Page 95

SAINTE-LUCIE

83

ment récent : le tremblement de terre du 18 février dernier. Des façades de maisons, des toits, le clocher de l'église même ne se soutiennent qu'étayés par de nombreux arcs-boutants. Partout leurs poutres inclinées envahissent la moitié de la chaussée. La ville commerçante, industrielle, fut naturellement plus éprouvée que l'autre. Ces cahutes indigènes suivent sans peine toutes les vibrations du sol. Comme une barque sur les flots elles se balancent. Au contraire, ces maisons de pierre solides, résistantes, trop résistantes pourrait-on dire, luttent, tiennent tête à l'orage. Alors, ébranlées par les secousses terrestres, elles se disjoignent, se lézardent, s'écroulent. C'est dans son éternelle vérité la fable du Chêne et du Roseau. Le phénomène sismique se produisit plus terrible à Castries,qu'à Fort-de-France. La secousse dura quarante secondes. C'est peu, direz-vous. Réfléchissez un instant. Vous êtes chez vous, debout ou assis, seul ou en compagnie d'amis, à table ou à votre bureau, en sécurité parfaite. Soudain, sous vos pas, tout tremble, tout vibre; l'ordre des choses se renverse. C'est un bouleversement général. Quand cela finira-t-il? On l'ignore. Songez alors à l'angoisse que tout être humain doit ressentir. Les habitants de Castries

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement