Page 73

TRINIDAD

61

Vendredi, 16 mars.

Ce matin je loue une voiture, deux chevaux alezans, un cocher nègre, le tout pour deux livres, et je.me fais conduire aux plantations de cacaoyers. Aussi bien ne pouvait-on s'arrêter à Trinidad sans examiner de près ces propriétés magnifiques. Depuis la crise sucrière, elles seules soutiennent la prospérité croissante de l'île. Il faut affronter trois heures de plein soleil, sur une route blanche, avant de les atteindre. Je ne m'en plains pas. Un chapeau de paille indigène, un véritable chapeau de planteur arrondit sur ma tête et mes épaules son large cercle d'ombre; et c'est pour la vue un si délicieux plaisir que ces arbres exotiques, que cette luxuriante verdure tropicale! D'un bois de palmiers, on passe à un champ de cannes, d'un champ de cannes à un bois de bambou. Leurs tiges blondes, minces, se dressent, très droites, pressées les unes contre les autres. Certaines, cassées à moitié, retombent, soutenues encore par leurs voisines, jetées horizontalement au travers de ce fouillis comme de grandes gaules abattues. On croirait errer au milieu de fins roseaux d'Europe qu'une croissance

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement