Page 62

50

AUX ANTILLES

plantations de cacao, de sucre, de tabac. Alors commence la véritable colonisation économique de l'île avec un Français M. de Rome Saint-Laurent. Puis la guerre éclate entre l'Angleterre et l'Espagne. Vingt vaisseaux anglais, neuf cents canons,, sept mille hommes d'équipage se présentent devant Port-of-Spain. Le gouverneur espagnol se rend. Le traité d'Amiens donne l'île de Trinidad définitivement à l'Angleterre. En 1806 les Chinois y émigrent ; en 1834 des Portugais arrivent; enfin de 1846 à 1854 l'immigration indienne atteint une colossale proportion. Et voilà l'explication de cette population étrangement mêlée que l'on remarque ici. Multiples et diverses, ces émigrations laissèrent leur trace dans la colonie. On croise des types purs de toutes ces races, de toutes ces nationalités, et des métis aussi d'une infinie variété. Je m'en étonnais hier. En lisant ce soir dans un guide cette histoire de Trinidad, j'en comprends aujourd'hui les causes. Après le dîner je passe au salon, un salon clair, haut, spacieux, avec des berceuses en bambou où l'on peut se donner par une oscillation rapide l'illusion d'une légère fraîcheur. Mais le plaisir est ailleurs, dans celui de converser, de lier connaissance surtout avec des voyageurs divers. —

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement