Page 29

DE PAUILLAC A TRINIDAD

17

voit pas s'étendre sur les eaux. Certainement on ne soupçonnerait pas leur présence sans les cocotiers qui les recouvrent, et qui, pareils à d'étranges roseaux, semblent jaillir de la mer. De tous côtés, par bouquets, leurs tiges légères, aux palmes frissonnantes, se dressent sur la nappe bleue de l'océan. Çà et là, dans une crique plus calme, leur tête verte s'y réfléchit, échevelée et mouvante. Soudain, au fond de la baie, avec ses vaisseaux en rade, ses maisons banales qui semblent elles aussi flotter sur la mer bleue, la ville de la Pointe-à-Pitre se découvre. Ses longues cheminées d'usines détonnent dans ce paysage délicat et fin. On en veut à ces fumées ondoyantes de souiller cet inaltérable azur. On se détourne pour jouir encore du paysage admirable et tranquille. — Mais le vaisseau tourne; il entre complètement en rade. La vision change. Les palmiers glissent, disparaissent. Derrière soi, peu à peu la mer se ferme par un gigantesque écran, par do hautes masses lointaines et vaporeuses, celles de la Soufrière, et du Sans-Toucher. Que de cris,d'embarcations, quelle foule, quelle cohue, quel tintamarre de flûtes, de trompettes, d'accordéons, de tambourins ! C'est l'arrivée de 2

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement