Page 275

EN

MER

2G3

à la Guadeloupe, en effet, le principal obstacle à l'introduction de la main-d'œuvre asiatique c'est l'opposition irréductible de la race noire. Les nègres ne veulent pas souffrir dans ces colonies l'apparition d'étrangers qui feraient baisser les salaires. Par là, momentanément peut-être, nuisent-ils à la prospérité de nos colonies. Devant ce danger menaçant d'une invasion jaune, on ne peut nier cependant que l'ardeur, la puissance de ce sentiment ne soient au demeurant salutaires 1. Mais cette union des blancs et des noirs qui, dans le continent américain, se fera certainement pour repousser l'invasion asiatique, cette coalition contre l'ennemi commun, on ne la retrouve pas, on ne la trouvera vraisemblablement jamais dans les petites îles des Antilles lorsqu'il s'agira de résister à la poussée américaine. Le danger n'est pas le même, en effet. Par leur situation géographique, ces îles sont appelées à graviter dans l'orbite de l'Union ; elles en apparaissent une simple dépendance. De puissants intérêts économiques les ramènent incessamment sous leur influence. Ne me disait-on pas à la Guadeloupe 1. Voir J. Novicow. L'avenir de la race blanche. L'éminent sociologue ne serait certainement pas de cet avis. Au nom du progrès et de la liberté, il s'élèverait contre cet ostracisme.

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Aux Antilles : hommes et choses  

Auteur : Robert Huchard / Ouvrage patrimonial de la bibliothèque numérique Manioc. Service commun de la documentation Université des Antille...

Profile for scduag
Advertisement