el

pays ililiieile

ee

l'ail,

a()rcs

( di 1 n n i s , el e,

les

la

nouvelle

démontrerai!

reçue

de

I"

M. F e r r y q u e

d !• I e rm 1 na I i nn d ' e x c c u t c r la c o n v e n t i o n de

la

n'els.

L ' i n a ena I i o n est c e r t a i n e , m a i s sa réali-

ileiiiaiiile

iln

lemps.

M . ( i n n i p l i e i I e l . M . ISil l u t , i l i i e e l e n r a u x a l i a i r e s é t r a n g è r e s , a v a i e n t l'I.''

ili''siA i n ' s

p o u r

lili'-rapliiail à

siiisre

in'goeial ions.

les

.M. ( iainpladl

Le

l'ékin, silnalinn

La

siglile/.

Ioni

| i i n i la-a i l - e l l e

ne

snile,

de

être

pas Ions

puisque

dinix

p n ' s e i i lera i I e n s i i i l e le d n c u i n e n i de

1ère

M.

de

iioinean

I e en m m n n iq l i e r a n \

l'errv

qne

la

lès

moiiienlain''.

C e s

à

(iliiiie

M.

eonserver

tieni

eiienre

|

l e lil)

C a i n p h e l l

Le

m i n i s l è r e

M.

Billol

el

m a r s ,

de

ne

M.

M M .

p o l i t i q u e s an

lîillot,

m i n i s t r e

ministère des

ISS.';. el

M .

H i H " '

l'autorisation

s i g n é au

direiiinn

de

|)résident (irc^y

d e s a ll'a i r e s O U q u e ' e

i l ' a r r a n L;e m e n I

.Inles

paix/•tait

les

Í

i i \

ii/'i; n e i a t i i m s

qu'à

einure mi

lin il

eiiiisliliii''

eliel

In

avail

nn qne

iniiiil''"' pi'oin'^

eerlain le

ei m ven I ion

s"'"

'L

j m " ' i'^'"

siiivaid'''

I s I :;,

pléii I p o l e n i i a i r e ,

affaires

il

nn

après

s a v a i l , en

m a i s

pas

iiii

Fi

l'aile,

signaient

Cl,Ili-f,ili,III finire

la

.M.

que

n'était

C a n i p l i c l l

Hi""''

( ilia m l i r e s V l ' e n t - è t r e q u e le n l i n i S '

l'eiiiliryon

q u e la

ri''\i'der

l i r i s s o n

IL

el p r o e l a i n e r a i l l'a l i a i re l e r m i lli'O, v o y a n t •

i l o e i l i n e n i s éta Id isseii I

Irilitine

illa

|ionrrail

m i n i s l è r e a eee p l e r a 1 1

MUÍS

si

tiennent

en

priaiil

s i r

l'T avril

le

l'a e i 11 l i ' O

s i g n e r ' . ' On le

a v r i l

Í"''

:

l'I r a n - e r e s ,

à

direelenr l'aris, el

des

aU'an'e-^

,laines l ' i ' "


ANNEXES Ciin

Caiiipbell,

commissaire

et

883

secrétaire

non

résident de

l'inspecteur

général des d o u a n e s impériales m a r i t i m e s c h i n o i s e s , de deuxième classe du

rang

civil

DCinient

chinois,

el

officier de

autorisés l ' u n

la

et l'autre à

Légion

d'honneur,

c e t effet p a r l e u r s g o u v e r n e m e n t s

respectifs, O n l arrêté le

protocole suivant et la

note explicative ci-annexée.

l'i'olocole. AUT.

— D'une

l'ir.

part,

ficn-'lsiu, du

11

p o u E s u i l pas

d'autre

Art.

2.

— Les

la

m a i 1884,

deux

Chine

consent

à

ratifier

la

convention

b u t (]ue l ' e x é c u t i o n p l e i n e e t e n t i è r e d e c e traité. puissances

consentent

à

cesser les

hostilités

tout, a u s s i v i l e q u e les o r d r e s p o u r r o n t être donnés e t reçus, ronsent Art.

à

lever

;Î.

immédiatement

Fait à

poissa m e s Paris,

je

le

blocus

un

ministre

dans le

Nord,

à P é k i n , p o u r a r r a n g e r le Iraité détaillé, et

lixeroiil alors i avril

par-

et la France

de F o r m o s e .

consent i\ envoyer

France

c'est-à-dire à ' f i e n - T s i n ou Ips d e u x

de

et, d ' a u t r e p a r t , l a F r a n c e déclare q u ' e l l e n e

la

date

pour le

retrait des

troupes.

1885. Signé

:

Bna.OT, C.VMPBlil.L.

Note F'

.\nssitot

niise à "nx

(|u'un décret dn

exécution

tr-inipes

'•''tii-ei-

an

explicative

traili'

ehinnisivs

delà

de

"uspinnlni-s sur

l.a

lina'e

ipii

du

protocole

impérial dn

.aura

niai

II

du

les

el s n r nnn', à

été

1885.

promulgué,

o r d o n n a n t la

IXSi e l e n j c n e n a n t p a r c o n s é q u e n t

Irnnvinil

se

frnnlière,

avril

4

ael ind hain'iit li's

au

np.'a-alinns

T o n k i n

mililaires

k n i - n i n s e el s u r les e(ïles d i ' C h i n e ;

'•'S e n m n n i n d a n i s îles I r n i i p e s I r a n e a i s e s a n • | ' i n i k i i i r e e e v r n n l

"1" D è s

que

les I n i n p e s

l'i'niiliriT,

le

di'

entrera

f'r.iiiee

h h i i n s de

l'oin pereii r d e l'ossihir,

nn

ehinnises

l'iirinnse et

en r a p p n r l

l i h i n e p n n r

anriinl de

avee

traili' d i ' l l n i l i r de

reçu

l'ak-lln'i'

les

ni''i;neier

et

l'nrdre

sera

p a r le

i; 11 n M ' r 11 e m e 111

S ' i u v e r n e m e n l français dniiiiera

de repasser

la

levi', el le m i n i s t r e

pli'ii 1 |inlen t ia i r e s

niiinmi's

par

liref d i ' l a i

de c o m m e r c e ,

l.e

traité

f r a n ç a i s e s i l i ' \ r i i n l é v a c u e r le n o r d

i ! " . M i n q n e l ' i i n l r e d e r e p a s s e r les l ' i n n l i è r e s suit pnssilde

r n r d r e de

l ' n n c l u r e , d a n s le p l u s

paix, d'ainitié el

'iNera la date a l a q u e l l e I es 1 n i ll | ii's

^•ile

(leso sia'nni

eliinnis

Innle

aux

l'aeillli' |

e n m m n n iq ni' le p l u s

trnnpes '

dn

q u e eel

Vniiiiaii, nnlre

le

pa r-

^ ' h ' n n o a n x e n m m a i i i l a n i s des trnnpes rliiiinises par la vnie dn ' l ' n n k i n . i" C n n s i d i ' i ' a i '•''tirer n e p e n i

lehiisqne

l'nrdre

de c e s s e r

l e s In i s l i I i I ,'s el

de se

p a i M ' i i i r le même jnnr aux Français el aux C h i n n i s cl à

' ' ' " r s I n r c c s r e s p e e l i v e s , il e s l e n l e i i d n q u e la e e s s a l l n n d e s Inisl i I i I l ' s , le '•""wneiici'ineiil

de

'laies s u i v a n t e s

:

l'i's a c n a I i n n et

la

lin

de

l'i'vacn a I inn a n r i n i l

lien aux


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

884

L e s 10, 2 0 e l 3 0 a v r i l , L e s 20, Le

30 a v r i l

ipii,

coiiim.iMiLijil devra

lili's,

eiisiiileile

'•> l ' i n i d a i i t

toute

(l/diuitiF,

Iralic

troupes

ni

la

\ i s i i e , elc

,

liât i n i e n t s h'ail

à

cn

I r a nça Is, l'aris,

de

rciiiiemi

atla(|ue

le

ne

|)lace.

les

hosti-

|)lus v o i s i n

et

collision.

ou

jnsiin'à

à

cette

de

cesser

sinnalnredu

la

|inrlin'

à

se

l'or

ni

t;niMa'c.

les

mer,

la

el

é l é s i i ; i n ; el

vaisseau.v Chine

de

a p p r o u v é p a r décret

guerre

r o u v r i r a les

employés

ports

à

à

traite

la aux

elc.

1 avili

le

l'ordre

s'eiiga^enl

relirera

liante

I u \cn-Oiian ;

roinsl

l'a r i n i s l l i a - e l

de

I r a i h ' d i 1 1 n 1 1 i 1'a n r a

l'"rancc

ilc

à

recevra

m ou veiueii I,

|iarlics

de

I csl

li()ii|ics

n o u v e l l e îi

la

dnn-i^

dinix

muniliinis

les

|)rcmicr,

loiil

la

les

A u s s i t ô t i | u e le impérial,

le

pour

e o m I N o i i i i | n l'j-

cn

s'a lisl Iciid ra

p o u r les lriiu|ics j

et 30 m a i ,

ISS.'i. Signé

:

I5II,I.OT, CA.MIMlia.l..

Le

Tsong-ly-Yarrieii

tenotre,

m i n i s t r e cn

ili'llnilir

et

sn i v a i i t

ratifia

c e t t e e n n v e n t i o n le 6 a v r i l

Clliiiic,

l e l l j i i i i i

ISS.'i

l'iait chargé il

signait

le

7

avec

188.").

M. P a -

m a i de négocier le

Li-lIong-Tcliaiig le

traité traité

:

.\HI.

1"|'.

La

s'eiii^ai^'e à

l'iancc

rétablir et

les

p r n v i n c e s de

r.\iinaiii

ipii

elle

prendra

mcsiires

n l'ccssa i res

bandes

les

de p i l l a r d s

et

conlinent

giais sans

,'i pnnr

aveu

i|ui

à

ma i n t e n i r r n r d re

rempire cbinnis. disperser

nu

. \ l'Cl

dans cffct,

expulser

('nmprnniettinit

IcS

tran(|uiM'té

la

piildi(|ue et p o u r e m p ê c h e r q u ' i d l e s ne se r e f ' o r m e n l . 'l'on te l'ois, les t r o u p e s Irançaises

ue

pourront,

T o n k i n

ter

"garantir contre

el De

qui

dc son

Ironlile

l ' r a n c e , c l , eu sécurité

troupes Les c

enlre Les

au

aucun

(diine, toute

les

à

dc

sa

rronlièrc,

Irniitière

qu'

à se

à ex pu Iser

elle

les

bandes

rormersnr

snn

I e r r i I ni re p o u r allcl"

s'inlerdil

lui

sont

pi'ntection dc la dnnm'cs

p.i r c l M e n i e n t

ipuint a

d'enviiyer

dcS

Tonkin

la C b i n e el Cliiiinis,

français.

la

I i m i I m p l i es d n 'l'i ni k i u, et à d i s -

c n n s i d i r a l i o n d e s i;,i r a n l l e s q n i

litinns dans

personnes

d i s p e r s e r nu

p o p n l a l i o i i s plai-i'cs sons la

Hautes Parties contractantes

\ i i i i a n i , en

rraiiehir

l a l''ran('e p r n m e t d e r e s p e c -

agression.

priniiices

cbercbci'.iicnl parmi

cas,

fronllcrc que

la C h i n e s ' c n g a r i '

ciili',

celles ipii

perser

les

la

ri'lnrlin-.iicnt d a n s ses

se

porter le

la

dc

dans

,sépare l e

p.nniie

roiivcnlinu

l e \ 11.,, I i I i o n

des

spéciale

malfaiteurs

l'.Xnnam. cnlons

s e I i \ r.i n I à

cl

tixeroiil

l e s q u e l l e s s'elVect l i e r a

pour leurs

nu

anciens

s o l d a I s. ,pi i

viveiil

l ' a - r i e n 1 1 n r e , .'i r i m l n s l r i e o n

biens

de

la

un'

s i - e n r i 11'

pa 1 si bl e n i c n l m an

(|iic

cniii increr

les

proli'-

r


ANNEXES A H T . 1 o'uvr(! dans

2. de

lo

Lu C h i n e , décidée à ne

pacification

entreprise

présent et d a n s

([ui

00

tendu

concerno

(|n'ils s(a'(inl

l'empire chinnis A H T .

li. —

présont

tractantes

se

un

délai

laanlre

ne j)(nirraienl S u r les

en

se

sur

actuelle

référeraient

du

à

tégés

français ct

franchir niunis la

pour se

noi.s,

il

de la

snl'lira

porler

mois, à

lieux

pour

hes sujets

l.i

partir

reconnaître

l'intérêt

Chine

ne

d'une

dc

chinois

;i.

qui

ils

bornes ou

d'apporter à la

des

deux pays, ils

les

l'rain;ais nu

lo

(pii

faire

([u'après

françaises.Pour

délivrée p a r

les

prn-

voudront

p a r les autorités

autorités

voudront se rendre

être m u n i s

I.,e c o m m e r c e

m'gnciants

terre entre

la

points ipii

la

s'être

chinoises dc les

sujets c h i -

aulorités

impériales

de Chine au Tonkin,

de passeports

Cbiin'ct

ments en

vinneiir dans

les

étranger.

Le

gouviancmcnt

tenir des C n n s u l s dnnl

son

agents de

côté.

Sa

le gouvernement ^'illes d n A m . li.

que

de Sa

les

eel

ports

sur la

fron-

la

mêmes conditions

ouverts

ri'Cmpereur

de

iit

que

l ' a u t r e au delà de L a n g - S o n .

les

.Majesti-

ainsi

i'Aard, des règle-

chinois

lixer d a n s les

dans

par certains

le choix

de

au

commerce

C h i n e y

Uéi)ul)li(iue

pourra

instaly

entre-

p i - l \ i lèt;cs c l les a t t r i b u t i o n s s e r o n t i d e n t i q u e s

im-ine

.Majesté-

rempire

faire

permis

frontière de

cnniine avec l'i ni p n r i a mai

(annpte.à

Lao-Kaï,

gouverne

sera la

piiinls s e r o n l désignes

p o u r r o n t s'y

avantages

le

sei'a t e n u

d e ces

l'nn an-dessus de

lera des d o u a n e s , el

ceux des

II

riiili'rimir de

canse, deux

mémos

tiniti'fnis se

uIti'a'iouroun-ul ol dnnl

pays.

impériales.

(diirndspar

r a p p n r l avec, l a d i r e c t i o n

L e s c n r n m o r ç a u l s l'rançais et avec

dc\ra

p a r l a

réguliers, délivrés p a r

et d'exportation

nc'i^-nci.a n t s

b ' T c n i k i n . II

les d e u x

En tout idal de tière-ch i n o i s e ,

aux

(b'Iormlin's

s e r o n t (ai

ti'atic e n l r e

d'importation

l'rain;ais cl

scn-nni

le ninnbre

De

cas où

ces

lieu

enlre

des bornes

Dansle

du T o i d d n

pourront

autorisation

frontière

respectifs.

passeports délivrés des

de

la signature du

la

c o m m u n

l'rnntière a u r a été r e c o n n u e ,

demande

terre devront

Aici.

^

la dignité

présont Iraité.

besoin sera,

pourrait y avoir

h a b i t a n t s étrangers en

dc

h's autorités françaises s u r l a d e m a n d e d e s autorités

du

à

fr.nilièri'.

Voie de

aux

ct l ' A n n a m .

atteinte

rcm])laccmenl

gouvernements

respecter,

|)ar l e s H a u t e s P a r t i e s c o n -

partout oii

sur

à

arrangements

et l ' A n n a m , il est e n -

l a l i g n e d e démarcation.

d'accord

dans

les

la

les

(ju'il

rendre

sur

la France Chine

désignés

do détail

préablemcntde

frnnticii'

six

Tonkin,

leurs

A U T . 4. — L o r s q u e ,

s'engage

conventions et

la

pninI

poseront,

appaianito

mettre

roctiiicatinns

frontière

do

des c o m m i s s a i r e s rendront

à

ne

puisse compromettre

l'raucc,

intervenir entre

à

ipii

ne dininor l i e u à a u c u n e v i o l a t i o n du

la C h i n e et le T o n k i n . Ils d:isliui'es

p a r la

r'appoi'ls o n i r o

nalure

à

Dans

traité,

à

les

de

et

(':UTI'

l ' a v e n i r , les traités,

directement intervenus ou En

885

rien

iii-dredans

l'I'anpei-eiir

l'rani;ais,

ninnmcr

les dc

des

ports lihinc

Cnnsnls

ouverts. pnurra, dans

d'accord les

avec

princii)ales

•fonkin. -

In

règlement

spécial, annexé

a u jirésent

traité,

précisera


886 les

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII conditions

le T o n k i n

dans

Kouang-Tong. seront

lesquelles

s'effectuera

et les p r o v i n c e s c h i n o i s e s du Ce

nommés

règlement

sera

p a r les H a u t e s

lo

élaboré

Parties

commerce

Y u n n a n , du par

par

terre

entre

Kouang-Si

des

et

commissaiies

contractantes,

dans

du i|ui

didai

un

de

t r i d s m o i s après la s i g n a t u r e du présent traité. I.rs

marchandises

l'ciilrée

et

à

la

faisant

sortie,

l'objet

entre

le

dc

ce

el

les

seront

provinces

ilii

Kiiuaug'-Si,

à d e s d r o i t s i n f é r i e u r s à ceux (pic s l i p i i l c

dn

cinnnierce

i-lranger. Toutefois,

an\

iiiaiiliaiidises le

cl

K n n a n g - T o n g et

pas

n'aura

nnlnil

le t a r i f

parla

transportées

Ironfière

d'elfet d a n s

ne

du

Yuuiian

le

sera

pas

ports

de

toute

armes,

es|)èce

engins,

appliqué

I .'exportation et

j i

sera

s o u m i s .aux

rinipnrtatinn

spéciales

et

règlements

édictés

|)ar

lerrilnire.

ileriipinni

lit;nrernnt

qui

lois

muniliniisdo

dans

lo

d'un la

régies

règlement

p a r des disii j

commercial

s u s - / J

c n m m e r c e de m e r éntrela C h i n e et l ' A n n a m rèMliMuent p a r t i c u l i e r .

P r o v i s o i r e m e n t il

l'ubjot

,

rien

a

\

avanta-

|

sera é g a l e m e n t

ne s e r a

ininiM-

en

pratique actuelle. .\ici.

Lieuses Iraili- a iiieiil

j

\ ne de

7.

fni

les

rclalinns

pnu r nlijel

de la

dc

dc

di'vclnppcr eniiiinerce

dans el

r i - l a III i r en I re

les c n n i l i l i n n s

de

la

linn

les p i n s

vnisiiia-e

f raine

el

I t i - p n l i l i q n c e n n s l r n i r a des r i i n l e s an

q u e le

laldiiiie,

le

'I n n k i i i el y

présent

ferrées,

il

de est

snn

c,-,li-,

entendu

gouverncmenlde p r o c u r e r en

la

France

la

i-iieniiragcra

lo

lui

|)ersoiinel

a u s s i (|ue c e t t e c l a u s e

ne

a n ra d i - c i d é

s'adressera

qu'elle

à

dont

d e

en ust rn i rc d e s

l'industrie

donnera

i-ln-

|)eut

elle

toutes

aura

française,

les

facilités II

hesnin.

cnnsidi-ri'-c

vnicS

eninnio

esl

et 1"

; Í

enlendu

c n n s l i t u a i i l un

ans

révolus,

Iraih-.

pnnri-niit

à

M a i s au

partir cas,

du j o u r de

où,

six

dn

ri-xisi-s

n'aurait

le

pri'-scnl

apri-s

r e c h a n g e des

mois avant

liantes Parties contractantes la

être

nn

I ra 11 i- cl inler\alli-

ra 11 lica I i m i s d n

ternie,

maiiifesti-

r e v i s i o n , les s l i p u i f l t i o n s c o m m e r c i a l e s

ni

riine

ledisir en

resleraicni

les r ( de

dr''

present

haute nier. n i e de

Pnrilro

de

so

i-etirer de

Keliin;;

cl

de

prncidcr a

¡

\ ÍL;ueur p"U'

î

de

cesser

la

visilc,

etc.,

j

en

;

I )a n s I e d i-1 a i d ' n n m n l s .i p r e s I a s i - n a t n re d n p r e s e n I I r a i t é i

^

l - n r i n n s e el

11).

^

;

I es l ' e s e a d n i e s sc rn ii I

e ll I i c re n I e n t

évacuées

parles

Irnnpes Irançaises. \<\\.

j

l'antro des

9 . — D è s f i n e l e p r é s e n t t r a i l é a u r a éh- s i i ^ i n - , les f i n - c e s fr-ançaiscs

reeevrnnl

| \

ni

u n n o u v e a u t e r m e d c d i x ans e t a i n s i d o s n i l e . AiiT.

^ •!

. \ H T . 8. — L e s s l i p u l a l i n i i s c n i i i i n e r c i a l e s intervenir

.i

p o u r se

p r i v i l è g e e x c l u s i f en f a v e u r de la I-ranee.

glements à

] j

Cliine

Ité|iul)lique

j

^niivernC-

la e i n i s l r u c t i n n d e s c l i e i n i n s de fer. l.nrsqne,

; |

seront

incnlionué. l.e

j

ouverts par

le

déjà

approvisionnements cl

e l i . i c i i n d e s E t a t s c n n l racla nts s n r snn

pnsitions

)

Tonkin

terrestre entre les

et

la ei f a c t u e l ^

•]

c o m m e r c e des

unerre

i

soumises, à

les t r a i t é s . I.c

í •

;

commerce

T o n k i n

^

l.i-s

dlspnsitinns

: \

des a n c i e n s

traités

el c o n v e n t i o n s e n t r e n

\


887

ANNEXES France

el la

(Chine,

non

modifiées

par

le

présent traité, restent en p l e i n e

vigueur. L e

sera

présent traité

el

de (Chine, française,

ratifié

q u ' i l aura

après

des

l'échange

dès

à

ratifications

par

présent

par le sc fera

été ratifié

Majesté l ' E m p e r e u r

S A

la R é p u b l i q u e dans l e p l u s bref

Président de à Pékin

délai p o s s i b l e . Fait ,au

à

27"

Tien-Tsin jour

de

en

quatre

la quatrième

exemplaires,le l u n e

de

la

!)

juin

188,'j,correspondant

onzième année K o u a n g - S i n . Signé :

PATENOTRE. LL-HONG-CUANG.

LI-TEHEN. TLÎNO-TCIIENG-SLEOI;.

La mort de l ' a m i r a l Courbet, survenue le \ \ j u i n 1 8 8 5 , vint troubler la satisfaction p r o d u i t e par la fin des hostilités. L e d e r n i e r i n c i d e n t fut

l'attaque dirigée contre

l e général

de

C o u r c y , c o m m a n d a n t e n chef d u corps expéditionnaire, par l e s A n namites à l ' i n s t i g a t i o n d u régent T h n y e t e n pleine v i l l e d e Hué l e 4 j i i i l l e l 1 8 8 5 . Repoussés, i l s s ' e n f u i r e n t dans l e s m o n t a g n e s , avec le

roi

D e s t r o u b l e s éclatèrent soulevés

1 lani-\;.;lii.

du

p a r

la fourberie

M l u y c n - V a n - T u o n g q u i fut déporté à P o u l o - C o n d o r c ,

p u i s à T a h i l i . L e r o i H a m - N g h i fut déposé, p u i s déporté c n Algérie, etrern|)laeé p a r l e l'oi D o n g - K h a n h q u i est m o r t e n janvier 1 8 8 9 . Son siieia'ssenr csl l e r o i actuel Than-Thaï. L a

noiividlc Chambre

fonkin

p a r la

expédilicmnaire. V e n l i o n

d(!

M"''

'iiajorili' ilesix

*'ux

le

l'nl

liés

I .'i i i s r n i I i l n d u

q u i ' qiiaire

L e Irailé' d e

."iO

reimiri(iii''e,

la t;iieire e l d e l a

exiraoïilinaiies p o u r le

nereeiii'illil

fut saisie

l a question

d e

nnllions pour

l e

d u

corps

la

(.'liaiiilire

vola

le

21

e n ' d i l d i m i a m l i ' ' p a r 2 7 ; i v o i x r i m i r e 2 I Í 7 , soitàla

\ o i \ .

m i n i s l r e s d e

crédits

1 8 8 5

d ' u n erialil d e

. \ | n è s I r o i s j o u r s d ' u n i ' l a r i ; e disenssion o ù l'intci'-

I'"ri'ppel

déceinbni 1 8 8 5

élue e n

ileimimie

voix

ISSl'i a v r e

la

d e

projet de

l o i

portant o u v e r t u r e

m a r i n e s u r l'exercice

.service

d u

T o n k i n ct

d e

188()

d e

Madagascar

majorili'.

Chine

par

fui eompléli'

u n e eoiivenlioii

c o m m e r c i a l e que s i g n a .M. C o g o i d a n , m i n i s l r e à Pékin, l e ¿ 5 a v r i l ^886, et dont v o i c i les p r i n c i p a u x a r l i i l e s : AUT.

liT.

_

A u x

lermes

de

l'article

5

du

irailé

"antes Parlies Lnnlraelantes conviennent ipi'i 1

,V

d'ouvrir

au

1 autre

au

commerce

a u - d e s s u s de

deux

Laoka'i.

localités,

l'une

a

du

il

j u i n

lli'u.quanl à nord

de

ISS;.,

les

iiri'senl,

Lang-Sou

et


888

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII (

y i l a 1)1 i r a d e s b u r e a u x d e d o u a n e o l l a F r a n c e a u r a l a faculté

d ' y M i i i i i i i i r i ' d e s c o n s u l s q u i j o u i r o n t d e tous l e s d r o i l s et p r i v i l è g e s e i i i i e r ' d i - s e n (diine aux c n n s n l s d e la nalinii la pins l'avnrisi'c. L e s Iravanx d e ia c n i n n i i s s i n n c l i a r - i ' c d c l a d i d i m i I a I i , m d e s deux p a y s n c s e IrnnvanI pas l o r n i i i n ' S an n i n m c n l d e l a s i n i i a l n r c d e la ] ) r e s e n l e c n i n e n l i o n , la l o c a l i t é à o u v r i r au cnuunorce a n i n n a l d e l.angson d e \ ra è l r c (dinisic cl

d é t i n a n i n é o dans lo ciinranl d c la p i a - s c n l c a n n é e ,

aprés c n l e i i l e e n l r e l e L ; n n \ e r n c n i e n I iiiipi'-rial

cl

le r c p r i ' s e n l a n l d e l a .

F r . i n c e à l ' i k i i i . (Inaiil .'i la Incalili- qui i l e \ r a i i r o nnverlo an (anniiierce an

dessus de

Lankaï,

e l l e s e r a l ' - a Icnnnil

di'd.erniinéc d ' u n

commun

n e c o r d , à l a s n i l e d e s I r a v a n \ d e rei-nn n a 1 s s a nco d e l a f r o n t i è r e e n t r e Ics .ilenvpays. \ n i . i.

L e Aiinvcrncnienl Inipc.rial pouri'a

nninuior d o s c o n s u l s a

l l a i i n ï el à ll.iïpInniL;-. l ' e s c n n s n l s c h i n o i s p o u r r o n t ê t r e a u s s i envoyés pins lard d a n s d ' a u l r e s '..;raniles villes d u T o n k i n , a p r è s entente a v e c l e ^ n i n e r i i c i i i e i i l frainjals. l i e s iiAcnls sernni

Irailés d e l a m ô m e manière

c l a n r n n l l e s n i è m e s d rni Is e l privilcA-os q u e l e s c o n s u l s d e l à n a t l O U l a p i n s l ' a M i r i s i ' c i'Ialdis cn l'ranee. C'est a v e c l e s a u l o r i t é s françaises ( harn'i'cs du protectorat i p i ' i Is entretiendront t o u s l e u r s r a p p o r t s officiels. . \ i c i . If. — Il e s t c o n v e n u d c p a r t c t d ' a u t r e c [ u e , d a n s l e s l o c a l i t é s o ù d e s C n n s n l s sernni e n v i i y é s ,

l e s a n l n r i l i ' s respeelives s'emploieront à

r . i c l l l l e r rinslallallnii d e c e s a - e n l s d a n s d e s n ' s i i l e i i C ( ! S honorables. L e s l ' r a n ç a i s pnurrniil s ' i - l a l i l 1 r da n s l e s Incalili'S ouvertes a u c o m merce à la l ' r n n l i è r c d e (dilue dans les c n m i i l i o n s p r é v u C S p a r IcS a r t i c l e s 7. Il»,

11, 12 e l

aiiires du

Iraili- du 27 j u i n dSaS.

Los . \ n n a m i l e s

j n n i r n n l dans ces Inc.alilé.s du niénio li-ailcmcnl pri vi li---i i-. . \ i c i - . i. — Los C h i n o i s a n r n n l le. drnit dc p n s s i - d c i - d e s I c r r a i n s , d'oleV e r des c o n s t r u c t i o n s , d ' o u v r i r d e s n n i i s o n s d e c o m m e r c e c t d ' a v o i r d e s m a g a s i n s d a n s tout l ' A n n a m . Ils obtiendront p o u r l e u r p e r s o n n e , l e u r s ramilles et leurs hiens prnlia'.lion el si'C.uT-ili' à l'égal des

snjcis do 1^

iialimi e n i - n p i - e n n e la plus l'.-i v o r i s é c , c l i-iimme i - e s dern i c r s 1 Is n e p o U I ' rmil è l r c l'idijel d'ainain

m a u v a i s Ira ilejncii I.

Les e m - r c s p n n d a n c c s ofliciidlcs cl privi-es, l e s 1 i-1 i - r a m m e s d e s l o U C lionnaii-es cl ( - o m m e r ç a n t s c h i n n i s sernni I r a n s m i s s a n s d i l'Ii e n 1 lo p ' " ' les a d m i n i s t r a t i o n s postale el li'li'i;-ra p l i l . p i c f r a n ç a i s e . Les F r a n ç a i s recevront d e la C l i l m - l e

m c m c Irailemcnl p r i v i l é g i e -

A H T . T). — L e s F r a n ç a i s , proli-L;i-s l ' r a m . - a l s o n i - l r a n i;-ei-s é l a h l i s a U ' l ' n n k i n , p o u r r o i l l l'rancliir l a Irmilli-rc e l p i - n i - l r c r e n C h i n e , à l a c o n d i l i n n d'clrc m u n i s d e passepm-ls. C e s passcporls sernni d é l i v r é s p a r l e s a n l n r i l i - s cliinnises d e la l ' r n n l i è r c , à la r e q n è l e d e s a u l o r i t é s f r a n çaises, ipi i l e s ilcniandei-nni sculenienl en l'aveur dc personnes h o u o r a Ides : ils s e i - n n i rendus au rolnur et a n n u l é s . Lm-squ'uu v o y a - e u r devra Iraverser une local lié occn pée p a r d e s abor i g è n e s n u d e s s a i n a ^ c s , il s c i . - i iiicnlionni- s n r le passepnrt q u ' i l « y ® pas dans c e l l e Ini-.i 1 i li-. de l ' m i i - l i n n na i re c h i n n i s qui puisse l e p r o t c g C I " -


ANNEXES Les Chinois lerrc

de

qui

devront

voudront

dc

par les anlin'itc's

la

même

cm

Ces

pass(q)orls

liiie

de

ainsi

voyage

'icats d ' e x e m p l i u n

de

nc

la

auront

le

frontière s a n s

respective Ces

taxe p o u r

''Il

passeport

nblenanl

piMaiictlant

de

frontière

aulour

de

Franchir

pourront ces

l'roti'cés ''tre

la

les

d'autre

être

des

chinois les

la

v(do.

les

et

remettre

s'il

y a

simplement

comme

des

cerli-

marchandises. les

jiersonnes

les

autorités

qui

a u x

françaises

auraient

franchi

m a i n s dc l'autorité

lieu.

pourront

aulorités

serviront

considérés

rentrer

impériales

du

un

T o n k i n

en

Chine

laisser-passer

leur

frontière.

p e r s o n n e s établis

circuler

sans

dans

passeport

les localités

dans

m a r c h a n d i s e s importées d a n s les

français

livces

et

pas

sol

et de

frontièr'c d c

un

ouvertes à

rayon

de

.50

lis

par

règlements

la

C h i n e

par

les

localités

ouvertes au

négociants français et les

p e u v e n t , après a c q u i t t e m e n t des d r o i t s d ' i m p o r t a t i o n ,

leanspinli'es

tions

par

personnes honorables.

transport

punis

la

TonUlii

localités.

— Les

AUT. (J.

corniuercc à

le

des

Les Français ct autres la

le

habitant l ' A n n a m

simplement

Chine au

èlre i n u n i s d e |)asseports délivrés

part

d r o i t d'arrêter

p o u r cire jugés ct

Chinois

de

pourront

sur

889

de

rc(|uète d e s a u t o r i t é s c h i n o i s e s , ([ui

l'avcnr de

la's aniorilés c h i n o i s e s au 'l'onkin

la

délivrés

et

rciidic

manière

IVançaises à

dcainunha'nnt siMilinmail

de

sc

sur le

les

marchés

Intérieurs

règlement annexe

généraux

dc la

du

douane

de

la

C h i n e d a n s les

traité d u

27 j u i n

maritime sur

les

18.'58,

condict

par

passes de transit

a l'iuiporlation. Dès

que

hlés, tité

des

de

douane

tarif général Les

de

arlic les

p.

étrangères

douane

'"'"'

passe

''!'•

désignée

la

nom

snriir

vninlrail

l'aire,

une

droit

de

marchandises

d c m a m b c s

du

resteront

magasin,

envoyer

dans

nouvelle'

transit

pa.ssc

pour

ces la

être

los

prnduils

tous

indigènes d a n s

marchandises

droit du

cinquième.

du

droit

et

vendues.

et ])ayer,

règlements

généraux

douane

délivrera

porteur de se rendre dans

nouvelle

nc

de

des m a r c h a n d i s e s

la

y disposer desdites

dc

locaquan-

payé q u e les

expédiées

l'intérieur

le

d'un

déclaration en d o u a n e ,

au

p o u r lesquelles des

dc

percevra

passibles

inscritdans

perception

sin'ont p a s s i b l e s

L i s

dans ct

dc la p e r s o n n e q u i les a c c o m -

chinoise diminué

tarif

permettra

ces c o n d i t i o n s a u c u n e

AUT. 7. —

nalure

m a r i t i m e chinoi.se. Après ce paiement,

s u r la

tégés français

la

( ic n ' e s t q u ' a p r è s q u e l e d r o i t a u r a été

transit qui

imposés a u x

imporlées

de

vérification et

barrières intérieures et des b u r e a u x

Los été

dc

le

au

seront

douane

maritime

cbunmmés

(pil

devra

sans réduction,

A

cn

procéder à

pinirronl

in'^-nci.inl

la

étrangères

faile

la douane

non

fiUirchamliscs

'l''s

fera

1011 ml raliiri'iii.

Le

cire

ces m a r c h a n d i s e s a i n s i que d u

pagne. La

dfî

marchandises

déclaration d e v r a

la loca-

marchandises. sera

faite

au

passage

du T o n k i n . passes les

de

droits

l'intérieur

achetées p a r des

transit n'auraient pas de barrière

ct

dc l i k i n

du pays. Français ou

des

pro-

s u r les m a r c h é s Intérieurs d e l a C h i n e p e u v e n t être a m e -


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

890

nées d a n s l e s l o c a l i l é s o u v e r t e s d c l a f r o n t i è r e p o u r être d e l à exportées a u T o n k i n , d a n s les

c o n d i t i o n s fixées p a r l e 7<! r è g l e m e n t

annexe d u

Irailé d u 2 7 j u i n 1 8 3 8 , s u r l e t r a n s i t des m a r c h a n d i s e s d ' e x p o r t a t i o n . l.ors(|uedes

marchandises chinoises

èlre exportées, déclaration d e v r a d e l a (|uantité

de

a r r i v e r o n t d a n s ces localilés p o u r

être f a i t e e n d o u a n e d e

ces m a r c h a n d i s e s a i n s i ( [ u c d u n o m

q u i les a c c o m p a g n e . L a d o u a n e fera procéder à

la

la dc

nature et l a personne

vérification. C e l l e s

d e ces m a r c h a n d i s e s q u i a u r a i e n t é t é achetées à l ' i n t é r i e u r p a r l e n é g o ciant m u n i d'une

passe d e

t r a n s i t , c t q u i n ' a u r a i e n t , dès l o r s , a c q u i t t e

n i t a x e de l i U i i i , n i l a x c de b a r r i è r e , a u r o n t d ' a b o r d à p a y e r l e d r o i t d e Iransil inscrit an laril

i^i'inaal de

la

douane maritime chinoise. E l l e s

p.i\ ( r o n t e n s u i t e l e d r o i t d ' e x p o r t a t i o n d u t a r i f g é n é r a l d i m i n u é d e d / 3 I l s articles non

dénommés a u t a r i f resteront passibles d u d r o i t d c . 5 0 / 0

n d rulorem. A p r è s r a c ( | u i l l c m e n I d e i c s l a x c s , l e s m a r c h a n d i s e s p o u r r o n t s o r t i r l i b r e m e n t c t être c x p é d i i e s a n delà d c l a f r o n t i è r e . L e négociant q u i , a y a n t a c l n l i ' sera p a s m u n i

d ' n n c passe

b u r e a u x de p e r c c p l i n i i

les

des m a r c h a n d i s e s d a n s l'intérieur, n e

de Iransil laxcs de

devra

ac(|uilter au

barrière e l

d e v r o n t l u i être d i d i v r / ' S . A s o n a r r i v i ' c à

dc l i k i n ;

la d i m a n e , il

p a s s a g C dcS des

récépissés

s e r a exempté d u

p a y e m e n t dn i l r n i t dc I ra n s i I sn r 1 e \ ii de ees r i ' C i ' q n s s i ' s . L e s c o m m e n a nts

frainjaisct

p n i l i ' i ^ i ' s rraiiçais i m p n r i a n i

ta n I d e s ma rc lia ml i s e s pa r I es l i n rea n x de d o n a n e l i i i i i i a i i cl lin

K o i i a i i n - S i el

de

on expor-

la l'ronlière du

les c m i i i i i e n ; a n l s c h i n o i s i m p n r t a n t O U

e \ | i o i i a n l d e s m a r c l i a n d i s e s a n ' l ' o n k i n n ' a n r m i l à a c q u i t t e r a u c u n e taxe pi-a-e

lie

ilcjn

pour

leurs M i i t u r c s ou

mui-ahles

Ira n e l l i ssa 111

l i e |iarl c l i r a i i i r e ,

la

s o u m i s e s à nn

liair

bète d e s n n l m e . S u r

les cours

frontière, les b a r q u e s p o u r r o n t drnit

èlrc,

de tniinagc, cniiforiiii'ineiit "U

n u l e m c n l d c l a i l m i a n c n i a r i l i i i i e îles d e u x p a v s . l i n ee q u i c o i i c e r i i e I es 11 i s p o s i I i m i s dn p n ' s c n l a r t i c l e el du priicédcilt, i l c s l c o n v e n u , e n t r e les h a i i l e s p a i l l e s c n n l r a c l a n l e s , q u e , s i u n n o u v e a u l a r i l ' d o u a n i e r vient a i i r e i i a l i l l , i l ' u n c o m m u n a c c o r d , entre l a C h i n e cl

nue l i c r i a ' piiissanee

snd-oncsl de

pour le comnKaaai par

l'empire chinois, la

france

terre s u r

pniirra

en

les

frniilièreS

nhlenir ra|iplic"'

lion. .\ui.

II.

- L e s p r o d u i t s d ' o r i M - l n c c h i n o i s e impnriès a u

l a l'ronlière d c l e r r c a u r o n t

à a c q u i t t e r le

droil

•fmikirl

P'"',

d'i m pnrta t i m i dn l a ' ' '

l ' r a n c n - a i i n a i n i l e . Ils ne pa y e r n u t a u c u n d n n I d'e \ p o r i a I i o n

à

la s u l ' " '

d u ' l ' o n k i n . I I s e r a d o n n é (aiiii i n u n i c a t i o n a n - o n \ c n i e m e n I i m p c n i d d n n o n v e a n t a r i f q u e l a f r a n c e l'da b l i r a a u T n n k i n . S ' i l est .'•laidi a n

' l ' o n k i n des

-aranlie s u r certains

articles

taxes d'accise de

dc

| i n , i l n el i o n

c o n s o n i ma I ion "U de inilÌL;èiie. les

priidiUl^

si m i la i res e h i n oi s a n r o i i I à sn l i i r à l ' i m p o r i a I i o n des I a \ es i'a| n i \ a h ' i d ' sA n i . I.'i. Chine.

- l.'c\|iorlalioii

du

ri/,

I . ' i m p o r l a l i o n . 1 . ' ces a r t i c l e s

sera iutia-dit

d ' i n j p o r t e r eu

(Chine;

.d

.l.'s c n - a l c s s e r a

s'y fera la

en l'raiicliise

interdite

l'ii

de droits- '

p o u d r e à c a n o n s , l e s projectiles»


ANNEXES 'es

fusils cl

'e

sel,les l i "

canons, le

si

des

chinoises

négociants

chinoise ;

Faisaient

le |)lomb, le spelter, les a r m e s ,

droit à

la

douane

ou

immorales,

Aar. de la

IC.

Les

les a r m e s

C h i n e <à travers

après

mixte,

Chinois

elmunitions le

Tonkin,

résidant

les

et

délits q u e les Français

sujets

en

de

A n n a m

la

L e 2() j u i n

'.•a

les Français

ou

ou

protégés

ouvertes au

1887, M.

première,

et

veiuion

relative

au

ministre

commerce,

a

est

rapport

scra

P o u r des

procédé

27 j u i n

les Les

l a Frontière

réglés,en

cour

crimes

commettraient

en

ou

C h i n e

conFormément

1858.

à Pékin, signa

ainsi

le

ses

clauses, sauF,

bien

25

au K o u a n g - S i cl celle de

*u commerce *iui se

franco-annamite:

trouve

s u r la

commerce

'^raneáis a u r a dernière A H T .

conçue

avril

deux

n o u -

:

1886

fidèlement

e n t e n d u , celles

2 . — E n exécution d e l'ai'ticle l ' " ' d u

l'chéou

sera, immé-

m i s à exécution

que

la

présente

con-

route

Moug-'l'seu il

Iraité

du 23 a v r i l

(Contractantes

esl

au

euteiulu,

fluviale de

Lao-Kaï

que

la

V u u u a n eu

1880,

il

ville de L o n g sont ouvertes

outre, que

Manhao,

à M o n g - T s e u , est o u v e r t

c o m m e Long-Tchéou ct M o n g - T s e u , e l q u e le gouvernement le

d r o i l d'y entretenir un agent

relevant du consul

de cette

ville. :!.

ICii

entre la

stipulés

viscdrement 'a!s

le

p o u r but dc nuidifier.

est c o n v e n u e n t r e l e s H a u t e s P a r t i e s

t'oii

p u b l i -

Favorisée.

seront

Français,

Français

— i^e t r a i t é s i g n é à T i e n - T s i n

dans toutes

merce

sous

plrfs

marchés ouverts de

commerce, il

Constans,

la

Annamites

d i a t e m e n t après l'échange des r a t i f i c a t i o n s ,

au

de

eonvenlions.

-\uT, 1er.

AHT.

guerre, de

seront,

nation

aux s t i p u l a t i o n s des articles 38, 39 du traite du

velles

l'exemption

interdite.

fonctionnaires chinois

localités

avec

qu'elles vou-

matière c r i m i n e l l e , f i s c a l e , o u a u t r e , placés d a n s

que

chinois

p a r des

dans les

également

s'élèveront cn (Chine d a n s les

sujets

acheter la douane

entente

Franco-annamite.

est

cn

conditions

procès q u i entre

juridiction

mêmes

d'en

s u r v e i l l a n c e spéciale d e

l''introduction au T o n k i n , d'armes, de munitions de cations

des m u n i t i o n s .

expresse

pourront, en outre,

obtenir, pour

draient Faire t r a n s p o r t e r en

armes

l'autorisation

en serait permise sous la

les autorités c h i n o i s e s

s e r o n t i n t é g r a l e m e n t confisqués'.

acheter des

recevaient

consuls de France,

'oui

891

soufre,

c o n t r a v e n t i o n , ces a r t i c l e s

''importation

les

le

publications immorales.

c a s (le

^ ' 'es autorités Ou

salpêtre,

vue

dans

les

modifiés

marchandises

"uront

à

minué

des

dc

développei'le

( d i i n c e t l c T o n l < i n , les

acquitter le trois

articles ainsi

0 et 7

qu'il

]ilus droits

du

dixièmes.

du

possible

d'importation

traité du 23 a v r i l

ct

le

com-

d'exporta-

188C

sont

pro-

suit:

étrangères imporlées droit

rapidement

en

tarif général

C h i n e p a r les v i l l e s delà

douane

ouvertes

maritime,

d i -


892 I.rs

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

iiiarcliaiMlisrs

cliiiMplscs

ad

('.\|)(irli'cs

T o n k i n payeront le droil

d ' e s | i o r l a I i o n i l n i l i l I a r i 1 ' g i ' n !• l'.a I, d l n i i n n i ' d e s i | n a l r e d i x i è m e s . i.

Les

prndnils

(rorii;ine

eliinnise

d r o i l s d ' i n i p . j r l a l i n n , e o n I o r n n n n en I an I r a i l i ' d n 2 i i a \ r i l ISiSli e l s e j - o n l pni'l

a n i i a i n i l e p n n r r o i i l iire

à deslinalion

il'nn

ipii anrinil

. a e i p i i l t c les

pa ra i; ra p i n - [<•' île l ' a i i i . d i ' H du

I r a nspni'Ics à travers l e . ' l ' n n k i n vers ull

sonniis, à

la sortie dc ce ])ort, s'ils sont

, i n I r e p a y s i | n e la ( d l i n c , a u droit d ' c x p n r i a t i o n fixe

| i . i i ' le l a r i r des d o u a l i e s Ira n c o - a n n a n i i t c s . . \ K I . . ' I . — Le A o i n e r n e i n e n t c h i n o i s aulnrise l'exporlatioii de l'opiunl i n d i A è n e a n 'l'onkin

p a r l a r r n n l i è r e de l e r r e i i i o y i ' i i n a i i I n n d r n i t d'cx-

porlalion d e 2 0 l a i ' l s par pieni n u KH) l i v r e s e l i i n o i s e s . Les l ' r a n e a is OU pi'oli'i;i''s l ' r a n e a i s ne p o u r r o n t acheter l'opi u m i | u ' à L o n g - T c h é o u , MongTseu Il .Manlian. Les droits de l i k i n etde b a r r i è r e s (|ue les c o m m e r ç a n t s i n d i g è n e s a n r n n t à payer s u r ce. p r o d u i t

ne d é | i a s s e r o n l

pas 2 0 tacls

par p i e i i l . Les eominerçanls chinois i p i i

a u r n n l a p p o r l i ' r n p i u i u de l ' i n t é r i e u r

remettront à l'acheteur, e n i n è i n e l e m p s i p i e l a constatant que le l i k i n a l ' I i '

inh'-raleinenl

m a r e h a n d i s e , les reçus

aeipiiIli',

ct l'acheteur pré-

sentera ces r e ç u s à la d o u a n e , q u i l e s a n n u l e r a an m n m e n t où il etteOtuera l e payement d u droit d'exporlaI i n n . Il e s l e n l

In qne c e t o p i

, d a n s le cas o n i l r e n l r e r a i l en Chine,

s o i l p a r l a r r o i i l i è r e d e l e r r e , s o i l par n n des p n r l s o i n i i l s ,

n e pourra

l ' I r e a s s i m i l i ' aux pi'niluils d ' o r i - i n e e l i i n n i s e ri'i m p o r l l ' s . . \ n i . l j . — Les bateaux l'ra ni'a i s el a n na m i l es, à l'e.M'eplion des bAtlnienls de

guerre et des

n a v i r e s employi's

d a r m e s o n de m u n i l i i i i i s d e Aiierre, |

an

l r a n s | i n r l des troupes»

r n i i l c i r c u l e r de L a n g - S o n a

C a o - l i a i i A ' , r l ri''ei|ii'nq n e i n e n I, e i i passaiil |iar les r i v i è r e s (Snn-K 1 - ^ 0 " ^ el r i v i è r e dc Cao-haug) q u i

relienl L a u g - S n n à L o n g - T c h é o u el Long"

l ' e l i i ' o u à (Jao-baui;-. II s e r a

pi'i'levi' s n r ees

l i a l e a n v , p o u r (diaque.

l o M i i a u e d e .'i 0 0 d e l a i ' l p a r I

p a r e n i i r s , nn d r o i l de

a n , mais l e s m a re h a n d i s e s rnillposant'

le eliarrenieni n ' a u r n n l à acqniller aucun drnil. Les iiiari'lianilises à destination dc C h i n e p o n r r o n l par

les

r i v i è r e s dont i l est question dans le

a r l i c l i ' , a u s s i bien p a r les roules de terre, e l

è l r e IransporléeS

p a r a g r a p h e k ' d u |)réscnt imla m m c i i l

par

la

route

m a n d a r i n a l e q u i e o i i i l n i l de L a n g - S o n à I . o n - - I . h i ' o n ; m a i s , j us(|u'a^ p i n r où l e u ' o n \ c n i e m e i i I e l i i n n i s a u r a l ' I a h l i u n p o s I e d e douane a V r o n l i è r e . les m a n h a m | i s e s q n i passcronl p a r é e s r o n l e s d e lerre U Ç ponrriint

èlre

vendues

qu'après

avoir

acquilli'

les i h ' n i l s

à

lo^^S'

T. h i ' i i u . . \ i c r . 7 . — 11 est entendu q n c la l''raiiei' jouira de plein d r n i l , et s»"^ qu'il soil

besoin de n é g o c i a l i o n s pri'a la Ides, d e I o n s l e s I"'''''""^^^^

i m i i i i i i i i l i ' ' S , de (|uelque nature q u ' i l s c o m iiiereia 11 \ q u i p o n r r a i e n l

èlre

snieni,

e l de

Inns les avantafe^'^

accordés d a n s la suite à la n " ' ' " J ' ' j J _

p l u s r a M i i i s i e |iar d e s Iraih's n n ciinvcntions a y a n t p o u r objcl le refc


ANNEXES meni

des rapports

situés

au

AUT.

8.

les

sud et

au

— Ayant

exemplaires

'^ur

!).

Les

seront mises en même du

traité

AiiT.

10.

M.

de

la

apposé

leurs

et

leurs

avril et

188C,

présente

elles

République

ces

sur

ainsi

(pie

exemplaires.

convention

étaient

additionneur

insérées

à partir du j o u r

de

dans

l'échange

le texte des

rati-

convention.

présente c o n v e n t i o n sera de

pays

sceaux

convention,

accompagne c h a c u n de

traité La

présente

de

25

les

les d i s p o s i t i o n s c i - d e s s u s ,

chinoise qui

la

et

chinois.

signatures

texte français d e l a

la Chine

stipulations

l'Empereur

dent

l'empire

entre

c o m m u n accord

v i g u e u r c o m m e si

du

fications desdits

ont

du

Iraduction

In

AUT.

S.

sud-ouest de arrêté d ' u n

])léuipotentiaires

deux

893

politiques ou commerciaux

Chine,

ratifiée, dès à présent, p a r

et dès q u ' e l l e a u r a

française,

l'échange

des

été ratifiée p a r

ratifications

le Prési-

aura

lieu

à

Pékin.

La seconde c o n v e n t i o n est relative à la délimitation delà frontière ßntre la C h i n e et le T o n k i n : Les

commissaires nommés

çaise

et par S. M.

traité

du

i) j u i n

Tonkin

ayant

Ernest

IM.

p a r l e Pirésident d e

l'empereur

1885

pour

teiMiiiné

leurs

Constans,(lrpnl(',

de

la République

C h i n e , en exécution

reconnaître

la

frontière

de

entre la

Et

S.

d'une A.

le

Chine

et

le

travaux; ancien

ministre

de

l'intérieur et

C o m m i s s a i r e d u giuj\ri'nrnirnt, envoyé e x t r a o r d i n a i r e d e française,

fran-

l'article 3 du

descultes,

la République

pai'l.

prince

K i n g , prince du second

rang,

|)résidenl

du Tsoung-

' i - Y a m e n , assisté de : S. E x c .

Souen-'l'u-tjnrn,

Présidi'ntdu Agissant "n

a

:

ini

drs

nirnilii'r d u ' l ' s i u i n g - l i - V , a i n r n , p r e i n i r r v i e e travaux

dr l i ' u r s

publies,

m vr l a i r ni r n Is r r s p r r t i l ' s ; 1rs d i s | i o s i I i o n s s u i v a n t e s

di'cidi- d r r u n s i g i i r r d a n s I r pn-sriil a r i r

destinées 1"

minisirrr

à l'égler définitivement

L e s procè.s-verbaux

'^'grii's p a r

1rs

et l e s

c i i i n m Issa i r e s

la

d i d i n i i tal i o n

rarirs y

.imirxrrs

français et

ilr

ladite friuitière

qui

ont

r l i i n o i s s o n t et

vii-

:

dressés et

ilenieureni

ap-

prouvés; -°

Lrs

pniiils

irsipiels

sur ri

' ' " r t i i d , . :i i l u

Irait.'- d u

Au

" été

l'est et

lixér

Les ilrs "st,

1rs

Kouang-Tiing,

**'lni''s à

par

qui

an

Koii

n'avait

il

II j u i n 1 8 S 5 s i i n l rsl

rnlrndn

par

pu Ir

n'uli's a i n s i

i|iir

piiints

1rs

l a r o n i m i s s i m i d r di'd i m i l a I I n n ,

sont

se

faire

deuxième

entre

les d e u x

|)aragraphe

de

qu'il suit : contestés

qui

sont

i n n d - r s l ilr .Mnnka'i, ,MI d i d à dr la f r o n t i è r e t e l Ir ipi'id I r

à

l'rsl

du

e'est-;i-dircdrla li-nr

^C T c h ' a

l'accord

rr.iilications visi'rs

Conimissiinis,

o u O u . m . Irin

nn''ridirii

dr

iinrd-snd passant lia-rii)

l'I

sunt a l l r i l i u r s

Paris

llCr'i:','

à

dr

la

Cliinr.

Innuiludr

parla poiiilr o i i r n l a l r d e F ü r

r u r i i i a n t la

f r o i i t i r r r , sont

égale-


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

894

m e n i a l l r i b u ó c s à la C h i n e . Les iles (id-llm el les aiiires îles ({iii sont î' l'ouest d c c e m é r i d i e n a p p a r t i e i u i e u l h r A m i a i i i . Les C h i nois c o u p a b l e s o u i n c u l ] ) é s d e c r i m e s o u d é l i t s i | u i chiuxlieraient u n refuge d a n s ces î l e s , seront, c o n f o r m é m e n t au.x s t i p u l a t i o n s d e l'article "21 d u traite d e 1 8 8 6 , r e c h e r c h é s , a r r ê t é s e t e x t r a d é s par les autol'itc's l'raneaises. .Sur la

f r o r i t i è r e d u Y u n n a n , il est entendu que la d é m a r c a t i o n s u i -

vra le- t r a c é s u i v a n t : De

K'eou-leou-tchai (Cao-dao-trai) s u r la rive g a u c h e du S i a o u - l o u -

•|'ehi'ciu-ho ('l'ieri-dii-chu-hu), |)(dntM dc la carte dc la d e u x i è m e section, (Ile se d i r i g e

peudaiit e i m p i a n t e lis (vinf,'t k i l o m è t r e s ) directement de

l'oïKvst vers l'est eu laissant à la ( d i i n c les endroits de 'l'sui-l<i;nig-cho nu

Tsiii-y-cho

(l'u n e l i i a \ a \ 'l'su i-mc'i-cho ('l'n-ni i-\a ), K ia ny-l'id-cho

nu Y - f c i - c h o ( N g h i a - l i - x a ) , (|ni snnl au unrd de celte l i g n e , i;l à r A n n a m , c e l u i dc Y c o u - p ' o n i ; - ( ilin ( 11 u-lia n i ; - \ a | (pii (Ml est au s u d , j usipi'.aux points m a n p i é s P et Q sui' la caite annexe ni'i (die coupe les deux branches du s e e n n i al'llnent de droite du l l é ï - b n (llai'-ba)nu T o t i - t c h e o u - h o (Do-chuha;. .\ partir dn p n i n t Q , elle s'i n tli'eb i t vers le sud-est d ' e n v i r o n 13 liS (li k i l n n i è l r e s ) j u s i p i ' a n pnint U, laissant ;'i la C h i n e le territoire d c N a n tan (.\am-(lnn) an innd de ee pnint I'. : puis à p a i l i i d e ce p o i n l , remonte vers le nni'd-est i n s ( p i ' a ( i point S, en suivant la d i i c e l i n n tracée sur . a i l e par la l i - n e I I , S, le .'iiurs du .Na ii-t('ni;-li(i (.Na in-ibi ng-ba) et le» terril.ilr.'s .le .\laii-ineï

( .Ma i i - i i i i J , de .Mi'ni;-liiiiL;-elia n-' I s ' n i i n (AluaUg-

i l . , i i - - l r i n i i m l l i . . n ) , de .Mon--t nn ng e ha n i .M m n i - - d , nii;-snn), de .Mengi--lelnninn-ls'(nin,

.M n n n - - d n n - - I rn n n--I In. n ),

et

de

.Meng-bHing-

ehia-ls'.in M m m - - d n n - - l i a - l h nn) restant ;'( r . \ n n a i n . .\ p a r l i r dn pniiil S i .Men o-l nu ni;-i'h ia l ' s . m n nu .M nnn--.IniiA-ha-l bml). le i n i l i e n . l n I s'i n- eliniieï Ini ( I'll a ri-l h n y-h a ) i rnl i(pii'"j nsq n'à snn roU" lliierrl, en 'f, avee la riviere C l a i r e , la f r n n l i è r e ailiipti'i', lin pnint

'f, snn

lr.(e('- est irrar'qni' par le irrilii'ii d e l à r i v i è r e Claire

jnsipi'.in pnirri .\ , à ha n Ien r- de'l'eir'iiria rr-le.in (I'll ny eii-da rr ). Dn

pillili

. \ , elle

r-ennirrle v e r s t e m i n i jrrsqrr'an pnint Y, en passant

par l>aielii'-yai ( I ta elr-l bac l r - - i a i ) el L a n - a i - K ' a n (( ian-lr a i-ka n ), la inoil'e de l'ba.'iin de ees deux emlr'.iits apparlerrant

à la (ihirre el à l ' A n n a m ;

ee q u i esl .'i l'est a p pa il i e ii I à l'.\iriiarir, ce q u i esl à l'nni'sl à la ClrrrlC.\ p a r l i r dn pnint Y, elle liirr-e, dans

la .lireeliini du

irin'd,

la i'"'.''

l i m i l e .1.1 petit al'llrrerrl de la rive i;arr.'lrr' .le la ri v ière Cla i re q rr 1 b'i i'i''.;"'| entri- l'ien-paii-kia (liien-ba.i-k Ira ) .'I l ' . ' i - p a n 11 îa .'-ha.. | .'I - a - m ' ensUije Kan-ina-par' (( ia.i-iira-baelr), pnirri / , n n i - l l . - se i-a(-(-in(le avee h' li'^"'" la I r n i s i è m e seetinrr. .\ partir de Lnnu-pn-ti-ba r ((-i rrq .i ie n n - see I i. m ) la l'r. nr I le r-e .-.un m n i|f.1.1

Y i i n i i a i i et

de l'.\rrrrarrr

l'f'innrrle le .-.nns .In

H.ing-pn-h" . ¡ " " ' 1 ' . " '

s . . I l .-nnllrn-nl avee le 'f s ' i n--(-h. n i i - ï - h n , mar-ipii- A sur- la c a r t e ; 'I " 1'",'"^ . \ . e l l e srrit

la d 1 reel inrr - l ' i i è r a le .1

n . l - . - s l air srr.l-nrresl . i n ^ ' l ' ! " | '

pnint i n d i q u é I! s u r la carte, endrnil nn h- S a ï - k i a n g - l m reiaiH h'


ANNEXES chouei-ouan ;

dans ce

895

p a r c o u r s la frontière

laisse à

la

Chine

le

cours du

Ts'ing-chouei-ho. Du elle

point B,

l a frontière

rencontre

est a u

a

la

direction

le Teng-tiao-tchiang

est-ouest

au-dessous

sud

de

cette l i g n e a p p a r t i e n t

point

C,

elle redescend

jusqu'au

point

C,

de ïa-chou-tchio.

à l ' A n n a m ,

ce

qui

est au

oii

Ce

qui

nord,

à

la

Chine. Du vière

Tcng-tia-Tchiang

vers

jusqu'à

le

sud

son

en suivant le milieu

confluent

au point

D

de

la

r i -

avec le T s i n -

tse-ho. Elle dans

suit

la

ensuite

direction

ruisseau qui l'est d u

lac

point li au A

sc jette

Tsin-tse-ho

dans

du

pendant environ 30 lis point D

larivière Noire

de Meng-pang. point

parlir

le

est-ouest j u s q u ' a u

Le

milieu

où (Héi

de ce

elle

et

continue

rencontre

tciang

ou

le

Hac

r u i s s e a u sert de

petit

giang)

à

frontière d u

K.

point

\<\

le

milieu

de la

rivière

Noire

sert de

frontière

à

l'ouest. • Ces autorités l o c a l e s c h i n o i s e s et les général

dc

gés

procéder à l ' a b o r n e m e n t ,

de

la

Répuhli([ue

française

agents désignés

en A n n a m

A u

préseul

-.iriv

se(dlé(^s p a r

tracé('

p a r u n

hlires fait

de

tr'ail

l'ékin,

a u x

parties.

m u g e

eu

et

dinihlc

et

cachet

tàichet

la

légation

1 : n e l a i n i III i s s K i i i I r a i l i - dr IHS.'i.

du

sur

les

les

cartes du

caractères

expédilion, le

char-

dressées

et

de

de f l'ance à

l'st

par

les

1887.

chinois. :

CONSIANS.

l'ékin.

(l('d i n i i l a 1 1 o n a v a 1 1 i''l('' i i i s l i l m ' a ' e u n f i i r i i i i ' a n r i i t

La see.liiin puis

(hSHi'i-ISHIi)

s u r

lien

fronlirre

Y u n n a n

cycliques chinois.

20 j u i n

plénipotentiaire

''i('i--Saiiil-( ilialfi-ay, ent

résident

e t a u tracé c i - d e s s u s .

Signé

•'111

cartes

S u r ces cartes, l a nouvelle

indi(|uée

l'raneais et

Sigmiture

de

le

seronl

sont annexées troiscartes e n d e u x exemplaires, sinin-cs

l e s i\rii\

l'alphahet

à

par

au Tonkin

conformément

signées par la c o m m i s s i o n de délimitation

et

et

f r a i i r a i s e l'-tail pi-i'-siili'-n p a r . M .

(lar.M. les

D i l l i i n .

conliiis

dn

l.e

pi-i-iniéie

K i n i a n g - T o i i g ,

liiiiir-

ea ni paglie la

seeontic

(188(5) s u r l a f r o n t i è r e d u Y u n - n a n e l l a I r n i s i è m e ( 1 8 8 7 ) a u x l i m i t e s dos

d o u x

Pékin •*i('s

par

K o n a n g . h^

m''i;-iieialiims

Les

(I)

de

D'après

procès-verliaiix

.Négrier

la

Uiiuïiiais

de

la

c o m m i s s i o n ,

servirent

à

.M.

jiorlé's

(ioiislaiis

à

d a n s

p i m r l e Irailé- d e iaiiiimer(a.î.

iipi'-r,-iliiiiis i l r

l'e-éin'-i-al

Noll.

Los

( a i m m a m l a n l

pai'iliraliiiii paeilia

eidleilinn

le

(ll

n\aieiil

liay-Say

,\fs A n nnnin-x

el

r,i nnn'

eimimein-é le

dès

1885.

général .lainimt

iiilr,

par

.M.

la

Ni-d-


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

896

région de Sontay ct la rivière C l a i r e . M a i s la piraterie n'était point éteinte et il fallut j u s q u ' e n

18'.)0 dc n o m b r e u s e s colonnes dans le

delta p o u r achever l a p a c i f i c a t i o n . VA\ i88(), le colonel de M a u s s i o n occupa Laokaï. A la tin dc cette année de l o n g u e s cl

p i n i l d e s opérations furent dirigées dans le

T h a n l i - l l o a , s u r les l i n i i l i s du T o n k i n et de l'.Annam ; le général H r i s s d i i d (uileva B a - l ) i n h en jaiiNier 1887. Le colonel I^ernot entra à Laï-(diau, lo

2.')

janvier

IHSS

snn i n r i l a i i l le ha u t bassin dc la rivière

.N'oire et le colonel l ' e n i i c i p i i n i - o m n i i n n n In |ioiirsuite du doc N g " ( p i ' i l v a i n q u i t et

rpii fut tué dans

iiiic

s i ' e i n i d e c a m p a g n e en 1892.

A p a r t i r de 1891, c'est à la p a c i l i c a l i o n des réc-ions montagneuses que l ' o n s'attacha. Le colonel Trey .avait d('jà dirigé, an commencement de 1891, dans le Y c n - f l n ' une r(Mainnaissaneo heureuse. c o n s t i t u t i o n des territoires

m i l i l a i r e s a l l a i t rendre les opérations

plus rationnelles et ])liis el'licaces. les

l ' u arrêté du (i aoilt 1891 divisa

légions montagmmses cpii c n t o i i i o n t le Delta en quatre terri-

toires

m i l i t a i r e s commandés

chacun

p a r un officier supérieur et

divisés en un n o m b r e v a r i a b l e de (a-rides. L u e première colonne o p i ' r a en

IS9I-I892

dans le D o n g - T r i c u

sous le c.omintmdemenl du lailcnnd ' l ' e i a i l l o n . Aprés a voi r pon r s U i V les hamles isolées, la colonne su r p r i t, le L'i décembre, l . i i i i k y , le chef des r(d)elles et le défit. Le chef échappa, m a i s il fut lui-même lue en j u i l l e t 1892, dans u n e embusc^ade tendue à n o s troupes à Bac-Lé et (ptiiainta l a vie a u c o m m a n d a u l B o n n e a i i . l ' a i m.irs

1892, le généi'al V o y r o n d i r i g e a u n e colonne ilaiis le

V ( M i - l ' l n ' contre B a - P h u c el le Dé-Tliain : i l enleva les ])ositions de Dé-Ziioiig cl s ' e m p a r a des repaires des l)aiid('s du Yen-Thè. h.n même l e m p s le c o n t r e - t i m i r a l h o u r i i i e r présidait à la destriietion des pirates dc la m e r ct au m o i s de m a i cette p i r a t e r i e maritime avait vécu. f'.n 1892, le colonel Scrviêii' l ' o n l i n n a les (qa'nati(ms à la froiitiei'e c l i i i i o i s c . Eu 189:i-9.4 le colmnd ( i a l l i e n i reçut le c o m i i i a m i e i n e n t ' ' u p i c m i c r et du second territoires m i l i t a i r e s et ilis|iersait le; sbandcsde ( à i o - B a n g ; il faisait m a r c h e r de p a i r la pacification et l'organisation du pays. I M I 189") les nouvelles opérations dn c o l o n e l ( h i l l i c i d h n sèrent la p u i s s a n c e du chef B a - K y el isolèrent complèlemcnlLuonf^'' T n i n - F v y . La c a m p a g n e 189(i fut dirigée ptir le colonel Vtdière q n ' iléharrassa la région de I l , i - ( iiaiie-.

L a pacification avait pu ' ^ l ' ' "

rendue p l u s facile par les relations (juc les (ailoncls Scrvièrc c l * , ' " ' '


897

ANNEXES

Heiii avaient nouées avec les autorités c h i n o i s e s de la frontière. En 1894, L u o n g - - T a n i - K y avait fait sa s o u m i s s i o n ct accepté q u ' u n résident fut placé à C h o c h u . On p o u v a i t considérer en 1897 la p a c i f i c a t i o n c o m m e définitivement acqui.se dans tout le T o n k i n .

III.—

LES

AFFAIRES

DU MÉKONG,

D U SIAM ET

DU

LAOS

C'est le 1"' j a n v i e r 1886 que furent proclamées la déchéance de T h e ha\v, le r o i de M a n d a l a y , ct l ' a n n e x i o n par l'Ang-leterre de la H a u t e B i r m a n i e . Le 3 septembre 1883, l ' A n g l e t e r r e et le S i a m avaient c o n c l u Une convention p o u r la police des territoires de Xieng-Maï, L a k o n et L a m p o o n c h l et le développement du commerce entre la B i r m a n i e b r i t a n n i q u e ct ces territoires. Le 14 j u i l l e t 1884 l ' A n g l e t e r r e avait c o n c l u avec la F r a n c e une convention par l a q u e l l e elle reconnaissait n ' a v o i r a u c u n d r o i t s u r les Etats S h a n s et s'engageait à considérer tout le b a s s i n du Mékhong c o m m e faisant partie de l'influence f r a n Çai.se. L ' a c t i o n résolue dc l ' A n g l e t e r r e

cn B i r m a n i e eut p o u r effet de

rejeter vers Lest les visées du S i a m . Un conseil secret du 2 0 s e p t e m bre 1885 avait décidé l'envoi d'une

expédition

siamoise à L u a n g -

P r a l j a n g , sous le prétexte de chasser les rebelles c h i n o i s , les liôs. Notre n u n i s t r e à

B a n g k o k , M. de

K e r g a r a d e c , informé en a v r i l

•1886, adressa immédiatement au g o u v e r n e m e n t français une lettre '"appelant les d r o i l s dc l ' A n n a m s u r les Etats laotiens où était envoyée l'expédition et il faisait r e m a r q u e r que le départ de l'oxpédit'on du P h r a Hawaï coïncidait avec le r e t o u r d ' n n ingénieur a n g l a i s q u i était allé dresser

au L a o s

la carte des territoires réclamés

par le S i a m . Conforniénnail à sa d c n i a n d e , le gouvernement envoya les colonnes P c r n o t ct O u d r y dans la rivière N o i r e et fit occuper les S i p s o n g C h u Thaï ct le plateau dc S o n i a . C u c h p u ' lenqis après, le 7 m a i avec le S i a m

1886, M. de K e r g a r a d e c s i g n a i t

la convention suivante q u i élait valable p o u r sept ans

q u i fut s u i v i e dc l ' i n s l a l l a t i o n d ' u n vice-consul à L o n a n g - P r a bang(l): (1)

De

/''•'l,lr(/i.s-,

l'(iin(Mir\illc,

VAIpiirf ilr

Siam,

Clianiucl ; E . P i c a n o n , le

(dKlll,'llU(d.

l.cs ' ' u l o n i c s , v . i l . I.

57

Laos


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

898

A U T . !«>•. — Les nutorilos siamoises à L u a n g - P r a b a n g - d o n n e r o n t aide ot protection a u x F r a n ç a i s et p r o t é g é s f r a n ç a i s q u i v i e n d r o n t c o m m e r c e r nu s ' é t a b l i r dans cet é t a l ; el r é c i p r o c i t é de la part des a u l o r i t é s a n n a m i l c s pour les S i a m o i s q u i viendraient s ' é t a b l i r e n A n n a m . . \ n T . 2 . — Les F r a n ç a i s o u p r o l é g é s f r a n ç a i s devront être m u n i s d'un |iass('|inrt d é l i v r é par les a u t o r i t é s f r a n ç a i s e s on A n n a m ( r é s i d e n t génél a l do H u é , ou fonctionnaire dclégan- à col oifot). 11 devra èlre r e n o u v e l é à chaiiuc voyage et p r é s e n t é à toute r é q u i s i t i o n . Los prrsnnin's cpii ne seraient pas m u n i e s de passeport p o u r r o n t être renvnvè'os à la l'ronlière, niais sans être molcsli-os. Dos

passopmls pnnii-nnl è l i c aussi d é l i v r é s

par le consul g é n é r a l île France à l î a n g k n i i cl l'agcnl de France à L u a n g l'r.abaiii;-, en cas de perte dn passepnrl pri m i 1 i f, n n de rem pla ccnieiil du passcpiirl p ( ' r i n i é . L e s F r a n ç a i s vnyai;i'anl dans l'i n 1 (• rien e d n rnyaunic dina'niil être i i i u n i s do passo|inrls d('li\ i - i ' s par les anlnrili'-s siamnises. A n r . 3. — Los F r a n ç a i s ol pridi'gi's fram'ais paicrniil les laxcs e x i g i Ides einil'nrnn-monl aux lois s i a m n i s e s ; les d rni I s a 1 nsi privais à L u a n g ' l'ralianr n i ' p n u irnn I è l r e s u p é r i e u r s à eini x (pi 1 snnl perçus à l i a n g k o k . A n i . L — Les inli'-rèls des F r a n ç a i s cl prnli'^gi-s l'rançais sernni placés snus la s u r v e i l l a n c e d'un c o n s u l ou v i c e - c o n s u l à L u a n g - P r a b a n g . . ' \ a T . (i. — L e roi d é s i g n e r a un ou p l u s i e u r s fonctionnaires pour riaiip l i r à L u a n g - P r a b a n g les fnncrnnis de jnn'cs el i x c r c e r o n t l e u r j u r i d i c t i o n dans Imilcs

de c n i n m i s s a i r e s . Hs

les alV.iircs n n des f r a n ç a i s o u

prnlè'gés l'rançais sernni inh'ressi's cniiune

plairji.anls ini acmisi'S. Ifs

reinirnni Ien rs j n raanini Is lani l'nrii n ' n n n i I à la Ini si.a n n n se. I .'a rini I français aura le drnil ,1'asslsler aux (b'dials, d'exiraa' c.qib- île la p r i i c é d u r e , cl de dniiiier aux j n n c s les cniiscils q u ' i l jimera iillles. I.'arenl Ira nça is a n ra I e d rni I d'è viiq ner'ileva n I l e l r i b n i i a l cnnsubiirC Innle canse dans laquelle les deux parlies sernni des F r a n ç a i s , n n danS laquelle nn f r a nça is sera i I a ecu si' nn d c m a m i e n r , p n n r \ n q i i e le jugement ne soit |)as eiicnre i n l e r v e n i i . La canse sera a l m s jnr l'a- pa r l'agent f r a n ç a i s c o n l ' o r m é m e n l aux Inis Iranç-aiscs. AUT. 7. — L'a|)pel des causes csl nnverl l'i

l î a n g k i i k ; dans le cas o"

les di'-fcnilcnrs nn a ccn s i ' - s se rmi 1 f r a n ç a i s mi |irnli''g(''s, la di'cislnn liiiale a p p a r l i c m i r a an cmisiil rinn'ral de f r a n c e . . \ i i i . I).

Les

fram.-ais n n

Icrrains dans l'filal de

prnli'rès

tramais

pmirrmil a c l i c l c r d c s

I .na n t ; - | ' l a ba n y i l c i n e n r e r .

\ emisl rnire ; ''''

sernni a s s n j e l l l s aux m ê m e s impèils de p r n p r i i ' l i s ,pir 1 r s S i a m o i s . . \ m . 1 0 . — 'Innl f r a n ç a i s n n

prnii'ri'' qui vmidra a r l i r l r r n u cnUpCl'

drs arbres dans les l'nrèls, e x p i n i l e r des m i n e s , l'I a 1,1 i r des nsi nés, devra passi^r avec les p m p r i i ' l a i res nn cnniral pmir une Ce eoulral sera r e v è l n des sceaux dn

pi'i-lnde ili'ierminee-

- nn \ er ii e n r dc la l'rinimaM't dC

l ' a g o n i l'rançais, cl visi' par le en m m i ssa i re \ isi' à l'arllidc b. Aivr. I l , — Les c n i n m i s s a i r e s \ c l l l e r m i l à ce q ne les cnn I ra I s reçoivent l e u r pleine et c u l i è i e c x i ' c n l i n n .


ANNEXES

899

Après la s i g n a t u r e de cette convention q u i d ' a i l l e u r s

ne

fut pas

ratifiée p a r l e g-ouvernementfrançais, M . deKerg-aradec posa l a question

des

frontières

wong-.sc, m i n i s t r e

entre des

l ' A n n a m et le S i a m et le

prince Dewa-

affaires étrangères, l u i l a i s s a i t entendre que

l'accord serait facile. M a i s le 21 septembre 1886 un d i s c o u r s du Trône du r o i de S i a m annonçait en termes transparents l ' i n v a s i o n du S i a m

dans les p r o -

vinces laotiennes dépendant de l ' A n n a m : b'oxpédition m i l i t a i r e , d i s a i t - i l , que nous avons dù envoyer dans les provinces du nord-est a poursuivi ses travaux avec persévérance. Ces provinces sont presque entièrement nettoyées des bandes de p i l l a r d s , Je C C S l l o s féroces qui menaçaient de s'y établir. Dans cet état, il np reste plus que quelques mesures administratives à prendre ; il s'agit avant tout d'organiser les provinces de P o u - E u n , Hopanh-hoatanghoc et Sibsongchuthaï. M. P a v i c ,

c o n s u l à L u a n g - P r a b a n g , fut immédiatement envoyé à

son poste dans le H a u t - L a o s et s i g n a avec les

Siamois à L u a n g -

P r a h a n g , une nouvelle c o n v c n l i o n par l a q u e l l e les troupes siamoises d e v a i c n l arrêter l e u r

marche

vers l'est et évacuer la région du

G a i n i n o n on un k h a l u o n g (vice-roi) s i a m o i s élait autorisé à d e m e u rer p r o v i s o i r e m e n t . M a i s les empiétements des S i a m o i s ne s'arrêtèrent p o i n t . D a n s le Ngheail e l l e Hatinh, le K l i a l i m n g P h r a

Y o l a l l a s'établir près d u

poste français de Napé el M. L u c o , notre résident à V i n h ,

ne t a r d a

pas à s a i s i r des p r o c l a m a t i o n s s i a m o i s e s très hostiles à la F r a n c e ; P h r a Y o l a l l a j u s q u ' i ' i assassiner en octobre 1891 le q u a n h u y e n de 'vilain favorable à la F r a n c e . D a n s le Q u a n g B i n l i et le Q u a n g T r i , '•'s S i :

is s'avaneaienl également.'

Tidie élail la s i l u a l i o n au début de 1893. L e s S i a m o i s occupaient 'a plus g r a n d e partie de la rive gauche du Mékhong c t r A n n a m était r c d n i l à une bande de terre resserrée éntreles montagnes ct l a m e r ; " I l siid nn |ioste s i a m o i s élait i i i s l a l l c à S t u n g - T r e n g ; au n o r d , à ' ^ i i a n g - P i a l i a m ; l ' a n l o r i l i ' ' i''lail exi'i'cée en fait ])ar les autorités s i a "loisi's ;

II'

joiii;'

l i n l l e i u e les S i a m o i s élaicilt établis à A t l o p c u , à

^ i l . ' i o , à rio k i l a l e Hué, à M u o n g - S o ' i , à M u o n g - H a n g . L ' A n n a i n était ''•^'iliiil à line liamie eôtièrc, le T o n k i n était menacé et le Mékhong 'diandimné a n \ S i a m o i s . h'année 1893 a l l a i t v o i r la r c c o n n a i s s a m e île nos d r o i l s . U n e p r e -


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

900

iiiièrc d i s c u s s i o n à lu C h a m b r e , cn février 1893, les fit p r o c l a m e r de nouveau par le g o u v e r n e m e n t français.

Le s u i c i d e

de M.

Massie,

i p i i avait remplacé M. P a v i e à L u a n g - P r a b a n g , en m a r s 1893,attira dc nouveau l'attention du g o u v e r n e m e n t et dc la C h a m b r e q u i se prononcèrent p o u r l ' a c t i o n immédiate. Dès la fin d ' a v r i l 1893, une colonne commandée par l'inspecteur (Imssait les S i a m o i s dc l a région d ' A i l a o et a l l a i t jusqu'en

( iai nier

l'aie i l r K l i i i i i m a r a t . D.ins

le k l i a i m m g ' s i a m o i s

lir

(irosrnrin,

leiiiXier

en

juin

.Nakliaï.

la région d u C a m m o n , M . L u c o fil parPhra

mais rrlui-ci

IS93,

moil

S a

liief i

D a n s le

n

hH'aisant cscorler

Vol rn fnl

vengée dans u n c o m b a t livré

l'nl

l'énaen r

l'inspcc-

par

raîlrouscincntassassiné à K h e n g -

I

il ii

à

lleuve, M . B a s t a r d , vice-résident

d u C a m i i o i l g e , n i I r eapilaine 'l'Iioreux s e l'emlaienl à Slnng-Teng' e l l a i s a i e i i l rvaeiier l ' î l e î l e K l i i m e l e le l a p i l n i n e ' l ' I i o i i M i x

l'ail

élail

a v i ' i l , niaisà la fin d c ce inois

p r i s i m n i e i ' p a l ' l e s S i a m o i s q u i inves-

l i r e n t l'île de Khônc : le l a j m i n a m i a i i t .\(lain de V i l l i e r s a l l a la réoccuper. Les évéïieinenis plus im|)orlanls du golfe de S i a m allaient porter leronllil

n

l'i'lal

droil d'exiger. minislre

Ir

airii. L;O

P o u r

olileiii

n v r i n e n ii'ii

pli'iii j i o l e n I ia i r e , d e se

I

r les

ri''parations q u ' i l élait cil

eliargé M . L e M y r e de Vilers,

avail

reinlri; i l B a n g k o k , avec l a iilissioO

suivante : /Irri'Nr.

.1/. Il

M.

Ir

Mi/rr

ilr

iiiiiiis/rc

Vilrrx,

ilrx

ii/pi/rrx

jilrii ijinlrii I iii i rr

ilr

riniiii/rrrx, In

llrjinlil niiir

au

frilili-ilisr

SioM-

l ' a r i s . l e S j u i U e l , iS'.Ki. pri'senee

t'.n

Mik'iiir 111.lis,

el

de

des

d e r n i e r s l'vi'ue,

l ' a l l l l n d e p r i s e l'i

le r i i i M e r n e i n e n l

priitilei' du

Mivare que

d e la

nls

snr\i'iins

dans

la

vallée

tl"

pa r le r.iii v e r n e i n e n t s i a -

nnlre i'garil

I t i ' p n Id i i p i e a p e n s i - q u ' i l y a u r a i t i n t c r c t à

Mins vinis pnipi.se/ de

eiinlier l e s n i n i l e pini rsn i M e . s'il esl

l'aire à Sa'îgoil, p o u r V O U S

p n s s i l d e . l e r ' è g l e r n e n t a n i i a h l c dC-''

q n e s l i n l i s a e I n e I I e 11 le 11 I p e n d a ll l e s . Il

a,

en e o i i s i ' q n e i i e e . a p i r s ni

envnyer à liangknl<,cii ce

pli

les lettres q u i

a vi li r n m l'i'ri' a v r e

n i i s s i m i ex t r a n n i i na i rc, auprès

vnns accri'dilenl

cl

dn

v o u s , d é c i d é d e VOU» v o u s I rnii v e r e z soUS lini

de

lialiiiieiil

de

.Sia m

a v c C I^S

p o u v o i r s les p l u s éleiidns. Iles

iiniri's

viinl

èlrc

dnnni's

pnnr

qu'un

•inniinc MIIIS deux

snil,'S.

le savez., D'une

u n s rcve n d i ea I i n n s

pari,

n n n s a \ n ns

m is

guerre

VOUH

'• 11 i a I e m e n I à Bangkok'

a i l . i i d e l'i S i i i ' ^ a p i i r c , i l ' n i i i l w n i - e n ii d l l i l a i n .'i

l'i'-gard d n S i a m siUlt d "

le gi m v e i i i e n i e n I s i a m o i s

.


ANNEXES demeure

de

Mékhong

retirer les

au

part,

nous avons A

dont

dcux

demandé

'objet

dc

nos

l'année

Thoreux,

enfin

Grosgurin,

nos

Les

l a v o n s

pu

Vous

S i a m

donc

la

à

M M .

Cour

dc

nos

revendications

Mékhong ;

2"

les

réparations

Au

cas

diverses

que

gouvernement

le

le

vous

fixé,amener le pavillon général port. •lui

ct

les

V o u s aviseriez

pour

d'une

certain

ce

sujet

présent

sans

effet,

sur

la

:

incidents

guerre

retard

à

re-

et nous

dilatoires.

1"

rive

la

recon-

gauche

que

se

refuserait du

je

à faire délai

du

viens

de

droit à

que

et quitter B a n g k o k avec le personnel de

nombre de

par notre

des réponses siamois

l'expiration

vous du

ces

aurez

consulat

français q u i se t r o u v e r a i e n t d a n s le

immédiatement

sans

siamois de K a m m o u n

à

que

les

infligées à un

surprise du capitaine

indemnité.

siamois

devriez, à

navires

procéderait

faites

territoriales

payement

notre dra-

et l'expulsion

vexations

par

massacre d'un

B a n g k o k

ducs

ainsi

demandes,

les

gouvernement

de

du

l ' A n n a m . D'autre

de

mandarin

pressantes

naissance

rappeler,

du

gauche

R s q u i l a t e t C h a m p e n o i s , o n t été

pour

parle

réclamer du

rive

p o u r l ' i n s u l t e faite à

sont demeurées jusqu'à

obtenir de

aurez

et

l'enlèvement

suivi

démarches

sur la

mauvais traitements

Outhène,

l'assassinat

de l'inspecteur

présentant au

les

Baratón, ])our

pour

miliciens.

pour

compatriotes,

dernière <à

Français, M .

ctablis

Clambodge

.satislaction

T o n g - X i e n g - K h a m ,

901

uvail

mépris des droits du

peau

autre

postes ([u'il

le commandant de

la

notification

et

la

à

division navale

l'établissement

du

.blocus. Je

m'empresse,

' espoir qu'il euion, t^our 'I

ct

de.

(|u'il

à

jamais,

à

V o u s ex|)li<]uer

donner le

nettement

à

^

d a n s les

c e (|ue,

refusiez que

Conseillers

pourparlers

ou

ses

nos

légitimes

dans

avec

la

attention

que vous auriez

ministres

notre

pourrez,

entrer

eu

et

mesures

fermeté

qu'elle aurait

à

des

votre à

entré

votre

gouvernement conserve à

de

t.élégrajihc.

S u r par

''ranee

ces

i v c n n n.i iss.i n t de

ln

entrefaites,

l'organe ne

'Cependant

la

de

porter

le jugiez utile,

B a n g k o k

et

vous

concevoir sur nos

i n -

s'attache

suivre à Bangkok,

vous

rapport avec d'aulres

per-

nqioussiez

l'intervention

nnir'che

de

des

me t e n i r très e x a c t e m e n t au C o u r a n t ,

des

pourparlers. J.

•^Wé,

coer-

revendications.

s u r l'intérêt q u i à

de

amener

pensée

si vous

Cour pu

pour

étraugei's.

ser.iis

•levons

d'ailleurs,

Roi

et

V o u s

cet égard

le

recourir

tact

savez,

catcgori(iueun-ut le

que

de

satisfaction

d i s s i p e r les c r a i n t e s .raiipellc,

parle

s u r votre

vous

tentions,

sonnes

d'ajouter

nécessaire

l'indépendance du S i a m .

''ttacher à

Vous

pas

comi)te

Bangkok

n'est

attidnte

d'ailleurs,

ne s c r a

de

trouverait décidé

le

g o u v e r n e m e n t

lord en

D u t f c r i n , a u c u n e

d'envoyer

trois

façon

britannique

amba.ssadeur

à

DliVIÎLLlî.

q u i

l'Angleterre devant

bateaux

s u r

le

avait

P a r i s ,

Ménam.

que

elle,

déla

avait

Au.ssi

lo

~~


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

902

d'en a g i r d c môme. E t a l o r s s e

gouvernement français tlécida-t-il produisirent

les

incidents

que

M.

Dcvelle,

des

ministre

affaires

é t r a n g è r e s , e x p o s a i t en ces t e r m e s à la C h a m b r e , le 18 j u i l l e t 1893, cn réponse à U I K ; interpellation :

Le 8 j u i l l e t , j ' a d r e s s a i s à M. l'avie la dépècln^ s u i v a n t e : "« Le gouvernement .inglais ments

de guerre à

ayant

résolu

d'envoyer p l u s i e u r s b â t i -

l i a i i g U o k , rn vue de p r o t é g e r ses n a t i o n a u x , nous

avons decidi- de renforcer nos forces navales. u qui

\ cnillcz

a n n o n c e r au g o u v e r n e m e n t s i a m o i s

r c j n i n d i n n t le

Lutin,

mesure i d c n l i q u c a u x ont pris

l'iniliative.

l ' a r r i v é e de navires

c n p r é c i s a n t q u ' i l s'agit e x c l u s i v e m e n t d'une dispositions

dont l ' A n g l e t e r r e

ct d'autres pays

»

VA, p o u r bien m a r q u e r nos intentions p a c i l i q n c s , j ' a j n n l a i s : Il 11 est d ' a i l l e u r s e n l e n d u q u ' o n ne devra c n g a g c i - a u c u n e h o s t i l i t é sans q u ' i l nnus en ait été r é f é r é , s a u f le cas où nos b â t i m e n t s seraient a l l a q u i s cl l'nrci'-s a i n s i de r é p o n d r e au feu dc l ' e n n e m i . » O n a l r c j u i n s pins I a i d , l e 1 2 j u i l l c t , l e m i n i s t r e des affaires é t r a n g è r e s d u Siam l i l savoii' a M . l ' a v i e i p i e l e g o u v e r n e m e n t s i a m o i s n e pouvait a n i n r i s e r l'enlri'-c dc u n s navires dans le l\1é-!\aiii ; que la présence d'un li'ès g r a n d n o m b r e de. vaisseaux d e n n c r r e dans l e pini d e l i a n g k n k inq u i é t a i t la p n p u l a t i o u , cl q u ' i l nc pniivail lidi'-rer que la présence d'un navire par p u i s s a n c e . f à i m ô m e temps, l e lui n isl l e d i i S i a m m e faisait l a m ê m e c n m m u n i c a liou à P a r i s . Il ajoutait que les A n g l a i s n'avaient (pi'un l i a n g k o k , que les autres navires

n'avaient pas passé

navire devant

la barre, ce qui

('•lait exact, j ' e n avais la c n n i i r i i i a l i n n au m ê n i e m o m e n t . II me demandait de d o n n e r les m i n i e s i usi rncI ions à nns bateaux, parce (|n'il y avait des tor|)illes dans la i i \ i è r e et q u ' i l i m p n r l a i l d ' é v i l e r un cniillit. M e s s i e u r s , l ' a l l a i l - i l p a s s e r outre'.'' t ' a l l a l l - i l , an i

eut i i i i nous poii-

v i o u s espi'i'cr q u ' i l serait |iossilde d ' o b t e n i r u n a rra ngeineu t de nature à n o u s d o n n e r Inule sa I i sfa e l i nu , n n u s expnser à U U c o n i l i t devant la v i l l e n i i ' m c q u e n n n s n ' a v i o n s pas M i i i l n attaquer'.'' Le gouvernement ne l'a

pas pensi'.

L ' a m i r a l l l n i n a n n , p r c N c n i i j''""

M . P a v i e , ne l'avait pas pensi' ibn-antage. f i t a l n r s . Ioni e n l i ' s e r v a n t de la façon la p l u s fnrmclle l e s droits q n e nnus t e n o n s d u traili' d e I H S O ) Inni en d é c l a r a n t que mms en tend i o n s n o u s e n s c r x i r .'i n n l r e l i e i i r e c t a untre c n m e i i a nce, nnns aviins eu nii'me lemps c i n n v i ' mis i ust ruClionS à uns n a v i r e s en leur disant dc ne pas passer la barre a \ a n t nouvel aVlSLes C o i n m n n icat i n n s I i'I i't;ra p l i i q nés sont s i

i r i i ' g i i 1 i è r e s , si i n C C l '

l a i n e s , s i leiili'S a M ' c l i a n g k o k q u e ces I l ' i i ' g r a m mes ne sniit pas arrives :'. t e m p s .

_

f . l alnrs, vnus s i n e / , c e q u i a s i i i \ i : Vliiroiisidiil et la Coiiirfr, q u i etaicn i'arlis l e 1 0 j u i l l c l de Sa'ÎMon, s n n l arrivi's le L i a n soir s u r la b a r r e d "


ANNEXES Mé-Nam; mois.

ils

Ils

ont

ont,

été

accueillis

avec

les

barrages et

ont

été

les

mouiller

Cependant,

une

quelles

il

ministre

le

nous

avions

•que,

par

donné

tiraient

au

r(d)lig(.'ail

cet ordre Dès

si il

de

été

lors, je

ou I

n'ai

s'ils

le

car

veille cl

'a

piqrul.iiion

<I (;r11 i r l'iî

M.

et

des

navires

admirables,

s'arrêter

à

sia-

franchi

soir

le

lui

navires

de

ne

pénétraient

le

P a c k n a m ,

Pavic

nos

recevoir

envoyés

avait

dans le

rechercher

du

si

ils

cette

avait

navires;

la

que

barre,

ils

en

et

sor-

les

braves

Et et

les

par

ordres

1836.

droit

des

funeste

le

qu'ils

Je

de nos

ministre avaient

constate

une

de

reçus chose,

odieux atlen-

gens. provo([uer

rencontre,

un

notre

venait de r e n f l o u e r a g r a n d '

indignation,

paquebot des

Jeaii-Bapliste Saij,

le

sorte.

commandants

donnés

de

P a c k n a m .

cou|is de c a n o n s ,

smrrrnalrim d ' a u c u n e

avis

traité

jusilu'à

navires à

s e u l acte ([ui p u i s s e

après

nos

fleuve,

d a n s cette c i r c o n s t a n c e , v i c t i m e s d ' u n

le

lui

télégraphié

dépasser

pas

bateaux

m)s

préoccuper des

violation

le

traité d e 1 8 3 6 n ' a v a i t p a s été d é n o n c é

mouler

au

M.

étaient

Paris

ils

i|ni?

peine, a

q u i été

messa-

avait mis

échoué

à

sac par

d e B a n g k o k p e n d a n t q u e s o n é q u i p a g e était traité a v e c l a

sa u

gerie.

Dévoile

ajoutait

:

gouMi nrnirnt

siamois ne nous permettent pas de patien-

davantage.

Il

faut que

dications

nous

sont

dommages

C'est gent

causes

le

aussi

C'est

la

le

seul

été

voulu

les

M.

à

par

nos

intérêts

(b'friisr bul

dr

rt

|)lus c o m p l è t e s

la

la

et

la

b r e f délai, est

et à

prêt

à

nous

si

nos

donner

violation

satisfaction

formelle

du

la

traité

de

France et

action son et

de

notre

vis-à-vis

du

indépendance, l'intégrité

reconnaissance

de

empire S i a m ;

A

y

ruiianiinito

qu'exi-

mais

nos

nous

avons

possessions

formelle

de

nos

Clianibre vola

l'ordre

qui

a

n'avons jamais

les

le

droit

garanties

droits.

pmirMilr.

la

pour 1836.

indo-chinois nous

Si ces légitinirs s.iIisfactions ne n o u s étaient p a s données, le

nement devrait

reven-

Indo-Chine.

|ii'éservation

à

légitimes

n ' p a r r r effectivement les

que peut exiger la dignité de en

sécurité et

s'il

nationaux

nolrr

attriiitr

jiour la

l u i ,

Grosgurin

m i n i m u m

nos

poitrr

d'obtenir

sachions, dans un

acceptées

l'assassinat de

pacifi([ucs

de Cochinchine,

qu'on

L e s actes d u ter

à

se

pas là

la

pas

savait,

d e v a i e n t pas exécuter

d'une

tluviales

forts

intrépidité

pouvant

à

nos

rorifoi niément

lendemain,

geries

à

le

pas

l'ii',

n'rst

(•!•

ne

S i a m

laissci'

ire

Infs,

\ i r h m r s l'j

une

des

exécuté s a n s a v i s préalaldc nr

c'est i p i i l s ont bil,

903

feu

siamois

a donné l ' o r d r e de

a

leurs

et

savail

à

navires aui'aient dù France,

de

l'ordre

m a l i n ;

e e p e n d a n t il

et

intentions

consé(|uent,

«l qu'il

le

Bangkok.

gouvernement

déclaré — dans savait

audace

torpilles,

à

le

par

du j i i u r suivaut

;

gouver-


904

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

La C h a m b r e ,

c

|ilaiil

(|iic

le

prendra

i;(iii\criiciiii'nt

les

mesures

n é c e s s a i r e s p o u r r,iii-i' rec-dii n a ! I l'c c l i - c s | i c c l c r - l e s d r o i t s d e en

Indo-Chine

du

jour.

Dès

le

ct exiger

lendemain,

Pavic,

ministre

M.

M.

à

garanties

DevcUc

lîangkok

Di'i-fllo. résident

les

adressait

France

à

l'nrdre

passe

le télégramme

suivant à

:

iiiiiiixlrr

i/i'x

ta

liépnlttiiiue

de

indis|iensal)les,

la

/i//'iiirrx

a

r/riiiii/i'rrx,

franraise,

a

M.

Pavie,

ministre-

ilanf/li'n/,-.

l ' a r i s , le 11) j u i l l e t 1 8 i » 3 . N ' o u s s o m m e s a u j o u r d ' I i n i e n n i e s u r i ^ d'à p p r é c i e r l a g r a v i t é d e s r é c e n t s incidents

ct

nous.

res[)onsahilit('S

les

c(dlcs (pie le

gouvernement

.Nous étions

en

nouvclli^s

siamois

droit dc

p e n s e r (|ue

sont

ipii

avait

déjà

la

venues

C o u r de

Bangkok

première à se r e n d r e c o m p t e de cette s i t u a t i o n . V o s indiquent au contraire que toire

opposée j u s q u ' i c i

saurions

tolérer

Veuillez

plus

vous

Vous lui

à

l'on

nos

persiste au

légitimes

— d o n t

immédiatement

nous

tement

Enfin,

«

auprès

dans

l'attitude ct

que

dila-

n o u s ne

vous

en

du

prince

Devawongse.

les conséquences a u x q u e l l e s son

n'entendons,

— s'exposerait

satisfaction.

la

longtemps.

rendre

cer rindéficndance, con(;ue

S i a m

serait

d e r n i è r e s dé|)cchcs

revendications

s i g n a l e r e z u n e dernière fois

gouvernement

s'ajouter à

e n c o u r u e s vis-.à-vis d c

d'ailleurs à

nc

a u c u n degré

nous accordant pas une

l u i remettrez

mena-

immédia-

communication ainsi

:

«

Le g o u v e r n e m e n t f r a n ( ; a i s e x i g e

«

lo

La

reconnaissance

d'Annam

ct du

formelle

royaume

: par

Siam

des

du Cambodge sur la

le

rive

droits

de

l'empir"

g a u c h e du Mékong,

et s u r S C S îles ; (( ((

2" L'évacuation des

Mékong, ((

3"

dans

Les

un

postes

satisfactions

s i a m o i s établis

sur

(|ui

nc p o u r r a excéder un

que

comportent

délai

les

la

rive gauche

du

m o i s ;

incidents de T o n g - X i e n g -

((

K h a m et d e K a m - M o n et l e s a g r e s s i o n s d o n t n o s n a v i r e s e t n o s marins

((

o n t élé l'objet d a n s la «

Il

•io aux

« <(

Le

chiUimcnt

rivière du M é n a m ;

des

coupables

et

les

réparations

péciiniaircvs d u c s

familles des v i c l i m e s ;

rj"

Une

indemnité

de

deux

millions

de

francs pour

de

3

les

divin's

dom-

piasires

pour

m a g e s causés à nos n a t i o n a u x ; «

(i"

Le

dépiJt

immédiat

d'une

somme

millions

en

«

g a r a n t i r ces réparations jiécuniaires et ces

i n d e m n i t é s , ou,

«

la

remise

à

des

«

provinces

de

titre

de g a g e

de

la

pcra c p t i o n

Battambang

cl

de

Siian-Keap.

Hnaiies et

à défaut,

r e v e n u s des


ANNEXES «

Le

gouvernement siamois

«

heures

«

par

«

s'il

un

accepte

ces

devra

conditions.

échange de lettres entre

le

905

faire connaître Dans

ce

cas

dans

un

l'accord

prince Devawongse

délai sera

de-i8

constaté

et le m i n i s t r e de

France. «

«

A le

« «

défaut

Le

rc'ponse, de

blocus

Si

dans

«

contre

«

pose à Si

de

ministre

sera

le

nos

ou

France

en

cas

quittera

immédiatement

trajet de

déclaré

Bangkok à

canonnières,

de r e f u s ,

Bangkoket

la

vous

n'avez

pas

indiquées

heures,

vous

prévenu

l ' a m i r a l

reçu

une

plus haut,

rejoindi'cz

l'expiration

s u r les

barre

un

le

du

d u Foifait.

Siam.

acte hostile se p r o d u i t est

satisfaisante

l'expiration

/•'iirfa/l

côtes

avisé

qu'il

dans

les

s'ex-

»

réponse

à

d u d i t délai,

se r e t i r e r a à b o r d

le g o u v e r n e m e n t s i a m o i s

des représailles immédiates.

e-^|)resses

à

avec

les

du

trois

I l u m a n n , qui l ' c ç o i l d e s o n

délai

de

formes

quarante-hui(,

canonnières

après a v o i r

côté les i n s t r u c t i o n s

néces-

saires. J'ai

la

iiettront propres

confiance que de h

vous

ménager tous

l i c i l u d o d a n s les

votre

expérience et votre dévouement

acquittcT de votre m i s s i o n dans les

intérêts q u i

circonstances

vous per-

les conditions

les p l u s

se r e c o m m a n d e n t à votre s o l -

actuelles. J.

DEVKLLK.

L ' i n c i d e n t , f r a n c o - s i a m o i s s o u l e v a i t cependant u n v i f émoi e n A n g l e t e r r e et M.

C u r z o n essayait, à la C h a m b r e des c o m m u n e s ,

de p r o v o q u e r une intervention du g o u v e r n e m e n t a n g l a i s q u i refusa d e s e p r o n o n c e r s u r l a q u e s t i o n . L e môme j o u r , l e r o i d u C a m b o d g e clcmandait au g o u v e r n e m e n t français à être r e m i s en possession des provinces de S i e m r e a p (.\ngkor) et B a l t a m b a n g enlevées au C a m bodge p a r l ' a r t . 4 d u traité d u L 5 j u i l l e t 1807 (1). En réponse à l ' u l t i m a t u m , le g o u v e r n e m e n t s i a m o i s offrit do céder la r i v e g-anchc j u . s q u ' a u 18« degré et d e m a n d a que le délai do •^8 heures

fixé

p o u r

l ' u l t i m a t u m Pîit prolongé.

Ces p r o p o s i t i o n s

furent rejelées, cl le -2i\ j u i l l e t , M. P a v i e quittait B a n g k o k . L ' a m i r a l Humann

organisait

immédiatement

le

blocus.

L e 2 9 j u i l l e t , l e S i a m cédait e t l e prince V a d h a n a , m i n i s i r e d o ^ i a m , à P a r i s , en i n f o r m a i t M. Devellc par la lettre suivante : Paris,

Mon

regrets, constaté •comminatoire

(I)

le

29 j u i l l e t

1893.

M . le roi de S i a m , ayant, avec de s i n c è r e s que la r é p o n s e f a i t e par son g o u v e r n e m e n t à la note

auguste souverain, S.

du

l'ouvourvilie,

20

juillet

ouv.

cité,

dernier

]).

257.

et

aux

conditions

imposées

par


906

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

c e l l e - c i l ' u t c o n s i i l i i i - i ' r m i i n i i ' ne, d o n n a n t p a s t o u t c s i e s s a t i s f a c t i o n s q u e le

di'

gouvernement

gouvernement de M.

le roi

de S i a m , arce|ilail,

France,

la

l>i|iiildiqiii;

porter à

la

inspiré

réclamait,

connaissance

p a r les

j ' a i

élé

dc Votre

meilleurs

chargé

par

Mveellencc

S.

s e n t i m e n i s d'amitié p o u r la

les n ' a d a m a t i o n s d u g o u v e r n e m e n t

s a n s réserve

mon

que

de

la

Répuhlique. \ ieiis

,1e

(aiiilirmer,

euiiiiiiiiniqiier qu'elle (juc

a

voulu

bien

i)ossible,

nitivcnicnt

les motifs

les

|)ropriété

de

indigènes

Siam

.le

la

me

sanrr la

el

l'ranee,

\ olre

qui de

le

pmir

M.

l ' h o n n e u r de

le

de

l'entrevue autant

préciser,

roi

accei)ler déli-

à

:

eveilalimi

qui

jour

eu

jour

lueuaeail

la

grandisvie

el

la

l'Iraiigers;

de smi

iiili-n'ls

|)euplc ;

du

eiiinmercc; à

B a n g k o k

i n I e r r n i n p u e s d'il ne façon

Iradilinns

d'avilir

viens

l ' e v e i l a l i m i , île

des

eu

cours

rei a I i m i s d i |ilmiial i q u c s

d'nn

rininni'iirdr

I i M ' e 11 e n r e ,

lir'pnldiqne,

enlre

les

et je

C e l a i t

j ' a i

au

|iai\ ;

relalimis

reprendre

l'i-lirilr

de

les les

que

amené S.

^>all^•kllk,

de la

reiimiveler

l'mir

11'

à

emniiie

sainegai'der

m a t i n ,

France.

le Im n lieu r

^ i " l ' o u r le. m a i i i l i e u P o u r

ce

lin

ce

l'excellence

avaient

inelli'e

2" l ' o u r le r e p o s el

4<>

Votre

conditions dc la

des

•a" P o u r

((ui

populallmi

de la

priiseiites,

les

m'accorder

1° F o u r a p a i s e r el sante,

par

verbalement à

el

je

iiirllrede

amiral

p o r l e r ee

ne d m i l e

son

roi,'

q n i

an

eiilrc

le

r o g r e t l a Ide ;

Cordial

voisinage,

pn-eéde

poinl que

lin

à

et

lacmniais-

le g o n v e n i e i n e i l l dç

dillérend

qui

s'esl

élcVC

Siam

el

la

l'ranee,

ne

donne

cmicernc

le

lilncnsquc

la

llnlle française, a c t u e l l e m e n t d a n s (e golfe

Siam,

se

p r i ' p a ra i I

à

les

el

c n n I r e - n i ' d ri^s n i ' c c s s a i r e s e n

ee

i'ia Idi r. \'A|)II A N . i

.M.

iiniiislre

Devellc,

\ ad lia lia

par

cel le

des

niile

all'aires

élraiigères,

répiindail

au

prinee

:

[Noie). l ' a r i s , le Fe (]ui

ri'Iai'il lui

a

juillet,

été'

les

Désireux qui

p a r le g o n v e n i e me n I

remis par

autorisait

aggraver

tion

apporli'

le

le

m i n i s l r e

i'i''siili'iil de

gouverneinenl

de

la

f'ranee à

B a n g k o k

lîipn Id iq ne

r n n l

l'nilimaliiiii,

donner

nnc

nouvelle

r n i i s i a m ii le n I

preuve

inspiri',

d'occuper

la

rivière cl

le

des

senlimenls

^onvcrncmcnl

de

iiinih'i''

fra i i i ; a i s

la

rive

cl

paciiiqnc

panelli'

dn

i'val'iia 1 i o n

.Mékong.

des

se roU

l ' e M ' C U 1 i o n pr.iliqne des elauses le

porl

de C h a u l a i '

cmnplèle

le -

française a en

conditions. de

lenlera. c o m n i e r a r a n l i e i n d i s p c n s a l d e d e de

:!0 j i n l l i ' l 18!):!.

s i a i i i n i s à a e e e p l e r l ' u 1 1 i m a I H "^'^

posles i'Ialills par

les

insqu'''' ' siir

SianKOS

s'


ANNEXES D'antre part, rétablies

entre

en

vue

de

la France

garantir

et le

les

Siam

907 bonnes

et

de

relations

prévenir

tout

heureusement conflit

dans

la

région du G r a n d - L a c et du Mékong, le g o u v e r n e m e n t s i a m o i s s'engagera à

n'i'utrctenir

rVeap,

ainsi

Sur

rive

la

désormais a u c u n e que

dansles

droite du Mékong à

mainliendra

seulement lo outre,

il

militaire à

partir

personnel

l'ordre.

Fn

navires

et embarcations armés

du

force

localitéssituéesdans des de

B a t t a m b a n g et à S i e m -

un

rayon

frontières

police

sur

les

eaux

du

de

kilomètres

pour

assurer

faire c i r c u l e r des

Graud-Lac

et

sur

celles

Mékong. Co g o u v e r n e m e n t français se réserve d'élablir dos c o n s u l a t s à

et à

h'inaaqilal ioii

(Jes son

conditions et

de

•M.

Le

gement

do

ces

garaaiios pcrmoltra le

acceptées

H u m a n n

au

gouvernement

blocus. i"

le

août,

M.

leva le blocus ct

lit

Pavie

rejoignit

procéder à l'occii-

(]hantaboiin.

II

N'ilcrs

devait

reproduisant

30 juillet.

Les

20 aoûl à est a i n s i i"',

Siam

furent

l'amiral

.M\i'o d e

inodiliail.

AUT.

pai' lo

lever immédiatement

poste

palion

du

M-Nan

Kiinr.il.

français do

IL

Il y

Cambodge.

nécessaire

d'entretenir ou

s'abstiendra

de25

du

les

clauses

négociations

liangkok.

à

Sa m i s s i o n se

de

avec

l ' u l t i m a t u m

le

prince

ct

de

la

D e w a w o n g s e

note

du

durèrent

l a lin d e s i q j t o m b r e . L e t r a i t é f u t s i g n é l e 3 o c t o b r e 1893. (.onçu

l'ensemble

a r r i v a le 16 aoûl

négocier avec le g o u v c r n e i m a i l s i a m o i s un a r r a n -

:

Le

gouvernemenl

des

lerriloires

siamois

renonce

à

loule

préicntiou

de la rive gauche du Mékong

sur

c l s u r les îles

du fleuve. AUT

2 . —

Lo

gouveruenient

circulcrdesombarcations hic,

du

Mékong ct

l'artiede Aur. on

de

ou

siamois s'interdit d'enlrennii'nu

des

leurs

b i U i m e n l s armés

aftlucnts

situés

3.

Le

gouv(^rn(!mont s i a m o i s mililaire dans

les

limites

no construira a u c u n

les p r o v i n c e s de

l^oap e t d a n s u n r a y o n d e 2;1 k i l o m è t r e s s u r AUT.

dans

de

faire

bs ean\ du Grandvisées

à

suivant.

établissement

scion

sur

i.

Dans

l'usage, par

nécessaires.

les

zones

visées

les autorités

II n'y sera entretenu

la rive

p a r l'article 3,

locales, avec aucune

poste

fortifié

Battambang et dc

les

la

Siem-

droite du Mékong. police

scra

contingents

exercée,

strictement

force armée régulière ou

irré-

gulière. AUT.

n.

Le

gouvornoment

siamois

d e s i x m o i s , d e s n é g o c i a l i..ns avei' l e règlement du l'article 3 cet a c c o r d ,

réginn- ilnn.auici'

et de la il

no

n'visioji sera

pas

ilu

et

s'engage

ouvrir,

c n m m e r c i a l des

Irailé dc

établi

à

n-nn\(Manaiicnl

1830.

.lusqu'à

de droit dc douam^

dans

un

délai

l'rançais en v u e du territoires la dans

visés

à

c o n c l u s i o n de la

zone

visée


908

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

M i'.iriiclc

1,1 r('ci|ii'iicili'-coiiliniiiiii ;'i i-Ii'c a c c o r d é e par le gouvernc-

n i c N l IVanrais a i i \ pi-ndiiils d e la d i l e / o n e . A n ; . (1.

l.r d ( ' M loppcnient de

rendre m ' e r s s a i e r s s n e la

la inivigation du M é k o n g pouvant

rive droite certains travau.x ou l ' é t a b l i s s c -

inenl d r r â l a i s d r lialrllerie e t d e dé|)ùts d c h o i s e t d e c h a r b o n , l e g o u M M i i e i n ( M i t sianinis s'cnigageà d . n i n e r , s u r la d e m a n d e d u gouvernement l'rarnjais, b n i l e s l e s l'acilitc^s ni'cessaires à ccteffet. .\nr. 7 . —

l.es citoyens, sujets o u

ressortissants

l'raneais

pourront

l i l n e n n n i l e l [ c n l e r et c o m m e r c e r dans les territoires visi's à m u n i s d'une passe d é l i v r é e par sera

l'arliele 3,

les .anlniàli's Irainaiises, La r é c i p r o c i t é

accordée au.x'habitants des d i l e s / o n e s .

A R T . 8. — Le gnuverneineTil l'raneais si' réserve d ' é t a b l i r des consuls où i l j u g e r a convinialih' dans l ' i i r l i ' r i ' l de c e s ressortissants, c t notamment à K o r a t e t à .\I n.r rii;-.\a rr. A R T . 9 . — En cas île d i l'Iien I li's d ' i n l e i | ) r é t a t i o n , le t e x t e f r a n ç a i s seul fera l o i . A n i . 10. — L e p r é s e i i l Iraili- devra è l r c r a t i l i é d a n s un d é l a i de quatre mois .'i par-lir d u j o u r d e l a s i g n a i n r e . lin l o i de q u o i , les pli'-ir i p i i l e n I i a i r e s r-espeelil's s u s n o m m é s ont signe le pr-i'-serrt Iraili- e n drrplieala e t y n u l a | i p i i s i ' - leurs cachets. L a i t an l'alais de V a l l a h h a , à l i a n g k o k , le 3 octobre i 8 9 3 . (L.

S.).

LE

M Y R E

DE

'VILERS.

(L. S.). Di-.v.wvoNnsr.-VAKAi'UAKAii.

Les P l é n i p o t e n t i a i r e s ont arr-i-li- d a r r s l a pri-sente convention les différentes mesures

ct les disposilinrrs q n ' e n l r - a M n - l ' e x i - e u t i o n d u

traité

de

p a i x s i g n é en ce j o u r ct de l'I 11 i rrra l n m aeeepli- le ."i a o û t d e r n i e r . A l l T . l'-r. — Les derniers posles du

Mi'-korir

rrrililaires s i a m n i s de la rivi; gauchC

i | e \ r o n l i - l r i - i - \ a e i i i - s da ns le ili-lai ina.\iirrnm d'nir mois à

|)artir rln ii seplernln-e. AUT. 2. — 'lorries l e s l ' o r l i l i ea I i i n r s d e la znne visée à l'article 3 dU t r a i t é ' c n date de. ee j o u r d e \ r - n i r l èlr-e rasi-es. . \ U T . 3. — L e s a u t c u i ' S des .•rllerrials i\i\ T n i r e - - . \ i e n n - l \ Inrnr et de K a m m o u n s e r o n l j u g é s p a r les anlnrili-s sianrnises; nrr repr-i-serrtant de la

F r a n c e assistera au jugemerrt

et veillera

à

l'exi-entinn

des peincS

| i r o n o n c é e s . Le gouvernement l'r-arrrais se réserve le dinit d ' à | ) p r e c i c r SI l e s c o n d a m n a t i o n s sont snrfisairles, e l , le cas i-eln-ant, de r-i'-elamer un n o u v e a u j u g e m e n t dev.-rni un t r i b u n a l

mixte dont il

tisei-a

la i-ninpo-

sitioii. . \ u i . i. — L e gouvernement s l a m n i s devra r e i r r e l i r e à d r r rrrinistre de F r a n c e à l i a n g k n k on a rr \ a rr I o r i l é s

la d is|)0sitl0n

Ira n e a ises de 1»

l'r-ontièi-i- Inns les sujets l'i-aireais, aiiiiamites, l a o l i i - r r s de la i-ivc gaucfae et

les ( i a m b n d g l e n s ib'-lenns à

un titre (|ueli-iirrqne ; il ne mettra aUCUn


ANNEXES obstacle au

retour

sur

la

rive

gauche

des

909 anciens

habitants

de

cette

région. ART.

5. — Le B a i n - B i e n

de

par un délégué du

ministre

France, ainsi

les a r m e s

que

T o n g - X i e n g - K a n i et des et

sa suite seront amenés

Affaires étrangères

le pavillon

à

la

français s a i s i s

légation par

les

de

auto-

rités s i a m o i s e s . ART. 6.—^ Le tioun

jusqu'à

notamment gauche

gouvernement

l'exécution jusqu'à

que des

Convention

et

Fait double

visées

continuera

stipulations de

complète

zones

En foi de q u o i ,

fi'auçais

des

évacuation

à

l'article 3

les Plénipotentiaires

y

ont apposé

au

leurs

la

à

occuper

présente

Chanta-

convention

et pacification tant de la du

traité

on

respectifs

date de

et

rive

ce j o u r .

o n t signé la présente

cachets.

Palais de V a l l a b h a , à

B a n g k o k , le 3

(L. S . ) . L B

MYRK

DE

octobre

1893.

VILKRS.

(L. S . ) . DEVAWONGSE-VARAPUAKAR.

La c o n v e n t i o n c o i n i n c r c i a l e prévue par le traité fut conclue le 1<"' niar.s 1894. La question

siamoise ainsi

réglée, celle

du Haut-Mékong-

allait

se poser avec l ' A n g l e t e r r e . L ' e x t r a i t suivant du d i s c o u r s prononcé par M . François D e l o n c l c , député, dans l a séance d e l a C h a m b r e d u 24 février 1896, expose très c l a i r e m e n t la question et les i n c i d e n t s qu'elle souleva : iJès

1883,

lemeut

de

•Mission de 4UC

au la

fort difficiles,

l'raiiee rendait parle

les

coté est d u

engagions au

indépendante

Tonkin,

envoyait

en

le

gouver-

France

une

négocier e t d e c o n c l u r e a v e c n o u s u n traité d'amitié

Les

B i r m a n i e et

nous nous

Birmanie

chargée de

commerce. la

tions

(le

moment où Haute

lettres

de

créance

de

cette

la F r a n c e étaient a u l r e f o i s f o r t mais que deuxpavs

lerriloiir

la

|)rise d e

mission

établissaient

éloignées et leurs rela-

possession

du

T o n k i n

par

la

11 m i l r(iphcfe,c'esl-à-dire q u ' i l s se l o u c h a i e n t bliinan,

par

les

provinces de Kien-Tong et

Kien-yun-ghie. M.

Jiilcs

'a valeur 'P'i'rirà à

Ferry,

de celle

.\laiid;il;iy

1,1

s u l l e des

'^•'''i, a\ce ''••"i'''de '^^''•'>.

la'Us

avec

de

Il

!•]

conclu

afllriiiail

sa

solsine

leiiips

des

afl'aires

me

fit

r a p p o r t s de

avi^c

étrangères,

l'honneur de

l a v é r i t a b l e ])osi l i o n d e l à

premiers

Cliarlos

\y.n-

Qucli|ii|.

ministre

l'a m b a s s a d e l i i r i u a n e ,

l'oniiiierce

'''l'"qiii',

alors

constatation.

il

du

apiés,

s i g n a le 5 a v r i l

q u i faisait revivre

B i r m a n i e indépendante,

de Rémusal, m i n i s t r e des affaires le désir de

la

toute

B i r m a n i e s u r le Mékong

celle m i s s i o n ,

u n e déclaration

la

comprit

m'envoyer m'en-

F r a n c e d'entrer en

le

le

2i janvier

étrangères rapports

de

coiis-

Haut-Mékong. interrogé

par l'ambassadeur d'Aiiglelcrre,

lord


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

910

L y o n s , s u r les i n l e n l i o n s d e l à F r a n e e en ces a f f a i r e s b i r m a n e s , M . J u l e s déclarait à

Ferry

et

Français

les

comme lord

cet

éniincnt

B i r m a n s

le

diplomate, sur l e

étaient

j u i l l e t 1 8 8 Í , que «

11

p o i n t de d e v e n i r v o i s i n s »

L y o n s r é p o n d a i t que l a B i r m a n i e ne s a u r a i t être v o i s i n e de

l a F r a n c e c n m n u ; e l l e l'est dc l ' A n g l e t e r r e , M . J u l e s F e r r y , le snivani, lre

le

(pi'il

i('qiliipiail

'l'inikln

s u r l a

l'I

la

ili-pnis

ncmenl

que

([uestionde

la

à

a Ili i n i a I i n n , l e

.\F.liilrs

liirinan,

Irriy

Birmanie (ii:lte

10 juillet traiter

¡i

en-

des d r o i t s

|)ouvait a v o i r

ne

di'-i-la r a I i i n i

.Í a o û t

une

[ l a r a i s s a i t pas les a v o i r

l'ambassade bir-

suivant

ili'claration

q n r r r l n i

t r i l i n n r s ' l n nn ,rr i l'a M ,1 r r a p p n r l i r dr de

voisinage

Birmanie

M c k n n g , m a i s ([u'clle

r rrllr

iTinrlIall

avaltune

Iminin's anni'es.

ile

i ' n n r canili Iinanr

y

Birmanie,

rivi- ^ a i n d n ' d n

e.\erc(''s

les ; et

qui

unilatérale du tfouver-

parir rnee

M a n d a l a y , ilr la

n n i n i e n t à cette

main

mianednroi

d'alors,

(h'claralion

l'Iait

ainsi

cniirue :

« L a r i v e d r n i t e d u M é k o n g e s t l a l i m i t e d e l a B i r m a n i e ; la rive g a u che

du

M é k o n g est

la

du T o n k i n

limite

du

Français

p o i n l où

cette r i -

v i è r e sort d u t e r r i t o i r e c h i n o i s j u s i p i ' i i l a l i m i t e de K i e n - T c h i n g , L e s l e r m e s d e ccUr. d i ' r l a r a l i o n s r r r i r o n v r n i a n j n n r d ' h u i à de l ' a r r a n g e m e n t du que

1881,

l.a

jaiM irr.

Tant

I la n l r - l ! l m i a n ir

la

il

rsl

vrai

qu'il

i ml.'prmla iilr

nr

(•tait

bien

ili'passait

»

l'articIcS réel,

<'n

le

Mé-

Jias

kong. . M a i s l e r o i i l r . M a m l a l a \ d r v a i l p a y e r c h e r s a s i n c é r i t i - e n vers l a F r a ncc. .\ | i r i i i r miers

quelques qne

le

de

IS.S.'i,

mnis

|iliis

noinean

lançail

f r a m a i s a v a i t - i l c o n c l u avec l u i , d a n s l e s p r e -

Ir g o i n r i i i r n i r n l

jours

une

nn

sur

des

ilail anncM'e

liritanniqiic

se

à

cnmincrce,

Indes,

lord

la

le

I ) n Il'eri n , T'

à l'.V n " I e l e r r e .

l'iiiuvre

qne

(.ihamhre a p p r o u v a

r a p p o r i I rès e o m p i c i d e . M .

.Ma n d a I a y , c l

indèpemianle

mit

de

lard, siirnn

\ ice-roi

colonne

iiail/'

pour

n n

ja n \ i er

| ,S,S(i

Dès ce j o u r ,

détruire

de

Lanessall,

rrand

le

la

.\nglais, liirinaili"

riin \ crnenicnt

rinijiression

des

négocia-

l i o n s dc M . J u l e s F e r r y et d e l à d é c l a r a t i o n de M a n d a l a y , ct l'aire p r é v a loir sa II

thèse de d n i n i n a l i n n an

est

dès

lors

.\l.

W ' a d d i n g t o n dn

par

le

caliinel

doues an

delà

de

delà d u

.Mékong.

facile de c o i n p r e m i r e q n c

de

is

il'a\ril

Londres,

la

qui

Salonen,

sur

IXN!)

ail

s'empressa le

la

gi'iun'cnsc élé

d'ciuoycr

lerrilnire.

proposition

l'a v n r a I d e m e n l

de

ses

milices

.\ieiig-lonr-

dC

accueilli» hin-

jusqu'au

. M i ' d M i i i r , e n même t e m p s q u ' i l l a n ç a l e S i a m a n d e l à d e l a r i \ c g a ï K ' h " du

.Mi'kongvcrs .\ n s s i

LS'.H

l'hnunrable

d '-cla n'-. en .M.'kon-, Siam,

les

tcriilnires

dn

f n t-on r é e l l e m c n I l ' i o n m ' ' à M. B i l m l ,

rcpnrise à

an

devait

L o n d r e s d'à p p r e nd re q ne

p a r t i e s i I n c e e n I re.

coiisidi'rie

emiime

noire

à

riiilluciice

Irancaise

toute la

octnlil'"

p.iilic

la n

ri\e

la C h i n e et

le

avait

r-,inchedu r o y a u m e d»

I i r n i I c n a I n r c l l e c l q u C IcS

m r i l l e n i ' s r s p r i l s m i . \ n r d e l e r r e a . I i i i c 11 a i e i \ri-

l e :2l)

m i n i s t r e des allaires i l r a n r e r c s ,

u ne q i i e s l i i m de m i l re pa r l , q ne

m o i n s da n s la èlre

alors

.N'ain-hnn.

quise

,|re

p r i - l e i i l i n n de rcSÇ'"

trnuveàrcst

dc la riVC


ANNEXES gauche.

» Du coup,

Chambre

des

lords

inconvenant M. ,

de

le

Lamington,

langage

l'ambition

de

aux

mois

En

effet,

Sur

sa

ment

non

elle

position mait

le

n'avait

depuis

doit

l'ouest,

ni

Le cabinet

France.

eu

mois

toires

sur

bien

à

la la

Livre

le

la rive g a u c h e

de

laquelle

cette

pro-

W a d d i n g t o n

sentiment

devraient

notes du m o -

barrière p e r m a n e n t e

l'rance

qui

26 octobre 1891, ni

affir-

s'était

que

«

fait

le h a u t

les Français vers

étendre

faii'c

,M.

rn

(piesliou

dc

1893

mieux cette

Icursphère

respec-

de

eu

I)r\idb'

la

à

eniirpril

la

iléjà

tout

moi,

du

ministre

droits

de

de

la

suite

le 31 el ses

dc

à

nos

d'une

manière

N V a d d i n g t o n du

d'nnc

qui,

de

l'entrée

nouvelle

ses

yeux,

zone

devait

France, avec des terri-

affirmés.

se

Ina-ain,

messieurs,

de

d e .\L

eia'atlinr

('•tr'aiiM-e,

le p r i n c i p e

gagna

les

s'entreprit

prnpnsitinn

n c J ) a s a b o u t i r , ([ue

et

premier

suite

ib''|iinis d e

l n | i n g r ' a p l r i q i r n dn

au

que

la

rrrinnsenlr

aux

notes

réservant

mesure

s'i'taiiait

l'Iait lellenrerri

a i (Hîpter

et

r.\ni>leterre

inr.rginia'

ilrnils

ces

intervint — son testament

survinrent.

époque,

d'/'la l - l a n i pnrr

nus

à

rap|)elant encore la

revivre

ruais à

guère

W a d d i n g t o n

dc

pri iiri pa Iriinni t

l'i'Iat

à

ne

M.

raetinn

snr'lc

(annlarnni'r à

dil'lieulti'

au

l'.Vnglcterre que

encore M.

avec du

répondit

de

est

.-inglaise

des faits, à

nc

Devellc

lesqnrls

L'honorable Positinn

l'est

comment

ISSil,

Ctre c n n s l i i r n -

cela

événements

pas à

d'rrrri'

trouve

Lnuaiig-l'rabang,

mais

l i m i t e au delà

note

lîangkok, inin

d'avril

en

rhislori([uc les

expliquer

neutre,

jusqu'au

(iuel(|uc s o r t e —

tout P u i s

à

à

comprendredans

suite du débat

Londres

L'honorable M.

plus vive,

démontrait

ne tenait plus ;

deruière

d'Angleterre

bateaux

voulu

par

anglais,

patriotisme.

Camhodge

uin;

chargé

ambassadeurs'expliquaitdansces et

la

déploiement

gouvernement

deux notes que je

le

la

«

W a d d i n g t o n ,

S a l o u c n e t r e c o n n a i l r i ' l'i

à

de

».

de

L u c

diplomali(|ue

Vous

pas

A n g l a i s vers

tive d'influence

M.

Ribot

r e m i l a u

de

1889

être

les

» ;

1892,

1889

nettement, d'accord

Mékong

temps,

m a i

d'avril

Parlement

l'honorable M.

paroles,'

seulement notre

d'avril

très au

de

a r r i v a i t d e là-has, q u a l i f i a à

plus grand honneur à son

territoire

Mékong,

jour

février et

proposition

projetée le du

de

et q u i font

911

qui

française

R i b o t d c protester contre ces

bleu,

la

lord

(|ue,

pi'rlait rl

cette si

nouvelle

rrral

à

a p p a r-a i s s a i t

jnillid

1X91! i l

prévisions

nc

ba

pro-

l'éalito

d'à \ a n c c si

ne

lil

pas de

tardèrent [las à

s'accomplir. Le

2:!

rnivrinbrr sni\ ant,

d'en

lixei'

llou

(JUC d u

tocole

(pii,

réginns à mois Ifs

les

dr

pays

côté

dr

quand

ri'rn'rales

lirrirs

la

ordonnarrt

Sabnirn, l'riunl

di'd 1 m 1 Ir r, u b l i i ^ r a i l INIIf

l'iinpnssiliililé

\isili's

par

à

erllr

coniineuça

par

l'ouest,

lant du

neutre,

côté de N a m -

anglais dut accepter un

nrissinn

géographique

pro-

dans

les

l ' . \ n g l e l e r r e à reconnaître dès les p r e m i e r s

dr

criu-v

missinn.

conclure

à

Ir eabliiid d'nnr

l a d i p i n m a l i r I n i l a i i n i q i i r n r l'nl Llle

il s'agit dc délimiter celte zone l'est et

une

zone

Mais,

neutre

tnujours

(luelconque

suprêmement

p a s Inrrgrrrà ( d u n a d i e i ' d r m i u v r a n x avec

la

Chine,

le

l'ii-

mars

dans

habile, biais.

1891,

des

.


912

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

,|u'au

,lr<ciiiljrc

|n

iiiciils,

une

parili'

shan

do r i i l a l

C h i n e ,

ala

\ i r i i Í;-I I n m;',

\ inm-rinnig,

Condilimi

à

èciivail

Diillrriii

íi

r ' r s l - á - i l i rr

appaririiaiil

rrllr-ri

ipir

nr

M.

I r r r i I ni rr

i l ' i i ii

TA n gl r I r i r r ,

à

i i ' I n i r i-i I r r a i I

1rs

.|üc

Dcv.'llc

ees

Icniirs de ees a rTaiigC-

|ias ciicoii- ,aiiM-lns.

ilii

dr

l,.i',l

IS;»;i

an-aii-cin-nls n'i-laii'iil

à

rricvaill

i-lail

oódóo

aniainr

liorCC

.puissance. r A n g l e t e r r e disait a u

P u i s ,

alors i p i c je

Mékong,

r é g i o n s , je assez

faible

n'avrz

pas

l-il,

la

par

ini'inr lin

un

iai'iiii

ni

piriii A i M n t

à

IN'J.'i,

l.'iqniiiiMi

rlirl'

\ii',

li'sili'iiv de

11'

avnil

la

fraiieaise si

dr

llnalrnirnl

-l't

ili'erinlirr ainriirr

ln

inission

P a v i r

b'

m

ISlI'i,

restent

atlaelii's.

l'irmanir, laliiiirl

olilinl

H o s r l i r i r\.

S i r dn

V.

rl

dr

l'ivr

q u i

tin elle-

n . m m issimi

la

ganehr. du M é k o n g ,

iiblÌL;i'a

la

commis

le

mais,

au

mois

mrllail

une garnison.

m'gnria I imi

diplomatique

y

qnr

Ir g i i n \ r r i i r i i i r n I

Iralli'S

rl

bi'ilanI

rrs|

dn

ni'

rrs

eliefilr

Sriill,

pili

l e 2:2

olilriiir p i n \ ir r

lirllrs

cb'S

r o m missaire

l ' n 111,11 i s , 1111 m

dr

kiirr

qui

inission a n -

- S i iig',

IS'.l.'i.

iiisqu'en Varie,

^i''in'']',i I

\riiail

on'nprr

1rs

-M-

P'*'

r/'l l o r e s s i o U

la

''t

inrinln''''''

1rs

i r r o i i i l a issa i i r r s

po n rsii i v i r s

.Sallslinr\,

la

M il i m

à

C r f i ' v i e - l ' i m i a l is.

kiiars,

r.ilnnrl

:

drs

M.

rraiiraisr,

q u e l l e s les n o m s dr . \ I M . ( i n p r l ,

la

l'iain ;iis

pa\illiiii

1SS7

m i s

snuini'llrr,

ronliiinaiil

i i i . i nu n I l ' i s

ait

M n i m r - S i n t;';

disenln',

SI'sé'pa ri'reii I

r o i n III i s s u m s

inissiim

sr

y

Mniinn'-Sin!;'.

l'rM'iiail rl

drnils,

uns

u n e autre

iirnlrr,

Ira l i r a i s ,

ri'Milla

sr

dr

anriais

sur

silni'

pri'i'is à

e'

/ . n i i r n r n l r r s ' i i i s l a 1 la i t sa ns p l n S

la

i'variiri'

à

la

région

une

toute

et de

b'Ierrc

inlii'r

dr

rnlnri'zinir

esrnrlr

l'ail

de

cIlcI'aN.iil

la

à

pri-sriirr dut

rlfrl.

glais!',

ni

e n n i m i s s a i rr

Ir

snn

brillai,

ni

rmi \ m a iiri's,

IN'.II,

tnule

18!)i

n n i i s , et l ' o n en est à SC d e m a n -

l ' i n r n |ia I i i m

par

Ir e o m m i s s a i r c a n g l a i s

si

mis

iiiqnr,

ri'srrvi'

liine

(

juillet

S i a m .

l'A ii

qnr

M ni m L;-S i ll

dr

publique

lail

lili

l'in

rl

la an

di \ - i i n il

IVlirilrr

d i ' l i m i la I ii m

linir

snn

aiirlais

• ra\ ril

rnl

pays

an

Irrrili.irr

,'i

srnir

à ceci, ipie

lil

de

VOUS

in'appartC-

reprends.

1rs

ai-rnail

iliininnée

fiirlii

ISli:',;

nrinlirr

drs

ces

dans

\ n n s a v e z ctlî

I r rri loi rrs

rrs

prnlnrnlrs

1rs

rib'

le coude du

premier

i r i i i l r z - l r s - i n n i , jr

i/ixa

d n ra

sr

dr r i i r c r ,

la

Ir :

l ' A n g i r l e i-rr

n-dail

|iiiiir

ib-rriiibrr

r l i a r i . ; i ' i ' dr

dr

salir

bri I a n n i q n r

enup

Ir l'i

rllrl,

iiiixlr

par

Irnnvail

pas

l'raiirr

la

riirnrr;

édirli-r se

nr dilli

à

hon

Ir rri li li r r s ;

aliainlnnnrr ainsi

i iiilirngliii qui

l'on

si

erriaiiis

rrrnnnn

n n i i bi na isnn ,

rrprrnail

qn'i'llr

fut un

Ce der

nn

1rs

double

ilipbiinalir

région

ilr

IH!):Î,

vnus arriveriez

alla i n l i n i n r r

1rs

prévue,

nnvrnibre

S i a m : J e v o u s a i cédé d a n s ipie

ni'a |i|ia rl ir n nr n I

nrnlro

que

ei'dr,

drnil

p a r (n'Ite

znnr %\

p o u r Ir

ils

nairiil,

ai

vous

pensais

1S'.I2

IcU'

qui' rl

ail^'

I ! i v i é r C '''''• dr

la

llailIC"

sini'i'dcl'

nU

I r r li 11 li l'CS

dc

di'


ANNEXES l a rive le

(Iroile

principe

devaient

913

r A i i g l e l . e r r o rcpniissa alors

d u A F i ' k o n g ( j u i n I.SU.'il c l

d e

PlMal-lani p o u . ayaiil ninsiOccujié les

lerriloires

cpii

Pavie r e n t r a en F r a n c e c n n o -

l o i n n r In / o i i c n c i i l i c . . M .

veinlna^ 1 8 9 . " i e l l i l ( a n i i n n l r e I n s i l u a l i o n an g o n verneinent Français. I I c n l'enscnnait

brillaiilc. sean

re.\|)l(n'al i i n i

lîi'veillèie avail

Garnier

française a n

i M < d < c n i c ' n \ n i l r{r

D t ' i n a v a i i l n o s d é i i i c h ' s ave<-, l e S i a n i , l e

fraindii

loil

vais-

P r é a - P a t a n g que F r a n c i s

les ia|n(lcs d c

aulrefois

avail ICIauiiiiis

c a p i l a i n c de

l i e i i l e n a n t de vaisseau d c

e l q u e le

Fésigny a v a i l i i i i d i i ' s . F]n 189-4, le l i e u l e n a n i d e vaisseau R o b a g l i a . t r o u v a un c h e n a l

dans les rapides dc

Préa-Palang ct

étudia la

navigabilité d u Bas-Mékong. F a i iiièinc t e m p s , l e l i e u t e n a n t d e S i m o n et l'enseigne

Vaisseau

V a y , avec

L e

canonnières, le

deux

Massie et le La Grandière, r e c o n n u r e n t le bief

Klionc à

d e l'ilc de

K e m m a r a t . Le 2 septembre 1 8 9 5 , le La Grandière a r r i v a i t à L u a n g P r a b a n g e t a l l a atteindre J ) i e n g - L a p e t T a n g - H o à l a f i n d e j a n v i e r 1 8 9 6 . Ces études furent continuées p a r M M . M a z e r a n e t L e Blevec. C'est d a n s

ces

ipic la question

condilions

H a u t - M é k o n g se

d u

p o s a de n o u v e a u e n t r e l a F r a n c e et l ' A n g l e l e r r e , à l a fin de 1 8 9 5 ,

au i T i o n i e r U on l ' A n g l e t e r r e

avait

des

conflits graves

a u "Venezuela

et a u ' f r a n s v a a l . M . B e r t h e l o l , m i n i s t r e des affaires étrangères, les négociations et le 1 6

•'ouvrit

j a n v i e r 189(>,

l o r d S a l i s b u r y ot

de C o u r c e l , andjassadeur de F r a n c e , s i g n a i e n t à L o n d r e s une déclaration d o n t les passages s u i v a n t s s o n t relatifs a u x affaires d o l'Indo-Chine : —

I.

l.es

g n n v e r n e i n e n i s de

"lutuidleiiienl

sans le

Icxte;

à

ne

l'aire

comprenant

'^énarn

cl

les

ainsi

Jus(|ii'à

iMuong-Pasc,

i|nc

villes,

incluses

territoire S'aïuoise,

bassins

Iiany-l'a-Kiing

pectifs,

sont

le

ct dans

silué

au

llenve

"s s ' e n e - a g c n l

e

le

lilinral

les

les

la

de

Grande-Bretagne s'engagent

aucun

cetli^

élenduc du

Ire

n

à

pas accessible

Les Cnlonics, vol. L

à

la

cas o u

sous

aucun

du

Ménam

limile

sur

rivières

lilloral,

du

Petchabouri, et

el

leurs

])ré-

Aleiklnnif,

aftlucnts

lesquelles les

s o n t situées

embouchures

coinpnaiant

du

res-

Muong-Bang-Tapan

dont

entre

orientale

dans

de

depuis

rivières

autres

a cq m'ri r

la

bassin

cette région

aussi

frnnlicre dn

aucun

le

anglo.Me-lng.

privilège

le liiniidice ne Soit pas c o m m u n à la F r a n c e

leurs sur

s'étend

des

bassin

.Mi'knne-.el

Petriou';

qui

bassins

nnrd

rivières

de

bassins des

Graïule-Brclagne,

''">' s e r a i t

des

(livièi'c

a v a n l a g e pa rl icn 1 ier d m i I ''^

dans

consentenicnt I n n ilc l'anlre, leurs forces arnu'cs dans l a

•"égion

ees d e u x

F r a n c e et

péni'lrer.

le

n a t i o n a u x et r e s s o r t i s s a n t s , pied

de

l'égalité. '

ou

ijui

ne


914

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

Ces s l i | H i l . i l i i ) i i s , l i i u l c r d l s , n r seront p a s i n t e r | ) r é t é c s c o m m e d é r o geant a u \ I laiiscs s | i é r i : i l c s i | i i l , e n vertu d u t r a i l é c o n c l u l e 3 octobre d893, entre la

l'rance ct le S i a m , s ' a p p l i q u e n t à une zone de 2r3 k i l o -

m è t r e s s u r la rive droite du M é k o n g ct à la n a v i g a t i o n de ce fleuve. II. — R i e n dans la c l a u s e q u i p r é c è d e ne mettra obstacle à aucune action dont les deux [iiiissanees |ioui'raient c o n v e n i r , et q u ' e l l e s j u g e raient nécessaire [)our iii.'iinlenir l ' i n d é | i e n d ; i n c e du r o y a u m e de S i a m . Mais elles s'eMg.'igeiil à

n ' c n l r r r dans

.'MICUM

al'ra r i g c r u c r i t séparé qui

pci'mellc à une licrei' p u i s s a n c c d c l'a i rc ce ( p i ' c l b's s'i n lerdisent r é c i prnqueinent pai' l a p n ' s c n l c i b ' c l a ra ticni. — , \ p a r l i r d e l ' e n i l i n n c l i n r i ' du . X a m - l l u n k ct en remontant vers

III.

l e unril j u s i | u ' à l a l'i'nnlièr'C c l i i i n n s e , l e l l n - i l u c g du .M('knng formera la l i m i l e (les

kridicc et de la

possessions ou s p h è r e s ( r i n l l n c n e e de la

( I r a n d c - l i r e l a r l i e . II est c o n v e n u ( p i c les nalinnau.v Cl ressortissants i r a . H ' i i n ( l e s d e u x p a y s n ' e x e i ' c c i ' n n t une j u r i d i c t i o n O U a u t o r i t é q u c l e o n i p i e d a n s l e s pnsscsshnis ou la s p h è r e d ' i n i l u e n c e de l'autre | ) a y S . Dans l,(

p a r l i c du lleuve dont il s'agit, la police des î l e s séparées de

la l'ive Inilauniipii^ par un bras d u d i t lleuve a p p a r t i e n d r a aux autorites lrain;aises laut (pie celle si'paralinn e x i s l i a a . L'i^xercice du droit de pèche sera c o m m u n aux l i a h i l a n l s des deux rives. ,M. I5ei'llielol c ( i i i i i i u i i r K | i i a i l c e l l e d é c l a r a t i o n à M . ( j u i c y s s c , nH" n i s t r e des c o l o n i e s , p a r la l e l i r e s u i v a i i l c :

lliTlIirlnl,

M. a

iiiiiiisirr (iiiii'nxsf,

M,

i/rx

niitiixlri'

n/fiirrs drs

rl,alu/rrrs,

rn/o/urs. l'aris, le l'd janvier 1890.

. l ' a i l ' h o n n e u r dc v o u s c o m m u i i i i p i e r , a v e c l e s l e l i r e s ( ' ( ' h a i i r a ' c s par eux

à

cette o c c a s i o n ,

Courcel e l

les d é c l a r a l i n n s s i i ; r i ( ' ' ( ' s

l o r d Salislniry,

e n l r e le ^ o i u c r u e n i e n I

l e l i i p i n \ i e r p a r .M-de

e l i p i i r è M i r n I diverses q u e s l i n n s p c n i l n u t c S

l'ranijaisel

le ^i nn l'i'nc i n c n I

l u i la n n iq n e .

.le vous s i i ^ n a l c r a i pa rl ie n I i è r e n i e n I I a i l i ' l i rn i la I i on de n o s possessions d ' I n d n - l i h i n c . d i ' I i m i I a I i orr l i x i ' c a n c n i i r s d n . M e k o n - . e n l r e le -niivcrneiiienl f r a n ç a i s c l l e i ; o n v e r n e n i e rr I l i i ' i I a ii n i q n e . I . e s d i s p o s i I i ( n i s relalives à cette m è i n e

liriiile enlre

le,Siam

el

irons,

irrscr'iles

darrsrrnli'e

I r a i l é dn I! n c l o l i n ' | . S l i : i . s m r l v i s i ' c s d ' u n e r i i a i i i è r e e x p r e s s e . (ti r-.ril

rrn''Coiiiraîlre

lalion exislani l.a l ' c i n i s c

l'I m p o r l a n c c d e c e l

a c c o r d ipri

mel

lin.'

sail" •cnirl''S-

d e p u i s p l r r s i e n r s a n i n - e s e n l r e l e s d e u x t;o i i \ c r i i c K i e " ' ^ '

enlre

n o s m a i n s du

n n n I, .( n o s \ i n \ , irrti'i'cl moral e l

p.i i n r n

I r r r i I o l r e d n . M n o i r M - S r r i g . oee n p('' i

"|

I o r i i ,i n... I.i i s i , pr i s i n 11 .( ( ( I - ^ ^^^^

rrra I c r'iel des pl us S(''ri('(r \ . i rr(li''peiiila r

rrlriiene

l ' i ' i l e ipie c e l e r r i I o i r e e s l s i I S C C p l i b l c d e jou c i ' dans l ' o n v e r l u r c i h ' S

^ '


ANNEXES ' l e c o m m u n i c a t i o n entre v a l l é e ( l u Mékong.

nos possessions

915 e t l'empire c l i i n o i s par l a

V o u s remarquerez l e s (Iis[)ositions relatives a u r o y a u m e d e S i a m . L e s deu.x g o u v e r n e m e n t s d é c l a r e n t q u ' i l s mettent e n dehors d e l o u l e a c i i o n m i l i t a i r e d e l e u r part l a partie d e c e r o y a u m e c o m p r i s e d a n s l e b a s s i n du M é n a m e t

q u ' i l s s'engagent

à n ' e n t r e r dans

aucun arrangement

Séparé q u i permette à une (iercc puissance d c f a i r e c e q u ' i l s s ' i n t e r d i s e n t de taire r c c i p r o i p i e m e n l . I l s s ' e n g a g e n t , e n outre, à n ' a c q u é r i r d a n s Celte r é g i o n a u c u n j i r i v i l è g i ^ o u avantage p a r t i c u l i e r dont

le

bénéfice

n e soil p a s c o m m u n ;i l e u r s n a t i o n a u x e t ressortissants. L e s autres parlies du r o y a u m e d e S i a m

d e m e u r e n t e n dehors d e cette c l a u s e d e

r é c i ] ) r o q u e . C h a c u n e d e s d e u x p u i s s a n c e s conserve l e

ncutralisalion

d r o i t d'assurer l ' e x é c u t i o n

d e s t r a i t é s existant entre e l l e et l e S i a m p a r

l e s v o i e s et moyens c o n v e n a b l e s , . l e n ' a i p a s besoin d ' a j o u t e r , c n c e q u i touche l ' e x é c u t i o n d e m e u r é e j u s q u ' i c i i n c o m p l è t e d u t r a i l é d u 3 octobre 1 8 9 3 , q u e nous userons d e cette f a c u l l é c n n o u s i n s p i r a n t d e s sentiments lie m o d é r a t i o n e X d ' é ( | u i t é ( l u i nous ont toujours g u i d é s . M.

Uc

son

ternies à

ctité, lord

lord

SalisLnry

Dnffcrin,

transmettait

ambassadeur à Paris

BERTIIELOT.

la déclaration

en

ces

:

Lnnilros, le IS janvier. Mylord, .l'ai s i g n é ' a u p u i r d ' h u i avia-, l'a m h.'issadeu r de F r a n c e un a r r a n g e m e n t f onccrua ri I

pil uc i pa le meu 1 les a l f a i i e s dc Sia m et q u e je j o i n s à cette

l e l i r c . .l'avais cspi'r'i'\ ( M i s l ' c i i \ iiycr n v a i i l N o ë l ; m a i s sa s i g i i a l u r e a é l é retardi'c a c c i i l c i i l c l l c i i i c i i l . l . c s d i s | i i i s i I ions l e s p l u s i m pnrla u les q u ' i l Coril iciil SI m I c c l les par Icsq iiel les les ileiix pu issauces d isl i i i g u e u l . |)our l u i accdrilcr u u Irailciiicul à

p a r i , l a ri'ginii d u S i a m occupée p a r l e

l'assiii (pic draille le .Mi'iiaiii e l par ceux des

lleuves C(\liers s i t u é s s o u s

la iiièiiie l i i i i r i l i i d e . Haiis ces lerri lui res, les deu \ piiissaiices s ' e i i g a g c n l à ne pas l'aire a g i r leurs l'nrces d e lerre et de iiier, s l ce ii'esl d ' a c c o r d , dans nue aelinu ( p i i piiiirrall ileveuir nécessaire jiour ipa i iilcii ir l ' i iitégrili' ilu S i a m . lilles s'eiiga geii I, eu o u t r e , à n ' a c q u é r i r , dans ces l e r r i t'tircs, aiicuii

p r i \ i l c g e n u a v a n l a g e c o m m e r c i a l q u i n e leur snil c n m -

'inin -I Iniiles deux, l'iii l'alsanl p.irvcnir Cet a r r a n g e u i e i i l à Nuire l'^xccll''iicc, j e

suis

ili''sireiix d ' y j n i n d r e (iiielqiies m o i s d ' c x p l l c a l i n n pnnr

•'viler le risque de Icvaiii' mal 1 n l e r p r i l i ' par ceux qui ne snnl pas l'ainilici's avec les ri-ccnlcs n i ' n i i c l a 1 1 n n s . O n p n u r r a i l r r n i r c que. |iarci' que " " l i s n n n s snmincs enuani's c l a\ nus r e ç u r c n g a g e m e n I de la I''ranci'ile "''nvahir e n ''"nie l a

a n c n n cas e i ' s l e r r i l o i r e s d é t e n u i n i ' s . n n n s inellnns en

valeur alisnlne des l i l i e s c l d r n i l s des S i a m n i s sur l e reslc d e

l ' ' U i ' s pnssessinns, n n Innl

a n mnins que n n n s Irailniis ces d r n i l s avec

,


916

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

¡ m l ¡ I l V i c i i c c . I n u l e I ri I i'i-|ii'i'-l a I ¡ i i u i l l ' c e g l ' u r i ' | i r i ' S ( ' U I l'i'ii i I. s o u s l o j o u r II' [ l i l i s l i u i x

I r s l i i l i ' u l i n i i s i l i i i i s l i ' s i | u o l l i ' S o r i l i r r i i i i g o m o i i I ,'i

i r r n i i m i i s s n i i s r i i h i ' i ' i ' i i i r i i l au S i a m

\niiv

sua

i'ió s i g n é -

il riii I, a lisni il ri

imlisoutó

i l r j n i i i i ' i l r I n n s I r s I r ii'i I n I i r s i | i i i , i T a i i i i ' s u n l i i i i g u s a g e n u l e s I r a i l é s exislaiils, snnl

l'iiniiiris

aelliiii |iri'seiile |iarlii's de s n n

dans

ses

d i n n a i n e s : el

d i m i n n e l a v a I i d i II'

qui

toi'l'ilnire q u i

no snnl

laliniis

do

ce

eolie aire q u i vallie inenl de

traile,

parties de

du

impiirle à

.Ménain e s l

iinlusiriel.

éniineinmonl

danseelle

ri-ginn le

s i elle

.Mais

ees

Induslriellos

e t l'i

du

a

passi'

rien

res

iimis

à

.le

einplni

la

à

la

slaliilili' de ni

la

admellre

prendre

le

la

siiin,

an

dnis ajinilcr que

ili'volopilC-

pai' d o s v o i e s

parlies

le

vnisiiies

oapilal

ol

In

grand

re que

pour son

l'uree à

les

parile

du

«le

pni'tcra

so

pla-

spi'i'ia l e n i e n t de

la

eapilalisteS

laquelle i l s COHl-

le

Siam

I e r r i Ini r o , a u

n'a p a s é t é ,

proiilicrc

Nord,

a

passé

(iraiide-1 irelag'iio. Un l a r g e t e r r i t o i r c à la

piiissaiiee dn pnssiliililè

do

l''ranco. Eos événements

une

|ias

lendaneei'i

S i a m ; el

de

voir,

siamnise ne

avec

enlrainanl

l'avenir

dont

('uni | i r i i m i s e ,

1"

|ias s e n l i r q u ' i l y a u r a i t

parali

sniivera i neli'

ili'jà

l'aire naiU'C

sans p a r i a g o r on

dans

quelque assurance q u e , dans

presque enlièreinenl

sniivcralnclè

r o s i r i e l i is s e r a i I

c'est

d i ' v e l i i p p e m e n l des (îiitrepriseS

dévoloppemcnl

actiF

nmisavnns

passe

iiiciil

le

ilcvnlrse produire, l e r r i l n r l a le

Siam

un

par celle

n'éliiit

ciimmcrcc

a

trcS

ri'ginn, cl q u e l u u t

rapplicalion

de

larils

hautc-

nn c i i n p I rès d n r p o u r n u l re c n m m e r c e da nS c o t t c

ninnile.

l.e ; ; n n v c r i i e i n i ' i i l

de Sa

.Majesli' espère q u e

la

r e m e n l I c i i d r a ;'i e i i e m i r a ' O ' r l e i l è v e i n p p e i i i e i i I c l c n d n s . cl pmirqu'il

les

esl s i l n i '

l ' i n d i ' p e n d a noe

cliauücmonl

c m i s i d . rallie q u i de

liani

siiriisanle

de la

r i ' g i i i i i nil

iMajestii n e p i i i n a i l

plus

nniiM'an

elianucincnl

un

miiiide,

d o n n e r au m o n d e coiuinorcia 1

ri'nion,

ancnn

du

s u r les

e n n i m e r e i a i o . I«1

Iraversi'e

que

s e s a i n ' . i e n s p i ' i q i r i i ' l a i l'es à

r n i n e r n o n i e n l d o .Sa avantage à

pmir

ll i sl i il re on 1 ee rl a i ll e m e n I

dniiles,

avons

èlre

indiquer

l'aMiralile

mali'iiel.

liirman

de

des dniiles s u r

reeeMiir

inli'i'èl

de Siam

m a i s paree q n e

r a e e r i i l s s e m e n l d e r e l i e e n n lia n e o q i l i o s t i a

riniverneinenl

l'i-isl

à

iinirc

le Iraili'.

que iialiiiii

rraml avanlare à

de la

aiini'os,

priores

de e e l l e r i ' i ' i ' i i l e

nn

nn |iari'il

riiislnire

dernièies

('iinililiiiii du

l'aire

lanl

dans

r n i de S i a m a u X

rni

valides,

le lemps,

riiidnslrie

rien

l'a p p l i r a I i n n d e s sl.i|)U-

les l i l i e s d u

pn'seiile une si'i'urili' el

anraionl

l'ussenl a m e n i ' S à

dans

haul parali

enni niereo

I ira n d e - l i r e l a g n e ,

mandenl.

plus 'rnnl

pnnr

mnins

apio

Elle peut, avec

lirilaiiniqne.

eeinenl :

que

parce

uns iiilirèls en

ciim m n n i e a 1 inn du

ri'Uipire

la

non

ses d m n a i n e s s n n l

n'esl

pas all'eeli'es pai

.\iins a v o n s c h o i s i u n e a i r e p a r l i e n I ière

autres

il

d e s d r n i l s du

sa c n i u ielimi

a

a i I i'I i- d i s p n s i - .'i

prnprii'li' du

cel

i'-anl

a

l'ail

si L; na I ii le de eel

asse/,

imprcssinn

a 11 m cl I re I es pri'I e n I i m i s de

i l i s i r i e l d e . M u n i i " - S i n'.;. a p p a r l e n a n l

I • r r i l o i r e I r l a n g u l a i r e s u r la rive o r i c n l a l e

arraii-

i ml nsl riel de ces d i s i r i o l s

d n liani

an

la

suri"'

traiiccà

la

.\ i e i m - K lieny',

""

. M c k m i ! ^ . S m i l'I''"'


917

ANNEXES d u o cl, s a sou

valeur

elinial

iiilriiisr(|ae ne

malsain

l>icu (]uc ses l i t r e s Kirmanie,

il

n'a

scnil

pas ennsitlérables, e l ,

pas gi'ainl

s u r ce l e r r i l o i re,

atlrail

enninie

la firaiule-|{re(a<iaie,

[)nnr

arieienne

ili'pianla n ee

n o u s p a r a i s s e n t i n c o n l e s l a h l m n i n i l \ a la bles.

vation p a r n o u s p o u r r a i l d e v e n i r une enlrave si'niiaise economii[ue ct cllicace,

par la

l''raucc,

de

ses

p a r s u l l e ile

à

A l a i s sa

de

la

ennser-

r,nlniiiiislraliou

[inssessions

dans

ce v o i -

sinage. .le

suis,

etc. S.vi.iSBunv.

U n e

iiilerpell.aliiin

24 et27 M. M. le

février

Berllielol,

Franeois

sur

le

vier

à

(Iu

liI

du

limi

dans

de

du

reprise

des

déclaralion

Dcvidlc

inlcrvinl

(le

au

à

les

dc

l'd r , a n g è r e s ,

la

le

en

rappela,

des

des

de créer

deux

a u x A n g l a i s ,

nouveaux;

par

lo

franco-chinois

n o v e m b r e

1895,

pays

s u r les l i e u x , de

M u o n g - S i n g , le 13 m a i

Irailé

après

l'.Vngleterrc,

in'a'essité

possessions

soumettre

iri'lémcnls

1891 et

C l i a i n h r c

ni'goei.alions avia

d ' u n e c o m m i s s i o n

sc

la

q u i

jan-

189."),

le,

r i n l r o d i i c -

traib''

de j u i n

angloIS9."),

aboutirent

;'i

la la

1 5 j a n v i e r 189().

le jiassag'c sn I va ni

rclaliscs

de

naaiiinaissaiil

entre

de

négociations, du

attriliiiani

ville

m a r s

séaiiia's

le L o n d r e s ,

des

l'occupation

question

2.')

les

alfaires

IS9I!

l'envoi

la.'tte

la

cliinois

des inaïadie

juillet

IS'.l.'i,

roi

la

dans

déelarali

(étal-laiiij)oii)

llaiil-.Mékong, avril

lieu

ininislre

neutre

refus

eut s n r i a

Didoinde,

protocole

line zone

M.

IH9IÍ

i''g'alemenl il

gou vernciinm I

la

/.onc

n'est pas en

m m s

délaclions d e s o n

l'aflirmalnm

.anglais

dc

discours

c m i n i ns

l'inilinliM'

îles

p i n m a u .\'

in''giicialions

nenirc :

I.SSII i p i e

c ' e s t d è s ISHI) e t à

(d

ndcsail

le

ynnvcrncnicnl

avail

pris celle

inilialive,

l ' i n s l i "-.i I i m i , j i ' d n i s b' iliri', d ' u n d c n o s d i p l o m a t e s

les p l u s i i i h d l i g e i i l s el

les p l u s l'inanes q u ' i l

y ''il eiicnre a u j o u r d ' h u i

en

l'^xtreinc-Oriinil, l.e

gniivcnanainail

liiiananie, Idlssaiil pnur

avail

nlijcl ili'

('•h'

pri'-\cnir a u l a n i

s.agc d e c o n c l u r e

ipie

p n s s c s s i i n i s el

|inssilde lai celles de

p n l i l i q u e el la s i e n n e ; el

cliargi'

ibimaincs,

de

nue

laiiilignïli'

Nnus

mis

iiili'c

notre aeliun

tonti;

scn'ail

un a r r a n g e m e n t éla-

nn pa rl a^c il'i n 11 in nce m i l r c les d e u x p a y s . Ce projet d e v a i t a v o i r .

imnn'dlal

avail

rraiiçais, préoianipé des progrès de R.\nglelerre en

pmisi'ipi'l 1

étinns

zciic de

ini

assez

I c r r i I ni res, scplcmbre

188o

:

coniaci,

inènie, e n l r e

a n g l a i s de créer, entre n o s d e u x

l'Iendiie

mais

i

r a m b a s s a d e n r de FranciN'i F o u d r e s

prnposia- au cabinel ncnlre

Indo-Chine loul

r.\in;bderr

tnule la

pnur

prévenir

non

seulement

renennlre d'intlucnces.

liii'manie

n'était

pas

encore

con-


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

918 (|uisc au

II

sciiihiail

bassin

dc

la

possible

dc

limilcr

1 1 e s t r e g r e t t a b l e peut-être (pi'à à

des

propositions

façon de .

la

la

(|ue

le

p l u s sérieuse.

Birmanie,

piisnns

qne

rrniiliêre nnnl.

ee

entre

l i m i l e du

Siam

e!

jusqu'à

a

sii|rl

rr

dans ganebe avait

ville

el,

Inintalnrs, vnns

piillel

neutre

de

|,S!):i,

nnus

Mais comment d'à ba m i n u s

el

earsi

pnnr

a

la

de

la

le

l'ait

Alors

Salnnen,

Innle

de

snn

nnus

snn

ee

dn

vers 1«

llenve

nous

depuis

de laïailg-

ferait

.\a i n - l I n n ,

pro-

eiiurs la

.\lid<niir-,

di'l erni i ner

p a r t i e du

vers le

nord

"

ri'pnnseà

res nuvcrtures.

ri'qiiiniln ;

pr m 1 a ll I

du

le g o u -

iaeinine

dn

le ennrs de

eli I n u i s e .

il

l'évacuation

di'ie rm i m r en a \ a l

aueiine

avail

bi

paille

inaiiresse

ennrs

l'rnn t ière

de

el

biiai

NouS

q u ' i l y eiit CU

1 r s a n n é e s 181)2

et

I S ! ) : ! , la

Ira ii en-a n g l a ise en I m b i - C l i i n e n'était p a s réglée l'ra l i e n - s i a m n i s . le

a n ra i I

liirii n

devail

èlre

des

à

les

ri'servi's

v n i s i ns

dr

a

ailnirtirr

e m i s l i l iii'e

rive i^anrlirilii

à

nnlre

m'i'lail

même

rrllr

r r q n r ,

le

rive

dans

H CCS

p e u l-èl r e d i f t i c i l c ,

prlneipe

de

reemn manib''

/.nnr

la

ZOUC

l'adnption.

iientre'.'

.\ii

a i m i t r le p r n i n e i i l e d i i

l'-lail

la

iiilliience,

moyen

d isa i I le p r n i n e n i e du I! I

I'.\ii r i e l e r r e ne p n u va i t mms

pas varié de

l'.V n r I r I r i r r ; d a n s r r s . c o U -

reprises,

m n r r r I Ir m r n I s

il

n'avait

lerrilnires

i i i r n n v l'ni i r n I s à

plusieurs

être

innineni

l'raneais

Inns

r r r n i i na i I re q n ' i I

liisrr

avinns,

qne

devaient

i'iissiniis

mms

me

r i m ve n i e me n I

.b'-elarant

y

Salnnen,

r m i l r n l r r d r la 11 y a

à

de sa e r i l i r e s ri'ei p r n q nés

ee

limile

la

en

s a n s n e r a s i m i n r r dr bre,

pninI

ensnile

de

dans esl

I e r r i 11 li re à

le v n i r ,

vmiilrr/,

dont

un

en n vr r s a I i i m s

qu'il

n'rinns

d'étudier

prnpnsitious.

une

nrienlale dn S i a m

.Mi'dvnnr-

penser

snr

f'ranee

.Mèkiiiii;,

Innl

dilimis en

le

la

n'avait dil

lainllil

insqn'an

paru

snil

a ver

v e n e z de

vues

l'Aiigletcrrc

ratlidndrc.

innnadles

Siam,

suivrait

rrnnlière le

vnns

promis

l'j'ance

\a

l'e m l i n n e l i u r e di'jà

avee.

ipirlipirs de la

ses

le.

aiir|ais

Inrs,pie l'idala .Mais,

de

rn

,q|i'

eiinslilne

frnnlière

eue.ne Inin

qneslinii

IM.SI),

einiinie

re i i e n n I re

Leeabinel sniiiiiies

el

rrnnlière

sa

en

i n . i i l i ' e île

( ia ni lind re jusqu'à nn

I ielle la

de

il n ' a i t p a s été d o n n e s u i t e

avail

parl.iil

1 e .Mi'knng,

qui

pari,

eniiiine

l'rabaiii;.

fail, èles

vnns

l'poipie

.in^biis

ipTun

sni-

llenve

D'anlre

prnpnsinis la

vnns

relie

c a b i m l

l'endant

fiMin;ais

Ciniinn'

(I

politique

L e s an n, es s'i-ecm b n I : l ' A n g l e t e r r e est maîtresse

T o n k i n , (die s'avaiua; vcrnennnil

l'iiclion

Saloucn.

jii i l i c t ;

l'ii n n v c n l -

pl n s e n n s e n t i r à

prendre

i m | i n s s i b l e , à n n i i s - i i i è m e s , de. n o U S

.Nani-liiiii

— j ' a i expliqué-

pmirqnels

u n i i i s l a n i — e l d ' a b a i i i l i i i i n e r u n e |ia r é e l 1 e q n e l e m i q n e d u

inotils l.naMli'-

l'niban-. Idini aux qui

qu'il

en

snil,

réntente

alfaires,

en

I.SD:!.

.l'avais

prneialerait

l'étendue les

et

les

à

un

examen

1 i m i les

renseignements

les

de

t e r r i t n i res vagues,

lêre d e s a l l ' a i r e s ('•Irangères,

même

iiient

l'avie,

et à

l'Iiabilcti' de

.M.

pas

pn

prnpnsé

se

de

rar

la

sn r 1rs

faire

pendani

qnej'é.taiS

n n m m e r n ne em

gi'-ngra p l i iq ue d e s

ees

plus

n'avait alnrs

lesquels m m s eartrs

carte (pic

issinn

I i e n x , q n i d e l e rm i l i e r a i t

mnis

renl'ia n i a i e n t

n

di'-|insi'-rs

dc

a v i n n s (jUe an

dcvniis an telles

niin'S(b'-vour-

lacunes

ipi'''


ANNEXES était

impossible de

Cette

proposition

l'avaient c r u clé

ou

p r o c é d é (|ui

m e n l

rétrécie

enquête q u i écrit

à

n'était

permis

et

étroite,

permis

à

Dullerin

hl

(|iie

qu'à

valeur

cause

prendre

prétendu,

a

a

lord

niers, et

les

de

bases

aussi

imprudente

pas

de

discussions que

de

reconnaître

que

la

zone

qu'elle devenait

inutile;

lord

de

Salisbury la

lettre

iulriusèqiir de

l'idat

i u s a I u l u i ti'

il

se

serait

avez

pu

lire

c o m m e il

pas

grand

l'a

ces j o u r s der-

de M u o n g - S i n g n'était p a s

n'avait

lelle-

s u r t o u t c'est cette

convaincre,

vous

qnc,

l a q u e l l e il a

neutre

mais

sérieuses.

quelques-uns

c a r c'est précisément ren(|ucte à

dans

sou

919

c o m m e

attrait

grande pour

la

Crandc-Bi-etagne. •Juand lieu de

la

bien

di'innntrer

reveudiquiadroits 'li'i'

au

ce

l'ài

zone

ct

sur

(|u'il

quant

deux à

le(iuel

ri'clamation

de

qu'être

les

les

el

à

de

la

ne

de

inutiles,

leurs

diplomatie lesquels qu'il

plus

la

lord

el je m e

le

Je

crois

chimériques.

Salisbury a

voulait

ne.

l'Uals.

étaient

faciles

Courcel,

à

.M.

iVlcssicurs,

pas

Je

a d m i s

gêner

notre

m i n i s l r e des alfaires

nos

avnns

ilelà

du

par

de

que

d'hectares ne

rapports

Uni'

de

el

(diine

la

du

(diinc,

qui

avez

MIII'C,

îii j a n v i e i -

l'trangères, Cl à M.

l'tapes,

d a n s ces

en

fut

les

complète |)as,

la

il y

de

Iraili- de

qui

notre trois

sont d ' u n

empire années à

s'étend j u s -

la B i r m a n i e ,

i-ti' y

a

m e r d e Chine,

el au

il

l'Angleterre incontestés

si

ISilIi;

ilssont dus

hahllemenl

préparée

quelques jnurs.

a

l'ait,

p l n s u r a n d

c n m m e

honneur

l'a an

Ils s o n t

d i l M. baron

le de

Berthelol.

nous

les

avons

|n'enant

vnulinns

a p p r o u v a L o n d r e s

le

eoul'nrmi'inent

suivre, nnns

qui

avait

dernier

ct

maîtres

di'passait

dominent

ri'sultals,

vnnlu liiit

C l i a i n h r c

'léelnration

de

France les

|)as d u s s e u l c m c n l

Ilannlaux ces

sni'lc,

qui

et que vous

all'aires

la

désormais

rronlièrc

snnl

l'a rra n r e i n c n t des

divisaient

inillinns

cm p i r e ,

convention

rianntaiix

quelque

qui

22

cet

jusqu'à

résultats

minislre

La

nature à rendre

montagnes qui

S i a m ,

par M. dus à

la

disant

iXnns s o m m e s

territoire

peine,

aussi

de

a v n i r des

t h a l w e g d u M é k o n g a été accc])té

frontière

termes dans

france,

queslinns

»ndo-ehinois,

an

la

pays, ne p e u v e n t , c o m m e l'a d i l .M.

résolues.

vaste

Ces

la

qne

inli'nèlà

ouvertes.

est résolue; le

de

aucun

ses troupes, j ' e s t i m e

n ' a u r a i e n t p a s élé

c o m m e

donné

ctVcl

prétendait

pai'

a

d'autre

n'avait il

occu[)cr

avoir

craintes

qu'il

cependant

l'ait

aux(|uelles eu

lointaines.

l'outcs donc

les

d i r e q u e les

a c i i o n d a n s CCS

régions

les

enquêtes

n'auraient

anglais

avait

de

question

que

de

étrangères,

moi,

gouvernements

moi

nrempi-esse

lions

à

les

neutre

gouvernement

territoire

tous cas la les

'inaui

au

discussions,

la

CCS d i s c u s s i o n s e l c e s e n q u ê t e s

par

i|ii

les dc

incontestables

lêliciterais,

la

nn'ane

déicrinimilion

à

un

garde

obtenus plan de

en

marchant

n e t t e m e n t tracé

nous

laisser

en ([ue

entraîner

atteindre,

déclarations

i m inéil i a l e i i i e n t

du

g o u v c r n c n i c n t ,

suivie

d'effet. Le

cl

la

K) m a i


920

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

IS'.Ki.

M . \'¡icle, c o i n m a i i i l i u i l

irccxail cl

le

le mai

-l'i

Dès

la

chaîne

le

sitm's

IS'.l.'i.

M.

laolicns

l'nienl

paiiagè's

snpi'aicnr.

In

ile'crel

nièi-cs

plac/'cs s o u s

une

-An

el

sous

le

la

n'-siihail

en

du

ilen.v

les

par

le

colonel

L.\

.M. (iin'.inl,

la

l'IvXkitlî\ll( i.\

liaideinnin

d'olilcnir di\ers

de

du

Iraili'

de

IS'.l.'i),

a \ n 11 In ^ es e I

noire minislre a

de la ( a m v c n t i o n

In

.le

mil les

n'unies cn

la

France

des

en

dciaiiers

mémo

une

p i i i it d e s

.\iiiiain,

aU

r,ap|)orls

coilS-

commerciale.

(illl.NI'.

S i m o n o s a k i

le

c o m m a n d a n t

è'Ii'' r e m p l i c s e n c e s d c r -

silualion

K.N

envoyé

.MKIÎIDID.X.VLK

i|lli

mil

inlerviiil

iii'gocini ions

lin a

la

à

gncrrC

I'id< i n e n v i l C

l'urenl

imverles

par

l'i'kin.

l-'.llcs a l i o i i l i r c n l le 2S j u i n c o m plimieiilaires de

un

su p e n c i l is

' r o n r n i e r cl

réidie

l'nl

Les territoires

r i ' ' s i i l c i i l su p i ' a a e n r i{ n i

r/'siilenls

la

Le 28

a u lonomcs,

par

l e s a

les

de

framaaise.

.\niinni,

clinciinc

IS'.)!)

1893,

occidental

ci i c o n s c r i pl i o n s

avril

Haut-Laos,

octobre

\crsanl

(lomiiialion

ilirige'cs

19

i|iic

a mid ioralioii

ilu

dc n o u v e a u . du

sn pi'a-ien r (m

l ' a i i I o r i l i ' ' 11'il l l

SI i i o - p i p o n a i s c ( l ' i n \ I 11

cl

arlidri':

cl an ( ia m I Milice, (ics r o n c l i o n s

anne'cs

IV.

.M(''k(mg

lias-Laos,

pn'a'o:;a 11 ves

lalenl

inlc'aiin

I c r i ' i l o i r c s ([ui c i l dépcndcnl

m i s s i o n 11'o r g a n i s i u ' l ' a i l m i n i s l r . i 1 1 i i n .

je

l'oiik i II

le

lioiilloclie,

cl

iiièancs

l'ra iiça i s ('la i 1

passèiaail

llniil-l.aos

n 111 II'' c l

par

les

1 1 a i I ('• f i a i u a i - s i a m o i s ,

lailic

ai]nainili(|nc

.su | i r i i ( M i r

.Vfiioiig-Si iig cl

pa\illim

L a o s . a\cc la

an

do

s i m i a l i i r e (lu

lerriloires

mai

district

IS'.l.'i à l a s i g n a I i i r e , | e d e n \ e o n san i l i o n s

l'oiiNcnlion

com merce

de

de

didimilnlion

la

i n i-m c

dn

::i(i

11 n t c 11 on I

|iiin

1887

no n s a V O n S

p u b l i é le te.vte p i n s I n i i i l i I i. La

preiniére i'Inil

.\KI. (carte de ipi'il "

k'. la

^

l.e

n d a I i \ c à la d i d i m i ta I i o n . I r . i c i - ,1e

kl

l'ronlière

ilenvieiiie section) du

H

au

k'.n

voici

le le.\le :

le V u n - i n i i i e l

pnint

S

est

r.Vnnai"

inndllii' aius'

suit : l,a

ligne

riainlière

M.in-ilici, |)uis

de

part du

pnint

l i l o i n s de Is'onen,

It,

laissant

.Vlong-t'nng-chani'-ls'ouen,

.Moug-l'nniç-hia-ts'nuen

\ nir page

sc

ilirigc

an

,\laii-iiiei, cl. s u i v a n t la i l i r e c l i i n

\ a i i - n a , s u r le 'l's'i ng-(dioue j - l i o ,

(1)

point

entre

,s:)|.

à

,\laii-iiiei

sl-,niesl à r.\iiiiani

Mon n-l', ha n,

la ( i h i n e .

n

noril-esl jus(|u'!'

el

ius(|u'à les tcr-

.Mong-t'nng-KdiniiiÇ-


921

ANNEXES

AUT. 2. — Le tracé de la cliiiiiiiriiii' scclidii ciili'o l.(iiig-|i(i-|cliai cl la Hivicrc-.\i)irc est i n o d i t i é ainsi (|n"il snil : " A |ia ri il' d e l.iin g p i i - l c l i a i ( c i n i ] n iciiic sccl inn), la r r n n l i è r e c n i n i n n n c du V n i i - n a n cl de r A n n a m rcmnnle le son c n n l l n c n l avec llnn!;'-\ a i - l n i , point

an

ennrs

pninI

,ln

l,nni;-|,n-in>, J n s , | n ' à

m a r q u é A snr la carie. Du

A elle s n i l la d i r e c l i n n gi'ni'ralc nnrd-nnrd-nnesl et la c h a î n e de

partage des cau.v j n s q n ' a n pninl nn le l ' ' i n g - h n prend sa source, « Dc ce point la

rinnlière

sait le cours du P ' i n g - h o , p u i s c e l u i du

M n u - k i d i n j u s i p i ' à son cnnllueiil avec le Ta-]iao-lio, qu'elle suit j u s q u ' à •'*o

n l l n c n l avec le N a n - n a - h n .

«

l.a r r n n l i è r e remonte ensuite le ennrs du

c o n i l u c n t avec le K o u a n g - s s e d i o ,

puis

l'a-pan-ho, j u s q u ' à son

le ennrs du

K o u a n g - s s e - h o , et

suit la c h a î n e de partage des eaux j u s q u ' a u cnnllucnt du N a m - l a - p i et du N a m d a - h o , enlin le.X'am la Im j u s q u ' à snn cmitlnenl aver la l ï i v i è r e N o i r e , puis l e a u i l i e n de la l ! l \ i è r e - N n i r e j u s q u ' a u .N'a m na p nu .Xaiima-ho. » AUT, li. — La rronticre c o m m u n e du Y u n - n a n et de l'.\iinam enlre

la

H i v i è r c - . N o i r e , à son confluent avec le Nam-na]), et le .Mi'knne-, esl Iraci'c ainsi q u ' i l suit : " A p a r l i r du l'onllnent de la R i v i è r e - N o i r e et du N a m - u a j i , la l'rontière s u i t le cours du .N'a in-na p jiisq u ' à sa source, puis il a ns la d i réel inn Sud-ouest et o u e s l , la c h a î n e de p a i l a g c des eaux j n s q i i a n x snnrces dn N a m - K i l ng et dn .Nain-wnu. A p a r l i r des snnrces du partage des eaux enlre le

N a i i i - w m i , la I n n i l i è r e snil

la c h a î n e de

bassin dn Naiii-wiiu et le bassin du .Nain-la,

'aissaril à la (ihine, à l'nuesl, li:

oi,

I-pang, I-wou, les si x nnintannes

à r A n n a m , à I ' e s l , .Mnng-wou et W o u - t e el la cnnl'i'di'raIimi

à 'l'hé, el

des Ilua-paiili-lia-laiii;' line. La l'riiiilièT'C suit la d l r e c l l m i i i n r i l - s i i d , snilCst j u s q n'a 11 x snn rccs il n Na n-mni-lin, pn Is cl le cnn I nn ni e. pa r la cliaine de iiarlane des eaux, dans la d i r c c l i m i nnesl i i n n l - m i c s l , les v a l l é e s du Nan-nnn-lin

c l des ariliieiils d e yaiiebc

dn

Nam la, j u s q u ' a u confluent

du i M i ' l M i n g el dn .Nam-la. an mird-iincsl de ,\1 n nng-pmi n <;'. Le lei'i'iloire de Ml

y-.Mant;' cl de . M n n i i i ; - j i i u i ' i i esl

laissé à

la ( ili 1 ne. (Jn a n I a n x

terrilnircs des l l n i l Smirees sali'cs ( r a - l ' ' a - l c l i a i ) , il demeure a l l r i b n i ' à ' ' A n n a m , ,) .\in.

— Les a g c n i s , coin m issa i res nu a u l n r i l é s , d é s i g n é s par les

deux g n i i v e r n e m e n l s , sermil cbaryi's de p r o c é d e r à

l'aborucmcnt, con-

formi'incnl aux caries dressi'cs el s i g n é e s par la c o m m i s s i o n de d é l i m i ••ation cl an Irace c i - d e s s u s . Aivr. ;,. CI la

CIMIIC,

l.es d i s p n s i l i o n s , concei'iiani la ib'l 1 m lia I i nn

iiIre la l'rance

idiliécs par le présent a c i e , restenl eu pleine v i -

ï^' i i ' n r ' . la

pri'senlc cnuM'iilinn

com pb'inen ta i l ' C , a i n s i que la convention dc

' ' ' • l i m i l a l i m i du l'd juin ISSV, sera ralilicc dès à

présent par Sa M a j e s t é

' ' • i i i p e r c i i r de, (ihine ei, a|n'ès qu'elle aura clè r a t i f i é e par le P r é s i d e n t


922

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

(le la R(;publi(iuc,

IVîchange des

ratifications se

fera à I N ' k i u dans le

plus bref dcîlai p o s s i b l e . Fait à F ( ; k i n , en (juatrc c v c m p l a i r e s ,

le 20 j u i n '181)5

corrcs])ondant

au 28« j o u r de la 5" l u n e de la 21" a n n é e , K o u a n g - s i u . ( L .

S.) Signé :

A.

GÉRAIVO.

(L.

S,)

Signé :

K'IN(J.

(F.

S.)

Signé :

Siu.

L a s e c o n d e , a i n s i eoiu.'ui», é l a i t relative a n e a i n i m c r c e : A n r . I"'-. — II c s l c , . n \ c n i i | i . n i i - n s s n I ' I T la p n l i c c i l e la IViiri I i è r e , I|11C le n n i n e r n c m e i i l IVançais a u r a le ilrnil i l ' c n I r c l en i r n n a g c n l d'nl'dl't' ennsniaire à T n n L ; . | i i n ^ , e n l a e e d e Mniieay, s u r la f r n n l i è r e dn K i n i a i l í í Inllg, In rèyb'inenl devra

n I li-rieii r i b ' l e n n i liera Ics c o n d i l i n i i s dans lesiincllcS

s'exereer, d'aeeiinl enlre les a u t o r i l é s f'raneaises el e b i n n i s e s , la

police ( ' n n i i n i i i i e de la f r n n l i è r e s i nii-a n na m i le. A U T . 2. — l / a r l i c l e i de la

e i i n v e n l i n n a ilil i I inn ne I le, s i g n i ' e à l ' é k i n

le 2(i j u i n bS.ST, e s l i i i n i l i l i i ' e l i ' i n i i | d i ' l i ' a i n s i i p T i l s n i l : 11 esl e n i n e n i i e n l r e les l l a n l e s l'arlies e n n I n i e l a n les q u e la ville de l.nn--leln'nn, an

K n i i a n g - S i , e t eelle i l e M i n i g - l s e , an V n n - i i a n , sniit

n i i M i l e s a i i e n i n i i i e r e e I r a 11 e n - a n n a m i I e . II est e n t e n d u , en n n l r e , q » " le | , n l n l n i i M ' i l a n e n i n I n e r e e , s u r la n n i l e llnviale de L a n - K a l à M n l l « I s e , est n n n | i l n s . M a n - b a n , niais l l n - K ' e n n , et q u e le n n n verneinent aura

Iraiieais ennsnl

île

ent r e i i e i n l ra . \ i M . .!.

le

ilrnil

il'en treten i r à

.Mi m - -1 s e , en

iiièine

llii-K'

i

que

gnu verneinen I

le

nn a g e n t

relevant du eliinnis,)'

n ii a ^ e i i I î l e s d o n a l i e s . II e s l eniivenii q u e la v i l l e d e S s e - i n a n , an Y n i i - n a n , sera a n n a n i l l e . e n i n i n e Lnng-te.ln'iin e l .Minig-ls"

niMerle.Mi eninineree Ir; el q u e le

li'in|is

nn i u e r n e m e n I

I ra n ea i s a 11 l'a b'

d r n i t, e n n i me da ns les a 11 trCS

p n r l s n i n e r l s , i l ' \ e n l r e l e n i r n n l ' i i i i s i i l , e n m ê m e l i ' i n | i s q u e le, g n i l V C l ' n e n i e n l e l i i n n i s y e n I r e i l e n d ra nn a n e i i l îles i l n n a n e s . Les anlnrlti'S Ineales s e m p l n i e r m i I à faelliler l'i u s t a 1 la I inn dn eniisill de Franee i l a n s u n e r i ' s i i l e i i e e liminralde. Les

l ' r a n e a i s e l |irnli''-i's franeais | i n i i i ' i ' n n l s'i-ta Id i r à S s e - i n a n , d a l i S

l e s emiililiniis | . n ' - v n e s p a r les a r l i e l e s 7, 1 0 , 1 1 , 12 el a n t r e s i l n t r a i t a dn 27 j u i n IS.'iX. a i n s i q n e p a r l'a rt iele lî d e la e n n v e n I i n n d n 2 ; i a v r l l ISSO. Les niareliandises l'i destinatimi de ( i b i i i e pnnrrmil li'es p a r

èlre IranspOl"

l e s r i v i è r e s , n n l a i n m e n i le L n - s n e l le . M i - k n i i i ; - , a u s s i bien <|l'e

p a r l e s m i l l e s d e l e r n ' , e l iinlaniment p a r la r n n t e m a n d a r i n a le q " ' e m i d n i l s n i l de . M n n n - l e , s o i t d ' I - p a n g ;'i S s e - i n a n el

l ' ' i m - e n l , les d n d l ' *

d n n l e e s niareliandises seraient passi Ides deva n 1 èl re a e q n i 11 l'S à .\in.

i. - L'arliele 0 de. la eniivenlion einniiiereia le dn 2:, avril

est m n d ilil' a i n s i q u ' i l s u i t : ..i.


ANNEXES 1"

Les

923

m a r c h a n d i s e s chinoises, transitant de l'une à

villes ouvertes a u c o m m e r c e s u r l a frontière, Sse-mao et Ho-K'eou, en

passant

cial,

constatant

''xcmptée

du

Les lilés

le

p a y e m e n t de

Lorsque

le

droit

droit

ce droit

et destiné

le

c e r t i f i c a t spéa c c o m p a g n e r la

à

d'importation.

c h i n o i s e s ([ui

transportées

duviau.x, ouverts au lière,

du

marcliandises et

l e u r sera délivré un

Mong-tse,

la sortie,

à

celle-ci scra parvenue dans l'autre ville, elle sera

payement

ci-dessus

Long-tchéou,

par l'Annam, payeront,

droit réduit des (juatre dixièmes. Il

'tiarcliandise.

l'autre des quatre

seront

dans

commerce,

les

acquitteront,

d'expoi'tation

exportées

ports

réduit des

à

des

quatre loca-

chinois, leur

(]ualrc

maritimes

sortie

par

dixièmes.

Il

la

ou

l'ron-

leur sera

délivré un c e r t i l i i M l s|)i'cial, i-ouslal.iul le |i:iycuMMil de ce d r o i t et destiné " a c c o m p a g n e r la des

ports

l u a r c h a u i l i s i ' . I,(usi|u(' c-idli'-ci

maritimes

im

tluviaux,

ouvcris

au

parvenue

sera

commerce,

dans

elle

un

aura

à

ac(pii(ti>r le d e m i - d r o i t de r é i m p o r t a t i o n , c o n f o r m é m e n t à la règle g é n é ''ajc "u

pour

toutes

fluviaux la;s

3" aois,

ma l'idiaudises semblables

les

ouvcris

marchamiises

chinoises,

payemcnl

le

hiirscpic

les

ports m a r i t i m e s

s e r o n t transportées

des

ports c h i -

commerce par la voie dc

l'An-

( p i a l r c localités désignées c i - d e s s u s , a c q u i t t e r o n t , à la

les

s o r l i c , l e i h d i l (MiliiM'. I I taiil

qui

maiiiiuuis ou fluviaux, ouverts au

n a m , \(a-s

dans

<'nmiiicrce.

au

<a'lle-ci

ili'

s c r a délivré un certificat spécial, c o i i s l a -

liMir

ce d ro i I et d c s t i né parvenue

siaa

l'une

à

à a c c o m p a g n e r la des

douanes

de

marchaudisc.

la

frontière,

elle

ac(piitieia,;i r(ailri'e,un d e m i - d r o i t d e réimportation, basé s u r l a réduction

(pialrc

de

•i"

l.es

dixièmes.

mar(diaudises

(diiM(Mses

sus-mentionnées,

et

qu'accompagnera

l e c(M'l i l i c a I s p c ' c i a l prc'v n p l u s h a u t , s c i ' i u i t , a v a n t l e p a s s a g e e n d n n a n i ; a

l ' e x p o i ' t a t i n n , nn

S'Hiiuiscs

api'ès

le

règhaninils

aux

passade rc'gissani

ini

dinniiie

les

uni relia m l ises

à

l a l'i-i m p o i i a t i i n i , natives

chi-

noises. Aivr. 'nincs

'i. dans

II

les

est

laitemlii

prnvinces

(pie

(Ihine,

la

Vnn-nan,

du

|iniir

l'explnilation

Kouang-Si

dn

et

du

de

ses

Kouang-

' " i i i ; - . p n u r r a s ' a ( l r c s s ( n ' à d e s i n d i i s l i m d s e l 1 n L;('n i e n r s f r a n ç a i s , l ' c x p l o i l''ti(ni ( h M u i n i r a n t , d ' a i l l e u r s , ^rrncnieut Il ''n

est

eoiuaain

.Annam

délinir, Aici.

être

en

ce(|ui

soumise

prnhnigi'cs L'aiilcdc sigm'c

:i

a u x règles édictées p a r le g o u -

concerne l'industrie

ipieles voies

pourrnnl,

t;,

la C h i n e , 'in'il

iinpialal

ferrées

soit

après entente c o m m u n e et snr

le

2 de

nationale.

dcj;\ e x i s t a n t e s ,

s o i t projetées

dans des

conditions

à

territoire chinois.

la

l^dic-fou,

(ainvcnlion le

tidégraphiquc

entre la F r a n c e

d i ' c e m h r c 1888, est complétée a i n s i

f'

suit :

!>• — ^S(;-inan

Un r a c c o r d e m e n t s e r a établi e n t r e etl'Aunani

Miinug-ha-hin

pardiaix

statiniis,

i .\l n n n ^ - i i n a y - n i a i a ) ,

hai'-chau et di; Luaiig-I'raliaiig,

la préfecture s e c o n d a i r e

qui seront Sse-mao,

|dacé

cn

A n n a m

à

de

en Chine, et

mi-chemin

de


924

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

Les

la ri l's s c r u n i li x i ' S ciirr l'i i i ' i i l c i M C M I, à l ' a rl i c le (i i l i ' la c u r i v e n I ¡riri l i ' l i ' -

í;a-a|ilii.|rie d e T c h e - r c r r . A r c i . 7. i l a r r s la

-- II e s l c i i i i x c n i r i| rr e l e s s i l |iii la I i nrrs c o i

lie c i i i i c e s s i i i r r s enlre

c e c i a les c i i i r l e i l i i c s

| i r i - s e r i l e ci m ve ri I i iirr i ' l a i i l i l ' i i r r e i i a l i i e e S | H ' - c i a l e el l e s r'i'srr 1 t a i s rrr ii I n e l l e s

I .n i i - - t e lie. ,n .

tages q n i

crr

il.''ler-irr i rri'es |iar- l e s

Iln-I<'eiin,

ra'srrltcnl

,\|nrii;-lsc,

nc |iinrrrinil

II''Í;I''S l i e s i l e n \ I la r i t e s l ' . i rl i c s

i i i ' c e s s i li's iles

Sse-nraiicl

èlrc

iir\i.i|rii''s

e, ni I ra c I a ii l e s

par

ipie

radalinris

I'.\ii n a i n . l e s a v a n -

sur

les s n ' | e l s e l

pro-

pi i i ir I s a i I i s i

les

i p i c par' l e s \ n i e s 11 rr v i a l e s el l e r r e s i r e s . ic¡ , 11''I e r ni i ii i's , ,1 e la frinr I ièr'C. ,\rir-.

S.

— l.es p r ' i ' s e n l c s s l i p i i l a l i n i i s s i n ' i i i i l

elles l ' I a i c i i l i n s i ' i i ' e s ilairs

si

nelle ,ln l ' i ; j u i n .\ui . entre en

la

\ i L ; i r e n r - c o n i inC

la e n i n e n l i i n r aililitinrl-

l,S,S7.

l i a i n e cl

la ( i l r i r i e . m i i i

rrrnil i l i i ' c s p a i ' I e pr-i-scrri I r a i l i ' ,

restent

\iorri'rrr'.

pri'senle

I,a

p a r SII

m i s e s en

m i n i l e ile

l.es i l i s p n s i l i n r i s iles a n c i e n s I r a i l i ' s , a r e n r a l s c l e n i r v c n l l n i i s

'.I

pleine

le Icxlc

enrr ve rr I i n n

.Majesli'

le l ' r - i ' s i i le ii I

c u m p l i - r i i i ' i i I a i re

l'e m p c r ' c i r r ile C l i i r r c e l

ile

la

lièprrliliipic

sera

r'atilii'C.

ilès à

pi'i'scnt,

a p r è s i p i ' c l l e a u r a i l i ' r a l l l l è c pal-

l'raiii;aise, ri'diaii'^c

i l e s r'a I i li ea I i n n s SO

l'era ;'i l ' i ' k i i i i l a i i s l e p l u s l i r e f i l è l a i p i i s s i l i l e . l ' a i l .1

l'i'kin,

en i p i a l r e e x e m p l a i r e s , le ütijiiiii

2<H«iiinr' l i e la ci i i i | ii ièrrre I n r r c i l c la s i l i c i el ( L.

S . ) siijiir

:

(L,

S.)

:

(I,. .M. tii'i'ai'il avail en t e c l i i r a l lie la nil acte

nietliint

iniiiM'nn

\ .

S.) sii/zii' :

(ièri v n n ,

K'lxn, Sir:.

iiièinc t c i n p s i i i ' g i i c i i ' , c i i n i ' o r i n i ' i n e i i l a n pl'O-

ile

la c m i v c n | mn

l'(''kin,

h

rncqilisition à

niiiisoiis

si,/iir

l''rniici' s n r Ics i n i s s i n n s ca I lini i i| ii es, la v a l i i l n l i o i l pi'l'

n o i r e ininislre

(le

IS!).',, e i . r r e s p n m l a n t all

ir rr lèni e a ii m ' c i l e Ixiirra r r g - S i n -

dans

aiiiiiil(''(' e n fail

.M.

ciniclnc

I i e r i l i e i i i \, el

le

titre collcclir par les

rinli'riciir

ilii

pays,

20 li'vircr

iiiissions ile t e r r a i n s

(ielle

p a r L U I rè^; I c r n e i r l c h i n o i s d e

I Sii.") e i l t r "

Ic ' r s o n g - l y - V a nie n, pol'-

convcnlion

ct

nvail d i '

ISti.'i a r i x lelilíes d l i q i i c '

l o l l I ( i l i i I m i s ( l e v a i I , a v a i l i d e \ e n d r c a l i e n l i e p r ( i p r i (''U'' a i i x i n i s s i o l l ' iniiics, d c i n a i n l c r aiix

aniorili's locales

line a n I or i s a I i on p r i ' a l a l l l C '

(|ni è l n i i , r i i r i l i n a i i e r c l n s i ' i ' . . M . ( i i ' r a r d i i l i l i n i l'envoi

Ac

aux

\ i c c - r o i s de

Tüuiiij

li-y<niifii,

iiii.r

rirrmis {Lrlirr

Dè'pà, a,

pendant

relaliveiiieni

dii •I'soiie-li-VanlC''

l a c i i-cir l a i r e s n i x a i i l e :

rl

,/„i,rrr,irin-s

,/r

loiiirs

Irs

/iriiriiif'-'''

„f/irirllr).

l a ! ) " l r r r r i ' ile l a i i n i ' c . l e r n l è r e i i i e l n l i i ' c l W ) i ; , n u t r e Y a m C " à

la

ipii'slimi

des

ael,als

,le

Icrrains

laits

par' los m i s '


ANNEXES siolis

iidigicusos

viiircs,

ainsi

liendani '-ve.

la

i|ue

S.

I">xc.

M. une

autorités

la

notre

Gérard,

de

ministre

et

dans

texte

tqùtes

[)ar l e m i n i s t r e d e F r a n c e , S .

de

France,

vient

maintenant

provinces,

la

telles

.Mainhdiourie,

il

([ue

le

déclarent

y a

leurs

terrains

à

apostille du gouverneur du Kiang-si,

lai

de

en

cnpie

et

Tan,

l,iM-t(dnain et à

notre

«

A

les

Ilou-kouang,

le

n'av(nr

et

des

«

nnm)

en

a

continue d'obli-

donnerpréalablemcnt

été

sionnaireou de l'acte,

"

p o u r tous les

au

p r o c l a m a t i o n des autorités

ct une

le

proclamation

circulaires

missionnaires l'intérieur dans

dans

p o u r faire

localité. Il

actes

la de

français

du

pays,

la rédaction

reçu

vont

le

mission

d'y inscrire

et

au

leur autorisation.

l a b l e ,'i

cette

même

lai

lie

tous les

prennent,

des ou

s'en

e u s s i i n i s . ( ieei

iietnbre,

tenir à

esl

fixée

taux.

nièiiie la

''llsiiil,.

as'ee

passé' e n

l'i'iid.'iiil pl.'iee la

que

ee

la

son pro-

mission

les n o m s du mis-

par la

loi

Le vendeur

façon,

nous

le

eu

ni

àdemauder

application.

devoir

gouverneurs

agissent

chinoise

n'aura

règlement c o n c l u

recevoirson

croyons

vice-rois el

qui

a

aiilnrités

année

IS95,

I i In'ra I i n n

sa

cette

— p o u r r a

enn n a i s s a ni-e,

tel,

que sa

adresser

des

la

provinces

ennsi-ipienee et pres-

été d i l

pri'ei'alein m en t

locales,

ce q u i

sur

l ' a v i s |)réa-

prnviiq liera i I

des d i s -

I r e s i n i pn rt a n t.

eliarbcmnages

^allnt,

De

terrains

I n e a l e s d e s ' y e n n l'c n a n e r n n 1 l ' n r i n i ' a i n n i I , s a n s q u ' i l

i l i n i l i e r a II xd i l e s

D a n s eetle

»

communication,

a u x . a n t n r i li''S

yaitlicai

d'ex-

c a t h o l i q u e , après la c o n c l u s i o n

taxe d'enregistrement vente,

acheter

v e n d e u r (tel

de l'acte de vente,

inutile

n a t i o n s — est-il ajouté,

lettre officielle à

pour qu'ils erivenl

envoyés

toutes les p r o v i n c e s ,

partie des b i e n s collectifs de

sera

des chrétiens. La

préalable

présente

du Tao-

K o u a n g - t o n g , o n t été

a v i s e r les autorités locales dc s o n i n t e n t i o n de v e n d r e ni

•\yaiit

•'es

la

ac(iuittera

'-'lire, les d e u x

' '

des dans

vendue

«

à

dans

avis

ordres donnés

m i n i s t r e de France), en n o u s priant

instructions

spécifier,

"

"

si

catholiiiue de

'<

une

Sse-tch'ouan,

e x a m e n (j)arle

maisons

devra

priété

«

pas encore

:

l'avenir,

"

«

([ue

de

l\ia iig-tidieou,

Pédicr d e n o u v e a u des portant

nous

que

a u s s i d'autres p r o v i n c e s oii on

vendant

Sse

de

nous dit

auxautorités locales en d e m a n d a n t l e u r s i n s t r u c t i o n s . D e s par

pro-

l a l'açini d o n t l e r è g l e m e n t p r i m i t i f d e M . l i a r t h e m y

d o i t être appliquéel(|u'il

provirn-iales,

les

rlu règlement c o n c l u ,

officielle d a n s laquelle

certaines

Mongolie

personnes

adicss,'

Y a m e n .

communication

reçu d ' o r d r e s q u a n t à

ger les

925

pays,

d e T ' o n g - t c h é (180r3)

avec

locales

Tchc-li,

l'intérieur d u

le c o n s t a t e n t les a r c h i v e s , le

i'' année

liertInany,

adresser

dans

de

Ixi

de

.M.

M.

Imn,

qui

sa

lille,

f e m m e et

(iéraril

Lyaiidel,

put

encore

obtenir,

employé

(Ic

la

a v a i l élé enlevé le

25

avril,

par

le

C o m p a g n i e à

Port-

des jiiratcs c h i n o i s q u i avaient

( ihine. des

e i i m m i s s i i m s

i l i ' l i m i t a I ii m,

inixles

IVanen-eliimiises

le g n i i v e r n e i i i e n l

fraiieals à

la

éliuliaieiit

l i n de

18',l5


926

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

négociait

avec

claralion du

Mékong et

Aicr. lèges

du

S i a m ,

— Les deux

1. ct

l'Angleterre

avantages

à

F'

:iv:iulagcs dans

CCS

nature

deux

Y u n n a n

l'article

dc

dc

du

seront,

et

la

dé-

afi'aircs

(|ue t o u s l e s

concédés

dans

Sctchonen, soit à la

privi-

les

deux

F r a n c e , soil

leurs conventions respectives avec la

20

provinces

C h i n e

relative a u x

s u i v a n i :

autres,

et du

vertu et

ou

j u i n

([uelcon(]uc (pii

mêmes

Grande-Bretagne,

allaires

gouvcrncmenis conviennent

m a r s 1894

dc

des

15 janvier 18'J6,

contenait

la G r a n d e - B r e t a g n e , en du

sujet

du

commerciaux

provinces chinoises du

Ghioe,

au

franco-anglaise

189.'),

et

tous

les

privilèges et

| i n u r r n n t être éoncédés p a r la

chinoises,

a u t a n t <|u'il

soit à

dépend

la F r a n c e ,

d'eux,

étendus

suite

soit à la ct rendus

c o m m u n s a u x d e u x p u i s s a n c e s , à l e u r s n a t i o n a u x et ressortissants, et il'* s'engagent

à

auprès

gouvernement

du

P a r

cette

ciper

user,

F r a n c e

réservait

d a n s le

ticiper

cet

elfet,

a u x

de

leur

l'Angleterre

avantages

Y u n n a n

l'Angleterre à

intluence

t"est

aussi de

et

le

ceux

à

la

lin

c o m m e r c e

lion c o m m e r c i a l e de

est

que

donc

son

Se-tchoucn

«pie

Ini

tenue

trailé et

la

de

offices

l'aire

de 1894

(art.

F r a n c e

de

réservait s o n

c o m m e r c e

de

en

de de

l'annc'-i'

l.s'.i.'i

L y o n

la

C h i n e

»,

Marseille,

«

traité

q u i

ipn-

reçut

B o r d e a u x ,

B r e n i c r

et

les

opéralions

dnrèreni

C o t t e m i s s i o n , d o n t l ' e n v o i l'nl par

la C h a m b r e anglaise;

a l l e m a n d e s de

se

général

dc

(]refeld,

de

parti18)

faire 1895

le

l u ' par-

dans

r e n d r e franeais,

|>rovinccs

dc

pénétration vima-s

et

du

Conformément étudia le

»

les

liniiirophes

Sc-Tclionen, ce

de

le

devait

qu'elle

et

mois

ct

le

la

avait

189'-

au

m i s s i o n , p u i s

delà les

et

relations

|Kjint

objet

l'inlér'^t

c o m meiciales

outre

(oinplc

p o u r

dans

celles

d'échange

rendre

Laos,

cl

de

étudier,

élénients

se

Roanne-

de n o v e m b r e

etc.,

icpo's 'l'onkin

d o n c

el

missions senddahles

de

leiirdéveloppeineni

n o i . i m m e n i

et

R o u b a i x

e t les ( d i a m lires d e c o m m e r c e

offre p o u r les

p r o g r a m m e ,

T o n k i n , r A n n a m

c o n c o u r s des C h a m b r e s

Brème,

r e s s o u r c e s ('i-

E l l e

faidiités

à

vue

avoisinaiil

l'Indo-Cliine,

chinoises

m i m i q u c

des

chinoises

S e - T c h o n e n .

p r o p r e s

e o n i p l e . c n

p a r l a

d'explora-

consul R o c h e r ct M. Ilcnr'

jiisipi'au

de B l a c k I m i n

c<nisiituée

lyonnaise

L i l l e ,

s u i \ i dccc l u i

G l a d b a c h ,

lui

m i s s i o n

l.cs d i i c c l e n r s c n f u r c n t s u c c e s s i v c m e n t l c

de

leurs bons

Y u n n a n .

C h a m b r e

"

et dc

chinois.

déclaration,

la

le

à

dc de

ressourcc-s

les

voies

avec les

éco-

séricicolc-

p a r g r o u p e s

pénétra a u

d"

p''"'

la valeur vue

ile^

province

sépares,

Y u n n a n

et a"


ANNEXES

927

Kouang--Si ; p u i s , f a i s a n t d c T c h o u n g - K i n g - son centre d'études, elle 'it un examen a p p r o f o n d i du

Se-Tchouen

et enfin étudia le c o m -

uicrce général de la C h i n e , la g r a n d e voie du Yang-Tsé-Kiang, les centres de Shanghaï, T i e n - T s i n , Pékin, C a n t o n mission

rédigea un

et H o n g - K o n g .

La

r a p p o r t considérable p l e i n d'observations s u r

hl v a l e u r économique des

régions p a r c o u r u e s , s u r la concurrence

de l ' A n g l e t e r r e ct s n r le .système de voies ferrées nécessaire p o u r assurer le

développement

des p r o v i n c e s méridionales de la C h i n e .

Au p o i n t dc vue d i p l o m a t i q u e l'année 1896 fut signalée p a r p l u sieurs conventions secondaires. Le 7 m a i 1896, le T s o n g - l y - Y a m e n ailhéra à un règlement de police m i x t e d e l a frontièresino-annamite portant que si des

pirates

poursuivis sur

le

territoire

français

passent en t e r r i t o i r e c h i n o i s , les postes français avertiront les postes c h i n o i s q u i devront c o n t i n u e r l a p o u r s u i t e , c t réciproquement. A u m o i s de

j u i n 1896, M. Gérard annonçait la s i g n a t u r e du contrat

entre la C o m p a g n i e de

F i v e s - L i l l e et le

g o u v e r n e m e n t impérial

r e l a t i f au c h e m i n de fer de Long-Tchéou et il écrivait à ce propos au m i n i s t r e des afl'iiires étrangères :

M.

Ci'rard, à

M.

minislre

de

Hanotaux,

la

liépuhlique

minislre

des

française affaires

l'okin,

\'otre

à

Pélàn,

étrangères. le 9 j u i n

1890.

au moment même où vient d'être s i g i K ' , e n l r e l a ( I n n i i i . i g n i c i l c t ' i v c s - L i l l c ct le gouvernement impérial, l e c n n l i ' a l r e l . i 1 i 1 ' , i n ( I n a r i i n d e l'er de Long-lchéou, dc résumer i c i , d ' u n e | i a r l , l ' I i i s l n r i ( | n c d c ( e l l e longue négociation ct, de l'autre, les réilcvinns, non s i a i l i a i n a i l r i ' l r n . s p i a M i v e s , m a i s d ' a v e n i r , (|ne je crois l'i.veellenec

r m ' |>i'niiel 1 l'.i,

d e v n i e |n-('S(Miha' à c e s n j c I .

!) j u i n question des chemins de fer " ' U ( i h i n e , .-( s a i s i r ( j ( a a ( s i n n d e s in'gociations engagées îi Pékin d u m o i s d ' a n n i I S ! ( i a n n n i l s d e j n i n ' l S ! ) , " j , pour lier c e l l e question des chem i n s d e 1 e r à l a ( p i e s l i ( i n i n ê n n ' d e sa pénétration en (Cliine par les voies d u ' l ' n n k i n , d c l ' . V n i n i i n e l d u l . a n s . ( i ' e s l dans ce d e s s e i n ( j u ' a été I . c n d i n a n a n M i n a i l d c l.'i r x ' p n I d i ( p i e ( p i i , d e s l e I r a i l é d e p a i . v d u

LSK'i, s'('i.iil, p n r a \ a n c e ,

pi(''n(a up('' d c l a

i i i s ( ' a ( ' ' e a n ( h n i x i è r n c p a e a i ; r a p h e d e l ' a r l l c d c ."> d e l a e o n v e n l i o n complé' m a i l a i r e d n l ' d j u i n I.S'.I,',

l a d i s p ( i s i l l ( n i s n i \ a n t c : « 11 c s l c n i n a a i u (|ue

l e s v n i e s l ' i n a a ' c s , s n i l (h'-jà c \ i s l a n I e s , s n l 1 projetées en . V u n a m , p n i i r ronl,

après

(ainnilc

(annninnc,

cl

P r n l n n u a ' c s s n r le l e i i i h i i r e , l i l n n i s . ^'nlre

IvxiadUana',

(h'sliaaise

dans

d e s eondiIions à délin 1 r ,

être

••

d'nlinaiir

sans

relard

dn

gniiveriiement


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

928 I ' l l ¡ m i l s LI

inlsi> en v i | ; i ; u o i i r i l e c i ' I l e il ¡ s p o s i I i o n , m ' i i il r r s s . ' i 11, Ir I i j ii 11 l i ' l

ilrs

I.S'.I^),

i lisi r i i c l i o n s

I'.ir

l.'li-^riiimiii'

Mil

pour

LiMii^-lcln'ipii,

j i i s i | n ,'i

(lliiiir

rn

hi

iii'i^orirr

rl IMI ilii

iliilr

p r n l n i i !;:i I i m i

iioiil,

17

\iilrr

i''\riitiii'llc

>''>

ile Icr d c L a i l g - S O i l -

IICIM,IIII IIII-MIIII

Ivvci'lIciicc

q i i r hi C i i i i i p i i L i i M r i l r h'i v e s - 1 ,i I Ir 11 r ii i ;i ii i hi 11, s o u s 1rs

m'avisait

: i i i s p i c r s clu g O U -

M T i i r i i i r i i l i l r hi

U i ' p i i I I I i i | i i r , h a ii 11 i i l s.i 11 n i i d r r i H i s I n i i i r Ir r l i r i u i l l

I r r i l r I ) i i n i ; - ( h i ii

à I , i u i - - I r l i i ' . i n r l i | u r Ir . h . s s i r r v r r l,-i I ¡ I ' i i i ' i ' l ;i 11 r i i v o y c .

I ' l i r Nil

l i - i i i s l r i i i r 11'li'^ra in i i i r r i i

pi'rsrrl\;iil rl

ilr

hi

i l r l'iilrr : i i i | i i r s

p n ' - s r i i l r i - ;iii

CninpiiMiiir

:Ì j i i i l l r l ,

i l i i l r i l i i ÜO i i u n l , \ i i l i r l l M ' r l i r i i r o l l i C

'rsiiiii;' l v - Y : i M i r i ]

M , M I \ r l l i r ii I r ll I

,lr

I'ivrs-I.lllr,

niiiilllii'-

|iai'\rMii

m'i-lail Mrs

rl

ilii

Ir

rli¡|]ii¡s

iliiiil

rii

i|iirl(|iirs

IDilii

iiirinr

lie

hi

1rs p r r m i r i r s d i ' i i i i i r c l l C S

(Irilllinilr

Irxir

Ir

p:irllrs

i l r r i i l i r r s s i o n (Ic

rxpi'ilii'

par

ilr

I':i , ¡ s l i e s

li'h'L; ra m iiir

Ir

ilu

Ic

liO a o M i ,

Minis.

iii''¡;oc¡alioiis a v e c Ic T s o n g - l y - V a iiirii, pri'pa ri'rs

hi

M T S

liii d ' a o i i l

d a l i s , I I I I - l i | n o s o n l r e t i c n s o r a u x , o n I I ' i ' r l I r n i r i i I r i u i i i i i n i r i ' Ir 1) s r p l r i i i l n ' C p a r la

INll.i

rriiiisr ipir jc

dr

la r a i l r

qui

v

Irailrr rl

ilr

iiiir

i-lail

pn'sriiir'r

riinrrssiiiii dii

Ivpr,

prrils

srs

risqiirs

ri'l r i i r i ' - d r r

la

rnnrrssinn

|iai- r l l r . i l l à

piiur

à

liinkimiisr

ct

( i n n i p a i^n i r , I ' n la

lailindlr

arll-

iiii/,r

( ininpa^-ilic

l i i ^ n r , l a r i i n s i lai i s.i i I r l l ' r x p l ü i diirrr

a n I ri'

iiiilrllnir,

( i n n i p a ;.;ii i r

hiriillé il"

avrr

r i i n s l i tUCC

Ira m a i s r

a l i n n I i s s a ii I

la

;'i

piirlr ilr

(diiiir.

n i i ' n i r m i j r p i I ' s r i i l a i s a n T s i i n i.;-l y - Y a m e n e e l l e ( l e m a n i i "

iniimrnl

a lis, d i i r , la < d i i i i r ,

Irrri'i' d r T i r n - l s i i i

q u ' a v e c cet es¡)rit l'ail

iinr

unr

;i

par

(|iir

I \ - V a i i i r ii

K i v e s - l . i l l r Ini, r.imiiir il idail

à

piissi'da i I

iir

lui la

à

j i i s q n ' a l i i r s (]UC I "

lia Ï - I M i n a n ,

( dia n

dr

ilrsidirmins

d ' i n q ii lid m l r

'l'siin

Ir

qui rl

'la-kiin

n i l l l e m e i l l e x a i n i i H ' hi q nrsi inn

cucii

|ii'inCCS

I'a d n I i i l i s I r a l i . i i l q u i s r r a i l r l i a r - r r d r I ' l - x p h i i l a l i n n d e 1 »

ripiirrssiiin

li^nr

rl

la

|iar

alisiilii, par

p r u p r i i ' l a i rr ilr la

dr

ilrs

hi v r s - L i lie

sii;;,rr.

ruiirrssiiiii

lait

All

dr

dr la ( iiiiiipai;iiir, M. A i i h i i i i r ( i r i l l c ,

c o n c r s s i n i i l i a i i r I'^lail

lin'iir

iiiaiiis

i-lail j n i n l r .

pniir

ilrniaiiilr

à

1rs

I ' i ' k i i i , iiiiiiii d ' n n r pn ir lira I ii in rn r r i ; l r rl d r s | i l r i n s piiiivon'S

n r r r s s a i rrs

cIcK.

riiirr

d i - i i i a i i d r ilr (•..iiirrssii.ii

la

l . r L'I) s r p l r i i i í i i ' r , I r r r p r i ' s r i i l a i l l arrivali à

I.a

iiiriiir

Ms r r j i i i i r

rl d r s iiiiiiislrrs idiiiiiiis dr

Irr r l

inspiir drmamir

Imilidr

n'avail

iir

encore

rnnsidi'l'in' I.''"''

miinraiili-.

la

hirili' di' Ir pri'Viiir, un

hi

( j i i i i p a r n ie i l ' ' p,di,imiis

rrfns

e a t é i ; i i r i q i i r . l ' a i - i i n r si'rlr di' d i - p r r l i r s , rn d a i r ilrs I "J sr pi r ni lire, l ' ' ' ' i'' Il

Ir

iiiidlirr,

pn'pari'r

dr

à

• I s i n i v - > a i i i r ii

ha r i i n s l i l i i l i i i i i d ' i i i i riiiislriiiiiiiii l'inli'iarur

drs

vidir d é p r r i i r .

IV.iiilirrr a v a n i

idalilirsrl qu'il

iiiH' il^ilr Ir

jilns

'Is, m - - I v - V ; L'O

riqinndil

ipraiirnn

qiir pian

la

Cliinr

n'a\ail

i T , l.i i l

.Ir

|i:i^

aiiih'

r i ' s r a i i r li i n u i s , q n ' i I i d a i I. i m p n s s i lil r i T r ii v i sa u n' '•'

l i ^ n r s dr

iir I n s s m l

.in-^Ti'i'

inr

min \ ra ii li'S ;

hdirs

juin

convculioii

lin

chinois des

rlirmins dr

pnqiirr. -n

IX'.l.'i a \ a i l Irr di-

q i i r 1rs

n'y a v a i l

iiir

Lr

1,' il

p i a u r i p a 1rs i l i -

dillV-rrr

q i i r . si

avail

m'i;""

iiiir

l ' a r l i r l r .'i d r

p i , 11, i i i - i i i r i i I n'rii

liiiilr

par

nnvrnilii-r.

.1,'adarail

piiMi

IWiinani,

|ii

li^iirs

qu'à

IÌM'

sur ni

Ir i r i I 1rs c

" h' '''' '''


ANNEXES lions, par

ni

la

la

dalc, ol

d a n s p l u s i e u r s d e ses a r t i c l e s , dr

Souvciaiiicli' par

l-a

,|"s(|u'au 'l'c

(|iie

31

à

cette

nous

le

ligne

principe du

se

velle

position

du

d'en

Kouang-Si,

la

obtenue

le

de

concours

nement telle

de

la

de la

e t s'offre à au

par

le

de

y

prêter,

être

faites

les

sauf

1895 et

du 20 j u i n

du

20

lui-même

période,

|)rineipe du juin

la

Dans

189.5 l e

ligne

qui,

celte

nou-

se

proposait, après

du

gouverneur du de

l'em-

construction et l'exploitation

avec

que

les

et

lenteurs

nous

l'approbation

recommanderait

arrière-pensées

les

le

gouver-

incertitudes

qu'il

était

d'une

permis

d'y

ê t r e d é c l i n é e , e t (|u'il c o n v e -

prémunir contre

éluder la portée de

p o u r réduire

seconde

le refus systématique

délégués

fi'anç.aise q u e

à

prolongée

Tsong-ly-Yameii

celte

l'Annani.

l u i - m ê m e , dès

les

pour

le

par

IH'M

s'est

substituer au

de

droits de

négociations,

novembre

K'ing,

gouvernement chinois

Malgré

malgré

aux

20 mars, autorisant la

Dans

construire

réseau

décret, la

République.

nous

pourraient

présentée

1"'novembre 1895. 2

convention

future ligne par

Compagnie

ct

propose

je p e n s a i (|u'elle ne d e v a i t p a s

pressentir,

tion

la

procédure,

nait de

o|)posé,

entreprendre

pereur serait

prince

impérial du

l'arlicle

problème,

le

lieu de persister dans

raccordera

reconnaître

le

Long-tcbéou.

au

raccordement

par Long-lchéou,

a v o i r fait

par

ouverte

jusqu'au j o u r où

décret

de

d'abord

avait

date avec

c'est-à-dire

IS'JG,

la

p r o l o n g e m e n t établi

les

tentatives

l'arlicle ,5

au strict m i n i m u m

do

la

qui

conven-

le concours

de

Com|)agnie. N'ei's

<le

négociations,

gouvernement chinois,

<lu'il

la

des

ofHcielIcment de

attentatoire

l'ut l a p r e m i è r e période d e s

ïsong-ly-Yamen, en date du

du

j'eus

mars

notifia

le

Chine. Telle

période

construction .

la

di'prche

la

srciiiidr

l'entretien

929

la d e m a n d e de concession

l ' i v e s - L i l I c n e s a u r a i t , e n a u c u n cas, être a c c u e i l l i e

Cnmiia^iiie de

c o m i i i r l'i.iril,

close

d'ailleurs,

ciiic,

la lin de décembre, je

coiilrat

dans

letiuel,

"liroduite

par

Diande

concession de

^e la

de

(!hine el

Projel,

en

disant

Préscnlalion Seulriniiil

il

la

\

la

la

Fives-Lillc,

était

second

projet

absolue d'abord une

substituée

de-

l'exploitation au compte

r é g i e . L e 2() ( b ' c e m b r e , l e | ) r i n c e K ' i n i f r i ' a r t a c e s e c o n d l'allail

alirrnirr

r a p p o r i an

aiirail

lii;iir

de

un

K ' i n g

concession

c o n s l r u c l i o n et de

la

riiiriil

Irinir

r

la

innaissanrr dr la ligne,

l ' a p o s l i l l r ini|>i''iiale, e l

(d

d r i l i d r r i n i n r r'li's l ' o n d i l i o n s

lien

l e g(M) \ r n i r n i r M I i h i p i ' l i a i r l s a n c e dr

prince

d e m a n d e de

Compagnie

i|n'il

d'un

au

présentai

à

l a (•iiMi|)agnir.

la

qu'alors

d'entente entre

I.rs t r a v a u x

de reconnais-

aidirvésdès l a H n d e d é c e m b r e p a r 1rs ilrlrgni'S S i , m a i s l e r a p p o r t e t l e s eai'lrs d r s d r d i ' r u i ' S

d u g i i i i v r r n r n r d r Kniian;;-

" a r i ' i v r r r n l .'i l ' i d s i i i q u ' a n r i u n n i r i i i ' r n i r ii I d r m a r s , Ir r a p p i ii'l a n I r i u i e l e fui

prr'sriili''

qiir

Ir

l'diiiais,

y a n l l a e o n s l r n r l i m i d r la

rl,

liirii

(|ur

Ir

ili'^i'rrl

l i r i i r d r I .n i i i ; - l r lii'ain r ù l l ' i é

Impidial

appriiii-

n u i d u ci; n i r n i e

J O u r , n o t i f i c a t i o n i d l i r i i d l r n r in'rii a i d i ' failr q n r I r I M m a r s . L a s e c o n d e période des négnriaIions p:irl q u i s r r a i l '''••M'Ii'iliiliiiii d r l a

l'aile à

idail

i losr.

la

r i un p a

l i y n r rl à

L o s C o l o n i e s , v o l . I.

Il

irsiail m a i n i r i i a n t à déterminer ii i r

dans

la

roiistruclion el dans

m - o r i r r Ir l a u i l i a l . îJD


930

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

La ;Î1

période

Iidislrriic et

mars

vient

(|MÍ

Votre Excellence, prévue el dès rendu,

le

éluder le

le

été

projet

ly-Yamen

En

de

du

j o u r

mars

qu'une

remis

à

de

à

chinois

Long-lchéou

même,

d i r r r l e u r e n

fin

c h e f de

insisté,

inlervint

décembre.

au

le

été

par

sur

le

Le Tsong-

contrai

([ui s e r a i r n l entre

avait

|iréoccupation :

a\ais-|c,

de

substituer

ilrs c h a r g e s

de

que j'avais

impérial

iléHiiitive

la

du

(lu'uiie

avril,

-i

l e n d e m a i n

l'intervention

tacti(|uo

décret

le

entente

par moi

à

la

|)lus

et

au

gnlcc

Selon

n'avait

maintenant

mais

Ir

ouverte

clore,

laborieuse.

les 23

pour

un rallier

i-t

se

chinois

contrat

l'i-kin,

à

rnm|i.ii;iiir

de

plus

vain,

proposait

r è g l e m e n t cl

négociations,

l e n d e m a i n

ofticiellcs,

second

la

gouvernement

contrat.

dépèches

p l u s

a

des

seulement

même

un

anrli's,

n o n

rr|irrsrnlaiil

de la

l'administration

officielle chinoise

r h r i n i n d r I r r m i i i v e l l e n ) e n t d é s i g n é , l e g é n é r a l S o u . I J C 1!) a v r i l , l e

du

'rsoiii;-ly-Yamrii rall

rrjrlail

I nii I rs

qnr

désormais

mdlrmrnl

1rs q i i r s l i o n s

Liing-trhéou

à

rimirili dr M v r s - L i I l e et m e décla-

Ir

rrsiaiil

luiire

r \ a m i iirr d r \ a i r n l être traitées

.'i

le gi'iiéi'al

Sou

rejirésentant de la

le

Com|)ai;nie. Tel

le

riail du

impi'iial

point a u q u e l mars,

20

nous

lorsque

premiers jours

de

étions p a r v e n u s un

Votre

m a i ,

Excellence,

la

direction

dans

1rs

a\ail

oiiv(M-teau m o i s d e s e p t e m b r e p r c c é d e n i ,

rliimiis rimirai \raii

accepter

il

qui,

rrjrli-

Uraiiimr

Ir

du

s u r r r s l ions

et

l'rarli'

mai,

que

pi'ojrl alisidiiiiiriil

1rs 2 2 r t

essavi'

riirorr

m a i a v r r Ir

l'i v r s - L i I Ir

dr

Mais

dn

.">

s u list i I i i r r

ilr

rattilnilr ilaiis

du

|S au La

T s o n -

mois,

projel

IcS le un

e n t r e t i e n s (|ue j ' c U S

p r i n r r K ' i n g , dr l a i r r a rr ii r i 11 i r, r o m m r d i d i II i l i f , s o s o i ' i l r i ' s , l'cnli»

Iv-Vanirn.

roiiirssHin

olilriinr

par

i|iirs d e l à C h i n e , p r m l a n l

la

c o m p a g n i e

l'abord

eoniiiir

de

l'i v r s - L i I I r

l'orfait,

est

an r o n i | i t e rt

une cona u x riS-

m i r diM'i'r d r I r r i i l r - s i v a n s , p o u v a n t r l l r - i i i è n i e

r l i r | i r o l o n g é e et r r i i o i i M ' I i ' r . C r dès

arciqilait

e l le langage tcnU

prise

Irsdriix

r r s s i o n de C o n s I riir l ion rl d'r \ ploi la t ion à

d.'i'

rir d e n o u -

iiirmi; notre

à

s . i n l ' d i ' n v miid i lira I i o n s , Ir c o n t r a t q u r j ' a \ a i s , srloii Ir

r|u'elle

projet de

a i i m m r i - , pai' son télé-

m'ayanl

lidi'-r r a m i i i i '

priiii i rr n I,

iiii'

négociation

nioililiraliiiiis, Ir

f o i s le 20 ili'criiibre, jivail

r o m p a t;ii i r mon

iiiarrrpl.-ildr.

riM'rlIrnrr

30

la

ronliMiues d a n s

T s o i i r - l y - V a i i i r i i avait

par M i l i r

prrmièrr

l ! l a M - i l . N i . l r r l^xrid i r i i r r 10

d'une

a amené Ir g o i i v r i n e i i i e n t

signer, s a u f queli|iirs

niir

m o i s ajirès ledécrct

en reprenantelle-mème,

n'rsl

p l u s la r o i i i ' r s s i u n a l i s o l n r d e i i i a n -

prolonrrmriil

m

drs lirnrs dr r A n n a i n ;

(diinr

r'rsl d u m o i n s u n i ' r o n r r s s l o n a-,siii'aiil I r r a r r o r d r m r n I d r s d r n v l ' i ' s e a i l ^ d.iiis d r s r o n d i l i o n s riil

dans

La

l'.irllrir

sÍL;iialiiir

;,

p i o p i r s ,'i dr

riilrr

la la

laissi'i' iiilarl

r o u M ' i i l i o i i du rompa-nir

i r l a l i f an rlirmiii

dair d a n s

du l ' o u v e r t u r e delà

rl

quelle

l'hisloire que soit

la

longueur

de

la

irspi-rlé

juin

dr

Irr d r

Ir

priiiripe in»'

IXIi;,.

I'ÍM'SLÍIII'

dr

impérial du rouirai

rl

2(1

rl

Ir n o i i v r r i i e i l i e n t

L o n - - 1 r lii'oii r s l

unC

( d i i n r . ( ionsiiir'ri'r s o u s rrl a s p e c t

lii^nr

à

ronstiuirr,

la

ni'gociatio"


ANNEXES vient d'aboutir 'pi'au

931

méritait h a u t e m e n t d'être p o u r s u i v i e e t m e n é e

jus-

terme. A.

I-.e 17 octobre 1896, Je g-ouvernemcnt c h i n o i s

GÉRARD

confiait à une m i s -

sion d'officiers ct d'ing-énieurs français la reconstruction de l ' a r s e n a l (IcFou-Tchcou. Cependant les autres puissances

ne restaient pas inactives. A la

fi" de 1896, la R u s s i e et la C h i n e sig-naient à Pékin une convention (convention Ga.ssini,

du n o m du m i n i s t r e de R u s s i e à Pékin) a u -

l o i i s a n t la R u s s i e à faire passer le Transsibérien à travers la M a n d chou rie, à exploiter les m i n e s situées dans le voisinag-e des voies ferrées, à faire g a r d e r celles-ci par des troupes. Le 4 février 1897, ' A n g l e t e r r e obtenait un traité prévoyant la c o n s t r u c t i o n de n o u velles routes de pénétration

de la B i r m a n i e vers le Y u n n a n . La

F r a n c e présenta immédiatement u n e n o u v e l l e série de d e m a n d e s q u ' i n d i q u e la dépôche s u i v a n t e de M. Gérard :

M.

Gtlrard, affaires

ministre

de

France

à

Pékin,

à

M.

Ilanolaux,

ministre

des

étrangères. Pékin, le 15 février 1 8 9 7 .

D.ins

la

riirilV'reMce

'leiiiaudes liC

1"

prolongement

Nari-uiuir-iou

Ki de ce mois,

l''rance, à

la

de

du

savoir

du

j'ai

présenté a u

prince K ' i n g les

:

chemin

et Pc-se, soit jusqu'à

de

fer de

Long-tcheou,

d'autres points

soit

jusqu'à

(|u'il y a u r a i t l i e u

de

'létermiiier ; l/accès

et

" " ' n t jus(iu'à la

la

pénétration de

YuM-nand'ou,

notre

commerce au

p a r les voies

Y u n - n a n

et moyens que

le

et

notam-

gouvernement

Hépul)li(|ue reconnaîli'ait les p l u s p r a t i q u e s ;

• i " l.e droit ( l ' e x p l o i l a t i o u , p a r a l l è l e m e n t a u c h e r u i n d e f c r o u a u x a u t r e s AI:

V"ies 'je

piMudlatioii,

pr-ince,

Parici'

après

ijuvcilemcnl

""""isanl'à

pi^i'ciscr

' ^ C n l s dr, n o l i - r "•î

Ccjinprrnail

'^^

mines

cl

sans

rni-ni'c

( liriilin

dr

m'IIrmrnI

pas

pidii'lia lion

des

(|nrl(|ni'

rl

d'ari'rs

deux

ili'S

K o u a n g

discussion, di'lniir,

frr rt

an

cstlmail

d('lailsrl

1rs

la

il

1rs

dr

Yiiii-iian

la

que,

dates,

lui

s'entendre

sur

d<-s

l-'ranrr.

rl qu'il

désireux de me

])ouvoir

s u r l'rx pini ta t ion

prnsi'r

et du Y u n - n a n .

déclara

les

avec

prolonge-

mines, mais qu'il

r o n r r i ' u a n t les voies

semblail

(|irà

cet égard

stipiilations r o n i r i i u r s d a n s 1 r s r n n v r n l i o n s de 1S87 el de IS'Jo étaient ^éjà

snl'lisaiilrs.

Il

goin rinriiirni dr •^'^"iiiir

l'appliralion

dit,

d'ai 1 leurs,

([ue

les a v a n t a g e s a i n s i

réclamés

par

l.i i i .'• p n l i l i q u c p o u r r a i e n t c l d c v a i e i i t r i r r r o n s i d i ' r r s m r m r

de

nos

])ropres

conventions

ilrià

rNislanles.


932

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

Jc c o n v i n s

très

mieux

d'obtenir

que

engagements plus

précis

volontiers

déjà ((ue

de

.ivcc

contractés

nous

le

l'amitié

p r i n c e (|ue l a F r a n c e

môme

les

de

la

avantages,

Chine sinon

réclamions. J'ajoutai

que

t i uifes à r é t a b l i r , a u

[)rofit

du

commerce

desa

trois

pas !

fidélité a u x

nouveaux, les

du

moins,

demandes

prc-j

iénilimes ri

toutes des-i

f i a i i i D - a r i n,i l u i t e ,

l'éiiuilibrC;

p a r la F r a n c e étaient t o u t e s égaliMuenl

sentces

ne d e m a n d a i t

ct

i l é i r u i t |)ar l ' o u v e r t u r e d u S i - k i a n g . J e m ' a l t a c l i a ¡ eiiliu à | ) r c c i s e r , a u t a n t j que

possible,

l'objet

de

ces trois

demandes

les c o m m u n i c a t i o n s ct le c o m m e r c e entre la prince, dans

Ne à

savoir

lie

(|uesi

ré|)li(|ue,

une entente

chemin

unire

sa

de

fer ct

s'en

lui

paraissait

la Ur|)uliliqlie désirait o u v r i r de tion au Je la

encore

le

b u t était d e

à

ce

qu'il

possible sur

s u r rex|)loitation

pas c o m | ) t e d e s c o n d i t i o n s

irinlaii

tint

dont

faciliter

C h i n e ct l ' A n n a m .

de

avait déjàdit:]

les p r o l o n g e m e n t s ^

certaines

m i n e s , il

ne sei

d a n s l e s i ( u e l l e s l e g o u v e r n e m e n t de,

nouvelles voies

d'accès

et

d e pénétra-::

'Vuii-iia/i.

crus

diivoir,

suggestion

cernant

avant d e

que

l'île

Votre

clore

cet

entretien,

Excellence

d'Ilai'-nan

m'avait

et la côte opposée

l'aire

inviti' du

part

à

au

prince

d*:

soumettre con-]

lui

KoiiaMi,;-toiig. J ' e x p o s a i ;

à sou Altesse c o m i i i e n t l e s intérêts c o m m u n s de la l'raiirr et de la C h i n e l í a o s l e s m e r s ilii s u d n o u s à

(]ue,

rr

iiiriiace. le

lion

d a n s cette

i m p o s a i e n t une oblit;alion

région,

le

x/n/ii

l a n g a g e ((ue je l e u r tins.

Lr

prinrr

que

ni

l'orme

là,

ni

(juecc

ailleurs, fût,

des

l i ' ^ . i l e diî v e i l l e r ! sousti-ail

lût

L e p r i n c e et les i n i n i s t i r s l'ioulrrriil axrr

f a ( ; o n la p l u s c a t é g o r i l l u e , q u r

ilr la

triritorial

i/iio

Il

t'ailtit

insister

s'rni|n'rssa

ili;

répiuidrc, j

mi;

po ii \ a i I rt le I ra i i q u i l l e » ^

l a C h i n e n'était disposée

à cousenlir, sous (juclque^

concessions

auprès

dernière

toute 1

l''iaiirr

la

propres

à

e xciter d'autres convoitises-• [A.

p a r écrit cette

à

plus ¡grande a t l c n - j

la

du

n'oiivrinement

GKHAIII)

chinois

( a- n ' e s t i | i i e l e

déclaialiuii.

'

p o u r (|u'il

l.'i

mars

d89Î|

( | l i e l e T s o i l g - l v - Y a 111 r n ( ' ' r i i v i l à M . ( i i ' ' i ' a r d :

/.r

Tsoiiii (I

Lr L e

M.

Yíltiu'n Crriirit, mrris/rf In

ili-

I.' la

I ' " j o u r i l r l a 2" I n i i r i l r l a

III'IHIIIIii;iir

lu ami..'

!';!•'

la

l'île

n e soit, a l i é n i ' c

l'iiissance

( diinr, allarlir

étrangère,

à litre

murs

a i i i i . ' i ' K . l u . i n L ; ' - s i il (I!

r r l a t i o n s l'Iroitrs i r a m i l i i ' rl

e n l r e t i e n l avrr

/'l'hiiu

fr/iiiraisi:/i

K.,nan--Mii (Ci

N o u s a v o n s r r r u l a . l i ' p i ' ' i ' l i r p.i r I a .| n i'I l r \ ' o i i s i

de I l a ï - i i a n

l ;

l,íj-

L ! ' ' i n n i ' .Ir la ¿

é t a n t d o n u i ' r s 1rs

i

i

nn

prix

de c e s s i o n

l,i

di-llnitivr

litre d e s t a t i o n n a v a l e o u d e d é p ô t de e h a i b o n .

'

s ilitrs qui; l a l''ranCC, ^ dr

lion

pa il i n i I i r r

u i c o n i ' i ' d i ' r p.ir

1«'.»7).

m a r s 1S!»7), |

rr q ur j a i i i a ' ^ ;

à

(diiiir ou

voisinai;'!' q u ' d j * i

à

auriinr autre t

Irnipoiaii'i',

ou •

i ï

¡


933

ANNEXES Notre

Y a m e n

tient au

considère

territoire

de

la

que

Chine

iielij. C o m m e n t p o u r r a i t - e l l e 'c

fait n'existe

raire a u x

officiellement (Suivent

Le

i\

/es

12

nullement

nations

Votre

de règle,

y

a son

Haï-nan)

droit

de

à

présent, q u ' e l l e Il

convient

en

ait

que

fait

nous

appar-

souveraiD'ailleurs,

le

prêt t e m p o -

répondions

ainsi

Excellence. du

1897,

Président

M.

et

Gérard

des

membres

obtenait

du

les

Tsong-ly-

n o u v e a u x

Yamen)

avantages

:

Le

Tsong-tgà

M.

Yamen, (lérard,

Le

Le gouvernement française,

ministre

jonr

13e

de

juin

(12

blique

qui,

(l'île d e

la céder a u x n a t i o n s étrangères ?

étrangères.

signatures

j u i n

suivants

Kiong-tcheou

de

la

la

République

lune

de

la

23o

française année,

à

Pékin.

Kouang-Siu

1897).

impérial

de

C h i n e

animés d'un

et le gouvernement de la

m u t u e l

et

égal

désir de

Répu-

faciliter

et de

d é v e l o p p i T , eord'ormément a u x traités e t c o n v e n t i o n s , e t e n t é m o i g n a g e de

leurs

merce Vues

et un

Dans

ce but sont

1"

est

Il

venu

le

5

entendu

Yamen a

189(1

les

et la Légation

sera

Il

est

eominerciale

de

ladite

entendu

fera

3" Il

chinois

est e n t e n d u

'ioration •••^ts

du

et

de la

dès

la

Kiniang-'l'ong, pour

les

ligne

à

la

République,

la

de

de cer-

France.

Légation

de la

Répu-

: 5

de

la

Convention

et l ' a d m i n i s t r a -

Long-Tchéou,

même

année

et a u x

entre

de

Dong-Dang

de s'adresser à

direction

20 j u i n

com-

notre

la compagnie de Five.s-Lille

|)as

conformément

de

échange

ainsi qu'au contrat inter-

la

si

et

un

exécution et

Fives-Lilles

d.e

(pie

dans la

du

la

l'article

189.5, de

j u i n

ligne

de N a n - N i n g e t

l'article

1895,

dans

Kouang-Si mines

A

et

5

de les

à

elle

la

L o n g -

pour

le

de Pe-se.

Convention

trois

provinces

Y u n - N a n ,

le gouver-

exploiter,

à

l'aide

d'ingé-

pour

l'amr-

français.

que

la

navigabilité

commerce,

25

et

de

à

Chine

D o n g - D a n g à

man(]iiera

appel,

industriels

fer de

ne

que,

nement

à

20 juin

par

mise

la

suivantes

eumpagnie

et

com|)léiiienlaire S u d ,

et

2

voisinage

Légation

Y a m e n

de la République,

on

limitnqihi^s du

nieurs

l.a

la

entre

formules

du

de

réussi,

achevée,

prolongement 2"

l'iilrr

échangées

et

conformément

chemin

convenablement

Tchéou

que,

com|>lémiMitaire

juin

notre

trois

de

et de netteté la passées

c e t effet, des

relations

se s o n t attachés,

Y a m e n

de précision

et à

officielle du

dé|)êches

notre

conventions

convenus

eominerciale

t'on

plus

les

et l ' A n n a m ,

accord entre

clauses des

l'Iique

concorde,

(diine

la

^ définir a v e c taines

de

srnllniruls

eniri'

elle

Chine du

entreprendra

des

travaux

Haut Fleuve Rouge, et qu'en

aplanira

et

amendera

la

route

vue des de

inté-

Ho-Keou à


934

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

M a n - H a o cl M o n g - T s e jusqu'à la outre, que

Faculté s e r a

c a p i l a l c p r o v i n c i a l e . I l est e n t e n d u , e n

donnée d'établir u n e voie de c o m m u n i c a t i o n

ferrée entre la frontière de l ' A n n a m ct

la capitale

p r o v i n c i a l e , soit par

Ja région de la rivière de Pe-se, soit p a r la région du H a u t F l e u v e R o u g e ; les

études et

la

mise à

exécution

par

la C b i n e

devant avoir

lieu

gra-

duellement. Ces formules

sont consignées

])0ur faire

foi. Notre

Y a m e n et la

fidèles

la

eiimriiune

i|iic

de

ces

jieiisée

roi'iuiilcs

s(oil,

dans

di;s

ili'sliiii'-(;s à

le

pri-scnt

échange

de

dépêches

Légation de la R i ^ p u b l i q u e , interprètes deux gouv(MTiements, préciser c e r t a i n e s

conviennent

des c l a u s e s des

e o o vc'iil i o n s jiri'cialciii m e n t |)ass('cs e n t r e l e s d e u x g o u v e r n e m e n t s , e t à en assurer dans

un

esprit de

(Siiiri'iil

lex

sif/iiji/iirrs

i/.ii.

i(';ciproque,

con lia m e

volonté, et d a n s l'intérêt égal d i s d r i i \ /'rrs/ilriif

de

mutuelle

bonne

pays,

l a réalisation elfective.

des

membres

el

du

Tsony-bj-Yamen)•

l i n d e l'année 1 8 9 7 devait i n a r q u e r u n e nouvelle étape d e l ' o u -

La

\iTliire d e l a

C h i n e . L e massacre, dans

aiiiiini

le

^oiiviuiiomont allemand

( d i i n r . L e L'i

le

Chan-Toung-, en novembre

(ecclésiastiques a l l c i n a r u l s , les Pères H i c s

1S1I7, d e l i e u x

novembre, l'amiral

et

Zieglcr,

i n t e r v e n i r énergiqueincnt

à

v o n J3iederichs

occupait

l a

baie

en de

Kiao-Tiliéou r t l e f i m a r s 1 8 9 8 , l e p r i n c e H e n r i d e P r u s s e s i g n a i t à l'éiiin avec

le g o M v o n i c n i i M i l idiimiis

un li'ailé d o i i n a n t

bail Kiao-

à

' r d i é o M à r A l l o i n a ; ; r i i ' | M M i r u n r i l i i i i ' e ( l e '.)'.) a n s et concédant CD iiiitri' lieux r l i e n i i n s d e foi'de

Kiao-Trliéou

à r.\ I l i ' i n a y n i ' u n e s i l i i a l i i i n d e pr('ini(;r

à

Tsinan,ce

q u i

donnait

o r d r e dans le Chan-Tounj?''

L e 1 8 (léicinlire 1 8 9 7 , l a IViissie o c c u p a i t P o r t - A r t h u r e t elle o b l c nail l e l.'i mars 1 8 9 8 l a cession à b a i l d e c e port e t d e T a l i e n - O n a " rl la r i i n s l n i i - t i i i n

i l ' i i i i e v i i i i - l'i'iri'c

I ii'ii. l , ' / \ n t ; l ( d i ' i r c s r l ' a i s a i l , .lr W r ï - l l a ï - W r ï ( M

iidiani

ces poinis au

i l r s i i i i n'ilV', i i r l l ' o y c r l a

a v r i l IS'.IS, r l l a

péninsule

d e

Transsibé-

cessiim

à

bail

K a u l u n g vis-à-vis

i l . - I l ( i i i t ; - I \ i i i i ^ ' ; r l l i - i d i l e l i a i I, d e pi i l s n n e déclaration d'inaliéiiabilit*^ .!.-

la

valli'-r ilii

">a n ^ • - l s ^ • - K l a n i ; ' .

L r 7 mars 1898, M .

Ilanidaiix, ininisln;

d e s

affaires étrang'èi'CSi

Caisail connaître e n c e s termes, à M . D u l i a i l , l e s n o u v e l l e s demandes de

la

l"'i'ani'0 :

M.

uiiiiislvi'

Ilinuttiiu.r, n

M.

hiihiiil.

rlianir

ih's

alfaii'fs

iraIfaiilr

lu

i'h'ninirrt's, Üriiiihliiiiir

frinirai^,'

P a r i s , lr 7 m a r s lai

|iii'^riirr

Chine à

drs

|irivilri;-rs

d i v ( u s états

eonsidi'rables

étrangers, le

récemment accordés

g o u v e r n e m e n t de

la

ii

l'i'ki"-

IX'.IS. '''

Républi(p'C se


ANNEXES

935

t r o u v e d a n s l a nccossilé d e s e p r é v a l o i r , t a n t d e l ' é g a l i t é d e t r a i t e m e n t assurée à l a F r a n c e p a r ses traités, q u e naguère

r e n d u s à la

des i m p o r t a n t s services q u ' i l a

C h i n e , p o u r réclamer les c o m p e n s a t i o n s s u i v a n t e s :

1° Un e n g a g e m e n t envers la F r a n c e , identique à c e l u i que la C h i n e a souscrit envers

l'Angleterre

relativement

à

la

vallée d u

Yang-Tse,

et

<iui c o n c e r n e r a l e Y u n - N a n , l e K o u a n g - S i e t l e K o u a n g - T o n g ; 2" L ' a t t r i b u t i o n à

un

agent

t'ran(;ais

de

la

d i r e c t i o n du service des

Postes ; 3"

La

concession

détinitive

d'une ligne

de chemin de

fer s u r Y u n -

Nan-Fou; • i " La f'iiine,

laeuili; pour la

u n dé|)òt d e

F r a n c e d ' i n s t a l l e r , s u r l a côte m é r i d i o n a l e d e

c h a r b o n , d a n s les

m ê m e s c o n d i t i o n s (|ue l a n a t i o n

la |)lus f a v o r i s é e . .le r e c o m m a n d e c e s d e m a n d e s à t o u t e v o t r e v i g i l a n c e . F a i t e s r e s s o r t i r '[u'aucune sommes

ne porte atteinte à

p l u s ([ue

l'intégrité de l ' e m p i r e c h i n o i s , d o n t n o u s

personne partisans, et qu'elles constituent un

m u m d e c o m p e n s a t i o n p o u r l e s a v a n t a g e s q u i o n t été

mini-

accordés à

d'au-

t r e s |)ays. G.

Le

m a r s , M . H a n o t a u . Y télégrapiiiail à

li

HANOTAUX.

l'auibassadeiirde France

'I S a i n l - P é i c r s h o u r g :

.)/.

ll<moliiii.r,

niiii/slrt'

ainliassailear

île

di's la

i-lraiifféres,

affaires llrinililiiiiic

au

française,

nninle à

île

Mniilebello,

Sainl-l'élershourg.

P a r i s , le 14 m a r s 1 8 9 8 . h ' v o i s ; i v e e s a I isCart i o n , |)ai' v o i r e d i ^ r n i r r l i ' l i ' g r a i n m e , q u e l e c o n i l e Moui'avi(dI' sr

rend caiioptr des

nécessités

(|nr

nous

n i e i ' s i ' \ ( o i r n i r r d s s u r \ - r i i u s e n l'^xtrème-Oririit r l Les

p i d i i t s S U I ' lrs(|u(ds

porleiil

nos

o n t créées l e s d e r -

1rs a v a n t a g e s c o n s e n t i s

r é c l a m a t i o n s s o n t les s u i v a u l s :

u i i r n y a n c n i i ' n l |)0ur l e s p r o v i n i a - s l i m i t r o p h e s d u T o n k i i i , p a r e i l à c r i n i (|nr l a C l i i i i e a s o u s c r i t e n v e r s I ' A n i ; l e l c r r c p o u r l a vallée d n tse, l ' a l t r i b u l i u n

à

Postes, la concession

un

ayrni

l'raiirais de

la

direction

du

Yaiii;'-

service des

d i d i n i l i v r d n r l i r m i u d e 1er s u r V u n - n a n - f o u ,

la

faculté p o u r l a {•"rancr d ' i n s t a l l r r s u r l a còle m é r i d i o n a l e d e C h i n e u n dép(~i| i l r ( h a i - l i o n . •le s i ' r a i Monr.iviill,

l i r n i ' r u x de p . u i v o i r c o m p t e r , conformément à l'offre du c o m t e s u r r a p | ) u i d u représeiilant d e l a R u s s i e à P é k i n .

•le v(,us p r i e d e r e m e r c i e r l e M i n i s t r e d e s A f f a i r e s E t r a n g è r e s d e l ' E i n Pereur. G.

HANOTAUX.


936

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

Le

20

mars,

Londres

les

l'action

de

faisait

connaîiro

renseignements

la

M.

il

France

l'ambassadeur

au

miuisln'

ambassadeur

ilcx de

alpiin'x

la

riniiujèfcs,

Iteitubliiiue

de l'entretien

d'Angleterre, i;ri<inents rl

la

t^hine.

demandes en

il

m'a

sur ce

sont

venues

efl'et, p l u s ( [ u ' u n e

passé,

ni

la

Ces en

favorisée;

donnent du

le

droit

est

de

lui

(|ue c e r t a i n e s d e s toute

d'autres

qui

F r a n c e s'est

:

nos

accords dans

Les

1890

deux

obtenus

régions

chance

qui

en

ces

.M.

sauvegarde

Nous

à

nos

M.

le

Duliail, à

cliargé

à

ses de

cette

la nation

le

la

nous

Sse-tchoucn

puissance. Tellcest

au

p r i n c i p e (|ui

demandons, nos

notre

ni

services ct

l'Angleterre

nous

avant

possessions

détriment.

d u stula iiao t e r r i t o r i a l ,

de

suivies

Diiiiail,

teinics,

Nos

appréhendions,

provinces du

par

avoisineni

d'aliénation

avec

Ouant

conservateur.

mainlicn

négociations el

France

en Chine,

par

traitement

de

les

n'ont

toute soient

Nous

pou-

politi(iue q u i nous

m ê m e (|u'elle est la

plus

intérêts.

(i.

1898

rensci-

la

inconvénient.

nous

assurée

p l u s s a g c a u p o i n i d e \ u r ^(•n(•l•al, d e la

Cour-

avec l'amiiassadeur

aucun

ai-je dit

nous assurent le

éminemment

vons a i d e r a i n s i a u

à

de.

Londres.

donner (juclques

voyais

n'y

de nos revendications.

chose,

conl'ormfe

baron à

pourparlers pendants entre

je

la

réclamer

il

p.iiaît la

aux

les a v a n t a g e s

guide,

soustraites à

à

sur

m a r s d898.

20

aujourd'hui

si je pouvais lui

m o i n s ([uc

traités

juridique

eu

dernières,

que

outre,

Y u n - n a n tous

base

France

anglais

autre puissance, d'ouvrir la question chinoise. Mais

situation

plus

j'ai

([ue

les

faire

p a r ses traités.

la

touche

répondu

nous ne pouvions

(d

demandé

qui

J'ai

que

au

française

Paris, le Au cours

de

g-ouvernement

:

Hanotaux, cel,

à

donnés

l'ékin

HANOTAUX.

aboutissaient

d'alVaiies

à

Pékin,

en

au

mois

d'avril

faisait connattrc,

ré'snilat :

rliarijè

M.

d'affaires

Ilanatau.v,

de

ministre

la

/tèpublii/ue

des

Affaires

française

à

l'éld'^

Klrnnijéres.

IVkin, l e i\ a v r i l 1898. .l'ai

l ' h o n n e u r d'a<lresscr, ci-joint, à

\dli-e

INccllenee, copie des

lettres

I ( l i a n g é e s e n t r e l e T s o n g - l y - Y a m e n et m<ii, à l a d a t e d e s 4 , !) c l 1 0 a v r i l IH;I8. C e s d o c u m e n t s enlre an

sujet des La

consliliienl

le g o u v e r n e m e n t

de

la

el

constatent

Ui'pnbliqui;

d e m n i i d c s formulées

et

le

les

accords

intervenus

gouvernement

|)ar n o u s à l a d a t e d u 1 1

première des lettres d u T s o n g - l y - Y a m e n établit

chinois

mars derniC"

rengagement

qnc


ANNEXES la C h i n e

souscrit,

territoires du

des

La

seconde vises

Le a

trois

K o u a n g - s i

poinis

droit

la

française

d'autre

charge

cette

forme

terminé

nements,

La

baie

bon. m i s

de

La

régler ici En

qui

grandes

de

s'engager

l u ' i l

actuel

'1

fait

et avec En 'I

a

le

Les jours.

de

Le

Les

nous

est

sera en

R u s s i e

faite

chef

c'est

un

ce

postes

d e u x

se

n'est

pas

pour

dépôts

place.

d'ailleurs, la

Je

chinoises,

et

du

a u r a

égalc-

99 ans. char-

me

suis

afin

j ' a i

de

soucie

seulement

le

un

européens ct

T o n k i n , du

le

les

ports

de

solde

chinois.

deux documents

Tsong-ly-Yamen

:

douanes,

entre

de

l'éta-

faire

des

supplément

est

guère

directeur

est à

service

sans

régime a u q u e l le

se

présenté soulevait

nécessiterait

u n i q u e m e n t

d a n s les le

ne

que

sur

Douane,

contenues que

a u x sous

de

escadre

complet. Tout

implantée

de

la

gouver-

trouve

bail

notre

impérial

personnel

greffe

et

technique

avec

sur

de

voie

donnée,

les

à

navale

importantes

transitant par

et

ci-joints,

la

s o u m i s ,

Y u n - n a n

à

à

légation l'entrée un autre

chinoise.

ont

C h i n o i s ont n'ont pas

la est

à

possession.

des

définitif;

verbalement

frontière

n'ayant

russe.

cédée

station

T o n k i n

chinois à

formule et

du

ou

mission

Cette

gouvernement

régularité,

la

allemande

une

dépenses

fonctionnaires

l ' o p i u m

la

autres

fran(;ais

p l u s explicites, m a i s celte q u e s t i o n

une amélioration

négociations

de

service

entendu

tater q u ' i l s faires

les

nécessaire

que

rédigé.

service

n'est q u ' u n e

les

l o u e r les

trois

frontière

d'accord entre

la prise de

le

des stipulations

C h i n e ,

point

Dès fixé

concours de quelques employés

sus été

terrain

c o m m a n d a n t

appointer,

sans

par

négocieraient en

le

la

gouvernement

concession

lnrmules

dans

d'un

devrait

est

sera

la

de

fois q u ' u n e c o n c e s s i o n

établir

(lirilculh's.

Service

Ouverts,

de

concerne

de

blissement

le

le

conventions

d'y

avec

plusieurs

ni

Kouang-tong-,

a u x

fer,

chinoise.

les formalités de

ce

d'abord

du

relative

gouvernement

tracé s e r a

les

droit

rapport

est

de

Kouapg-tcheou-ouan

délimitation

en

le

dans

le

c'est-à-dire

au

fournir

un règlement

avons

ne céder

accordé

première

l'autorité

crois,

de

c h e m i n

est

désignera,

de la

études,

et

nient, jc

Nous

par

ses

un

qu'il (]ue

désir,

T s o n g - l y - Y a m e n

Y u n - n a n

C'est

937

notre

revendications.

construire

Société

dépendances.

du

nos

du

à

Y u n - n a n .

lettre

de

repondre

provinces limitrophes,

ct du

par

capitale

pour

été fait

laborieuses, appel

trouvé

l'appui

que

a u x

surtout autres

d'écho. J ' a i je

l u i

p e n d a n t les

puissances

rencontré chez

avais

moi-même

huit derniers

cl je le

prêté

dois

chargé en

Circonstance. G.

DUBAIL.

consd'af-

pareille


938

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

Annoxo w> 1 à la ijijpi'clie du cliargé d'affaii'cs

la Urqiidiliiiue française à

P é k i n , on date du H avril. ;)/.

Duliail,

chargé

au

â'alfairex

de

la

liéimhliiiac

française

à

Pékin,

Tsnnfj-lij-Yamen. l'ékin, li: 4 avril 181)8.

Dans la prnsi'r il'as.surcr les hous rapporis dr hou voisiiuigr rl d ' a ï u i lié

dr

la

Chiur

uiainirnir

l'I, dr

l'Iuléni-ili'

la

f r a u r r , dans

Irra'ilo[-iaIr. dr.

la

priisia'

l'iMupirr

ég.a Irnuui I l'I

rhiuois

ru

di'

vidr

luilrr

pal'

suite dr la lu-rcssili'. di^ v r i l l e r à ce q u i ' , d.ius les | i r o v i i i r r s liiuilrupIlCS du T u n k i i i , il lie soil .-ipporti'' aur.iinr uiodIliraIion à l'i'lal dr, l'ail et de d r o i l e.xislaiil, le ^'oin lu'iieuieiil de la U i - p i i l d i q u r a I l.i r lir ra i t unpri.'^ p a i ' l i c u l i r r à r r r i i r i 11 i r d 11 goiivri'iiriiiriit rli i iiois l'assii ra uri; ([u'il

nC

cédera à aucuiir. autre puissance tout ou p a r l i r du I r r i i l o i r r de ces provinces soit à

titre d é f i n i t i f ou p r o v i s o i r e , soil

à

b a i l , sidl

à un lilrc

ipielronque. . I r s r i a i l ' r c o n n a i s s a n t à V o s A l t c s s c s et à \ os I i x r r l I m r r s , en m ' a c rusaui ii'riqiiion de

cette lettre, de v o u l o i r l i i m ri-|ioiiilrr

par dépèche

o l l i r i r l l e au di'sir du g o i i v c r n c n i e n t de la Ki-pii bl iq iir. (i. DiHUI.. Annexe n" 2. Triiiluclion. l,e

l'son'i à

l;i M.

Le

Ydiiirn, Duliail,

charijé

d'Affaires

ilo

In

Hrpiihliijiie

frniirnisc

n

Pèl,-iii,

jour de la :ii' lune de I a 2 i " aiiiirr Konaii,-siii (Ir 10 avril IS'.IS).

Le L i « j o u r de la 3" lune de

la

2 i " aiiin-r

Kmia iig-si n

(Ir

!

avril

LSilX), nous avons rrrii dr V o i r r I'lvrrllrnrr la dépéidie su i va ii I ,• : (

r,„r

.Noirr

rniinrrr

n"

|,.

>,iiiirii r o i i s i i l r r r ipir 1rs

provlnrrs

rliinoisrs

I i in i I roplics dU

l'onkiii, i-laiil d e s |i,,iiils i n i p o r l a n i s ilr la f r o n l i r r r (|iii l ' i n t é r e s s e n t aU plus haut d r g r é , ilr.vront èti'e ad ni i n isl n'es |iar la (iliiiie et rester S O U » sa s o u v e r a i n e t é . Il n'y a a u c u n e raison |)oui' i p i r l l r s soiriit (•i''di''es ou louées à une p u i s s a n c e . l'uisqiie

le

gouvernement

rri'iielllii' cette a s s u r a n c e ,

f r a n ç a i s attarln'

nous

croyons

réponse o f l i r i r l l r à V o i r e l'Ixcelleiiee, ru la

un

ilrvaiir

pris

adresser

|iailiriilier à la

pri'sentc

pri.iiil il'rn p r r n d r r roiinais-

sance et de la l r.i nsinrl l re. (Suivenl

les

si/jnatures

du

Président

et

des

Meml>res

du

Tsowj-lii-Yamen)-


ANNEXES Annexe M.

Duhail,

chargé

au

Tsany-ly-Yamen.

n"

d'Affairex

939

3.

de

la

République

française

à

Pékin,

P é k i n , 9 a v r i l d898. C o m m e

suite

An

melles

spéciaux, lences

nos

entretiens

gonvernenient de j'.ii

la

l ' h o n n e u r de

et

blique

de bon

française

Le

demander

voisinage

gouvernement

la

Compagnie

un c h e m i n de

qui

chinois

f r a n ç a i s e (|ue

fer a l l a i i l d e chinois

la

donne

Un

nement

Les

entre

8 entendra 3" la

pour

français,

charbon. cord

sera

règlement

bail

Q u a n d

qui

les

deux tard

dans

le

Je

tuera •'oul

Vos de

et

de

à

Vos

resserrer

l'Empire

chinois

for-

pouvoirs Excel-

les

liens

et la

Répu-

y

la

un

au

gouvernement

T o n k i n

d'accord

raison de

à de

français

de

Y u n - n a n - l o u , fournir le

ligne

avec

est

les

ou

construire le

terrain

étudié

deux

établir

de

en

gouver-

son amitié p o u r la F r a n c e ,

Kouang-teheou-Ouan une

concession

station

navale

au

avec

seront ullérieurcmenl après

études

sur

le

gouver-

dépôts fixées

de

d'ac-

terrain.

On

loyer. chinois

organisera

h a u t f o n c t i o n n a i r e à sa

un

tète,

fonctionnaires étrangers, des

droit

d'accord.

et

recommandations

il il

du

service

définitif d e

se p r o p o s e de l'.iiic se

déclare v o l o n t i e r s

gouvernement

français

personnel. et

\'os

Px<'elleuees

pii'sente di'qK'ido'

l'accord

à

tracé de cette

gouvernements,

Altesses

la

Altesses

charge que

fixé

baie

gouvernement

choix du

prie

ré(;e|)tion

de

tenir compte

h.

la

p o u r le

au c o n c o u r s de

disposé

Le

fait

pourra

plus

poste et établira

ap])el

sera

09 ans

limites

le

instructions

m u n i

désignera, le

d'autre

gouvernement chinois, en à

des

m'a

destinés

frontière d u

n'ayant

ultérieurement

20 Le

Vos

accorde

celui-ci

dé|)cndauc(^s.

nements.

à

qui

unissent

ce

et

exécution

suivants,

p o u r la voie et ses moment

en

:

1"

gouvernement

et

République

d'acciuiescer a u x accords

d'amitié

à

à

de

nos

deux

par

une

de

vouloir

(b'pèehe

gouveruemeuls.

bien

m'accuscr

i d c i i t i ( | u e ((ui

Les deux

consti-

documents

servi-

de convention. G.

Annexe

n"

DUBAIL.

4.

Traduclion. Tsoiiij-h/-

/yC a

M.

Yamcn,

Duhail.

rluirgé

1-e iiO° j o u r d o

liC nous

19" j o u r avons

de

reçu

(10

avril

la

3'

de

la

République

l u n e d e l a 24» a n n é e ,

française

à

Pékin.

Kouang-Siu

1898).

lune

d e A^otre

d'affaires

la

de

la

2i

Excellence

année, la

Ivouang-Siu

dépèche s u i v a n t e

(9 :

avril

1898),


940 (

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

Voù-

l'annexe

Comme il est dit dans la dépêche (pie vous avez adressée à notre Yamen (]ue ces trois demandes sont destinées à resserrer les liens d'amitié q u i nous unissent, nous pouvons y acquiescer. La Chine et la P'rance devront affermir les bonnes relations (|ui existent entre elles et écarter à tout jamais toute cause de cojillit. -Nous croyons devoir adresser la présente riqionse à Votre Excellence pour qu'I'ille la transmette à son gouvernement. (Suivent

les

signatures

du

Président

el

des

membres

du

Tsang-lg-Vamen).

Le 22 a v r i l 18i)8, l ' a m i r a l de la Bedolliére, c o m m a n d a n t la d i v i s i o n navale, faisait a r b o r e r le p a v i l l o n fran(;ais s u r un fort a b a n donné d a n s la presqu'île de Leï-Chaii, dans la baie de K o u a n g Tchéou-Ouahe. Le 24 j u i n i8i)i»,

l'amiral

C o u r r e j o l l c s procédait à

l ' o c c u p a t i o n . M a i s le vice-roi de C a n t o n souleva contre nous une véritable rébellion, une série de difficultés, d o n t la p l u s déplorable fut

l'assassinat

de

deux

enseignes

de

vaisseau

du

Descartes,

M M . K n h n et G o u r l a o u e n , le 13 n o v e m b r e 18!)'.), à M e n - T a o . Le général S o u , délégué du g o i i v c r n e i n e n t c h i n o i s p o u r la délimitat i o n , avait reconnu à l a l''raiic,e les îles Toiig-Ilaï et Nao-Tchéou. D e v a n t notre action énergi(|uc à Kouang-Tchéou-Ouaneet i'i Pékin, le gouvernement c h i n o i s finit par céder ct par ratifier la convention de délimitation a i n s i con(;ue : A H T . 1". — Le gouvernement chinois, en raison de son amitié pour la F'rance, a donné h bail pour !M) ans Kouang-tcheou-ouan au gouvernement fran(;.ais pouryétablir une station navaleavec dép(')l de charbon, mais il reste entendu que cette location n'affectera pas les -droits de souveraineté de la (^hine s u r les territoires cédés ; A H I . 2. — Le territoire loué comprendra les eaux et t e r r a i n s ii(''r(\ssaire3 à la s('curité, à l'approvisionnement et au déveliipprinrnl m u n i a l dc la s l a l i n i i navale et du dé|)(M de charbon, c'est-.'i-dire : af \."\\r d e Tong-Ilaï ;

b) L'il(! de Nao ' l ' r l n a M i ; r) A u Lei-Teheon, n n r b a n d e d r terrain l a d i a n l u n point d e la C(jte situé au sud de Kieou-man-sien ( T i a o - n i a i i ) et se trouvant par 20''30 de latitude nord, à Cliemen par 21''2.')' de latitude nord sur une profondeur indiquée d'une manière générale s u r la carte ci-annexée ; d) A u Kao-tcheou, u n e b a n d e d r I r i i a i n r o r n p r i s r r i d i ' r 2I°2.')' ^e latitude nord et 2 1 " 0 l ' d r l a t i t u d e r n i i - d . s u r u n e p i ( d ' o n d r u i - indiil'jé* d u n e manière générale s u r ' l a r a r i r ri-ajinexée; r ) Les Ilots compris d a n s r i n t r r i i i u i l r Kouang-tcheou-ouan, ainsi (l^e


941

ANNEXES les e a u x intérieures et extérieures de la baie,

et

Naotcheou

acceptées

en

Lei-tcbeou

el

et

t i o n a l (six Les

de

mille

limites

seront

exactes

fixées,

par

après

3.

bail

entre

de

auront

du la

été

Le

territoire France

deux

droit

interna-

présente

faites

par

du

Kao-tcheou

convention. des

Q u a n d

fonctionnaires

des dési-

sera

seule,

sans

entre

retard

les

deux

afin

d'éviter tout

à

leur

mission,

pays.

gouverné et administré

cela

pendant

les

froissement

conserveront la jouissance de leurs habiter

occupations sous

la

le

prix

territoire

protection

respectueux

un

procéder

possible

99 a n s

possible

pays.

ront continuer à

montreront

devront

froissement

habitants

payera

limites

continent

signature

s|)éciales

tout

p a r l a

les

Les

sur le la

fonctionnaires

d'éviter

AuT. de

les

les d e u x g o u v e r n e m e n t s ,

Lesdits afin

dans

extérieures de

marins);

reconnaissances gnés

Tong-haï

les e a u x

de

é(iuitable

de

propriétés,

et v a q u e r

la France, aussi

ses

aux

loué

lois

et

de

ses

propriétaires

à leurs

ils

pour-

t r a v a u x et

longtemps qu'ils

règlements.

indigènes

La

pour

se

France

les

terrains

q u ' e l l e désirera ac(iuérir. ART. nison

4. à

terrain

la

La

prendre

toutes

pro|)res à a s s u r e r la

"i.

-

Les

puissaiii es eu traitées

dans

La

France

des

toute

fortifications, autre

mesure

faire

tenir

défensive

gar-

dans

le

uaviirs

et

et

à

les

mesures

liberté

vapeur

territoire |)ourra

et

la

et

adopter

sécurité de

de la C h i n e ,

phare

du

comme

ainsi

la

toutes

utiles

les

dis-

navigation,

q u e les

e(

les

les du

ports

navires

ouverts

règlements

port

et

feux,

et

balises

appliqués

de

qu'elle

notamment

huiii.ige desniu's à couvrir

des

seront

dans

tous

lerritoii'e

el de

d'(Milretien

droits

loué

promulguer

l'adminislration

truction

signaux

des

i(laii(uis diploMiali(|ues et c o m m e r c i a l e s a v e c e l l e , s e r o n t

le

d e s di-oils de

ments

élever

prendre

s u r le t e r r a i n loué, le l o n g des îles et des côtes, et, d ' u n e

générale,

posilious AFD.

pourra

ou

c o n s t r u i r e d e s p h a r e s , p l a c e r des b o u é e s e t

pourra

navigation

manière

dans

France

troupes

loué.

lOlle à

des

signaux,

Chine. voudra

percevoir

les frais de c o n s mais

i m p a r t i a l e m e n t aux

lesdits

navires

règle-

de

toutes

seroril

Irailés

nationalités. AiiT.

(i.

Si

des

d'exlradilloii

cas

pi'i'seiiliMil,

si>

ils

d ' a p r è s les s t i p u l a t i o n s d e s c u n v i - u l i u u s e x i s l a u l r s l ' u l r e l a F r a n c e ( d l a ••liine,

niilammi'ul

C h i n e el .AiiT.

-

7,

Une V d i c

eidles

i|ui

rrulcnl

les

lapporls

de

voisinage

enlre

la

le '{'(uikin. Le g o i n i T M i ' i n c n l

l'erria'

rrlianl

nu

pidul

(di i i n d s di'

a u I oi'ise

la baie de

la

iMMUCeà

consiruire

K ( l u a n g - T c l i ( ' M i u - ( )n a n , a u

L e i - ' l ' ( d i ( ' i i n , à u n | i o i n l à d ( ' - d g n e i ' s u r l e cc'tlé o u e s l d u L i d - T c l u ' c j u , a u x e n v i r o n s d'Oii-l'ou. Ce

d e r n i e r point sera

ullérieuremeni désigné

avec

précision. La ( d i i n e l'iniiaiira t^diijii

si'runl

à

Li

ais les frais d

\i- l i M i a i (diaii^i'

de

la

FiMucr.

uisiruction

Les CliijKiis

auront

et d ' e x p l o i Ic

droit

de


942

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

c i r c u l a t i o n e t d e t r a f i c s u r l a v o i e f e r r é e , d'à [ i r e s l e t a r i f g é n é r a l a p p l i q u é . Les

m a n d a r i n s

riel,

mais

seront à

la

ligne

La

veis

gasins

el

profonde

hôpilau.x,

toriales)

sera

chinois,

ces

veiller A et

la

le

pourra

établir

derniers

en

à

ralilii'e

|iar

le président de

p l u s ,

•l'ai

u n

été

(pie

L(es

Lies

du

ce

maté-

matériel

le

[iliis

appontements,

s i g n a u x .

Le

il'a limil i s s i n i e n I

neutralité

C.hini:,

en

brid'ib'dai

mouillage (eaux

guerne

terri-

français

vigueur.

Elle

I(H'SI|u'ellc

el

française,

doiil

de m a -

ct

seulement.

immédiatemeni

exemplaires

sera

a u r a

été

l'i-clninge des r a t i -

|)ossible.

<|ualre

en

langue

française

cl

1S!IH.

le

de

vous

de

faire

accordées p o u r

sous-préfet la an

de

M.

P i i l i o n

ilii

2."')

c o n i p l i ' i i n n l a i i c s

est

li('ine

eonnaîire

reiupLua''

de

est

décemlire (jiii

1899

n o u s étaient

les

satisfactions

nos o l ' l i c i e r s

qui

;

Li-I l o n g - ' r e h a n g ;

par

dégradé.

limitation

pour d e m a n d e r sa

d o m a n i a u x ou

ci-ainès dr

l'assassinai

S o u i - K a i

convention

lerrains

'>n-|)()u

et

de

d'aboutissement

navires de

Hépul)lii|ne

télégramme

vice-roi de C a n t o n

l'ail

de

les satisfactions

Le

sera

la

dans huit

Le

Dès

voie et

:

l'honacur ont

eu

la

voie

point

bouées el

l ' e m p e r e u r de

faisait connaître

nous

au

jioinl

entrera

par

langue chinoise,

accordées

ce

convention

l'i'kin

de

cette

débarcadères,

présent

licalions aura liiui à

U e

de

situation

dès

en

des

des feux,

plus voisin

présente

quali'e

de

e x c l u s i v e m e n t réservé a u x

La

à

protection

également,

construire

raliliée

l'ail

la

l'entretien

France.

France

O n - P o u ,

en

eau

devront

réparation

charge de

8.

Ani. la

la

sera

arrivée

à

l'iikin,

un

rapport

lalilicalion.

vacanis

sui'

le

lra(a''

ilu

c h e m i n

de

fer d e

n o u s seront donnés. mines

du

Kao-tcheou, du

Lieii-lcheoii

id

du

Lei-tcbeou

sont con-

cédées à u n e société f r a m o - i h i n o i s e . O r d r e est donné d ' a r i r l n siiial. ,111

Les

n o m

unr

corps

du

dr

Lr|iriiiripr >'iiunan

esl

«enlre . M .

nos

d i \ i i n l n - les m i l i e i e n s a u l e i i r s del'assa.soui

oriiricis

n-ouvernement (diinois.

indemnilé

L'all'airr

de

ri

dr la

:iO,lll)l) mission

d'iinr

l a i d s (200,(1(1(1 dn

sera

|ioiir

admis,

et

reslilni's

le

avec

excuses,

l'aile»

la m i Mrs d e s v i c i i m e s r e c e v i ' o i i t

Ir.inrs).

Lri-lidii

iiidrinnili'

l'ormellcnient

i li-

Les

1rs

ri'i;li'r.

Iroulilrs

ehillri!

dr

sera

lixi'

l ' i d i ' d r r i i i r r a 11 par

un

arroid

François et les autorités du Y u n n a n . l'iiaioN.

I''ii

m a i

1898,

en

réjiaratioii

v r i i i e m e n t c h i n o i s consentait

du à

i i i r i i i l i r n u l l e

du

dciiiaiide

P.

lïeilliidji

p o u r

h;

(,

le

clioiiiin

gou-


ANNEXES

943

^cy lie l*a-l\li()ï au S i - K i a i i g ct il était entendu que seule une c o m p a gnie fiançaise ou franco-chinoise p o u r r a i t c o n s t r u i r e tous c h e m i n s de fer ayant Pa-Khoï p o u r p o i n t de départ. Tels sont les actes p o l i t i q u e s de notre pénétration en C h i n e mérid i o n a l e . D a n s le d o m a i n e de l ' e x p l o r a t i o n il faut citer les m i s s i o n s de M. B o n i n , résident en I n d o - C h i n e , au T h i b e t el en C h i n e o r i e n tîde, du prince H e n r i d'Orléans et du lieutenant de vaisseau R o u x , du T o n k i n à l'Inde par le cours supérieur du Mékhong, les r e c o n naissances de M. M a d r o l l e dans l'tle d'Haïnan, etc. Il faut accorder une m e n t i o n spéciale a u x études de M. Lcclère, 'ngénieur des m i n e s ,

qui,

en

c o m p a g n i e de M.

de V a u l x s e r r e , a

cliidié les richesses minières du Y u n n a n , du Kouéï-Tchéou et du K o u a n g - S i . De p l u s , le p r o l o n g e m e n t au Y u n n a n des l i g n e s de c h e m i n s de fer t o n k i n o i s e s , a été étudié

p a r M M . G u i l l e m o t o et

E d o u a r d D a r d e n n e , les c o m m a n d a n t s G o s s e l i n , V i a r d , l e capitaine l ^ o u r g u i g n o n . L e s consuls établis à Y u n n a n - S e n et à T c h o u n g K i n g , M M . François, B o n s d ' A n t y et H a a s , y a p p u y a i e n t les efforts d'ingénieurs et d'entrepreneurs français q u i préparaient la m i s e en e x p l o i t a t i o n des m i n e s de h o u i l l e et de fer. M. D o u m e r , g o u v e r n e u r 8'éncral, s'est r e n d u lui-môme à Y u n n a n - S e n , dans l'été de 1899. L e s événements de 1900, le soulèvement b o x e r contre les étrangers d o i i l les p r i n c i p a u x acles

fuient le

siège et la

délivrance de

Pékin cl r n c c n p a t i o n du P e - T ( l i ( ' - L i par une armée alliée c o m m a n dée

par

le maréchal a l l e m a n d de W a l d e r s e e et dans l a q u e l l e le

corps expéditionnaire français

était commandé p a r le général

V o y r o n , ont arrêté l ' a c t i o n des Français au Y u n n a n q u i dut être ^'Vacué par nos compatriotes au début des t r o u b l e s . M a i s c'est de ce cûté q u ' e l l e va se porter de n o u v e a u p u i s q u e les c o m p l i c a t i o n s de C h i n e ont p r i s fin en a o i U 1901, et le P a r l e m e n t , en votant, en j u i l l e t ^901, la convention conclue par le gouvernement fivec des établissements financiers

de l ' I u d o - C h i n e

p o u r la f o r m a t i o n d'une société

chargée de l ' e x p l o i t a l i o n de la s c c l i o n du c h e m i n de fer de Ilaïphong L a o k a y el de la c o n s l r u c l i o n de la section c h i n o i s e de L a o k a y k ^ i i n n a n - S c n , a h'iniiigné de son (h'sii'de v o i r c o n l i n i i e r notre péné' i i t i o n c o n m i e r c i a l c dans la C h i n e méridionale. I


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

944

V.

.lusqu'en

L'ORGANISATION

4887,

nos

ET

LA

MISE

EN VALEUR

possessions d ' I i u l o - C h i n e

formèrent

deux

g i ' i i i i ] ) c s , l a C o c h i n c h i n e , dont l e g o u v e r n e u r , c i v i l d e p u i s 4879, iiail

représenté a u (Cambodge p a r u n résident, et l ' A n n a m - T o n k i n

où un résident général, relevant du luinistère des affaires étrangères, f u i institué apiès l'expédition. Un déci'et du 2(i j a n v i e r 4886 avait institué le protectorat de l ' A n n a n i et du T o n k i n q u i Fut s u c cessivement exercé p a r les résidents généraux

P a u l 15er(, i n o r l a

Hanoï le 44 n o v e m b r e 1886, et M. B i h o u r d . Des décrets du 47 octobre 1887 et du 21 a v r i l 1891 réalisèrent l ' u n i o n i n d o - c h i n o i s e en créant un gouvcrnen!• g é n ( ' l a l de l'Indo(Jhine française ayant sous sa haute d i r e c t i o n le lieul(;nant-gouverneui' de la C o c h i n c h i n e et les résidents supérieurs du C a m b o d g e , de r . A n n a m et du T o n k i n ; le L a o s et le t e r r i t o i r e deKouang-TchéouItiian ont été ultérieurement-ratlaihés au g o u v e r n e m e n l généralL e s Fonctions de g o u v e r n e u r géni''ral ontélé suce.essivenient rein|>lies par M.M. C o n s l a n s ( 1 8 8 7 - 1 8 8 8 ) , K i c h a u d ( 1 8 8 8 - 1 8 8 9 ) , P i q u e t ( I H 9 9 - 1 8 9 I ) , (le Laiiessau ( 1 8 9 1 - 1 8 9 4 ) , A r m a n d R o u s s e a u (18944896), m o r t k Hanoï, et P a u l D o u n i e r , noniuiéh; 28 décembre 1890Le c o m m e r c e de l ' I n d o - C h i i i e s u i t une p r o g i c s s i o n ascendante. H ('•lait e n IHHS de I'i(l n i i l l i ( u i s . Après une baisse (|ui d u r a jusqu'en I S ' . l i , il renidiita à l."i(> n i i l l i o n s en I89.'i, s'éle\a à ¿(1") m i l l i o n s cn 1897 et à 232 m i l l i o n s en 1 8 9 9 . La C o i d i i n i d i i n e (M le C a m b o d g e ('ntr(uit dans ce d e r n i e r cbilTre poui' 177 m i l l i o n s , l'.Viinam jiour Kl m i l l i o n s et le T o n k i n p o i i i ' 6.") m i l l i o n s . C e , liillVe se décompose aussi en 14.5 m i l l i o n s d ' i m portal ions, dont ."i8 m i l l i o n s I -2 de l"'i-ancC id I d H m i l l i o n s d ' e x p o r l a t i o i i s , dont 22 m i l l i i m s poni- l''rain-c. 1*'" 1 9 0 0 , les i m p o r t a t i o n s s e sont ('dev(''es à IHIi m i l l i ( J i i s id les c.NipOl'tat ions à I •)."> m i l l i o n s (d, (iem i, s o i l un b d a l de 5 il m i l l i o n s (d d e l U l , s u p i ' l i e n I- i l l ' S 9 m il l i i m s cl d e m i à ecl ni de I 8 9 9 : l a I''ran c e a c o i i i p t " , i i i \ I m p i i i l a 111 ms | i i i n r ~'i m i l l i o n s et a u x ex|ioi-|alions jiou r pl'"^ (le II.') m i l l i o n s . Le i'(''i;iiiie l'a i m o i i n i | i i e de l'I i i d o - C l i i ne est act ii(d le me 111 n'gli'' P''"' n i l (b'arcl l i n i " . l ( l i ' c c i i i lire I K 9 S . I / e x pi'rienee de pl iisieii rs années a \ a l l i b ' ' i i i i j | i l i i ' ' 1,1 ni''ccssil('' de i i i i i i l i l i c r , s u r certains points, le tarif

.


ANNEXES d o u a n i e r v e m b r e sion

rendu

1892.

cliine

el dn

Ce

du

au

tarif

de

posées.

se

du

produits

q u i

f^iiile,

en

rapprochant

une

s u p p r i m e

pavent de

un

s o m m e ,

ou

plus

a u x

du

la

de

nos

11

L ' a d m i n i s -

favoriser la

mise

n o m b r e

d'exemp-

articles,

droits

petit

tarif mésont

étrangers

diminués

taxe

un

du

totale

produits

la

p o u r

en

elle

tarif métropolitain,

efficace p o u r

du

C o c h i n -

reçu

l'exemption p r o d u i t s

loi la

q u i

contre, des

no-

d'État.

d'autres P a r

sensiblement

davantage

protection

vue de

certain

29

ont

C o n s e i l

l'intégralité

taxes

accordés

de

propositions, du

du

une c o m m i s -

l ' A n n a m - T o n k i n .

ses

actuellement.

des réductions

par

exécution

principalement en

bénéficient

décret

élaboré

en

c o m m e r c e et

élaiili

le

conseil colonial

de

formulé

colonie,

trouvent,

tnrif, se

du

par

été

s o u m i s ,

protectorat

Les dégrèvements

C h i n e

et

d o n c

métropolitain et relève, p o u r

ils

li'opolitain,

bi

tarif, notre

dont

n o m b r e

t a r i f a

ensuite

m i n i s t r e

n o u v e a u

lions

dn

a

945

I n d o - C h i n e

délibérations

conseil

valeur de

léduite

n o u v e a u

a u x

locale

l'adhésion

en

indo-chinoise

1892,

lration

en

Un

spéciale

janvier

applicajjle

p r o Indo-

n o u v e a u

constitue, à

par

l'entrée

dans

colonie. 1>'MMILC

certain tion

pari,

des

pays

l i i x e s (le

nature el

I

I

nidii 1rs

L e

ri'i^imc

25li''\rirr cllciadirs 'iscaies

C'valui'

id

soni

plus

p a n x i c

P'iys, derala •'lies

: l'i,

''upilanx

a

: de

ainsi la

ladlc

des

Ces

dans

A n n a m ,

(|iir

le

r i m i n s i r i e

l'oi'nanisal ion (les dans

par

minéi'alr

ivnsei^nemeids 1rs

industries

L(;s C o l o n i r s , v i d . L

a

cl

onl

divers

à

sur

un

destina-

remplacé

pavs

exportés,

('di''

(d(|ni

Les

les

de l ' U n i o n

quelle

que

d ' u n

barrières

li.xé

jiar n n

diminué

le M.

piiidii|ue.

de

iH)n

dont

fût

pays

intérieures

décret d u

15el,

une

minières

ïamiianre iiasées

par ne

oll're

sei'viee plus s u r

re-

a été

ingénieur

des

des

lui

an

paraît

pas

heain-oup

i ndo-idi i noise d ii

de

charges

l'ecounucs sont

accomplie

que ladni de

les

r e n d e m e n t

1'I n d o - ( d i i n e

yaïuvcrncmcnl (d

a

mines

(•(dies

sous-si d

le

droits

passaient s i m p l e m e n t

sriciililii|ne

en siilislames mim'rales (|in'

droits

produits

mines

m a i s

mission

les

des

colonie

j'c'drnilnc il(inn('e a u x d r o i l s

ad j ml ira I i o n

d'une

la

sont tombées les

e\jiloilalion.

ex|)linalenrs,

établi

de

colonie.

au:;nH'nl(''

m i s e s en

en

mais

l'autre |iai'lies

i{iM

mines, a r o n i d u , (d

les

lorsqu'ils

d'cxploilalion

a u x

'•aos

fi'appaient

a

sortie

m i n i e r d r l ' A n n a m-'l"i m k i n

ISOT

yrcvanl

'•onréd(''es

môme j o u r

leur

existaient

môme

dans

diverses

du à

exclusivement.

q u i

ijui

d i s i i n a l i o n ,

<-Mlrc

décret

produits

étrangers

ccil(>

inilo-cliiniiisc leur

un

n o m b r e de

d'aiiires

den x

desi-

des l'erlicrgrande

des

recherches GO


946)

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE VIII

i n o b a n t c s . Le T o n k i n ,

[ilns

|iailic-nilèreineiit,

reii ferme

de n o m lire n \

( 1 .'• [ 1 Ò t s c a r b o n i f è r e s . Jusqu'en 1.1

ligne

U n e

1890

de

loi

de

à

l'exécution

de

la

de

gement

de celte

1898,

long(!

nue

s o m m e

200

part

De

Ilaïphong

c h e m i n

1899

a

(b'crel

de

plan

de

une

traverse jiar la

parmi à

sllnaliim lesquels

'i'onkiii

la

en

linancière,

la

L a n g s o n

transfor-

et le

jirolon-

frontière de (Iliine,

voies

ferrées

a

été

g r a n d e artère q u i le T o n k i n

loi

millions

à

ler

~

Laokay

di'

auloris('' (In

avons dit

du

pour

25

ariélé

part

delà

et aboutit an

décembre

exécuter

et

pour

(locbin-

Y u n n a n .

1898 à

cinq

les

travaux

di'cemlire

([lie

des

par

Hanoï,

du

(IMIN

l'.KlO

missions

froneon dn

La

e m p r u n t e r

premiers

tronçons

françaises o n l

vention

par

autorisé à

concéder

à

une

blisseinenls

linaiiriers

Laokay

doit

( ili ine

qui et

les

èlir

en

le

la c o n s t i n r t i o n et l'ex p i n i la I i m i

formée

la

le

par

lii;ne

un

NoUS

une

1901,

cona

¿1"

par

q u a t r e éta-

(]('.

Ilaïphong

t^iiiivii iienient

il n

et

|iroI()ngement

jiiin-jiiiIl(d

de

|iar

amorce 20 avril

Viietri-Laokay.

éliidn''

a n o n y m e

l'ex p l o i l a I i o n en nsl i ii i te

Yen-Bay,

l'Indo-l diine,

(lliambres

socii'di'

ct

U n d é c r e t <lii

IIaï[)hong-Vietri

Ircimain

la-i^uiivernemcnt de

ajiproiivi'a'

Vietri

pém't t a t i o n a u Y u n n a n .

Ncrs Y u n n a n - S e n .

à

sa

jusqu'à

et du

réseau :

I" du

que

(je p r o l o n g e i n e n t e s l a u j o u r d ' h u i a c c o m p l i .

consisle en

r.Aniiam,

de

ferrées

d e v a i l être affectée,

(\v.

pnliiics,

d'une

c o l o n i e a été autorisée

d e II'

di''linilivr

l'Iiu-Lang-TIuiong

nouveau

Il

voies

de l ' A n n a m

m i l l i o n s q u i

liavaux

Hanoï,

un

comptait c o m m e

protectorat

80

(le

ligne

veis

riiido-ldiine. eliine,

le

li(|iiidali(m

liniic

])arl

I'".n

la

diveis

mation

d'aiiire

autoi-i.sé

une s o m me

tcmpsqu'à

ne

à M y l h o e t (-elle d e P h u - L a n g - T h u o n g à L a n g s o n .

189(1 a

àem[irunter même

l'Indo-Cliine

Saïgon

( licni i n

de

a

l'IlldO'

de fer de L a o k a J

Y u n n a n - S e n . 2"

De

cembre

Hanoï à 1900

V'inli jiar

a

autorisé

Nairi-Dinli

les

Iravaux

:

le

de

la

di'aiei serlioii

pn'eili' de

du

7 dé-

.\in-B i n h à

(jiem-Ouinli. ! i "

De O l i a n g - ' l i i

à

i"

U n e

Saïgon

et au 5"

ligne

de

I I m'' e t

'l'on rane. T a m - L l n l i a i i

plateau

d e Laiig-ISianë

Kliaii-Iloa. U n e

liuiie

L e s tronçons

de

Myllio à

N'inli-Loiii;

id

I laïpliiini;-l lanoï ( 92 k i l . ) ,

llaiioï-i\am-l)inli-l!inli-l)inli au

à

p.ir

priiileiiips de

191);!.

Le

( H 8 k i L j tronçon

à Caiilliii. IL'

seroni

ï-\iilii mis

M l i kil.)

en

Saïgon-Tam-Linli

ex pbiilalio" a

été

mis


ANNEXES

947

a d j i u l i o a l i o n le 47 n o v e m b r e 4900. Et les tronçonsNinh-Binh-Vinh, Tourane-IIué, T a m - L i n l i - L a n g - B i a n g - ct Vietri-I.,aokay ont été m i s en a d j u d i c a t i o n en m a i 4901. Le projet de Saïg-on au plateau de L a n g - B i a n g - offre un intérêt p a r t i c u l i e r : M. D o u m e r veut établir s u r ce plateau un s a n a t o r i u m t propos d u q u e l il a f o u r n i dans une i n t c r w i e w les i n d i c a t i o n s s u i vantes (1) : l'Ius on dant en

en a

étudié le

chef des

attaché q u e m o i nemment Orient

pératures pourra

h

fonder

d'avoir

d'Europe

entnî

ville

conditions

d'été o ù n o s

chaleurs

et

de

c'était

et

l'anémie

y a vu

ct

un

de

possible.

grand

plateau

camp

ct du

de

y

est

plus

très

l'Extrême-

avec étendu

militaire avec

des

tem-

l'on

d'immenses

pourront vivre et s'exercer

l'Europe,

nos fonctionnaires bas

Il

dans

d'altitude,

nos troupes blanches celles

côté.

domination

mètres un

d'avantages. Le c o m m a n son

N'est-ce pas u n e chose émi-

notre

1,700

vivifiante,

rappelant

colons

on

solidement

part

c h a m j)s d e m a n i c u v r e o ù

plus

fait e x a m i n e r

1,400

saine

installer d'une

dans des

l'a

encore si

propre

(|ue

projet,

troupes

et,

d'autre

pourront

se

part,

une

refaire

des

|)ays?

Le p l a n de pénétration p a r voie ferrée

en C h i n e méridionale

c o m p r e n d : 1" le p r o l o n g e m e n t de la l i g n e Haïphong-Laokay vers Y u n n a n - F o u , où tendent a u s s i le projet

anglais

Moulmeïn-Xieng-

H o n g - S e m a o (projet C o l q u h o u n ) e t l e p r o l o n g e m e n t

anglais du

c h e n i i n de fer de U a n g o u n àMandalay p a r Bhâmo ; 2° le p r o l o n g e ment du c h e m i n de fer de L a n g s o n

vers

Long-Tchéou, N a n n i n g et

Pe-Se ; .'{° le projet P a k h o i - N a n n i n g - j4'>le projet de Kouang-Tchéouf ' i i a n vers Ouï-pou. C'est p a r ces voies ferrées que la F r a n c e p r o jette de faire la l i a i s o n , la « s o u d u r e », vinces chinoises l i m i t r o p h e s , ^'ni'toiit le Y u n n a n .

(I)

Tniips,

\:,

mars

l'.lOI.

le

entre le T o n k i n et les p r o -

K o u a n g - T o u n g , le K o u a n g - S i et


CHAPITRE IX ÉVOLUTION POLITIQUE KT ÉCONOMIQUE D E S COLONIES DE L'ANCIEN DOMAINE

On de la fices

voit

c o m b i e n faraude

et coinplcxe

est l ' œ u v r e

coloniali'

troisiènio R é p u b l i q u e . Kllc a r e c o n s t i t u é , au prix de sacrile p a y s a consentis

que

en

véritable em|)ire f r o n t r e - i n e i - ;

vue

elle

tradition issue de r i n s t i n c t i n c m c du somiiHîs, niale le

de

l'a

son

fait

r e l è v e m e n t , un

p a r c e (pie c ' e s t u n e

peujile m a r i t i m e ( p i e

iioiis

m a i s aussi parce qu'elle voyait d a n s l'exjiansion colo-

remède à

la crise de resserrement de nos e x | ) o r t a l i o n S

.sur les m a r c h é s d ' E u r o p e . T o u t e f o i s , i l s e r a i l i n j u s t e d e d o n n e r à l ' e n t h o u s i a s m e , q u e d o i t e x c i t e r le s p e c t a c l e de cette r e n a i s s a n c e , la forme d'une ni (!s » ;

c a r (îlles

Iraditions,

\HI'.i ia

maintinrent

maritime,

et de

cuïm

m ê m e v i v a c i t é hl

officiers qui, r.\fri(|iie Luit

dans

par

la

(h;

lléunion

de

n o s <(

vieilles colo-

communauté

la

force

o c c i d e n t a l e ? QIW,

par la

dire

de

les

iiialhciiis

(''"

a i i r i o n s - n o i i s e n t r e t e n u avec

merveilleuse et

nos

française

lointaines, l'amour

réparer

tradition de notre nMe été

d'admirables serviteurs de

plis i M i x

la

aventures

res[)oir

I H l î ) . S a n s la

Séiuîgal n'a-t-il pas

dédain

l e s g a r d i ( M i n e s de n o s d r o i t s , de

e n l r e | ) r i s e s et des

;;'oi1l d e s iiK'lier

et

sorte de

furent

à Ma(hn,Mscar?

école d'aiiplication

science,

nous

Terre-Neuve

d^s

o n t donn(î

se

ïorvncn^

notre m a r i n e ! Ni; ( h n o n s - n o u s

l'rançais des A n t i l l e s , c o m m e à ceux de

la R é u n i o " )


ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

949

la sauvegarde d'une longue expérience des cultures coloniales l e s p l u s d i f f i c i l e s . C e s o n t les a î n é e s d e l a f a m i l l e d ' o u t r e - i n e r : fît e n c e t t e

qualitéj

des f a v e u r s q u e

l'on

elles ont p a r f o i s souffert s a n s prodiguait à

murmurer

leurs d e r n i è r e s s œ u r s d'a-

doption.

I

A N T I L L E S

Le

groupe

éprouvé

des

Antilles

E T

G U Y A N E

el de la

G u y a n e a été g r a n d e m e n t

par le dévelopj)ement de

la culture bcttcravière en

F r a n c e . I l n'est p a s d o u t e u x q u e l e .souci, t é m o i g n é a u j o u r d ' h u i par

le gouvernement m é t r o p o l i t a i n , de réparer

c a u s é j)ar l a c o n c u r r e n c e

au

d'une

sein

ce dommage

même communauté,

aurait dû se manifester beaucoup plus tôt, à une é p o q u e où il a u r a i t é t é facile d e t r o u v e r les r e m è d e s :

mais l'espoir décevant

d<ï v o i r l e l i b r e - é c h a n g e r é g n e r b i e n t ô t c h e z

tous les p e u p l e s

"e p o u v a i t se c o n c i l i e r avec la solliciliide ipii veille à e m p ê c h e r concurrence entre la 'nère-patri(ï el

m è r e - j i a l r i e el S ( Î S colonies, jiuisque

colonies n ' o n t point, dans c e l l e hypothèse,

V e i l l e r l'inue s u r

l'autre:

tous les

m a r c h é s du

à

m o n d e ne leur

Nonl-ils

pas

ouverts?

llièse :

(>i

le d é s i r de g a r d e r sa r i c h e s s e , g a r a n t i e de la f o r c e

"liiilaire

et de

lous

peuples

les

l ' h y p o t h è s e esl rcsh'c

Seulemenl

l'indépendance depuis

E n c o r e a-t-il fallu lutter, en

nationale,

trente

ans,

iM'ance

au

s'est lieu

hypo-

r e n f o r c é chez de

s'affaiblir.

m ê m e , p o u r obtenir le d é -

8 ' i ' è v e i n e n l d o u a n i e r d(\s p r o d u i t s q u i f i r e n t j a d i s l a r i c h e s s e d e nos vieilles c o l o n i e s , à l ' e n l r é e d a n s la m é t r o p o l e . •Si

l'adoption d'un r é g i m e douanier, plus c o n f o r m e à la s o l i -

d a r i t é IValernelle d e l a F r a n c e e t d e ses c o l o n i e s , a a t t é n u é l e s '"aux

dérivés de

la

|)rodigieuse croissance de la culture el de

l ' i n d u s t r i e s u c r i è r e s , les p r o g r è s d e r i n i p o r t a t i o n é t r a n g è r e , e t


QUATRIÈME PARTIE

950

c e l l e d e s Étals-Unis d'y\in(''ii(]uc, d i i n s n o s (colo-

liDliuniiKMil

nies des A n t i l l e s ne s e m b l e n t p a s a v o i r éU; e n r a y i ' s : de; sorte, qu'il

n'y a plus

\ i l i c e s , si

réciprocité économique e n t r e

ces

vieilles pro-

lTan(;aises d e mœurs q u e c e n e s o n t p l u s des c o l o n i e s ,

c l l a nièrojialrie. O n s e r a i t m o i n s ému d e c e U c c o n d i t i o n c o n t r a d i c t o i r e d ' u n e métropole q u i achète p r e s i p i e tout à ses A n t i l l e s , t a n d i s (pi'elie (•(ini|ile s u r l e u r marché p o u r m o i n s d e l a m o i l i i ' des i m p o r l a l i d i i s , s'il n'y avait une dangereuse h a r m o n i e entre la doctrine i d i ' a l e (le M o n r o i " , d e v e n u e p r e s i p i e u n a r l i c l e d e foi p a t r i o l i ( j u c dans

l a g r a n d e républitpie a i i n ' T i c a i i i e , e l

h ; l'ait p r a t i q u e j u J -

(pi'à l'excès d e l a s a i s i e d e s c o l o n i e s sucrières e s p a g n o l e s à l a s u i t e d ' u n e g u e r r e a b s o l u m e n t injustifiée. L e s p u i s s a n c e s e u r o péennes q u i

possèdenl

des ( ( i l d i i i c s d e môme n a t u r e d a n s les

mêmes [tarages ne s a i i i a i e i i l in'i^lii^ci' cel

avertissement;

et la

(( p i ) l i l i i | i i e (le r a i i l r i i c l i e )i n ' e s l p l u s de m i s e , si j a m a i s elle Ic l'iil. La l''rance a déjà, i i n i l g i i ' le n i a i i i l i e i i des l ' o n n e s c o u r l o i s e s cl amicales de la dijilinnal i c , senti l'Iidslilili- de

l a |>nlili(pie

douanière d e s Étals-Unis d'Ainériipie au.\-([uels, d ' a i l l e u r s , o n aurait le

m a u v a i s e grâce;

siMici

et

naïveté à d e m a n d e r a u l n M l i o s e que

leurs i i i l i ' i c i s .

(le

r i l i i r o p e esl

La

cliose m o r l i ; aux

piri^niiiience l ' i l a t s - l ' r i i s , en

facnlli'' de ce g r a n d [)cuple d(; se s i i l l i i c , el de

industriiîile de l ' a i s o n (h' 11* s o n p a r l i p'"'^

liirl i n t e l l i g i b l e <h; s ' e n s e r v i r ; le j o n r e s l ( i n i c l i e où l ' e n v o i de i i i i m b r i i u x e l g r a n d s p a i p i e b o l s sers N e w - Y o r k d e \ i e i i d r a di^' l i c i l e à l ' E u r o p e el

où le p a \ i l l o n ('(oili-, p r e n d r a

sa |)aii, sa

très f o r t e p a r t . Mais la r e v e n d i c a t i i H i

de

M m i r o i " ' , d i s c u t a b l e en elle-mêine

p o u r des rai.sons p h i l o s o p h i t p i e s

et

les p e n s e u r s

resteront

di'pi

rc\(''lii,

des

l''tals-Uiiis

( p i a i i d elle

( i H i i l i i i s i e e(

de

ne

s ' a d r e s s e l'i

géographiipies a n x q u i d i r s pas

insensibles, a

la l*'raiic(', des l ' o i i n e s de

di'-licalesse (pie n o u s a n i i i i i i s un ('-gai l o i ' l d e

n i i ' C D M i i a i l r e . « L ' A m ( ; r i ( [ u e a u x A m é r i c a i n s » , Mulàjpii semble


ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES net. M a i s à quels A m é r i c a i n s ? A la

m i e r i e de

venir à «

951

ceux du N o r d ou du S u d ; ct

S é c e s s i o n n'est pas s i

lointaine

qu'il

ne puisse

l'esprit de q u e l q u e E u r o p é e n u n e f o r m u l e de ce genre :

Pour

tout a b s o r b e r

il

faut

êlr(' d'abord

liomogène.

»

Le

m o n d e a m é r i c a i n n e l ' e s t p a s . I l n'cïst p a s « d i t d a n s l ' É c r i t u r e sainte », XVI"

selon

siècle

l'énergique

contre

il y eiil a u s s i u n e <pie les

protestation

l'hégémonie

doctrine de

régions tempérées

de

nos

ancêtres du

espagnole en A m é r i q u e

(car

« r A m é r i ( ] u e a u x E s p a g n o l s »)

de

l ' A m é r i q u e du N o r d

auront la

l)r(''(''niin(;nce s u r c e l l e s d e l ' A m é r i q u e d u S u d , l e s A n g l o - S a . \ o n s sur de

les L a t i n s ,

à s u p p o s e r q u ' A n g l o - S a x o n s et L a t i n s soient,

part et d'autre,

Unis

du

Nord

rigoureusement authentiques.

ont l'avance :

d"aiit('rii)ril('' des d i - h i i l s , L'iùirope

Les

États-

c'est u n e affaire d e c h r o n o l o g i e ,

iiiillement de

s u p é r i o r i t é de nature.

i n é r i d i o i i a l e s'(''V(!Ìlla a v a n t l ' E u r o p e d u n o r d - o u e s t ,

l'Europe maritime du

nord-ouest avant le centre s l a v o - g e r m a -

ni(|iie, le c e n l r e

slavo-germaniqiu; avant l'Orient s l a v e ; et où

sont aujourd'hui

toutes ces h é g é m o n i e s é p h é m è r e s et s u c c e s -

s i v e s , d a n s l e n i v e l l e m e n t d e n o t r e s i è c l e d e s c i e n c e \ ile l i a i i s m i s e a n v o i s i n , de (h'coiivertes p r e s q u e i i i s l a i i l a n i ' i n e n l ci un m un es à t o u s ? l']t ne

p o i i r i p i o i les ('•nergies d u

se i n a r i e i a i e n l - e l l e s pas

liri'sil

de rnèiiie

el

de

rArgeiiline

a u x ('iiei'gies n o r d - a m é -

r i c a i n e s , s a n s (•(inipler c e ( l a n a d a o ù i l y a l a n l d e s a n g f r a n ç a i s ? E t p u i s les H a w a ï , d c s S a m o a , s u r t o u t les P h i l i p p i n e s , c o m ment

l a d o c t r i n e d e M o n r o ë les a n i i e x e - l - e l l e ? E t (pie v a u t l a

doctrine

n ' ^ p u b l i c a i n e (h; l a s o l i d a r i l i ' d e s c i d ' a n t s d e l a m ê m e

l e r r e d ' A m ( ' i i ( | u e , s'il y a un coniradicloires

(pie

send)lent

« i m p é r i a l i s m e » r é p u b l i c a i n (si les l e r m e s ) c o m m e u n i m p é r i a -

l i s u n ; b r i l a n i i i i p i e ? — (( N o u s ne l o i i c l i o i i s pas au vieux c o n t i nent » — diront ment aux —

îles

les

(|ui

doctrinaires

n'en

sont

Mais alors pouripioi t'uba

c a i n e s , si les

Philippines

d'Amérique,

])oint d e s et

<( m a i s s e u l e -

parties i n t é g r a n t e s

».

Porlo-Ri(f) sont-elles A m é r i -

n e soni p a s A s i a l i i p i e s ? — ( ( A s i a -


952

QUATRIÈME PARTIE

ti(|ii(is »

r/'[ili(|iiiTiiiil-ils, s a n s d o u t e ,

mais non E u r o p é e n n e s .

(iscr paicil s o p h i s m e ? L ' A m é r i q u e du S u d et du

— Ooininciil

à l'AiiK-rique du N o r d que par des i s t h m e s ,

c e n l i c , ne lenaiil

s c r a i e n l u n seul e t m ê m e p a y s ; e t l ' A s i e q u i est R u s s e p h y s i qnenienl

et

anglaise

(!t

I: liiin,

ethnogra[)lii(piement

ne ferait

point

m a | i l n e (juc c e l l e jugent-ils

du

corps

trale serait

une

i m m e n s e ('tendue,

avec l ' E u r o p e .

dogmatisme

canal

Qu'ils

d(!

S i n g u l i è r e g'éo-

américain !

Et l'Afrique, la

prennent garde

S u e z au lieu

d'invoquer la

de rancieniH' u n i o n

d(!

l e p('r(-('nieu( d ' u n d e s ¡ s i l l i n e s ( r . \ i n ( ' i i ( | u e c e n -

l i s l l i m e , sin(Mi

leu.v, en

du

Européenne?

S('[)aration

sur

f r a n ç a i s e colonialement p o u r une i m m e n s e p o p u -

est f o r t h c u -

la m o r t de la d o c t r i n e de M o i i i o i ' ! Il qiie le G r o i ' u l a n d ne vaille pas la

vérité,

peine d'une

i p i i ' i e l l e , o u m a l h e u r e u x i p i ' i l n ' a i t a u c u i u i (his ( p i a l i l é s r e q u i s e s pour

un

èlic

terrain d'uiiioii

s e d e n n i n d i ' (et qniii

la

canne

le d o n l e

duel line à

de

e n t r e les c o n l i n e n i s r i v a u x . O n

d u r e li(''las ! p a s l o n g t e m p s ) j i o i i i ' -

ne

.Monroi-

s'(!St

ap|)li(pié(;

sucre d e t a i h a et de Porto-llic.o,

aux champs

de

non aux c h a m p s de

glace d u ( ï r o ë n l a n d ? En

(ont

cas, la

( l ' i è l i i c (piaiid

la

doctrine

(h; M o n r o i "

l''iaiice a c h e l a

eu 1 8 7 7 . (i'esl, là un

déjà

étail

connue et

Sainl-HailInMeiny à

préc('denl diplomali(|U(c

(pii

la S u è d e

cmilii-nierait,

s ' i l (Ml é t a i t b e s o i n , n o t r e v i e u x d r o i t d e p r i ' e i i i p l i o i i s u r \cs î l e s danoises

de

Sairil-.lean,

Saint-Thomas

et

Sainte-Croix. Au

rest(;, l a l ' i a n c e a p r o u \ ( ' ' ( p i ' e l l e ('lait p l i M i i e m e n t r a s s u r é e s u r les s e n t i m e n t s de l ' E t a t i ( ' p i d i l i c a i n La un

l''ayelte e t

de l l o c l i a m b e a u ,

(( p o i n t d ' a p p u i » de la

(|ui M ' i i è i c l a

en faisant

ni(''niiiii(!

de

di; I Ñ u l - d e - l ' ' r a n e e

Hotte.

L ' a v e n i r d e nos c o l o n i e s des A n t i l h i s n'est p o i u t c l o s , e n d é p d (le

la c r i s e

é c o n o m i i p i e , (pii e n y i m p o i t a n t l a s o u H r a n c e , y *

p a r f o i s , h é l a s ! i n i p o r t i ' la h a i n e . D e s c u l i n r e s fines el de g r a n d revenu de la

p e u v e n t y ê t r e i n t r o d u i t e s (pii a t t a c h e r o n t n o s F r a n ç a i s

(Guadeloupe el de

la

Martinique à

leur

lerre redevenue


953

ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

féconde, ct noueront de mieux en mieux, leurs intérêts c o m m e leurs sentiments à la m é t r o p o l e .

E n f i n , il y a là u n e p é p i n i è r e

lie cultivateurs et de cultivateurs e x p é r i m e n t é s , acclimatés sous q u ' o n a tort de né p a s assez attirer vers

le ciel des t r o p i q u e s ,

n o s p o s s e s s i o n s n o u v e l l e s d ' A f r i q u e . Ils s o n t à l ' é t r o i t , d i t - o n , d a n s ces petites îles et la s o u f f r a n c e r é s u l t e de ce r e s s e r r e m e n t : Vouez-les à l'expansion coloniale comme leurs frères de F r a n c e , et vous

sauverez

de la

d i s c o r d e c o m m e de la m i s è r e ces îles

merveilleuses. Si nos vieilles colonies insulaires ont souffert des excès d'une m i s e en

valeur

besoins,

la

Elle

au

fut,

jadis h â t i v e ,

Guyane

a

xviii*^

aujourd'hui mal adaptée

été victime

siècle,

d'un

l'objet

qui aboutirent à des d é s a s t r e s ,

de

à leurs

abandon inexplicable. mémorables

tentatives

faute de s a v o i r et de p r o c é d é s

m é t h o d i q u e s ; le xix" siècle, en d é p i t des p r o g r è s de la science, eut

aussi

si-s

aventures

guyanaises,

religieuses

ou

laïques.

E n f i n , l a c o n s é c r a t i o n d e cette r i c h e c o l o n i e à d e s e x p é r i e n c e s p é n i t e n t i a i r e s la mit d é c i d é m e n t à l ' é c a r t des t r a v a u x d ' e x p a n sion de la p é r i o d e

contemporaine.

Q u a n d le

docteur Grevaux

et C o u d r e a u y firent leurs e x p l o r a t i o n s et r é v é l è r e n t la richesse des f o r ê t s et des m i n e s , ce fut u n e v i v e s u r p r i s e : et n o m b r e de faits

prirent

aux

yeux

du

public

le

plus

instruit l'aspect de

d é c o u v e r t e s , q u i é t a i e n t d û m e n t c o n n u s e t c o m m e n t é s d a n s les «

Epoques

de la

fait e s t l o i n

d'être

Nature »

et

autres

œuvres

de

BufFon.

Le

sans e x e m p l e , dans l'histoire de nos explo-

rations, de d é c o u v e r t e s , m ê m e de haute valeur, oubliées, puis l'ecommencées avec nue

parfaite négligence

des

efforts a n t é -

r i e u r s ; m a i s i l n'est a u c u n e d e n o s c o l o n i e s q u i ait e.xcité, a p r è s des e n l l

siasmes indomptables,

•"ence e t u n e Il

n'est

l a s s i t u d e [ilus

point

surprenant

une

plus complète

indiffé-

hostile. que

des

arbitres,

invoqués

pour

t-rancher des l i t i g e s entre l a G u y a n e f r a n ç a i s e c t les p a y s v o i sins,

aient tenu compte,

dans

une mesure qui

n'est p o i n t i n -


954

QUATRIÈME PARTIE

(•orn|>alilili' sidiis,

a\cc

de

lajiislicc,

celle

l ' r a n e e à l ' e i i d f o i i , de l a \aslcs

es|)aces,

et icprises des

avec

de

Ics

Guyaiie.

canipaynes

Ics

nit'lrnpolitairn'

en

noln;

de

Oiioi

(pi'il

en

si'iileiice

liolhindaise

sa\(iir

a\ai(!nt

i p i e s u r de

e d '

de

la

iiòtce,

né«;essités

soile

(pii

oiil

aiiglaise

nuiis de

a

:

que

sans

noiis

ii'onl

el

soit

iios

deuv

recours

llxaiit

d e l ' A w a

à

daiis

la

libile

la

a

s'arrc'-ter

nianqui'

de

grand

de

(|ueslion

restrictiini de

(pielles (pie sui

de

IrancluM'

à

interesse, des l i t i g e s on

N' soiilieiil ; s'il

[lai'l, c e

qui

laisse

iiiternational, des

membres

l'ensemble

luie

iiotre

ri-

de l'cn-

(ir'sinli'ressi;-

l ' a i i i i l eagc;

à

III

di'hontés

M'iiiisen

leS

liollandaise

impose

pas

d'aliaiidon

L e Isac A l e x a n d r e

el

sans

pensee,

h"-

eiivaliies

«'(inqiaré

ci

remili, la

|>lus

Ionie

piiissi'iil

rainialile de

ce

IVoiiMère

coiuplexe

soinciiir

pliisieiiis

docirine

l'Iie

en

qiie

el

On

ne

peni

doyine

des

IVallCO-

du

conlesic

helvi-lirpi"

l)i(''sili('nue,

et

s"em|)èclier

iiliilosopliiipi"

rinli'n'l

par

été

IH'.IL

resle

|iailai;('s

loujourS

a\'e('

l'aulrC

genie. Oiiaiid oii croi! à s m i droil»

clioijue Irop le

la

pii'lenlion.

l'a riaI r a n e ,

i'epri''si;nt(''

de

ancune,

ont

l e '2'.'i m a i

lì a i i c o - l i n ' s i l i e n , le g o i i v e r n e n i e n l di; la coulV'di'ration il a l l u p i ) ' ,

déci-

pid)liqiie de

pari.

d e u v di'l'aili's. lini'

diì

cdloriiale (iu\anes

helteraves,

f o r c e r cette o p i n i o n d ' u m ' ment

des

di'scides

i-i''lli'cliir'SUI'

oiit

lls

s i i r les

l'(»|)ini()n

et a s s u i ' ( ' u i e n t I c s d ( ' ' c l a u i a t i f ) n s

p()li(i(|iie

sucri'

à

iióanmoins

di;

plantalious

{'i>vi'\ v i e i g e ;

iioire

inlliic

apalliic

aiicieimes

la

de c a n n e

niiiiiile à chesse

Ics

|iai'

ceiiseiirs

clwinijis

mais

ieiiiarqual)lc

|iar

vivenieiil d'ini un

a i i l n i i , on

lioii

seni

proci'df'; pigc

nalionalili-s,

des s e u l i n i e n l s d ' e s l i m e ,

en un

cède iinC triltiiMiil

soiivi'raiii

ii'llèle

d'amilii',

mi

par

iii'cessairenient

d r

ini'pi'is

ou

de baine, qui

ont cours

piiissances d'un

el

inti'ressi'cs.

Iribiinal

lenips par

comiiosi'

sonstraits aux là

dans

il

.send)!e

le

monde

L'arbiliage d'Iiuniains

passions indi({ué

à

l'i'gard

su|ipose

la

liabiliiellenient

polili(pies, qu'on

i l e cliaciiiK! iles

ne

conslitution et

ii'ligieiises,

Ics d o i t

dès

\oUg-

sociales ;

point chercliC


955

ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

p a r m i les d é t e n t e u r s d ' u n e p a r t q u e l c o n q u e d e l ' a u t o r i t é o u d e l'influence politiipie, religieuse, sociale. Ces r e m a r q u e s , toutes g é n é r a l e s , n e s a u r a i e n t d ' a i l l e u r s v i s e r a u c u n d e s deu.x c a s

de

d é l i m i l a t i o n de notre G u y a n e par arbitrage.

II SAINT-PIERRE, MIQUELON ET LA QUESTION DU FRENCH-SHORE. C e n ' e s l pas avec l a r é p u b l i q u e des E t a t s - U n i s d ' A m é r i q u e '[ne n o u s r i s i p i o n s d ' e n t r e r e n c o n f l i t à

p r o p o s de notre d r o i t

de pèche sur le « F i v n c h Shore », droit qui donne seul quelque valeur à l'occupation de

Saint-Pierre et Miquelon. La G r a n d e -

B r i î t a g n e e l l e - m ê m e n e c o n t e s t e p a s c e (jue d e s t r a i t é s e n b o n n e e t (Ine f o r m e n o u s o n t c o n c é d é ; m a i s l e P a r l e m e n t c o l o n i a l d e T e r r o N e n v e préliîiid lations sa

(pii

n'avoir à

tenir a u c u n c o m p t e des s t i p u -

s o n t intervenues, dans un passé si lointain,

nn''lid|)ol(;

et la

F r a n c e ; p a r là il

incite

le

entre

gouvernement

anglais, n a t n r e l h M n e i i t plus (h'sirenx d ' ê l r e a g r é a b l e aux T e r r e N e u v i e n s ( p i ' a u . v l ' ' r a n ( ; a i s , à r e c h e r c h e r (ju(!l(pie m o y e n a m i a b l e d e l i o n s l'aire l i i c l i i ' c nous,

prise. L'opinion

publique n'a pas, c h e z

pleine conscience des i n l i - i è l s e n g a g é s , c o m m e il arrive

d a n s u n [lays o ù l a p o p u l a l i o i i (•ontiiieiitale est p l u s n o m b r e u s e et

|ilus

r i c h e ([in;

l'Angleterre

est

la

population

servie

par

iriaritime;

deux

et

sentiments

la

tactique

familiers

de

chez

nombre de partisans de l'expansion coloniale. D'une part, n o u s sommes toujours quehpie

porl(''s à

accroissenieul

en

nous

laisser d u p e r par

Africpie,

l'attrait de

dussions-nou-s

faire

de

grav(;s s a c r i f i c e s a i l l e u r s , c o m m e l e p r o u v e n t n o s s u c c è s d i p l o matiipies

sahariiMis

r.ertaine école

de

1890

et

de

1899;

de sensiblerie, c o m m e ou

et

d'autre

en a c o n n u

part,

au dix-

' l u i l i è n i e s i è c l e <pii o n t c ( u i t r i b u é à n o t r e l a s s i t u d e c o l o n i a l e , "ous

ferait volontiers a b a n d o n n e r Terre-Neuve p o u r éviter de


QUATRIÈME PARTIE

956

la peine à n o s v i r i l s m a r i n s q u e l o u c h e peu une s o l l i c i t u d e de c e l l e n a t u r e . Voilà p o u r q u o i l e g o u v e r i H ' i n e n l delà R ( ' p u l ) l i ( p i c a pris

conscience

(hi

<h'\(iir

v o u d i a i l e s p i ' i e r (pi'il

de

ne; pas aii('-ner ce

l)ien ;

on

n ' y a u r a d a n s l ' a v e n i r a u c u n fléchisse-

m e u l d e n o i r e d i p l o m a t i e o n (pie d u m o i n s , s i n o t r e d r o i t gène si fort la ( i r a n d c - l i r e l a g n e , il I\K s e r a céd(' (pie m o y e n n a n t de très l a r g e s e t v r a i e s c o m p i M i s a t i o n s . L a ( p u i s l i o n e s l l ' u n e des p l u s g r a v e s d e n o t r e destinée c o l o n i a l e . N o u s n ' a v o n s p a s à r a p p e l e r l o n g u e n u m l i c i les c o n f i r m a t i o n s légales s i n o m b r e u s e s d e n o t r e d r o i t o r i g i n e l n i les tuiipièlei i i e n l s parallèles des s u j e t s a n g l a i s : n o t o n s c e p e n d a n t les p h a s e s esscnlielles d i ; a\(Mier, pas la

c e l t e q u e r e l l e s a n s f o n d e m e n t a u c u n . 1 1 faut

( o u i d ' a b o r d , (pie l ' a r t i c l e I H d u traité d ' U l r e c h t n ' a

ncllet('' p a r f a i t e q u e l u i ont

pièh'c ( p i e h p i e s h i s t o r i e n s .

L a l ' ' i a n c e , après a v o i r cédi" à l ' A n g l e l e i r(! t o u s ses d r o i l s s u r l'île d e T e l r c - . N e u v e , ( ( s e i ( ' s e i v a i l s i ' c l i a i ; ! ' >,

l e d r o i t d e pèche e t d e

s u r la vaste éleiidiie de l i t t o r a l appelée le «

b'rench

S l n i r e ) , e l ( p i c l ' u s a g e (•ouianl ( h - s i g n a i l a v e c [irécision. « D ' o r «

d i n a i r e ( j u a n d u n aliénateur s e réserve u n d r o i t s u r l a c h o s e

«

cédée,

c'est

pour

continuer

à

l'e.vercer

comme

|)ar

le

( ( p a s s é ; a u t r e m e n t ( m s ' c x p l i i p i c e l o n définit. O r , antériiîu«

r e n i e n t a u traité d ' U l r e c h t ,

((

de pèche (îxclusiL G'(;st d o n c un d r o i t e x c l u s i f ( p i ' e l h ; s'est

la bVance j o u i s s a i t d ' u n

"

ii'seiv(''. Ou c o m p r e n d d ' a u t a n t m i e u x (pi'il en soil a i n s i que

I'

les Anglais

n'avaitînl a l o r s a u c u n inliTèt à

ce

droit

( p i i l en

fût-

Il a u l r e n i e n t ( I j. i> L e trailé d e P a r i s ( K ) f'(-vri(U' ITd.'îj ( p i i

l'ut

l ' u n des p l u s

liiiinilianis, sinon h; plus h u m i l i a n t de noire histoire coloniale, lions d'ila Pierre

M) mars

el

(•cpeiidaiil

(iiicrnirr,

l'JOt.

«

.Mi(pieloii,...

llulli'lin

en

t o u t e |)r(ipri(''l('' les îles de S a i n t '

pour servir d'abri aux

île

lu

Sm'irir

il'i'ciiiioi/ue

pécheurs f r a n -

/iDl/lii/iie

nnlioiiMl<!>


çais.

»

ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

957

Cette

une

cession

t e r r i t o r i a l e est d o n c

un corollaire,

d é p e n d a n c e de notre droit de p ê c h e , n o n l'essentiel : il ne faut pas l'oublier. Le t r a i t é de Versailles renferme une clause de c o n f i r m a t i o n , mais enregistre une concession de L o u i s X V I , qui voulu

aller j u s q u ' a u

l'expulsion pure le

littoral

de

« parque »

bout de

et simple

notre

droit,

des p ê c h e u r s

Terre-Neuve.

Des

n'avait p a s

c'est-à-dire anglais

querelles

exiger

fréquentant

ayant

eu

lieu,

on

les h o m m e s d e c h a q u e n a t i o n s u r u n e s p a c e d é l i -

m i t é ; à la suite d ' é c h a n g e s ,

l e l o t d e s p ê c h e u r s f r a n ç a i s est

c o i n [iris d é s o r m a i s e n t r e l e c a p S a i n t - J e a n e t l e c a p R a y e . U n j u r i s c o n s u l t e a f o r t j u s t e m e n t c o m m e n t é les t e r m e s d e l ' a c c o r d . «

L ' é c h a n g e e s t c o n s e n t i , d i t l e t r a i t é , p o u r p r é v e n i r les q u e -

«

relies q u i o n t e u l i e u j u s q u ' à p r é s e n t entre les d e u x n a t i o n s

«

française et

«

mettre fin à des

"

d ' é t a b l i r le m o y e n de les faire r e n a î t r e , e x a c t e m e n t d a n s les

'(

m ê m e s conditions, sur une

article

anglaise.

On

ne

comprendrait pas

pour

autre

(1).

»

L ' a b s e n c e de tout

de r é g l e m e n t a t i o n du droit de p ê c h e p r o u v e avec é v i -

dence que

chacun

toral à lui

assignée.

votée en

1788,

o b t e n a i t l e m o n o p o l e s u r l a p o r t i o n d e litE n f i n les

t(u-mes

au Parlement anglais,

les s u j e t s b r i t a n n i q u e s les

clauses du

c a t é g o r i q u e s de la loi p o u r faire respecter p a r t r a i t é d e V e r s a i l l e s , les

c o i i i i a i n t e s p a r f o r c e e t les a m e n d e s s t i p u l é e s , à préciser un 'jue,

que,

querelles s u r une c ô t e , on se f û t c o n t e n t é

dans

tout c o n c o u r t

t e x t e d é j à c l a i r e n l u i - m ô m e . L a c l a r t é est telle

une

négociation

ultérieure (9 vendémiaire an X ) ,

l ' o v fait o b s e r v e r à r a i n b a s s a d e u r d e F r a n c e , d é s i r e u x a l o r s d e l'ien fixer u n e d'Utrecht,

l o i s p o u r toutes l e sens d e l'article 1 3 d u t r a i t é

«pi'il

«•nité. A u s s i , en •^iniple,

ni;

voit pas en quoi

il pourrait y avoir a m b i -

1 8 1 4 el, e n 1 8 1 5 y e u t - i l c o n f i r m a t i o n p u r e e t

sans commentaire.

( 1 ) (inci'iiicr, ihid., [i. (l'.K

Les

instructions

de

1788 o n t

été


QUATRIÈME PARTIE

958 rcnduvt'lées

UTI

par

acte

1824,

de

cet

acte

1828 |

p r o r o g é en

p o u r t r o i s a n s et [ i r o r o g é e n c o r e p o u r d e u x a n s e n 1 8 3 2 . Mais liirc;

depuis

\H'.\2,

Terre-Neuve

c'est à

son

instigation

» ;

actes

de

iiii'cs

en

violation vue

de

d e

notre

était

d'une

q u e se m u l t i p l i e n t

droit,

le di'truire

dotée

par

[)uis des

les

d ' a h o r d les ;

négociations

énervemenls

S o n s c i ^ t t e i n l l u ( ; n c . e (pii est c e l l e d e q u e l q u e s g r o s et

non

du

|ièche

peuple

friinçaise,

i^laise

iK'silcr,

facile

à

de

on

puis

percevoir

•Malgré

ces

si

Noil

dans

la

n'esl

intéressé

jurisconsultes

ne

qu'il

de

consultation

la

se

départit

a b a n d o n n a

les

17

du

une

enta- |

successifs, j

sp('>cuIatetn"S '

mainlicn

au

de la i

couronne

(•(! c , a i a < : l , è r e , ( r a i n b i g u i l é

favorables à

anglais

ce

les

hiaiser;

ouvertures

gouvernement hiyale,

Terre-Neuve

| légisia-j

«

avril

an-

1837

(1). ^ le j

nouvelle politique, point

de

mesures

son de

=

v o u l u e est j

attitude |

répression ]

c o n t r e s e s s u j e t s e t l a i s s a p a r l à les e n q i i è t e m e n t s se d é v e l o p p e r ] à

l'aise.

]

\A', g o u v ( ! r n ( ! i n ( M i t d u s e c o n d e m [ ) i r e , p a r

b;

mirage

laisser

feinetlre

M'tilioii d e mcrce

de

de

«

le

droil

en

etilie

»,

(luestion.

t c c o n n u l , sli[)iila

boëlle

la

l'entente c o r d i a l e

noire

I8."i7

d u p é cette fois e n c o r e eut

la

faiblesse

Assurément,

de

la c o n -

^

m ê m e la l i b e r t é d u C ( > m - ' l

Terrc-Neuviens

et

Français,

mais

•\ ]

<lonna

à

la

maiitie

de

la

sa

siniplicili'

|iu

:

le l ' a r l e m e n l

conti'c

anliM-ieuri'iniMil

à

des

IrailiVs

di[)lomalnpie

refusa

l'Iiomologation.

Dès

de

lors la

(\)

la

ou

eu

di'

campagne

\iolence sur

siibliliti'

soin

\(\

ce

e x c l u s i f du

appal'iit

engageant

s"('iigea

ipi'il

les

en

dispose

(pierelles

rien

iiK'tropoleS

juge

d'une

c o m m e

de

deux

¡1

j ; j j

iio"'

tel,

et

[U'o*

d'('quivotpie

malière diploiiialiipie. T o u t d'abord

C f . a n n e x e s , i>. ! ) K 8 .

toute

n'aiirail

deux

consid(''rail

aiili-IVanijaise tciiaiu,

les

coiilrfMi; et

bienli'it d a u s

d e T e r r e - N e u \ e , (|iii

coiistilutiou,

sa

veauti'

c('d('s,

le

I/imptiideina'commise

police.

lenter

btilatmiipie

y eut, ''i'

i

\ | J i ,'-1 1


ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

959

1 8 0 7 c l e n 1 8 7 4 , a p r è s quelques d é m ê l é s , renonvelleinent des dispositions favorables au c o m m e r c e de la boette entre T e r r e Neuviens et

Français

:

Parlement

d ' A n g l e t e r r e et P a r l e m e n t

d e T e r r e - N e u v e s ' y p r ê t a i e n t . M a i s e n 1 8 8 2 les r i x e s e t l e s c o n flits s'étant m u l t i p l i é s sur ce terrain de pêche où nous devrions être seuls, on aboutit aux conventions du 26 avril 1 8 8 4 et du 1 4 n o v e m b r e 1 8 8 ' ) . L à nous cédons sur u n p o i n t g r a v e e n permettant

r i m n n ' x t i o n e n tiers d u P a r l e m e n t d e T e r r e - N e u v e d a n s

le d é b a t a n g l o - f r a n ç a i s : c a r si « le d r o i t d'acheter de la boette sans taxe,

ni e n t r a v e s l é g a l e s » n o u s est m a i n t e n u , l ' a r r a n g e -

m e n t s t i p u l e (pi'il

faudra

obtenir la ratification

du

Parlement

d e T e r r e - N e u v e ( 1 ) . T o u t e f o i s l a p o l i c e est d é v o l u e a u x n a v i r e s de guerre des deux p a y s . Le Parlement de ratification,

T e r r e - N e u v e , n o n c o n t e n t d e r e f u s e r cette

p r o m u l g u a l e « 13ait-act » q u i

nous é l i m i n e r de la pêche en privant

nos

avait p o u r b u t de marins des a p p â t s

n é c e s s a i r e s : i l c o n v i e n t d e n o t e r q u e les r e p r é s e n t a n t s d u g o u vernement

anglais,

loin

d ' a v o i r i n s p i r é ces m e s u r e s h o s t i l e s ,

avaient tout m i s on œ u v r e p o u r faire p r é v a l o i r la c o n c i l i a t i o n . Q u o i (pi'il e n s o i t , e t d u fait d ' u n e d é v i a t i o n d e n o t r e c o n d u i t e d i p l o n i a t i c p i e , n o u s é t i o n s d é s o r m a i s e n face d u P a r l e m e n t d e Terre-Neuve, « compagnie elle moyen

comme dans royale ».

la

région

d u N i g e r e n face d ' u n e

La G r a n d e - B r e t a g n e avait la tentation

de nous mettre

en p r é s e n c e d'iiiu' tieice p e r s o n n e

et (h; f a i r e v a l o i r l e s é g a r d s ( J U ' U I K Ï i n é ( r o [ ) o l e d o i t à sa c o l o n i e . A u re,sl(! • i a t i v e d(\s

h;

«

Hail-act » é c h o u a

piteusement,

p ê c h e u r s français et aux

g r â c e à l'ini-

conseils éclairés

de nos

o f f i c i e r s d e m a r i n e ; i l a b o u t i t t o u t a u p l u s à r u i n e r les m o d e s t e s niarins et c o m m e r ç a n t s T e r r e - N e u v i e n s qui merce avec la

llolt(î f i ' a n ç a i s e .

vivaient du

com-

A l o r s c o m m e n ç a u n e gm'ire de

« t i l i l i l i t i ' s q u i l i o i i v e r a i e u l d i g n c n i e i i t l e u r p l a c e d a n s les « P r o -

(1)

(.:r.

iimicxcs,

p. ICti.


960

QUATRIÈME PARTIE

v i i i c i a i c s II lit' l ' i l s r a l à ((Hé d e s p r e u v e s de (( s u a v i t é p r é v e n a n t e e t d e d é l e c t a t i o n » d d i i i K v î s p a r les f a m e u x « d o c t e u r s g r a v e s » . On s'avisa,

r e v e n a i i l a i n s i a u Irai t é d ' U t r e c h t d o n t o n f a i s a i t ,

la v e i l l e , s i b o n m a r c h i ' , d ' o b s ( u v e r (jue l e s a t e l i e r s d e n o s l i o i n a r d e r i e s n ' é l a i e n t p o i n t s e m b l a b l e s à C(!ux d e 1 7 1 3 , e t c . , e t c . M a i s l a m e r v e i l i r d e c e l l e a i g i i m e n i a t i o u l'ut i m a g i n é e p a r l e g i n n ( ' r i i e m e n l a n g l a i s ; elh; m é r i t e (h; f i g u r e r e n p r e m i è r e place des p l a i s a n t ( U ' i e s

dans riiisliiire

faites

de s a n g - f r o i d

: c'est

l i ' l o n n a u l e a s s c r l n m d ' a p i ' è s h u p H ' l l e les l ' i a i n - a i s auloris(''S a pèclier,

//'.Si'//,

et n o n à [ i r c n d r e , ctilcli, a\ a i e i i l d r o i t s u r la m o r n e

([Ili e s l u n [ l o i s s o n , e l l u m s u r h ; h o m a r d (|ui est 'a'Ile

de

intrusión

l'élément

comi(}U(!

dans

un c r u s l a c é .

une

discussion

i l o r i l i c si'i'ieux nous valut d u m o i n s la l'igourense cl spirituelle ( l ' i i o n s e de l ' a m i r a l i \ r a n l z , d a n s l a note d u 3 0 j a n v i e r 188!), ( p r a j i p r o i n a [ileincment !VI. t i o b l e t , nn'nistre des alfaires é l r a n uéi'es. S ' i l ('lait

p ( ; r m i s de d i s c u t e r s i M i e u s e i m u i l ,

U I K Î

[lartiilhî a r g U -

m e n l a l i o n , o n |)oui'rait t o n i d ' a l K M ' d l'aire o b s e r N c r la b i z a r i ' c r i e d ' u n e |)r(''l(;iilion l i i u d a n t à c o i i s i d i ' i c r , d a n s u n t r a i t i ' f r a n c o anglais,

le

texte a n g l a i s c o m i n e

seul \ a l a l ) l e ; o n

s a i t ([u'eu

1 7 1 3 , les u s a g e s a i i l o i i s a i e n l iiliili'it le c o n t r a i r e d ' u n i i [ i r é t e n l i o i i de ce g e n r e .

I ' a r ( ; i l l ( ' a r g i i l i e s u p p o s e , en ( u i l i c ,

p è c l i e u r s d e c e l l e é[)0(|ne c o n i i a i s s a i e i i l i c i

c'esl

(|ue les

leur l a n g a g e

(pii esl en c a u s e , n o n

c e l u i des s a v a n l s j la d i s l i i K î l i o n eiiU'C

ciiislacr-s cl p o i s s o n s ,

l a n d i s i j i i ' i l esl

j i r o i n i ' (jue les l i o i n n i e S

de science eux-mêmes n'en teiiaieni jioinl c o m p t e , jourd'hui

m ê m e il faudrait

langue ani;laise ne s'oublie,

n o u s |)idu\('i' e i i l - i l reiju

linfin

au-

(pie n u l m a r i n d e

di's i n s l r u c l i o u s lot''

m e l l e s de ses a r m a l i M i r s d a n s r i u l i ' i è l de la c a u s e , à (Wiv. » p e ' c l i e i - u n h o m a r d » el » p r e n d r e un [ l o i s s o n » i l o l i s l i a l o b s t e r , lo c a t c h a l i s l i i ; cela s e r a l i d i l ì i c i l e à d(''monl l'cr sans l'ire, be seul fait de l ' a b s e i i c e d e ce, |)urisnii' d ' o c c a s i o n c l i e z les [ l è c h e i i i ' S fran(;ais

sei'ait

d ' a i l h n i r s sul'tisaiil

[loiir

n'duiic à

sa \ a l e i i i '


ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES propre,

c'esl-à-dire à r i e n , l e

z o o i o g i q u e de nos v o i s i n s . L e débat f u t , o n l e sante d i g r e s s i o n ; le d a n s le ton

ballon

d'essai

961

g r a i n m a l i c a l et

'

p e n s e , égayé s e u l e m e n t p a r g o u v e r n e m e n t de la

cette p l a i -

République

rentra

c o n v e n a b l e et t r a d i t i o n n e l en affirmant à n o u v e a u

q u e n o i r e d r o i l (Mait « e x c l u s i f » ; et le g o u v e r n e m e n t b r i t a n niipie, revenant a u x sentiments de conciliation par lesquels il s'était h o n o r é d a n s t o u t e l a première période d u débat, d e m a n d a l ' a r b i t r a g e q u e l e m i n i s t r e français M . S p n l l e r a c c e p t a p o u r les s e u l s détails l i t i g i e u x d e l a q u e s t i o n des l i o m a r d e r i e s . C e fut l ' a t t i t u d e d u

Parlement de Terre-Neuve, ipii

lit échouer

celte tentative. L a F r a n c e e t l a G r a n d e - B r e t a g n e d u r e n t a v o i r r e c o u r s à l'expédicntd'un « m o d u s v i v e n d i » , appliqué e n 1 8 9 0 , e t nuKiiiNch' e n 1891 p o u r u n e durée d e t r o i s a n s . D e p u i s cette épo(|ne,

l e s négociations

même a l l i r i n c r

n'ont

fait

aucun

progrès;

on peut

q u e c e r t a i n e s déclarations d e M . C h a m b e r l a i n ,

p l a i s a n l a n t s u r l a \ i e i l l e s s e d u traité d ' U t r e c h t , a u r a i e n t plutôt nui à la cause d i ; la c o n c i l i a t i o n . L e s protestations, laconiques o u e x p l i c i t e s , d e d e u x m i n i s t r e s français d e s a l l a i r e s l'Irangères, M

M

la

l<'rance, d e n e p l u s l a i s s e r d i s c u t e r s o n d r o i l , c e fpii n ' i m -

. R i b o t e t Delcassé, o n t p l e i n e m e n t a f f i r i i u ' l a n ' s o l u l i o n d e

p l i q u e [ l o i i i t l e r e f u s d i ; t o u t a r r a n g e n u M i l . M a i s les l'raiiç;iis Sonl beat i posside)! les ; olfres :

i l s n ' o n t qu'à a l l c n d i c iM à c x a m i i i e i - les

i l s s o r l i i a i e n l d e l e u r rôle e t c o m m e t t r a i e n t u n e s e c o n d e

b i i s l a faute de

\H',\1, en les p r o v o e p i a n t .

La l ' r a n c e , il l'aul le d i r e e l le r e d i r e , possède à T e r i ' e - X e i n c des inh'rèls C ( u i s i ( h ' ' r a l ) l c s el d o n t la \ a l e u r , l o i n de (h'croîire, a c c r o i l s a n s cesse, d e t e l l e s o r l e ( p i ' ' les c o m p e n s a i i o n s o l l ' e r l e s , •|ne m a i s

p o i n o n s d ' a i l l e u r s accejiler on

i-cfuscr

sans

autre

r a i s o n i p i e i K i i r e l i o n M i n l o i r , i l o i \ c n l èire calculées en c o n s i ' l i ' r a l i o n d e ces rajudi-s progrès. L a pèche i n l i ' r e s s c , e u F r a n c e , " o n s e u l e m e n l de grns a i - m a l e n r s , nniis encore de pins en plus des

p e t i t s p a t r o n s : M S i \ o u s c o n s u l l i e z l a l i s ' e des h a l e a i i x Les tloloiiii's, M i l . 1 .

01


QUATRIÈME PARTIE

962

\(MI.S

(les a i i i i a t c m s

s e r r i e z (|ii(;lrès s o i i v c i i l [loiir un ba-

«

Cl

«

l e a u i i y a u n a r n i a l e u r ; l i i i M i n i i m i x , d e r r i è r e l u i il y a [ l a r -

«

fois

Irois

ou

quatre

familles

i i n i n b i e des navires el leur (in

a r m a i t H9 goëlelles en

pagne le

1901

de

on

n'a

pas

([ui

lénnissenl ( 1 ) .

se

»

Le

tonnage s'accroissent sans cesse; 1894

et 202

1900.

eu

P o u r la

cam-

t r o u v é , à quelques centaines près,

nombre de marins nécessaires aux armements. Ce que gagnent

les m a r i n s

de

Terre-Neuve,

au

nombre de

10 à 12,000, i n t é r e s s e la subsistance de n o m b r e u s e s et modestes

00,000

l ' a m i l l e s , ."iO o u

|)eisonn(iS, a n d i r i M l ' i i n j u g e autorisé

(2).

D i ; l a l i a u s s e o u d e l a b a i s s e d e s a r i i i e i i D U i l s d é p e n d e n t enfin des i n d u s t r i e s niulti[)les, c o i i s l i u c l i o n s n a v a l e s , c o r d e r i c s , l i s s a g e s , fabrication de Neuve

tissus s p é c i a u x ; la

atteindrait

é g a l e m e n t nos

ruine de la pôclie de Terremarais

salants

et

salines,

n o s fabritpies

de

( r a i i i i e m e n t el

d e c o m m e r c e e n t r e les p o r t s d e N o r m a n d i e o u

de

conserves,

B i e l a i ; i i e e l les Sail-on

ce

malioii,

c o m m e

la

liie

la

d(;

d'eniicliir liane

pècln;

les

que l'ouverture d'un falline, fl(ï\cnue

peut

n'-serser

beaiicoiij)

sa\aiile

plus

de

marins

In

el

AiiLilais

ra isoii lierai I

11 c o m p r e n d r a i t q u e

mieux

Mais

français ou

nous sinnnies o u

de

marcile

d ' A r g u i n nous fait-elli; p a r hasard un

Anglais ipie

l'exploitation d ' A r g u i n ,

/ / „ 7 . . ,,. T : . .

faculté s u r le

devoir de (piiller el

aiilremeiit

c'esl aveC

p o i n o n s èlie e u |)oiirparlerS.

l'Etal ipii tieni, à sa d i s p o s i l i o n d ' a d m i r a '

commerciale

( t j ( l l l l ' l - l l i r l ' , i/iit/., | l . 7 H . (2)

organisée?

coloniaux

p o s s è d e la p r o d i i ; i r n s e p i ' c l i e r i e d e l i i / e i i c , q u i

d i o s e et v r a i m e n t

coiisoin-

noire

M e s emplaceinenis d e pèche à T e r i e - N e i n e e l e n

organiser

mouvement

d e b i M u M i r e s à l'indus-

banc d ' A r g i i i n , dit-on parfois. —

Teire-Neu\e ?

au

p a y s m é d i t e r r a n é e n s de c o n s o m m a t i o n d u

poisson.

Allez au

elle m e t t r a i t fin

a

les

('•Itum'iils

organisation

de

Islande, q " '

p e u t , diunal'l'

la

d'une

gran-

pèche.

L n


ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

963

A m é r i c a i n r ê v e r a i t le monopole d'un « trust ». Et nous nous mettrions, en traitant sur la base de quelque l a m b e a u d ' A f r i q u e e t d ' u n c a p i t a l u n e f o i s v e r s é , d a n s l a c o n d i t i o n d e p a u v r e s g-ens qui se laissent e x p r o p r i e r p a r un g r a n d

seigneur et

« tuent la

poule a u x (Eufs d ' o r » . Q u e de souffrances, a-t-on aussi o b j e c t é , endurent l à - b a s nos p ê c h e u r s p o u r s o u t e n i r cette i n d u s t r i e ? D ' a b o r d l ' é t r a n g e r n'a pas à entrer dans le c o n t r ô l e du c o m p t e des m a u x de la vie de nos p ê c h e u r s , pas plus qu'il n'est j u g e de l ' é d u c a t i o n q u e d o n n e aux futurs matelots de l'Etat la pagnes marin

de Terre-Neuve. devienne

moyens de celle plus en

plus

De

dure accoutumance des c a m -

plus, si

l'on

veut que la vie du

douce el meilleure, il

heureuse r é f o r m e dans

plus industrielle du

labeur, en

faut

c h e r c h e r les

une organisation de

séparant la pêche sur

p l a c e , f a i t e av(;c u n m a t é r i e l s p é c i a l e t b i e n a d a p t é , d e s b e s o gnes industrielles de la

salaison et du transport qui iront n é -

cessairement à des paquebots outillés c o m m e de vraies usines : e t l a s é c u r i t é d a n s l a j o u i s s a n c e d e n o s d r o i t s est l a c o n d i t i o n p i c i i i i ê r c d e ces p r o g r è s s a n s n o m b r e . ce (prum;

Sail-on, par exemple,

f a b r i c a t i o n s c i e n t i f i q u e de l'huile de foie de m o r u e ,

«ubstituée aux procédés empiriques dont le manque de capil a u x fait u n e n é c e s s i t é à n o s m a r i n s , p e u t a j o u t e r a u x r e s . s o u r c e s de

la pêche? El la

suppression de nombre d'intermédiaires

i n u t i l e s q u i font m o n t e r s u r les m a r c h é s à \ fr. 4 0 , ce q u e

h;

pêcheur vend

de

nos grandes villes

18 c(;ntimes,

est-elle d o n c

nue r é f o r m e tellement cliiiiK'i'iipte? C e l l e pêche r é f o r m é e , m o dernisée par nn

apport de capitaux,

beaux exemples de la

peut devenir

juste a t l r i b u l i o n du

nn des p l u s

bénéfice à ceux qui

s o n t à l a p e i n e e t a u p é r i l . E l l e est d o n c d ' u n i n t é r è l d é i n o c r a l i i p i e ;iu l'isl-il

p r e m i e r cliel'. aussi

Mai

(pi'autrefois,

comme

l'exposait

M.

Uibot

dans son a d m i r a b l e d i s c o u r s du 24 j a n v i e r 1890, que la |)èclie d ' T e i i c - N e u v e i o r n i e les m a r i n s les p l u s n é c e s s a i r e s à l a l l o t l e


964

QUATRIÈME PARTIE

(le

ri'Jal ".' I It'las ! p o i i i - l ' a r f i n n c r s a n s i i ' S c r N C , ¡1 l ' a u d i a i l r c r i i i c r

les yeu.v au s[)cclac,l(' de la g r a n d e révolution (jui a suhstitué les n a v i r e s à v a p e u r a u x n a v i r e s à v o i l e s . M a i s i l est d ' a u t a n t p l u s r a t i o n n e l de, s o i i l i a i t e r <pie la pôclie française de T e r r e .\('u\e d e v i i M i n c i i i d i i s l r i c l l i ' , ('vite, [)ar l ' e m p l o i de b o n s n a v i r e s r l d e b o n n e s i n a c l i i n r s , 1rs p i ' i i l s c l les p e i n e s i n u t i l e s , t o u t en a c c r o i s s a n t les bém'diccs, (;t se i i i e l t e j i a r là en d e v e n i r l'école

m e s u r e de

d e s a v o i r e t d ' e n d u r a n c e i p i ' i l faut à l a m a r i n e

d ' a n j o i i r d ' l u i i . L ' a b a n d o n serait u n d ( ' s a s l r e , l e m a i n t i e n d e l a r o u t i n e u i K ' faute, l a t r a n s f o i n i a l i u i i s c i e n l i f i q u e u n j i r o d i g i e u x a c c r o i s s e m e n t des b i e n f a i t s p u b l i c s e t privés d e cette i n d u s t r i e . L a i p i e s t i o n est d o n c d e première i m p o r t a n c e p o u r l ' e x p a n sion

c o l o n i a l e française.

l'ainour |ireii\es,

de la

On

doit

ardemment

conciliation,

dont

n o u s a v o n s donné

souhaiter

que

tant de

ne n o u s e n l i ' a i n e p a s t r o p l o i n , et (pu; riiitérèt v i t a l

d e l a l ' i a u c e n e s o i t p o i n t sacrilié, ( p i ' u n de ces

lèglenients

à la dérolx-e, d a n s f p j e l -

d'ensemble

au.\(piels

nous

avons

r a i r m r n l g a ^ ; n ( ' ' e l d o n i l e s \ c r l n s d i s s i m n i a t l ' i c e s sont seules indt'iiiables.

L ' a l f a i r e de

'rerre-Neuve

v a u t d'être étudiée e n

l a c e e t p o u r elle-iiièine.

III N ( i r V F : i , i , i ; - c \ M ' , i n i M i ; i:i .\H(;nn'ia,s n r e v r n i n i i ; S ' i l e s t p e r m i s d ' a c c u e i l l i r a\('c r i ' ' s r r \ r 1rs

p r o p ' l s politiques

e ( (''coiioiiiiipies i p i i r e p o s e n l s u r u n e f o i p e u s c i e i i l i l i i j i K ! d a n s l'homogénéilé d u (-(uilinenl a f r i c a i n , s ' i l

e s l i m p r u d e n t d e re-

c h e r c h e r l e p r i n c i p e d ' u n e K [ l o l i l i i p i e a f r i c a i n e » , i p i e d i r e des s p i ' c i i l a l i o n s de même n a t u r e ( p i i m i l p m i r o b j e c l i l ' 1' « < )c('anie liani

a i s e » ? D c S îles d e i m ' ' d i o r i ' r ( ' l e i h l n r , p a r f o i s d e m i ' d i o c r e

l r r l 111 h ' , i p i e s i - p a r e n t l e s n u e s d i ' s a u l r e s p l u s i e u r s m i l l i e r s d e l - i l o i i i r l l e s d ' u n i i r i ' - i i i i m a l p i n i r \ u d ' e s c a l e s d a i i s Icnilcs ses


ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES régions du oasis

centre

semées

à

e t d e l'est,

la

surface

ne

sont-elles point,

du g r a n d

désert,

insuffisantes de

m a n i è r e s à d(''(,erminer u n c o u r a n t c o m m e r c i a l

toiiles

965

c o m m e les

et c o l o -

nisat(Mir de rpieiipie i m p o r t a n c e ? L'océan

P a c i f i q u e est

la

mer insociable

ct

séparative par

excellence. L e s g r a n d e s terres qui en o c c u p e n t la p o r t i o n s u d occidentale ces

sont

des

terres

de

Chine,

l'Australie

et

même

relations pays

d'Indo-Chine la

de vraie et

et vers

satellites de l ' A s i e orientale : et

Nouvelle-Zélande

pi'oche

l'Europe, à

c'est a v e c

d'archipel Malais, développent

s o l i d a r i t é . C'est

vers

ces

que leurs

riches

travers l'océan Indien et la M é d i t e r -

r a n é e q u e s e d i r i g e n t les c o n v o i s d e m a r c h a n d i s e s d e c e g r o u p e , beaucoup

plus

surface du

s o u v e n t q u e vers

les p e t i t e s

îles

é p a r s e s à la

P a c i f i q u e , o u v e r s l ' A m é r i q u e : n i les É t a t s - U n i s ,

n i l e C h i l i , n i les c o l o n i e s a n g l a i s e s d ' A m é r i q u e d u N o r d , p a y s riverains du

Pacifique

de l'Australie l'I

et de

oriental,

n'auront jamais grand

la N o u v e l l e - Z é l a n d e qui

besoin

leur ressemblent

produisent des denrées similaires. U n e puissance qui r é u n i -

rait sous s o n a u t o r i t é i l i a i l sans d o u t e

toutes

les î l e s d e l ' o c é a n

Pacifique per-

e n c o r e b e a u c o u p d ' a r g e n t e n e s s a y a n t d e les

r é u n i r dans un ensemble, solidaire par de f r é q u e n t s voyages de p a q u e b o t s r a p i d e s ; à p l u s forte r a i s o n la c h a r g e est-elle l o u r d e pour

des Etats q u i ont à g o u v e r n e r el à doter des i n s t r u m e n t s

(h; l a

\ ie m o d e r n e

])lusienis des

groupes

présentée,

q u e les on

ou

de

l'est,

p l u s i e u r s . d e ces

archipels situés à

où fort heureusement la

toute l ' a m b i t i o n

d'organiser suffisant

nn

m i l l i e r s d e k i l o m è t r e s les u n s des a u t r e s .

dans

d'une puissance coloniale

chaque groupe

à elh;-même,

En dehors

F r a n c e est r e doit être

u n e vie locale h e u r e u s e et se

sans recherche des

lointains é c h a n g s

frais de t r a n s p o r t s r e n d r a i e n t n é c e s s a i r e m e n t o n é r e u x

même

ruineux.

P ( ! u t - ê t r e cette r e m a r q u e a-t-elle, à d é f a u t d e l o g i q u e , i n s p i r é l'imitation

australienne

de la doctrine de M o n r o ë ,

el dicté sa


QUATRIÈME PARTIE

966 bizarre

formule :

contestable que

S ' i l esl ih'jà

« L'Océanie aux Océaniens. » les E t a t s - U n i s

d ' A m é r i q u e du N o r d

aient

le

d r o i t de v e i l l e r s u r les F u é g i e n s et le m o i n d r e i n t é r ê t à le f a i r e , on

r n ' c o m p t e n d i a i t pas m ê m e a u t a n t l a p r é t e n t i o n d e s A u s t r a -

liens à r é g i i

les lies

l l a v v a ï o u l'île d e P â q u e s a u n o m d e la

« s o l i d a r i t é o c é a n i e n n e » . Il est v r a i q u ' i l s ne se d é s i n t é r e s s e n t point du sort de

l'archipel M a l a i s , tout c o m m e la d e s t i n é e des

P h i l i p p i n e s a é m u les p a r t i s a n s d e l a d o c t r i n e d e M o n r o ë . A m é r i c a i n s du N o r d ,

q u i o n t i m a g - i n é les p r e m i e r s cette

Les mise

f i l \aleur pratique de l'illogique division du monde en parties, ne peuvent-ils

r é c l a m e r les

îles

du Pacifique jus(]u'à la ligne

( h ; l o n g i t u d e m é d i a n e , ou n'ont-ils pas le d e s s e i n de faire v a loir leurs désirs

sur

une part

des a r c h i p e l s d e cet

océan pro-

jioilionnellc

à leur surface continenlah',

l'Australie?

E n f i n r p i i e m | ) è c l i e i a ( l l i i i i o i s . J a p o n a i s et R u s s e s

dexiger

aussi

leur

L'iiuagination

p i i ' c i s e t a[>plicable, à ces

riviM'ains

dès

du

(pi'on essaie

nous ne

ambitieuses forinuh's!

l'océan On

de

pari

se perd

ferait tort à

ce q u i

bord de

occidental ?

donner

un

sens

disons pas m ê m e une l é g i t i m i t é ,

B r e f , rien n'est m o i n s unitaire ipie

Pacifique. est

naturellement a m e n é

croisières d'une

«

division

à

se

navale »

demander

s i les l o n g u e s

du l'acifi([ue r é i i o n d e n t â

u n i ' nécessité d e p r é p a r a t i o n d ' é v é n e m e n t s belliqueux: c a r i e s r e n c o n t r e s s o n t p e u p r o b a b l e s (;t l e s l u t t i î s piMi o i i si maigre

est l ' e n j e u ,

l a n d i s qu'urne

vraisemblabhîS

solidaiisation c(unp!èlc

des forces navales des mers d ' I n d o - C . h i n c , d e ( iliine e i d u Pacifique o c c i d e n t a l \iaii'

des

répondrait

mieux

r i c h e s s e s (|ui s e r a i t ,

au

fait

de

la

distribution

e n c a s d e g u e r r e , celle des

convoitises. La F r a n c e possède, dans la zone des

a r c h i p e l s e n c o r e assez

i c s s r i K ' s et é t e n d u s , u n e belle c o l o n i e , la N o u v e l l e - C a l é d o n i e . Le

ginivi'ineimuit

titq)

républicain

a (estimé

(pu; c ' é t a i t u n

théâtre

coiUeux p o u r d e s e x [ i é i i e n c e s p é n i t e n t i a i r e s ; et, après


967

ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

d ' é n e r g i q u e s protestations contre le r é g i m e s t é r i l i s a n t des bagnes nombreux

et

é l o i g n é s les

uns

d e s a u t r e s (1), o n

a inauguré

d a n s l'île l a c o l o n i s a t i o n l i b r e a u succès d e l a q u e l l e s'est v o u é un d i s t i n g u é et é n e r g i q u e gouverneur, M. Feillet. Colonisation agricole

et

combinées succès

colonisation par

des

industrielle

mesures qui

ont été i n g é n i e u s e m e n t

.paraissent

avoir

assuré

le

(2).

Fait bien significatif, l'essor de la colonisation c a l é d o n i e n n e a é t é Ici (pie l ' e x p a n s i o n d e s F r a n ( ; a i s d e c e s p a r a g e s s ' e s t é n e r g i q u e n u m l p o r t é e vers l'archipel des N o u v e l l e s - H é b r i d e s . C'est un des é v é n e m e n t s q u i t é m o i g n e n t le m i e u x de notre aptitude c o l o n i s a l r i c c ([ue c e t t e p o u s s é e s p o n t a n é e d ' u n g r o u p e d e c o l o n s é t a b l i s si loin de la m è r e - p a t r i e . M a i s l'Australie veillait là p o u r sa

m é t r o p o l e c o m m e a u p r è s de Saint-Pierre

et Miipielon

le

Parlement de T e r r e - N e u v e . A p r è s des plaintes empreintes d'une p h i l a n t h r o p i e é m u e c o n t r e les

dangers que

faisaient c o u r i r à

l'Australie quelques forçats échappés chaque année de NouvelleC a h ' d o n i e , les a s s e m b l é e s a u s t r a l i e n n e s e t N é o - Z é l a n d a i s e s o n t l i m i d e m e n t e s q u i s s é une d o c t r i n e de <( s o l i d a r i t é o c é a n i e n n e o, m a i s r é s o l u m e n t p o u s s é l e u r m é t r o p o l e à a r r ê t e r les p r o g r è s d e l a c o l o n i s a t i o n f r a n ç a i s e d a n s les N o u v e l l e s - H é b r i d e s . C e t t e p r e s s i o n a d é t e r m i n é des n é g o c i a t i o n s à la suite d e s q u e l l e s a été établi une sorte de c o n d o m i n i u m police

de

l'archipel

garantie de

(3).

sécurité,

marines, leur loyale

et

Il y a

la courtoisie

entente a

anglo-français

assurément

diîjà

là u n e

des officiers

donné

pour la

excellente des

deux

des r é s u l t a t s p r a -

tiques;

o n peut t o u t e f o i s e s t i m e r q u e c e r é g i m e p o l i t i q u e s a n s

nettel(',

(huit

h;s

mauvais

effets

ont d é j à

été

constatés dans

n o m b r e d e p a r a g e s , d e v r a i t ê t r e a b o l i ; l'objet d e l a c o n v o i t i s e

(1) des

Cf.

on particulier le

colonies

de

rap|)orl de M. E m i l e C h a u t e m p s , s u r le b u d g e t

181)0.

(2)

Cf.

annexes,

p.

1020 et s u i v .

(3)

Cf.

annexes,

p.

1024.


968

QUATRIÈME PARTIE

i i i i i i i ( l ) l ( ; (|iic s y i i i l i d l i s c

c e l l e sMi\-eillance à deux, n'esl poinl de

I e l l e N a l e i i r i|iie l ' o n ne [ i i i i s s i î a h u i i t i r à q u e l q u e c o n v e n l i o u partage el d'écliange.

de

C e q u i e s l difficile e n p r é s e n c e d ' u n gage

de l'imporlance de la pèche de Terre-Neuve,

n'iîsl

poinl d'un

lè^leinenl malaisé aux N o u v e l l e s - I I é h r i d e s . N o i r e d o m a i n e de peliles îles a é l é ,

p e n d a n l la

periodi;

n''-

j iiblicainc, r a l l a c l i é de plus p r è s à la m é l r o p o l e par une

si-rie

de c o n v c n l i o n s

de

d'annexion

ou

SuciéléKl l e u r s d é p e n d a n c e s en

1 8 8 0 , les I h î s s o u s

1881. A

Les Tonhoiiaï

de

soni

le V e n t en onl

prolecloral.

devenues

reconnu

1888,

Les

l'archipel

notre

îles

lu

colonies françaises G a m h i e r en

protectorat en

1889.

dél'aul d'une valeur cuiniui;rciale c o n s i d é r a b l e , ces îles, s o u -

mises plus directement à notre l e r n î s de

aulorilé,

peuvent

devenir des

|)elile e l m o y e n n e c o l o n i s a t i o n ; l a p l u p a r t s e p r ê t e n t

à l ' i m i n i g r a l i o n (h; l ' a m i l l e s

françaises.

Mais

N o u v e l l e - C a h ' d o n i e , par sa merveilleuse |)ar s o n a p t i t u d e

le

groupe

richesse

en

à [)lusieurs c u l t u r e s de p r i x , a p r i s

de la

métaux,

une réelle

importance au cours des dix d e r n i è r e s a n n é e s .

IV

,

É T A B L I S S E M E N T S

Depuis

la

formation

de

KUAN(,:AIS

notre

I>E

em[)ire

pouvons considi'i'cr, sinon avec moins a\ec

le

senlimeni

tinée,

les

pleix.

La

restes

d(!

pacifiipn; d'une l'Inde

l'exjiansion

d'Indo-Chine

di; tristesse, d u

revanche prise

sur

nous moins

la des-

f r a n ç a i s e cpie f a i l l i t c o n s t i t u e r

Grande-Uridagm-,

encourager

L'INDE

(]uoique

l'rançaisi;

(MI

e n r e g i s t r e r avei; p l a i s i r r a l l a c l i e i n e i i l di;

n'ayant

rien

Imlo-Cliine,

fait doit

iioln; pays à

Dupour aussi

ses n o u -

v e a u x sujets c o m m e u n e p r e u v e d u d é t a c h e m e n t d e ses vieilles el lui

tenaces e s p i ì i a n c c s \iendront

i n d i e u m î s . Ce n'esl plus

les m e n a c e s ,

cl l'Iiisloiic

de la mer que

des La B o u r d o n n a i s et


969

ÉVOLUTION POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE DES COLONIES

des D u p l e i x ne risque plus d'cLie r e n o u v e l é e , mais bien p l u O H celle d e s c o n q u é r a n t s c o n t i n e n t a u x v e n u s d u N o r d - O u e s t . N o s établissements indiens vivent de plus en plus é t r o i t e m e n t la

vie

é c o n o m i q u e de

tachent de mieux la

en

l'arrière pays anglo-hindou

m i e u x p a r les l i e n s d e

G r a n d e - B r e t a g n e , l i b r e - é c h a n g i s t e en

« l'Indian-act

»,

une

telle a p p l i c a t i o n

principe,

de d r o i t s

nos colonies, que l'industrie et l'armement aucune

chance

de

profiler

de

ce

qui

et

fil

s'y

rat-

l ' i n t é r ê t . Au reste a

fait,

par

protecteurs

à

français n'ont plus jadis

la

fortune de

P o n d i c h é r y ( î l d e M a l i é ; les m e s u r e s l é g a l e s o n t a b o l i l e s a v a n tages g(''()gia|)liiques.

Si le chef-lieu de nos

é t a b l i s s e m e n t s est

r e l i é d é s o r m a i s a u r é s e a u f e r r é i n d i e n , i l n'est p a s

difficile

prévoir

tout

que

cet

avantage de communications

pour la diffusion de

sera

de

entier

l'iidluence a n g l o - h i n d o u e .

11 y a u r a i t p e u t - ê t r e lieu de p r o f i l e r de n o s p r o g r è s à M a d a g a s c a r et en I n d o - C h i n e p o u r i n t é r e s s e r nos sujets sort

de

ces

colonies

dans

lesquelles

leurs

indiens

aptitudes

au

peuvent

être, p r é c i e u s e s et a i s é m e n t e m p l o y é e s : c'est affaire d ' é d u c a t i o n s p é c i a l e et aussi de mise en relations faciles de nos vieilles et petites

colonies

avec

les

m o d e s t e s q u e s o i e n t ces serait

d'une

nouveaux

et

épaves de

mauvaise polili(pie

grands

domaines.

Si

notre g r a n d e u r passée, il

de

les

laisser graduellement

perdre leur m a r q u e f r a n ç a i s e ; ce serait au contraire sagesse el |>i('voyance

que

coloniales que à

notre

lu-endre

de nous

les

enseignement le

agréger

aux

avons fondées. français

de

nouvelles

communautés

Serait-il donc préparer

les

si

difficile

Hindous

c h e m i n de M a d a g a s c a r et de l'Indo-Chine,

au

à

lieu

i l i ' les d r e s s e r , c o m m e i l a r r i v e , d i t - o n , à d e v e n i r d e s f o n c t i o n naires

a n g l a i s ? 11

semble

que

tel

n'est p o i n t

notre

r é s i g n a t i o n n ' e s l p a s u n e vert,u d ' e x p a n s i o n c o l o n i a l e .

nMe

: la


A N N E X E S

EVOLUTION

POLITIQUE ET DE

I.

ECONOMIQUE

L'ANCIEN

GUADELOUPE

DES

COLONIES

DOMAINE

ET DEPENDANCES

La crise suci'ioi'e et le iiiouvoinenl coiuinercial. — Acquisition de S a i n t - l î a r Uielémy, 10 aofit 1877. IL

MARTINIQUE

Le niouvcnionl coinninrcial cl la crise sncrière. III.

—•

GUYANE

FRANÇAISE

Le niouveiiicnl c o i M i i i o r c i a l . — P r o j e t île voie feriéo. — La iléliinilation : l'arl)ilraf,'c (lu 'i'zar riiliv 1,1 l''r,iiicr cl la llollainlr, 2:i mai 1891 ; le contesté franrd-liii'silicii, allaircs de Cduiiani cl de Mii|ia, .irhilrage du gouvornemont lielvidiijue, d('Ma>udiri! tilOO. I\^

-- SAI.NJ'-Pliauil-.

ET

MIQIJEI.O.N

171

I.i:

rUENCH

SHORE

Les iiil(''iêls IVaiii.'ais a T(;rre-N(iuve. — L o s traih's iclalifs au French Shore di; t7i;i il, ISL'i. — L'Act do 1788. — La (|iiestii)n de l'exclusivilé. — Convention du 14 janvier 181)7. — Arrangeïnont du 14 novouibrc 1883. — ha l i a U - A c l \ le liulot. — L'afl'alro des lioinardorios. —Proposition anglaise d',-irliilra,i,'c, mai IS.S'.).— l.e modus vivendi i\u 3 mars 1890. — ConvonImii (rarliitra^'e du II mars 1891. — Le bill Knutslbrd. — Le bill terrem iivi(!ii du i(i mai IS'.ll. — .\j()urnoment do la solution. — Les renouvelli nionls du modus vivendi. — Négociations de 1898-99. — Discussion à la Miambro française, 23-24 janvier 1899. — La situation actuollo.

V.

NOUVELLE-CALÉDONIE

ET

DÉPENDANCES

b ' moiivcmont do colonisation : cantonnement dos indigènes et recruleinenl des colons- — Los concessions domaniales et industrielles. — Lo projet de rhomin do for. — Mouvoinent commcrcialLes Nouvellos-llébridos. — Convonlion franco-anglaise du 24 octobre 1887.


972

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX VI. — ÉTABLISSEMENTS FRANÇAIS DE L'OCÉANIE

L ' a n n i ' x i n i i (h> T . i l i i l i , ¿'.1 j i i i i i

ISS();rl

,lrs

Ilr>-soiis-lo-Veilt,

ISSS.-

Kiniais

L t ' S p u l i l s ai'clii|)i!ls p o l y i K i s i o n s .

VII.

KTAULISSEME.NT.S

FUANI^AIS

L'INDK

DE

roiiiiiioiTial.

Mouvciiioiil

I. - G U A D E L O U P E ET DÉPENDANCES ill-

I/liislciirc

la

Iralivc el ccoi La (111 di'

ci'isc suci'icrc.

la

Le chlfTre

cu

esl

IHlli, la

soulevées

à

s'esi

elise

el

à

liiipiirlaliims

polir

fiaiiie.

La

Lrs

qui

un

la

Un

l'.tUO, -2:'\

jailis

du

la

du

de

'òi

aver

diriiciihr'S

Dans

la

millinns ISii,"') s o u s

de

la

ridiiiiilier à

IV.

laiiii m e r e i a i

doiianièrcs

:i(i.á(;r».00() (diilfre,

H.800.000

fr. du

de I8i)2.

loi

ce d e r n i e r ilmil

et

l'ili-

doni

fr.

fr. les de

17.701.000 a èli; de

c o m m e r c e

franer.

l.S',)'.)

un

eliemiii

de

va

du

Drsirade,

les

Ter i p i i

de S a i i i l e - M a r i r . ( M a l i r - ( ¡ a 1 a 111 r ,

a r r r i i e s ile

la

f r a n r e

S u r d r (d

IH77.

en

niiiii veiiieiit tolal

snnl à

d e m i

18.708.ODO

( i i i a i l i d o i l pr

la

de

de

piiur

1'.). I:'>.";.ODO

depnis

jiiirl

appailniii

IO aoiìt

le

el

IH'.IU.

pour

millinns

poss(''de

d o m i n a t i m i

en

el

('•tail

l'a p p l i r a 1 i m i

de

IS'.IC.

rii

IV.

i|iii

millluiis

siiilc

|MHir

S a i i i l - . M a r l i l l ) sr

protocole

lions

L a

a

dr

octolire

1877

en

(itiidii-

|i()iir

la

i l r S a i n I-1 ! a i I l i ( ' l e n i y

l l i i S à

I7HÍ,

r(''ti'iii'r'ili''r

('di''

remise a

l'ile

eii

lirii

Ir

a v a i l aitisi

à

Ili

avail

la

m a i s

n'^li'

passii

f r a n c e

|)ar

1878. les coiidi-

:

Niiiis

diHiaiiier el dr

l'ji

liaHc,

ma i n-d'irii v re la

ex|)<utaIions

doni

dii 2H

nnlliiiiis

i l r p r n i l a n r r s de

trait(5

\1.

doiiiainr

la

( i a p r s l e r r e au

avail

(I)

les

IV.

di'

Saiiiles,

sous

il)

(Jiiaileloupe

lioiiri;

de

enireiil

(d

la

adniiiiis-

c i Ics c v c l d i i c s

e i i l r a v i ' ' l e ilT's l ' i o p p r i u e i i l

total

;!7.H(i:LI)nU

frailee

:I7. u n i . 0 1 ) 0

oiil

IOIIIIH'' à

l'idraiiüer à

ridevi' à

IK'.IK

piii'oinciil

i n o d i l i c a t i o i i s d o i i a n i ò r e s (I)

ciiloiiie.

fluenee de

eli

Ics

I r r i i i h l c i i i c i i t . s de teri'(!

d e m i

Il

c o l o n i c d o l a ( J i i a d c l o i i j i c cs(,

ii(|iic.

ii'iivoiis la

|)iis

piiriode

187()-1!)00

le

regime

l i ' n ' i s l a I i m i e i d o i i i a i r ¡^l'ni'ra l e : i i n u s r c n v o y o n s a u v o l u m e -

(iainille colonial.

(iiiy

daiis

la

piisriiir

si'iir,

/,((

mineen

valeur

de

nolrt


ANNEXES

973

I J O S s o u s s i g n é s , m u n i s des pleins p o u v o i i ' s d e leurs ^ D i i x - e r i K - n i e n t s , il l'ettel de r é g l e m e n t e r la r é t r o c e s s i o n de l'île de S a i i U - l i a r l IK leiiiy à la l ' i M i i c e , s t i p u l é e par t r a i t é s i g n é à P a r i s , le 1 0 a o û t d e r n i e r , sont c o n v e n u s d i ^ s ilispositions suivantes : Aiii.

I''

— La po|)ulalion de l ' î l e de S a i n t - B a r t h é l e m y ayant été c o n -

s i i l i i ' i ' . ( l i n i o i i i K - i n e i i l à l'article Ì" de la convention ci-dessus r a | ) p c l é e , e l , , ' i i a i i i |iri>iiiiii('i-e e n Faveur d'une r é u n i o n de cette î l e aux possessions I r a n c a i s i ' s , les snicds de la c o u r o n n e de S u è d e d o m i c i l i é s dans ladite île (111 dans les îlots (|ui en d é p e n d e n t sont d é l i é s de tout l i e n de s u j é t i o n envers Sa Majesti' le roi de S u è d e et de N o r v è g e , ses descendants et s n i ( c s s e n i s , e l l a n a t i o n a l i t é Franijaise leur sera a c q u i s e d e p l e i n d r o i t à dater du j o u r i\r la prise de, possession |)ar l ' a u t o r i t é f r a n ç a i s e . ->. — Tiiut(d'ois, il demeurera l o i s i b l e aux personnes d o m i c i l i é e s dans l'île de S a i n t - l J a r t b é l e m y et étant en possession de la q u a l i t é de sujets d(^ la c o u r o n n e de S u è d e , de s ' a s s n r e r , si (dIes le p r é f è r e n t , la conservation d e cette ( [ u a l i t é moyennant

u n e di'ndaralion i n d i v i d u e l l e

faite, à la't i d l ' e l , devant l ' a u t o r i t é de l ' î l e ; niais, dans ce c a s , le g o u v e r nenient l'ianrais se r é s e r v e la faculli' d ' i ' x i y e r qu'elles transportent l e u r I l'sidenee liors d n territoire d e S a i n t - l i a r l l i é l e m y . L e d é l a i dans lequel p o n i l a se l'aire la ili'-cliiration d'option p r é v u e au p a r a g r a p h e p r é c é d e n t si'ia

d ' u n a n , à dater d u j o u r de l ' i n s l a l l a l i o n de l ' a u t o r i t é f r a n ç a i s e

iLiiis

j'ilr

n'auront

d e S a i i i l - l i a r t b é l e m y . P o u r les pei'sonnes ([ui, à celte date, pas l'àne lixi' pour la m a j o r i t é par la loi f r a n ç a i s e , le d é l a i

i r i i i i a n i-onrra à partir d u j o u r on elles atteindront cet â g e . Am

:t, — La

f'rance succède aux droits et o b l i g a t i o n s r é s u l t a n t de

tons actes r é g u l i è r e m e n t faits [)ar la c o u r o n n e de S u è d e ou en s o n n o m , | i i i i i r des objets d ' i n t é r ê t p u b l i c ou d o m a n i a l c o n c e r n a n t spi'cialenient l a cadoiiie d e S a I n t-lia i l 1 1 l'deniy e l s e s i l i ' i i e n d a lices, l'ai e o i i s r ' i i i i i ' n e e , les papiers r l dor ii i i i r n I s d r l o i i l r i i a l n i c i r l a 11 l's a uxil i t s actes (| ii i |iiMiveiit sr l n i i i \ r r r i i l i ' r 1rs n i . i i n s d r l ' a i l m i n ist ra I ion s n i ' d o i s r , aussi liirn que 1rs a r r l i i \ r s d e l a eoloiiie, seront l'eniis a n goiivei'iienieiil l ' i a n i ' a i s . . \ i i i . i. — L a l'eprise d e |iossessi()n d e l'île de Sa i n 1-lia rt l i é l e n i y et de s e s d i |irnilanres a u n o m d r l,i L r a n e r , e l l a remise des titres e t a r c h i v e s pi'i'Mie

par

l'arlicle

|ii'i'ci''ileiil,

seront

elfectuées le p l u s tôt possible

après l i ' - c l i a i i r r des ra t i lira lions du t r a i l é de r é t r o c e s s i o n . La date et Irs l'onnalili's dr eritr reprise de possession seront r é g l é e s , au n o m de l a Suede, par l e r o u v r i ' n e i i i ' s i i i ' i l o i s de Sa i n t-Iia l'I l i i ' l r i i u , r l . a u n o m d r 1,1

fi-aiirr,

par l r

r ' o u vri'aru r dr

la ( i l i a d r I on p r , l r s i | u r U i c r r M o n I ,

à c r i r l V r l , l a d i ' l i ' ^ a I i o n d e Iriirs L;IIU v r n i r i i i r ii I s r r s | i r i ' l i l's. . \ i i i . .•>. - - l'.u I ' C I L I i i r r d r s p r o p r i i ' l i ' S d o i i i a n i a i r s i i o s s i a l i ' e s par la r i i i r o i i i i r d r S i i r d r dans l ' î l e d e S . i i n t-lia r l liideniy, l e g o i i \ e r i i r n i e n t IraiM.Ms

M'isri'.i

.111

r'uiM ri'iii'iiirnl

siH'dois

une s o m m e de NI).01)11 l'r.,

i r | i i i s r i i l , i i i l {'rvaliialion d r s d i l r s p n i p r i i ' l i ' s telle qu'elle a élé

lixi-e de

.\ui'. li. — Le gonvernenieiit f r a n ç a i s versera, en outre, entre les m a i n s


974

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

ilii

i ; i i u v e r n e n i e n t s u é d o i s , ;'i pour

Irniy ei

le

i{iii

une

lie

|iayi'e

suédois

aii\i|uelles iiloiir pour

en

vant

seul

la

l''rauce,

M o y e n n a n t ce

chargé du

qui

de

possession

cet

elfid,

concerne

actuelles,

(|u'ils

la

Sainl-iJarthé-

une

sonunc

versement,

service

pourront avoir

le

totale

gouvcrne-

des pensions de

l'etraite

droil,des

de

Irais

y a u r a l i e u de,

leur

leur allouer

d'emploi.

fonctions

à

seront

législation de

les

fonctionnaires

passeront au

soumis, pour

IVaneaise.

lanirs

Sainl-l'ailliidcmy

comme

à

service de fr.

pourlo rapatricinont

loïKiioiniaire.s suédois de

fonctionnaires

ce

Kii

entendu

Fait

au

320.000

demeurera

leurs

est

pas

des

K u r o | i e et de toutes indemnilés ([u'il

7.

retraite,

de

lesdits

sup[ircssion

Aicr.

il

jiasseroul

lois

iiieiil

Iilrc d'indcniiiilc'l:ini

pensionnenicnl

services

l ' a r i s , le 31

rendus

oelidire

|iar

à

de

servici'

la

l'île

de

li(|uidaliijii

l'Idal

l'raiice

conserIrançais,

ulli'rieure de

services antérieurs la

(|ui,

l'IOlal

à

la

reprise

seront considérés,

à

Irançais.

IS77.

DKCAZKS, niiiiisire i/es fi/piir'ex c'Iranyéres, AKEIIMANN, miiiislre dt; Suèdi'.

II.

(.'oiinne liisloirc soiil

le

la

i M l o n e

le

cyclonc

II

faut ciler

v o q u a

de

|,SS3,

enliaíua,

aussi

Fraii<;ois

les

hi

trouldes

l'a

marqué

1897,

i7

d'iiiiporlalions de

12

Kn

d i m p o i l a l i o n s , talions,

en

I88i

du

el

la

rpi'iiiic saillauts

crisc

fiuail-

¡nin

1890,

taiirdimaiiier de

1892.

de

l e a l

soeiale q u i ,

aiiieiiéreiil

poini

un

d'appui

s u l i i Av. 1 8 9 1 í i

lui

1900,

coidlil

en

Le

cliilfre

total

LS'.IH e l .•Í3.C,()0.I)(II)

Ir.

a en

ilemi

,iii\

Les

pro-

saiiglaiit

la

llotte.

llialiisseineiil

deiniéies annécs

atteini

íl

millions

IS'.IO, i l o i i l ¿ 7

e l l i O C U O . d d O IV. i l ' e \ p o i i a I i o n s . el

de

IS'.l.'i u n

m i l l i o n s ¡i 4 0 , 8 0 0 , 0 0 0 fr.

m i l l i i m s

exporlalions,

187Í)

des grévisles.

r(dévement.

millions

q u i

été classé e o n i me

ramené de o3 un

d c p u i s

l''orl-de-Franee

de

la (pieslioii

inouvcnieiit comniercial a

ont

n'a

d o l i l los fails les p l u s

siicriére

Clise

I'i u c e i l d i e

des

troupes et

q u i

a élé

iMartinicjuc

la gravité de

h'orl-de-Krancc a Le

la

du l 8 a o i 1 t l 8 9 i et rajiplication

au

entre

(juailcloupe,

M A R T l N i y U E

économiquo et adiiiinisirative,

iju'elle

eiére

importalions

La

parí

et

d'i

de

en

millions la

l''raiice

millions

aii.v

I ( 1 0 0 n o n v e a i i i e l e \ e i i i e i i I ,'i . " r i m i 1 1 i o i i s : : > ' ( . 9 0 0 . 0 0 0 f iloni

majorité

I l.-'l.'i

polir

la

(KlOde l'rance.

Fiaiieeel

:>7.100.0(10

IV.

d'expol-


ANNEXES

III. —

GUYANE

975

FRANÇAISE

La découverte de l ' o r et la t r a n s p o r t a t i o n sont les deux g r a n d s faits de l ' h i s t o i r e de la G u y a n e c o n t e m p o r a i n e . Le m o u v e m e n t c o m m e r c i a l , q u i était de 12 m i l l i o n s en 1890, s'est élevé en 1895 à près de 20 m i l l i o n s , m a i s est retombé à 16 m i l l i o n s en 1897. En 1899 il a atteint 19 m i l l i o n s , dont 12 m i l l i o n s d ' i m p o r t a t i o n . L ' e x p o r t a t i o n d e l ' o r s u i t u n m o u v e m e n t croissant. L a part de la France dans le c o m m e r c e de 1899 a été de 8.800.000 fr. a u x i n i p o r t a l i o n s et 0 m i l l i o n s et d e m i a u x e x p o r t a t i o n s . En 1900, le chitfre total est tombé à 16.100.000 fr., dont 9.7()0.000 d ' i m p o r t a tions ; la part totale de la F r a n c e a été de 12.880.000 fr. P o u r mettre en v a l e u r les placers d'or e l l e s autres richesses de la c o l o n i e , un projet de voie ferrée a été s o u m i s au c o n s e i l général p a r l ' i u i ^ i ' i i i e u r Levât q u i l ' a étudié s u r place. L a l i g n e a u r a p o u r origine

(iayenne, r e m o n t e r a le cours de l a rivière Comté, c e l u i de

l'< h a | ) u , passera de là dans le bassin de l ' A p p r o u a g u e e t se d i r i g e r a ensiiiie

par l a vallée de l a c r i q u e I n i n i j u s q u ' a u M a r o n i . U n e m -

liiMui lieineni veis

parlant de l a région d u H a u t A p p r o u a g u e se d i r i g e r a

la c;ri(jue Yaoué, affluent de l ' O y a p o c k . L e C o n s e i l général, sous

le g o u v e r n e m e n t de M. Mouttet, a voté la concession de celle voie ferrée à M.

L e v a i dans sa session de j a n v i e r 1900.

L e s frontières de la G u y a n e française n ' o n t été arrêtées (ju'en ces dernières années p a r d e u x sentences a r b i t r a l e s . La F r a n c e et la H o l l a n d e étaient en désaccord au sujet de la l i m i t e <le Icnrs ( i u y a n e s . Le traité d ' U t r e c l i t avait indiqué le M a r o n i c o m m e l'i(uilière,

m a i s , ce fleuve c o m p r e n a n t , dans b i p a r t i e supérieure, d e u x

liraneluï.s,

l ' A w a et l a T a p a n a h o n i , o n ne savait à q u i appartenaient

le.s I r i l i u s

lîoschs et les B o n i s , h a b i t a n t les territoires r i v e r a i n s . L a

découverte de gisements aurifères a m e n a des prospecteurs et des t r a v a i l l e u r s et a u g m e n t a la v a l e u r du résoliireni d ' a v o i r r e e o u i s l'enipei-eiir di'

lîii.ssie

.\le.\andre III. L e 25 m a i 1891 le T z a r r e n d i t

u n e .senlenee pai' la(|nelle trophe d c x a n i

servir

pays. L e s deux puissances

à l ' a r b i t r a g e et s o u m i r e n t le différend à

de

r.\\\a

fronlièrc

élail enlre

eoMsidéri'' les

(lcii\

c o m m e fleuve piisscssions.

l i m i -


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

976

E n v o i c i l e texte : N o u s , A l e x a n d r e 111, p a r l a g r a c e d e I ) i e M , e n i p e r e i i i ' d e t o u t e s l e s H u s s i e s , Le g o u v e r n e m e n t de

la R é p u b l i q u e

l',i\s-l'.,is ayant l'ésolu, deux

|)ays

aux

IVanraise et le g o u v e r n e m e n t des

d ' i l n e eoii v i m t i o n

lermes

l e 2!) n o v e m b r e 1 8 H S , d e m e t t r e

e x i s t e t o u c h a n t les

limites de

leurs

lin à

colonirs

l'ranraise et de S u r i n a m el de n u n e t t i r à à r r l t e i l i d i n i It.i I i o n , n o u s

ontadressé

nn

conclue

c n l r c les

l ' a m i a b l e au d i t l c r e n d (|ni respeelives

arbitre

lr

ladeni.aiiile

de la

soin

de

(liivaiie

de

nous

pronaler

cdia r i ; e i ' i l c

aidiilr.ar-r.

rrl

\oiil.iiil

ii'|ioiidre à la

coiiliaiiee que

11'moi ^ n i a ' ,

nous ont ainsi

vernrnirnls d'ai'rrpiri'

m i s s i o n de ri'soudre

sans

aucune

eiiniiiii' ar'bitre

tenons j t o u r j u s t e de

les d e u x

aprrs a\oir rrru

p r o i i o n e e r la

de la (iiiyane

|aiiiais(dé rrroiiniir I t u ' r i i (inli'r r r l l r

ri'serve,

liliur,

d'Iliridil

I ' l l ' (•(••(II-

vu

qur

1 X 1 7 , q u i a l i x i ' 1rs l o i i d i t i o n s la L r a i i r r

ne saurait sri'vir de l r l ' o r l n i;a I , q u i

I7i;î, d'iinr

de

l'rslilurr à la

p a r lr

liasr

avail

l'ortiigal

L r a i i r e e n ISI.',

que

poui-

n'a

l'i'soiidi'r

pris p o s s r s s i o n , rn

pallie dr

; o i - , 1rs l i i i i i t r s d r r e I r l'i'i I o i i r

i i i r s p a r lr I r a i l i ' d ' I

nous

:

p a r 1rs l ' i i y s - l i a s ;

la q n e s l i o n rn

nr pouvait

nous avons aceeplé la

le dillV'i'end q u i les d i v i s e el

IVaiiraisr à

ron\eiilioii

M'ilii du

Iraili'

litiyeanles Irui'S g o u -

sentenee suivante

C o n s i d é r a n l ( [ u e la c o n v e n l i o u du W a o û t de la r e s t i l i i l i o n

|Miissanees

l'assuraiire dr

n o i r e d i ' i ' i s i o n l'iiiii n i e j u g r i i i e i i I s i i p r è i n e e t s a n s

d e s'v s o n n i e t i r e

appel el

rl

la

(iiiyanr Iranraisr,

lr I r i r i l o i r r qui

nr sr l i ' o n v r n l

lui

avail

n n I lr i i i r ii I

didi-

I r r r i i t de 1 7 I :i ;

C o n s i i l r i - a n l , d ' a i i l r r pari : l)iir non

lr n o u v i T i i e n i r n l

rniilisli's

par

siri'le d r r i i i r r drs

lr

posirs

I J i i r 1rs a n l o i ' i l i ' s 1rs

nr^res idalilis

nienl

on

I r r i ' i l o i l'r q n r

(Jn'il

IJiir

lr

i m n i l ' d i.i I e n i r n I rn

rsl admis

de

la

rrlalion

sans

ronlrslr

pai'lir dr

la ro'imiiissrt

sa

ixirdr

dr la i-rr,innaissanrr dr l'Aw.i l'ai' r r s

rir

la

trriiloiie

p a r l'r n I r r n i i s r r l

Maioiii, à

le

fraiirais,

déinontrenl

ridrririiait

des

à

la

faits

lin

du

luililairrs sur l'Awa ;

liamjaisrs sur

aiitorili-s irriilr.iiriil

llriur

liid I a iiila i s , .ainsi q u e nouvri'iieiiieiil

(insaiir onl, ronlrsli'

d o i i i i na I i o n .'ivrr ni

par

1rs

a

du

drux

doit

reconnu nii'diate-

iiidir'rnes

et

pays

des

drs

i n ti'rrssi's

dr

liiiiitr,

ni

CC

auto-

que

riiire

doumas

r o m n i r rmii's sn|M'i'lrnr du

CCS

que

lialiitanl

i - r j i n ' s r i i la n t

sriv i r

ivriirilli

l'ois

iir-pendanl

l i o l la iiila i s e ,

Iriliiis

p r i ' s r ii rr

sonrrr,

INIIj

1rs

iiiaiiiles

roniiiie

le

leurs

faveur

.Maioiii ;

ils :

.Nous d i - r l a n i n s q u r I W w a doit rti'r r o n s l d i ' u ' i ' r o i i i i i i r l l r i i v r I i m i I riqillC devant sri'vii' dr l'in

vriln

IVo i i t i r r r e n l i ' r 1rs d r u x

dr crlIr d r i ' i s i o n

possessions.

ai liili.ilr lr I r i i i I oi ir rn aiiionl ,lii , , , i i l l i i e n l

d e - l ' i v i i ' T r s ,\ vv a rl 'l'a pa n a l i o i i i d o i t a p i i a r l n i i r d i v s o n n a Is à

la H o l l a n d e ,

'


ANNEXES

977

•siiiis p i ó j u d i c e , toutefois, des droits a c q u i s bona

fide

p a r les r i ' s s o i l i s -

.siârils riaii(;ais dans les l i m i t e s du territoire q u i avait été en litige. F a i t à G a t c h i n a , le

ü í / ^ f i mai 1891. Signé : A L E X A N D H H .

Conlresiijnè

:

Du

Giiciis.

La c o n t c s l a l i o i i avec le Brésil fut p l u s long-ue à résoudre et d o n n a l i e u à (le p l u s g r a v e s i n c i d e n t s . d u .wii'- siècle.

E l l e r e m o n t a i t à la seconde

moitié

Déjà e n 1 8 8 0 les F o r t u g - a i s a v a i e n t c o n s t r u i t s u r

les terres du C a p du N o r d les Français les e n a v a i e n t

forts

de M a c a p a et d ' A r a g ' u a r i et les

chassés. D o n P e d r o I I

o u v r i r des négociations.

Les

commissaires

ne

et L o u i s

X I V firent

p u r e n t t r o u v e r les

l ) M s e s d ' u n a r r a n g e m e n t définitif ( 1 ) , r e c o n n u r e n t l a

nécessité

de

procéder à une p l u s a m p l e i n f o r m a t i o n et adoptèrent un règlement <lesliné à s u p p r i m e r toutes causes de n o u v e l l e s q u e r e l l e s : ce fut le traité p r o v i s i o n n e l d e L i s b o n n e d u 4 m a r s 1 7 0 0 . I l fut a b o l i p a r l e traité d ' U t r e c h t ( 1 1 a v r i l 1 7 1 3 ) dans les clauses s u i v a n t e s :

A H I . 8 . — A f i n d e p r é v e n i r toute occasion d e discorde q u i pourrait n:uti-e entre les sujets de la c o u r o n n e de 1''ranee et ceux de la c o u r o n n e de Portugal, S. M. Très C h r é t i e n n e se désistera pour toujours, comme elle s(i désiste dès à p r é s e n t par ce t r a i t é dans les termes les plus forts c l les plus aulhenti(|ucs et avec toutes les clauses r i M p i i s o s , c o m m e si elles é t a i e n t insérées i c i , tant en s o n n o m (ju'en c e l u i d e ses h o i r s , s u c c e s s e u r s et h é r i t i e r s , de tous droits et p r é t e n t i o n s

(|ii'elle

|)eul

el

p o u r r a p r é t e n d r e s u r la p r o p r i é t é des terres d u (:a|> i l u iXoid et s i t u é e s entre la r i v i è r e des A m a z o n e s et celle de Y a p o c ouN'iiicenl l ' i i i s o n , sans se r é s e r v e r o u retenir a u c u n e portion d e s d i l c s icri-es afin (|u'elles soieni d é s o r m a i s possédées par S . M . l ' i j r t w g j i s e , ses lioirs, successeurs et I n - r i l i e r s avec

l o u s les

d ' c T i l i c r (l(irii,-i¡Me,

d r o i l s de

curiunc l ' a i s j o l

S d i n e r a i i i c l i ' , d ' a b s o l u e puissance cl pai'lic

de si's

d c r u e i i j ' c i i l ; i pci-pii M I l i ' , siiiis que S. M. l ' o r l u

iMals el (]ii'eilcs l u i i s i ' , ses h o i r s , s u c c e s -

s e i i r ' s c l III'TI I i c i ' s p i i i s s c r i l p i i i i i i i s l'Ii-c I r o i i h l i ' s (la i l s

l;iilili'

possessiiiii

par S. .M. T r è s ( : i i r i i i e i i n e , ni piir s r s Imirs, s u c c e s s e u r s et h i ' r i l i e r s . .Aiii'. '.), —

VA\ coiiséiiiience

île l'arliele

p r é c é d e n t S. M. P o r t u g a i s e

p o u r r a l'aire r e l i à l i r les l'iiris ( r A r a g i i i i r i et d i ; Caniaii ou Massapa aussi liien i|iie lous l i ' s an 1 res (|iii m i l ('-li' I I I - I I K J I I S e n e x é e i i l i o i i d u I I M Í I I ' lirovisidiiiiel l'ail à I . i s l i o n n e I i mars 17(10 eiiire S. M . T r è s ( l l i r t - l i e i i n e et S . M . P o i ' l n i a i s e Pierre I I , d e gluriense i i M ' i i K i i r e , l e i l i l Iraili' pr,)\-.'-

(1) droil

Udininl

lie

inl<-iiiiiliiiiiiil

/iii/i/ic,

Canl,

Les 'Joloiiies, vol. 1.

A-'

il ¡ If,-v.-ii4

fr(iiii:.-hrrsilini,

IliTiii'

i/ihifi-a/i'

|S'.)7. 62

//•


978

QUATRIÉME PARTIE — CHAPITRE IX

sliiiiiicl restant n u l e t d e n u l l e v i g u e u r e n vertu d e c e l u i - c i . C o m m e aussi i l

s e r a libre à S. M .

P o r t u g a i s e d e faire bAtir d a n s l e s t e r r e s

m e i U i o n n c c s a u p r é c é d e n t article a u t a n t d e forts q u ' e l l e trouvera à propos e t d e les p o u r v o i r d e tout c e q u i s e r a n é c e s s a i r e p o u r l a défense desdites t e r r e s . A i i T . 10. — S . M . T r è s ( l l n é t i e n i i e r e c o n n a î t par l e p r é s e n t t r a i t é ( | u e les d e u x bords d e l a r i v i è r e des A m a z o n e s , t a n l l e n u i r i d i o n a l

et le

srpifiiitrional, appartiennent e n toute p r o p r i é t é , d o m a i n e e t s o u v e r a i n e t é , : i S . M . l ' o r t u g a i s e e t promet, t a n l p o u r e l l e ( j u c |)Our s e s h o i r s , s u c c e s s r i u s e t h é r i t i e r s , d e n e former j a m a i s a u c u n e p r é t e n t i o n s u r l a u a v i i;:ilion e t l ' u s a g e d e ladite r i v i è r e s o u s q u e h | u e pr(itexte ([uc ce soit. AUT.

12. — E t c o m m e

i l est à

craindre qu'il

y

ail

de u o i i v i i l e s

i l i s c u s s i o n s e n t r e l e s sujets d e l a c o u r o n n e d e l ' i a n c e cl les sujels de l a c o u r o n n e d e P o r t u g a l à l ' o c c a s i o n d u c o m m e r c e que les h a b i l a n t s d<' C a y e n n e p o u r r a i e n t entreprendre d e faire d a n s l e M a r a g n a n c t d a n s l ' e i n b o u c l i u r c d e l a r i v i è r e des A m a z o n e s , S . M . T r è s C l i r i ' l i e n n c promet, tant p o u r e l l e q u e p o u r tous ses I M . Ì I S . successeurs ei lii'-i'itiers, d e n e point c o n s e n t i r q u e lesdits

lui lii la nls île

(iayenne,

ni

;iueuns

autres

sujels de Sa dite M a j e s t é , a i l l e n i cdiiinierecr dans les e n d r o i l s s i i s - i n e n l i i i i i i i é s , e l ( | u ' i l l u i sera a b s o l n n i e n l di'l'eiul u île plisser l a r i v i è r e d e N iiicent l'iiisiin Icrrcs du

pour v ni'eoeier el piiiir i i e l i i i e r des esclaves

(!;ip du iS'iiril, eninnie

;inssi

S .

M,

dans

les

l'iirl ii e aise priiniel, l:int

pour elle que p o u r ses h o i r s , succ(!sseurs el lu'ri11ers, (|u'aucuns de ses sujels n'iriiiit c o m m e r c e r à C a y e n n e . A U T . d;(. — Sa Maji^sté'Près C h r é t i e n n e proniel a u s s i , e n s i i n n o m , e t en celui de s e s Imirs, sueeesseurs el h i ' r l I iers, il'eiii pèelier q u ' i l y a i t des m i s s i o n n a i i ' e s r i M i i i - i i s un autres siiiis sa p n i l e e l i i u i dans lesdilcs lerres eeiisi'es a p p i i r l e i i i r i ii ei i ii lesl.i lile m e ii I p.i r ce l i i u l i ' à la (Couronne (le P i i r l i i n i i l , la il I l e i l ¡11 ii s p i i i l n e l l e île ces peuples r i s l a i i t ( i n t i è r e m e n t en Ire les nia i ns des ni issi 1111 n,-i 1 res p i i r l u g a i s ou de ci'11 x ( | u ' o n y enverra de P o i ' t u g a l .

(Tes! l ' a r t i c l e H de ce

Iraili'', d a n s 1 r s iiiiils « Io ^'a[iiic. ou V i n c o i i t

P i n s o n » , q u i e s t l ' o r i : ; ine ilii i l i l l ' i ' u c i i i l . Ics l ' n r h i ^ a i s si m I c n a n l ( | u ' i l s ' a g i s s a i t d e l a rivièrr

di'^bnucbanl

cnlrc

le V ' el .'i" l a l .

X . ([u'ils

a|i|)('lai('iil . l a ï K i e un ( h a [ i i i r , les l ' r a i i e a i s n''piiii(laiil i| u i I s ' a g i s s a i t d'illir rivièi'c

pins

pniclir

ilr

I'I'MI iialeii r el |iriilia l i j c i n c n l ( l e l ' A r a -

: ; i i , i i i p a i r e i|iir l ' r \ pl ora I r 11 r N ' i u r r i i l r l ' i i i / i i n a\';iil rii 1 . ' i U O

aiìordó

1 r s eiilrs lies ( i I I \ a iirs r n l r r l r ( i n p ilii N i i n l e l l ' r 111 l i o u c b u r c d c s A l l i a / . d i i r s . L e s (Iriix | i a i h r s 111 a i 11 le 1 la 1 r 111 I r i i i s l l i r s r s rl au COUrS ilrs n i i r i r r s d r la l i i ' ' v i 11111 m i l , 1 r s 111 \ r rs I i.i i li's 111111 i u rr 111 ( 1 r s rlalISCS r e l a t i v e s au n u i l e s l i ' ' ; I r a i l / ' i l r l a G a r s e v e n n r j u s q u ' à sa

l'aiisilu

soliirr

rl

|ll,-iiiiil

riisiiitr

IT'.IT

iiiir l i g n e

ijiii

ail(i|)lil

dirrcir

VCl'S


ANNEXES

979

l'ouest j u s q u ' a u r i o B r a n c o , m a i s q u i ne fut p o i n t ratifié ; traité de lîadajoz

du 6 j u i n 1801

q u i adopte le A r a w a r i

( A r a g u a r i ) ; traité

de M a d r i d du 29 septembre 1801, q u i adopte le G a r a p a n a t u b a ; traité d ' A m i e n s , du 27 m a r s 1802 q u i traité de Badajoz (1).

r e p r o d u i t les articles du

N o u s avons publié p l u s h a u t les

stipulations

du traité de P a r i s et de l ' A c t e de V i e n n e relatives au Contesté (2). La i-estitution de la G u y a n e à la F r a n c e ne fut rég-lée que p a r une convention du 28 août 1817. Le P o r t u g a l s'eng-ag-eait à remettre <i la F r a n c e « dans le délai de trois m o i s , ou p l u s tôt si faire se p o u vait, la G u y a n e française jusqu'à la rivière de l ' O y a p o c k dont l ' e m bouchui-e est située entre le 40 et le 5° degré de l a t i t u d e septentrionale et j u s q u ' a u 3 2 " degré de long-itude à l'est de l'île de F e r , par le parallèle de 2 degrés 24 m i n u t e s de l a t i t u d e septentrionale. » Les deux

puissances s'engageaient à envoyer sans r e t a r d

des c o m m i s s a i r e s « p o u r fixer définitivement les l i m i t e s des G u y a n e s française et p o r t u g a i s e conformément au sens précis de l ' a r t . 8 du traité d ' U t r e c h t » et au cas où le t r a v a i l ne p o u r r a i t être effectué dans le délai i m p a r t i , elles promettaient «

de procéder à l ' a m i a b l e

à un autre arrang-emeutsous la médiation de la G r a n d e - B r e t a g n e . » ('etto c o m m i s s i o n ne fut pas constituée. L e s Français créèrent un poste à M a p a en 1836

et les

des P o r t u g a i s , fondèrent la

Brésiliens,

devenus

les ayants-droit

colonie de D o n i P e d r o II au n o r d de

l ' A r a g u a r i . En 1841 un accord dit « de n e u t r a l i s a t i o n » fiit c o n c l u entro la F r a n c e et le Brésil en vue d'arrêter toute entreprise de l'une et de l'autre puissance s u r le t e r r i t o i r e contesté. Le 28 j u i n 1802, une déclaration fui signóc à r a i t entendu que le g o u v c r n c i u c i i t

Paris do S.

par laquelle « i l M . l'empereur

doiiieu-

des l'ian-

çais, ci. l e g - d i i v o r i i C M i o i i t d o S . M . l ' e i p p c r e u r d u Brésil n e mettraient i c s p e c l i v c i n c i i t territoire

lilii^c

on

ainuiii

obstacle à ce f]ue les

qui vicndraienl à

l a justice lirésilieniic o u d e l à

rlic

jiislice

remis

niailaitcms

cnlro

fianraisc

du

les m a i n s de

fussent jugés

par

l'une ou par l'autre. » La

période do

d(' la (1)

18()2 à 189;")

cdiislilnliiin

Voir

plus

liaul,

pa-e

(-2) V o i i ' p a y e O ' . l , a i ' l i c i c s (I!) lioii

Il (!(•

l-iul .M.

eiler

CrevauN

C.V)

ne

fui

m a r i p i é e (|ne

p a r h's l i a l i i l a n i s de C o u u a n i

de

par r a v e n l u r c

ISSd d'une

répu-

Sri. 1(1 d u

peuilaiil el

en

M.

ces

Ira i l i ' de P a r i s el ileruiè|-es

Coudreao

iimièes

dans

1117 î l e l ' A e l e d e \ l e u n e . les

voviiees

les ( o i w i i i e s

el

d'explurjlA ina/.mile.


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

980 lilii|Lie

à

la

présidence

i^Vii-raphe. Ni [•(•publique Mais son

dès

counanienne

ce

m o m e n t

intUience

au

siliens

s'armèrent

nn'iits

aurifères

IH',);")

le

chef

(à)uiiani,

et

Trajane.

l'aviso le

Bengali, Le

une section

de

ni.

Le

le

et

Ce

la

sur

le 10 avril

le

de

convention la

lie.

('lail

<|ui

territoire

Voici

\,f

le

i(

!i

l i x e r lii

udiiveriieioeiil

( MinlV-driiilinii rivirrr

Vj|iur

rildirr.

noimiii'

leurs

rr

la

débarqua

l'I l;i —

sur

des

Des

par

une

Brésil,

traî-

le

détache-

du

village:

i|iiejle

est

l;i

l.'jiliilri' rl

iiiinmii'

furent

c o m m i s s i o n

M.

la

P i c h o n ,

Yapoc

territoire.

di's

et

recourir

ou

suisse

Vincent

»

l'ilii I s - I ' n i s

:i rlil I r;d.' srij ;'i

mixte

signait une

(]onfé(léralion

rivière

o u -

faire a d m i n i s t r e r

invili'

ll\rr

Iraili', Siivnir :

l.i 1rs

Ir

Ir niuiiua I

dn à

lîii'sil

et

soni

le

e u i i v i ' n u s d(!

i;iMiveriienii-nt di'ciilrr

linillr ilrn\

ipiidli'

inli-ririire

de la est

la

du

ter-

!;uiu rrneiurnls

ont

pii-siilriil ilr

ilii

II \ IT ilr li ii i I i v e i l l e n t

( d i y . i i i r IVii IH,-I i s r ,

di-risnni

du

l'anaichie

:

Itc'pii lil il] l i e

dr

gouverne-

et à

puissances convenaient de

inti''rieure du

roiirl iisliin

:i

marins tua

deux

négociations

décida de

i m v e r n e m e n t de la

\'I n r r n l - l ' I n s i u i

lîn-sil

avec

marine, se

celui-ci

feu

de

dans les eaux

quelques

le

En

C o u n a n i

avec

contestation

litige.

au

deux

p l l'n i p i ile u I i a i i r s ,

l ù i i l s - l n l s du

m a i

à

mots,

l'attention à

convention

l:i

à

et

gise-

Français

d'infanterie de

l î i p i i hl ii| iir r i i i i i r i i i s r , d i ' s i r a i i l

hnl

l'ourla

un

L u n i c r

o r d o n n a

contesté

dn

limite

snissi'. un

en

ministre

l'-n-si!

de

situation.

envoya

v.n

marine

arbitrage, on

déeidei'

de

dr hi

du

rr(jiill('-rrs

ivrourir dan^

des

notre

t o x U ; d e cett(^

-nincrnciiiciil 1rs

un

arbilrale

ijiviti'' et il

Pinson

ra|)pela

(»ar l a q u e l l e l e s

isiiin

la

français

premiers

et

mettre fin

le territoire

18'.)7,

les

découverte

enleva

[)arl(Mnentant

dès

année.

domination

tués et v i n g t blessés.

inci(l(!nt

verlesen vue d'arriver il provisoirement

en :

de

Gros,

qu'une

sa

IJestou[) a c c o u r u t e l s e r e n d i t maître

née,(!ssité

troublaient

La

C a b r a i ,

coutjiagnic!

L u n i e r

s cdùla ci[U|

rei; r e l t a b l e

menls

.1

un(!

d u r a

encore

m o u i l l e r ensuite

s'avança

lieiilonant

l'all'aiir I

bandes.

alla

(Capitaine

nous.

aggrava

d'infanterie

marins et

contre

Jules

b a n d e s d'aventuriers bré-

gouvernement

c(jnférer a v e c C a b r a i

Ireiiseincnt

(|iii

q u i

capitaine

.Mapa

k

poni-

Le

ne

k étendre

bientôt des

agirent

M.

v o u l u r e n t reconnaître la

l'existence

ces

appelèrent

ne

chercha

Carsevsène de

ils

le Brésil

Brésil

contesté,

d'une

M.

laquelle

dont

le

au

(leMapa.

rendit

de

l a ['"rançe n i

dr

brii.;adi'

l.i

K r p u III i i p K '

I )ionysio

Kvan-

g l d i s l i i dr C i i s l r i i I ir n p i r i ra , l u i u i s l r r d ' I j : ! ! .-i u x : i l V a i r r s l'I r:i i i g è r e s . — l . e p r é s i d e i i l d e lii

r . i ' p i i h l i i p i r I V i i n r a i s r ; i 11111111111'' i M . S i r p l i r i i l ' i r l i o l " ,


ANNEXES envoyé

extraordinaire

l)li(|ue a u qui ont vants

Brésil;

été

et

ministre

lesquels,

trouvés en

éehangé leurs

et due forme,

ont

même

pleins

Répu-^

pouvoirs,'

arrêté les a r t i c l e s s u i - ;

:

AnT.

1«''.

conformément

La

République

ou

Vincent-Pinson

l'ouest

du

cap Orange

le

des

au sens précis de

Yapoc

[Kw

après a v o i r

bonne

981

plénipotentiaire de la

t h a l w e g de

est

et que

cette

Etats-Unis

du

Brésil

prétend

que,;

l ' a r t i c l e 8 du traité d ' U t r e c h t , la rivièrej l'Oyapoc la

rivière.

ligne La

qui

débouche

dans

de démarcation

République

doit

française

l'Océan

ài

être t r a c c e l

prétend

c o n f o r m é m e n t au s e n s précis de l ' a r t i c l e 8 du traité d ' U t r e c h t , la

que,i rivièreï

Y a p o c o u V i n c e n t - P i n s o n est l a rivière A r a g u a r i ( A r a o n a r y ) q u i débouche i dans être

l'Océan tracée

tivcment (|ui

les

sera

comme

au

par

sud le

du

prétentions

obligatoire

limite

cap

thalweg

ou,

des

et

s'il

Nord

de

et que

cette

deux

sans

parties

appel,

le juge

la

ligne

rivière.

bon,

en

une

de

démarcation

L'arbitre

résoudra

adoptant, des

deux

quelqu'une

dans

la

sentence]

rivières

des

doiti

détini-j

réclamcesi

rivières

comprises^

entre elles. AuT. limite

\ —

2.

intérieure

convention de

La

Republique dont

l'Oyapoc,

va

(|ue

source

principale

parallèlement au

la

cl

suit

montagne

limite s.ins

bras

rive

en

été

frontière

principal

de

sa

L'arbitre

(iiiyanc

sa

intermédiaire, Ya])OC

hollandaise,

Amazones i|ui,

d a n s cette

la

la

provisoirement

ligne

la

par

le

les

(]ui

de

région,

i\r

pailai;i'

en

de.-

est

la

obligatoire ou en

source

jusqu'à

Aiir

;i.

— A t i n de

mettre

choi- 1

principale \ la

pi'csquc

froulièri;

bassin totalité

des par

de

l'arbitre

à

môme

de

d r o i t s et

parties

l.

sentence,

;

l'échanae

:

un

mémoire contenant

'

les d o c u m e n t s à l ' a p i m i .

(a's

mémoires i m p r i m e s

i

A l ' e x p i r a t i o n du

ments

de

dans

huit mois

contractantes. l ' a r t i c l e 'A, c h a c u n e

pour présentera

1 des

1 |

,').

délai

prévu

\

r.iutr('

nouveau

délai

si elle le j u g e c o n v e n a b l e , un s e c o n d mémoire en réponse a u x a r g u m e n t s

AiiT.

un

'

l'arbitre,

<le

.aura

i

présenter

seront en m ô m e t e m p s communi(j\iés a u x parties Aicr.

])ronoucer sa

d e u x parties d e v r a , d a n s le délai de h u i t m o i s après

ses

i

i

des r a t i f i c a t i o n s d u présent traité, l u i l'exposé

)

et ^

l e faîte d e s m o n t s T u m u c - l l a m a c .

c h a c u n e des

;

R i o i

extrême

des e a u x du

est c o u s l i l u i ' c

la

l'ouest,'

quelle

parties

la

ou Vi n c c n l - l ' i uson ligne

îi

point

sera

deux

l a ;

La]

parlant,de

court

déHnitivcmcnt

partir

par

partant

rive gauche du

avec

sentence,

(]ui,

la î

hollandaise.

qui,

l'Araguari,

jusqu'à

à

] ) r é t e n d i|ue

Guyane

la

décidera

dans

Brésil

p a r a l l è l e 2024

rencontre

u n e des lignes revendiquées solution

de est

jusqu'à

du

reconnue est le

intérieure

adoptant

.idopt('^e c o m m e é t a n t l e la

a

fleuve des A m a z o n e s ,

Acarary.

sissant comme

(Ir

la

limite

du

celte

intérieure,

appel,

la

Etats-Unis

août 1817

a b o u t i r a

|)rétend

Itranco

une partie

de P a r i s du 28

France

des

partie. —

L'arbitre

(|u'il j u g e r a

aura

le

droit

d'exiger

des

parties

nécessaires et de régler les t e r m e s n o n

procédure d ' a r b i t r a g e et

les i n c i d e n t s o c c u r r e n l s .

les

éclaircisse-

prévus de

la

' < j


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

982

A u T . T). — L e s (lé|)enses d e l a p r o c é d u r e d'arbitrage é t a b l i e s p a r l ' a r l)ilre seront p a r t a g é e s j i a r m o i t i é entre l e s parties contractantes. A i i T . 7 . — L e s c o m m u n i c a t i o n s e n t r e l e s r e p r é s e n t a n t s d e s parties contractantes s e feront p a r l ' i n t e r m é d i a i r e d u d é p a r t e m e n t d e s affaires étrangères d e l a confédération s u i s s e . A u T . 8 . — L ' a r b i t r e s e prononcera dans l e d é l a i m a x i m u m d ' u n a n à c o m p l e r d u d é p ô t d e s premiers

m é m o i r e s o u d e s seconds s i l e s [larties

n u l n''[ilii|ué. A u l . i l . — Le t r a i t é , une fois

les f o r m a l i t é s l é g a l e s , s e r a

remplies

raliti(' p a r b^s IIIMIX L ; I m V C r r i i ' i i i c i i I S , et les ratilications seront é c h a n g é e s dans l a capitale IV-ih'-i-,! le i l i - s lOlals-l'nis ilo lii'i'-sil dans l e d é l a i de quatre mois o u avaiil s ' i l e s l piissililc. f u i d e ( p i i i i l e s pl l ' u i p o l e u I i a i res r e s p i H ' l i f s s i g n e n t ledit I r a i l é et y a p p o s ( u i l leur s c e a u . La notre

a é t é c o i n n n i n i q u é c l e i"' d é c e m b r e 1 9 0 0 à

décision a r b i t r a l e ministre à

•l» One hl

Berne.

ri\ièi'e

d'rirechi esl

L'arbitre

.lapoc

ou

:

N'inei'nl-l'ineon de

l'^ii-liele

Silii

Irailé

d é h n u e l i e à l ' u i i e s l i l u e i i p d'I ) r ; i n t;-e, a i n s i

l'Oy:ip<d<, (|ui

i|iril esl l i a h l i

décide

p n r l e s doi'iiinenis i|iii'

le B r é s i l a s o u m i s an I r i h n n a l ,

c l ( p i e le l h a l w eo- d i ' e e l l e r i \ i ère d e p u i s Son e m b o u c h u r e j u s q u ' à sa s o n r e i ' e u i i s l i l u e i M il(di i i i I i \ e n l e i i I hi p r e m i è r e des l i g n e s froiil ières entre t ' <Jni: l'auti'c l i i ; n e I r u n l i è n ^ point d e rencontre

2 d u I r a i l é d'arbitrage dire 1,1 l i e - i i e ,1e

i h q ) u i s l a source d e l'Oya[)(il< j u s i p i ' a u

avec le territoire h o l l a n d a i s , s e r a c e l l e q u e I n i l i c le indiiiue c o m m e

p;irl:iL;e d i ' s i-;iux

solution i n t e r m é d i a i r e , e ' e s l - M -

sur l e s n i n i i l s T n m i i e - l I n inac, l ' o r -

niaiil 1,1 11 ni i l e seplen I rii)ii;i l e i l i i li.issiii île l ' A n i a z o n e .

L e B r é s i l a i m m é d i a t e r i H u i t pris possession

du contosté a u q u e l

il

a donné liMiom d ' . A r i c a r y .

VI. — SAINT-PIERRE ET MIQUELON. — LE FRENCH SHORE

Le slalisliqne de Ion

piMir

lin

1900

pnrie la e o l o i M e d e

i-InlTre d ' a l V a i res ilc

d'iinpiirlali.Mis.

La

lions e t 1 0 , ; ) 7 ( i , 0 0 0

l''iaiirc e o i n p l e IV. , i i : \

::!-J.7'.);;,0llll piiiir

S,iiiit-1'ierre cl (V.

i , ¿ 9 1 ' , 0 0 0 IV.

e x p o r t a I i( m s . I.i' l o l a l

.Mi,|in

( h u i t 9,:!-ili.lllll) aii\

d u

c o m m e r c i a l a v a i l v\v e n I K 9 9 i l e j i l i i s i h ' -2H i n i i n o n s .

IV.

iniporla-

moiiveiiieiil


ANNEXES Au

point

fran(;ais La

[)asser

historique

à Terre-Neuve,

de

Tei'ro-Neuve

c(Jtcs

II!.

|iaïs-là,

le

texte

l/isle

lie

Terre-Neuve

l'era

remettre

de

ce

de

ladite

isle,

cesseurs,

ou

ipioi

de

ce

(|ue

en

en

si

ce

sécher

le

poisson,

celui

qui

esl

Indile

lieu,

n'est

isle.

Roy

ses

ni

Il

il

ne

le

pêcher

sera

poisson

pas en

se

ce

peut,

ses

ce soit,

aucune

Mais

l'isle

dite

dite

permis

isle

dans

l'avenir à

la

llheriiiieou

partie que

(à's de

dispositions

171)3

(1)

à

pidilii-,

niifxliniix

ili/iliimii/ii/iirs l!IOI,

toutes

les

golfe de

ri^parurenl

rl

Cueriiier,

dans

d o n n o n s

In

IH!)II.

suc-

et

les ])lus

façon q u e l -

d'autres temps

autres

que

poisson.

sujets de la F r a n c e depuis

le

qui

de

l i e u ajipidé

hidile

i s l e , et

l'oi iile-Uiche.

bcuopies,

Saint-Laurcnl,

situées

denieiireront à

R o y Très Chrétien d'y

for-

[)laces.

N o u s en

Moncharmoiil,

iiilri'iiiiliiiiiiil

mars

181.").

en

s e ] ) t e n l r i o i u i l i ' île

l''raiice, a v e c l'entière faciillé au |)lusiciirs

et

prétendre

isle

p o u r sécher le

auxdils

anciuKi

et

et dans le

ce des

le fort

pas permis n o n

habitation

iii'i-essaire

l'exl n'iuiti;

(^a|)-Rreton,

l'emboucliure

en

posséder

héritiers

désormais

s u r ladite

leur sera

le R o y

l'échange

la ville et

jusqu'il

dans

fin

pourraient cncojc

p a r l i e o c c i d e n t a l e j u s i i u ' a u Ii(Mi a p p e l i '

la

à

appartien-

commis

de

(iapdr lioii.i-\isl:i, eusiiivaul

fit

réservant

cette

de

s o u -

c a b a n e s nécessaires et usités p o u r

la

el

la

1713)

s u r certaines

à

jour

puissent

ne

d'y élalilir

du

Chrétien,

temps que

aborder dans pour

faire

Très

en

adjacentes

trouveront à

sujets,

intcrôts

siècle

avril

poisson

iles

compter

à

des

:

les

se

d e s éclial'auds c l

priipre

si'idier

avec

tôt s i

partie.

ni

13

le

les Français

ledit

quelque

sécher

qui

plus

de

tout ou

l'iirlilier a u c u n

cou(|ue,

pi'MJier el

(]ue

x v n " (13

( i r a i i i l c - l i r e l a g n e , et

lieux que

sans

soit,

la

le

l'Angleterre

l'article

mois

ou

de

celle

résolue. dès

d'Utrecht

de

à ceux

quoI(|ues-uns

ailjaccnles,

lliiMs

et

sept

traité

Plaisance et autres

d'y

m a i n s

V o i c i

dans l'espace

ratifications

îles

les

pécher

encore

traité

de

Très C l u i ' l j e u

dans

Le

ili'siuanais a h s o l u n i e i i t à

driinl

question,

disputèrent

droit

de l'île.

.\u(.

point

se

(1).

entre

983

une grave

n'est

Terre-Neuve

France le

de

vue

France et l'Angleterre

veraineté

la

(le

(Jiit'sliim -

les

île

Tcrri'-.'Vi'iire. II'K

(hirreau,

niloiiiiilrs. /tiip/iorl

18!)!). à.

divers

franeo-anL;lais

actes

ci-après les c x l r a i l s

la

/ii'ivu'

iiili-n'-lx Livres

Sorii'-lé

:

i/ihirrale

français

à

jaunes

de

d'économie

]>nlilii¡ne

ili;

droit

Terre-Neuve, 1891

et

nalionnle,


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

984

Traili;

de

pair

siijnr

ii

A m . la

sprillile

\eli1

et

lie

el

sur

(lu

laisser

Mi'H'e

le

aux

qu'à

à

Koy

l'«oy

Très

de

traité,

cidles

la

l'île

du

lireloii,

tdiri'dien

à

q u e les

liberté de la pèche et de

lequel

telle ((u'elle

article de

ce

est

qui

rcnoure^-arde

de

la

h'raue.e

toutes des

îles

concerne

la

pèche

golt'e, i l pèche

consenta

nc

qu'à

sera la

n'exercent

les côtes de

soit celles

(|ui

d'exercer ladite

lirilannique

1 i l i e r l i ' d e pécher d a n s le gol le

sujets de

continent,

iliidit

Majesté

la

lieues

pour ce

hors

France,

de Terre-Neuve,

l'exception

sa

VA

Très Chrétien

de trois

Ll

la

l e s a u t r e s îles et eûtes d a n s r e i n h o u e l i ii le

i|ne

coiiilition

distance

soit

Cap

eûtes

présent

enlre

Criniili'-lirclafinc.

iice iiuriniI des

Sailli-Laurent.

Saint-Laurent. du

le

sujets du

la

Uretagne,

l'Ile

par

Cap lireliiii, ainsi

Sainl-Liiiireiil

eolie

partii!

17(i',{

fi-rrivr

In

p a r l ' a r l i e l e L3 du traité d ' U t r e c h t ,

eniillriiii'

iliins

|)èche

une

10

fl

L o s s u j e t s d e l:i

si'ilierle

I si

/<•

l'nns

rl'^aiiiiijiir

la

ladite

Grande-

situées d a n s l e d i t sur

les côtes

permis a u x sujets

distance de q u i n z e

de du

lieues

d e s côtes d e l'île d u C a p l i r e t o u ; e t l a pèche s u r l e s côtes d e l a N o u v e l l e l'àosse pied

oU

AiiT. el

traités

G.

ne

et

partout ailleurs,

Le

l\oy

de

toute

a u x pêcheurs

la

commodité

Traiti':

Iraneais

de

\ni.

l.

de /lai.r

lui

a

Sa

xii/né

le

I'll'' a s s i i n -

pri'scnt .\ivi.

.").

qui ont

eu

glaise, de

.Majesté

de l'ile

.Sainl-l'ierre

de

- Sa

à

le

et

Itoi

de

d e S a .Majesté |)ar l e

nord

dite n'y

restera

sur

le

les

îles

de S a i n t - l ' i e r r e

Très Chrétienne

pour servir

Majesté Très Chrétienne s ' o b l i g e

l'tablir

la

Sa

le

la

(]ue

des

bâtiments

civils

(iraiidc-liretagne

Très

entre

est m a i n t e n u

iles .idjaceiites,

13 d u t r a i t i ' d ' I

.\Iajest('

1783

.lepleinhre

(îriiiiiti'-lirrliii/ni'.

des

lesqucibîs

sont

ainsi

en

la

q u c le tout

treclit, à rexce|)tioii d e s îles

cédi'cs

en

toute

|)ro|)riét('

|)ar

(ihrétienne.

le U n i Très Chrétien, p o u r prévenir les (|uerellcs présent

renoncer

au

susmentionné du

latilnile

c o n s e n t ib^

entre

droit

visla jus(|u'auca|) Saiiil-.leaii,

Grande-liretan'ue

cède

Majesté

Vemaillen

France

.Majesté'

p a r l e s ."iO d e g r é s d e

à

Terre-Neuve el

l i e u jusqu'à

consent à

sa

sa

ib's,

.\liipieloii, à

à

ei

p,ir l'arliele

cl

traili'

l'article

golfe,

la pêche.

la

proprii'ti'-

dudit

Grande-Mretagne

proprii'ti',

point fortifier Icsdites

|ioiir la

hors

antérieurs.

M i q u e l o n en

d'ahri à

Acadie

des

les

deux

nations

d e |)êchc q u i l u i

traité d ' U t r e c h t , situé s u r la

ei'ite

se|itciil r i o n a le. s o n còli- q u e

la

l'A

depuis

le

cap

de

et

an-

vertu Hona-

orientale de Terre-Neuve, Sa

pèche

Très (Chrétienne, c o m m e n ç a ni a u d i t

francai.se

appartient, en

.Majesté

le,

assi^ni'c

Hoi aux

de

la

sujets

ca p Sa i iit-.lean, p a s s a n t

e t d e s c e n d a n t p a r l a côte o c c i d e n t a l e d e l'île

de Terre-Neuve,


ANNEXES S'C'ICIKII' I,(s

iiisi|ir;i

péclicms

présent gnée

l'ondroit

IVançaisjouiront de la

article,

c o m m e

ils

985

appelé c a p H a y e ,

ont

situé a u 47o30'

pêche q u i l e u r

droit

de j o u i r

de

de

latitude.

est assignée

celle

q u i

par le

l e u r est a s s i -

p a r l e traité d ' U l r e c h t .

Décldfation du septembve 1 7 8 3 .

I..e l l o i les

étant entièrement d ' a c c o r d a v e c Sa Majesté Très

articles

du

traité

définitif,

cherchera

tous

non

s e u l e m e n t en a s s u r e r l'exécution, avec la

qui

lui

sont connues,

possible

aux

dispute A

à

les

cette

fin,

l'exercice

et

pour

les

plus

manière

y

b;s

que

seront

elle

nécessaire

p o u r

ments

pêche.

q u i

Sa

la

ne

n'y

contreviendra

fiançais

Ce

de

d u r a n t leur

roi

la

à

la

nations

de

de

deux

ne

fassent

Majesté B r i t a n n i q u e p r e n d r a ses

sujets

pêche des

Britannique

de

sera ni

s u r

ne

troublent

Français, p e n d a n t

les

côtes

leurs

le

leur

pêches,

sur

part,

ni

lequel de

de

l'île

de

point;

ne

bois

cabanes

et

bâti-

la

pèche (pii s'y fera

les

de

aucunement

les

leurs

a :

pêcheurs

bornant à sujets

dérangeant

pour

de

la pêche

se les

ordres

coupe

l'autre ;

échafaudages,

ne molestant

ni

des la

méthode de faire

hivernant

part,

dans

échafaudages,

module

que leurs

cl n'y

donnera

pas gênés

d'une

Grande-Bretagne, F'rance,

a u x

possessions

ne

à

pêche

leurs

ment d'abri

natinns,

des

germe

réparer Sa

M a -

pêcheurs

échafaudages

absence.

de

.Miipielon

pas,

hiUissanl rien

ltritanui(|ue,

durant

toute l'efficace

moindre

accordé,

traité d ' U l r e c h t et la

iMi

b.ttimenls

est

soient

réparation

tout temps reconnue,

ji'sti'

côté,

pourront

ponctualité

jusqu'au

p o u r prévenir que

Majesté

de

ne

pêcheurs

leur

l'ti'

Iriirs

qui

et la

r e t i r e r à cet effet l e s é l a b l i s s e m e n l s sédentaires

français

L'article 13 du

1 lançais

b o n n e foi

donnera, de son

leur concurrence la

fera

formés.

pécheurs

de

les

positives

par

temporaire

T e r r e - N e u v e ; cl

(pic

plus

empêcheront

des querelles journalières, Sa

mesures a u c u n e

(pii

de

qui

Chrétienne s u r

moyens

l'avenir.

])oint naître

en

mais

principes

les

et que

les

pêcheurs

en

regarde français,

deviendront

point

cédant

les

c o m m e cl dans un

la

pèche

entre

(pioi,

nous

ambassadeur

isles

cédées la

de

Saint-Pierre

afin

de

servir

et

réelle-

confiance entière q u e ces

objet de

jalousie

entre

les

Icsdilcs et celle de Terre-Neuve sera

deux bornée

111 i - c a l i a i . l'ài

bii

de

potcnliaire siifiié

la

de

Sa

présente

Majesté

extraordinaire

Britannique,

déclaration

et

à

icelle

à

ce

fait

et

diiment apposer

le

ministre

])léni-

autorisé,

avons

c a c h e t de

nos

a r.iics. Donnéà Versailles,

le

trois

.septembre m i l sept

cent quatre-vingt-trois. MANCUESTF.R.


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

986

Traill-

di:

¡¡ni.r

xujnr

8. —

AuT.

s"i'ii:;:i;;c

Sa

à

Paris

ii

In

.Maji'shi

rcsiiliici- à

l o u l g e n r e ([UC la

de

mers

el

sur

l'evcepliiin

Bi'ilaiiiiiiiiii', Sa

enire

1814,

mai

30

Grandi;-/ireln.i/np

et

sl¡|iiilaiit

Maji-sli' T r è s

la

In

( 111

Frunce,

l'Aitlriche,

i'rus.ie.

|)Our

c l i c cl

ses

alliés,

¡ c u n e , d a n s l e s d é l a i s (jui

les C D I I I I I I C S , p è c l i c r l r s , c i i i i i p t o i r s C l c t a h l i s s c m c n l s

i - i - a | i i è s ll\(''s,

scruiil

le In

linssic,

l''rancc

pussi'ihi ¡ I ,

les c o n l i n e n t s de loulcfiiis

des

l ' i i lin^•,l

Ac.

îles

au

1'"' de

l'Aim-riiine,

janvier rAIViipic

I7l)ii,

dans

cl

l'Asie,

dr

de Sa i u I r - l a i c i e , cl

l'I

de

les à

l'île

d e l ' r a u e e e l d e s e s di'-pend.i u e e s , i i u i i w i i è i i i e u l l i o d r i g u e , e l les S e e l i e l l e s , l e s i p i e l l e s Sa i;iiiieh''

.M.ijesli' T r è s ( di n-| ieu ne

à S,i

1 iri l . i ii u i i| u e ,

Miijesli' ;'i

I l i j i u i n e u e ei'ili'c

l,i

{•'r.inee

p.ir

cèd(; eu

liiule priiprii'li' el

c o m m e a u s s i de la

paix

de

la

l i à l e , el

pallie ipie

S a AI.i i e s l i - (',ii I i i i d i i | u e e n l o u t e

T r è s ('.h ri'-l i e m i e ri'l r n e è i l e ;'i

siiuvc-

de

Sa

SainlMajeslé

p r o | ) r i é l , é et

siiuvei-aineli'. Aiir.

i:i.

— Ouaul

de T e r r e - N e u v e , el

dans

le

(|u'(ui

I79á.

Trni/c

ilr

¡inri,

sur

goll'c

/ini.r

sii/iir

r.{iilrii-lic,

A m .

I I.

au

dinil

les

er.les di-

de

II

In

— Le

île

pi''(lie lile

l'nris,

le

"M

Urniiilr-ltrclniiiii',

Irailé

de

l'aris,

des

l'raueais

de ce

S a ¡ u l-I , a n r e i i ( ,

lonl

iniiii

iiunuiilirc In

du

mis

rl

In

|S| i ,

mai

lei;i"iiid

sur

des

iles

sur

et

nii''nie

pied

Fr.inrc

iVnne

In

Hii^xic,

l'aele

banc

ndjaeenles,

le

cnirr

IXI.'i,

l'riixsc

;!0

el

sera

ilr

l'hlitre.

liii.il

du

(am-

b r é s d e \ ' i e n n e , d u O j i i i n 181.'), s o n t c o n t i r n u ' s e l s e m n l i n i i i N l e i i u s d a n s lililíes celles de leurs disposilioiis qui les c l a u s e s d u

D'aiilrc

paii.

pour assurer iiiellrr

présenl

en

le

L;IIII\l'rneiiieiil

I ' I ' M ' T u I i-iii

iiiesii re

saires alin

n'aiiraicnl

pas éli!

Sa

;iiiglais a\'ail

l'ail

Majesli''

de p r é v e n i r les

péchant

sur

par

de

l'aire

Ions

¡ n e i u i x i''ii i e i i l s i | i i ¡

les

les

de

ciHes

l'île

d(i

1788,

volei' eu

d e s si i pu la I i o n s d e s Iraili's,

un "

a c i e poUl"

r è i ; le m en Is

pon riaieii I

r o i i i p é l i l i o n s e n t r e l e s s u j e l s d e S a M a j i ' s l / ' el c e u x d n lien

niiiililii''i's

liaili'.

'l'erie-.N'euve.

néces-

ri''siiller d e s

K o i Ti-(''s ( M i r e »

l i n

voici

les

dispositions :

Oii'il

soit

sentement en

l'dieli'',

des

la |)résente

par

Lords session

Sa

Très

du

à a u l r e , apri'^s . a v i s d u

ses

Majesli-, avec l'avis Cl

lemporels

l'iirleinenl,

sera l o i s i b l e a Sa Majcsli- el à leiiips

lixeeIleiiIe

spiriliiids el

el

pur

l i è u i l i e r s el

C.nnseil,

:iii

el

le

des ( a i m m u n e s ,

leur aiilorili', ipi'il

con-

réuniS est e t

suei'esseiirs de d o n n e r d"

L;iiii\eMieii r

de

Terre-Neuve,


987

ANNEXES

et à tous officiers dans cette colonie les ordres et instructions jugés par Sa Majesté ou par ses héritiers et successeurs convenables et nécessaires pour atteindre les objets du traité définitif et de la déclaration précités, s'il est nécessaire à cet effet, de donner des ordres et des instructions au gouverneur et aux officiers susdits pour enlever ou faire enlever tous chauffards, claies, matériel et autres installations quelconques servant à la pèche construits par les sujets de Sa Majesté sur celle partie de la côte de Terre-Neuve q u i s'étend du cap Saint-Jean au cap Raye, passant au nord et descendant par le littoral occidental de l'île, a i n s i «[ne poni' l'carlcr ou faire écarter tous vaisseaux, navires et bateaux apparlcnaiil : i i i x sujets de Sa Majesté, q u i seraient trouvés dans les liniiles susdilcs, cl en cas de refus de (|iiilter les parages ci-dessus spi-cifiés, d'y coiilr.iiri(lr'c par hi f o r c e les suj('ts de Sa Majesté, nonohslanl tous lois, usages et coulnnies conli'aircs. Et q u ' i l soit égalenicnt édicté de par l'autorité précitée que quiconque refusera sur sommation faite par le gouverneur ou par tous officiers sous ses ordres, en exécution des ordonnances ou instructions de Sa Majesté susdite, de se retirer des limites ci-dessus indiquées, ou de se conformer aux sommations ou avis q u i leur seront adressés dans le but susdit par le gouverneur ou ses officiers, sera, en raison de son refus iKi di' toute autre contravention aux sommations ou avis susdits, pas^ i l i l c d'une amende de deux cents livres sterling, somme q u i sera rocouM i c par la Cour de session ou la Cour de la vice-amirauté de ladite île de Tiu're-Neuve, ou, en vertu d'assignations, plaintes ou commissions, | i a r l'une ((uelcon([ue des cours à greffe de Sa iMajesIé, à W e s i m i n s l e r , iiiiilhc

(le

celle

ariieride

revcrianl

à

Sa

i M a j e s I c cl

à

ses

héritiers

et

s i i e c e s s e i i ] - . s , el raiilee riiiiilii' à c e u N aiiroiil poursuivi ce l'ecouvrement; pourvu toutefois (pie i o n i e pouisuite, si elle est introduite à Terre-Neuve, soit introduile dans ics i r - o i s mois, et, si elle est introduite devant l'une des cours à grelle de. Sa Majeslé à Westminster, dans les douze mois q u i suivront le délit. Biciit(')l la p((|)ii!atioii hîrrc-iKuivienne commença k a p p o r t e r des entraves à l'exercice du d r o i t des pôcheurs français et en 1822 et en 1823, le g-ouverneur de T e r r e - N e u v e d u t adresser à ses administrés des

p r o c l a n i a l i o n s I(!s

l'appelant au

respect du « d r o i t de pôclie

i ' ' s c i ' v ( ' aux s i i j c i s (le Sa .Majeslé Très Chrétienne par l e d i t traité (.du 20 n o v e m b r e 1815) d e p u i s le cap

S a i n t - J e a n s u r la còte est de

Terre-Neuve j u s q u ' a u

Un A c t de 1824 r e p r o d u i s i t

pour

ciiK]

cap de R a y e . »

ans les d i s p o s i t i o n s de i ' A c t ci-dessus de 1 7 8 8 ; i l fut

i c n o i i v i ' h ' en 1828 p o u r trois ans et prorogé en 1832 p o u r d e u x a n s . La Léjuislatiire de T e r r e - N e u v e émit il ce m o m e n t l ' a v i s que les l''rançais

n'avaienl

[>oint au

l''rencli-Sliore un d r o i t e x c l u s i f , m a i s


988

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

un

droit

français,

concurrent.

C o u r o n n e avis

ce

point

c o n f o r m e

Terre-Neuve, un

nouvel

ments

S u r

des

représentations

le g o u v e r n e m e n t anglais

à

de

la

ils

droit.

thèse

furent de

avis

un

p e u

s o u m i t

a u x

du

g o u v e r n e m e n l

jurisconsultes

Les jurisconsultes émirent

française,

puis

n o u v e a u

saisis

différent

du

s u r

des

de

la

premier.

de

la

d'abord

un

protestations

de

question

V o i c i

ces

et émirent

d e u x

d o c u -

:

consultnlion

Premii'ri;

des jurisconmllest

In

de

Cournniie.

Traduction. D o c t o r ' s Coniinon.'i, Nous reçus

sommes

par la

honores

lettre

çant

qu'il

(|n'il

joignait à

était

des

de M.

chargé la

ordres de Votre

Hackouse,

de

nous

sienne,

du

30

Seigneurie

ami

19 juillet dernier,

transmettre

r e l a t i v e au.x

la

lettre

droits

des

d835.

que nous avons

du

nous

annon-

Board

sujets

of Trade

britanniques

s u r l e s p ê c h e r i e s d e c e r t a i n e s p a r t i e s d e l a cê)le d e T e r i - e - N e u v c , s u r l e s qui lies et

temps à

les

nous

sujets

priant

que

Votre

des

la

Trance

p<-ul

ro il vr ii.i il cr

au\(|uels

iniilr

qu'il

d ' e n t a m e r des

mainli'uanl

réclament

connaissance du sujet de elle

iioirc o p i n i o n

Seigneurie

français ger à

la

prendre

traili's

(Ira r u l i ' - l i r i ' l a n i i e que

de

de

à

en

uro'

pniirrail

rapporte

ce

pail

(pii

di'

avidi-

y ii

négociations

l ' a m i a b l e s u r les d r o i l s

se

un

droit

et

de

faire

concerne

pêidiiules à

le

ru

priqinsrr

l'elfetdc!

même

connaître

droit

que

question, au

la

ainsi

gouvernement

s'entendre

respectifs des sujets

exclusif,

cette lettre en

el de

s'arran-

b r i t a n n i q u e s et fran-

çais s u r l a còte d e T e r r e - N e u v e . Obéissant l'informer ci-dessus

aux que,

du

ordres après

Board

de

Votre

avoir

pris

of Trade,

en

( d i e s e r a p p o r t e , n o u s p e n s o n s (|ue de

pêcher s u r la

partie de

Seigneurie,

Iniips

nièiur les

s u p'ts

avons

de

la

l'honneur

lettre

que des

traités

n.

ilcn inni

jurisciiiisiiltes firl

il.e

DoosoN,

CxiWttKU.,

In

reçus

sommes

par la

honorés

lettre de M.

des

ordres

de

Backliouse,

VV.

Boi.iK.

Cinirniine.

ton.

Doctor's G o m m o n s , Nous

li: c i n -

le !! s i q i l e m b r c t7S3. .lolin

riinsii/ttilio/i

auxiiuels

spi'cifiéc d a n s

Versailles,

.1.

lii'U.tièine

de

mentionnée

IVaiiçais o n t le d r o i t e x c l u s i f

l a C(He d e ' i ' e r r e - N e i i v e ,

Irailé définitif, s i g m ' ' à

( p i l r m e article du

nous

connaissance

Votre

du

17

avril

Seigneurie que

1" courant,

1837. nous

avon.i

nous transmettant


ANNEXES (IRUX

notes d u

la

Heine,

de

ces

et une

notes

annonce de

comte

cette

droit còte

le

de en

par

partie

de

avoir

le

un

còte

de

et le

[)rie la

station

copie

d'une

reporte

((ue

])ortant à

la

du

comte

|)rince

Votre

Seigneurie

propose lettres

2'

Les

|)récédentes

(leorge

llandley

(pie

Votre

Ifne

lettre

deuxième •Ì"

La

et

ses

lettre

lettre

de

du

Board sur

niiil

ei-dessns

Offiri' I

ilniit e x c l u s i f des M.

Backouse

donner Obéissant et

riciir

vous

de

dans

notre loin

(iliis

Attendu

niciil

lie

district

part

des

sujets

existait

lies

I

r

Sa

Majesté

la France

au

s u r

britanniques

et

la

a u x

insistant s u r au

Glenelg un

ayant de

note

1!) m a i

du

21

traité

1831,

octobre

F o r e i g n Office au C o l o n i a l

comte à

passage

par

réponse

au

sujet

de

la

réponse

Sebastiani,

au

cas

le

((ui

rapporte

rapport

de

M.

des

à

de

l'Amirauté;

au sujet

comte

1834 et se

Depart-

de la

question et

Office

rapport

à

der-

Sebastiani ;

la

Office

Colonial

par

nous

et

avocats

la

une

l l a n d l e y ;

lettre

de

la

Co/o-

du

30

sujets

assigne,

Of/ice

s u r

d'étudier

Seigneurie,

([ue,

m a i

le

Foreiyn

d e m a n d a n t

ci-dessus

compte

ne

le

la

question

du

pêcheries. ces

documents et

question.

Votre

pensons

peiiiiclire aux

le

S i l

sujet

iiiiiis

ilaiis

ipicsiiiin

en

s u r la

avons et

reportant

à

nous

1833,

nous

mentionnés

nous

pensons

attentivement

nous

avons

l'opinion que

l'hon-

exprimée

n o u s a v o n s été

com|)ortait.

traite de 1783 et la

le

l'ariciiient,

sa

d'envoyer au

pii'paré

de

ra|iporl du le

du

matière,

documents

l'cndre

que

de

pré-

colli-

britanniques

T a l l e y r a n d , du

Colonial

Français s u r les

ordres

les

ces

mentionnée;

oj)inion

a u x

examiné

côte

pèche

Français de

instructions,

rapportant le

of Trado,

termine

notre

du

date

cette

iiK'nioraiidiini

11

se

par

même

1835

de

la

la

déclaration annexée

dans

de lord

propose

la

de

autorités

d'envoyer au

annexes

Seigneurie

ronronne

."if

reçues

sujets

des

de

Sebastiani

connaissance

M.

sujets

s u r

:

a i n s i (ju'une copie de la lettre

niei-

ipic

note

le

des

première

Sebastiani

dans

les

Majcsli'

la

français,

premiers

gouvernement

d'après la

à

comte

conséquence

des

navale

et

Sa

définissant.

U n e

ment,

au

prétention

donner a u x

la F r a n c e

h>

lin

la

le

s u r laquelle en

près

Seigneurie que

des

pèche;

demande à

de

liackhouse joint aussi

lu

de

c o n c u r r e m m e n t avec celui

M.

de

Terre-Neuve

formel

m a r i n e de

se

Votre

pêcheurs a n g l a i s

exclusif

;Î s e p t e m b r e 1783 et le

laqnidie

de

français

collisions

l'intervention

Sebastiani

(lidii e x c l u s i f de

le du

réponse

des

de

la

question,

ol'lieiers d e

entre

désaveu

pèche

la

989

ambassadeur

certaines

suite

droit

comte

d'opposer

de à

avoir eu lieu

tendent sions,

copie

relatives

Terre-Neuve

de

Sebastiani,

déclaration

(|ue de

sans

la la

(|ui

h'rance de

avoir

lui

est

Crande-Bretagne

à

s u b i r

adjointe, et l'acte a

pris

pêcher, p e n d a n t a u c u n e

r e n g a ^ r la

saison,

interruption

de

la

district

en

britanniques réellement assez que

collisiiiiis

les

pêcheurs

dussent

en

de

place

des

dans

deux

résulter,

les

nations nous

ne

limites

du

pussent y pensons

pêcher pas

sans

que,

la


990

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

(liMiidc-Brctagnc q u ' i l en soit, ([ue c ' e s t à à

la

peine

véritable

s u j('ts

s e r a i t a s t r e i n t e à e m p ê c h e r s e s s u j e t s d'y p ê c h e r . Q u o i paraît résulter du

il

|)ratical)le ;

n a t u r e du

et

rapport de

l'amiral, sir

P.

Halkett,

nous sommes d'avis que, conformément

traité et de la

déclaration,

il est

interdit

aux

b r i t a n n i q u e s d e ])ccher s'ils c a u s e n t q u e l q u e e m b a r r a s à l a p ê c h e

IVaueaise. .1.

DonsoN.

.1.

C.AMeina.i,,

n.

L'exclusivité

de

le gouvernement pecter. Les à

la

Les

nos

droits

négociations

ne

aucune

qu'après

IVíiueais

|ioiir

a i l l e u r s (art.

auront

sur

8)

|ii''(lier e t d e s e

s e r v i r du

rivage

ladite saison, à r e x e l n s i u n

I l'in lui l e d(i T e r r e - N e u v e , d e p u i s e l S U I ' 1,1

Pelil-llavre

Cod-lioy.

les d r o i t s d e

e;ip

nord el,

Noi'luaiid,

vrai de

pulirles

leelioiis à ou

la

de Crimée

convention

du

le droit e x c l u s i f de pêcher et

la

côte

ou

p o u r les

Ils

auront

besoins de

des sujets a n g l a i s ,

sur

aussi

I'orl-;'i-l'ori.

le droit

l e u r [ l è c h e ])enla

côte s e p t c n -

les i l e s Q u i r p o n j u s q u ' a u c a p

l'e I i l - l ' o r t ,

la sai-

Normand,

d é p ê c h e de P o r t -

l ' î l e R o u g e e t l'île

|)èche e x c l u s i v e s ' é t e n d r o n t , e n t r e les Q u i r p o n e t

j u s q u ' à une

ligne

pendant

o r i c n l a l c d e T e r r e - N e u v e , de-

ci'ile i i c e i i l e n h i l e , i b i n s e l s u r l e s c i n q l i a v r e s

.•|u-i:iii.lv,

le

la guerre

les b e s o i n s d e l e u r p ê c h e ,

p i i i s le c a p Saint-Jean j u s q u ' a u x îles ( J u i r p o n .

ilaiil

res-

d o n t v o i c i les articles p r i n c i p a u x :

A R T . lor. — Les sujels

di'

Mais

faii'c

continuèrent.

furent reprises

d e se s e r v i r d u r i v a g e s o n spécifiée

fait.

mesure pour la

faveur de l'entente cordiale. E l l e s aboutirent à la

14 janvier 1857,

HOMI;.

était n é a n m o i n s a d m i s e e n

anglais ne prit

incidents locaux

W.

distance

droite qui

cin(| h a v r e s , jusipi'à

joiiil

de

trois milles

le cap

m a r i n s d a n s le

N o r m a n d au

cap Bauld,

l r o i s m i I les m a r i n s d a n s t o u t e s l e s d i -

p a r t i r du c c n i r e de c l i a e i i i i d ' e u x ; loiitel'ois les c o i n m issa i r e s

iii'bilre,

désignés

dans

une

parile

de celle

c o u ve u I io ii,

|ioiii'ront,

p o u r eliai|ue l i a v r e , m o d i l i e r l e s d i l c s 11 ni i les s e l o n la pra I iq ue e \ i s t a n t e . A H I . -'.

le-, sujels

a 1 1 ^ l a i s I I I I r o n I l e d r o i t , c o n c u r r e m m e n t a v e c les

s u j e l s I I , I I M ; ; M S , d e p i ' ' i ' l i i ' r s u i ' l a ei'il e o e e 111 e I I I i l l e d e T c r r e - . N c u V C , d e p u i s l e l'iip \ o i MIIIIMI

i u s q u ' a i i e;ip l ' . a y e ,

siis nie M I il ili i i i ' s , l u i i i s l e s rixiii^e

pour

les

besoins

l'iip N o r i i i i i i i d jiisqir;'i la l ' i v i c r e l l l i n i b i ' i ' l ) , des

havres

A U T . :Î. sujets

de

sujels

exi'epli' s u r

ri'iiiii;ais

l e u r pèrlie

peiubiul

hl p o i n l e Hocis (hiiis

l i ' s i ' i u i | p o i n i s ci-dc.s-

iinroiil

la

riis;ii;i'

exelnsif

du

ladile siiison, d e p u i s le h a i e d e s Iles (an

p a r i!)".'! d e h i I i I m i e i ' i i \ i i o i i ,

eu

n o r d de

o i i l r e d i i rivage

réservés. L e s s i l j e t s IVii l i e a is ii u n u i I I e 11 r o i 1. e o u l ' u ne lu n i e i i I i i v e c l c s

iinuhiis,

de'pi'ehei'snr

j u s q u i i i i cap (diarles,

leseóles de l.nbriidor, d e p u i s I ila n e - S a b l o U

el s u r celles de

IJelle-lle-dii-.\oril.

Ils

a u r o n t li»


ANNEXES f i i c u l l é (le s ( î c h e r o u p r é p a r e r H e l l c - l l e n o n occupée tive.

Toutefois le

au

le

991

poisson

m o m e n t où

sur.toute partie

cette

blissement ayant

pour

militaires ou

objet

une

p u b l i q u e s , et,

habitation

(juclconque

droit

préjiarer le

été

m o y e n n a n t ([ue

prévenu,

le

une saison

Ledit droit de

pêche en

c m b o u c h u r c s ou

c o m m a n d e m e n t de

d'avance,

issues

partie de

A U T . 4. Rouge,

la

les

convention, la

de

capelan,

cet

effet

terre,

sur

terre

les

sur

toute

îles

même

lîretagneou

la

colonie

tion

la

dans

IVaiK-ais

ou

ou

sur

notoire, et

aura

ou

non,

:

comme

la

de

de

ces

auront

française

la

position

de

i l est spécifié

baie des

points

ait

chaque

dans une

arbitre.

lies j u s q u ' a u cap

et

sans

restriction

le

les

(article

d r o i t d ' a c h e t e r l'ajipàt, h a r e n g

sujets

et

Miquelon,

anglais,

eett(v p è c h e , dioli

l'exportation

non

ou

plus

eu m e r ou à

sans que la

imposer a u x sujets anglais

aucun

et

10).

de Terre-Neuve, en y c o m p r e n a n t à

Saint-Pierre

que

piiis.sç

française

ledit

auraient

Grandc-

aucune

restric-

([n'imposer aux

restriction

à

l'occasion

sujets de cette

(ludit appât.

le

cl

à

anglaise,

approvisionnement

droit

de

pêcher

la

satisfaction des c o m m a n d a n t s

pendant deux jiar

l'appiH

saisons

Msa-c

de

d'aucun

leur

dr(jit

sionneineiil

pêche autre

cesserait

sur

la

partie

rond(-s

Les lire

français,

lids

\ij-esou

li.ilc.iuv n'v . l i n a

AUT.

(|ni

l e u r pèche

pour

ce

français sud

de

déficit

cairses

de

I In ne, d u r a n t

ncnre

n o r d s'étendra du 5 a v r i l

dans

ili-

l'aire pèche,

lapprovi-

exclusifs

Le r i v a g e

droits

di''li ii i s

dont

au Ti oi'iohre.

gouvernement

les

pas, d a n s un

de

côte

p o u r r a i e n t , dans ce cas,

employés les

la

le cap la

m a r i n e du

lenicraicnl

vue, on

III.

ne

de

consécutives

sujets

|ièclic françaises s u r l e s c ô t e s d e T e r r e - N e u v e ,

vielleur

i| n ' i Is su n 1

seur anglais en

(|ue

Belle-Ile du officiers de en

ils

ceux

et

les

anraienI dispalai.

- l,a s a i s o n de

l.aln'adoi' cl de Aiii.ll.

licsoins

que

aussitôt

par achat

A U T . S.

lois (|iril

française;

filet

saisons,

voie d'achat,

T e r r e - N e u v e com|)risc entre le cap S a i n t - M a r y

de

station

exclusivement

préalablement constatée

stations

cl

le

des circonstances quelcon(iucs venaientà restreindre d'une manière

des

les

la

être

à cet e n d r o i t

p a r les c o m m i s s a i r e s ou

côte s u d

pied

anglais

transaction, Si

la

pratique

poisson

criques

assignées à

françaises

le

vient à

C()lcs d e l'île,

s u r les points mentionnés en l'article ler,

A R T . 5. — L e s sujets français et

et

pointe R o c k dans

r i v a g e , excepté limites

q u e l q u e éta-

cet établissement.

déterminée,

(irandc-IJretagne

l'usage du dans

cette

— Depuis

si

c o n c u r r e n c e d e s s u j e t s français s'arrêtera a u x

des rivières

e m b o u c h u r e ou issue sera autre

de

des

effec-

d'élever s u r

i)erniancnte

fondé ultérieurement s u r u n e p a r t i e des sujets fran(;ais à sécher et

côtes de

convention deviendra

gouvernement britannique garde le droit

ces p o i n t s des c o n s t r u c t i o n s

cessera,

des

la

de

|ia r l ' a r i i c i e 1 " , e n de

|i(''clicr

l'a v

le

en

ciin|

pri'sencc ail l'ii'

l i a ura i s

seront

pi'clic ili's s u j e t s expulsant

concurrence,

les n a -

lonlcsles

m i l l e s m a r i n s , de c r o i nolilii'c.

i i ' s e i \ i'' à l ' i i s a n e e x c 1 u s i f d e s f r a n ç a i s p o u r l e s

s'i'le ni I ra

j u s i | u'à

un

t i e r s île

m i I le a n i ; l a i s

dans


992

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

r i i i t c r i e u r à partir de ia m a n i u e de iiaute lionne-Raie

inclusivement,

ainsi

m e r , entre la pointe R o c k cl

((ne s u r les quatre

havres réservés

s i t u é s au s u d de R o n n c - B a i e ; entre R o n n e - R a i e et le cap S a i n t - J e a n , il s ' é t e n d r a j u s q u ' à u n d e m i - m i l l e a n g l a i s à partir d e l a m a r q u e d e haute mer. L e s l i m i l i s l a l i ' i a l r s ilc l e i i i ' des havres réservés seront d é t e r m i n é e » par les c o m m i s s a i r e s nu arliiln^, c o n f o r m é m e n t aux usages de la p r a tique existante. A la rencontre des bords des r i v i è r e s et cri(|ues, le rivage sera l i m i t é latéralemcnl

par îles l i g n e s droites m e n é e s p e r p e n d i c u l a i r e m e n t à la

d i r e c t i o n desdilcs r i v i è r e s o u c r i q u e s , dans l'endroit o ù cesse l e droit de [lèche d i s l ' r a n ç a i s ; cette l i m i t e sera d é t e r m i n é e |)our chaque r i v i è r e o u c r i i p i r , ( liiiime i l esl spécifié a i l l e u r s , par les c o m m i s s a i r e s o u a r h i i r e . A u T . 1 1 . — . \ u c u n enclos o u c o n s t r u c t i o n a n g l a i s n e p o u r r a être fait n i m a i i i l e i i i i , s u r l e rivage réservé e x c l u s i v e m e n t a u x F r a n ç a i s , s i c e n'est [)our besoin de défense m i l i t a i r e ou d ' a d m i n i s t r a t i o n

publi([ue,

a u q u e l cas u n avis e n due forme d e l'intention d ' é l e v e r ces ouvrages sera p r é a l a b l e m e n t d o n n é au g o u v e r n e m e n t f r a n ç a i s . Si cependant, à la date de la p r é s e n t e c o n v e n t i o n , il existait s u r ledit r i v a g e des c o n s t r u c t i o n s ou enclos occu[)és d e p u i s c i n q s a i s o n s , sans objection de la |)art du g o u M ' i i i e i i i e i i l f r a n ç a i s , ils ne [lourraient être dé|)lacés .sans ([u'une i n d e m iiile

('quilablc, i-olirrrii'c

Iraiieaisc ou

anglaise, i i i i

entre

les c o m m a n d a n t s en chef des stations

leurs d é l é g u é s respectifs, f û t accordée aux

pro|)riétaire8 par le g o u v e r n e m e n t f r a n ç a i s . Les officiers de la m a r i n e f r a n ç a i s e ou autres ib'di'-gui's driment n o m m é s à cet effet par le comnia ndan t en chef de la sla 1 ion f r a n ç a i s e , seront fondés à [irendre telb^s iiiesiires qne les c i r e o u s i a n c c s exigeront [ ) O u r mettre les

p ê c h e u r s Irane.iis en

[lossession de loute [lartie

dont l'usage leur esl exelusivenu'ut r e c o n n u par

du rivage

convention [ l o u r d e s

besoins de p ê c h e , loules les l'ois q u ' i l n'y a u r a pas d ' é t a b l i s s e m e n t s de police a n g l a i s , de c r o i s e u r , ou d'aiilrc a u t o r i t é r e c o n n u e dans un rayon de c i n q m i l l e s anu-lais. Ces m e s i i r i ' s eoiiiprenneiil

le drini de di'qilacer les Constructions OU

e nid u s , eiin rnrnii'inen I aux si i pu bi I i uns q u i pri'ccdcnt, [loiirvu ( [ u ' u i l a vis de r i u l e i i l i u u

d'ell'eiiuer ces ih'plaeemeiils ait l'It'

doiiiii' q u i n z e j o u r s

d'avani'e :'i liiiile iiuliirili' any-laise dcsigiu'e e i - d c s s i i s , s'il en est conilU d ' é l a b l i c dans un rayon de viiigl

milles anglais.

S'il n'exisle p,is d'aii-

l u r i t é a n g l a i s e d a n s é e s l i i n i l e s , le cuiii l u . i iida ni en eliel' de la slaliun l'raui;aise iid'ormei'a [lar la plus pruidiaiiie u e e . i s i u n le eoiii m a iiila nt e" I bel' de hl s l . i l i u n a n g l a i s e des ib'qihieenienls qui iiiirunl | M I élre o[)érés. .\ui. 12.

A u c u n enidos ou cuiisl rnel imi l'ni iie;i is ne pou rr:i i''l rc l'a 11,

ni iiuiiiilenii pour besoins de |iéehe ou .iiilres, e n i r e l e ej p Sn i nl-Jca n cl la poinle H o i k, en dehors des I i m i I es reeoii n iies par e e l le eonvenlion comme

celles du d r o i l des f r . i iiea i s su r le rlvaL;e. Il serii l i - e a l , d c l a

[larl du goiiveriiciiieiil bri la ii n iq ne ou e i d o n l a l , de (h'qdacer loiil ouvrage


ANNEXES ou

construction

p o u r v u donné rité

q u ' u n

quinze

S'il

s'il

n'y

avis

à

cet

e n est

a

|(as

vernements

en

efFet

par

d'autorité

informera

par

la

française.

des

objection être

fût

AiiT.

part

aux

[)oisson

et

français

Ces

façon

à

le

p a r l e

il

ils

leurs

faculté

réservé d a n s ce

ne

et

chef

dehors

se

sans

pourraient

entre

les

c o m -

respec-

hritannique. servir

pour

de

leurs

but, c o m m e

il

instruments

p o u r sécher,

en

délégués

de

gou-

saisons,

gouvernement

la

deux

existait en

concertée

fran-

anglais.

déplacements,

cinq

convenable

établissements

des

été

auto-

station

ces

hritanni(|ue,

ou

ait

c o m m a n d a n t

depuis

anglaise,

l'rançais,

milles

celui

convention,

a u r o n t

la

vingt

opéré

occasion

sujets

toute aulre

chef de

aura

([u'ils j u g e r o n t

rivage

les

déplacement

ou

limites,

indemnité é(iuital)le,

employés uni([uement

d'une

en

e n c l o s occupés

propriétaires

sujets

exclusif.

et

ces

présente

ou

son

rayon de

qui

prochaine

française

instruments

usage

dans

colonial)

gouvernement

pèche s u r le

construits

c o m m a n d a n t

de la

du

stations

Les

et

sements de leur

la date

accordée

15.

plus

sans q u ' u n e

des

matériaux

le

la

déplacés

tifs,

ou

constructions

de

mandants

à

la

cependant, à

rivage

d'effectuer

par

c r o i s e u r français,

française

en

Si

limites

c o n n u d'existante dans un

(l)ritanni(iue

station

au le

993

desdilcs

l'intention

d'avance

de

du

dehors

de

jours

préposée

çaise,

élevé

a

tels

établi.sété d i t ,

devront

pré[)areroii

être

mani[)ulcr

([uelconque.

y\iiT. I H . — • A f i n d e r é g l e r l e s d i v e r s p o i n i s l a i s s é s p a r c e l l e c o n v e n t i o n à

la

décision

pour

des

rendre

impérial

la

de

la

ou arhiire,

effective

Grande-Hretagne

'rciic-Nciive, l'anti-e,

commissaires convention

c h a c u n

di-signer

un

des

el lorsque

auront

et

par

été

la

gouvernements

commissaire

pour

les

volées

législature

devra,

entrer

lois

nécessaires

le

Parlement

par

provinciale

sur

la

demande

immédiatement

en

de de

fonc-

tions. Dans (Mire

nnncer eelle

lous

les

les

à

litre

le

u n e

refuse autr('

[loiir

riuii'e elle

l'on

le

ou

cesse

liiii des

celle île

désigneront

des

ne

commissaires sei'a

d'ai^ir, s(ua

([ualilé

d'opinion

en

à

la

[)as

en

l'iiiduli'e.

sa

rnuuuu'e

un

de

si liui de

A u i . les

le r;0.

l(us

(

une,

ou

celui

le el

celle

si

l'un

ou

des ou

d'eux

d'arbitre,

indiquée

désigné

jiro-

c h o i x de

d'absence

commissaire forme

produire [)Our

ci-dessus

antérieurement.

|)révenir d e s c o l l i s i o n s , l e s d i t s c o m m i s s a i r e s o u a r b i t r e

,iii\

par

les

pour

l'cMua-iee

des

l.a

ii('eess:iires

Los Colonies,

droils

p a r l i e s île l ' e l l e e i u n e n l i n n . ^ l u n eriicnienls

seiileiiieni —

sur

mort,

l'arbitre,

la

pri''senle pour v o l . 1.

la

des

deux

de

Ces

respeelirs el

\ i s i p i r e n i e n i eu a l l e m i a i i l eell(' a [ ) p r o b a t i o i i ; si's a \ e e

e:is d e

se

tierce

d'accord

n o m m e r a

l'ai

(|iiaIiI('Î d e

[ilacc

[lourra

u n e [)ersonne

tombent

Cdni m issa i res

rèelenieiils

iillrilinr'S

approuvi's

divergence

ils

S'ils

des

[icrsonne

dressenpiil

une

di''sinnera

de

a y i r i n

Dans

idiaenn

siH'l

d'inca|)ai-ilc omet,

d'ailiiire

|)ersonne,

i l e n \ i|iie

cas

commissaires,

en

coneiir-

rèeleiiieiils

pèche

de\ r i i n l

mis

iiiiiis ils

eu

vielleur

piuirrunl

èire

prurevi-

gouveriicnieiils.

enuM'nliuii

sera

m i s e en

praliipie

aussitèii

r e n d r e c l f c c t i v c a u r o i l l éli: M . I I ' C S p a r (lii

le

(pie l'a r-


994

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

I p m e i i l i m p é r i a l d e l a G r a n d e - B r e t a g n e e t par l a l é g i s l a t u r e p r o v i n e i a l e d e T e r r e - N e u v e ; e t S a Majesté b r i t a n n i q u e s ' e n g a g e , p a r l a présente c o n v e n t i o n , à u s e r de l o u s ses e f f o r t s , a f i n l o i s e n lem|)s c o n v e n a b l e

p o u r mettre

de p r o c u r e r le v o l e d e s d i t e s

l a d i l e c o n v e n t i o n en p r a t i q u e le

d ' - ' ' j a n v i e r 1858, o u a u p a r a v a n t . La

Législature

de

T e r r e - N e u v e n'accepta pas l a c o n v e n t i o n d e

iS.'jT et les choses restèrent de n o u v e a u en l'état. M a i s les i n c i d e n t s devinrent

do

jilus

en

plus

fréquents,

surtout

quand

les A n g l a i s

(••lai)lii-('nl ( l e s h o m a r d e r i e s s u r l a cóle. L a c a m p a g n e de 1 8 8 2 a y a n t amené des i n c i d e n t s particulièrement v i f s , reprises

et

les

négociations l u r e n t

amenèrent l a s i g n a t u r e d ' u n e n o u v e l l e c o n v e n t i o n , d u

2 i ) a v r i l 1 8 8 4 , q u i , amendée conTormément à l a d e m a n d e d e s T e r r c N e u v i c n s , devint l'arrangement d u 1 4 novembre 1 8 8 5 , dont voici les

principaux

articles :

AiiT. l e . — L e g o u v e r n e m e n t d e S a M a j e s l é l a U n i de G r a n d e - B r e t a g n e et d ' I r l a n d e s ' e n g a g e à

Reine

du R o y a u m e -

se c o n f o r m e i -

aux dis-

p o s i t i o n s ci-après p o u r a s s u r e r aux p ê c h e u r s t r a n c á i s , e n exéciilioii d e s l i a i t é s en v i g u e u r

el

paitieulièrement

de

la

D é c l a r a t i o n de 178't, le

l i b r e e x e r c i c e d e l e u r i u d u s l r i e s u r les ci'des d(^ T e r r e - N e u v e , s a n s g è n e ou o b s t a c l e q u e l c o n ( i u e de la p a r i d e s s u j el s b r i la u u i i p i e s . A H T . 2 . — L e g o u v e r u e u i e r i I d e l a R i ' q i u b l i ( p i e . I r a i i e ; i i s e s'eue'.age, d e s i u i ci'ilé, en é c h a n g e de la sécurih' a c c u r d i ' C a u x p(''(dieurs IVaiu-ais p.ar r,-i p p l i e a l i o i i d e s d i s p o s i l i i i u s c o i i l e u u e s d a n s le p r i ' s i u i I a r r a n ¡peinen I, à n'cde\ c r ; i u e i i n e eessaires

au

p r i i l e s i a I i u n e o n h ' e l.i e r i ' a l i u n d e s l ' i a b l i s s e m e n I s n i ' -

il i ' \ i d u p p e unui I

de

pêcheries s u r les p a r l i e s d e l a eiile rap Sainl-.leaii

el

r i - a n nexi-e,

qui

el

le rap ne

Inule

iuduslrie

de

Terre-Neine

¡iiilrc q u e C(dles d e s comprises eulre

b^

Haye, q u i soni leinli'cs eu rouge s u r la carie

l i e u r e n t pas d a n s l ' i i a l ,

i i u i i p r e u a n l les p o r l i r i i s d e

leri-iloire

cgaleiiieni ei-anuexc,

auxquidlcs ne

s'applique point

l e présenl p a r a g r a p h e . Il s ' e n e - a y e l ' ^ a l e n i en I à

ne pas i n i p i i i ' l i u ' les s u j e l s a n e | a is r i ' s i il en Is,

à r i ' e - . i r d d e s r i u i s l r u e I i o n s a r I u el I r ni e u I l ' I a b l i e s s u r le l i l l o r a l e o n i p r i s e u l r e l e c a p S . i i n l .lean e l l e c a p H a y e , e n p a s s a i i l p a r l e i i i u ' d .

.Mais il

n ' e n s e r a p o i i i l i-l,abli d e u o i n e l l e s s u r les p a r l i e s d u l i l l o r a l c o m p r i s e s (la u s l'i'-la I n i e u l i o u i i i ' a u p a r a g r a p h e p r c ' e i ' i i e n l . Aiu.

i,

Il e-,1 e i i l e i i d i i

(|ue

I es I'ra II ra i s r o n sr r v c r o i i t (la ns sa p b ' -

i i i l u d r , s u r l o u l e s les p a r l i e s de la ei'.le eo 111 p ri se e 111 rr le c a p S a i i i l - . l c a n e l l e ea|i H a y e e l l e i i | u ' i l esl

i l i ' l i n i p a r les

s i ' d i e r , p i i ' p a rer le

ele.,

a i I l e u rs q lie lia ns

poisson,

I r a i l i ' S , l e d r o i l d e pèelicr,

a i n s i que c e l u i

de

couper,

parloul

les p ro pr i i'I l's i l o s e s , le b o i s iii'-eessa i re p o u r l e u r s

i - e h a l ' a i i d a g e s , e a h a i i e s el

bi'i I i me u I s de pêelie.


ANNEXES A R T . 3. — La surveillance el la des

hiUiments

ci-après CCS

conditions,

nant la

à

de la

marine militaire

déterminées,

pêche

les

et les opérations q u i

10. — D a n s le cas où

terre,

p a r l e u r s actes, le séchage

de la

les

pèche française s u r

bâtiments

du

la

croiseurs do Sa

en

lcur(|ualité

Majeslé

de

côte

AUT.

Iti.

Les

cap S a i n t J e a n el

dans

affaires concer-

troubleraient

préparation du

sont la

poisson,

conséquence

de

et

en

l'exercice

de T e r r e - N e u v e , un procès-verbal dressé p a r

de

les c o m m a n d a n t s des

Iîrilanni(|ue et,

en

leur absence, par

français.

par

])êcl)curs la

les

fera foi, p o u r la justice à rendre,

commandants

leur

français s e r o n t

partie

de

le cap Raye,

nuiliêres, v i v r e s , etc., à

la

procès-verbal

magistrats

les

conditions seuls,

des

croiseurs

de

Sa

liritanniquc.

l'introduction, dans

el

et

Majesté

le

les

ayant

sont la conséquence.

d o m m a g e causé sera

ce dernier cas,

dans

croiseurs

résidents gêneraient ou

q u i

les commaïulants des c r o i s e u r s Dans

en

les

diverses opérations

conslalation

des

compétence d a n s toutes

AUT.

gi-néral,

pèche s e r o n t exercées p a r

des d e u x pays,

commandants

autorité et

995

police de la

l'île

en

exempts de loute taxe p o u r

Terre-Neuve

jiassanl

nécessaires à

établissement

de

par

le

l e u r indemnité,

temporaire

s u r la

dans

celle

même

port,

ou

côte

de

comprise

nord, à

de

leur

celte

entre

le

tous objets, subsistance

possession

bri-

tannique. Ils tout

seront également, droit

AUT.

de

phare, de — Les

17.

pêcheurs Icrrc

h a r e n g cl c a p c l a n , à siins

droils

joui'

d'avril

ni

enli'aves

lègues

au

eoui'S

les

la

auront

de

ha

la

auquel

les

la

pêcheurs

M.

le

de

piuir

uiièdelles

d ' e n i ha r i p i e i reeoiiiiiie Les

el

di'di'nui's à

marines'esl uu

huaue

la

boiMIe,

de'ferrc-Neuve, an de

eini|uicme pèche.

français.

des Pêcheries

se

de

I SS i,

(pii

de'l'ei'rc-Ncnve

si-n.iiê' .i

ri'sulleul

livrent

sur

o n t appelé s u r eel

du

li-s

leurs colli-alicdes

c'iies

ê'iai

de

de

l'île

c hoscs

inonirê'

disposé à p r e i n l i ' c les i n e s u i ' c s

à ce li'alie.

Il

a

piuisè'qn'il

snl'.irail,

à

p a r \ o i e d ' I n s i r u e l i o n s l ' - n i a n.a n I d e s o u i h ' - p a r i e m e n I .

li.ileaiix

arnii's

u ii e q n ,i n I i I

iK'cessaire

vcrneiiieiil

la

nu'llre

e l'I ( d l ' e l , d ' i u l e r d i r i ' , aux

d'aclicicr

parafes

|)OSlérieurcmcnI

nainre

l'raueais

affranchis

gouverncmeiiI.

leur

m i n i s t r e de

lu'-eessaires

droit

!l d,-eeinhri'

de T e r r e - N e u v e , les délégués l'raneais l'attention

le

délégués

di\crse

l'île,

fin de la s a i s o n

('onimission

si'anc'e ilu

de

de navigation.

m e r , d a n s les

tlcx

rcrbaio.

inconv(Uiicnls de

spiritueux

à

partie

droit

ipiidcionpies,

déb'^'ués a n g l a i s a

ayani,

français ou

<lc e l i a ( j u e a n n é e j u s ( i u ' à

Xnlv Les

aulre

de

p o u r li's

rrauc;.iis

di'clarer

liesoins

oui,en

que

à

Sa i n l - l ' i e r r e

s|uriliieux de

en

su p i ' r i e i i rc

vue

de

la

à e e l le q u i

pèidic, s e r a il

l ' i ' a i u i |ia g e .

e o n s ê a p i e n c e , l'Ii'

des I usi n o i ions d a n s

aiilorisi-s

par leur eoii-

ce sens seroni

adressées


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

996 au

coniniaiidant

loenlaprès de

do

la

colonie de Sainl-Pierrc-('l-Mii|uid(ni,

la ratification par le gouvernenienl de Sa

l'arrangement

signé

la

à

date

de

ce

j o u r

pour

le

D'autre

()art,

et s u r la

demande qui leur

a n g l a i s , i l s o n t é g a l e m e n t été autorisés à lahlicalions Iranraisc

s u r ledit lèvera

ni

liritanni(|ue

arrangement,

aucune

le

objection

en

été

faite

a

gouvernement

contre

la

sir

loi

peines Cet

Art les

ment

avait

repoussa

s u r

qui

les

avait

pi'ivanl

p r e m i e r

AMI.

ru'gocié leurs

la

la

un

ii

p o u r

but

leui's mais

la

m a i s

d'éloigner ne

les

Législature

21

d u

1.

Nul

ni^

pourra

f[availlcr,

preiiiire,

N'endre

acheter

:

par

ou

lo

de

Receveur

général

l'encornet

ou autre

poisson

sidl dans

a u c u n port,

dans

valable

i|ue

sur

buccin

la

baie

forme

ou

faire

vemlre

r r \ r n i l ri' de

ou

de

1886

sous

des

la

boette.

F r e n c h

S h o r e

par le g o u v e r n o -

dont

le

renouvela

voici

i|ui (b''sii's le

devait

l'article

ne

de

la

lieu

dans

r u i n e r

Sboi'e

1,(1 i l . a

éiablii'enl

ib's

.Neuviens

s e l n i u x a i e n l

pêche

les

,(

y

ces

l'cril,

spi'clal

liai'cng, (|ue

siliii".

(('al u b '

capidaii,

dn

ojiéralions a i e n t

Ce

permis

<i-;i n n e x i ^ ^

pour bupudli-

piadieries f'.n

un

à dislaïu-ci'

iniuvid

p o u r r a être ne

cl

sera

il a u r a éli'accordé.

françaises

(dl'el,

nos

;illa

à

l'en-

pêidieiirs I r o u -

appàl,

huliil

le

ou

les a i i i r e s a p p . i l s ; (i'anli'es

l'exemple

si injib'UKUil

permis

e o l o n i c e t d e ses dé|iendances,

la

riu'uie

pas

l i o u i ,i r( b • ri es

fournir pour

l'exportai ion ;

dn

il'app.àt,

des Torre-Neuvieiis,

frerudi

!('•. i p i i

exporter,

n n

culonie,

la

autre

pour

sa ns

s('rvanl

indi(|uée

pend.antla saison

Hti'il-Acl

(•(inl r e ( l e s vèi'cnl

q u i ,

la

m a i

iS

Terre-Neuve

exporter,

dans une partie quelcon(|ni' de

délivré

I.e

.seulement le

du

ratifié

1887,

février

m i s s i o n de la

vente

pêcheurs

g o u -

Office,

'

judieler |)(HI i -

le

soil

vota

et la

fut pas

nouveau

la

Bait-Act,

le

1885.

:

2"

lien,

consulat

C o l o n i a l

N o n

elle

boëttc,

un

avec

échouèrent.

l'exportation

apjiâts

la

Bail-Acl

:{'!

de

République

d'un

novembre

du

convention,

convention, s u r

agent

l'cxpcirlii I iiin, aiib'r à exporter;

(b'divré

la

création

Terre-Neuve

à et

otl'orts

interdisait

de

n o u v e a u

envoya

Vdui.v,

appAts,

britannique,

u n

des

M a i s

très sévères,

en

I)ar

(|in

accepter.

Législature

anglais

H e n r y

Pennell,

u n e

l'échange des

de

à Saint-Pierre.

«oiiverneincnt

verneur,

faire

la

p a r les délégués

déclarer qu'après

l'aris,

M.

règlement de

des pêcheries de T e r r e - N e u v e .

i|Ncstion

Le

launcdiate-

Majcsli' l(iilaiuii((ue

prl\('s

des

A n g l a i s

p,ir

\f

:

liait-Ati

les dn

Terrebéné-


ANNEXES lico

du

c o m m e r c e

de

la

997

é v a l u é e .'i

boette, perte

20,000

livres

steiding

p a r a n . Les

Terre-Neuviens

contestèrent, d'établir

et

des

le

h o m a r d e r i e s

permettait

les

«

sécher le p o i s s o n saires à

à

cembre

M.

»

et

alors

la

une

et

que

cabanes

pas

autre

le

ou

botte des

ministre

des

affaires

laquelle

représentation

à

de Sa Votre

Elle

la

cipal de

IJaie-Blanche

|iar u n e

lieu

secrétaire

Votre Un

Au

terme les

cabanes

du

traité,

français,

diîs

fait

de

note,

par

la

les

cette

de

mise

au

établie

en ce

reçu d u ])rin-

observations

point

hritannique

français

usités p o u r sécher

soient

n'ont

par

le

le

l'invitation suivantes à

principal

à ce

pas le

poisson

gouvernement

des

sujet.

droit

».

d'ériger

Le rapport

de

g r a n d e quantité

et

de matériaux

permanentes.

la côte,

construites c o m m e

en

boîte

navire

le

la

ni

à

des

h o m a r d s . Ce

la

»

lettre,

concession

par

ou ni le

à

à y élever

supposer

planches,

gouvernement

de

et d'outil-

lesquelles on

seulement en

l'affirme

usines

Mais

et contre

fait au

Terre-Neuve rela-

f r a n ç a i s a v a i e n t , a v e c l ' a p p u i d u Drac,

d e s t i n a t i o n prévue p a r l e traité.

correspondent ouire,

à la

ambassade,

homarderie

exister quant au

gouvernement

très étendues

lui-même l'admet, des «

En

paraît

Majesté

temporaire l a

ne

et

aux

cette

débarqué une

objections,

la

dé-

1888.

fait l ' h o n n e u r de répondre

affaires étrangères

Majesté

huttes élevées s u r

n'ont p a s vue

21

octobre der-

côte de la l i a i c - U l a n c l i e et a v a i e n t déjà c o m m e n c é

les

caraclère

le

iléccmbre

Sa

les citoyens

et

Sa

constructions

(pTcn

L j t t o n

de T e r r e - N e u v e d'autres c o n s t r u c t i o n s q u e « échafauds et

nécessaires

lage s u r la (h^s

21

note du 30

en conséquence,

par le

que certains citoyens

guerre

néces-

L o r d

:

gouvernement de tait

installations

française. J ' a i ,

malentendu

côtes

m'a

adressée

(Terre-Neuve),

d'Etat de

olijeclions soulevées

sur

n o u s p o u r

pêche accordées p a r le g o u v e r n e m e n t français

relativement à

Kxccllence certain

droit

et usités

étrangères,

le

examiné la

ICxcellence

compagnie

soumettre,

Majesté a

précédemment

sujet des concessions de dans

n o u s

le

d'Utrecht

h o m a r d s .

Paris,

dans

traité

Ils

eux,

nécessaires

les ateliers

mise en

avec

:

Le gouvernenienl nier,

tactique.

b r i t a n n i q u e

objectant

n o n

de

Goblet,

1888

on

échafauds

l'industrie

l'crivait

adoptèrent

g-ouvernement

même

soulevait

et aient un

français,

elles

Elles sont construites e u

sont, le g o u v e r n e m e n t

«

factoreries » el,

à

l'esprit du

français

c o m m e telles, elles

traité.

gouvernement

français

à

une

compa-

g n i e IVaneaisi^ d u p r i v i l è g e d e p ê c h e r , e l l e s e u l e , l e h o m a r d à c e t e n d r o i t , pendiiul nement

une de

couronne

Sa

durée

de

cinq

ans, constitue,

Majeslé,

un

acte

brilaiini(|ue

el

contraire

suivant

l'opinion

usurpatoire des droits aux

traités.

du

gouver-

territoriaux de

la:


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

998 loll

Milliiictlanl

iVaiirais,

j'ai

de

ci'ilrs

ordre

consitlcriilions de

Terre-Neuve,

irrnirs

1rs

les

du

traité

protesler

d'une

etde

|)récè(lenl

de

nouveau

construction

la

déclaration,

ainsi

r x r j n s i l ' s d a n s 1rs

raii\

que

gouvepueiiieiit

l'érection,

i|uelconi[ue

L ; i ) u v ( u i i r i u e n t l'rançais d ' a c c o r d e r à s e s

du

au

eonlre

non

contre

la

sur

les

pri'vue

par

|ucleiiliuii

n a t i o n a u x d e s d r o i t s de pèche

l u i I a n n ii| ues. I.YTTON

liirii pas

p l u s , Ir g i i i i v r r i i e i i i e i i l

lin

p o i s s o n ,

a v a i r n l 1rs

pas

m a i s

d r o i t

1(>

11,11 I I r a I i s i r s

iriislar(''s

d a n s

iiiiiiisire

i l r la

dans

iiiir

y r r r s .

lui

rr

uiilrr

qui

Ir

routrsir. mou

driiirnt

les

(Iiiand,

sislr

le

•côte p o u r

la

droit

faculté

a n i m a u x

pris,

de

aussi

l'ai

y

rund

dr

vous

h o m a r d

Ir

Do p l u s ,

n'était

l''raiir.iis

ré|)oiidail ni

d'Utrecht

ni''anl

la

n'en

l''r,iiir('

que

r a i i g r a i r n i

1rs

l'aniiral

K r a n l z ,

ccWc s u r p r e i i , - i n I r o l i i r r h o n

m i n i s t r e

q u r s l i m i ,

des

all'aires

iiir

le

ri'di'irr

étraii-

rr siip'l.

rn

dr

N o u s .IM.IIS

roiunir

dr

i

ou

mesure de

Ir

s

s i ' r l i r r i a

reproduire

la

Tcrre-iMeii ve

r o m m u n ir;i I i o n s

aux

h o m a r d ,

dr pèrhrr rl

vais

r'rsi-à-dire,

l i a h i l,i i i l s

1rs

l'a i r r à

pri'qiarrr

exclusif de

de que

liroil

pri-

a\oiis,

luoriir.

pliilèil e n

de foi,

la

le

capliirer

que

droit

et

de

pêche la

dans

la

iiirr

de

ce

prodiiils,

sans

Telle

ri'suiiirr

avons

entier

préparer

de

dr e r l l e

est

rapi-

le

hieu

Ir

pas,

a\iuis en

nonsavoiis s a u m o n . ue

qiir

le

Ir

nous de

la

lexir

du

• s(^ule el

l'on

donc

loiil

a

gardé

láiro[)e, de

une coii-

d'user

eonserver

Nous

\ile q u ' i l

rl

eelui

transporl

ri'alili'",

sur qui

l'aeiilli'' à

enlendii

l e r a p r i a i i .

aperi-oil

riverainr

n'avons

pèche.

pour

la

ri''srr\i',

s o u \ n a i m i i '

droil,

iioiis

l'rxerriee

nous

el,daiis

morue,

ri'lli'cliissaiil, on

dr

droil

accessoire

limili-

m o r u e ;

laisser

bien

nos

n o u s s o i n u i r s

du

pêchi^

eoiiime

l'ail

que l'on

nous

déniemhrement

préparalion

nous

les

Irailé

(jloldet,

puis que

stipuli',

poisson,

la

l'on

poissons.

.M.

Terre-Neuve,

ce

traité d ' U t r e c h t en

entendu

du

qu'aiirairnl

et je

cédant

|)lus

de

i|iioi

([ue

s i i i l r 1rs

:

privlh'-L;ii''

lilloral,

dans

dr

par

motifs.

a v o n s de

<iSpèce

Ir

iir

arrèli-c

en

du

1889

r i i o n i i r i i r dr

Ir droil

.\

des

à

droil

pèriirr rl

opinion

paiiir

du

ci i|iir

ri''i I u i s a ¡ t à

,iilrrssée

l i o i i i a r d , jr

dr

vih'iiii'

iiiariiir.

ou

j ' a i di''jà r u

p r r i i r .

r.ili'i;iirir

rnncrriir

droil

pêcher

de

Juiivier

:;o

a n g l a i s olijecla

r n i s l a n ' '

r o n Iriii por.i I lis

hl

iKilr

Ir

un

tous lcm|)S

hom.ird.

pou\,iil

en

lire a u -

Ireiiieill. A

moins, en elVel, de p r i - l e n d r e

\ i r l i s , lie p e u I

ne Soul ¡ e n l . il l ' a n i

q u e p r r s o i i i i r , ni

le

droit

(le

la

1rs

Trrrr-.Ncu-

l ' r r n r I i - S h i i r r , er q u e p e r s o n n e

hi en r e c o n na ì I re q u e, si

I e d n li I de l ' a i r e e e l l e p è e l i c ne

l i o m a rd Ir

loue

n o u s a PI la li i e ut p a s e x c l u s i venieii I, ou oui

is ni

il u

|iêrlirr Ir

pratiquer

hiiui

e o n r n r r c m m c n t

Ics

ha hi la iils

aver

nous,

de

on

Terre-Neuve liien

ils

pos-


ANNEXES

999

s r d c i i l à C d égiu'd u n dcoil. d o m i n a n t q u i nous exclut e t nous é l o i g n e . O r , eliacunc de ces deux liypotlièscs est é g a l e m e n t i n a d m i s s i b l e . Les . \ i i n l , n s n'oiil p a s l e d r o i t de pèche p a r a l l è l e au Tu'ilre, parce q u ' u n pai-eil droil n'exisle pas de Soi, q u ' i l devrait è i r e

slijiuli'

par é c r i t , et

(|uc, dans l'espèce, il ne l'est pas, c h a q u e nation est maitresse dans sa mei' lerri loria le, et,

à m o i n s de convention c o n t r a i r e ,

elle a, dans ce

d o m a i n e , u n droit d'exploitation e x c l u s i f , l'ar c o n s é q u e n t i l faut ver à la seconde l i y p o l h è s e , celle du droit

e x c l u s i f au profil

des

arriAn-

glais. Mais c e l l e - l à

n'est pas plus a d m i s s i b l e . D ' a b o r d , le droit d o m i n a n t

pour les A n g l a i s de p ê c h e r le h o m a r d est i n c o m p a t i b l e avec notre droit d o m i n a n t , s i n o n e x c l u s i f , de pécher la m o r u e . Dès que ces deux genres d industrie se r e n e o n i r e n i , l ' u n îles \ u , r a n n i e d e i ' i i i è r e , ilans la

diuix doit d i s p a r a î t r e . On l'a bien

haie d'I ugornaclioix' où

le coimiiandaiit

l l i i i n a n n , n'ayaul p u idilenii' d u c a p i l a i i i c d u eroiseui' a n s i á i s d e forcer le s i c u i ' S h e a r e r à rcl i rer ses casiers à louna l'ds ipi i rendaieiil i n i p r a l i cable

la

niarneuvre

guei're lasse,

des

seines de nos

et a])rès a v o i r p e r d u du

nioi'uIiers, il a fallu

i p n ' , de

leiu|is el di-ehii'i' leurs lilels,

ci'ux-ei ahaiidonnasseni linalenii'ut la parile, .l'ai eu l ' i K u i i i e u r de vous adressiM', à ce sujet, une di'uiande d'i nde lu n i h'. N'oilà

le

n'-snltat

iiii'vilalde de la

coexistence

de deux droits d o n i i -

iiaiils de pèche sur la luènie côte. A i n s i , ailiiiellre (pie les A n g l a i s oui le droil d o n i i n a n l ou sciilcineiit ( c a r i e s u i o l i l s s o n l da us les de u x ea s ide u I iipies), le droit concurrent de pécher h^ l i o n i a r d , e'esl adiiietire (pie notre droit nièiiic de pécher la inorile est relatif et su la udon n e . Ce

n'est pas

tout,

l.a |ièi'lie du

provisoire ou d é f i n i t i f s u r

luniiard comporte un é t a b l i s s e m e n t

la côte, le s i e u r S h e a r e r , n o t a m m e n t , a des

usines s u r p l u s i e u r s points de la còle ouest. O r , les t r a i t é s interdisent aux A n g l a i s toiil é l a l d i s s c i i i c n l s u r le f r e n c h .Sliiu'c (I). i;'esl

pour que

nous, que, comprise

le

f r e i i e h Shore lut exe I usi \ enieii t d ispon i lilc pou r

par le traiti' de

I7N:Î,

on a

entre les caps l i i u i a \ i s t a el

è e l i a n - i ' la partie du littoral

Sa i n l-.lea n

des

hahitanls de

l'île avaient l'i'i'i' des l'Ia hl isseiiieii Is, coiilrc la partii' coiii|irisi' entre la pointe Kiehe et

le cap Haye.

idèle le traili'' e s l , au

La (h'C la ra lion du roi Georges qui

reste, à cet l'u'ard, d'une | ) r é c i s i o n

laisser su hsister a ucu n don le : n à celle p ê c h e u r s des deux nations ne fassent il)

li n, d i t-el le, el

qui

eoiii-

ne |ieut

pour que les

pas ua i t re de (pierel les jou r u a -

Il ri'sulle d'uni- note du c o m m a n d a n t Le C l e r c , datée de 188(), que

le sieur Shearer se ment de

refusait, à cette é p o ( [ u e , à

se c o n f o r m e r au r è g l e -

l'erre-Neuve relatif à la pèche du h o m a r d ,

prétendant,

avec

raison d ' a i l l e u r s , qii'i'Iabli s u r le F r e n c h S h o r e , il ue relevait que de la loi

l'ran(;aisc.


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1000 lières, S.

M . B. [ircndra

les mesures l e s p l u s positives p o u r p r é v e n i r

<]ue S C S sujets ne troublent en a u c u n e p r c l i c lies l'"ranc;:iis, p c n d a n i snrii-s

ciìlrs

iiiiinls i/i/i 1/ sont

,1c

Tcrrv-Ni'nvc,

farmiis.

»

On

m a n i i ' i r par l e u r c o n c u r r e n c e la

l'exercice l e m [ x i r a i n s (pii leur est accordé fA

elle fera

velircr

ne peut p l u s d i s p u l e r

t r a i t é , c'est sa leltre m ê m e que je

cite.

a

roi ejfi-l ici

les

vlahlme-

s u r l'esprit du

Au reste, ce n'est que d e p u i s

une épo([ue très r é c e n t e (|ue le g o u v e r n e m e n t a n g l a i s p a r a î t c h e r c h e r à ( • c l i . i p p e r h ce texte ou à en contester la p o r t é e . Ion r é s u m é , nous avons le droit p r i v i l é g i é de p ê c h e r le h o m a r d aussi bien que la m o r u e s u r la côte réservée de T e r r e - N e u v e et de l'y p r é p a r e r c o m m e une m a r c h a n d i s e d'exportation. • 1 " P a r c e (]ue les I r a i l é s , entendus de bonne foi el s u i v a n t l e u r e s p r i t , nous g a r a n t i s s e n i , s n i ' l e l ' i i n c h - S h o r e . u n droit de |)èche s a n s r e s t r i c tion, a i n s i que l'usage de la còle p o u r la p r é p a r a t i o n des proi^uits. "1" Parce que l'on ne p o u r r a i l c o n c e v o i r un d r o i t c o n c u r r e n t ou p r i v i l é g i é p , j n r l e s A n g l a i s , lie se 1 i v r c r à la m ê m e i n d u s t r i e , q u ' à la c o n d i t i o n , r , i , h n i ' l l n ' , d ' u i M ' p a r i , c p i ' i I s peuvent, l à O Ù ils se trouvent, nous e m p ê ( I M I - l i e | > c c l i c i - l o e n i e l a n i o i ' u e , ce q u i r e v i e n d r a i t à dire que les t r a i t é s soni s a n s

v a l e u r , et, d'autre part, (pi'ils o n t la f a c u l t é de s ' é t a b l i r s u r

la c ô t e , ce q u i est e x p l i c i t e m e n t interdit |)ar la d é c l a r a t i o n du r o i Georges. O u e l'on recherche l'esprit des

lrait(is ou q u ' o n

n'en consulte (|ue la

lettre, il me [ ) a r a î t im()ossible de sortir de cette s o l u t i o n . De bonne f o i , s u i v a n t les textes el p a r la force des .choses, notre droit de pêche est c o n i p l e l dans les c o n d i t i o n s de temps

el de p r é c a r i t é d ' é t a b l i s s e m e n t

( p i i , i n t é t é f i x é e s par les t r a i t é s , e l s u r lesquelles n o u s n'avons j a m a i s (•levé

de contestation.

T(dles sont mes a p p r é c i a t i o n s s u r les points (pii sont l'objet de votre Iclire. P e r r n e l l e z - m o i d'y i n s i s t e r , c a r je crois la (pieslion

très grave et

d e naliire à e r i ' c i ' a u g o u v e r n e m e n t de sérieuses d i f f i c u l l é s . KHANTZ.

I.e

gouvernement

d e l'exclusivité. 1 oniiaître e

français

L e 21

son désir

de

maintint

mai IHH'.I,

é n e i ¡ ; l ( | n e i i i e n l le

principe

le g o i n i i n e n n i i t a n g l a i s f a i s a i t

v o i r l a qu(istioii

soumise à un

arbitrage,

m e e n t é m o i g i u ' u n e d é p ê c h e d e A I . W ' a d d i n g t o n |iu m i n i s t r e

d e s a l i a 1 r e s ('•! i-a i i g è i ' e s :

M.

Waildiitijldii, à

M.

ii)iili(isxiii/riir

Spiilli'r,

lie

iiiinislre

îles

lu

Hfjnihliiiiie affiiii-nt

fiiiiiraixi'

ii

Laiiilri'S,

l'Iraiitirres.

Londres, le 21 mai 188!). .l'ai e u a v a n t - h i e r . a v e c

lord

S a l i s b u r y u n entrelien a u c o u r a n t d u -

' j i o l i l m'a p a r l é d e l a i | n c s l i ( i n d ( s ' l ' ( M T e - N e u v e .


1001

ANNEXES \'\ a i i i a i l - l l

pas moyen, m'a-t-il d i t , de s o u m e l l r e l'ensemble de l a

( p i c s i i i i r i à o n a r b i t r e i m p a r t i a l ? A u f o n d , l a difficulté v i e n t d e s m o d i fications

p r o f o n d e s q u e l e c o u r s des années a i n t r o d u i t e s d a n s l a s i t u a -

tion à Terre-Neuve.

A l'époque

du

traité d ' U t r e c h t , d'où d é c o u l e n t l e s

d r o i t s d e l a l ' r . i n r e , l e F r e n c h S h o r e était u n désert, e t , p e n d a n t d e l o n g u e s . m r n ' c s , M I S pêcheurs o n t p u p o u r s u i v r e l e u r s o p é r a t i o n s s a n s e n t r e r i:n c i i i i l l i t a v e c l a | ) o p u l a t i o n i n d i g è n e . D e p u i s quel<|ue t e m p s , i l n ' e n est

plus

de

même.

La population

m e n t é ; e l l e c h e r c h e des débouchés

de la colonie a beaucoup a u g -

s u r l a côte ;

elle v e u t e x p l o i t e r les

r e s s o u r c e s m i n é r a l e s et a u t r e s d u p a y s , et p a r t o u t e l l e se t r o u v e e n f a c e de vos droits

et de

v o s p r é t e n t i o n s . A i n s i , a u siècle d e r n i e r e t jusc|n"à

tout récemment, p e r s o n n e n e s o n g e a i t n i a u x h o m a r d s , n i a u x g i s e m e n t s m i n i e r s . L e traité d ' U t r e c h t n ' a p a s prévu e t n e p o u v a i t

pas prévoir le

d é v e l o p p e m e n t d e n o u v e l l e s i n d u s t r i e s s u r c e t t e côte i n h o s p i t a l i è r e . 1 1 m e s e m b l e d o n c q u ' i l y a u r a i t p o u r l e s d e u x pays à déterminer de n o u v e a u l e u r s d r o i t s r e s p e c t i f s , t e l s q u ' i l s o n t été

modifiés p a r l a force

c h o s e s et reconnaître q u e les

traité d ' U t r e c h t

pondent

plus

à

la

situation

stipulations actuelle.

du

L e s négociations

ne

directes

des réont

é c h o u é ; u n a r b i t r a g e r é u s s i r a i t peut-être m i e u x . J ' a i répondu à

lord

Salisbury

q u ' u n arbitrage sur l'ensemble de la

q u e s t i o n i m p l i q u e r a i t q u e les d r o i t s d e l a P'rance s o n t d o u t e u x . T o u t a u plus pourrait-on

concevoir l'application de l'arbitrage à un

visé p a r l e traité d ' U t r e c h t , l e s h o m a r d e r i e s , p a r

point non

e x e m p l e ; m a i s (j^i'au

s u r p l u s , j'étais sans i n s t r u c t i o n s . J ' a t t i r e votre

sérieuse a t t e n t i o n s u r c e t t e o u v e r t u r e q u i t é m o i g n e d u

désir d u g o u v e r n e m e n t a n g l a i s d e m e t t r e

fin

à u n e s i t u a t i o n q u i peut

t o u j o u r s f a i r e naître à l ' i m p r o v i s t e d e s i n c i d e n t s i r r i t a n t s . WADDINGTON.

Le

gouvcrneirient

m a i s h la

français r é p o n d i t q u ' i l

e t (|ue l ' o n n e s o u m î t à l ' a r b i t r e traité

accepterait l'arbitrage,

c o n d i t i o n q u e l e p r i n c i p e d e n o s d r o i t s n e fût p a s d i s c u t é

d'Ulreclil,

les

q u e des

homarderies,

par

points non exemple.

visés

Lord

p a r le

Salisbury

a c c e p t a cette p r o p o s i t i o n :

M.

Waddinglon, à

M.

niiibas.iadeur

Spuller,

ministre

de îles

la

lUpublique

affaires

française

à

Londres,

étrangères.

L o n d r e s , lo 13 août 1 8 8 0 . . l ' a i l u a v e c s o i n l a dépêche de V o t r e E x c e l l e n c e d u 2 0 j u i l l e t , a i n s i <pie la lettre de M. le m i n i s t r e de la m a r i n e , en date du 12 j u i l l e t , dont v o u s m'avez envoyé c o p i e . T o u t e s l e s deux sont r e l a t i v e s à l'ouvert m e i p i i m ' a été f a i t e p a r l o r d S a l i s b u r y , e n v u e d e s o u m e t t r e à u n a r b i t i a - i -


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1002

oerliiinos questions

soulevées

desqucds

nous exerçons

mandez,

en

même

le

temps,

[)ourraient être s o u m i s e s devraient

être

de

pi'clie

mon

avis

sur

un

à

l'interprétation

par

droit

arhili'e

des

naliii'e

la

des

sui- l'ordre

<i

traités

verln

en

Terre-Neuve. Vous

à

me de-

(pieslions

dans

(|ui

leijuel

elles

|>i'i'seul('i's.

A v a n t d e n o u s e n e a ner- d a i i s cette v o i e , i l l u ' . i s e n i l i h ' q u ' i l é l a i t e s s e n l i ( d d e e(ui n a i l r e i l ' a b o n i de l u i

les v u e s d u g o u v e r n e m e n l a u l l á i s e l

u n e ('u u n i i i a l i o M e \ p l i e i l e d e s i p H i s t i o n s ( | u i , S ( d o u

l'airi' l'idipU d ' u n a r b i l r a e - e ; ear. il bu ly q u i , le p n - i i i i e r , a lesquels l e , deus ai-je

prii'-

a

Salisburv que j'ai

de

en

g é n é r a l e , le d'un

reprises le

bM'iunler

a\er

lui

les

mais

que

vues

m'a

ri'p

lu

du

de

la

que

l.i i p i e s l i o n

liniiler à

des q i i e s l i o n s q u i eiler.ii

je

nous arrivons à 1

avail

le

n'oiil la

l'ii',

pèelie el

ni en

I7X:(,

nue sidnlion

pieiuièie

celles qui

vue,

l.i

qiieslion

des

sur

l'ourqne l'arbi-

le

ne

pour

noie qu'il

plus

possible

pomaienl

pn'qiar.ali

èire

el

pri'--

les l i o n i a r i l s

l a i p i e l l e p e r s i m u e n e s o n g e a il.

poiuls reslreinls, eoniiue

11 o n I a n i e ri es

po u r r,i i e n I li re so n m i s e s à

l'idi'e

Irop ili'-lie.ale

pn'parer une

s v e r r o u s e n s n i l e ce q u ' i l y a à l'aire p o u r le r e s l e .

qu'à

pas

pri'eis

insqu';'! ees de ru ières ,i n m ' e s . Si

ni

s u r des

l'aïain

le l ' a i r e | i o r l e r . Sa S e i -

el

la

lord

enirelieii

poinis

resi rei ml re

pas

un

repoiissail les

paru

l'aisail

Ioniem o d e r n e el à

lors du Iraih' d ' I l r e e l i l ,

Dans

l ' i i i s il a a j o i i l i ' : -

de

les I r a i h ' s ;

(M'Iire.

bien,

li

Salisbury que, d'une

sa\oir

lui

el qu'il

I ri'-s p r u e b a i n e n i e n I .

|iar e v e i i i p l e , i m l u s t r l e

permaiieul

b r i l . i n n iq ne e n l e i i i l a i l

puisse a b o u l i r , je s u i s d ' a v i s de

\ i i e s p/ir

lord

Aussi

il'l'il.al

H i ' p i i l d i q i i e ne

Irai.;!le

à

di'sirions

p o u v o i r l'ire liaili'a- \erba leiiieul me r e m e l l r a i l

borei-ii

n'-pi'li'-

nous

l e s . p i e l s le -o 11 \ e r n e m e n I gneurie

sou s - s e e n ' i a i re

hier, j'ai

i ; o i i \ e l ' i i e me n I

arbilr.i^e,

n e l'a u I |)as l ' o n b l i e r , e ' e s l l o n l S . i l i s -

s u L;-i;i'n'' e e m o d e d e I r a I I i d l e r e e r l a i n s p o i n I s s u r

- o i M e r i i e m e n I s s o n i e n d i''s,, e e o r i 1 a b s o l u .

deii\

rl'idileuir

I n i, d e va ie n t

un

eelui-là,

.le l u i a i r i ' | me p a r a i s s a i l

du

èlrc

de

arbilre. WMlOIM.loN.

l'enil.inl veaii des

ee

leiiips,

/;'"//-le/,

du

pri'si'ileiils.

Les

ilenls

;'i

,i\aiil

l'iiiiveii II rc

all.iires

Terre-.\eii\e

s'ouvrir.

Le

sio-né l e

moduü

l'arleinrni

|Uin

I SS'.I, ao g r a \ a il I

de\i'iiaienl

prii|iosn,

piDvisoire

questions

reserve's

de

eiieiiie

le

doni

de

IS'.IU,

I'.»

j;iiivier

|)riiicipeii

d e part e t d ' a u l r c , les

à

lesle

la

suil

plus

.M.

aeeepla

a n g l a i s le

en

plus

a|iplicalile

g a i i n e r n e m e n l

vii;rinl¡

de

raiiipagiie

Mw/iix Les

S a i n l - . l e a i i avail

(le

viili'^

IS'.ld,

.Aussi

n i l n i s i r e des

l'iiiloplimi

e,iiiipai;iie le

iiiiii-

les i i H i -

l'ri'ai i i e n Is.

Spiiller,

li

iiii

l e s si i pu la I ¡iiiis

m''"m i a 1 1 m i s d c v a i e i i l êire lmio||es l i

de la

l'iraiioeres,

fioi'iitli

iiKiilus

I"'

je

qui

m a r s

d'nn allait

IS'.lOfl't

:

lirrnili.

les d r o i l s

i-espeiiil's

gouvcrneuKuilH

l'iaiil

fi'aneais

el

e n I ièrcnicn t l)iitanni(|ue


ANNEXES fi'iinTont sur

les

convenir pour

bases

S a n s (|ue un

nouvel

glaises

la saison

la

h'rance

ou

la

la

légalité

françaises des

i|u'aocMne

modification

les

droits

de

établissements

I" jnillct

1889 :

par

les

les

de côtes

sera

de

leurs

aux

les

les

(/iio

deux

les

Français

il esl entendu

emplacements

nationaux

des

l'un

susdits à

stations

aujourd'hui

homarderies an-

traités,

aux

n a t i o n a u x de

élablisseinenls des

dès

des

Terre-Neuve, par

apportée

appartenant

commaïulants

demande

l'installation

pèche conférés ne

exception,

piiMcront (ransporicr duipiel

Grande-Bretagne

sur

jiinissent

pa['

d u slntu

maintien

suivantes.

examen de

ou

1003

prochaine d u

ou

tout

luiwiles

occupés

deux

pays

l'autre

cmlroit

seront

au

pays

au

suji't

pi-i'alalilc-

iiieiil toiulii's d'accord. .Aiieniie let

lioiiia nie rie,

'I.S.Sll,

ne

navales lui

sera

anglaise

el

liti-

il

d i i a l d i r une

'l'ouïes

les

des

se

deux

fins

N.

H-

sera

L e le

- Il sera

Milalde que

iiwdus

rapport

coiislalail quences. de

iioveiiibre

la

proposilioii

enniiiire et nus les

homarderie sur

coiiiuirrence

l'ait

de

navales de

les d e u x hieu

de celle

la

les en

les

lieux à tenant

appliqué pendant la

Le

par

de

vue

di'

n'avait de

une

pèche

du

délimitation des

situa-

tout p r o v i s i d r e , ne

eu

français

nos droils, coloiiix;

de

la

venus

à

que

M.

d e

de

('•ciiiii

tout

11

consé-

au

mois

d'iiliord

iiidciniiité

toutes

proposition Le

1890 et Maréchal

bonnes

rcpril'cnl

inoyetinani

Londres.

S a l i s b u r y et

v,i s ' o u v r i r .

vaisseau

d'accorder

boëtle,

qui

mars

W a d d i n g t o n

un

|ié-

facilités

suggérée 1891

à

par fut

arrange-

r e n o u v e l a i t e n m ô m e t e m p s l e mudiis

d e pèche 1891 :

la

République Française résolu

de

et le g o u v e r n e m e n t de

hritannique

ayant

sidnlion

i i r t a l n e s difficultés s u r v e n u e s s u r

de

la

compte

de

l'arbitrage

la

l'achat

lord

com-

commandants

eanipagii(>

capitaine

i;iiilveiiienienI

irabaiidoii

pour

du

applicalioii

1S9II.

lesdits

concernant

deux pays,

homard,

c a m p a g n e

Le g o u v e r n e m e n t de

arhitralc

que

d a n s ces naliona-

parties.

m e n t a u x tins d'arliiir.ige q u i

.Majesli-

point

e i i l e i i d i i q u e cet a r r a n g e i n e n i ,

Vivendi p o u r l a s a i s o n

Sa

l'autre

d'un c o m m u n accord.

procéderont s u r

pêche de

négoriartoiis en

Londres

un

à

stations

d'aCCOrd.

autorisée

appartenant

entre les pêcheurs des

délégués tcrre-iieuviens

signé à

pécheurs

nouvelle

1" j u i l -

des

simultanément

qu'un

engagement

pêi b e t i r s

tombent

homarderie

aux

antérieurement au

p o u r la diiri'C de la c a n i p a e n c de pêche

fin

i|iie Les

pas

les c o m m a n d a n t s

même

Vivendi f u i

de

que

di'ierniiiier de

fonds

liipiis a c q u i s e s pai'

n'en

chaque

loisible

produira

des

moins

nouvelle

stations

provisoire

d(^

sera

nia m l a uts de\ r o u i

homard

l'onct i o n n a n t à

IVaueaise

eousiili'ratiou

londiiions,

ne

admise,

soumettre

à

une

Commission la

partie des


1004

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

ciHes en

tle

Terre-Neuve

pas,sant

vantes \. de

[)ar l o

( idiii n i i s s i d i i

La

ipii

paraliun, sur

Le

les

(>

i.

siunuiscs

s u s d i t e d e s ci'ites

de

renouvelé

• ).

i|iic l e s

lois

cotes

neiiicnts La

été

la

le

cap

Raye,

les d i s p o s i t i o n s

n

de

sui-

par

les

(picstions

l'autre

gouverne-

du h o m a r d et

sa

|)ré-

de d e r r e - N e u v e . chacun

en

c e <|ui

le

concerne,

arbitrale.

1800 relatif à et

toutes

ou

pècdie

C o m m i s s i o n

purement

la

pccdic

simpliuncuit

questions relatives^

tranchées

di;

du

homard

|)our

et sa

la

saison

de

la pêche du h o m a r d

el à sa

pré-

par la C o m m i s s i o n .

seront

trois

accord

Terre-Neuve

par

De

autorisés La

deux

délégués

entre

Icui's

à

la

saisie

partie.susgouver-

d'accord.

composée

de

pavs

cliaqne

:

et sans

le

H

ipii

et

les

l'iunii-e

arliilrale ainsi

voies

Londres,

èlrc

texteilesipicdlcs les d e u x

.Iiirisconsultes

désignés

d'un

t o m m u n

seront

autres de

les

intermédiaires

arbitres.

sept

membres

statuera

à

appel.

l'allé s e r é u n i n i a u s s i l ù t q u e

Fait

de

aux pcclicries

le

gouveriienieiils

commission des

sera

ou

elle p o u r r a

gouverneinenls ;

deux

majorité

sur

to/nhés

arbitrale

spécialistes

les

relatives

et

préalablement

commission

1) De

7.

l'un l:i

ciuiiau'na n I

q iiest i o n s S u b s i d i a i r e s

des

().

Sainl-.Iciiii cl sur

tranchera

par

eiMniriKunents s'engagent,

aiironl

d'autres

la

partie

deeisiuns

est

lie

I

2)

caj)

I8i)t.

pa ration

dite

si'ruul

modus vivendi

|ui|)aratîon péidic

la

deux

Les

e.\('(uter :t.

le

d'accord

••Lrliilialc JMifera e t

lui

un par l i u n s didenuc's,

Si,

entre

tombés

:

pi-iiieipc

nienl

à

comprise

nord, sont

mars

faire se p o u r r a .

d8!)t. WADniNliTON, SAI.ISIUJKV.

L e s

arbitres

vei'silé

de

H i i i x e l l e s , ('[ Mil tude Le

pouvait de

la

désignés

furent

(i r a i n , a n c i e n croire

colonie

la

1834

et

tions

i'i

remettre en

d o n n a n t nécessaires

ments h'raiicc

f'i

la

au

sujet

ni b r e

i|iiesti(iii

des

régler les

le

d(>

bonne

à

voie

encore

la de

professeur à général

( àiii r

la

droit

eonclus

de règlement.

des à

prendre

à.

En

L iittl-

solution.

lords

un

bill en

expiration toutes

rrl.ilives

('nlrcî

'l'erre-Neuve.

i ' U n i -

Suisse

a j o n m e r la

v e n u

de

de

su |irêine de N o r v è g e .

( d i a m b r e 1S24

conleslalions

pc-rmanents

jiêclieries

c o n s u l

allait

l'Acl

C o u r o n r u '

ou

.Mailens,

de

en

pii'vsenla

v i g u e u r

pour

temporaires

de

Hivier,

de Teirc-.Neiive

g o u v c r n c i n c n t anglais

tendant

M M .

Saint-I'élersboiirg,

disposi-

a u x

engage-

l'Angleterre voici

le

et

texte

la :


ANNEXES Projet 1. loi

1).

y

sont

aii\

cités

pèciicries

poraire sente ces

à

en

vigueur

l'effet

la

de

non

encore

soit

les

dans

l'annexe

l e u r p l e i n efFet ;

seulement

mais

France,

régler

loi.

et a u r o n t

Terre-Neuve

avec

de

mentionnées

comprendront

de

conclu

loi,

les

soit

contestations

présente les traités relalifs

arrangement

après,

se

la ou

engagements

tout autre

avant,

à

le

le

vote

produisant

de

à

tempré-

la

propos

de

engagements.

2) .

S'il

la

aux ' . i S;i

dis|)osilions

seront remises

q u i

et

Les

1005

est

conclu

France

un

arrangement

relativement

a u x

engagements concernant

Majesté

de

prescrire,

Icaouvelées p a r les

les

par

q u i

le

R o y a u m e - U n i

ont surgi

pêcheries de T e r r e - N e u v e ,

décision

présentes

permanent entre

contestations

en

conseil,

seront appliquées,

que

il

les

c o m m e

par

rapport

sera

loisible

dispositions

si

cet

arrange-

m e n t définitif était u n d e s traités m e n t i o n n é s d a n s ces m ê m e s d i s p o s i t i o n s . 3) . le

Cette

texte

resté

décision

en

ait

déposé

pendant 2. — que,

sur

par

Au

le

cas

en

Sa

Majesté,

ou

(le

tout loisible

vigueur en

rendue 3. — ries

si

de

de

à

Sa

présent

acte

dans

le

lu.

ces c o n d i t i o n s

!;oin iiiicii r Neuve,

Il

sur

Acte de

ili'

venaiilrs

cl

ciilrc

Milji'sh'

Su

enlever

que soit

impérial,

sei-a

la

dans

de

le

en

plein

été

instructions Terre-Neuve acte,

l'effet

([uestion

de

il

tout

restera

d i t e l o i a i t son

que la

acte

ont

présent

modifications

sous

et

suspendre loi

constaté

présent

en

elFet

chainjiTueiiIs

et

et t o u t e d é c i s i o n eu

conseil

effet.

le titre

de

« Acte

sur

les

pêche-

»

de

loisiiilc sou

'l'circ-NiMiM',

sans

aurait

suffisantes

pêcheries

de

présent acte, son

conseil,

In

à

loi

Sa

cl

à

d82i.

Majesté

couseü

iiislnicliiuis

de

Ions

ou

de

ainsi

ol'licici's

iiu'cllr

ses

(ju'à

leur c o n s e i l ,

juneiM

de ou

la

héritiers

de

et

donner au

station

de T e r r e -

q u ' i l s j u i>-eront C O n -

i i c c c s s i i ¡ i-cs p o u r c M ' C I I I c r l e s I r ; i I l e s a c I u c l I c M i c i i t e n v i g u e u r

ni'ccssairc l)our

Parlement

les ordres

a u x

d'ordonner

désigné

189d.

suivant

teni|)s

a u r a

sera

l ' i i s i s ilc

1 r s o r i l i - i - s l'I

condition

après levóte du

conseil,

avec ou

partie d u

K.rlrnil

A m .

la

Terre-Neuve et

du

son

mentionné

son

[)our

partii",

Terre-Neuve,

qu'à

dispositions

relatifs

|)lus l o n g t e m p s , e t

présent

siiccrsM'iil's,

des

analogue en

en

avant ou

l'exécution,

Majesté,

en

C h a m b r e s

Reine,

Terre-Neuve,

cili^ f a i s a i t

Le

la

des e n g a g e m e n t s

ou

totalité

c o m m e

Majesté

d'assurer

non

et

deux

des

prise

gouvernement de

moins.

arrangement

partie du

'Ml

bureau

(|uelconque faite

vue

lie

t o u t e f o i s être au

Sa

loi

pourra

communiqué

au

Parlement

iiiii'tées

Min

le

un mois

])ar u n e

ne

été

l'I lins

ou

IÎIIII

(••iiMiigcr;

|',|;I|

siisiliics,

l'aire enlever

de

et,

leur d o n n e r

t o u s chaulï'auds,

dans des

le

cas

ordres

claies

et

cela

serait

et i n s t r u c l i o u s autres

ouvrages


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1006 i|uc

les s u j e l s

s u r la cap

|iarUe d e

Kaye,

l'île,

lialeaux

que

lous

.\uT.

ou

par

de

lui

que

et

siui

la

sous

de

faire

|iè( l i e ,

la

de

quitter les

qui

seraient

occidental

de Sa

de

navires

trouvés

parages

les sujets

dans

ci-dessus Majesté,

et les

spé-

nonob-

contraires. sur

sonimation

ordres,

(|u'il

a

en

aux

eou rormi'uuen I toute

par

de

se

aux

le

des

el

dispositions

les

invitations précédentes,

contravention à

livres sterling,

gouver-

ordres ou

retirer dans

soiumations

aulre

a m e n d e d e .'jO

faite

exécution

été d i t ,

d'obi'ir

ou de

littoral

tous vaisseaux,

ces

pourvu

som-

toutefois

p o u rsii i tes, s'i I s o n t é t é i n t e n t é s à T e r r e - N e u v e , s o i e n t

t o u s jirocès ou

c o m m e n c é s d a n s l ' a n m ' e , e l s'ils sont

i n tentés d e v a n t l ' u n d e s t r i b u n a u x

ou

cours de

de

les

deux

l.e

Record

ans

qui

le

lioslile à ce b i l l 'l'erre-.Xeii ve Mdleiiieiil

lie

lord

q u a n l

droil

()n

à

semble

m a i du

;'i a c c e p t e r d u

moihis

présenta

après

tin

m'oppose

les

el

de

a lisol u men t

non

(]ije

est

inipi-riale

.'i

s p e c i .11 e n i e 1 1 [ :

oblin.ilious

ne

Inlernalioiiales

le d r o i t ont

el

le

mais

nous

lui-môme

ii

l a

i u i -

lo

renou-

condition

ne

p o i n o i r d e le

d'ajournemenl

lord

S a l i s b u r y

les

q u e

iiinigeons

une

qui

fut

rovendi-

pêcheries

ceux-ci,

;

charge

consl-

.N'oiis

ressoii,

des

mais si je c o m p r e n d s

irrili'vs d e c e l t e ne

pas. du

s u p i ' i i e i i res leur a M M i s

à

.Nous

lous

el

et

le

pouvoir

aucunciiicilt

notre

autoril''

internationaux. les

droits

CcS

lialiiils sont

loi; iionsavo"^

rc la I io us de

des

le traité;

faisait

n o u s oee u pe r d e s droil

es

n o u s o e e i i p o n s ib-

d o m a i n e de

pas i m p o s é

di'|à

i n l e i ' v c n t i o n . J"

soi

e n i.;a L;e me n t s

t ra i 11' e x ist a i t

ciix-liiciiics

de

reM-ardail

mille

sont

.Nous

p a y s où

que

doctrine.

l ' a e c o n 1 pl 1 sse 111 e n I

le

qu'ils

alla

b a b i t a i i t s d e Tcrrc-.N'ciive en i n t e r v e n a n t

nous

de

a l l i ' s d a n s uu

ñales

'Whitewaj,

l i r e un m e m o r a n d u i u

à assurer

li'-i; ¡ l i ' u c r s u r

seiilemenl

celle

lanis de Tel re-NeiMc.

aiilanl

Wesiminster, dans

délit.

W.

motion

l ' e m p i r e seront

i n t c i A c n i i s ilaiis ce i p i i ce q u i

une

d l'cbi r a - l - i I ,

ladons de

et

vivenili,

discours

Parlement

croire,

d a n s celle alVaire, lous

du

la ( d i a i n b r e d o s I.,ords,

ib'ralde et sans pri'ci'd en t s aux

bien,

Majesté à

date

et n o n pas limité. Le parti libéral, p a r l ' o r g a n c

K i m b e r l e j , A

Sa la

dit.( b i l l K n i i l s f o r d )) et c o n c l u t q u e le g o u v e r n e m e n t de

fûtgéiiéral

le

partir de

de Terre-Neuve, sir

f S'.ll

l'exécution

repoiissée le

à

e o i i s e i i l i la ¡ t

el

r a r b i t r a g e

suivront

astil

iW

(enregistrciuent)

iiiiiiislre

preulier

iiièiiic

.

vue

M.,

ses

on

lel'iis

d'une

écarter

force

ainsi

ail r e s s i s s de

en

S.

eonlunies

Majesté

passible

de

refusera,

I ml iipn'es,

scrolli

s e r a , en r a i s o n mations,

par

officiers

ci-dessus

faire

cas de refus

lois

Sa

ou

sujets

(Juiconquii

inslriietions

qui

aux

et en

tous

établis,

et descendant par le

écarter

conlraindre

usages,

\'.\.

auraient

nord,

pour

susdites, pour y

limites

Majcstc

còte de T e r r e - N e u v e (¡ui s'étend du c a p S a i n t - J e a n a u

la

a|)partenant

liiniles eilii's,

niuir

S:i

passant au

ainsi

stant

de

i 111 i r i i a t Hí-

s"oi'cii])cr

de

ieiil'-''


1007

ANNEXES |n(i|iiis là

la

adaires.

Pour

coiisé(|iience

quelle

raison

naturelle

des

n'en

serail-il

risques

que

p a s a i n s i ? N'est-ce

comportent

ces

pas

questions".'

N II II s l e u r a c c o r d o n s d e s p o u v o i r s s a n s l i m i t e s p a r r a p p o r t à l e u r s afîaires ricures,

mil

iiiciiioiil

parce

siii'

qu'ils

seront

terrain.

ce

11

seuls

est d o n c

à

souffrir des

juste

de

leur

e r r e u r s (ju'ils c o m -

laisser leur

indépen-

I In 11 ce r c l . i 11 v e i l l e n t à CCS a f f a i r e s . I M a i s s ' i l s c o m m e t t e n t de g r a v e s e r r e u r s il.iiis

le cas

a c l i i c l , ce n'est

Ions les r i s q u e s

et

pas

eux

qui

en

souffrii'ont. N o u s c o u r r o n s

ils n'en c o u r r o n t guère. Je ne

pense

pas

qu'au

cas

d'une g u e r r e avec la F r a n c e , les Français se d o n n e r a i e n t la peine d'enMiliir

Terre-Neuve.

Voilà donc nos

jHiilcr

tout le fardeau

II vous

les p o u v o i r s nécessaires

lie

concitoyens,

mis

ieMi|iliiilniiiii'c Il

|)ays.

l'espoir que

ne cacherez cette

])as

pour

nous

défendre

conformer

Ce sont là

¡¡uisque

nos

au

conventionnelles,

refus

les

sous

proposition

(ihanibro

risques; et

des

nous

devons

responsabilité, il est essentiel intérêts a i n s i

droit

enfin

pouvoirs que

s i v o u s n'êtes p a s résolus à

votre

mesquine

I>a

pour

obligations

nos

|i;ir l e

j'ai

et toute la

le

que

ceux

international, pour

tenir

la

pour parole

nous vous demandons.

n o u s les

déguisement

sup-

que nous

ou

accorder, vous

sous

le

masque

de

d'ajournement.

Lords

vola

le

hill

en

seconde lecture

le

15

m a i

1 8 9 1 . \jf S é n a t f r a n ç a i s a v a i t a d o p t é d e s o u c ô t é , l e 1 1 m a i , l ' a r r a n t,"-ement

aux

lins

'J'errc-Ncuvc, A c t

à

d'ari>itrage.

a.ssnrant l'exécntion

inodus

1. — D a n s ou de

le

vivendi

cas où

leur conseil,

Neuve

ou

à

Sa

i|u'lillc

ilaiis

nu

i;oin criicii r ou

cil

\ lie i r c u l c . v e r o u

le

Mnjesli' sur p a r le

i|u'nu

Clip

pnrleiiniil

la

cl

Hnye;

nii\

qu'ils

ou

de

ou

Sa

à

In

tous

usnL;cs,

d'y

In

('•carier

lois ou

qui ciil

Ions

M a j e s l i ^ i{ui

coulraiiiilrc

s u r l'avis de

les

Ions

refus les

l'inlills

s'i-lcm!

jinr

du

\nissenii\,

ordres

et

douiieraient iiislriiclions ouaulres siijcis

les

ilc

les

pas-

cel le î le, j u s -

iin\ires,

IIOIIM'S

ins-

de Sa

cn|) S n i i i l - . l c n i i

il'abnuiloiiiier s u j e t s de

son

Terre-

déclarations et Ils

chiles,

-cii le ii I n le

sci'aieul

de

:

nécessaires e t c o n v e -

traités,

chaull'nuds, pèclic,

q u i

seulement

s u s m e n t i o u m'^s î l e s o n ! r e s o u

iiiilii|ui''es c i - i l e s s u s et, en c a s de s u s s|i(''ci l i i ' s ,

suivant,

trois a n s

celte station

lesdits

de

n o n pas un A c t bill

F i l e d o u i i c f a i l ou

Tcrrc-Xcu \ c

Inii-c de

le

jugeraient

visi' p a r

ilcsceiidniil n

sujets

Législature

donneraient au gouverneur

cas encore

servaul

traités e t 18i)l,

pendant

sous-ofticiers de

le liiil

la

demandé de voter im

et ses s u c c e s s e u r s ,

ou

l'aire e n l e v e r t o u s

ci'ile d e

nord

Majesté,

aux officiers

Inllnlloiis i|uelconques

snul

exécutoire

jugcrail

iialiles, niiii il'aIIciii,lce nniiiiMciiiciils ;

voter, le ¿(imai

donnerait

tout officier ou

inslniclliins

entrefaites

Office avait

permantMite des

teinporairo, se contenta de rendait le

S u r ces

laquelle le C o l o n i a l

linlcniix,

ap-

les

limites

parafes

ci-des-

ilniis

Sa .Majesli'% u o u o l i s l n n I

couliiiiics coiilrniivs ; tous les aclcs

accoui|ilis

pnr


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1008 ce gouvenieuc ou

cès

|)ri)((-iluics

ou

2. — ''avis

ces

cas

ou

Son

de

mndus

vivendi,

laciuelle

Idtrage

ci-dessus

par

mentionné

ait

lesdits

tions,

procès

:i.

ncui-

ou

eu

orilr(ss o u

instructions

L

— - L a

/'rrtilirs Art, pins

présente

et

ne

A

la

La

des

restera

nouvelle du

1801 |ou

sur

aux

attendant

même aussi

en

les actes ac-

exécution

relativement

à

légalenieiit

période

(]ue l ' a r -

pourassurer

tous

de ces

ordres

suivi

d'ac-

ces actes.

s o m m . i t i o n s (|uc

lesdits gouver-

en

conformité

des

passible

d'une

amendede deux

cpie

procès

ou ])oursuitcs y

sera

(pii

désignée

vigueur

en

l'exécution

toute

|)as i n t r o d u i t o u

agissant

vote

de

ilans toutes

t i a i l c ' s et

de

les

s u i v r a le

sous

le

fait du

la

fin

délit.

NewI'oundIand Frcnch

titre de

q u e jus([u'à

été

([uant

L'exéM-ution d u m a i s ipie

loi,

la

vota la

de

189;!,

et

non

informée

(diainl)re

((u'un

acte satisfaisant

se déclare

les

iiéccîssai['es

mesures

c i m i d u s .ivei'

à prosent, à

la

prête

le

p.isseia i l-i I

nient français d e m a n d a

à

après

lord

pour

l'Iionncnr de

ilcrnier.

b'IIre

\(M1S

qui

uée-,1

,iei-nser

r.'-eeplion

par\enui- à

(jui

m ê m e j o u i - , l.a \ i ' i l l e , j e M . u s . n a i s N e u v e a \oli' (pieslimi

pai- le le-rel a-sun-e

une

des

loi

sanclioniiaul

lioiu.i r d e i i e s ,

ooiix e r n c m e n i que

celle loi

la.isse

loul

de

.lui le

cl

S.i

,1e

en

les

ré[)oiidait

le

Ol'lice,

le

la

m.iis, la

Irois

gouN'eriiel ' ' ' j u i n

t " r juin

:

l«!ll. iln

auiis

île l a s o i r é i M l u

1 . i - ^ i sla I n i i ' de T e r r e -

s e n l e n é e d i ' S a r'bi I l'es d a n s

l'Ii'

voler

p o u r

lettre du

leiruessoril

l'a

IX'.i:; ;

la i le

le

heure a\.iioi-e

.l'avania-la

iloiil

l'c^xécution Li-anccet

assiiré'c

ce

voté

gouvcr-

bill.

que

\olre

irirmuni' ipie

Map-sh'-.

e\piree

temps

de

nue

assurer

du

ainsi ( i'est

Forei-n .l'.ii

été

i;ouvernenM'nt

ISU.'i'/

S a l i s h u r y

a

à s o u t e n i r le

lecture

seconde

moc/((s r i v e n t / i s e t r o u v a i t

se

des c o m m u n e s ,

résolution s u i v a n t e :

Terre-Neuve,

a rr'a n t;-e n i c n t s

pas,

cette

K n u t s f o r d ,

ayant

Législature

passe

ans,

la

|)ro-

actes.

arbitrage,

ne sera

tonlel'.iis.

sera

en

du

bill

Chambre, la

ni'inent

ne

loi

instruc-

iongtein|)s.

di'ji'i s a i s i e

|)ar

et il

i n t r o d u i t s d a n s l'année

seront

et de

dudit

ofticicis,

susindi(|ués,

cents dollars, sous condition, relatifs

lieu,

gouverneur ou

formuleront,

ou

pour assurer

pèche de

|)rocédurcs ( ( u e l c o m i u e s

officiers

ces

serait renouvelé

(Juicon(|uc contreviendra

ou

de

sortirii

ou i n s t r u c t i o n s , seront légaux,

à

instructions

saison

sentence qui

ordres

donnerait ou donneraient auxdits gou-

cet a r r a n g e m e n t

l'exécution de la

ces

Iiéritiers ou success(nirs,

Majesté, ses

la

de

introduit ou s u i v i d'actions,

reiativeinenl

ordres ou

durant

durant

complis

Sa

exécution

pas

Leur conseil,

v(srneurs et officiers des du

en

ne sera

i|ii(dcon(|ues

Dans Ir

de

officiers,

Itsi-aux, e t i l

tions seront

ju^i^s

pour comme loi

satisfaisants

m m s n ni' ca u s e dc la

pi'iioib' a i n s i

iiiipi-riale

qui

devien-


1009

ANNEXES

i l i a l l Hi'ci'ss.-ni'c au cas (IN

l'ade d o n i il

s'aí^il uc serait i)as r e n o u v e l é

jiac la c u l o i i i c , le. g o u x c r u c u i e n l ile la lt<uuc é l a i t d i s p o s é à acce|)ler ses pr(j|iiisiliiius |iiiur l'instant. N o u s (huiuiuilci-ious p r o b a b l e m e u l , d i s a i s - i e , au l ' a i l i u n e u l , la d e u x i è m e lecture du b i l l , auiis nous n'irions pas plus l o i n , s a u t ' s i de nouvelles c o n d i t i o n s vcnaieni à l i o n n a n t ces circonstances, j'ai d e m a n d a i s pas

eu soin

de

se pri-senler.

l'aire

à V o i r e Kxcclleiice de f o r i n u l c r

lui

men-

rcunaripier ipic

je ne

une o p i n i o n , mais (|ue

je vous l ' u avais i n f u i ' u i i ' , dès ipu: j'en avais eu c o n n a i s s a n c e , d'autant l'i'sullaicnt

plus qu'cdles

de

la

récente

convention c o n c l u e entre

la

( ¡ r a r i d e - l ! r c l a L ; i u ' et la F r a n c e , et que j e / d é s i r a i s vous f o u r n i r l'occasion de l'aire, à ce sujet, toutes observations (|ue vous j u g e r i e z c o n v e n a b l e s . \ ' o u s ave/

n''pnnd n, si j'a i |ias

ne conceriiail lirelae-ne si-nle exaininei'

li'

l.i

bien coni ]u-is, ipii' c'était là une affaire q u i

b'rance,

proci'ab'' par leipiid

sili- leipnd je s u i s a b s o l u m e n t lois

puisipie C(dIe-ci attendait de la G r a n d e -

l'acconiplisscnienI

de

ses

engagements,

sans

avfur à

ce l'ésn11aI ('Mait o b t e n u , point

d'accord avec vous.

de vue

V o u s m'aviez toute-

promis de me c o m m u n i q u e r les observations (|ue M. H i b o t pourrait

sons adresser à ce sujet. l.a note, dont en ce m o m e n t j'ai ibuic de nature à

me

surprendre

l'honneur

en ce

d'accuser

r é c i q i l i o n , est

sens qu'elle semble tiaiter ces

circonstances c o m m e i n t é r e s s a n t la F r a n c i ' , à tel point cpic son gouNi'cuiuoent se propose d'en prendre texte pour nd'user de l'atiliei' la conviuilion. •

.le

ne

saurais acciqiler celte

a p p r é c i a t i i u i de la situation (pi'iuil

creci', poui' les di'ux pays, les cil'couslanées actuelles. .le pri'd'ci'e

ropiniou

i p i ¡ , à C(i ipi'iI

me s e m b l e , était p i i n i i t i v e i u e u t

cidiede N'oti'c l'ixcid Icnce, savoir : ([UC la F r a n c e s'i ntéi'esse a n x i-i'>sultals el non aux

nu'surcs de |)olili(|ue

intérieure

au

moyeu

desipndies ces

iv'sultals sei'oul obliuius. Il n'importe pas à la F r a n c e que mms a s s u r i m i s l'exi''Culion de nos e n ¡ ; a t í c i i i e n l s au

moyen

d'une loi d'un idl'et periua-

n e n l , ou bien par uiw si'-ia'e de lois renouvidi'cs Icuis les ans. l u e i;i-a nde p a i i i e de notre travail l(''i;isla I i 1'b' plus impoi'tanl se l'ail par celti' dernière uii't boile. l'.ea n cou p de nos i m pi'it s, rexislence m ê m e de notre aiaui'i' et

la plupart

de notre

de

nos dispenses,

m a r i n e , et r e u s e m i d e ib s

bus qui ri''L;isseiil la d i s c i p l i n e dans l'ai-mi-c et dans la maidne, la partie la pins iinporlanle de notre s y s t è m e ( d e c l o r a i , — tout cela repose e n l i è I e me ni sur le s \ siènie de la li'gis l.a tion a n n u e l l e . Si donC nous ili'eid ions d'exi'cn ter de la m ê m e m a n i è r e ne.

l'iu'ions que

les

traiter

nos e n g a g e m e n t s avec la F r a m a ' , U Î U I S

comme

nous

traitons nos

i n t é r ê t s les plus

vitaux. iMais il est inutile de nous a r r ê t e r da \ .a n t a e'C sui' ce point, vu que la silii.itioii a l'ti' considi'i'ablemeul

iiiodiliéc

sont produits dans la soiri'e niêiue l'Ii' l ' c r i l e . .\ii lieu de

p a s s e r a la

jiar

les é v é n c n i e u t s

la lettre de

Votre

seconde lecliire du b i l l ,

qui se

l'ixcellcuce a la

(dianibre

des coniiuiiiics a pris nue ri'sol n t i on de nature à d i s s i p e r Ionie i n c c i i i liide

dans

l'esprit

de

,M.

Lcs tiolonics, vol. I.

Kibot relativement

aux

iiitentionsdu l'aric64


1010

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

n i i ' i i l . C e l l e r i ' s i i l u I i i i I i esl eoiieiie d a n s a y a ni l i c

i n rnrini'-e

(| n n ne

les Icrnics q u e v o i c i : la

Chambre,

l u i s a l i s i a Isa n i e a é l c v o l é e j i a r l a I j é g i s l a l u r e

de ' r e r r e - N c u v e , se d é c l a r e p r é l c à s o u l e u i r le g o u v e r n e m e n l d a n s loiites les

mesures

nécessaires

pour assurer

l'exéculion

a r r a n g e m e n l s c o n c l u s avi'c le ¡^diiver cl

iicpasse pas, l.a

(juani

résoluUiiii

nanl

à

|ii(''seii l , à

à

ci-di^ssns a

l'oppiisi I ion ,

el

a

leni la

denxièiui-

par

el

des

d'arliilrage, bill.

Ininiine d'(dal

aceepli'e

l ' n na n i m i I (•,

Irailés

vue

l e e l u r e du

prij|M)S('e p a r i i i i

lie

('•li', à

des

IVaneaisen

la

»

ap|)arlc-

Clianibre.

l ' . i r c e l l e r é s o l u l i o n . la C l i a i i i l j r e îles C o n i i i i n n e s esl e x p l ici l e r n e n I li'iiiic de

prendre

les

disposilions

a e e i q i l é s p a r c e |)ays eu ipii'ul,

elle

esl

lenue

ini|)('riales,

si,

parla

en

IS!);;.

n en

(a'i

nue

une

l'nlnrr srr.i à

la

lisaiiimenl •l'ai

,1e

la

du

l'espoir

nciiirnl tion el

de

Sa

Iraneaise,

Iriiii

proia'dure

rl

qui,

(diamhre du

que

le

hill

de

l'ail

la

une

i;aranlii'

rsl un

l'ail,

mms

à savoir que

rapprobaiion

à suivre

devant

que

lierre

parile,

l'aclion

d'hoiineurqui

iiii-roniiii.

Oiiaul

l.orils s u r le m ê m e siijel, elle r e s s o i i

doni

subsistera

ipic

riiyaurmriil

Iraiirais parla^rra le

dr

plus les

siif-

nous oeenpons,

l'arleiiienl a

ccllr

aucun

l'as i s i l i i

ap|iriiiivc

pleine g a r a n l i c pour son e\i-rulioii :

ne

soliile

Une loi, bien

ra p p o i i l'c q uc v o l é e ;

j a m a i s l'ii''

n'a

de lois

inia'ssaires

plus

\oli''e.

\ i s - à - \ is d ' u ii e

dr

des

cl, par consé-

lamreelion

l o i s d e \ l u i a iiui I

si e l l e i i a i l

L;ou\rriirnirnl

M.ijesli',

a|urs il

par

èl re a u s s i a i s i ' m e n I

peni

e n •.;-.i y e a n I,

\ole

d,Milli'

(]u'aussiir,l

cet idlel

C h a m b r e des C o m m u n r s ,

rriiainrmrnl

l'opinion

eonsliluc

lini,

ri'sidulion

di'

à

p i u m a niui I e,

loi

re m pl i r les e n g a g e i n e n l s

pour

r é c a u i l i ' laui \ i-n I i o n ;

la

f a u l e d e l a c o l o n i e , ces

|ieriiianeiile d a n s son mais

de

de c o n c o u r i r

eneagcmenl

lournirail

nii-essaires

vluiu

la

i;oiiverconven-

j'ai l ' g a i r m e n i l ' e s p o i r

coiivriilion

par

motif pour riiardcr

la

Chambre

davantage la

arbitres. SAMSIUUV

.M.

Uibol

iiisisia

laiimi|iie a\ait

des

t i é a i i M I H I tis jinuMiirs

c u t e r l'a i r a i i : ; e i i i e i i I 1 1 u VCllU'llI. il

mais

tieiidftiit

ses

en

Il

rrl'iis.inl

pou r savoi r si

eiiiiijdets rl iii.irs.

ilr

iMigageinents

la n t. supi

j'ai de

\atioiis

l.iird S a l i s b u r v

faire

riinnaîtir

rein

l'oerasion.

la

lettre

rndriiv

qui

b n -

l'aire e x é -

l'i'qioiid il a fli n n a t i -

Irsnnivens

par lesqmds

:

de

Notre

Ol'liee,

l'iMelIrner

e i r r o i i s i a n é e s , de

I r 11 r r , r t j i ' \ ir II s \

siippli'onriitairrs

pour

idi''

18111.

d a t e (lu 7 c o u -

r o n l'iu'r r a v c c v o u s a U

n i T'm r t r m ps q u ' a u X o b s i u ' -

r i q lo 1111 rr r n

m'ont

2(1 . j u i n rn

lailrs

par

Notre

l'ixrel l e i i c e

au

de ees d e u x ei u i \ e r s . i I i o n s

eoiirs .le

ru

i r l l r

j'ai

gouveiiieiiietil

|irriliaii(iils

t'oreien Depuis que

le

e o i i s l a l e q u e q u e l q u e s - u n e s 11 es eo 111 m u n i ea t i o n s q u i o n t !• 11'l'C h a n-

-.'•rs .\eine

entre

le

^o u \ e r n e I u e UI

el eeiiaiiies

de

observations

Sa

.Nlap'Sti'

laites

s u r la

el

les

ministres

question

à

la

île

'l'crre-

(diamhre dcS


ANNEXES '•nuil

K^s

iMiiiinent

giiin qu'il la

ont

a

de

Sa

contracté,

convention

raticiilion de

Sa

le

l'aire,

de

de

ainsi

droit de

M,

ii

mars.

H i h o l ,

crainte

que,

créé

fût

ne

de

ou

en

([ue

la

convention

M a i s j'éprouve sions

causées

dans ce pas

le

une

à

M.

pays et

pouvoir ou

li\enient

à

la

Il

gouvernement

|iromesses ou

n'y

ipii

par

a

de

la

du

préférable

gouvernement

occasion,

cl

que

à

une

sur

le

les

l'on

le

ne pût

prises

point

le lient

de la

à

craindre

britannique,

ou

qu'il

du

soin

aiitorili'qiielconipie

remplir sentence

de

de

ce

à

le

pour ne

Majeslé. E x c e l -

executives

lesappréhen-

q u i

s'est

passé

Majesté n ' a u r a i t

promesses

solennelles

sont

q u ' a u c u n

cherche

ou

assurcrque

arbilrale,

une

Sa

à Votre

législatives

rendus

ses

l'h-lat

nécessaires.

à vous

comptes

q u e le

étrangère

supposition

de d o n n e r

mesures rendre

croire

par

une pareille

de

précédent q u i

|)uissance

gouvernement

d'éviter

les

pourra

de

attiré

m'abstiens

disposilions

par

ont

le

internationales;

volonté

fondement. part

les

q u i

Je

lesquels le g o u v e r n e m e n t de Sa

l'cxi-ciiIion

le

remplir l'engagement

les(|uels

autre

gra nde satisfaction

d'après

de

que

engagements.

reconnu

mars

H i h o l

l'appréhension

pas les détails

par

ses

i uler|ir('ii'' a

admise

II

désireu.x

quelque

b i r m e l les

du

Hibot

moyens

i n d r

contester

conséquence,

lence des explications

fût p a s

les

eu

ses o b l i g a t i o n s

1011

M.

ne discuterai

dr

mal

de

de

sentence des arbitres nommés en vertu

ni

Sa Majeslé'

s a u r a i t é v i d e m m e n t être J'estime,

ne

Je

prnp.iM'

critiquer

satisfaire

Majesté

17

se

gouvernement

l'esprit

d'exécuter la

du

.Majesté

serait

laissé d a n s

dénués

obstacle

rela-

de

tout

n'empêche,

de

application

scrupuleuse

se décharger

s u r u n e ])ersonne

de j iist i l i e r de sa

bonne

des

foi. SAI.ISIU:UV

R i b o t

-M. peu

précises

la

déclara et,

les

eiinversalion

S,ilisbiir\

ne

p o u v o i r

se

( Ibain lu es

diploniali(|ue

rapportées

en

ces

contenter

françaises fut

termes

close par

de

allant ]iar .M.

déidaratioiis

entrer

les

en

déidarations

W ' a d d i n g l o n

aussi

vacances, de

lord

:

.)/. Wddiliiiijinn, ninimsmili'iir de /a /léjiidilii/iic fraiirnixe à Londres, n M. Itihnl, ministre des n/piires e/rani/ères. Londres, .\ii

cours

de

rentrelieii

sigmilt',

dans sa

à

que jamais

savoir

d(Miilèrc nous

que j'ai

iiole, CC

eu

hier avec

n'avions

l(^

gouvernement

de

Sa

suspeclé

M a j esl

K n u l s b i r d , d'e\i''eu t er i l ' u ne façon .le

lui

al

exposi'

ipie

ces

doutes

li; juillrl

la

a

la

suile

permanente n'a\a leu t

iiiipoiiail

bonne

se n le i i i e n I

loi

du

l'-ti'

je

lui

ai

d'l'ca li er,

L;. u i \ l u a i e -

su r le po u \ o i r q n ' a l i de

raliamion

l'a r r a n Líenle u I

pas

IS'.II.

Salisburv.

maleniciiilii qu'il

m e n l an e | a i s el i p i e n os d o n I es p o r i a i e i i I rait

le

lord

du

eu I ièrem e ii t

du II

bill mars,

dissipi's


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1012 >.i

iliiiiicic

|iniiii-:iil

niiiiiuiiiiicatiün.

Je l u i ai ensuite

d e m a n d é (|uand il

taiii- c i i n n a î l i e le texte d u b i l l dont il é t a i t c o n v e n u avec

l e s ilid(''i;ii('s d e

T i ' r i c - N r i i v e . Il m'a r é p o n d u (|ue les d é l é g u é s avaieiil

ii-lus('> i r a c c c p i c i ' i r l r \ i i -

proposé par le C o l o n i a l Ottice, (|ue l'accord

i i ' c l a i l pas l'ail, l'I . p i c p c i i l - é l r c , e n l i n .le c i o i i p l c , i l scrail o b l i g é d e revenir d e va ni l e l ' a i I c m e n I a n u l á i s p o i i r i l e n i a iider des pleins p o u v o i r s . Je lui ai parlé' des d i l'Iicul li'-s q u e suseilerail r i n t c r v c n t i o n des c o m missaires j ii ri sconsul tes ou des Iriluiiiaiix

à 'l'erre-Neuve, je lui ai dit

q u e , e n deliors des qiieslions d e principe i l o i i l je l u i avais signalé, d é j à l a uravili', l a proci'iliire i i o i n e l l e l'Iail r m i obscure l i p o u v a i t amener à pro|ios de (diaqiie i ncidcn I des leu leurs i iili n ics, pu isipi'i I y avait droit d'ap|)el devant le conseil p r i v é de la H e i n e . A c e l a , il m'a r é p o n d u que, dans

sa

pensée,

il

devait

toujours

y

avoir

exécution

provisoire

et

que

l'appel ne poiivail p o r i c r que s u r des questions de d o m m a g e s - I n t é r ê t s . Je. lui a i ensiiile e x p l i q u i ' la d i f f i c u l t é OÙ V O U S V O U S trouveriez, p u i s q u ' o n ne l u a n q i i c i a i t pas de vous opposer ses |)ropres paroles à la (diambre des L o r d s , celles d e lord K i i n l s l o n l . c l celles d u s o u s - s e c r é t a i r e d'Ltat a u x c o l o n i e s , s i r G . \ V . Ilerberl, q u i loiitcs c o n d a m n a i e n t l a voie dans laquelle le goiivcriieiiient a n g l a i s esl l u i - m è i u e e n t r é d e p u i s a l o r s . Il m'a d e m a n d é q u a n d nos Idiainbres se s i ' p a r a i c n l . Je l u i ai r é p o n d u que la

p r o r o e a l l o n a u r a i t lien

dans qiiebpies j o u r s et q u ' i l ne serait

possible de l'eprendre, s'il y avail

l i e u , la (pieslion de l'approbalion de

l'arrangement du 11 m a r s , di-jà voli'c par le Si'uial, q u ' à la session d'octobre. W

.VinU.MilON.

L e s p o u r p a r l e r s r e [ i r i f e n t au m o i s de IV'vrief 1 8 1 ) 2 , m a i s i i ' a l ) o u tireiit

pas

davantage. L o r d

Salisburv

expriui.i

l e dr'sir d ' a t t e n d r e

q u e l a b''gislatiire d e ' r e r r e - . X e t t v e eilI. s l a l m ' ' s u ! • u i i b i l l q u e l e g o u \ e r i i e i i i e i i l lerte-iieii vieil (levait l u i siiii iiiet.l re d ' . i e c o r i l avec le g o u v e r n e m e n t b l ' i t a n n i i [ l i e . (a' b i l l i i i s t i t n i u t , ;'i ' l ' e r r e - . N ' e u v e . u u t r i b u n a l de j u g e s - c o m m i s s a i r e s , nonnur's p.ir la l î e i n e et i o le g ' o u v e r n e u r , d e v a n t l e s q i i e l s seraient tifs à r e x ( ' ' e n l i ( U i des nient serait

traiti's s u r le

jiré'a la bl eineii I

Mssiiinnr'S pal-

pmli'-s l o u s les litig(>s r e l a -

bretieli S l i o r e et i l o n i

iii''eess,i i re

tin jug'C-

e l i . i q ue fois i | u ' i i i i i i f l i e i e r d c

i i i a i i n e voitilr.iit p f e n i i r e une i n e s n r e d ' e x / ' c i i I imi c n n l r e la p e r s o n n e on

c o n t r e les

biens

d'un

i i n l i v i d n . Le

b i l l fui

rejeté' p a r

le

l'ar-

l e r n e n l d r ' S a i n t - J e a n . 11 n ' e i ' i l . pas é'Ii'' a c e e p l i ' ' i l ' . i i Ileu i s p a r l e g n u vernemiMil

fratu'ais q u i refiis.iil

q ueleniiq II e l.i lraili''s. l.e

co ii u a issa née

eiiiiveriieiiienl

d ' à 11 ri Inter à

un

des l i t i g e s relu 11 Is à

eiir|is

judiciaire

l ' e x é c tt I ii m des

fl'.ine.iis lit 11 b s e r v e r a II ssi t l'it q u e le votC

du l'arleiiieiit il e 'l'e ne ,\ e 11 \ e reiiil.iit , ' i i i gi i u \ er ne lit en t a n g l a i s sa


ANNEXES liberté (l'.iction, le

et q u e

le m o i n e n l

P a r l e m e n t b r i t a n n i q u e

g o u v e r n e m e n t çais

rappelait

j)ouvait tation

nette

la

en

d ' u n

de

R e i n e

de

traité

donc,

de

faire

q u e

les

déclarations

p e i i n a n c n t c

q u ' i l

soiimellicà

avait des

g o u v e r n e m e n t p a r

Le

toujours

du

déclaré

le d e i n i o r

à

WIIIIIHUIJIOII

I'I

M.

c o m m u n e s ,

du

bill

à

Terre-Neuve.

croyaieiil d.iiil

q u ' i l

ne

d e m a n d e

d o c u m e n t d u

L i v r e

)i

liés

.laiino

Itiliiit.

entrelenu lord Salisbury

à

du

l'interpré-

d i p l o m a t i q u e .

celte

L o n d r e s , le 20

trage

p a r

:

M.

J'ai

«

a n g l a i s

ressort

i)rilanni(|ue

voter

g o u v e r n e m e n l f r a n -

t r i b u n a u x

q u i e s t e s s c n l i e l i c m e n i

du

v e n u

avaient annoncée.

s o l u t i o n est d o n n é e

d8i)2

loi

m ê m e t e m p s

accepter

réponse

de

de

la

1013

élail

le

pas

peu

puremciil

présenlerau

Ils

m'ont

possible

de

iiuiips

ipie

de

ISalfour,

que,

passer

cession

la

c o m m e

leader de

Parlement pour

déclaré

faire

si m |deiiiiui I,

cl

et M.

il

le

a

un

C h a m b r e

l'exécution

informations

hill

durera y

niai tS!l2. la

relatif à

de

des

l'arbi-

prises,

ils

Terre-Neuve

ne

pen-

encore.

Nous resloiis

donc

an,

le

fiimliis

sur

Icrraiii

du

vivciiili. WAOï.iNirroN

La

f r a n c o

d i s c u s s i o n a été

el

renouvelé

bi'es,

en

déclari'

votant

«

Les c o u r s

la

d e

cession

m ê m e D a n s des

(1)

l ' a b a n d o n lin

iliscoiiis,

colonies,

Times,

entre

1>H

les

début

droils

la

en

jiour

vote

terrain

p o u r

et

année,

Terre-.N'eiive, la la

g o u v e r n e m e n t impérial

laqiiidle

de

ce

n o n

d o n l

en

l ' . I O l . L a

modusvivendi

le

sans

d c vives

p l u s i e u r s

saison

de

dernière

émettre

fois,

un

m c m -

J 9 0 1 ,

ont

préférant

bill

de

coer-

(1).

et au

nos

p o u r

l e u r

s u r

l'dé r e p r i s e

iranne'e de

renoiivclleiiiciit

le

»

négociations

possible saliiMi

l'ose

eiH8i)8

l'.llll

d o n n a i e n t

laisser

s'il

j a m a i s

L é g i s l a l u i-e

le

((ii'ils

l'avenir

cition,

la

encore

smil

n'a

j u s q u ' e n

protestations de

à

l'.Anglelene

p;i r i e m e n l a i r e

de

s u r les

du

faisait

g o u v e r n e m e n t s

F r e n c h

A n g l a i s

préhuid ns d roils 18

j a n v i e r

oliscrver

février 1901.

«

b e a u c o u p

S h o r e

u n e

repris

l e u r

de l ' a b a n d o n

n o u s offrir t o u r

indemnité

à

t o u r ,

pécuniaire,

ou

d d ' A n g l e t e r r e à ÎNladagascar.

1899, q u e

o u i

parlé

m o y e n n a n t u n e c o m p e n -

ont semblé

a n g l a i s e ,

(iaiiibie des

l e

d e u x

18!)9,ona

la

¡SI.

C h a m b e r l a i n ,

F r a n c e

a

tort

m i n i s t r e

d ' i n v o q u e r

la


1014

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

.saiii(el(' ilfs d i s p o s i t i o n s t o m b é e s e n clésin'liide d ' u n a n c i e n t r a i t é q u i est

vieux

maintenant

droits ne sont le n o m b r e 6 0 0 ; c'est

«

de

d'environ

d ' a u c u n e nos

pécheurs

o u b l i e r q u ' u n

doux cenis ans »,

v a l e u r réelle au

retour

ou

F r e n c h

de

la

etajoutait

substantielle S h o r e

m o r u e

au

est

»,

que

tombé à

F r e n c h

500

S h o r e

au

a e l i n d l e m e n l

el

(irand-lïane,

i|iie,

au

s u r p l u s ,

ou

peni

r a m e n e r d e s m i l l i e r s de pécheurs fraiiçais, de « T e r r e - N e u v a s voni

nos

parce que

y

» , (|ui

une

partie

d e s p è c h e I I r s d I I ( i r a n d - 1 îane, v a a u l''reiie.li S l i o r e s ' a p p r o v i s i o n n e r d e boette. U n e d i s c u s s i o n a éli': d ' a i l l e u r s s o u l e v é e i l l a C l u i m b r e d e s d é p u t é s l e s L ' I ! i d ¿'1 du

i^el

berhiin (le

j a n v i e r 18'.)!), a n e m i r s d e l a d i s c u s s i o n g é n é r a l e d u b u d -

mjiiisière des afl'aires l'ir.ingèri's. pins

eili''

en

fui

TiO d i s c o u r s d e

pr(''lexle,

le

M.

q u i , en

(]bam-

q u a l i l i ;

l e s n é g o c i a t i o n s de

IS'.)2, s ' e x p r i m a a i n s i :

l'oiir Terre-.N'cuve,

v i e i l l e queslioii ; elle

c'est u n e

d a n s ses d i r i i e i i l t é s , m a i s

daussmi

(uigiiie,

au

p i a i sa II le a v e c a u n ' ' m e ni s u r ce I ra i l i ' q u i esl reniunle à

q u i

lîlliol

M.

d e s u ll'a i r e s é t r a n g è r e s , a v a i t c o m i u i I

miiiislre

IS'.II el

haul

si

17111, — c i i n

remonte,

non

I ra i te d ' U t r e c h t .

pas

E t o n

v i e i i x de p r è s dc d e i i x s i è c l e s ,

un o i i l d i a i l q u e

c'i'sl

ce. I r a i I I ' i p i i

a

•• ( i i l u a l l a r à l'.V n o l e i c i r e .

do

l'I,

M . .Inee.i.i.. M.

i'.r

Iliiioi.

notre

grand empire

de T e r r e - N e u v e , (a's liri'

droils,

p a c r r e i i r .lersey !

Iraih'

s u r

on

d rireclil.

cidonial, ce

alVecle

qu'on dc

.l'a i I o u p a i r s d i l , q u a n d à la

appelle

dire

i i n e l i ' e è r e eo ni p e n s a I ion

droils i m [lortaienl

nous

des droits

(pi'ils

(prou

a

donné,

dans le

French

ne

soni

siui^er.iil

j ' a v a i s la

les

c o m m e un

Shore. rieu,

à

(b'bris de

p a r a g e s e t s u r les côtes

qu'ils

valcnl

pciil-

n o n s (diri r.

r e s p o n s a lii I i h'

d e s a ll'a i r e s ,

que ces

l''raiice el ( p i ' o n ne i l e v a i T p a s lui d i i n i n u e r l ' i m -

|ioiiance. ( ie

n'esl

pas à

piildicalion cili-

ee

n'esl

les e\.it;ére •C.'csl

le

droil

(iraiide

d'y

l'aire

pas à

pas

nous aviins o la

nous en

loiil

d ' u n e lellre (pi'il

(piaiid

cas — c l j ' a i vu récemiiieiil avec reerel la a u r a i t m i e u x v a l u n e pas l i v r e r à l a p i i l d i -

s d'à m o i i i d ri r je

dis

e x ( d i i s i r — on

(|ii'ils l'a

nos

soul

d r o i Is. . M a i s c e s d r o i I s , j e i n i p o r l a n Is.

contesté, m a i s entiii nous

le droil c x c l u s i F » de p é c h e r s u r u n e de

île

Terre-Neuve,

les c o n s t r u c t i o n s

(Jiiels

(pie

iious

provisoires

avons

le

soiilenons que

p a r t i e de droit d'y

p o u r u t i l i s e r les

n(^

sonl-ils?

la

( l'ile d e

alterriret

produits

de notre

Terre-Neuve,

le (pi'il

pcclie. X'oiis y a

de

savez ce qn'esl

niariiis

vie dans

ces

noire

vigoureux,

pèelies si

réserva d e noire

llollille

sidides,

rudes

el si

m a r i n e de g u e r r e .

qui

dc

pcclieà

voiil

(diaqiic

dangiîreuses.

lies

année

exposer

marins-là,

leur

c'est la


ANNEXES eux,

Sans Ms

noiis

n'aurions pas de

v o n t pé( l i e r ,

eida

pourquoi i

l'aree que

Teére-Neuve

comme

années,

préfère

IN'euve e t i l

est v r a i , s u r la

morue

parage

1015

tlollo, le

notre

grand

défense s e r a i t a m o i n d r i e .

banc

qui autrefois

de

prédilection,

le

(iraiid-lîanc.

Elle

serait

iiiiprudcnt

dc

peut

uoire

la

choisi

morue,

revenir paii

de Terre-Neuve,

avait

sur

dc

le

depuis

les

quelques

rives

renoncer

mais

rivage de

de

Terre-

d'avance i\

nos

droits. Et p u i s

noire

c u r e r les a

l'ail

une

ter,

ces

i m p o i i a i i c c el connaît la

les

C'esl

si j'en

une

avais

dangers,

françaisque

le

les

nous

de

c o l o n i e de T e r r e - N e u v e n o u s

le

je

pas

m o n tour, en essayant

s'il

de

c o m m e on

l o n g de r a c o n -

q u e l l e esl à

celle

n'y a

boëtte,

peu

un

droils,

demanderais

chances

dire

devons

à

serail

sont nos

les

nous

dire

ces app.àls, d e l a

liisloirc i|u'il

aléas,

ne

côte d e T e r r e - N e u v e p o u r s e p r o I>a

droil de

besoin,

de

la

pèche.

ra ppcler ce que

pèche à ^Terre-Neuve,

rèt

de

à la

péelieurs l'aidial

iioriic à

me

besoin

"uerrc, j'ai

'l'erre-.N'euve. .le

a

nécessaires

pelile

d'inlerdire à dit à

flottille

appàls

.M.

i^rande

pas

l e u r réelle

l'uollcau

un

qui

iuduslrie xi'rilable

laisser a m o i n d r i r et

surtout

de

inlé-

laisser

détruire. On .le

nous dit

le sais

vidlcs

à

nous

la

ces

d'en

11

de

faut

pour

en

des

l.SDDce i p r e l l c

imlnslries, l'esprit le

n o u . s d e s traités et

les

veillancc qui

les

et de

avec

des

toule

question.

les

l'Iiisloire de les

était e n 1713.

nécessités

nécessités

de

tenir

nou-

nouvellesque

gouvcrneMienls,

c o n c i l i a t i o n , élaieiil

saiile

par

le .'

suile

de

et que

t;iui\erucmcnt l'ar

la

cette c o u r t e

le

nie

Iraili'•.' C e l l e l o i ,

servirai

l'cliec p a r le lier celte

pas

de

188.')

de

d'une

Parlement

loi

de

ont

lout

nos

relal ions avec l'Angleterre s u r

anino's

s e u l e m e n t , n'est-ce

du

paiimil

Londres'.'

même

m'i

esprit

pour cela

de

pn'qiariM-

liail

|)as

liieiiune

m'cessairc,

ci'ile, c o n Ira i r c n i c i i I a u x s l i -

Pourquoi

simple, que

a

expression

le

ce. ( | u ' e l l e s

NeiMe?

louilii's ilai-eord

Londres

colonial

par

compte

Tiire

nous

c'est (lu'il y a un

histoire,

grand

n ' a va i l - e l le p a s été j u gi'C l ' q u i l a b l e , s u f l i -

raison bien

gouvernement

plus

d é l i m i t e r ses d r o i t s ,

de

l'aire d e s l ' i a Id i s s e i i i e n Is di'di n i I i Is s u r la

appliqine

le

refusé

d eiai ières a n ni'cs

pérmellait a u x Terre-.\eii\ieiis,

p i i l a l i i u i s du

lie

des

p l u s b i e n v e i l l a n t les

pri'lenlious. ilans

hahitanls

Dans

deux

refusé

l u i objecte ? A-t-elle

l'exercice

légitime,

oublier

grosse

l<S8."i q u e

loi

plus

fondé

F r a n c e a-t-clle j a m a i s

concilier

cette

de

résultent

n'est

s'est

faut concilier dans

nécessités q u ' o n

moins

en

il

Il

reconnaissons.

.Mais

au

Terre-Neuve

ont apparu ;

d r o i t s (|ui

de

:

merveille.

sur

puisse

dc Terre-Neuve ;

P a r l e m e n t de

pas

été

parlement à Terre-Neuve,

loiijours qui

n'a-t-elle

retrouverons dans la

cette

question

f r o i s s e r — été il

n'a pas

'ferre-Neuve ;

tenu

— j e en

pu faire r a t i -

elle est d e v e n u e

caduque. Il

y a ( ( i i e l q u e s années, on a discuté la <|uestion

himensc queslioii coup

a|irès

diiier

dc en

savoir si

le

des

h o m a r d e r i e s , cette

h o m a r d est u n p o i s s o n . O n e n

.\iiglelerre, et

on

dit que

nous

ignorons

rit beaul'histoire


1016

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

iialurellc parce quipoisson.

un l'ail

(les

On

progrès d a n s

lin

a la curiosité de

on

viiil

une

IKUIS e n

que le

noire

lire

ne

peni

(|iielqiierois

de

sii'-cde,

les

homard

e-raiide q u e r e l l e

je crois,

qui

peiil

du

rùir

e u l r e n a l i o n s c i v l I isi'a-s, s cidlèeiies de

nistre

des

qui

sii^iiej-

la

choisis

les

diMix

la

nalurelle

les s c i e n c e s ;

nalnrelle

dans la

li- l i o m a r d a v e c

rinslnii-e

el

piildii's vers

1713,

catégorie des jioissons.

ni

motiver le ton

a

quand

C'est

mais qu'on

qui, prend

iiriroil.

par

à

la

l'a i r e j u g e r ,

un a r b i t r a g e ? En peuvent

convention

question

Innles

n-iicrre

reliisi-s

a l l ' . i i r e s i-l r a n y'èrcs,

lie

i\i\r

l'a i r c v e r s e r b e a u c o u p d ' e n c r e ,

m'i'aoïitent

une

ciiinine

ranei'

pas di'ehainer

l'aiilre

à ciMiloodri'

c'esl

Iraili's d'hisloirit

l'-lail

.Vbiis n o u s s o m m e s - n o u s

iieiir

s o m m e s enciii'c

irnuliMc ipTone chose,

des

avec

pour

s'en lord

c o m me

18!)!,

souvenir, Salisbury,

soumettre

il

convient

— q u e l q u e s - u n s de

à des

j'ai

qui

eu

était

arbitres

l'Iion-

ib'jà

m i -

qui avaient

h o m a r d e r i e s (it t o u t e s a u t r e s q u e s t i o n s q u e

M-oin e r n e i i i e n t s

jiit;eraieiil

convenable

de

soumettre

aux

arbitres. l'ourqnoi

l ' a i h i I r;i i ; e

an l o r i s i ' ' à

le

ra t i l i e r ;

deiiia iiiler à r.illemlons iilais a

la

pas eu

la

par

lieu?

l.cSi'-iial

C h a m bre l'iail disposi'c à

c o i n m i s s i o i i de ne

encore,

rei-ii

n'a-l-il la

la

français

le l'aire ;

p a s li.àter l e i l i ' p ô t d e s o n

raison

hieu

s i m |ile q u e l e

m'avait

m a i s j ' a i dû

rapj)orl. N o u s

g o u v e r n e m e n t a n-

\ i s i l i ' ib' di'li'uni'-s de ' l ' e r r c - N c u v e (]ui o n t d i t : N o u s v o u -

lons

bien

e\i'ciiter

NOUS

nous

pressez

la

sentence

beaucoup,

trois ans,

et

après

ils

l'r.ineais

et

•reire-Neiiviens

arbitrale

mais nous

demandaient fussent

pendant

ne

que

loules

jugi'.cs

un

an,

di'passerons

par

les

trois

pas

un

ans si délai

eontestal ions

les

Irihiinaux

de

entre

de

Tcrre-

\enve. \ D U S di''aii

l o i n pieiiiv. q u e je

goineriienieiit

e o i i s a c r e r eu lieu,

mais

seiir et \oilà

la

comention

l'histoire

liiique

de d

un

qui

f'.l

ncM'iit

dans

étrangères,

n'ai

pas

la

,pieslion

tonte

à

refuse s,ui

mot

à

la

\oisin

politique

du

à

son

dire.

n'.i

de

relations

reiauumencc

si c'est

qui

siieces-

rraui^ais.

la p o - '

cherche toutes

profit p o u r lui-même, OU

sans

janvier,

mon

nos

lui

dire

pour

pas e n c o r e eu

voudra,

transaction,

large et

Saint-.Malo, .M. à

on le

C h a m b r e dc

b'-gèrcment

ái

M,le

exacte

deman-

m'a-essa i res

'liuna-Ncn ve dont

se

si''aiiie de

de à

la

dradarail

«[u'un

m a i s 1res

a lia i i i l o n l i e r

drqiiili'-

le j o u r où

I ,e

aiies

la soumettre au l'arleiiient

.le d e m a n d e

nuire

pas ,iii c o i t r a i r e

Siita-otif,

Je

bruit,

les

l'aiiulrage.

t i e n t , et, pourra

c c l le c o n d i I i o n . .l'a i

l'aire v o t e r

très abri'ei'-e

|ia\s q u i

o c c a s i o n s ,1e

n'est

pas accepté de

ri''siillals de

a m i , M. I )eIcissi',

laire

les

les

r.\nM|eti-rre s u r e e l l e

avec à

l'ait

n'ai

anglais

Conciliante d'un

grand

si

ce

pays

ses d r o i t s .

sur

une question

de M.

1 tidcassé, m i n i s t r e d e s

Robert all'aires

lotir:

A

'rcrrc-.Ncuvc

nos droits sont

incontesta-


ANNEXES lilcs;

personne ne

les

eonteste

et

rien

1017

n'empèclie (|n'ilssoienl

librement

i'\ei-eés.

Les

populations

d'anlres eenircs

de

de

Saint-Pierre

(IVM

(Taliandon

on

^•('•néral

Saint-Piei're

v(en

de

que

gleterrc s u r la

droits

sans

u n e

côte s u d

i n d i q u a i t l'est

par

l'onest el

nord

lies

par

Plaisance

un

Conseil

sensiblement

inirrèl à

nos

droils

Le conseil

cédés

toute

1900

le

à l ' A i i -

souveraineté

F r e n c h être

a u x

(b>s

ces

Legasse, des

presqu'île

Lane-ues

deux

faisait

de

pêcheurs

au

q u ' a u

ministre

bulot

le

peuvent

S h o r e et c o n c l u a i t

consentie

el à

Cerfs

Saint-Pierre

adressé

observer q u e

nos

de

havres.

délégué

colonies,

bornée à

(Chaloupes

q u e

avoir l a c c s -

prix des s t i p u l a -

suivantes :

I"

Suppression

2'

l.iberlé

eaux

du

liait liill.

complète

Saiiil-I'ierre el

lin

hoidie :

lauiipbie

dans

lai;es

poinaiil sans

droils

de

q u e s el

les

à

eaux

servir

el

aucune

nolaiumenl île

pèche. l'exeiuplion

.N'eiive

(ancrage,

. i "

Une

Aiiiiizone

navires pori,

bàiiments, opérée en Une

des

pécheurs

|)hare, etc.,

préjudice

ce

qui

que

«

ou

de

autres

pêcheurs,

droits

les

sans

découvrir

être les

dans

de

leur

pêche de

la

poissons el c o q u i l dans la

apportée à quantités,

d'entrée », les

leurs

les épo-

de séjour et de ports

de Terre-

compris). armateurs

a

l'exercice

se

|)uisse

concerne

boëtleurs

etc.,

leur

de pèche (dans nos

concerne la

poui'raieni

(|ui

indemnité îi accorder a u x

p o u r le

pêcheurs

en

ipii

ce

lieux

droils iiuelconques.

reslriclion

en

de

nos

les

eiKaii iiel, lançons el

le m o d e

pour

iii'cessaire à

bateaux

Sli[»ulalion

sorlie

sur

l'app.àl

aii';laises,

ifappàl

que, jamais,

pci lie,

l e r r e - n e u v i e n s de n o u s a p p o r t e r à

vciiiire

ou a i i l r e s nos

bareiie, capclan,

suile

de

aiiniaisesi,

i l ' e x p i u'Ia I i i m

l.ibeiii'

inilnslrie

a u x ])êcheurs

iMiqiiebiu, ou

l e r r i l i u ' i a les

a u c u n iiupril

i"

la

Havre

H a v r e

par suile

ne pourrait

pas

en

désirable

1901,

que

revenirse boêtter a u

de

tions

el

Shore.

12 n o v e m l i r e

territoriale

M.

m a r s

le

fussent

tirée e n t r e

de

et

le r a p p o r t adressé à cette assemblée

supérieur

en

F r e n c h

jusqu'au

droite

rapport

de S a i n t - M a l o

protesté c o n t r e le p r o j e l

émis

ne

F o r t u n e j u s q u ' a u

une ligne

au

M i q u e l o n ,

au

a

Shore

c o m p e n s a t i o n

affaires étrangères

sidii

li"

F r e n c h

dc

part,

iliiiiinne

droits

compensation

baie dc

M i q u e l o n

de nos

et M i q u e l o n

de T e r r e - N e u v e :

baie la

D'autre et

au

c o m m e la

par

an

li.mge

nos

et

iièelic à T e r r e - N e u v e o n t

causé

la

des goélettes saisie

illégale

Virgina de

el ces

1888 p a r l e s a u t o r i t é s d e T e r r e - N e u v e .

indeninité pécuniaire a u x c o n c e s s i o n n a i r e s français a y a n t des

lialdisseiuenls

de

pêche

au

« French

Shore

»

(homards

ou

morues).


1018

QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

7" U n e H"

indemnité

p i M - i i n i n i i - e n i i x |iècliiMiis i i l l a i i l

U'ne indemnité

eti s c c o i i i l e m a i n ,

à

péconinirc

sor hiipodlc

la

dc.

(ailiinie

lions ipii (•oiiipeiisi'i'aieol préjudices de

au F r e n c h S h o r e .

.Métropole

le casi'adiéanl. d a n s

une cerlaiue

Uellc

p a r c s à m o u l e s ((pii c o u s l i l u r u l

d e s h o i i l e s : I!" à l ' a c c o m p l i s s e m e n t

mesure,

les

sorunu' scrvii-ail : 1° à ou

a|)pàl

2' à la c i u i s l r u c l i ( u i d ' é t a h l i s s e m e n l s l ' r i g i u a l i i p o ' s |ioui'

lei'ail

accorderail

Sa¡Ml-l'ieri'e el .Miípielon, d e u x m i l -

la cession du F r e n c h Slioi'c.

l'i-lahlissemenf de

la

suriisaiil'i ;

la (aiuservaIioii

d c t i u i s aulr<'s l i ' a \ . a u \ i p i i ' l u ' C c s s i -

le u o u \ c a u système de s ' a s s u r e r la h o i i l e ;

4" à

l'aïuidiiu-alion des

ports de S a i n t - l ' i e r r e et Mii|uelon.

d('dé'oiH''s

l)i>s anglais

a c c e p l a Ide .M.

d'eux, n i o n

di''l'iure-.Neuvc

pend.inl pou r

le

du

avons

quant a u x li

ne

ooiivernoincnt

aeeepli'

traités

à

le

la

uioiliix

cerlaiiienieni

sereni

peni être ajourni'e

Il

n'y a

pas à

Nous

l'èlre a u s s i l o i i y l e i i i p s à

la

pèche

longleinps

aussi

r é g i o n , el a u s s i aii\

la

sur

i^a

L A

(1)

/'„//

.Mail

fois

p l u s loh'-rer l a

riaianiera

ne p o u r r o n s

li

possi'alera

des

droils

de

iioli-e l i l l o r a l :

Ieri i l o i i a i i s

el j o n l r a ilii

jamais le droil

sur

celle

d r o i l île p è c h e

nuira au di'\eloppement coin mereiai de

ile. droils de

m'associe aux

bas

les F r a n ç a i s !

la

h ' r a n c e l ' c c o n n u s |iar l e s t r a l l é s ,

ma il 1 b'slations

la Nouvelle-Calédonie

intéressante

dacctlc,

!l

tentative

mars

h o s t i l e s ,les

foules cl

n

N O U V E L L E - C A L K Ü O . N I K

colonie de

l'idijet d ' u n e

niais,

dernii're

U n e Soi u I i o n i l i i i ii i I i ve ne

l ' i e n d n e d e SOI! m i l l e s

liliale el

nie

ne

A

uiiique-

n o s e a i i \ , l i , p a r d e s e i i i p i è l e n i e i i l s 1 n j n s i 111 l ' S , e i i i -

les

V .

France

nue

p a s (|uc J e

«

renouvelés.

possi'aler.i

noire

aux c r i s d e :

encore,

iiupiudal;

i Is o n t été adfqili's p o u r la

h u i g l e m p s q u ' e l l e i i ' c h i niei-.i

je

auni'c

gouvernenienl

F r a n e a i s p o i i e n l un p r i ' j i i d i c e c o n s i d é r a b l e

que la

loule soliilion

p l u s ((ue

une

pouv

du

soiiiiiies pas d ' a c c o r d el

meilleure paille de Non

pas

l'iiii

de

l'ail (;onnaîlre l ' o p i -

Teri-e-Ncuve :

lirciirti

pas

les

ne

qu'elle

homards dans

pèchera

line s o l u t i o n

n o s la'ilcs.

nier que

noiri' colonie.

cxclusil'

de

à

déclaralion

plus loni;leiiips, c a r n o u s ne pouvons

pri'senee des l''raiii;ais s u r

à

arriver 1 ine

i n t e r v i e w (I),

deiuande

le m po ra i res,

|)oni'

français.

u n e

goiiverneinent

ment pour accéder

coiil'é'n'' ,avee l e g o u v i u ' i i e m o n t

ont

1Î)00-1U01

p a r u e dans

lîond.

actuelle

.Nous

l l u s e r di:

P.IIH.

de

K T

est

D K l ' K . N D A N C l i S

d e p u i s

pelile

q u e l q u e s années

ccdonisatioii

agricole.


ANNEXES

1019

' . ' o s l la c u l t u r e (lu café q u i en a suggéré l'idée, et le projet a été préparé et m i s en œuvre par le g o u v e r n e u r F e i l l e t . Il a f a l l u rendre d i s p o n i h l e s les terres fertiles en d i m i n u a n t les réserves pénitentiaires el on cantonnant les t r i b u s indigènes : lo décret du 6 octobre 1897 a stipulé que 3t).130 hectares expressément désignés cesseraient, au fur et à m e s u r e des nécessités du service pénitentiaire, d'être ri'servés p o u r les besoins de

la t r a n s p o r t a t i o n et seraient affectés à

la colonisation l i b r e etquo 0.783 autres hectares, provenant d'achats, r.'i'e\ raieni la inAme affectation: un arrêté du

23 novembre 1897 a

n ' g i e n i e i i l i ' la procédui'c à s u i v r e p o u r le cantonnement des indigènes anxipiels

on réservait, on cantonnant chaque t r i b u , trois hectares

p a r l o t e el (ju'on i n d e m n i s a i t par c o m p e n s a t i o n . Le cantonnement a élé accepté p a r les indigènes et l ' o n n ' a r e v u a u c u n e trace du mécontentement q u i en 1878 avait a b o u t i à la redoutable i n s u r r e c t i o n ci'piimée p a r l ' a m i r a l O l r j . L e recrutement des dos moyens que

colons s'opère par

résume a i n s i la notice rédigée p o u r l ' E x p o s i t i o n

u n i v e r s e l l e par l ' U n i o n a g r i c o l e calédonienne, association do colons dc Nouméa : O u x c p i i persisleiit dans leurs intentions sont adressés au Ministère des colonies, où un bureau est spécialement chargé de l'envoi des colons. Mais, avant de leur donner la ré((uisition de passage q u i leur assure, ; i c i i N r l à leurs l'aniillrs, l e Irausport graluit jusqu'à Nouméa, le .MinisI r i r , s'assuri' ( | u ' i l s r r n i | d i s s r n l les conditions re(|uises : 1" Ln c a s i ( U ' j u d i c i a i r e intact de condamnations infamantes; 2° U n m i n i m u m de ressources, q u i est tixé à ,5000 francs pour les c u l tivateurs, (d à 10.001) fr-aucs pour ceux (|ui ne le sont pas; l ' o u r c r i i x ( p i i n ' o n t p a s c e petit r.apital, un contrat d'engagement d e travail (dnv. u n c o l o n dijà ('taldi et reconnu capable de tenir ses ene-aycments. Ils s'(uubar(pienl. — Ils arrivent à Nouméa. Dès ipie le p a ( ] U o h o t a mouillé, un fonctionnaire du service de la colonisalion se présente aux colons et est spécialement chargé de les débrou i 11er. .Ueux (pii veulent épargner leurs ressources reçoivent l'hospil a l i h ' ilans î l e s b.àliiuculs luoib^stes, mais convenables, et ils n'ont à supporter q u e les dépenses de nourriture. Mais ils n'ont |)as l o n e l e i u p s à attendre à Nouméa. l.e j o u r même de leur a r r i \ i ' e s'ils en ont le temps, le lendemain au plus tard, ils sont reçus une première fois par le gouverneur ( p i i leur indique les centres de colonisation actuellement en voie de formation et on i l s seroni dirigés. Les colons l u i font part des inquiétudes q u i les assaillent, seiuécs dans leur esprit par les adversaires de la colonisation.


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1020 nil I

I N N S s | i , i i i l a i i i ' ' i i i e n l a u m o n i c n l (n'l iir

\.'-illal)li'

lai|iirllr a\i)ir n

1rs

rrrn

conseils

s'ctablil

|)rali(]ues

rliaciin

en

Ir

el

\a

i-rvr

ainsi

I'alrr

ne

soul

pas

le gouverneur

parliciilier

les

phirr à

na I n nd Ir mm l,

vécus

les c o l o n s tons e n s e m b l e ,

iliuiiir à

silnaliuM

avis

(|ue

1rs

lui

la r i ' a l i l i - .

an

rours

I'pa r t ; m - s . rrruil

paraîl

ilr

Apirs

isnli'nirni

c t i m p o i i e r sa

|iaiiirnlirrr.

I'll is,

Vrniiiii

liri's ipi i

sr

e n i i s e i Is a n à

(•(iiifrrenco

iiiji-iriilr

Inn I

a

riilfiliiiiii'iiiir

«li'li'gué

un

ou

deux

1rs r i r i i ' n n i ' S îles m i n v e a i i x c o l o n s .

suj i i de len rs a (dial s, i p i i '

de

si^s

m e m -

Ils l e u r d o n lien I

des

r a d m i n i s l r a l i o n esl, i i K a i i i i p r i c i i le

Iriir rniirnir'. làilln,

plus «auilre ipii

alms

ipie

eliaeiiii

a\.inlaeeiise, (dinisi.

les

Ils

a

choisi

colons

la

siiiil

y s o n t rei.'US

combinaison

Iransporlés

par

le

i;iamièl re idi a r u ' i '

l e u r si e lia le les c o u c e s s i o n s d i s p o i i i Ides, el

Ils

IroinenI

dans

!;raliiiliiiienl Irais el

à

la^s

l'abri,

la'n I res

leur la

s'esl

à

,\la r - , r i I I r , pour

I'I

a

paru

du

la

jnsiju'au

I n I i s s e n i e n I,

les a i d e d a n s

leur (dloix.

ru d i m e n la i res i p i i

soni

mises

leur p r r m r U r i i l d'allendrc, sans

le voit, le c o l o n , d e p u i s le j o u r où

jusqu'à c i d i i i o ù

rsl pour ainsi dire rond nil à baripo'

lui

c o n s t r u c t i o n de l e u r m a i s o n .

luanifesli'e,

possible,

e.ases

disposilion el q u i

.\\ e e l a i i e o r g a n i s a t i o n , o n lioii

des

(]ui

y r a I u i leiiie n I

il s'esl

la m a i n , r l , à parlir du

lonl rsl coiubim'' pour ipi'il

que

sou

courage

uf,

sa

voca-

iiislalli' s u r sa c o i i r r s s i o n ,

soil

iiiomriil où

perde le

pas

iisi'

il s'riii-

m o i n s de

dans

de

lemps

longues

allenles. Les lormalili's an

plus

veut, qui

lard

élre sont

soul

après

n'aliiiles

sou

installé s u r sa

d o m a n i a l e s .\HI.

I''''.

eiiirepremire t.

.\ni.

à

10

du

hectares

.\HT.

qui

ni

li

sa

vie

librciiieni

m a r s

aux

18118

choisie

on

dix

jours

peiil,

s'il

|iariiii

le

celles

relaliraiix concessions

liire graluil

i m lu i

nls'élaldir

île

en

3. — L e s

i es en n e e s s i 11 n S

qnalilé.

supérieure

tiu-ics à

ra n I s,

peuvent élre a c -

jusiiliaiil

des res-

N ' o n \ e l le-( i a b ' - d o i i i e

pour

à

(aile

25

et

peiil

étendue

va r i e r su i va n I

ne

comprendra

sera

les ac(d-

j a m a i s inrérieiire

t o u j o u r s au

luoiiis

cinq

enllures.

imini^ranls, à |iariiii

celles

leur arrivia-

qui

seroni

dans la colonie, choisiront

d i s p o n i Ides d a n s

les

centres

/ le

cas où

pour l'obtention de

22

goinerneiir

cri'és.

voie

a

l'arrêté d u

l.'i'ieirlne

concession

Dans

qu'il

Iliiil

rémieranl

d , ' s !• \ pl oi la I i. m s a - a a r o l e s .

liuraiii

l i e c l a r c s de

leur

terre,

ni'aa'ssa i re. ladonie,

Des eoncessiiuis de lerres à

soniaas s u r i i s a i i l e s ,

denls

la

:

r o i i b ' e s pa r ,1 ri l ' i i - d II

\

sirici

dans

dis|ionibles.

le texte de

Voici

au

arrivée

tirage au

plusieurs ib^mandes des

mêmes

sort.

lots,

se

produiraient en

l'attril)uti(Hi

di^

ces

même

lots se

lemps,

ferait

par

'


ANNEXES ART.

4.

— Le

concessionnaire

e t (le l ' h a h i t e r . .ivlsrr

(Ml

A H I .

— Il un

iiudtii'

ans

ou de

(i.

lilie

de

loimni'

soit

|irix

peut

onéreux,

titre

Aur.

qui

vente

les

sans

son

ins-

transformé a

si

en

planté

v a n i l l e , etc.)

Le délai

ans

dcu.x

dispose

du

les

tiers

à

directe,

ou

libre

de

cinci

caféiers ou

de

la

surface

du capital

titre g r a t u i t ,

soit

il

s'est

une

Un

capital

montant de

de

capital,

promesse

par

supérieur

nombre

ce

exigé.

établi, cl

conccssiun

par location avec

de location sont déterminés prive.

l'obtention d'un au

m i n i m u m

de c i d o i i i s a t i o n

coiiseil

les

0.

colonisation

d a n s les

les mêmes

au

arrêté

que

est g r a t u i t e

du

m i n i m u m

concessions à

sans

à de

titre

toutefois

la

puisse dépas-

conditions

obligations

de

énumérées

ces o b l i g a t i o n s

l'arrondissement ou

les

concessions à

aux

articles

pour i et

'i

obligations, gouverneur

purement

tratif en ce

([ui

concerne

les

s a u f le

encourra

en

gratuite

sera

constatée

par

l'adiui-

s o n délégué agréé p a r l e gouverniMir.

— T o u t concessionnaire (pii,

du

libre,

ci-dessus, entraînent

gratuites.

L'exécution

pas ses

décision

titre

centres de

accordées,

concession

la

Conseil

cas

de

déchéance privé

force qui

lorsiju'il

et par le Conseil du

c o n c e s s i o n s en partie

majeure,

sera

ne

prononcée

s'agira

d'une

Contentieux

adniinis-

gratuites

IMI

et

partie

onéreux. 10. —

AiiT.

ans

[JCS

au |ilns

officiers ou avant

fonctionnaires en

l'époipic

à

service dans

laquelle ils ont droit

la

ji unes

giMis

leinpli

les

ISII.")

n(''s

a

dénié

tout droit

à u n e p e n s i o n de

dans

la

colonie

et âgés

o l d i ;;a I i o n s

du

service

niililaire,

dats qui

prennent

aiiiciir's

par

obtenir,

sous la

(pie c e u x

aeciiriir's

les

leur

congé

dans

ilumigrant's ou ri'serve des aux

la

ap|i(dés

mêmes

d'au

moins

21

linaiices

r e t r a i t e , tes ans ou

ayant

les sons-officiers et les s o l -

colonie, par

colonie,

à leuradinission

r e t r a i t e , les (Miiployés c i v i l s o u m i l i t a i r e s , a u x ( i u e l s l a l o i d e

d u :i.S i b ' - c i M i i b r e

Un

de

sera

seulement s'il

trois

ces c o n c e s s i o n s et de celle q u i

Dans

X.

leniplira

la

à

occupent

vente

les c o n c e s s i o n s

Aur.

à

six mois

gérant libre.

m o m e n t

recevoir.

valeur

hectares. 7.

onéreux,

cinq

ans et

les

réduit

a été a t t r i b u é e à

donner lieu

iiislratciir de

à

durée

de

par

de

l e u r s détenteurs

par

un

provisoire

cinq

lui

IMI

totale de

100

être

centre

proportionnel

surface

AuT.

le

celU^ q u i

gouverneur pris exigé

titre

bout de

peut

léiiniiiii;raiit,

Les

ce

de

par

en

les r r c r \ n i r .

iinrM-cux,

Mille.

au

:

surface susceptible

(diliMiir dans

liiiii l i a n t

que

provisoire

ci-dessus

plantes

AuT.

plus

remplacer

autres plantes de l o n g u e durée ( c a o u t c h o u c , la

susceptible de

p(Mil

et se faire

est d é l i v r é a u c o n c e s s i o n n a i r e , a u

litre

indii[ué

autres

ser

peut s'en absenter pendant

définitif de propriété

(Ml r a l V d e r s la

ne

r A d m i n i s t r a l i o n

liillatiiMi, lilrc

11

1021

est t e n u d e m e t t r e s o n t e r r a i n

eux

les iMili)loyés e u r o p r - e n s dans la

obligations,

les

colonie

peuvent

mômes avantages

immigrants.

m o u v e m e n t d'émigration

déjà

i m p o r t a n t a

été

déterminé

p a r


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1022 cette en

on a

procédure:

enregistré de

Nouvelle-Calédonie

n n m h r e

de

de

li^'.l'.l, lai

passages

100

en

jour

à

des

contrats

et

n i n IS!)."ià j a n v i e r I S U S T a r r i v é c

accordés

detiO

d'émieranls

français,

oflicicllenient

pendantle

m i n e s (le. n i c k e l

des

relativement

venant

j

familles

premier

a

à

de

[iromcsse

p r i i u i p a n x n i s a i nm

élevés

on

expiration,

d'un

possession

d e l'arrèli' d u

1 nil lisi nelle l'I-.

.\ivr. la

Des

mesure où

surtout, la

imlres

ment

dc

pour

e x p i d i l a i i l s de . \ n i . -2.

ces l.a

-

lille

Ions

de

1899

mines

ans

concession

ili's lois de l a i l e

A U T . 3 . —

Des

c o m m u n

de

lois de

tous

tous

a u t a n t (|ue

.\iir.

-i.

d'un

de

d'aliord

fera

condition,

diii]

outre,

chaque

p.àturaee,

raison

Iruis

l'arliele

ti'ansbirmée

v r e r le

engageou

une

l'objet

pour

l e bé-

maison,

d'y

dont

la

imuiie ccnli'c

de

trois

mis à

la

disposition

agglomiu'alion

Industriel,

hectares

ouvrière.

jouissance sera

pour

indi-

sera calculée

chaque

ouvrier

Ioide village,

— Après

(ainilitions de

lots

à

la

installer

seront, eu

membres de

les h a b i t a n t s

possible,

attributaire

ouvriers

d'un

p r u p r i i i a 1 res

jardin.

p.àturai^e

les

c o n t e n a i i c e de ces

vise entre

droit

un

les

iialiire

sous d'y

entretenir

dans

1 ml n s l r i e l s .

accordée

l.a

Elle

j nsl illeron I a\ec

i-l a l i l 1 s s e n i e n I s

un

industriels, aux

qui

nndns

an

concédé,

en

articles

cette colo-

réglementant

('•labiIssemenls

eiini|H'i'iine

Iruis

provisoire.

el

par

colonie

r e s s o u r c e s d u d o m a i n e , être attribués

sera

aménager

Les

main-

cette

lot de terre. V o i c i les

ni liciaire, de résider s u r le lot

dilli

libérée.

remplacer

g o u v e r n e u r , d a n s le voisinage des m i n e s en

provenanre

contracté

petit

les

du

ou

en

1901.

d e v i l l a g e d c (|UÌMZ(; à v i n g t ai'Cs | ( o u r r o n t ,

lots

le |ieiineHi(iiil

de

de

e m p l o y a i t j u s q u ' à ce

inain-d'ienvre

lente

8 décembre

g r a t u i t e m e n t , p a r a n lii-

employés

8!)

:

exploilalion, el

et le

de

semestre

d ' i i i i v r e p a r l a m a i n - d ' œ u v r e f r a n ç a i s e a t t i r é e dans l a la

été

i m l i i s l r i c l l e e s l , a p p e l é e é g a l e m e n t à u n bel a v e n i r .

celle

jirix

195

collectifs

1900

r.ohniisaliiin

l/iniUisU'ic,

de

2

ans

de

ri'sideiice,

ci-dcssiis, la

cl, s'il

a

l'Ii' s a I i s f a i l a U X

concession provisoire sera de plein

en l a u i c c s s i o n d i d i i i i t n e :

t i t r e i l l'Ii n 1111' d a n s l e s t r o i s m o i s

l'ail lu 1 n ist ra t i o n

de

la d e m a n d e q u i

devra lui

en

délisera

faite. . \ i v i . .'i. \ e n i c i i r en pas

pris

possession

piinisoire, lioii du

•\HI.

l ' a r (aintre,

ou

qui

SI i \ ice de

li.

m i n i è r e s ou

la

i l i ' c l i i ' a m a ' p o u r r a être p r o n o i i c i e pa r le g o U -

c o n s c i I p r l \ i-, la m t re t o n t ou v r i e r ( a u i c e s s i o n na i re q u i

.\ b's

de

sou

s'en 1,1

lot

d a n s les si,\

absentera

. o l o n Is.atiol

re\piralion

de

pendant qui

mois plus

de

n'aura

la di'divrance du titre

d'un an

sans l'autorisa-

m- r e m p l i r a p a s les ( a u i d i l l o n s

leur engaeement

a\ec

les

l'I a h l i s s e n i e n I s i n d u s t r i e l s , l e s o i n r i e r s i p i 1

entri'priscs uc le r e n o u -


ANNEXES

1023

voileront pas pourront, s'ils justifient de ressources suffisantes, obtenir à litre gratuit dans les centres de colonisation libre et aux conditions de l'arrèlé du uiî mars 1 8 0 8 , des lots de culture de dix à v i u g t - c i n ( | lii'clai'cs.

La c o l o n i e améliore son outillag-e économique. Un projet d'amél i o r a t i o n du port de Nouméa est à l'étude. Diverses routes vont être haci'es. De [)lus une voie ferrée est projetée de Nouméa à B o u r a i l et p o u r r a être ultérieurement poussée j u s q u ' a u n o r d de l ' î l e ; cette l i g n e ne fera pas concurrence au cabotage, car la voie de m e r ne peut être utilisée que par des navires d ' u n f a i b l e t i r a n t d ' e a u , et les rirliesses a g r i c o l e s et minières que doit atteindre le r a i l sont placées assez l o i n de la m e r dans le voisinage des massifs du centre de l'île. Le commerce de la colonie, l o n g t e m p s s t a t i o n n a i r e , est en p r o l i i c s s i o n . Il était en 1895 de 15 m i l l i o n s , a varie a u t o u r de ce chiffre do I 8 9 ( ) à 1898 et s'est relevé à 19.871.000 fr. en 1899, dont près de I i m i l l i o n s d ' i m p o r t a t i o n s ; la F r a n c e a importé p o u r 6.275.000 fr. ol la colonie a exporté p o u r elle 5 m i l l i o n s et d e m i . En 1900 le m o u vement c o m m e r c i a l a dépassé21 m i l l i o n s , d o n t l 2 a u x i m p o r t a t i o n s . Des dépendances de la Nouvelle-Calédonie un seul g r o u p e mérite nue m e n t i o n Ile'liriilcs.

h i s t o r i q u e en ces dernières années, les N o u v e l l e s -

(ies îles ont été considérées c o m m e faisant partie de d r o i t

dos (lé[(oiidances de la Nouvelle-Calédonie jusqu'à l'année 1877 (1) on les m i s s i o n n a i r e s presbytériens tentèrent de déterminer en A u s tralie

et en

Angleterre

un m o u v e m e n t

d'opinion

en faveur de

l ' a n n e x i o n b r i t a n n i q u e , b i e n que les |)]ant<urs a n g l a i s

de Vaté

(port I l a v a n n a h ) eussent cux-mômes sollicité l ' a n n e x i o n française p a r line pétition adressée e n m a i l 8 7 6 a u g o u v e r n e u r d e l a N o u v e l l e Calédonie.

Un

a r r a n g e m e n t p r o v i s o i r e i n t e r v i n t en 1878 entre les

i^ouveinemeiils

français

niriliiuiaicnt à

rivaliser

et

anglais.

Mais

Anglais

et

Français

d'influence. Les colonies a u s t i i d i e n n e s

s o m m a i e n t le g o u v e r n e m e n t métropolitain d'annexer les N o u v e l l e s I b ' b r i d e s , m a i s il c o n f i r m a i t à la F r a n c e en 1883 l ' a r r a n g e m e n t de 1 8 7 8 et au m o i s de décembre 1885 une convention de la l'ranec avec l ' A l l o m a g n c nous assurait du désintéressement

de

cette

puissance

({liant aux Nouvelles-Ilébrides ; en 1884 une expédition française commandée p a r M . H i g g i n s o n avait occupé M a l l i c o l o . I )cs incidents graves se p r o d u i s i r e n t en 1886. La F r a n c e d u t e n v o x cr (1)

N(Jlicrs

coloniales

de

I.S8I).


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1024 des

t r o u p e s p o u r [iiuili- d e s

vols

c l des

meurtres

commis

p a r les

indigènes, elles iic,ciij)èniil l'oii-llavannali elPort-Vila. Notreaction a y a n t s o u l e v é des p r o l e s t a t i o n s , glais conclurent le

les

g o u v e r n e m e n t s f r a n ç a i s et

2i octobre 1887 une convention

l,e g o u v e r n e u i e n l de la Ké|)ul)li(|ue Française e( S . M . l a Heine d u

an-

ainsi conçue :

le gouveiaieinenl de

I t n y a n r n e - l ' n i de la ( fra niledîrela " r n ' el ildrlande,

d é s i r a n t a l i T - n e i M - l a d i a d a r a l i n n d n 1(1 j u i n

I S i " , r ( d a t i \ ( ' a u x i l i ' s Sous-

le-\'<'nt d e ' l ' a l i i l i , e l a s s u r e r - , e n nrènie U'uips, p o u r l'avenii', bi prolecti

l e s p e i s o n n i - s e t d e s l i i e n s aux N o u v e l l e s - I l c b r i d e s , sont convenus

d e s articles suivairts : A U T . lei'. — l.,e gouveraienieni î l e S. ,M. lira la rr rr i i p i e e o i r s e n i à procéder à

l'abi'Oiïation de la d i a d a r a t i o u

d c 1847,

Sons l c - \ ' e u t de T a h i t i , a u s s i t ô t (pi'aura i-i-aprés

roiariuli'

pour

radalive a n

été m i s

e r o u p e des îles

à e x i a u l i o n l'accord

protection, à l'avenir, d e s p e r s o l i u e s et des

la

h i e i i s aux i X o u v e l l e s - l l é b r i d e s , a u moyen d'une c o m m i s s i o n mixte. A U T . 2 — U n e c o m m i s s i o n navale m i x t e , composée d'officiers d e m a l i n e appartenant aux

stations f r a n ç a i s e

e t a n g l a i s e d u P a c i f i q u e , sera

i n i i u é d i a t e m e n t c o n s t i t u é e ; elle sera c h a r g é e de m a i n t e n i r l ' o r d r e et de |iroir'i..(M' l e s personnes et les biens des citoyens f r a n ç a i s et des sujels l u a t a n i r i q u e s dans les N o u v c l l c s - l b ' b r i d i v s . . \ r c r . : i . — l ' r r e d é c l a r a t i o n à cet clfet s e r a s i g n é e par l e s deux gouvernements. AUT. élaborés

— Les

ra''!.;lenicrrts ileslini's à

par l e s deux

guider- l a laiirr r u i s s i o u seront

i;(uivcrnemenIs, a p p r o u \ a ' s p a r e u x et transmis

aux c o m m a n d a n t s l ' r ' a n e a i s el a n g l a i s d e s h.àt i i n e n l s de ha s t a t i o n navale d u P a c i f i q u e , d a r r s uir d é l a i q u i n ' e \ C ( ' ' d e i ; i p a s q u a t r e rrrois à p a i ' l i r de la s i g r r a l i i i e d e l a | i r i - s e n t e c o n \ e n t ion, s ' i I rr'esl | i a s p o s s i l d e d e le faire plus

tilt.

A n i . .'ì.

- - l i é s que c e s r è ^ l e n i e n t s a u r o n t l'ii' a p | i r o u v i ' ' S p a r l e s g o u -

vcrneiuiuils el q u e l e s p o s t e s être ,eli,i-s d e ,

n i i l i t a i i e s l'ianiaiis a u r o n t

pu,

par suite

N o u M Iles l l i ' h r i d c s , le M o i M c i n e i u e n l d e S. .M. H r i t a n -

n i q u e p r o c , , | e r . , a I a h roM-a I i o 11 d e l a i h ' a d a r a t i o n d e I.S17. Il e s l entendu i [ u c l e s . I S S U r a III e s r e l a t i v e s a n

c o i u i o e i c e et a u x c o n d a ï u n i ' S q u i sont

contenues d a n s ha n o t e \ e r l i a l e d u l ' i o i i o h r e LS'.i:!, c o i n rrr u n i q u é c par M. de l ' r c v c i n e l à l o r d I . M I I I S , i l e n i e n I e roii t e n p l e i n e vigueur. l'ar l o i d e q u o i l e s s o n s s i - i i i ' s , d ù i u e n l a u l o r i s i ' S à cet effet, ont s i g n é la e o n v e n l i o n p r i ' s e n l e et

\

ont a p p o s i - l e u r s c a c h e t s .

l-'ail en i l o i i h i e ,'i l ' a i - i s , ' l e I l i iroverrrhr-e |.S,S7. l'ioi ur.NS.

N o s t r o u | i e s i''\'aeiièi-eiil en

l-àuavroN.

l'ori

1 lavaniiab et Port S a n d w i c h . Mais

181)2 la h'cance et l'-Ang-b^terre e n v o y è r e n t

des c r o i s e u r s et des


ANNEXES Iniiipcs

dans

IVanrais

l'îlo

(le

l'arenl.

.Mallicolo

Le

m a i n t i e n

aiiv

Nouvelles-Hébrides

M)iial(!

de,

U n e l o i

la

d'i)i(li(>

ad

l'iiiiin

cl

dans

- a i a i i t i r

et

tance

à

et

massacre

anglo-français

résultait

p o u r

à

pi'cndre

que nos

les

actes

ilu

étant

colon

relatif

au

n a t i o n a u x établis

de

la

vie

civile

dépendaient d ' a u c u n

l'état

et les

de

de

la

établir

le

les

p a r

et j u d i c i a i r e

terres

d a n s

le

et

p o u v o i r

votée p a r le P a r l e m e n t en 1 0 0 0 a autorisé le Prési-

c d l o n i a l

<ivilisée,

en

étaient

ministratil'

el

il

vcng-er

eux-mêmes et ne

h

République

lies

\rs

d o m a i n e

1

l'ordre,

abandonnés

<>i g a i i i s é . (b'ul

de

c o n d o m i n i u m

seul

1025

poiii'

droits

l'Océan

F r a n c e

des

j)Our

ne

a u q u e l

p r o d u i t s

les

m e s u r e s

assurer

la

p r o -

français établis

faisant

n'appartenant à

d o u a n i e r les

dc décret

citoyens

Pacifique

et

régime

colonies

voie

nécessaires

pas

a u c u n e

partie

du

puissance

seront assujettis

originaires

de ces

en

îles

et

tcffCS. Il

faut

d a n c e

signaler

vers

q u e l q u e s l'entrée I a

u n e

chez

sorte

notables

des

France

la

jeune

fédération

et

q u e l q u e s

j o u r n a u x

d ' A u s t r a l i e

Nouvelles-Hébrides d a n s cette de

ces

australienne

u n e

de doctrine de M o n r o c océanienne q u i

fédération

à

a

ten-

poussé

d e m a n d e r

cl l'éviction

do

îles.

V I I . — E T A B L I S S E M E N T S FRANÇAIS D E L ' O C E A N I E

Les u n e

])osés de

a i c b i pois océaniens dépendant de la F r a n c e

c o l o n i e spéciale,

l o n g

s u r

des Tita

500

Ils In

|)roli'clotal L ' a i l'Iiipid

siins-le-\"ent. I >e|iiMs e initie

de

à

Arii-Aué,

a n y l a i s

V

dc

large

et

f o r m a n t

un

territoire

l'Océanie,

d'environ

e o m p r e n n e n t l e s a r c b i p e l s delà Société, (d

des

des de

( i a m b i e r ,

c o m -

la

Sociélé

de A

IS.'iri

la

fut appelé au de

amenèrent

s lu

se

mott

(1) de

h'ranee

a-e

L e s C o l o n i e s , v o l . I.

sont

T i i b u a i ,

à

des

T a h i t i

l'aiilofité

R a i v a v a e

et

Ra|ia

et

le

iiiun

m a r i a e c

Iles-du-\^ent

la en

de

avec

rechercher

et

des

lies

et M o o r e a .

do

l'oinafélV

trône s o n s

ce c h e f et s o n la

îles

c o m p o s e

lles-dii-\'eiit

l'all'aire T.aliili.

les

-400.000

des M a r q u i s e s ,

H i i r u t u et R i m a t a r a .

t'Ies

Les

1res a m o i n d r i

(I)

forment aiijoui-d'hui

établissements français

d ' u n e c e n t a i n e d ' î l e s d i s s é m i n é e s s u r u n e é t e n d u e d e (iOO l i e u e s

lieclai'es.

le

les

F r a n c e 1877,

ne

P o n í a n ' ' \'. la

lille

l ' a n n e x i o n

faisait

son

fils

l.e

prestige

iriiti dc

que aîné,

tésident

T a h i t i ,

:ÎI;7. (i5

les


QUATRIÈME PARTIE — CHAPITRE IX

1026 (Irin il relies

ciigiigées

piir

le

eiipitainc

m e n é e s i'i h i e i i p a r M .

Clicssé,

obtint

de P o m a r é

le

29 j u i n

1880

Nous, Pomaré Piirce que

V,

nous

I n l e n l i o n s de

'Voulant jireuvc

la

H i q n i bl Iq ne

d o n l elle donner

éclatante

Di'xiarons par nos

et

eiuivei neiueiil

complèiemcnl

N o s états s o n t a i n s i

lois el

couliimes

.Nous nos el

les

a\ee

le

sur

lerres

.Nous nous

a

\ae

à

la

faisons

l'on

une

iiii

n o m dc

de

la

France tous nos

nous

peuple

demandons

en

ii

ce

t e n a n t c o m p t e des

toutes les

les

petites

albiires

par

h a b i t a n t s des déplaeemeuts

laisser loiites les iill'aircs relaindigèucs.

Iribnn.anx pour

allaeliés à

muis-no'one 111 r e ; l e

la'

nous le

le

l i t r e de r o i et

pavillon

tahiticn

v o u d r o n s , c o n t i n u e r il tlottcr

conserver jiersoniicllenicnt

fui

la

bu

l.alillieniie

(b'-ebi r a I i o n

soil

l'i-onire

ralifiée

par

la

à et

du

28

le

mars

famille

droit

dc

gri'icc

([iii

1866.

royale,

aux

chefs et au

respeeli'e,

line;

loi

du

décembre

M)

1880

ainsi

:

V-'-. —

Le

l'ri'sidenl

eolumissaire

.\isi.

et

les m a i n s

mais

notre

(auilinue à

luaiiis des

(ainser\erons

par

celle

la

F r a n c e de

loires di'peiidani

r.-s

l'i-anealse

nos Etats, comme aussi

pour

pourra, quand

aussi

pour qu'elle

.\HI.

le

de

pros|)('',rlté,,

Hi'qiii b I Iq u e

de

la

l'.i'pu lil iq ue est iiulorisé il

l'aire e M - e n l e r l e s i b'ela ra 11 on s siuiii'-es le till j u i n

sion a

n o t r e p e u p l e et

la

n o m personnel

l'aire, j u g e r

pn'si'-a nées

Iraiieais,

Lii c c s s i i i i i

el

de

palais.

désirons

coiieue

ri'gard

la F r a n c e ,

gouverner

de

les

iiiMis

s,

été accordé-

Nous peuple

eulre

b o n n e i i r s el

iioire

a

oiiéreii\.

•Jiiaiil à 1 Ions

l''rance

lali 1 tien ues.

Nous ib''siroiiseiilin que ,iu\

la

ilc, n o t r e a n i l t i i ' ,

de

l a m s i d l s de i l i s i r i e l , allii d'éviter

livcs

(|ue

les Iles de la Société et dépendances. réunis

de continuer ;i

l'rais

de.

:

nous c o n n a i s s o n s les b o n n e s

et |iour t o u j o u r s entre

deiiiaiidoiis aussi

des

à

furent

dépendances :

boiilieur et

en notre

radmlnistration

ilioits et pouvoirs s u r

pays

fin n ea 1 se

présentes,

suivante

gouvcriiement

|i,iree q u e

Planche

République, q u i

successeurs,

goaivcrnemcnt el

urand

bon

conllaiice el

lii

renonciation

a n e i u e n l e r le

notre

les

descendants

Hemettre le

veiil

iiti

de

V la

le,

mis l'.lals, e(

à

viiissciui

d e s I l e s île l a S o c i é l é e t

aiqiii'eloiis

ibiiiiié a u j o u r d ' h u i

notre pays,

rdl

de

c o m m i s s a i r e tle

2.

colonies

de

I.'ile

de

la la

la

l'o'pu lil iq u e

so in e ra 1 nel i-

aux

Iles

|ileiiie

el

1880 piir

dc,

la

le

Société,

entière de

r i i t i t i c r et

ii

roi PomaréV portant ces-

lous

les l e r r i -

< o i i r o n n e de ' l ' a l i i l i .

de'l'aliiti

rraiieaiscs.

et

les il r c l i 1 |icls q u 1

en d é p e n d e n t s o n t décla-


ANNEXES ART. les

3. —

La nationalité française

anciens sujets du

AHT. ainsi

i.

Les

roi

a c q u i s e de p l e i n

droit

à

tous

de Tahiti.

étrangers

que les étrangers

1027

est

nés

qui

dans

y

les

seront

anciens

Etats

domiciliés

du

depuis

Protectorat

une

année

au

p o u r r o n t d e m a n d e r l e u r n a t i o n a l i s a t i o n . Ils s e r o n t dispensés des

MMMns,

di'l.iis e t d e s f o r m a l i t é s p r e s c r i t e s p a r l e s l o i s d e s 2 7 j u i n - 5 j u i l l e t 1 8 6 7 , ainsi

que des

droits

de sceaux.

Les demandes seront d'une

année

à

partir

adressées a u x

du

j o u r où la

e t a p r è s en(|uète f a i t e s u r la

sera

la moralité des

m a r i n e et des colonies q u i

des

autorités c o l o n i a l e s d a n s le délai

loi

les

exécutoire

dans

postulants,

transmettra,

avec

la

colonie

au ministère de

son

avis,

au

garde

sceaux. n a t u r a l i s a t i o n sera accordée

La

p a r décret du Président de

la

Répu-

hli(|ue. Les

Iles-sou.s-le-Verit

Iluahiiie et l(i m a r s

1888

suivante AHT. toutes piti,

comprennent

Bora-Bora, plus par

le

les

petites

îles

îles.

de

Elles

gouverneur Lacascade q u i

Raiatea,

Tahaa,

furent annexées

fit

le

la proclamation

: l'^r. —

L e s îles R a i a t e a - T a h a a ,

leurs dépendances, Scilly,

l>a l i a g e

six

ni

Mapihaa,

réserve,

Iluahineet Borabora,

n o t a m m e n t Tubuaï-Manu

Bellingshausen,

sous

AitT. 2 . — L e p a v i l l o n

la

souveraineté

national

sont,

à

ainsi que

(dit M a i a o ) ,

M a u -

l ' a v e n i r , placées, s a n s

p l e i n e et entière

de

la

France.