Page 286

274

AUX ANTILLES

noirs et des métis, n'est-ce point là un phénomène naturel qui tôt ou tard devait se produire ? — Je le crois. Sous les climats tropicaux la destinée des blancs est d'apparaître un jour, pour s'évanouir aussitôt. Ils donnent le branle; ils indiquent la voie. Occupants passagers, ils apportent leur langue, leurs mœurs, leur civilisation. En mêlant leur sang à celui des naturels, ils civilisent, ils affinent la race aborigène. Mais impuissants à la supplanter, incapables d'une occupation vraiment durable, d'une colonisation effective, après l'avoir vivifiée ils meurent. — Pour ces petites Antilles, sommes-nous donc arrivés à cette époque voulue par la loi naturelle, où les nègres, seuls capables de vivre, prospérer, se reproduire sous ces climats humides et chauds vont chasser les Européens, recouvrer leur complète indépendance?— Et si l'heure d'une pareille révolution ethnique approche, a-t-elle vraiment sonné à l'horloge du temps ; ou bien une mauvaise administration, une conception politique fausse de la métropole, un abandon de ses droits historiques, une véritable abdication de la race supérieure l'a-t-elle prématurément avancée1 ? Question complexe. Le calme, des documents, une l. Cela semble bien probable si l'on compare l'état des colonies anglaises et françaises sous ces latitudes. Voir sur ce sujet

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement