Page 98

86

AUX ANTILLES

trigonocéphale se présente à mon esprit, l'image de ce terrible ophidien, dont on me raconta les effrayants exploits. En deux ou trois heures, sa morsure tue infailliblement; sourd, dit-on, il ne se dérange point au bruit des pas, et par une particularité curieuse, inexpliquée encore aujourd'hui, il ne peut vivre que dans les îles de SaintVincent, Sainte-Lucie et la Martinique.—À cette pensée un petit frisson me parcourt, je le confesse, un tremblement me secoue les membres, un léger froid me gèle la peau. Que d'autres, s'ils le veulent, se fassent plus courageux, se targuent d'une confiance qu'ils n'ont pas. Au sommet de cette colline je m'arrête enfin, découvrant à mes pieds toute la ville de Castries, le port, les passes, les hauteurs environnantes. Les lointains se dessinent, d'une absolue netteté. Sur la mer, à l'extrême horizon, comme un écran léger de gaze ou de mousseline, l'île de la Martinique apparaît. Bleu foncé, sur le bleu du ciel clair, ses contours se découpent nets, précis, diminués mais non troublés par la distance, comme si l'espace n'existait plus dans cette atmosphère transparente, en ces pays enchantés. Et de toutes parts c'est encore cet azur d'une

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement