Page 279

EN MER

267

cialement ce continent américain, des faits nombreux le confirment. Un Yankee est d'ordinaire fort bien reçu à Londres : c'est qu'on a de lui rien à craindre. Il n'en va pas de même aux Antilles. L'incident curieux survenu entre l'amiral américain et le gouverneur de Kingston, lors du dernier tremblement de terre à la Jamaïque en est une preuve l. On 1. Aux premières nouvelles de la catastrophe,le contre-amiral américain Davis s'était rendu à Kingston avec son escadre pour aider à l'organisation des secours. Un premier incident se produisit. L'amiral Davis ayant cru, à son arrivée, devoir saluer la terre de salves d'artillerie, le gouverneur de l'île, sir Alexander Swettenham, protesta contre cette trop bruyante démonstration qui aurait pu affoler la population en lui faisant croire à un nouveau tremblement de terre. L'amiral Davis adressa des excuses au gouverneur et débarqua ses marins en armes qui s'occupèrent activement, sous la direction exclusive de leurs officiers, de faire la police dans les rues, et installèrent un hôpital de campagne aux portes de la ville. Sir Alexander Swettenham protesta à nouveau contre l'initiative américaine, déclarant que les autorités britanniques pouvaient suffire à tout, et surtout à maintenir l'ordre et hospitaliser les blessés. Voici la lettre à la fois humoristique et cinglante du gouverneur anglais : « Cher amiral, Merci beaucoup de votre lettre, de votre aimable visite et de toute l'assistance que vous nous avez donnée et offerte. Tout en appréciant chaleureusement votre très généreuse offre de secours je sens qu'il est de mon devoir de vous demander c

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement